Saint-Aubin-sur-Mer (Calvados)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Aubin et Saint-Aubin-sur-Mer.
Saint-Aubin-sur-Mer
Le front de mer.
Le front de mer.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Calvados
Arrondissement Caen
Canton Douvres-la-Délivrande
Intercommunalité Communauté de communes Cœur de Nacre
Maire
Mandat
Jean-Alain Tranquart
2008-2014
Code postal 14750
Code commune 14562
Démographie
Gentilé Saint-Aubinais
Population
municipale
2 190 hab. (2011)
Densité 723 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 19′ 45″ N 0° 23′ 19″ O / 49.3291666667, -0.388611111111 ()49° 19′ 45″ Nord 0° 23′ 19″ Ouest / 49.3291666667, -0.388611111111 ()  
Altitude Min. 2 m – Max. 30 m
Superficie 3,03 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 14.svg
Saint-Aubin-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Saint-Aubin-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Aubin-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Aubin-sur-Mer
Liens
Site web www.saintaubinsurmer.fr

Saint-Aubin-sur-Mer est une commune française, située dans le département du Calvados en région Basse-Normandie, peuplée de 2 190 habitants[Note 1] (les Saint-Aubinais).

Station balnéaire de la Côte de Nacre, elle est surnommée « la Reine de l'iode »[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est une station balnéaire de la Côte de Nacre. Son bourg est à 5 km au nord-ouest de Douvres-la-Délivrande, à 18 km au nord de Caen et à 27 km à l'est de Bayeux.

Le point culminant (30 m) se situe en limite sud, dans la moitié rurale du territoire.

Communes limitrophes de Saint-Aubin-sur-Mer[2]
Mer de la Manche Mer de la Manche Mer de la Manche
Bernières-sur-Mer Saint-Aubin-sur-Mer[2] Langrune-sur-Mer
Bernières-sur-Mer Douvres-la-Délivrande Langrune-sur-Mer

Toponymie[modifier | modifier le code]

Créée en 1851, la commune a pris le nom de la paroisse dédiée à Aubin d'Angers.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'occupation du site est très ancienne, comme en témoignent les vestiges archéologiques retrouvés sur son territoire dont la déesse-mère de Saint-Aubin-sur-Mer.

Une fortification existait au lieu-dit "le Castel". Sur ordre du roi Charles V, le bailli de Caen la fit réparer en 1371 pour la mettre en état de résister aux attaques des Anglais.

Jusqu'en , Saint-Aubin faisait partie de la commune de Langrune-sur-Mer[3],[4]. À l'époque de sa création, on recensait 1 153 habitants à Saint-Aubin et 1 129 à Langrune. Puis la population de Saint-Aubin a décliné dans la deuxième partie du XIXe siècle ; en 1901, il n'y avait plus que 727 habitants[4]. En , l'ouverture de la gare de Saint-Aubin-sur-Mer sur la ligne de Caen à la mer permit le développement d'une station balnéaire. À partir de 1901, l'évolution démographique se fit à nouveau positive ; en un siècle, la population a plus que doublé[4].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Saint-Aubin-sur-Mer

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :
D’azur aux trois colonnes d'argent à chapiteau d'ordre corinthien surmontées de trois coquilles du même et mouvant d'une mer de sinople[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
Paul Roy   Colonel
Pierre Letellier UDF Agent immobilier
Jean-Alain Tranquart SE Retraité de l'Éducation nationale
en cours Jean-Paul Ducoulombier SE  
Les données manquantes sont à compléter.


Le conseil municipal est composé de dix-neuf membres dont le maire et cinq adjoints.

La commune est membre de la communauté de communes Cœur de Nacre, avec 2 représentants.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 190 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1851. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891
1 153 1 136 1 092 1 051 949 913 873 867 847
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946
736 727 768 790 784 977 1 017 1 010 1 669
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006
1 231 1 006 1 053 1 189 1 446 1 526 1 810 1 847 1 851
2010 2011 - - - - - - -
2 154 2 190 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Saint-Aubin-sur-Mer fait partie de l'unité urbaine de Douvres-la-Délivrande - Luc-sur-Mer, formée par les communes de Bernières-sur-Mer, Douvres-la-Délivrande, Langrune-sur-Mer, Luc-sur-Mer et Saint-Aubin-sur-Mer[7].

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Outre les monuments aux morts de la Première et de la Seconde Guerre mondiale, plusieurs lieux méritent l'attention :


Activité culturelle et manifestations[modifier | modifier le code]

Label[modifier | modifier le code]

La commune est une ville fleurie (trois fleurs) au concours des villes et villages fleuris[8].

