Košice

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Košice
Blason de Košice
Héraldique
Drapeau de Košice
Drapeau
Haut : Cathédrale Sainte-Élisabeth et chapelle Saint-MichelCentre : Vue aérienne généraleBas (de gauche à droite) : Théâtre d'état ; Centre de la rue Hlavná ; Statue des armoiriesEn superposition : Armoiries
Haut : Cathédrale Sainte-Élisabeth et chapelle Saint-Michel
Centre : Vue aérienne générale
Bas (de gauche à droite) : Théâtre d'état ; Centre de la rue Hlavná ; Statue des armoiries
En superposition : Armoiries
Administration
Pays Drapeau de la Slovaquie Slovaquie
Région Košice
District Košice I à IV
Statut Capitale régionale
Primator (maire) Richard Raši (SMER,MOST - HÍD)
mandat : 2010-2013
Code postal 040 01
Plaque
minéralogique
KE
Démographie
Population 240 688 hab. (31 déc. 2011)
(115 477 hommes – 125 211 femmes)
Densité 991 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 43′ 16″ N 21° 15′ 27″ E / 48.7211, 21.2575 ()48° 43′ 16″ Nord 21° 15′ 27″ Est / 48.7211, 21.2575 ()  
Altitude 208 m (min. : 184 m) (max. : 851 m)
Superficie 24 280 ha = 242,8 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Région de Košice

Voir sur la carte administrative de la Région de Košice
City locator 12.svg
Košice

Géolocalisation sur la carte : Région de Košice

Voir sur la carte topographique de la Région de Košice
City locator 12.svg
Košice

Géolocalisation sur la carte : Slovaquie

Voir la carte administrative de Slovaquie
City locator 12.svg
Košice

Géolocalisation sur la carte : Slovaquie

Voir la carte topographique de Slovaquie
City locator 12.svg
Košice
Liens
Site web www.kosice.sk
Sources
« Résultat des élections »
« Statistique de population »

Košice (prononcé en slovaque [ˈkɔ.ʃɪ.ʦɛ] Prononciation du titre dans sa version originale Écouter, allemand : Kaschau, hongrois : Kassa [ˈkɒʃ.ʃɒ]), appelée parfois Cassovie ([ka.sɔ.vi]) en français sur la base du nom latin Cassovia, est la deuxième ville de Slovaquie par sa population et était la cinquième de l'ancienne Tchécoslovaquie.

Située sur la rivière Hornád, carrefour routier et ferroviaire, Košice est la capitale régionale de la région de Košice (Košický kraj) mais elle étend son influence au-delà des frontières régionales à toute la Slovaquie orientale. La ville est le siège de plusieurs universités, de la cour constitutionnelle de Slovaquie et des diocèses catholique romain (depuis 1995 archidiocèse) et catholique grec.

Le centre-ville s'articule autour de la rue Hlavná, rendue aux piétons depuis 1986. Celle-ci comprend de nombreuses maisons, palais aristocratiques et églises mêlant les architectures gothiques, baroques ou art nouveau avec en son centre la plus grande église de Slovaquie, la cathédrale Sainte-Élisabeth. Le tout constitue le plus grand centre historique protégé de Slovaquie.

Ville royale, chef-lieu historique du comitat de Abaúj, c'est la première ville d'Europe à s'être vu attribuer des armoiries.

Košice démontre actuellement son regain d'attractivité en devenant pour un an capitale européenne de la culture en 2013 avec Marseille.

Sommaire

Toponymie[modifier | modifier le code]

Stèle comportant les armoiries de la ville et Cathédrale

Le premier document écrit faisant mention de l'implantation d'une communauté est daté de 1230 sous le nom de « Villa Cassa »[k 1]. Les autres anciennes formes rencontrées du nom Košice sont Cassa, Kassa et Kossa. L'origine n'est pas connue mais l'explication la plus probable serait que le lieu ait un nom d'origine slave pouvant se traduire par « Gens de Koša » dont Koša serait un nom de famille. Le bassin de Košice étant habitée à l'époque de la colonisation hongroise puis allemande, les nouveaux arrivants auraient emprunté le nom aux populations locales. Par la suite, les administrateurs allemands de la ville transformèrent le nom en Kaschau et les Hongrois en Kassa. La forme latinisée Cassovia et son adjectif Cassoviensis proviendraient de la Renaissance et de l'humanisme[1].

En français, la forme Cassovie fut utilisée jusqu'à la Seconde Guerre mondiale mais est aujourd'hui assez rare et on privilégie le terme local[2] ; mais en 1781, on pouvait lire dans l'Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers de Diderot et D’Alembert : « CASSOVIE ou CASCHAU, (Géog.) ville forte de la haute Hongrie, capitale du comté d’Abanwyvar. Long. 38. 28. lat. 48. 38. »[3].

Le tableau suivant reprend le nom de la ville à différentes époques[4] :

Années Noms Années Noms
1230 Kassa 1420 Caschowia
1257 Cassa 1441 Cassovia, Kassa, Kaschau, Košice
1261 Cassa, Cassa-Superior 1773 Cassovia, Kassa, Kaschau, Kossicze
1282 Kossa 1786 Cassovia, Kascha, Kaschau, Kossice
1300 Cossa 1808 Cassovia, Kaschau, Kassa, Kossice
1307 Cascha 18631913 Kassa
1324 Casschaw 19201938 Košice
1342 Kassa 19381945 Kassa
1388 Cassa-Cassouia 1945-1948 Košice
1394 Cassow depuis 1948 Košice

Le surnom de la ville est Ville de la tolérance et de la paix[k 2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Image satellite.
Plan d'ensemble.

Košice est située dans une cuvette ouverte vers le sud dans laquelle coule la rivière Hornád, un sous-affluent de la Tisa. Elle est encerclée par les montagnes de la Čierna Hora au nord et les collines des Volovské vrchy à l'ouest, ces deux formations faisant partie de l'ensemble des monts Métallifères slovaques. À l'est, les collines de Slanec (Slanské vrchy) ferment le paysage.

L'altitude moyenne du territoire de la ville est de 208 m, le point le plus bas est à 184 m sur la rivière Hornád et le plus élevé culmine à 851 m au sommet de la colline dénommée Vysoký vrch[k 3]. Les zones bâties se situent dans la cuvette à une altitude de d'environ 200 m seuls quelques quartiers périphériques sont construits sur les versants des collines environnantes jusqu'à une altitude de 300 m. La superficie du territoire de la ville est de 24 382 ha dont 9 270 ha (38 %) étaient toujours en 2003 des terres agricoles[k 3]. Au nord et à l'ouest de la ville, dans les massifs des Volovské vrchy et de la Čierna Hora, la ville exploite 19 432 ha de forêts qui dépassent ses frontières administratives, ce qui en fait le second propriétaire forestier d'Europe centrale non étatique après la ville autrichienne de Vienne[5]

La ville forme un carrefour entre les différents états voisins de la Slovaquie ; en effet, celle-ci n'est située qu'à 20 km de la Hongrie, 80 km de l'Ukraine, et 90 km de la Pologne, pays avec lesquels elle a des échanges économiques importants[k 4]. Néanmoins, elle souffre de la distance relativement grande avec les principales capitales de la région car si Budapest, la capitale de la Hongrie, n'est qu'à 260 km, Bratislava, la capitale slovaque, est elle à 402 km. La distance qui la sépare de Vienne est à peine supérieure à celle de Bratislava (478 km) et Prague, l'ancienne capitale de la Tchécoslovaquie, est à 675 km[6]. Toutes ces villes se situent nettement à l'ouest de la ville de sorte que celle-ci reste à l'écart des routes commerciales qui les relient.

Košice est la deuxième ville de Slovaquie après Bratislava de par sa population[k 4] et la cinquième de l'ancienne Tchécoslovaquie après Prague, Bratislava, Brno et Ostrava[7]. La ville la plus proche dépassant la population de la ville est Budapest. Au niveau européen, il est difficile de comparer la taille des villes en raison de statistiques organisées par chaque état à des dates et pour des organisations territoriales parfois hétérogènes. Néanmoins, le site city mayors la place en 274e position dans sa liste des villes européennes[8].

Tableau reprenant les trois plus grandes villes de Slovaquie selon la population et la superficie[9] :

1er position 2e position 3e position
Selon la population Bratislava (428 791 hab.) Košice (233 659 hab.) Prešov (91 273 hab.)
Selon la superficie Bratislava (367,66 km2) Vysoké Tatry (359,79 km2) Košice (242,8 km2)

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Le territoire de la ville est limité par 26 communes. Toutes ces communes sont des communes rurales et il n'y a pas de continuité du tissu urbain avec ces communes[10].

Communes limitrophes de Košice[10]
Košická Belá
Veľká Lodina
Sokoľ
Kostoľany nad Hornádom
Družstevná pri Hornáde
Budimír
Beniakovce
Malá Ida
Baška
Nižný Klátov
Vyšný Klátov
Košice[10] Hrašovík
Košické Oľšany
Sady nad Torysou
Košická Polianka
Šemša
Veľká Ida
Haniska
Sokoľany
Bočiar
Seňa
Vyšná Hutka
Nižná Hutka
Nižná Myšľa
Kokšov-Bakša
Valaliky

Hydrographie[modifier | modifier le code]

On compte pas moins de 28 cours d'eau sur le territoire de la ville, appartenant tous aux bassins des rivières de Hornád, Slaná et Tisa. Trois d'entre eux sont des rivières : Hornád, Ida et Torysa, cette dernière ne formant qu'une petite partie de la frontière est de la ville[11]. Le nombre des ruisseaux s'élève à 22 dont 18 ont leur source à Košice ; les plus importants d'entre eux sont Myslavský potok et Čermeľský potok. Au Moyen Âge, ce dernier traversait dans sa longueur la rue principale de la ville (Hlavná) avant d'être dévié en amont[k 5]. Trois canaux ont également été creusés dans les zones agricoles du sud de la ville. L'écoulement se fait de manière générale du nord vers le sud. Le barrage de Ružín en amont de la ville près du village de Malá Lodina permet de réguler la rivière Hornád. Malgré celui-ci, certains quartiers de la ville ont subi des inondations début juin 2010[12].

Géologie[modifier | modifier le code]

La ville se situe dans le système alpino-himalayen ou système téthysien, le sous-système des Carpates, la province des Carpates occidentales et la sous-province des Carpates occidentales intérieures, en partie dans la dépression de Lučenec-Košice et dans la région des monts Métallifères slovaques[13]. La structure géologique locale est dominée par la faille de Košice s'étendant du nord au sud et séparant les monts Métallifères slovaques des Slanské vrchy, monts d'origine volcanique. Cette faille s'est formée au Miocène à l'époque de l'activité volcanique des Slanské vrchy. La zone affaissée par cette faille est appelée cuvette de Košice et est recouverte de sédiments d'Argile du Miocène. La région des monts Métallifères slovaques au nord et à l'ouest de la ville repose sur des roches plus anciennes du Mésozoïque et du Paléozoïque[13]. Parmi les richesses minérales de la ville, on peut citer la magnésite qui fut exploitée jusqu'en 1997 et de la pechblende non-exploité à proximité de la montagne Jahodná[14].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Košíce est de type continental tempéré avec quatre saisons bien distinctes. Les températures moyennes varient de -3 °C en janvier à 19 °C en juillet[k 4] avec une moyenne annuelle qui se situe entre 8,4 et 8,7 °C. Le total annuel des précipitations est de 600 à 650 mm. Le nombre moyen d'heures d'ensoleillement est de 2 053,20 par an et le taux moyen d'humidité de 76,1 %[k 6]. Les extrêmes de températures enregistrées à Košice sont pour la plus élevée de 38,5 °C le [15], et la plus basse de -30,5 °C la Nuit du au [16].

Nuvola apps kweather.png Relevés météorologiques à Košice
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) -5 -3 0 5 9 12 13 13 10 5 0 -3 5
Température moyenne (°C) -2 0 4 9 14 17 18 18 15 9 2 -1 8
Température maximale moyenne (°C) 0 2 8 13 18 21 23 23 19 13 5 0 12
Record de froid (°C) -24 -22 -16 -3 -2 6 6 5 -2 -7 -12 -20 -24
Record de chaleur (°C) 11 15 23 25 28 31 33 32 30 24 17 12 33
Nombre de jours avec gel 28 23 14 2 0 0 0 0 0 4 15 25 114
Précipitations (mm) 20 30 30 30 60 80 80 70 50 30 40 30 610
Nombre de jours d'orage 0 0 0 1 5 6 6 5 2 1 0 0 26
Source : www.weatherbase.com[17]


Toutes les données du tableau de relevés météorologiques sont calculées sur 19 ans à l'exception des données relatives aux précipitations qui le sont sur 40 ans.

