Opération Avalanche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Avalanche.
Opération Avalanche
Invasionofitaly1943.jpg
Informations générales
Date 3 - 16 septembre 1943
Lieu Salerne, Calabre, Tarente en Italie
Issue Victoire alliée
Belligérants
États-Unis États-Unis
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau du Canada Canada
British Raj Red Ensign.svg Indes britanniques
Drapeau : Troisième Reich Reich allemand
Flag of Italy (1861-1946).svg Royaume d'Italie (jusqu'au 8 septembre)
Commandants
Harold Alexander
Bernard Montgomery
Mark Wayne Clark
Albert Kesselring
Heinrich von Vietinghoff
Forces en présence
190 000 hommes 100 000 hommes
Pertes
2 009 tués
7 050 blessés
3 501 disparus
3 500 tués, blessés ou disparus
Seconde Guerre mondiale
Batailles
Campagne d'Italie
Opération Corkscrew · Bataille de Lampedusa · Débarquement de Sicile · Massacre de Biscari · Opération Avalanche · Armistice de Cassibile · Défense manquée de Rome · Guerre civile italienne · Opération Slapstick · Libération de la Corse · Insurrection de Naples · Bombardement du Vatican · Campagne de la rivière Moro · Ligne Gustave · Bataille du mont Cassin · Massacre de Monchio, Susano et Costrignano · Attentat de Via Rasella · Massacre des Fosses ardéatines · Bataille du Garigliano · Opération Shingle · Conquête de l'île d'Elbe · Prise d'Ancône · Massacre de Sant'Anna di Stazzema · Ligne gothique (Gemmano · Rimini · San Marino · Montecieco) · Massacre de Marzabotto · Offensive de printemps 1945 · Prise de Bologne

Front d'Europe de l'Ouest


Front d'Europe de l'est


Campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée


Bataille de l'Atlantique


Guerre du Pacifique


Guerre sino-japonaise

L'opération Avalanche est l'une des opérations principales de débarquement des troupes alliées dans la péninsule italienne pendant la Seconde Guerre mondiale. Ce débarquement a lieu à proximité de Salerne pendant que deux opérations de diversion ont lieu en Calabre (Opération Baytown) et à Tarente (Opération Slapstick).

Contexte[modifier | modifier le code]

Pressés par Staline d'ouvrir un front en Europe de l'Ouest pour soulager le front russe, les Alliés sont tenus de débarquer quelque part en Europe. Pour les Anglais, l'urgence est la Grèce car Churchill craint une future Grèce communiste en cas d'avancée soviétique sur le front de l'est et à terme un contrôle russe sur la méditerranée orientale. Mais ce choix est refusé par les États-Unis, pour qui l'Italie est le meilleur choix car ils la considèrent comme le maillon faible de l'Axe et qu'elle se trouve à proximité des bases alliés en Afrique du Nord.

Après la prise de la Sicile lors de l'Opération Husky durant l'été 1943, le commandement allié cherche le meilleur endroit pour débarquer dans la péninsule. L'histoire récente leur avait montré qu'un assaut direct de troupes de débarquement pour prendre un port était voué à l'échec (Dieppe, 1942), d'où l'impossibilité de prendre Tarente. Débarquer plus au nord, près de Rome, est impossible pour diverses raisons tactiques, Naples pose le même problème que Tarente. Il ne reste donc que Salerne avec ses plages de sable en pentes douces.
Pour le commandement allemand en Italie dirigé par le FeldMarschall Albert Kesselring, il ne fait aucun doute que l'endroit le plus propice à un débarquement anglo-américain est Salerne pour les mêmes raisons.

Le débarquement de Salerne a pour objectif la prise du port de Naples.

La situation en Italie[modifier | modifier le code]

L'Italie cherche à négocier avec les Alliés une reddition tout en faisant croire aux Allemands qu'elle poursuit la guerre. Les Alliés surpris ne s'attendent pas à une défection de l'Italie, et mettent du temps avant de se décider. Ils demandent alors une reddition sans condition à l'Italie.

Côté allemand, la défection de l'Italie est prise en compte et Rommel met au point un plan d'invasion et de désarmement de l'armée italienne, tout en faisant croire aux Italiens que les Allemands ne croient pas leur défection possible.

Article détaillé : Armistice de Cassibile.

Mais peu de temps avant le débarquement allié, la radio italienne annonce la capitulation sans condition de l'Italie.

Le plan de Rommel est déployé et dans l'ensemble, la plupart des unités italiennes sont désarmées.

La campagne d'Italie se fait donc presque sans les Italiens, même si on trouve par la suite des divisions co-belligérantes (divisions italiennes qui aident les Alliés) ou les unités de la nouvelle république fasciste de Mussolini mises en place par l'Allemagne. Ces deux entités n'ont alors que des missions d'arrière-plan.

Forces engagées[modifier | modifier le code]

Alliés

soit un total de 85 000 hommes.

Force de l'Axe

soit un total de 50 000 hommes.

À plusieurs reprises des unités se débandent, aussi bien dans les rangs britanniques qu'américains. Les 46 et 56th infantry division sont des unités inexpérimentées et novices, et le front n'a tenu que par les rangers et les commandos britanniques qui payèrent un lourd tribut[1].

Le succès de l'opération Avalanche ne serait dû qu'à la Task Force 80 (TF80) de la 8e Flotte US, et la Western Naval Task Force, du vice-amiral Henry K. Hewitt comprenant notamment 2 cuirassés, qui bombarde la 16e Panzer division, menaçant les forces allemandes, avec des obus de fort calibre de l'artillerie lourde de marine.

Dans l'impossibilité de lutter contre la marine alliée, les Allemands sont contraints de se replier.

Dans la nuit précédent le repli allemand, la Luftwaffe, active durant toute l'opération, endommage par deux bombes planantes Fx 1400 Fritz X l'USS Savannah, l'un des deux cuirassés américains. Le 16 septembre, le cuirassé britannique HMS Warspite sera également gravement endommagé par ce type de bombes.

Situation tactique[modifier | modifier le code]

Situation tactique générale[modifier | modifier le code]

  • Aérienne

La région de Salerne se trouve déjà sous les bombardements depuis la fin juin 1943.
Mais de leur côté, les bases alliées en Afrique et les nouvelles installations établies depuis peu en Sicile doivent faire face aux bombes du IIIe Reich qui poursuit ses campagnes de raids aériens à longue distance.
Pour Avalanche les Alliés disposent d'un appui aérien en provenance de porte-avions et de bases à terre (450 km de la Sicile, soit 20 minutes de trajet).

  • Terrestre

La VIIIe Armée a déjà débarqué en Italie (Messine).

  • Maritime

La suprématie des Alliés en Méditerranée est bien établie et ne peut être remise en cause.

Situation à J-1[modifier | modifier le code]

  • Ennemi

Les forces allemandes reçoivent l'ordre d'alerte ORKAN pour faire face à un débarquement majeur.
Mission donnée à la division Hermann Goering (région de Naples): Attaquer et détruire complètement en les rejetant à la mer les forces ennemies débarquant à Salerne.

  • Alliés

Environ 450 bâtiments approchant du golfe de Salerne (estimation de la reconnaissance allemande: 100 à J-2).
La zone de plageage est divisée en deux sites pour les Britanniques et les Américains (erreur de planification: entre les deux se trouve un espace libre de 10 km).

Objectifs alliés:

  1. S'emparer de Salerne et y établir une solide tête de pont pouvant s'appuyer sur le port de la ville.
  2. Prendre une tête de plage entre les rivières de Picentino et d'Asa.
  3. Prendre la ville de Naples avant J+3.
  4. Saisir les hauteur surplombant Salerne et empêcher leur usage par les observateurs d'artillerie allemands.
  5. Prendre et tenir les passages obligés sur la route de Naples.
  6. Prendre la ville de Battipaglia jusqu'à la voie de chemin de fer (centre de communications ennemi y compris).
  7. S'emparer de l'aéroport de Montecorvino.
  8. Protéger le flanc droit de la tête de pont.
  9. Faire mouvement vers la VIIIe Armée de Montgomery et tenir les axes principaux.
  10. Établir un espace de manœuvre d'au moins 10 km de profondeur dans tous les secteurs d'attaque.

Situation le Jour J[modifier | modifier le code]

  • Ennemi

Informées trop tardivement de l'arrivée des forces alliées, les troupes allemandes ne peuvent empêcher le débarquement: seulement 108 sorties aériennes (82 chasse / 26 attaques au sol).