Sports[modifier | modifier le code]

  • L'Entente sportive saint-aubinaise fait évoluer une équipe de football en division de district[9].
  • Le tennis club de Saint-Aubin-sur-Mer (TCSA), créé en 1894, avec sept terrains en terre battue.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Manifestations[modifier | modifier le code]

  • Le 6 juin, dépôts de gerbes et commémorations du Jour J, sur la plage Nan Red autour des derniers survivants du débarquement à Juno Beach.
  • Tous les ans (depuis 2006), autour du 15 août, se déroule un festival intitulé La Semaine acadienne. Offrant un programme composé de concerts de groupes acadiens, d’un bal, d’expositions, de conférences, de projections de documentaires, etc, ce festival entend ainsi rendre tout d’abord hommage aux soldats acadiens du North Shore regiment du Nouveau-Brunswick qui, en débarquant sur cette plage le 6 juin 1944, la libérèrent du joug allemand, mais également célébrer la culture, la vitalité de ce peuple acadien si éloigné par la distance mais si proche par la langue et l’histoire.
  • Festival des libertés de la presse depuis mai 1994.

Saint-Aubin-sur-Mer et le cinéma[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean-Baptiste Couture (1651 à Saint-Aubin - 1728), professeur au Collège royal, membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres.
  • Hector Malot (1830-1907) romancier, a séjourné à Saint-Aubin ; il y a placé l'action de son roman Cara ainsi qu'à Tailleville.
  • Émile Zola (1840 - 1902), écrivain, a séjourné à Saint-Aubin du 2 août au 4 octobre 1875, pour la santé de sa femme Alexandrine. Il y termina Son Excellence Eugène Rougon et commença celle de L'Assommoir, roman qui allait asseoir sa notoriété[11].
  • Gustave Canet (Belfort, 29 septembre 1846 - Saint-Aubin, 9 octobre 1912), commandeur de la Légion d'honneur, ingénieur d'École centrale, conseiller municipal de Saint-Aubin, bienfaiteur de la commune. Il possédait sur la digue la villa "La Tourelle" détruite en 1944.
  • Louis Pasteur (1822-1895) séjourna plusieurs années dans la station balnéaire[réf. nécessaire].
  • Léon Lecornu (1854 - 1940 à Saint-Aubin-sur-Mer), ingénieur et physicien. Il épouse en 1882 à Saint-Aubin-sur-Mer Henriette Favreau, la fille de Léon Favreau plusieurs fois maire de la commune. Léon Lecornu habitait la Romillonne, maison actuellement située rue du Maréchal-Foch.
  • Lucy Arbell (1878-1947), cantatrice, de son vrai nom Georgette Wallace, y possédait, sur la digue, la villa La Favorite qui existe toujours. Le compositeur Jules Massenet (1842-1912) lui rendit fréquemment visite.
  • Maurice Duclos (1906-1981), dit Saint Jacques, débarqué le 3 août 1940 par une vedette de la Royal Navy, à Saint-Aubin où il a des attaches familiales. Il fut le premier officier à être envoyé par le général de Gaulle en zone occupée pour y organisr la résistance ; il jette les bases du réseau Saint Jacques, le premier et l'un des plus importants réseaux de la Résistance ; compagnon de la Libération, officier de la Légion d'honneur, officier de l'Empire britannique.
  • Jean Lemonnier (né en 1950 à Saint-Aubin), sculpteur, peintre officiel de la Marine titulaire en 2012.
  • Olivier Mériel (né en 1955 à Saint-Aubin-sur-Mer), photographe.
  • Scholastique Mukasonga (née en 1956), écrivain, lauréate du prix Renaudot 2012 pour Notre Dame du Nil, est alors installée à Saint-Aubin-sur-Mer[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Petit futé Normandie, Nouvelles Éditions de l'Université,‎ 2010 (lire en ligne), p. 183
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  3. Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements et avis du Conseil d'État, 1851, p. 282 [lire en ligne]
  4. a, b, c et d Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. « GASO, la banque du blason - Saint-Aubin-sur-Mer Calvados » (consulté le 29 juillet 2012)
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  7. Liste des unités urbaines officielles en France avec les villes les composant, disponible en téléchargement au format texte (Insee)
  8. « Palmarès du concours des villes et villages fleuris » (consulté le 8 juillet 2013)
  9. « Site officiel de la Fédération française de football – Ent. S. St-Aubinaise. » (consulté le 16 août 2012)
  10. a et b Jalouse, Magazine Jalouse no 32 de 2002
  11. [doc] « Comptoir littéraire - André Durand présente Émile Zola » (consulté le 21 août 2012). Page 36.
  12. « Ouest-france.fr - Le Prix Renaudot décerné à la Normande Scholastique Mukasonga » (consulté le 28 novembre 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]