Canal de Caen à la mer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Canal de Caen à la mer
Illustration.
Pegasus Bridge sur le canal de Caen à la mer
Géographie
Pays France
Coordonnées 49° 10′ 57″ N 0° 21′ 12″ O / 49.1825, -0.35333333 ()49° 10′ 57″ N 0° 21′ 12″ O / 49.1825, -0.35333333 ()  
Début Bassin Saint-Pierre à Caen
Fin Manche à Ouistreham
Traverse Calvados
Caractéristiques
Longueur 14 km
Altitudes Début :  m
Fin :  m
Maximale : 4 m
Minimale : 0 m
Mouillage 10 m
Infrastructures
Écluses 2
Histoire
Année début travaux 1844
Année d'ouverture 1857
Schéma

Le canal de Caen à la mer relie Caen au port de Ouistreham sur la Manche dans le département du Calvados.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XVIIIe siècle, l'envasement de l'Orne empêche le développement du port de Caen. L'ingénieur Cachin propose de creuser un canal parallèlement au fleuve. Napoléon Bonaparte fait paraître un décret pour réaliser les travaux en 1811. Malheureusement, les finances non disponibles et la chute du régime feront que l'ouvrage ne sera pas réalisé. Néanmoins, le besoin se faisant sentir chez les armateurs, des projets de canal reliant Caen à la mer sont présentés. C'est finalement le projet de l'ingénieur Pattu, exposé le [1], qui est accepté par la loi du [2]. Les travaux de percement du canal long de 14 kilomètres, commencés en 1844, traînent en longueur et la nouvelle voie d'eau n'est ouverte officiellement que le [3]. Il est inauguré le par Napoléon III et l’Impératrice Eugénie. La profondeur du canal est plusieurs fois revue à la hausse[3] :

  • 4 mètres à l'origine en 1857,
  • 4,50 mètres en 1860–1864,
  • 4,70 mètres en 1875,
  • 5,22 mètres en 1877–1882,
  • 5,72 mètres en 1895–1899.

De 1866 à 1868, des locomotives à vapeur, fonctionnant sans rails, sont expérimentées le long du canal pour tracter les navires[4]. Puis en 1868, un service de touage est autorisé entre Caen et l'avant-port de Ouistreham[5]. En 1888, la chambre de commerce est autorisée à établir et à administrer un service de remorqueurs à vapeur dans le port de Ouistreham[6].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Sur la commune de Bénouville, le canal longe le château.

Le canal commence au bassin Saint-Pierre dans le port de Caen, tout au long du canal sont aménagés des quais. La profondeur actuelle est de 10 mètres et la largeur peut atteindre 200 mètres (dans le bassin de Calix).

L’une des deux écluses du port de Ouistreham, à l’embouchure du canal, peut accueillir des navires de plus de 200 mètres de long.

La ligne Caen-Dives/Luc des chemins de fer du Calvados longeait le canal jusqu'à Ouistreham entre 1891 et 1944. Le chemin qui longe la rive gauche du canal a été transformé en GR 36 et en voie verte, c'est la Voie verte de Caen à Ouistreham.

Services[modifier | modifier le code]

Les zones portuaires situées le long du canal, disposent de divers équipements et services. Parmi ceux-ci figurent, le pilotage de Caen, station rattachée au pilotage de Seine, un service de lamanage ainsi qu'un service de remorquage, comptant deux navires opérationnels.

Ponts[modifier | modifier le code]

Le canal a été ou est enjambé par :

Écluses[modifier | modifier le code]

dimensions des écluses de Ouistreham : écluse Ouest : 225 m x 28,45 m écluse Est : 181 m x 18 m

Communes traversées[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Canal de Caen à la mer », dans l'Annuaire du département du Calvados pour l'année 1846, Caen, H. Leroy, 1846, pp. 353–379
  2. Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements et avis du Conseil d'État, 1837, t. 37, p. 265 [lire en ligne]
  3. a et b Yves Lemarec, « Le port de Caen et les mines de chemin de fer de Basse-Normandie » dans les Annales de géographie, année 1912, volume 21, n°117, pp. 213-229 [lire en ligne]
  4. Le Journal des transports : revue internationale des chemins de fer et de la navigation, Paris, 19 avril 1889, no 16 p. 190 [lire en ligne]
  5. Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements et avis du Conseil d'État, 1868, p. 413 [lire en ligne]
  6. Ibid., 1888, p. 300 [lire en ligne]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :