Parachutisme militaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Soldats américains lors d'un entraînement

Le parachutisme militaire est la technique consistant à mettre en place, par parachute, du personnel, du matériel ou des approvisionnements dans le cadre d'opérations militaires. L'utilisation du parachute comme moyen de secours n'entre pas dans ce cadre.

Historique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire du parachutisme militaire.

Pendant la Première Guerre mondiale, le parachute fut utilisé par des aérostiers (observateurs installés dans les nacelles des ballons captifs). En effet, lors de l'offensive d'automne en Champagne du général Joffre, l'aérostation perd plusieurs ballons. Le commandement demande alors au centre de Chalais-Meudon de trouver une parade. On pense tout de suite à armer la nacelle mais deux officiers de l'aérostation, le lieutenant Jumesch, et le capitaine Letourneur, proposent d’utiliser le parachute. Un prototype est essayé par Constant Duclos, un fusilier marin. Contrairement à une idée reçue, aucun pilote d'avion n'en fut équipé sauf les Allemands à partir de 1918. C'est à la fin de cette guerre que les Alliés eurent l'idée d'employer le parachute pour mettre en place une unité militaire. Les premiers essais pratiques n'eurent toutefois lieu qu'à partir de 1930 en Union soviétique. Au milieu de la décennie, l'Allemagne s'y intéressa également.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le parachutage peut se faire de jour comme de nuit ; la contrainte principale étant la vitesse du vent.

Dans le parachutisme militaire, on distingue :

  • le parachutage humain avec ouverture automatique ;
  • le parachutage humain avec ouverture commandée ;
  • le parachutage de matériel et d'approvisionnement.

Parachutage humain avec ouverture automatique[modifier | modifier le code]

Sauts de soldats américains, par l'arrière d'un avion Hercules C-130, avec ouverture automatique, lors d'un exercice aux États-Unis en 2004

Concept[modifier | modifier le code]

Les parachutistes accrochent la sangle d'ouverture automatique (SOA) de leur parachute à un point fixe ou à un câble de l'aéronef (avion, hélicoptère ou parfois, pour l'entraînement, ballon). Lors du saut, la sangle se délove et tire le parachute hors de son sac. Lorsque le parachute est complètement sorti du sac la coupole peut s'ouvrir. La SOA et le sac à voile pendent alors par la portière et sont ramenés à l'intérieur par un treuil. À noter qu'il arrive que le déploiement se réalise mal et que le parachutiste reste accroché à l'avion par la SOA. Dans ce cas il peut être ramené à l'intérieur de l'aéronef par le treuil ou la SOA est coupée par le largueur et le parachutiste utilise son ventral.

Cette technique permet le largage en masse. On peut ainsi, à partir d'un C-141, larguer en un seul passage 120 hommes (60 par porte) pour autant que la zone de saut soit assez grande. La file des parachutistes se succédant par la même porte est appelée « stick »; en France le terme utilisé est « câble ». Ces câbles sont dénommés A, B, C, ou D lorsqu'il y a quatre câbles dans l'avion, comme par exemple dans le Transall C160 ou l'Hercules C130 (Cf. Schéma ci-dessous) NB: les parachutistes accrochés aux câbles A et B sortent par la portière gauche de l'avion, ceux accrochés aux câbles C et D par la portière droite.

Le saut peut également se faire, en dehors des portes latérales, par l'ouverture de la rampe d'accès de l'avion ou « tranche arrière »; mais cette technique est assez rare pour le saut en automatique.

Le parachute[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Parachute.
Ce parachutiste militaire de l'USMC utilise le modèle de parachute T10-C en service depuis 1986 dont les premières versions ont été conçus par Irvin dans les années 1950[1]..

En fait, il y a normalement deux parachutes. Le parachute principal dit dorsal (car placé sur le dos) et un parachute de secours appelé réserve ou ventral. Dans l'armée française, ce ventral est le TAP 511, parachute semi automatique, doté d'un dispositif d'aide au déploiement qui permet de placer la voilure hors du sillage du parachutiste dans les cas critique où la voile dorsale n'a pas été extraite ou en cas d'accident sous voile.