  • Alliés

Environ 450 bâtiments au plageage et en opérations dans la zone de Salerne. Intervalle de 10 km entre les plages.
Appui feu naval tardif mais 700 sorties aériennes depuis la Sicile plus 250 à partir des porte-avions.
Cartes non à jour et tirs fratricides en défense sol-air.

Compte-rendu allié:

  • La plupart des objectifs ne sont pas atteints.
  • La tête de pont est consolidée (Plans: 100 km2, 10-12 km de profondeur / Réalité: 6 km de profondeur, hauteurs toujours aux mains de l'ennemi).
  • 812 véhicules débarqués sur 1 600 planifiés
  • 50 tonnes de matériels sur les 1 830 planifiées.

Situation à J+1[modifier | modifier le code]

  • Ennemi

Contre-attaques à Salerne / Vietri et à l’usine de tabac dans l’intervalle entre les plages.

  • Alliés

Bâtiments au plageage et en opérations.
Intervalle de 10 km entre les plages toujours présent. Trop de tirs fratricides en défense sol-air.
Les PC ne sont pas encore débarqués!

Compte-rendu allié: Si nous ne pouvons pas repousser ces contre-attaques allemandes, il va falloir refaire Dunkerque.

Situation à J+2[modifier | modifier le code]

  • Ennemi

Contre-attaques à Sele – Calore. L’usine de tabac dans l’intervalle de 10 km entre les plages attire les contre-attaques.
Un peu plus de 120 sorties aériennes.

  • Alliés

Bâtiments au plageage et en opérations dans la zone de Salerne.
Appui feu naval en cours et 600 sorties aériennes. Le port de Salerne reste toujours fermé.
L’intervalle de 10 km entre les plages est toujours présent, à la suite des contre-attaques, la profondeur de la plage est réduite par endroit à 1 km !
Tirs fratricides en défense sol-air mais aussi au sol par manque de coordination, de moyens de transmissions et d’actions bien planifiées.
Les PC ne sont toujours pas débarqués !
Salerne est officiellement occupé

Situation à J+3[modifier | modifier le code]

  • Ennemi

Nouvelles contre-attaques à l’usine de tabac.

  • Alliés

Le PC Ve Armée est enfin débarqué mais le port de Salerne est toujours fermé.
L’intervalle entre les plages existe toujours.
Difficultés de progression des troupes dans la zone de Vietri et Salerno (sous-estimation du terrain montagneux).
Radar d’alerte déployés sur Capri. Pistes de combat de la zone de débarquement non utilisables hors poser d’urgence.
Hôpital de campagne installé.
Nuages de poussière du fait des bombardements amis et ennemis limite les reconnaissances aériennes comme le bon positionnement des troupes. Distances de combat quelquefois inférieures à 100 m.
Pertes amies estimées : 7 %

Situation de J+4 à J+5[modifier | modifier le code]

  • Ennemi

Abandon de l’usine de tabac. Attaques bloquées par l’emploi massif d’appui feu naval.
5 divisions allemandes au contact.
Maîtrise aérienne des alliés.

  • Alliés

La 82e Airborne (600) est envoyée en renforcement des zones de la tête de plage au sud dans la nuit de J+4 à J+5.
Le port de Salerne n’est toujours pas ouvert.
L’intervalle entre les plages persiste. Préparations du réembarquement (opérations Sea Lion et Sea Train). Le débarquement est stoppé sur les plages du sud.
Capri est occupé.
Moins de tirs fratricides.
Le PC allié s’installe à Pontecagnano.
Appui feu naval très efficace et 700 sorties tactiques.
Possibilité de réembarquement d’une partie des troupes en vue du renforcement de l’autre partie.

Situation de J+6 à J+11[modifier | modifier le code]

  • Ennemi

Forces allemandes sur la défensive. PC de Vietinghoff prêt à une contre-attaque blindée vers Salerne.
Dernière contre-attaque vers Salerne et Battipaglia. Salerne non occupé, ligne alliée non rompue.
Préparation du repli par désengagement de la zone côtière pour éviter les tirs AFN. Ligne de Volturno à tenir jusqu’au 15 octobre.
Désengagement des forces du sud et retrait à l’est d’Eboli. Troupes du nord renforcent leurs positions dans les montagnes. Cols et terrain de Montecorvino toujours sous les feux de l’artillerie.

Compte-rendu allemand

  • Succès défensif.
  • Repli en ordre en conservant les capacités de tirs d’artillerie sur les alliés.
  • Alliés

Nombreux bombardements aériens. 2 bâtiments supplémentaires pour l’appui feu naval sur Battipaglia et Eboli et 2 bâtiments supplémentaires sur Naples, attaque des positions allemandes de Nocera.
Les renforts blindés en place sur les plages.
Personne ne s’est rendu compte qu’il n’y avait plus d'Allemands au sud d’Agropoli.
15 km au SE d’Agropoli: les forces débarquées de la Ve Armée sont au contact avec la VIIIe Armée.
Action tournante de la Ve Armée pour rejoindre la VIIIe Armée comme supposé par les Allemands.
Combats pour les cols conduisant à Naples / Campania. Eboli occupé et Salerne renforcé.
Première période de calme pour les troupes à terre.
Fin de la bataille de Salerne.
Le général Dawley est relevé de son commandement.

Bilan[modifier | modifier le code]

Points négatifs pour les Alliés :

  • Trop grande dispersion des états-majors sur le terrain et manque de liaison entre eux.
  • 10 jours avant le jour J, les plans étaient encore trop imprécis. Les modifications ont été permanentes. Résultat : un intervalle de 10 km.
  • L’objectif, s’emparer d’un grand port en vue de permettre une arrivée massive de moyens destinés aux forces d’invasion, n’a pas été atteint.
  • L’appui aérien embarqué s’élevait à seulement 120 appareils pendant trois jours.
  • Aucune surprise tactique dans l’approche discrète.
  • Pas d’appui feu naval dans les plans initiaux et encore uniquement sur Salerne mais pas sur Naples.
  • Troupes insuffisamment organisées ou entrainées pour le combat en montagne.
  • Trop d’objectifs en trop peu de temps.
  • Mauvais positionnement des radars. Les hauteurs de Sorrent limitent le champ de vision au nord. Repositionnement très tardif sur Capri.
  • Mauvaises communications mer– terre. Actions et missions pas assez planifiées.
  • Troupes amies gênées par les moustiques et les diarrhées dues à la consommation de fruits frais du pays.

Points positifs pour les Alliés :

  • Nouvelles technologies (bâtiments lance-roquettes hedgerows)

Points négatifs pour les défenseurs :

  • Hitler et l’OKW avaient déjà abandonné la partie sud de l’Italie.
  • Le plan d’invasion était bien connu mais les réactions n’en ont pas tenu compte du fait d’un manque de liaison entre PC (2 divisions de plus auraient pu faire tourner la situation en faveur des Allemands).
  • La flotte d’invasion a pu atteindre les plages, certaines à moins de 400 m, sans être détectées, réduisant à néant le plan ORKAN.
  • Le plages de Maiori et d’Amalfi n’étaient pas bien défendues. Les Rangers et les Commandos ont pu plager plus facilement qu’ailleurs.

Points positifs pour les défenseurs :

  • Haute valeur morale des troupes.
  • Les positions vraiment vitales défendues en parfaite coordination avec la planification de repli.
  • Excellent camouflage (empêchant un meilleur AFN). Grande mobilité.
  • Nombreuses actions bien préparées en planification sans problème de communication lors des combats.
  • Soutien logistique peu gêné par les bombardements.
  • Cols étaient bien défendus, positions des mortiers hors des champs de tir des alliés.
  • Nouvelles technologies (bombes guidées).
  • PSYOPS (opérations psychologiques) de qualité et efficace.

Des deux côtés n’existaient de vrais réseaux d’échange d’information tant sur le plan horizontal que vertical.
N’oublions pas que les transmissions et le radar tout comme les contre-mesures électroniques se trouvaient à un niveau embryonnaire en comparaison avec les standards actuels. Il n’existait ainsi sur le terrain aucun système d’interception.
Du côté allemand, le manque de moyens de communications (ce n’était pas la doctrine de l’époque) n’a pas permis la concentration efficace des moyens en une action unique capable de rejeter les troupes débarquées à la mer.
Avec les moyens modernes, il est certain qu’Avalanche aurait plus mal fini.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. notamment par la mort du chef des commandos britanniques, le capitaine Duc de Wellington