Environnement[modifier | modifier le code]

Le centre-ville ne compte qu’un seul parc. Le nom de celui-ci a régulièrement varié au cours du temps bien qu’il n’ait qu’une centaine d’années, période à laquelle il a remplacé des jardins privés. Il fut tour à tour appelé Szechenyi liget durant les périodes hongroises de la ville, Sokolský sad dans l’entre-deux-guerres et parc général Petrov sous le communisme. Il est maintenant simplement appelé parc urbain (slovaque : Mestský park)[18]. Un second parc de 9,7 ha dans lequel se trouvent trois châteaux est situé dans le quartier de Barca au sud de la ville[19]. De nombreux espaces verts sont présents dans les quartiers périphériques entre les immeubles à appartements.

Le véritable poumon vert de la ville se situe à l’ouest et au nord de celle-ci : il s'agit d'un parc forestier de 4 573 ha qui correspond à environ un quart de la superficie de forêt que possède la ville[5]. On y trouve de nombreux lieux de relaxation dont des sentiers balisés pour cyclistes et randonneurs, une ligne de chemin de fer touristique ou des pistes de ski[20]. Ces forêts comportent un territoire protégé d'importance européenne depuis 2004 grâce à à la présence de biotopes d'importance européenne[note 1] comprenant des espèces protégées au niveau européen[note 2]. Six réserves naturelles sont comprises dans ce territoire dont une, la réserve de Vysoký vrch, se situe en grande partie sur le territoire de la ville. Elle couvre une superficie de 36,52 ha et a reçu son statut de protection en 1993[21].

La firme Kosit a.s. est chargée de la gestion des déchets communaux ainsi que de l’entretien des voiries en été comme en hiver. Son capital est détenu à 34 % par la ville et 66 % par deux entreprises privées. Elle gère un incinérateur d’une capacité de 150 000 t inauguré en 1991. L’énergie produite est distribuée sous forme d’eau chaude pour le chauffage des habitations[22].

Deux entreprises furent des sources d'importantes pollutions industrielles. La décision de fermer la mine de magnésite de la colline de Bankov et l'usine de traitement de cette dernière à cause de leurs nuisances a été prise en 1993[k 7]. Depuis, le site est abandonné et attend une dépollution et une revalorisation. Le complexe sidérurgique U. S. Steel Košice est toujours en activité. Éloigné de plus de 10 km du centre-ville, des investissements ont été réalisés ces dernières années pour répondre aux normes plus sévères mises en place en Slovaquie sur base des directives européennes aussi bien du point de vue de la qualité de l'air, des rivières que de la pollution des sols autour de l'usine[23].

Histoire[modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Armoiries de Košice.

Le , le roi Louis Ier de Hongrie conféra à Košice dans une bulle des armoiries qui deviendront les plus anciennes conférées à une ville[k 8]. En 1423, le roi Sigismond Ier du Saint-Empire conféra à la ville ses deuxièmes armoiries et ses premiers privilèges en ajoutant au chef trois fleurs de lys[k 9]. Les seconds privilèges furent accordés en 1453 par le roi Ladislas Ier de Bohême en y apposant une couronne d'or[k 10]. Les troisièmes et derniers privilèges furent ceux du roi Vladislas IV de Bohême en 1502 qui compléta les armoiries et ajouta dans la pointe les armes de son épouse Anne de Foix[k 11].

Armoiries de Košice

Les armes de Košice se blasonnent ainsi : « Fascé de gueules et d'argent de huit pièces chargé d'un demi-aigle d'argent becquée, languée, membrée, liée et couronnée d’or dans la moitié senestre, au chef d'azur à trois fleurs de lis d'or et à la champagne d'azur à la bande componée d'or et de gueules de huit pièces »[k 12].

Le drapeau de la ville est composé de deux bandes horizontales jaune et bleu avec au centre les armoiries de la ville.

La patronne de la ville est Sainte Élisabeth de Hongrie. Il apparaît dans un écrit du pape martin IV de 1283 que la paroisse lui est déjà dédiée[k 13].

blason

Occupation du territoire avant la fondation de la ville[modifier | modifier le code]

Les archéologues ont trouvé de nombreuses traces, notamment à Barca, montrant que la région était habitée à l'âge de la pierre et l'âge du bronze. Selon toute vraisemblance, les Celtes auraient commencé à s'installer dans la région vers 300 av. J.-C. À partir du Ve siècle ap. J.-C., les Slaves firent leur apparition. Des tombes slaves et avars du VIe - VIIIe ont été retrouvées dans les localités de Barca, Kechnec, Šebastovce et Valaliky[24]. Des peuplades slaves bâtirent dans la région plusieurs villages fortifiés gravitant autour de la Grande-Moravie aux IXe siècle et Xe siècle sans qu'il ne soit possible de déterminer si la cuvette de Košice en était une partie intégrante ou seulement sous influence culturelle de celle-ci. On a retrouvé ces forts dans les localités de Seňa, Barca et à Krásna, actuellement Krásna nad Hornádom, sur le futur site d’un monastère bénédictin.

Le nom du comitat hongrois Abaújvár, organisation administrative qui perdure en Hongrie sous le nom de Borsod-Abaúj-Zemplén, est lié à l’implantation progressive des Hongrois dans la région. En effet, újvár, à proximité du village de Abaújvár, signifie nouveau fort, par opposition au Óvár, ancien fort slave situé à Seňa, et fut construit durant le court règne de Samuel Aba entre 1041 et 1044[25]. Cette époque est aussi marquée par la christianisation des sociétés slaves et hongroises. Une première organisation en diocèse date de la Grande Moravie, organisation renouvelée par le roi Étienne Ier peu après l'an mil. Dans la région, le monastère de Krásna, fondé en 1143, marque l’implantation définitive du christianisme[26].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Bataille près de Rozhanovce

À partir de la seconde moitié du XIIe siècle, Košice fut sous la domination de la dynastie hongroise des Árpád. La ville fut fortifiée à la fin du XIIe siècle par le roi Émeric de Hongrie.

Les invasions mongoles n'épargnèrent pas la région, en 1241, une bataille eut lieu à Jasov à 22 km de Košice. Le roi Béla IV de Hongrie, après ces invasions, repeupla le pays dévasté en faisant appel à des colons allemands établis comme hôtes (hospites), qui jouissaient déjà d’un statut particulier daté du . En 1250, les dominicains installèrent leur premier couvent sur le territoire de l'actuelle Slovaquie. L'église qui fut construite à l'époque est le plus ancien bâtiment de la ville encore visible de nos jours et le couvent qui jouxte l'église est toujours occupé par l'ordre des Prêcheurs[27]. De nouvelles fortifications furent entreprises vers 1270 sous le règne d'Étienne V et en 1290, André III était en possession d'une place forte de 21 ha[28], ce qui en fit la localité fortifiée la plus orientale de l'Europe civilisée[29]. C'est cette année-là que fut conféré le statut de ville.

En 1301, à la mort d'André III et à l'extinction de la dynastie des Árpád, la ville connut une période d'instabilité. La ville prit d'abord le parti de Ladislas V dans la guerre de succession qui l'opposait à Charles Robert d'Anjou. Cependant, en 1307, la ville changea de camp et soutint Charles Robert d'Anjou qui fut nommé roi en 1308. Le , Máté Csák qui contestait toujours le pouvoir royal engagea une bataille à Rozhanovce avec Charles Robert d'Anjou qui ne fut sauvé que par un renfort venant de Košice[30].

La paix revenue sous la dynastie des Anjou, le centre urbain a continué à prendre de l'importance et en 1342 et 1347 les privilèges de ville royale lui furent accordés[k 1]. La ville se développa au XVe siècle sous les rois Sigismond Ier du Saint-Empire (1386-1437), avec notamment la construction de la cathédrale, et Matthias Ier de Hongrie (1458-1490). La population atteignit un maximum de 10 000 habitants vers la fin de son règne (vers 1480)[31] dans une Europe encore très peu urbanisée. En Autriche-Hongrie[note 3], seules deux villes en 1400 et cinq en 1500 dépassaient 10 000 habitants[32].

Années de crise aux XVIe et XVIIe siècles[modifier | modifier le code]

Cassovia Superioris Hungariae Civitas Primaria Košice capitale de la Haute Hongrie en 1617.

Aux XVIe siècle et XVIIe siècle, à la suite des menaces d'invasions turques et aux troubles religieux de la réforme et de la Contre-Réforme, la ville a vu ralentir son expansion[k 1].

La défaite des Hongrois à la Bataille de Mohács en 1526 fit remonter la frontière turque vers le nord. De nombreux Hongrois fuyant les Turcs s'installèrent dans la région à cette époque. En 1556, un incendie affaiblit la position des catholiques en faveur des protestants, nombreux parmi les populations d'origines allemandes (luthériens) et hongroises (calvinistes) en détruisant de nombreux édifices religieux. Néanmoins, à la suite de l'occupation de la ville d'Eger, l'évêché est déplacé à Košice en 1597 dans une ville à grande majorité protestante[33]. C'est l'Empereur autrichien Rodolphe II qui entama la reconquête catholique. En 1603, un coup de force de ce dernier pour reprendre la cathédrale aux mains des protestants mena à la révolte de Étienne II Bocskai, la première des Hongrois contre les Habsbourg[34]. Plus tard, Košice a joué un rôle de bastion pendant les soulèvements contre les Habsbourg, en particulier durant le soulèvement mené par François II Rákóczi qui éclata en 1703 pour se terminer par la paix de Satu Mare (hongrois : Szatmár) en 1711[35].

Pour lutter contre la réforme, l'université de Košice fut fondée en 1657 par les jésuites. Celle-ci fut la seconde dans le royaume de Hongrie de l'époque après celle de Trnava fondée en 1635[36].

Renaissance au XVIIIe siècle et industrialisation[modifier | modifier le code]

Carte de Košice vers 1840.

Les XVIIIe siècle et XIXe siècle ont vu un nouvel essor de la ville, les champs de bataille de cette époque étant éloignés de la cité, l'aristocratie vint s'y installer ; fleurirent alors l'architecture baroque, néo-classique et romantique[k 1].

En 1755, la ville est la dernière ville libre royale à accepter les réformes de Marie-Thérèse visant à uniformiser leurs privilèges. Grâce au domaine de la ville constitué de forêts, moulins et vignobles, les excédents de revenus de la ville lui permirent de prêter la somme de 63 600 florins à l'impératrice pour financer la guerre de Sept Ans. En 1773, l'ordre des Jésuites fut expulsé, leurs écoles furent reprises par d'autres ordres et l'université par l'État pour devenir l'académie royale de Košice[37]. Sous le règne de Joseph II la ville perdit définitivement sa fonction militaire en 1783 par l'annulation de son statut de forteresse et par l'ouverture d'une troisième porte dans des remparts en mauvais état[38].

Vue de Košice vers 1900.

L'industrialisation fit ses débuts à Košice en 1791 avec l'implantation de la première manufacture de chapeaux mais la véritable modernisation de la ville ne se réalisa qu'après la révolution hongroise de 1848. La première machine à vapeur commença à fonctionner en 1852, le premier train arriva en gare en 1860[39], en 1891 les premiers trams à traction chevaline firent leur apparition jusqu'en 1914 où le réseau fut électrifié[40]. Cependant, le développement de la ville a souffert de la concurrence de Miskolc plus proche de la capitale Budapest et en 1910, Košice, avec 34 entreprises industrielles et 3 230 ouvriers, ne représentait pas 1 % de la production industrielle du Royaume de Hongrie[41].

La période qui suit le compromis Austro-Hongrois de 1867 est également une période de forte magyarisation de la société. Le pouvoir en place tenta de faire de Košice, alors depuis des siècles une ville bilingue (slovaque - hongrois), voire trilingue (allemand), un centre de rayonnement de la culture hongroise en Haute-Hongrie. Pour ce faire, on rénova la cathédrale Sainte-Élisabeth[42], on bâtit le Théâtre d'État, les restes de François II Rákóczi furent transférés à Košice le [43]. Cette politique eut pour conséquence un nombre croissant de citoyens se déclarant hongrois dans les recensements (voir le paragraphe : Minorités ethniques).

Première république et annexion hongroise[modifier | modifier le code]

Affiche de propagande hongroise de l'époque du Premier arbitrage de Vienne, 1938.

Le , l'indépendance de la République tchécoslovaque fut proclamée à Prague. Mais la ville resta occupée par l'armée hongroise et administrée par le gouvernement en place à Budapest jusqu'au [k 14]. Le éclata une grève générale contre l'État tchécoslovaque qui nécessita l'utilisation de la force pour y mettre fin. Peu après, les fonctionnaires déclarèrent qu'ils ne reconnaissaient pas la souveraineté tchécoslovaque, démissionnèrent en bloc et on dut faire venir des fonctionnaires de la région d'Orava pour les remplacer[44]. En mars, une révolution communiste éclata à Budapest, la République des conseils de Hongrie fut proclamée le et tenta de récupérer les territoires perdus par la Hongrie. Les troupes hongroises réoccupèrent l'Est de la Slovaquie et déclarèrent le à Prešov la République slovaque des conseils. Cet état éphémère s'effondra rapidement et le les troupes tchécoslovaques reprirent la ville[45]. La frontière ne fut définitivement fixée que par le traité de paix de Trianon du .

Après le Premier arbitrage de Vienne le , l'administration tchécoslovaque dut quitter la ville pour le , le à 9 heures du matin les premiers soldats hongrois entraient dans la ville et le , l'amiral Horthy, régent du royaume de Hongrie, fit célébrer son entrée dans la Première ville royale de Haute Hongrie par un défilé militaire. Les habitants d'origine hongroise l'accueillirent avec des drapeaux hongrois[46]. Le discours de l'amiral Horthy en partie en slovaque promettait à la minorité slovaque une liberté linguistique et culturelle absolue[47].

C'est le bombardement de Košice (Kassa) en 1941 par des avions encore non-identifiés à ce jour qui servit à la Hongrie de prétexte pour déclarer la guerre à l'Union soviétique. Un second bombardement eut lieu durant l'été 1943 par les forces alliées et visait les casernes et l'aéroport[48]. La dernière année de la Seconde Guerre mondiale a été la plus meurtrière pour la ville. Après l’occupation allemande de la Hongrie, la communauté juive fut déportée en quatre convois du au [49]. La prise de pouvoir le du Parti des Croix fléchées dirigé par Ferenc Szálasi, originaire de Košice, fut une période de terreur durant laquelle on pendit « pour l’exemple » 12 personnes sur des arbres et des poteaux d’éclairage de la rue principale le et l’on fusilla 17 autres personnes le près de Ťahanovce[50].

Le , les troupes allemandes se retirèrent de la ville sans livrer bataille. Le lendemain, les troupes du 4e front ukrainien du général Ivan Iefimovitch Petrov la libérèrent. Le , le gouvernement national provisoire de Hongrie annula le premier arbitrage de Vienne[k 15], la ville fut donc réintégrée dans la Tchécoslovaquie reconstituée et devint, du [k 15] à avril 1945, le siège du gouvernement provisoire car Prague était toujours sous occupation allemande[51].

Le , le programme du gouvernement de Košice qui visait à la réorganisation politique de la Tchécoslovaquie fut signé par les communistes et les démocrates[52]. Cependant, la terreur ne prit pas fin avec la défaite des troupes allemandes, les collaborateurs, ou supposés tels, furent déportés en Union soviétique[note 4], fusillés ou suppliciés[k 14]. Le le communiste Július Mauer fut élu président du comité national de la ville. Le , les rues aux noms hongrois furent renommées.

L'après guerre[modifier | modifier le code]

Construction des cités périphériques.

Les résultats des élections parlementaires de 1946 correspondirent aux résultats des autres régions slovaques et virent la victoire des démocrates sur les communistes[note 5]. Durant la période gouvernement de crise d'union nationale, les communistes se préparèrent au coup de force de février 1948. Le fut créée la première milice populaire de Slovaquie et le , plus de 6 000 personnes manifestèrent leur soutien au gouvernement de Klement Gottwald[53]. Le , la ville devint le chef-lieu de la région de Slovaquie Orientale qui comprenait les régions actuelles de Košice et de Prešov. Dans le début des années 1960, on bâtit un complexe sidérurgique à Šaca au sud de la ville. Ce fut le début d'une croissance importante du nombre d'habitants et de la construction des cités périphériques[54]. Quand, le , les troupes du pacte de Varsovie mirent fin au printemps de Prague en occupant la Tchécoslovaquie, des habitants tentèrent d'arrêter un convoi militaire. Celui-ci répliqua en tirant dans la foule en causant la mort de sept personnes[55].

Les étudiants de l'université technique se joignirent à la révolution de velours, le l'université se mit en grève et tous les cours furent suspendus. Le , ils furent des dizaines de milliers à manifester sur la rue Hlavná[note 6],[56]. En 1992, la ville recouvrit ses droits de propriété sur les forêts nationalisées en 1948[57]. Au niveau de la Tchécoslovaquie, la ville occupait la cinquième place par sa population[7]. Depuis le , la ville est la seconde ville de Slovaquie[k 4].

La succession des puissances de tutelle et grands événements du début du XXe siècle à nos jours est représentée ci-dessous : Slovaquie République fédérale tchèque et slovaque République socialiste tchécoslovaque Troisième République tchécoslovaque Royaume de Hongrie (1920-1946) Première République tchécoslovaque Autriche-Hongrie


Population[modifier | modifier le code]

Évolution de la population[modifier | modifier le code]

L'augmentation de la population a été constante depuis le début du XIXe siècle à la fin des années 1980 à l'exception de la Seconde Guerre mondiale où la population a régressé entre autres par la déportation de la communauté juive et par l'expulsion de Hongrois à la suite des décrets Beneš. La plus forte expansion démographique de la seconde moitié du XXe siècle est nettement marquée sur le graphique qui suit. Elle s'explique par une demande importante de main d'œuvre dans l'industrie, principalement sidérurgique[k 1] et par l'annexion de plusieurs villages dans le territoire de la ville. La stagnation actuelle depuis la fin du régime communiste est également bien visible car la demande de main d'œuvre a régressé et l'émigration, principalement vers l'ouest de la Slovaquie et les villages avoisinant, a progressé, le solde migratoire devenant négatif : -1 045 habitants en 2008[58].


Tableau représentant l'évolution de la population de Košice de 1480 à 2009[31],[59],[60],[61],[62],[63],[64],[9] en milliers

L'espérance de vie est en croissance entre 2001 et 2008 pour le district de Košice I. Elle est passée pour les hommes de 71,03 ans à 72,23 ans et pour les femmes de 78,07 ans à 79,70 ans[65] soit une augmentation de plus d'une année en seulement 7 ans. Une tendance similaire est observée dans les trois autres districts.

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La pyramide des âges possède deux pics. Le premier de 50 à 60 ans qui correspond à la génération qui s'est installée à l'époque de la forte croissance démographique des années 1960 à 1980. Le second pour la tranche d'âge des 30-34 ans qui sont les enfants des 50 à 60 ans. Le recul des naissances est bien marqué dans les années 1990 avec une légère reprise actuellement.

Pyramide des âges en 2008 en nombre d'individus[66].
Hommes Classe d’âge Femmes
16 
100 et +
21 
37 
95 à 99
90 
103 
90 à 94
244 
472 
85 à 89
1 042 
1 063 
80 à 84
2 145 
1 899 
75 à 79
3 209 
2 879 
70 à 74
4 056 
3 962 
65 à 69
5 359 
5 315 
60 à 64
7 175 
7 465 
55 à 59
9 542 
8 090 
50 à 54
9 577 
7 630 
45 à 49
8 663 
8 017 
40 à 44
8 386 
8 884 
30 à 39
9 021 
10 730 
30 à 34
10 982 
9 982 
25 à 29
9 739 
8 952 
20 à 24
8 700 
8 003 
15 à 19
7 614 
6 220 
10 à 14
5 809 
5 653 
5 à 9
5 270 
6 133 
0 à 4
5 698 

Religions[modifier | modifier le code]

Armoiries de l'archidiocèse catholique de Košice

La population de Košice se réclamait en 2001 en majorité de religion catholique romaine avec 58,3 % suivi des grecs-catholiques avec 7,55 %, des luthériens avec 4,11 % et des orthodoxes avec 1,45 %. Le reste de la population, 19,35 %, s'est déclaré non croyant et 4,88 % ne se sont pas définis[9].

Le fut créé l'évêché catholique romain de Košice. Depuis 1977, celui-ci faisait partie de l'archidiocèse de Trnava, avant cela il était lié à archidiocèse d'Eger en Hongrie. Le , le pape Jean-Paul II élève l'évêché au rang d'archevêché avec les diocèses de Spiš (siège à Spišské Podhradie) et de Rožňava Suffragants[67].

Cathédrale de l'église catholique grecque

L'archidiocèse a une superficie de 10 403 km2. On y compte 447 prêtres pour 678 170 catholiques. À leur tête, on trouve l'archevêque Bernard Bober depuis le [67]. La ville elle-même est partagée en 4 doyennés : Košice-centre, Košice-Ouest Košice-Est et Košice-sud. Ces derniers englobent également des villages des alentours. 15 unités pastorales pour 22 paroisses couvrent la ville[67]. Les catholiques de la ville furent honorés par une visite pontificale de Jean-Paul II le lors de son second séjour en Slovaquie. Le pape retournera dans la région lors de son troisième et dernier voyage en Slovaquie en 2003 en s'arrêtant dans la ville de Rožňava[68].

L'éparchie de l'Église grecque-catholique slovaque de Košice a été créée le par la séparation en trois entités de l'unique éparchie slovaque ayant pour siège Prešov. Les frontières de l'éparchie correspondent aux frontières de la région de Košice[69] et comprennent 93 paroisses pour 164 églises, 160 prêtres et 84 002 fidèles[70]. Depuis sa création, l'éparchie est dirigée par Milan Chautur. Un pèlerinage des grecs-catholiques a lieu chaque année le 8 septembre[71].

L'éparchie orthodoxe a son siège à Michalovce depuis le . Le l'éparchie prend le nom d'éparchie de Michalovce-Košice à Michalovce (slovaque : Michalovsko-košická pravoslávna eparchia v Michalovciach) et le l'éparchie devient archiéparchie[72].

Minorités ethniques[modifier | modifier le code]

Hongrois[modifier | modifier le code]

Les Hongrois forment la plus importante minorité de la ville et sont présents dans de nombreux villages au sud de la ville ; avant l'indépendance de la Tchécoslovaquie, et en plein processus de magyarisation, une majorité des habitants de la ville se déclaraient Hongrois (75,4 % en 1910)[73]. Au XXe siècle, la politique de slovaquisation de la Tchécoslovaquie puis de la Slovaquie a réduit fortement le nombre de citoyens se réclamant de cette communauté. Une partie de ceux-ci ont fait partie d'échanges de populations dans l'entre-deux-guerres, certains ont émigré, d'autres ont été expulsés par les décrets Beneš[74]. En 2001, seul 3,79 % de la population se déclarait hongroise[9]. Ces chiffres sont cependant à prendre avec recul car chaque nation dominant la ville a eu tendance à gonfler les chiffres des membres de sa communauté. Les personnes bilingues furent enregistrées en tant que Hongrois durant les périodes d'administration hongroise et slovaque sous le régime tchécoslovaque. D'un point de vue culturel, ils ont depuis 1969 à leur disposition un théâtre en hongrois, le Théâtre Thália (hongrois : Thália Színház[75]), deux écoles[76],[77] et certaines librairies vendent des livres en hongrois.

Slovaques Hongrois Allemands Judaïsme Roms Ruthènes 2011 2001 1991 1930 1910 1900 1891 1880 1850

Proportion des différentes communautés à Košice de 1850 à nos jours[note 7],[78],[79],[9].

Juifs[modifier | modifier le code]

L'histoire des juifs de Košice commence le jour de la première autorisation accordée à un juif de s'installer à Košice date du [k 16]. En 1938, sur 58 090 habitants, 11 420 étaient de culture juive[64], et avant l'holocauste, Košice était un centre juif important, avec plusieurs communautés présentes[80]. Ils furent déportés en quatre convois du au [49] pour Auschwitz[81]. Aujourd'hui, une petite communauté habite toujours à Košice ; ils étaient 406 recensés en 2001[49], faisant de la ville le deuxième plus important centre juif du pays[81]. La ville abrite plusieurs monuments témoins de ce passé, représentant les communautés orthodoxes, hassidiques, néologues ou Status Quo Ante[80], tel que le cimetière juif, toujours utilisé, et 4 des 5 synagogues d'avant-guerre. L'une (la synagogue néologue) a été transformée en salle pour la Philharmonie d'État de Košice (et l'étoile de David qui surmontait le dôme sert aujourd'hui de mémorial à l'holocauste au cimetière), et une (hassidique) est aujourd'hui un laboratoire. Une autre a été restaurée en 2007 (synagogue orthodoxe de la rue Puškinová) et la dernière, la synagogue orthodoxe de la rue Zvonárska au centre du centre communautaire orthodoxe est en cours de restauration et deviendra le Musée mémorial des communautés juives de la Slovaquie orientale à temps pour 2013, quand Košice sera Capitale européenne de la culture[81].

Roms[modifier | modifier le code]

La première communauté roms s'installa en 1417[82]. De nos jours, le quartier Luník IX avec près de 6 000 habitants constitue la plus grande concentration de cette communauté en Slovaquie[83]. Ils sont dans leur grande majorité socialement défavorisés et forment officiellement 2,14 % de la population de la ville, mais la perception négative associée à cette minorité conduit beaucoup d'entre eux à se déclarer de la majorité slovaque lors des recensements[9]. Cette population est particulièrement jeune et possède une espérance de vie inférieure à la moyenne de la population comme le montre la pyramide des âges comparée entre le quartier de Luník IX et le reste de la ville ci-dessous. La culture rom est néanmoins présente avec le théâtre Romathan qui est le seul théâtre défendant la culture tsigane en Slovaquie[84].

Pyramide des âges comparée en 2008 en %[9].
Luník IX Classe d'âge Košice
60 et +
21 
54 
15 à 59
64 
42 
0 à 14
15 

Allemands[modifier | modifier le code]

L'histoire du peuplement allemand en Slovaquie et à Košice date du règne de Béla IV de Hongrie et est vieille de 800 ans. En 1945, 90 % des Allemands de Slovaquie furent expulsés. Aujourd'hui, seule une communauté résiduelle, à laquelle appartient l’ancien président de la Slovaquie Rudolf Schuster, habite toujours la ville. Officiellement, ils ne sont que 398 Allemands (2001) soit 0,17 % de la population de la ville et sont traditionnellement associés à la région Unterzips[85].

Économie[modifier | modifier le code]

L'entreprise sidérurgique U. S. Steel Košice

La ville a connu ces dernières années une croissance économique importante qui s'est traduite par une réduction du chômage, qui est passé de 21 136 demandeurs d'emplois en 2001 à 7 913 en 2008[86] et un accroissement des salaires, le salaire brut moyen pour la région de Košice passant de 474,57 € en 2002 à 755,76 € en 2008[87].

En termes d'effectif, le secteur de l'administration, de l'éducation et de la santé représente 27 % des emplois[88]. Il est suivi de près par le secteur industriel avec 25,7 % des emplois[88] dont le moteur de l'économie locale, régionale (et en partie nationale) est la société U. S. Steel Košice. Cette entreprise sidérurgique construite dans les années 1960 est le principal employeur de la région avec 12 227 employés en moyenne en 2008[89].

Le secteur des commerces et de l’HORECA avec 19,5 % représente un secteur en forte expansion ces dernières années. Un nombre croissant de centres commerciaux est apparu en périphérie de la ville. Le premier fut l'«Hypermarket Tesco » en 1999[90]. Il a été suivi de « cassovia » (2001)[91] « Optima » (2002)[92] et « Galeria » (2004). Ces deux derniers ont subi une extension de leur surface commerciale en 2008[93] et 2009[94]. La construction d’un centre supplémentaire (Aupark) dans le centre ville a commencé en 2010[95]. De 2001 à 2008, on a donc vu un accroissement des salariés dans ce secteur de 46 %[96].

Les secteurs des finances avec 13 %, des transports de la logistique et des communications avec 8,6 % et de la construction avec 5,5 % des actifs sont des employeurs secondaires. Le secteur de l’agriculture est marginal avec moins de 1 % des emplois[88].

Le développement futur de la ville s’appuie sur les nouvelles technologies pour cela, en 2007, un partenariat entre le public et le privé a vu l'émergence de la Košice IT valley qui regroupe actuellement 17 entreprises privées, la ville de Košice, la région de Košice et trois établissements scolaires dont l'Université technique de Košice et l'Université Pavol Jozef Šafárik. Cet organisme a pour objectif de développer un pôle de hautes technologies dont les entreprises membres occupaient, en 2009, 2 643 personnes dans le secteur des technologies de l'information et de la télécommunication[97]. La principale entreprise de ce secteur est la filiale de Deutsche Telekom, T-Systems, qui employait plus de 1 500 personnes en 2009[98].

Transport[modifier | modifier le code]

Transport routier[modifier | modifier le code]

Plan du centre en bleu mestský okruh (I)
mestský okruh (II), carrefour avec la Route I/50 vers Michalovce

La ville forme un carrefour entre, au nord, la Pologne et le Nord de la Slovaquie via Prešov. À l'est, la route vers l'Ukraine conduit au principal poste frontière entre ces deux pays, au sud, celle-ci mène à l'Est de la Hongrie et Budapest et, vers l'ouest, elle se dirige vers le Sud de la Slovaquie et Bratislava.

Les principaux axes routiers quittant la ville dans le sens horaire à partir du nord sont[k 17] :

La ville se comporte 2 ceintures de boulevards circulaires :

  • mestský okruh (I), autour de la Vieille Ville, signalé par le panneau routier Okruh I.png.
  • mestský okruh (II), de type semi-autoroutier, signalé par le panneau routier Okruh II.png.

Un contournement autoroutier à l'est de la ville est en projet par la construction des routes Diaľnica D1.svg, Rýchlostná cesta R2.svg et Rýchlostná cesta R4.svg.

La gare routière se situe à côté de la gare ferroviaire, de celle-ci partent de nombreux bus pour les villages des environs et pour les principales villes de Slovaquie. Les lignes internationales sont principalement orientées vers l'Ouest de l'Europe ainsi que des liaisons quotidiennes vers Oujgorod en Ukraine[100].

Des pistes cyclables existent mais sont principalement orientées nord-sud le long de la rivière Hornád et le long de certaines artères : Južná trieda, trieda SNP, Moyzesová et Hlavná. Elles permettent toutefois de relier les différents quartiers situés dans la vallée au centre ville.

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Gare de Košice.

Le premier train est arrivé à Košice le depuis Miskolc (Hongrie)[101]. Par la suite, de nouvelles lignes ont été ouvertes faisant de la ville le nœud ferroviaire le plus important de Slovaquie orientale. Ces lignes sont :

La gare ferroviaire dont l'ancien bâtiment fut détruit au début des années 1970 pour faire place en 1973 au bâtiment actuel[106] est située à 1 km à l'est du centre ville. Elle dessert quotidiennement de nombreuses destinations nationales et internationales. Les capitales reliées quotidiennement à Košice sont Bratislava, Prague, Budapest, Vienne, Kiev et Moscou.

Un chemin de fer touristique à écartement étroit appelé Chemin de fer à écartement étroit des enfants de Košice (slovaque : úzkorozchodná Košická mládežnícka železnica[107]) circulant en été dans la vallée de Čermeľ complète l'offre de transport passager ferroviaire.

Outre les lignes précédemment citées, une ligne à écartement large (ligne 500) qui n'est pas utilisée en service passager et venant d'Užgorod en Ukraine par laquelle transite le minerai de fer vers U. S. Steel Košice passe au sud le la ville[108]. Des projets d'extension de la ligne vers Vienne existent[109].


Transport urbain[modifier | modifier le code]

Tram sur la ligne 9
Articles détaillés : Tram de Košice et Trolleybus de Košice.

L'ouverture de la première ligne de tram tiré par des chevaux date du et constitue les débuts des transports en commun public de la ville. En parallèle de la traction hippomobile, des trams à traction vapeur parcourent la ville à partir du . Juste avant la Première Guerre mondiale, le , le réseau est électrifié[111].

De nos jours, Dopravný podnik mesta Košice exploite un réseau de tram de 15 lignes (33,7 km), de trolleybus depuis le avec 2 lignes (13,1 km), 44 lignes de bus et 4 lignes circulant la nuit[112].

Transport aérien[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Aéroport international de Košice.
Aéroport international de Košice : Terminal

L'histoire de l'aéronautique locale commence en 1906 par le décollage public de montgolfières militaires place de la gare et d'un terrain de football à proximité. En 1924 est lancée la ligne Prague-Bratislava-Košice et retour par la compagnie Československé aerolinie[113].

L'aéroport actuel sur le site de Barca à 6 km du centre ville[114] a été ouvert en 1953. Un nouveau terminal fut ouvert en 2004[113]. Après plusieurs années de forte hausse, l'aéroport a connu une baisse de 40 % du nombre de passagers à la suite de la faillite de la compagnie SkyEurope Airlines le [115].

Les lignes régulières à partir de Košice se limitent à Prague, Bratislava et Vienne. Ces lignes sont complétées par des charters saisonniers principalement vers le bassin méditerranéen[115].

Transport fluvial[modifier | modifier le code]

La région ne comporte pas de voies fluviales navigables. La voie navigable saisonnière la plus proche est la rivière Bodrog au niveau du port de Ladmovce[116].

Tourisme[modifier | modifier le code]

En 2008, on estimait à 141 758 le nombre de touristes ayant visité la ville ce qui représente 283 225 nuitées dont 58 031 étrangers pour 116 989 nuitées[117]. Ils proviennent principalement, pour le tourisme international, de République tchèque, de Pologne, de Hongrie, d'Allemagne et des États-Unis[118]. Le parc hôtelier est en rénovation et en expansion ces dernières années. En 2008, on comptait 59 établissements hôteliers pour 1 653 chambres et 3 499 lits[117].

L'attraction touristique principale est la Cathédrale Sainte-Élisabeth ainsi que le centre historique de la ville et son offre culturelle principalement le musée de la Slovaquie de l'Est et l'opéra. À proximité immédiate de la ville le zoo ou le chemin de fer des enfants attirent les familles avec enfants dans un cadre de verdure. Plus largement, la région de Košice ne manque d'attractions touristiques parmi celle-ci les grottes du karst de Slovaquie classées patrimoine mondial par l'UNESCO la plus proche se situant à Jasov à 25 km de la ville, le Château de Spiš également classé par l'UNESCO à une heure de route ou les vignobles de Tokaj. Pour les amoureux de la nature, les collines à l'ouest de la ville sont un terrain idéal pour les randonnées en particulier dans le paradis slovaque[119].

Le centre d'information touristique a organisé en 2008 - 2009 une enquête auprès des habitants pour élire les sept merveilles de Košice. Les résultats ont été officiellement proclamés le . En première place : la cathédrale Sainte-Élisabeth ; suivent ensuite le théâtre d'État, le Marathon international de la Paix, la fontaine Chantante, la chapelle Saint-Michel, la rue Hlavná et le palais Jakabov[120],[121].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie[modifier | modifier le code]

Plan du centre-ville dans ses remparts avec la citadelle actuellement démantelée au sud-est[122]

Le centre est articulé autour de la rue principale (Hlavná) oblongue orientée nord-sud. Cette disposition est caractéristique des villes de l'Est de la Slovaquie[123] que l'on retrouve entre autres dans les villes de Prešov, Spišská Nová Ves ou Sabinov. La rue principale est plus large au niveau de la cathédrale, là où elle croise les rues Alžbetiná vers l'ouest et Mlynská vers l'est menant vers la gare. Le centre-ville intra muros est donc articulé sous forme de croix entourée de rues formant une ellipse au niveau des anciens remparts.