Selon le type, le parachute dorsal a un poids de 11 à 14 kg avec une voilure de 70 à 90 m² soit, ouvert, un diamètre de 7 à 10 m. Le parachute de réserve pèse 5 à 6 kg, s'accroche sur le harnais du dorsal et a une surface d'environ 50 m².

Le TAP 696-26 pèse 13,50 Kg, a une superficie de 74 m², un temps d'ouverture pour 130 Kg à 130KTs de 4 secondes, une vitesse verticale pour 80 Kg de 4,8 m/s et pour 130 Kg de 6 m/s.

Le TAP 672-12 pèse 11,55 Kg, a une superficie de 74 m², un temps d'ouverture pour 130 Kg à 130KTs de 3,4 secondes, une vitesse verticale pour 80 Kg de 5,2 m/s et pour 130 Kg de 6,6 m/s.

Les parachutes utilisés sont de type hémisphériques (rond) car ils n'ont pas ou peu de vitesse horizontale à l'ouverture. Étant donné la proximité des parachutes lors de la sortie, il est souhaitable qu'ils se déplacent tous initialement dans la même direction (celle du vent) afin d'éviter des accrochages.

Certains parachutes sont munis d'une fente et ont une faible vitesse horizontale. Le parachutiste doit alors réagir rapidement à l'ouverture pour contrôler sa direction. Le parachute américain T10 a un comportement neutre à l'ouverture mais devient manœuvrable après enlèvement de goupilles (forks) lors de la descente. Les parachutes manœuvrables permettent d'éviter plus facilement les obstacles à l'atterrissage.

Depuis 1980, en remplacement du parachute de type 672-12, l'armée française a mis au point et utilise le parachute de type 696-26 dit EPI (Ensemble de Parachutage Individuel). La voilure de 74 m² est normalement neutre mais quand elle est sollicitée par l'intermédiaire des poignées sur les élévateurs, elle peut acquérir une vitesse horizontale de 2 à 3 m/s. Une gaine amovible a été prévue pour protéger le matériel emporté lors du saut.

À la même époque, l'armée allemande développe le T3-F. Ce système comporte, pour chaque homme, 3 parachutes de 36 m² qui s'ouvrent simultanément. Vu l'improbabilité qu'aucun des 3 parachutes ne s'ouvre, le réserve devient inutile et le largage peut se faire à la hauteur de 80m. Un accident mortel a mis fin à ce projet.

Le parachutiste militaire[modifier | modifier le code]

Mannequin en uniforme de parachutiste de l'infanterie de Marine Parachutiste équipé

En plus de ses parachutes (20 kg), le parachutiste militaire est chargé de son arme et de son sac. Les sacs très lourds ou les armes encombrantes (mitrailleuses) sont placées dans une gaine.

En France, les gaines les plus fréquentes sont :

1) La gaine EL32 qui contient le sac à dos avec le matériel nécessaire à la mission. Sur cette gaine est fixée un fourreau EL33 qui contient le FAMAS ou le fourreau EL 34 qui peut contenir une arme automatique, un lance-roquette anti-char ou un fusil de tireur d'élite. Cette gaine EL32 associée au fourreau ne doit pas excéder 40 Kg.

Elle se porte sous le ventral, elle est largable par un dispositif de suspension et un système de dégrafage rapide. Elle est suspendue après délestage au harnais du parachutiste par une corde de délestage de 6 mètres de long; ceci afin de réduire le poids et l'encombrement au moment de l'atterrissage.

2) La gaine EL20, plus importante que l'EL32, est utilisée surtout par les chuteurs opérationnels car elle peut contenir plus de matériels que l'EL32.

Il n'est pas rare que le parachutiste militaire se retrouve avec 50 kg sur le dos (parachutes + équipement) lorsqu'il monte dans l'avion. Dans le jargon parachutiste, un saut sans équipement s'appelle « saut de sénateur » ou « à poil » !

Le premier parachutiste d'une file (stick ou câble) peut être précédé d'un colis parachuté de 50 à 80 kg. Ce parachutiste est chargé de localiser le colis à l'atterrissage. De manière similaire, un colis peut être également largué à la suite du dernier homme.

La descente[modifier | modifier le code]

La vitesse de largage d'avion est de l'ordre de 200 km/h ce qui, pour un délai d'une seconde entre deux hommes, se traduit par un écart de 50 m une fois le parachute ouvert. Dans le cas d'un avion doté de deux portes, le saut opérationnel se fait simultanément par les deux portes, ce qui fait que l'écart théorique entre deux parachutistes est de l'ordre de 25 m. En pratique, il y a parfois des collisions et les parachutistes militaires sont entraînés à les éviter ou à y faire face.

La vitesse de descente est de 5 à 6 m/s (8 avec uniquement le parachute de réserve). La vitesse de descente ne correspond toutefois pas à la vitesse d'atterrissage car il faut tenir compte également de la vitesse du vent. Ainsi la vitesse d'atterrissage peut varier entre 18 km/h (vent nul) et 34 km/h (vent de 30 km/h).

La hauteur (et non l'altitude) de largage normale est de 400 m. L'abaissement, c'est-à-dire la perte de hauteur nécessaire à l'ouverture du parachute est de 50 m. La durée de la descente est de moins d'une minute. Dans certaines situations opérationnelles, le largage peut s'effectuer à 200 m mais l'utilisation du parachute de secours en cas de dysfonctionnement devient alors aléatoire.

L'utilisation de l'arme pendant la descente n'est que de la fiction cinématographique. La durée du saut (moins de 50 secondes), la nécessité de manipuler la voilure pour éviter les accrochages et pour préparer l'atterrissage, le peu d'efficacité et même le danger que poserait pour les autres parachutistes l'utilisation de l'arme pendant la descente rendent cette pratique inopportune. Toutefois, il est utile, pour le parachutiste de pouvoir disposer rapidement de son arme après l'atterrissage.

La zone de saut[modifier | modifier le code]

Le largage en masse de parachutistes requiert certaines conditions de terrain. Les zones de saut ou de largage appelées DZ (de l'anglais Dropping Zone) doivent être suffisamment étendues et ne pas comporter trop d'obstacles (lignes à haute tension, arbres, bâtiments, plans d'eau profonds…). La longueur de la DZ dépend de la longueur du stick (nombre de parachutistes sortant en un passage par une porte). Ainsi, pour un C-130 larguant ses 60 parachutistes (2 sticks/câbles de 30) en un seul passage, il faut une DZ de plus de 2 km de long (50 m entre paras d'un même stick/câble + distance de sécurité).

Plusieurs avions peuvent se succéder au-dessus de la même DZ et l'on peut avoir 3 « couches » de parachutistes en l'air en même temps.

Le parachutage en mer ou sur des plans d'eau existe pour les nageurs de combat ou les plongeurs de l'Armée de Terre. Ces derniers utilisent toutefois le plus souvent des parachutes à ouverture commandée.

Parachutage humain avec ouverture commandée[modifier | modifier le code]

Concept[modifier | modifier le code]

Dans le saut à ouverture commandée, c'est le parachutiste qui déclenche l'ouverture de son parachute en tirant sur une poignée. Le parachutiste choisit donc l'altitude à laquelle il ouvre son parachute. Il en découle deux techniques : HAHO et HALO. Actuellement, les parachutes utilisés sont du type aile car ces parachutes sont beaucoup plus manœuvrables. Le parachutage à ouverture commandée est principalement utilisé par les forces spéciales. Le largage à haute altitude permet plus de discrétion.

Les civils font de la chute libre, les militaires font de la chute opérationnelle. Cette dernière se distingue de la première par une altitude beaucoup plus haute, un saut avec matériel et souvent appareil respiratoire, l'entraînement au saut de nuit. Les appareils de vision nocturne et de navigation (GPS) ont beaucoup facilité ce type de saut.

Des militaires pratiquent également le saut en tandem (bien connu dans les initiations parachutistes pour civils). Le but est de pouvoir amener à un endroit particulier un "spécialiste" non parachutiste dans le cadre d'une mision spéciale. Dans cette technique, le "spécialiste" est accroché à l'avant du parachutiste. Le parachute employé est un "tout dans le dos", c'est-à-dire que le parachute principal et le parachute de réserve se trouvent tous les deux dans le dos du parachutiste.

HAHO[modifier | modifier le code]

HAHO signifie High Altitude High Opening. Le largage et l'ouverture du parachute se font à haute altitude. Le fait d'ouvrir le parachute à haute altitude permet de « planer » et d'atterrir très loin du point de largage. Ainsi, par exemple, après un saut à 8 000 m, un parachutiste peut parcourir une distance horizontale de plus de 30 km. Le largage peut même se faire à 10 000 m. À partir de 4 000 m, le parachutiste doit être équipé d'oxygène et de « vêtements chauds ». Cette technique permet de faire ce que l'on appelle de « l'infiltration sous voile ». Pendant la descente, les hommes sont reliés entre eux par radio mais ne l'emploient que si nécessaire.

HALO[modifier | modifier le code]

HALO signifie High Altitude Low Opening. Le largage se fait à haute altitude et le parachutiste n'ouvre son parachute qu'après une longue chute libre. Cette technique permet une mise en place très discrète. Alourdis par leur matériel, les chuteurs opérationnels atteignent la vitesse de 65 m/s (soit 234 km/h) ; ils tirent la poignée à minimum 700 m du sol ce qui donne une ouverture complète du parachute à 600 m. Cette petite marge de sécurité leur permet d'utiliser leur réserve en cas de problème d'ouverture.

Parachutage de matériel et d'approvisionnement[modifier | modifier le code]

Palette sur le point d’être parachutée d’un Hercules C-130.

Pour le largage aérien de matériel ou d'approvisionnement, le plancher de l'avion est généralement équipé de rouleaux. Dans ce cas, les matériels ou approvisionnements sont fixés sur des plates-formes, ce qui facilite leur mouvement sur le « tapis roulant » lors de leur largage. La sortie se fait, bien entendu, par l'arrière de l'avion qui est ouvert un peu avant le parachutage.

Il existe différentes techniques pour faire sortir les plates-formes de l'avion. L'avion peut, par exemple, se cabrer et l'extraction se fait alors par gravité. On peut aussi projeter à l'extérieur un parachute extracteur qui tire la charge hors du cargo. Les charges d'un même avion peuvent être reliées temporairement entre elles pour provoquer une extraction en chaîne.

À partir d'un avion C-130, il est ainsi possible de larguer par exemple soit trois jeeps, soit deux camionnettes ou deux blindés légers, soit 16 colis d'une tonne, etc. Les plates-formes sont suspendues à des parachutes de grande taille. Lors de l'arrivée au sol, un système de décrochage permet de libérer automatiquement les voilures afin que celles-ci ne fassent pas basculer la plate-forme.

Un M551 Sheridan largué à très basse altitude depuis un Hercules.

Une technique spectaculaire et redoutablement efficace est le largage TFH (Très Faible Hauteur) consistant à effectuer un largage à une altitude sol de deux mètres sans parachute proprement dit mais uniquement un parachute extracteur. Les charges étant disposées sur des palettes et amorties par des cartons. Actuellement, on peut utiliser des parachutes rectangulaires (ailes) pour effectuer un largage de matériel avec précision. L'aile est alors téléguidée par un opérateur à partir du sol.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Unités célèbres[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]