Košice possède le centre historique de Slovaquie qui comprend le plus grand nombre d'édifices protégés[124]. Cette zone (slovaque : Mestská pamiatková rezervácia) s'étend sur 140 ha, ce qui représente 0,925 % de la superficie totale de la ville[m 1]. Elle comprend le Košice médiéval intra muros ainsi que les rues avoisinantes et concentre la quasi-totalité des édifices bâtis avant 1900.

Occupation du sol[125]
Légende :
  •      Košice intra muros
  •      Zone bâtie
  •      Zone agricole
  •      Zone boisée
  • Sign bw stripes r.png Zone bâtie vers 1910

Autour du centre-ville se sont développés les faubourgs. Jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, il s'agissait principalement de maisons unifamiliales. Durant l'essor démographique de la seconde moitié du XXe siècle, une partie de ces maisons a été rasée pour faire place à des cités d'immeubles à appartements. On retrouve certaines de ces maisons dans les quartiers proches du centre en particulier dans le quartier sud. Plus excentrés, des quartiers constitués exclusivement d'immeubles à appartements appelés sidlisko en Slovaque ont dans un premier temps été construits en brique puis en panneaux de béton préfabriqué. Ils furent bâtis en périphérie sur d'anciens terrains agricoles. Les premiers datent des années 1954-1956 et sont situés au nord et au sud du centre-ville. Entre 1954 - 1958 s'ajoutent au nord de la ville les cités Komenského, dans lequel le bâtiment le plus haut atteint déjà sept étages, Sever, Mlynský náhon et Mier. Toutes ces cités font actuellement partie du quartier Sever. Dans les années 1960 ont suivi les cités de Podhradová et Solovjevova toujours au nord de la ville. Avec la construction du complexe sidérurgique dans les années 1960, une nouvelle cité est planifiée pour 60 000 nouveaux habitants à l'ouest de la ville. Cette cité appelée Terasa est la seconde en taille en Slovaquie après Petržalka à Bratislava. Les quartiers de Nad jazerom au sud, Dargovských Hrdinov à l'est[126], ou KVP au nord-est ont suivi dans les années 1970 et 1980. Le dernier quartier de ce type, Sídlisko Ťahanovce, commencé à la fin des années 1980, ne fut jamais terminé mais compte cependant actuellement plus de 23 000 habitants[9]. En construisant ces quartiers, d'anciens villages comme Barca, Myslava ou Košická Nová Ves se sont fait intégrer dans la ville tout en gardant leur architecture villageoise. Actuellement l'extension de la ville en surface se fait par la construction de villas dans les quartiers comme Pereš ou Krásna. Certains quartiers, bien qu'administrativement rattachés à la ville, ne présentent pas de continuité du bâti avec le centre-ville. Ce sont les quartiers de Pereš, Lorinčík, Poľov, Šaca, Kavečany, Šebastovce[k 18]. L'extension principale actuellement planifiée est une cité satellite à l'est de la ville pour 45 000 futurs habitants sous forme d'habitations basses[k 18]

L'industrie est historiquement concentrée au sud de la ville le long du chemin de fer et de la route vers Budapest. Le complexe sidérurgique US Steel Košice est excentré au sud-ouest de la ville entre le chemin de fer et la route menant à Rožňava. Entre ces deux pôles, les terrains situés à proximité de l'aéroport sont destinés à accueillir à l'avenir la croissance de la superficie destinée à l'industrie. La première entreprise à s'être déjà installé près de l'aéroport est l'équipementier automobile Valeo[k 19].

Architecture[modifier | modifier le code]

Architecture des premiers temps[modifier | modifier le code]

Les plus anciens édifices visibles actuellement datent du premier âge d'or de la cité aux XIVe siècle et XVe siècle. Ils sont principalement situés sur la rue Hlavná[m 2],[127]. Cependant, le plus ancien de tous se situe un peu à l'écart. Il s'agit de l'église des dominicains située sur la place du même nom construite dans les environs de 1290[128].

Le centre de la ville est matérialisé par la cathédrale Sainte-Élisabeth en style gothique occidental tardif bâtie entre 1378 et 1508 et remplaçant une ancienne église paroissiale romane. Elle constitue l'extrémité orientale de ce style architectural[129] et l'apogée de l'art médiéval dans la région. Avec ses 1 200 m2, cet édifice en cinq nefs est la plus grande église de Slovaquie. À la fin du XIXe siècle, des rénovations importantes dans un style néogothique ont modelé la forme que l'on peut observer aujourd'hui. La cathédrale est complétée au sud par la chapelle Saint-Michel de 1330[130], et au nord par la tour Urban datant de la fin du XIVe siècle début XVe siècle[131]. Ces trois monuments sont depuis 1970 classé monument culturel national

L'une des plus anciennes constructions civiles est la maison dite de Levoča (slovaque : Levočský dom) car son second propriétaire en 1542 provenait de cette ville. Elle date du XVe siècle et est sise sur la rue principale[132]. On la reconnaît par l'inclinaison de la façade nord de cet édifice d'architecture gothique.

Les restes d'architecture militaire de cette époque, les premiers remparts construits entre 1260 et 1290, sont conservés au niveau du sous-sol archéologique de la porte base (Dolná Brana) au sud de la chapelle Saint-Michel[k 20].


Architecture des XVIIIe et XIXe siècles[modifier | modifier le code]

La première moitié du XVIIIe siècle marque l'arrivée du style baroque qui bénéficie d'une relative prospérité économique. De plus, après la Contre-Réforme, les catholiques reconvertissent la ville à leur foi ce qui explique l'importance de l'architecture religieuse du début de cette période, l'église de la Sainte Trinité en est le premier monument significatif[133]. La statue baroque de l'Immaculée et de la Sainte trinité de 1723 fut construite en remerciement de la fin de l'épidémie de peste qui frappa la ville en 1709 et 1710[134]. L'église des dominicains fut rénovée en 1741[128].

Par la suite, la noblesse s'installe en ville et s'y construit des palais. Au début du XIXe siècle, Košice étant une ville de province, les bâtiments de styles classique et Empire ne sont pas très pas nombreux, exception notable des palais Csáky-Dezőfi de style classique, occupé depuis peu par la plus grande librairie de la ville après avoir été jusqu'en 2007 le siège de la cour constitutionnelle slovaque, et le palais Forgács de style Empire, actuellement bibliothèque publique.

Le style romantique de la fin du XIXe siècle se matérialise par la rénovation néo-gothique de la cathédrale Sainte-Élisabeth entre 1877 et 1896 et des constructions néo-baroque comme le palais Jakabov[135], le Théâtre d'État[136] ou le palais Andrassy de 1899.

Architecture sous la première république[modifier | modifier le code]

Le style dominant de l'entre-deux-guerres est le fonctionnalisme et le cubisme pragois. Les principaux bâtiments de ce style que l'on peut observer aujourd'hui sont l'hôpital d'état (štátná nemocnica connu aujourd'hui sous le nom de "vieil hôpital", Stará nemocnica) de 1924[137], la caserne des pompiers (slovaque : hasičská zbrojnica) de 1928 et l'ensemble Poste et Télégraphe construit entre 1928 et 1930[138]. Toujours dans ce style, en 1931, on bâtit les premiers logements collectifs pour des employés de banque dans les faubourgs nord et le premier immeuble construit en hauteur commandé par les assurances Generali et terminé en 1939.

C'est de 1927 que l'on doit les principales constructions issues de la communauté juive à savoir la synagogue néologue et la synagogue orthodoxe[k 21].

Architecture sous la période communiste[modifier | modifier le code]

La période communiste fut celle de la création des grands quartiers périphériques composés presque exclusivement d'immeubles à appartements. En briques dans les années 1950, ils furent ensuite construits en panneaux de béton préfabriqué (surnommé panelák en slovaque) jusqu'au début des années 1990[k 22]. De nombreux bâtiments à vocation publique ont accompagné l'accroissement démographique de la ville. Il s’agit de centres commerciaux disséminés dans les quartiers résidentiels, de bureaux ou du nouvel hôpital inauguré en 1981[137] actuellement la plus haute construction de la ville[139].

De nombreux bâtiments ont été détruits pour faire place à des constructions en béton comme la gare[140], l'hôtel Schalkház[141], et le quartier huštáky, banlieue de maisons unifamiliales, qui fit place à des immeubles d'habitations verticaux[m 3]. Il faut attendre le pour que le centre ville bénéficie d'une protection et soit déclaré réserve architecturale urbaine[m 4].

Architecture après l'indépendance[modifier | modifier le code]

La fin du régime communiste a radicalement changé les tendances architecturales et le rythme de construction qui s'est fortement ralenti. Il en résulte que le paysage urbain, en particulier celui des banlieues, est toujours très fortement marqué par cette dernière période. Quelques bâtiments significatifs de la période en cours sont la banque nationale, construit en 1996[142], l'aéroport, en 2004[143], la Steel Aréna construite entre 1996 et 2006[144] ou le complexe Cassovar ouvert en 2010[145], premier complexe multifonctionnel de bureaux et d'habitations bâti sur le site d'une ancienne brasserie.

Administration[modifier | modifier le code]

Politique[modifier | modifier le code]

Le nom de près de 200 personnalités occupant la plus haute fonction administrative de la ville a été conservé depuis 1307, certains de ceux-ci l'ayant occupée à plusieurs reprises. Le statut de ville puis de ville libre royale et les privilèges qui les accompagnent définirent leur fonction durant le Moyen Âge et la renaissance. Leur titre a changé avec le temps et depuis 1983, ils portent le nom de primator[k 23].


František Knapík, Primator (maire) de Košice de 2006 à 2010

Actuellement, Košice est avec Bratislava une des deux villes slovaques à statut spécial. La loi du Conseil national de la République slovaque 401/1990 Zb. du sur la ville de Košice lui donne le cadre de son autonomie administrative et définit les 22 quartiers autonomes. L'autonomie de ces derniers a été élargie par la loi 222/2006 Zb. de 2006[k 24]. Le conseil communal (slovaque : Mestské zastupiteľstvo) est composé de 50 membres élus pour 4 ans au suffrage proportionnel. À sa tête, le primator est élu au suffrage universel direct en un tour. Il est l'organe exécutif et représentatif de la ville. Richard Raši a prêté serment à ce porte le [146].

L'administration de la ville est appelée Magistrát. Son siège, l'hôtel de ville, est situé dans le quartier Západ dans un bâtiment surnommé localement 'la maison blanche' (slovaque : Bielý dom[147]) construit entre 1981 et 1985[148]. L'ancien hôtel de ville (slovaque : Stará radnica) situé au centre sur la rue Hlavná et bâti en 1780 est utilisé comme siège représentatif[k 25].

Répartition des sièges au conseil communal[149],[k 26],[149]
Nombre de Siège
(2006 - 2010)
Parti politique
(2006 - 2010)
Nombre de Siège
(2011 - 2014)
Parti politique
(2011 - 2014)
32
KDH · SDKÚ-DS · SMK-MKP
19
KDH · SDKÚ-DS · SMK-MKP
11
SMER · ĽS-HZDS · SNS · SF
18
SMER · Most-Híd
4
Candidats indépendants
10
Candidats indépendants
1
HZD
1
ĽS-HZDS
1
Prosperita Slovenska (PS)
1
Európska demokratická strana (EDS)
1
Strana občianskej solidarity (S.O.S.) · SRS
1
Strana občianskej solidarity (S.O.S.) · SDĽ

Le budget ordinaire de la ville pour 2009 était en bénéfice de 6 768 644 € pour des revenus de 118 767 181 € mais la ville possède une dette historique assez lourde qui plombe ses budgets annuels. Le budget après service de la dette est en déficit de 2 382 144 €[k 27]. L'agence de cotation Moody's changea sa perspective sur la notation Aa2.sk de stable à négative le en raison des résultats opérationnels de la ville[k 28].

Divisions administratives[modifier | modifier le code]

La ville est divisée en 4 districts pour les besoins administratifs nationaux numérotés de I à IV. Un cinquième district nommé Košice-okolie ou environ de Košice est administré depuis Košice pour 112 communes autour de la ville.

Pour l'administration locale, 22 quartiers autonomes (slovaque : samosprávna mestská čast) exercent leurs compétences[k 3]. Ils sont administrés par un Starosta entouré d'un conseil dont le nombre de membres varie de 5 à 23 en fonction du nombre d'habitants du quartier concerné[149]. Certains de ces quartiers sont d'anciennes communes intégrées dans la ville de Košice au cours de la seconde partie du XXe siècle. En effet, en 1968, les villages de Barca, Košická Nová Ves, Myslava, Poľov, Šaca[note 8], Ťahanovce, Vyšné Opátske sont rattachés à la ville et à partir de 1976 les communes de Kavečany, Krásna nad Hornádom[note 9], Lorinčík et Šebastovce firent également partie du territoire de la ville[4].

Les districts, avec les quartiers qui les composent, sont :

Košice city parts colored.svg Divisions territoriales de Košice (districts et quartiers)
Košice I Košice II Košice III Košice IV
Džungľa Lorinčík Dargovských Hrdinov Barca
Kavečany Luník IX Košická Nová Ves Juh (Sud)
Sever (Nord) Myslava   Krásna
Sídlisko Ťahanovce Pereš   Nad jazerom
Staré mesto (Vieille Ville) Poľov   Šebastovce
Ťahanovce Sídlisko KVP   Vyšné Opátske
  Šaca    
  Západ (Ouest)    

La division administrative de base est le territoire cadastral. Celui-ci correspond en général au quartier autonome. Certains quartiers sont cependant divisés en 2 ou 3 territoires cadastraux comme par exemple le quartier de Šaca divisé en Šaca et Železiarne, d'autres territoires cadastraux correspondent bien aux quartiers mais portent un autre nom comme Dargovských Hrdinov qui devient Furča[150]. Dans ce cas, les deux noms sont utilisés dans le langage courant pour désigner un même quartier.

Autonomie régionale et administration de l'état[modifier | modifier le code]

Košice est la capitale régionale de la région homonyme[151]. La ville est également le siège de la cour constitutionnelle de Slovaquie[152] et de l'administration territoriale (obvodný úrad) compétente pour la région de Košice[153].

Culture[modifier | modifier le code]

Théâtres[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Théâtre d'État Košice.
Intérieur du Théâtre d'État

Le Théâtre d'État, qui présente un programme classique, est le principal de la ville. Il est animé par trois troupes professionnelles l'une de théâtre[154], l'autre de ballet[155] et la dernière d'opéra[156] se produisant sur deux scènes. La première, la principale, est située dans le bâtiment historique de 1899, l'on y joue principalement du ballet et de l'opéra, parfois du théâtre[157]. La seconde, la petite scène (slovaque : Malá Scéna), se situe à proximité dans un bâtiment de style Art nouveau[158] et est consacrée exclusivement aux représentations théâtrales[159]. Le Théâtre de marionnettes (slovaque : Bábkové divadlo) présente, depuis le , un programme pour les petits et les grands et depuis 1995, le studio Jorik le complète en jouant dans les mêmes locaux pour un public jeune un théâtre de type expérimental[160],[161]. Divadlo na peróne (français : Théâtre sur le quai), fondé en 2005, est un petit théâtre indépendant et contemporain[162] qui se produit dans le centre culturel Tabačka kulturfabrik[163]. Le Théâtre CASSIA Košice programme des comédies et des comédies musicales dans une ancienne salle de cinéma[164].

Les minorités ethniques hongroise, depuis 1969, avec le théâtre Thália et roms, depuis 1992, avec le théâtre Romathan ont leurs propres scènes et troupes professionnelles[k 29].

Musées[modifier | modifier le code]

Konštantín Bauer, De l'ancienne Cassovie (1928)


En 1872, est fondé le Musée de la Haute Hongrie, aujourd'hui, Musée de la Slovaquie de l'Est. Il présente sur plusieurs sites une exposition sur l'histoire de l'Est de la Slovaquie depuis l'âge de la pierre. On peut y admirer le "Trésor de Košice" retrouvé en 1935 sous le 68, de la rue Hlavná et composé de 2 920 pièces d'or ; l'église en bois du village de Kožuchovce, déplacée et remontée à Košice en 1927 ; le Rodošto, réplique de l'habitation de François II Rákóczi durant son exil en Turquie construite en 1943; l'ancienne prison de Mikluš. Il présente aussi des expositions d'art, de numismatique et de la nature des Carpates, c'est le musée le plus visité de la ville et sa collection est riche de plus de 500 000 objets[165].

Le Musée slovaque des techniques présente une collection d'objets qui décrivent l'histoire des techniques à partir du XVIIIe siècle, notamment dans le domaine du travail des métaux, de l'extraction minière, de l'horlogerie, de la physique et de la chimie. Un planétarium et le musée de l'aviation y sont associés ainsi que huit autres expositions décentralisées à Prešov, Vlachovo, Medzev, Moldava nad Bodvou, Spišská Belá, Budimír et Bratislava[166].

La Galerie de la Slovaquie de l'Est, fondée en 1951, expose plus de 6 400 œuvres artistiques principalement de l'Est de la Slovaquie des XIXe et XXe siècle. Elle est située depuis 1992 dans les anciens bâtiments du gouverneur du comitat en style baroco-classique[167].

Il existe au centre, en plus des trois institutions déjà mentionnées, deux petits musées. Le premier, le Musée Vojtech Löffler, est consacré au sculpteur local Vojtech Löffler et propose une rétrospective de ses œuvres dans la maison où l'artiste a vécu[168]. Le second, le Musée de figurine en cire est le premier de ce type en Slovaquie. Il est implanté dans la Tour Urban à proximité immédiate de la cathédrale[169].

Le jardin zoologique et le jardin botanique sont les musées du vivant de Košice. Le zoo de 288 ha est considéré comme le plus grand d'Europe centrale[7] par sa superficie. Il présentait, en 2007, 845 animaux de 151 espèces différentes présentes sur 5 continents. Il est situé à 7 km du centre-ville de Košice dans le quartier de Kavečany[170]. Le jardin botanique est tenu par l'Université Pavol Jozef Šafárik[171]. Ses serres présente toute l’année une collection de plantes tropicales et subtropicales en particulier des orchidées et des cactus. L’arboretum de 20 ha est constitué de 287 taxons indigènes et introduits[172].

Cinémas[modifier | modifier le code]

Le premier cinéma permanent à Košice a ouvert ses portes le sous le nom de Uránia[173]. Sous le régime communiste, on comptait plusieurs salles de cinéma dispersé en ville dont la plus grande, le cinéma Družba, fut construite en 1973 dans le quartier de Terasa et avait une capacité de 500 spectateurs[174]. En 2008, il existait encore en ville cinq petits cinémas à une salle. Le paysage cinématographique a depuis profondément changé avec l'arrivée des complexes multisalles associés à un centre commercial Optima en 2008 et Galéria en 2009. Au total, 11 salles pour 2 200 places ont été ouvertes en l'espace d'un an et un troisième complexe est en construction dans le futur centre commercial Aupark[175]. Actuellement, en plus de ces complexes multisalles, seul le cinéma Úsmev au centre ville et le cinéma alternatif Biograf sont en activité.

Centres culturels alternatifs[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de Košice capitale européenne de la culture en 2013, un site de casernes désaffectées a fait la place à Kasárne Kulturpark, un centre culturel consacré aux arts contemporains et à la culture moderne et indépendante accueillant tout types d'événements culturels[176]. Le second centre, le Tabačka kulturfabrik, est un espace logé dans d'anciens locaux industriels proche du centre ville et propose au public des expositions, des représentations théâtrales, musicales, de danse ou de productions multimédia.

Événements culturels[modifier | modifier le code]

La Commission européenne a annoncé le que Košice serait, avec la ville française de Marseille, Capitale européenne de la culture en 2013[177]. Dans ce cadre, de nouveaux événements culturels sont proposés comme une Nuit Blanche (slovaque : Biela noc) organisé pour la première fois en octobre 2010. D'autres événements annuels antérieurs à la nomination de capitale culturelle sont le Cassovia folkfest, un festival folklorique, et le festival des télévisions locales Zlatý žobrák en juin[178], le festival gastronomique Gurmán Fest en septembre. En octobre, sont organisés le JAZZ festival et le Festival Moon Ride un festival d'art contemporain

La Philharmonie d'État de Košice, en plus de son programme régulier de concerts de musique classique, organise trois festivals annuels, le Printemps musical de Košice (slovaque : Košická hudobná jar), le Festival international d'orgue (slovaque : Medzinárodný organový festival) et le festival Ars nova Cassoviæ (Festival des art contemporains) depuis 2003.

Éducation[modifier | modifier le code]

Enseignement primaire et secondaire[modifier | modifier le code]

Gymnasium de la rue Poštová

Les 38 écoles primaires publiques, 6 écoles primaires privées et 3 écoles primaires confessionnelles sont fréquentées par 20 158 élèves[179].

Le système éducatif au niveau du secondaire se répartit en 20 gymnasiums avec 7 692 élèves[180], 24 écoles techniques avec 8 812 étudiants[181] et 13 écoles professionnelles avec 6 616 étudiants[182],[183].

L'enseignement en langue étrangère se compose, d'une part, d'un réseau de trois gymnasiums proposant un programme bilingue et dont les cours sont dispensés en slovaque et en français[184], anglais[185] ou espagnol[186]. D'autre part, l'école Márai Sándor[76] pour les cycles primaires et secondaire, et l'école secondaire technique Grešákova[77] sont des instituts proposant un programme d'enseignement en hongrois destiné cette minorité linguistique. Une école privée accueille les enfants des expatriés et suit en anglais les programmes des États-Unis[187].

Enseignement supérieur[modifier | modifier le code]

Aula maxima de l'Université Technique

L'Université de Košice fondé en 1657 par les jésuites fut renommée en académie royale de Košice en 1777[188],[189]. Elle perdurera jusqu'en 1921 mais à la suite des modifications frontalières, elle déménage à Miskolc puis à Debrecen ce qui laissa la ville sans université jusqu'en 1937.

Aujourd'hui, Košice est la seconde ville étudiante de Slovaquie après Bratislava. L'Université technique de Košice est la plus grande université avec environ 16 000 étudiants[190] ; une autre université importante est l'Université Pavol Jozef Šafárik avec plus de 7 000 étudiants[182]. Les autres universités et hautes écoles comprennent l'Université de médecine vétérinaire à Košice avec 1 594 étudiants dont 113 doctorants[191] et l’École supérieure de management de la sécurité de Košice privée avec 1 168 étudiants[192].

De plus l'Université d'économie de Bratislava[193], l'Université slovaque d'agronomie à Nitra[194] et l'Université catholique de Ružomberok[195] ont une faculté décentralisée basée à Košice.

Enseignement artistique[modifier | modifier le code]

Deux conservatoires sont accessibles aux étudiants du cycle secondaire. Le conservatoire d'État ouvert en octobre 1951 enseigne la musique, la danse, les arts dramatiques et le chant[196]. Il existe de plus depuis septembre 2004 un conservatoire privé de danse[197].

Médias[modifier | modifier le code]

Le quotidien régional Korzar tirait en décembre 2009 à 33 870 exemplaires pour 7 éditions régionales dans l'Est de la Slovaquie[198]. Le mensuel gratuit Kam do Mesta reprend la totalité des activités culturelles et de loisirs pour la ville de Košice[199]. Le mensuel Kassai Figyelő rapporte l'actualité de la région de Košice en hongrois[200].

Le jour de Pâques 1927, les premières émissions de radio ont été émises depuis Košice par la radio publique tchécoslovaque. La radio Regina en est l'héritière et émet toujours depuis Košice des émissions régionales pour l'Est de la Slovaquie. C'est l'une des radios publiques de Slovenský rozhlas[201].

Košice étant la seconde ville du pays, la majorité des radios nationales ont une rédaction locale en ville[202]. Les ondes locales sont partagées par deux fréquences. La première, Radio Košice, est une radio commerciale musicale et d'information[203]. Elle émet 24h/24 en FM avec une puissance de 500 watts depuis le [204]. La seconde radio basée à Košice, Radio Hornet, est à vocation musicale et sportive. Elle émet également à Žilina et Prešov[205]. Radio Tatras International basée à Poprad est diffusée en FM à Poprad et Košice[206]. Elle propose des informations touristiques en anglais[207].

La télévision publique STV possède ses studios en ville depuis le [208]. La principale chaîne privée slovaque Markíza possède aussi sa rédaction à Košice[202]. La télévision locale TV Naša (français : Notre TV) fut une des premières télévisions locales de Slovaquie en proposant sa première émission le [209]. Actuellement, elle diffuse une émission quotidienne entre 18 et 19h. Elle est diffusée sur le canal d'une télévision à programmation musicale TV Music Box[202]. Chaque année en juin a lieu le festival Zlatý žobrák (français : Mendiant d'or) consacré aux télévisions locales[178].

Sport[modifier | modifier le code]

Ladislav Troják, premier joueur slovaque de hockey sur glace de l'équipe nationale tchécoslovaque et premier joueur slovaque à remporter un titre mondial en 1947

Le Marathon international de la Paix de Košice, en abrégé MMM pour Medzinárodný Maratón Mieru, est le plus ancien marathon d'Europe[210]. Il est couru chaque année depuis 1924 sauf en 1938 et 1940 en raison de la situation politique et militaire, et les marathons des années 1939 et de 1941 à 1944 se sont déroulés sans la participation d'un seul coureur étranger[211].

Le HC Košice, héritier du TJ VSŽ Košice, est le principal club de hockey sur glace de Košice et évolue en Extraliga, la première lige slovaque, qu'il a déjà remporté à six reprises et dont il est le seul à l'avoir remporté trois éditions consécutives 2009 2010 et 2011[212] . Avant l'indépendance de la Slovaquie, le club a remporté championnat de Tchécoslovaquie en 1986 et 1988[213]. Son stade Steel Aréna a une capacité de 8 347 places et a accueilli le Championnat du monde de hockey sur glace en 2011. Il est également utilisé pour accueillir de grands évènements culturels[214].

Le principal club de football de la ville est le MFK Košice, fondé en 1993. Le club joue en Corgoň Liga, la division slovaque la plus élevée, qu'il a remportée à deux reprises. Le club a également remporté la Coupe de Slovaquie une fois, et fut le premier club slovaque à atteindre la phase de poules de la Ligue des champions. Le club est actuellement en train de construire un nouveau stade qui aura une capacité de 19 300, mais ne sera pas prêt avant la saison 2011-2012[215]. Il existe un autre club, le FC Lokomotíva Košice, qui joue en 3e ligue est[216].

Le principal club de basket-ball de la ville est le Slávia TU Košice, qui joue en 1re division slovaque (le 2nd plus haut niveau du basket-ball en Slovaquie[217]).

ČH Hornets Košice est le club de water polo de la ville. Avec son prédécesseur le ČH Košice, il totalise plus de 30 titres de champion national[218].

Deux stations de ski se situent sur le territoire de la ville. Elles sont toutes les deux accessibles par les transports en commun urbains[219],[220]. La première à Kavečany comporte 8 remontées et 5 pistes, la seconde, Jahodná, possède 7 remontées et 3 pistes[221].

Relations internationales[modifier | modifier le code]

Représentations diplomatiques[modifier | modifier le code]

On compte à Košice 7 consulats. Le consulat général de Hongrie est situé sur la rue Hlavná[222] ; les six autres sont des consulats honoraires (Belgique[223], Espagne[224], Turquie[k 30], Russie[k 30], Mongolie[225], Allemagne[226]).

La France et la République tchèque entretiennent un centre culturel, Alliance française[227] et Centre Tchèque (tchèque : České centrum)[228] avec présence d'un attaché culturel.

Eurorégions[modifier | modifier le code]

Košice joue un rôle majeur dans la coopération régionale transnationale en étant le siège du bureau national de l'Eurorégion des Carpates[229] et est depuis le l'un des pôles de l'Eurorégion bipolaire de Košice-Miskolc[230].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Košice a tissé de nombreux liens avec des villes de par le monde[k 31] :

Arbre du partenariat à l'extrémité sud de la rue Hlavná

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste de personnalités de Košice.

Panorama de Košice[modifier | modifier le code]

Sckeskova panoráma Košíc.jpg

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Liste des biotopes d'importance européenne présents :
    • 6110 - Pelouses rupicoles calcaires ou basiphiles du Alysso-Sedion albi ;
    • 6190 - Pelouses pannoniques rupicoles (Stipo-Festucetalia pallentis) ;
    • 6210 - Pelouses sèches semi-naturelles et faciès d'embuissonnement sur calcaires (Festuco Brometalia) ;
    • 6240 - Pelouses steppiques sub-pannoniques ;
    • 6510 - Prairies maigres de fauche de basse altitude (Alopecurus pratensis, Sanguisorba officinalis) ;
    • 8160 - Éboulis médio-européens calcaires des étages collinéen à montagnard ;
    • 8210 - Pentes rocheuses calcaires avec végétation chasmophytique ;
    • 8310 - Grottes non exploitées par le tourisme ;
    • 9110 - Hêtraies du Luzulo-Fagetum ;
    • 9130 - Hêtraies du Asperulo-Fagetum ;
    • 9150 - Hêtraies calcicoles médio-européennes à Cephalanthero-Fagion ;
    • 9170 - Chênaies-charmaies du Galio-Carpinetum ;
    • 9180 - Forêts de pentes, éboulis ou ravins du Tilio-Acerion ;
    • 91E0 - Forêts alluviales à Alnus glutinosa et Fraxinus excelsior (Alno-Padion, Alnion incanae, Salicion albae) ;
    • 91H0 - Bois pannoniques à Quercus pubescens ;
    • 91Q0 - Forêts calcicoles Pinus sylvestris des Carpates occidentales.
  2. Espèces d'importance européenne.
  3. Autriche-Hongrie prise dans ses frontières de 1870.
  4. En Slovaquie, environ 30 000 personnes furent déportées dans les goulags d'Union soviétique
  5. Sur 30 790 électeurs les communistes ne récoltèrent que 4 850 voies. Les Allemands et les Hongrois ne votèrent pas car la citoyenneté tchécoslovaque leur avait été enlevée.
  6. La rue était toujours à l'époque appelée Leninová
  7. Les chiffres proviennent des statistiques officielles. Jusqu'en 1910, les statistiques prennent en compte la langue maternelle, les juifs sont donc enregistrés en fonction de ce critère et comptabilisé en général comme allemand ou hongrois.
  8. y compris le hameau de Buzinka qui fut réuni à Šaca en 1943
  9. y compris le hameau de Opátska qui fut réuni à Krásna en 1942

Références[modifier | modifier le code]

  1. (sk) Ondrej Halaga, « Názov mesta a jeho pôvod » (consulté le 5 mars 2010)
  2. (fr) Jean Louis Vaxelaire, « Pistes pour une nouvelle approche de la traduction automatique des noms propres », journal des traducteurs/Translators' Journal, vol. 51, no 4,‎ 2006, p. 719-738 (ISSN 1492-1421, lire en ligne)
  3. (fr) Denis Diderot et Jean le Rond d'Alembert, Encyclopédie, ou, Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, vol. 6, chez les Sociétés typographiques,‎ 1781, 808 p. (lire en ligne), Page 483
  4. a et b (en+sk) « Názvy obcí Slovenskej republiky (Vývin v rokoch 1773 – 1997) », sur http://slovniky.juls.savba.sk/, Jazykovedný ústav Ľ. Štúra SAV.
  5. a et b (sk) Eva BOMBOVÁ, « Košice – lesný klenot v strede Európy », Spravodajca územnej samosprávy, vol. 3, no 3,‎ juin 2007 (ISSN 1336-6475) :

    « V strednej Európe má viac lesov ako naše mesto iba Viedeň a ide o historický majetok, ktorý majú Košice už 700 rokov »

  6. (fr) Michelin, « Itinéraires viamichelin », sur www.viamichelin.fr,‎ 2009 (consulté le 5 mars 2010)
  7. a, b et c (sk) « Košice - metropola východného Slovenska », sur www.kosice.info (consulté le 3 mars 2010) : « Košice (štvrť milióna obyvateľov) – 2. najväčšie mesto Slovenska (5. najväčšie v bývalom Československu). »
  8. (en) « Europe's largest cities Cities ranked 201 to 300 »,‎ 2010 (consulté le 13 Octobre 2010)
  9. a, b, c, d, e, f, g et h (en+sk) Statistical Office of the Slovak Republic, « Mestská a obecná štatistika SR »,‎ 2007 (consulté le 28 janvier 2010)
  10. a et b (sk) « Geoportál ÚGKK SR », sur www.geoportal.sk (consulté le 19 février 2010)
  11. (sk) « Zoznam riek », sur www.rieka.sk, rieka.sk,‎ 2009 (consulté le 16 septembre 2010)
  12. (sk) tasr, sita, « V okolí Košíc sa situácia zhoršuje. Ružín už vodu nedrží », sur korzar.sme.sk,‎ juin 2010 (consulté le 16 septembre 2010)
  13. a et b (sk) Róbert Čeman, Slovenská Republika : Zemepisný atlas, 1e éd., 96 p. (ISBN 8080671389, présentation en ligne)
  14. (en+sk) Nerastné suroviny Slovenska, STATE GEOLOGICAL INSTITUTE OF DIONYZ STUR,‎ 2006 (ISBN 80-88974-84-4, lire en ligne)
  15. (sk) SITA, « Teplotné rekordy padli dnes až v 6 mestách », sur www.24hod.sk,‎ 21 juillet 2007 (consulté le 5 mars 2010) : « V Lučenci, Košiciach, v Nitre, na Sliači ale aj v Kamenici a v Hurbanove dnes poobede padli doterajšie teplotné rekordy pripadajúce na dnešný deň, agentúru SITA o tom informoval meteorológ »
  16. (sk) Pavel Matejovič, « Teplotné a cirkulačné zmeny počas zimného obdobia » (consulté le 25 janvier 2010), p. 43
  17. (en) « weatherbase Kosice, Slovakia », sur www.weatherbase.com (consulté le 24 février 2010)
  18. (sk) Štefan Eliáš, « Mestský park »,‎ septembre 1996 (consulté le 4 novembre 2010)
  19. (sk) « Dnes je to park v Barci, zajtra váš obľúbený park », Priatelia Zeme - SPZ,‎ 2009 (consulté le 4 novembre 2010)
  20. (sk) « NAJVÝZNAMNEJŠIE LOKALITY A AKTIVITY V KOŠICKOM LESOPARKU », MESTSKÉ LESY KOŠICE a.s. (consulté le 4 novembre 2010)
  21. (sk) « Chránené územia », MESTSKÉ LESY KOŠICE a.s. (consulté le 5 novembre 2010)
  22. (sk) « Spaľovňa odpadov – Termovalorizátor », www.kosit.sk (consulté le 4 novembre 2010)
  23. [ppt] (sk) Špegárová Dajana, « U. S. Steel Košice a ich vplyv na životné prostredie » (consulté le 4 novembre 2010)
  24. (sk) Archeologického ústavu SAV - pracovisko Košice, « Colonisation de la cuvette de Košice Osídlenie Košickej kotliny », sur www.cassovia.sk (consulté le 21 février 2010)
  25. (sk) Jozef Duchoň, « Ako to bolo pred vznikom mesta Košice », sur korzar.sme.sk,‎ août 2006 (consulté le 11 novembre 2010)
  26. (sk) Richard Marsina, « Colonisation de la cuvette de Košice Osídlenie Košickej kotliny » [doc], sur www.voltaire.netkosice.sk (consulté le 11 novembre 2010)
  27. (sk) Peter Mulík, Slovensko Ottová obrazová encyklopedia,‎ 2006, 228 p. (ISBN 80-7360-531-7), « Rehole a kongregácie »
  28. « Košice v rozmedzí rokov 1100 - 1599 », sur www.slovakiatravels.com,‎ 2002-2007 (consulté le 5 mars 2010)
  29. (sk) Ondrej Halaga, « Prvá písomná zmienka o meste Košice », sur www.cassovia.sk (consulté le 5 mars 2010)
  30. (sk) Jozef Duchoň, « Bitka pri Košiciach (zvaná pri Rozhanovciach) r. 1312. », sur www.cassovia.sk (consulté le 5 mars 2010)
  31. a et b (sk) « Košice v rozmedzí rokov 1100 - 1599 », sur www.cassovia.sk (consulté le 5 mars 2010)
  32. (en) Paolo Malanima, « Decline or Growth? European Towns and Rural Economies 1300-1600 »,‎ juin 2007 (consulté le 3 novembre 2010), p. 27
  33. (sk) Jozef Duchoň, « RELATION časť prvá », sur www.cassovia.sk (consulté le 10 mars 2010)
  34. (sk) Jozef Duchoň, « RELATION BISKUP MIKÁCIUS V SPORE S MESTOM - časť druhá », sur www.cassovia.sk (consulté le 10 mars 2010)
  35. (en) « The Kuruc Rebellion, 1703-1711 »,‎ 19 novembre 2004 (consulté le 22 février 2010)
  36. (sk) Miroslav Kamenický, Slovensko Ottová obrazová encyklopedia,‎ 2006, 228 p. (ISBN 80-7360-531-7), « Mestá v dátumoch »
  37. (sk) « Dejiny jezuitov v Košiciach », Spoločnosť Ježišova na Slovensku (consulté le 19 novembre 2010)
  38. (sk) Jozef Duchoň, « Naše mesto v 18. storočí PLÁN INŽINIERA SVAJCZERA », sur www.cassovia.sk (consulté le 19 novembre 2010)
  39. (sk) Jiří Kubáček, Ladislav Szojka, « ŽSR 169 : Košice - Hidasnémeti MÁV » (consulté le 22 février 2010)
  40. (sk) « História dopravného podniku v Košiciach » (consulté le 22 février 2010)
  41. (sk) Soňa Makarová, « Po niektorých priemyselných a stavebných podnikoch niet už ani stopy, no zostanú v pamäti Košíc »,‎ 16 janvier 2009 (consulté le 22 février 2010)
  42. (sk) Zoltán Balassa, « V Košiciach pôsobilo niekoľko ochráncov pamiatok. Dnes si bližšie predstavíme Imre Henszlmanna a Viktora Myskovszkyho »,‎ 12 décembre 2008 (consulté le 22 février 2010)
  43. a et b (en+hu+sk) Milan Kolcun, « Return and Reburial of Ferenc II. Rákóczi and his Comrades' Mortal Remains in Košice Centenary Celebration », sur www.rakoci.webex.sk,‎ 2006 (consulté le 1er février 2010)
  44. (sk) Zoltán Balassa, « Mesto Košice na začiatku prelomového roku 1919 zažilo nepokoje, demonštrácie i streľbu do ľudí »,‎ 20 février 2009 (consulté le 24 février 2010)
  45. (sk) Ján Gašpar, « Zo zabudnutej minulosti okolia Košíc Pamätníky bojov v roku 1919 », Listy košické,‎ mars 2000 (consulté le 24 février 2010)
  46. (sk) « Pričlenenie Košíc k Maďarsku (2.-11.11.1938) », sur fotokosice.eu (consulté le 21 février 2010)
  47. (sk) Zoltán Balassa, « Rok 1938 bol mimoriadne hektický nielen pre prvú Československú republiku, ale aj pre Košice »,‎ 19 décembre 2008 (consulté le 21 février 2010)
  48. (sk) Zoltán Balassa, « Bombardovanie Košíc 26. júna 1941 je aj po vyše šiestich desaťročiach zahalené závojom tajomstva »,‎ 15 août 2008 (consulté le 21 février 2010)
  49. a, b et c (sk) « Židia v Košiciach », sur cassovia.sk (consulté le 27 janvier 2010)
  50. (sk) Soňa Makarová, « Pred koncom druhej svetovej vojny vstúpil do života obyvateľov Košíc s tragickými následkami Ferenc Szálasi »,‎ 28 novembre 2008 (consulté le 18 novembre 2010)
  51. (en) « Košice », sur travel.spectator.sme.sk, Spectacular Slovakia,‎ 2004 (consulté le 1er février 2010)
  52. (sk) Ottova praktická encyklopédia Slovensko, vol. 1, Český Těšín,‎ 2008, 672 p. (ISBN 978-80-7360-668-8), p. 234
  53. (sk) Zoltán BALASSA, « Od "Víťazného februára" uplynulo 61 rokov. Pozrime sa, aké udalosti sprevádzali tento proces v Košiciach », korzar.sme.sk,‎ mars 2009
  54. (en) « U. S. Steel Kosice History » (consulté le 3 mars 2010) : « In January 1960 construction started on more than 800 hectares of land, which changed the character not only of Kosice and its surroundings but of Slovakia as a whole as well. »
  55. (sk) « August 1968: V Košiciach ľudia zastavili konvoj »,‎ 21 août 2007 (consulté le 3 mars 2010) : « Košice Sedem mŕtvych a sedemdesiatjeden zranených. Toľko obetí si podľa podľa výsledkov dva a pol ročného skúmania Ústavu pamäti národa vyžiadala v auguste 1968 invázia vojsk Varšavskej zmluvy v Košiciach. »
  56. (sk) duch, kid, « Denník Zamatovej revolúcie - Demontáž socializmu videná z Košíc »,‎ 19 novembre 2004 (consulté le 1er mars 2010)
  57. (sk) « Z histórie košických lesov », sur www.meleskosice.sk, MESTSKÉ LESY KOŠICE a.s. (consulté le 19 novembre 2010)
  58. (en) Štatistický úrad Slovenskej republiky, « Migration of population by territory, sex, type of indicator and period »,‎ 5 Aout 2009- (consulté le 23 février 2010)
  59. (hu) A Magyar Kir. Központi Statistikai Hivatal, Magyarország helységnévtára, 1873, Budapest,‎ 1873 (lire en ligne), p. 586
  60. (hu) A Magyar Kir. Központi Statistikai Hivatal, Magyarország helységnévtára, 1882, Budapest,‎ 1882 (lire en ligne), p. 392
  61. (hu) A Magyar Kir. Központi Statistikai Hivatal, Magyarország helységnévtára, 1892, Budapest,‎ 1892 (lire en ligne), p. 1227
  62. (hu) A Magyar Kir. Központi Statistikai Hivatal, Magyarország helységnévtára, 1902, Budapest,‎ 1892 (lire en ligne), p. 122
  63. (en) Jan Lahmeyer, « SLOVAKIA historical demographical data of the urban centers »,‎ décembre 2003 (consulté le 25 janvier 2010)
  64. a et b (sk) Ústav pamäti národa, « Počty Židov na južnom Slovensku a na Podkarpatskej Rusi po Viedenskej arbitráži na základe sčítania obyvateľov v roku 1938 Zoznam obcí okresu Košice »,‎ novembre 2009 (consulté le 26 janvier 2010)
  65. (en) ŠÚ SR, Štatistický úrad Slovenskej republiky, « Life expectancy at birth by territory, sex and period »,‎ juillet 2009 (consulté le 23 février 2010)
  66. (en+sk) ŠÚ SR, Štatistický úrad Slovenskej republiky, « Počet obyvateľov - stredný stav obyvateľstva (k 1.7.) podľa: územie, 5 ročná veková kategória, pohlavie a rok »,‎ août 2010 (consulté le 25 novembre 2010)
  67. a, b et c (en) David M. Cheney, « Archdiocese of Košice », sur www.catholic-hierarchy.org,‎ juin 2010 (consulté le 10 novembre 2010)
  68. (sk) PIERO MARINI, « II. Predošlé apoštolské cesty », sur www.vatican.va, UFFICIO DELLE CELEBRAZIONI LITURGICHE DEL SOMMO PONTEFICE,‎ 2003 (consulté le 20 septembre 2010)
  69. (sk) Gréckokatolícka eparchia Košice, « História Gréckokatolíckeho apoštolského Exarchátu », sur www.grkatke.sk,‎ 2010 (consulté le 10 septembre 2010)
  70. (sk) Gréckokatolícka eparchia Košice, « ZÁKLADNÉ ÚDAJE O EPARCHII », sur www.exarchat.rcc.sk (consulté le 30 septembre 2010)
  71. (sk) Gréckokatolícka eparchia Košice, « Pútnicke miesto Košice », sur www.grkatke.sk,‎ 2010 (consulté le 10 septembre 2010)
  72. (sk) Michalovsko-košická pravoslávna eparchia v Michalovciach, « Z histórie Michalovsko-košickej pravoslávnej eparchie a jej biskupov », sur www.mpe.orthodox.sk (consulté le 9 septembre 2010)
  73. (sk) Soňa Makarová, « Pred koncom druhej svetovej vojny vstúpil do života obyvateľov Košíc s tragickými následkami Ferenc Szálasi », sur korzar.sme.sk (consulté le 22 septembre 2010)
  74. (sk) Štefan Šutaj, Dekréty Edvarda Beneša v povojnovom období, Prešov, UNIVERSUM (ISBN 80-89046-21-5, lire en ligne)
  75. (hu+sk) Divadlo Thália Színház, « Thália Színház », sur www.thaliaszinhaz.sk (consulté le 26 janvier 2010)
  76. a et b (hu) Márai Sándor Magyar Tanítási Nyelvű Gimnázium és Alapiskola - Gymnázium a základná škola Sándora Máraiho s vyučovacím jazykom maďarským, « About school », marai.edupage.org (consulté le 10 mars 2010)
  77. a et b (hu) SOŠ Grešákova, « Az iskola története 1872-től napjainkig » (consulté le 16 mars 2010)
  78. (hu) Magyarország geographiai szótára, mellyben minden város, falu és puszta, betürendben körülményesen leiratik., Pest,‎ 1851 (lire en ligne)
  79. (hu) Atlas and Gazetteer of Historic Hungary 1914, Pécs, Talma Kiadó,‎ 2003
  80. a et b (en+sk) [Jewish Heritage Center], « Slovak Synagogues », sur www.slovak-jewish-heritage.org (consulté le 3 mars 2010)
  81. a, b et c (en) [Jewish Heritage Center], « Košice – Jewish Community Compound », sur www.slovak-jewish-heritage.org (consulté le 3 mars 2010)
  82. (sk) ANNA JUROVÁ, EVA ZUPKOVÁ, « RÓMOVIA V KOŠICIACH V 1. ČSR V KONTEXTE DOBY I REGIÓNU (1918 – 1938) », sur www.rnl.sk,‎ 27 février 2008 (consulté le 1er mars 2010)
  83. (sk) Jozef Čavojec, Mikuláš Jesenský, « Rómske hlasy ležia na zemi, nik sa k nim nezohol » (consulté le 1er mars 2010) : « Úplne posledné miesto v tejto štatistike si vyslúžilo najväčšie rómske sídlisko na Slovensku – košický Lunik IX. »
  84. (en+sk) « The Romany professional Theatre ROMATHAN (Slovakia - Košice) » (consulté le 27 janvier 2010)
  85. (de+sk) « KARPATSKONEMECKÝ SPOLOK NA SLOVENSKU - KARPATENDEUTSCHER VEREIN IN DER SLOWAKEI » (consulté le 2 mars 2010)
  86. (en) Štatistický úrad Slovenskej republiky, « Average gross nominal monthly earnings by age by territory, Age, type of indicator and period »,‎ 28 janvier 2010 (consulté le 23 février 2010)
  87. (en) Štatistický úrad Slovenskej republiky, « Number of applicants for a job by territory, Age groups, sex and period »,‎ 24 juillet 2009 (consulté le 23 février 2010)
  88. a, b et c (en+sk) Statistical Office of the Slovak Republic, « Urban Audit Košice(SK002C) Economic Aspects - Economic Activity », sur www.statistics.sk,‎ 2007 (consulté le 29 mars 2010)
  89. (en+sk) U. S. Steel Košice, s.r.o., « ANNUAL REPORT and SEPARATE FINANCIAL STATEMENTS FOR 2008 IMPACT OF THE COMPANY ON EMPLOYMENT » [PDF], sur www.usske.sk,‎ mai 2009 (consulté le 23 février 2010), p. 10
  90. (en+sk) Deniz Eylem Yoruk and Slavo Radosevic, « INTERNATIONAL EXPANSION AND BUYER-DRIVEN COMMODITY CHAIN: THE CASE OF TESCO » [PDF], sur profesores.ie.edu,‎ 20 novembre 2000 (consulté le 29 mars 2010)
  91. (sk) OC Cassovia, « O nás », sur www.cassoviaoc.sk (consulté le 29 mars 2010)
  92. (sk) Eva Mikulová, « Šťastie, že búrka prekvapila Optimu dva dni pred otvorením », sur korzar.sme.sk,‎ 29 mai 2002 (consulté le 29 mars 2010)
  93. (sk) optimake.sk, « Optima - 2. etapa », sur www.kosiceprojekty.com (consulté le 29 mars 2010)
  94. (sk) www.galeriakosice.sk, « Košice Galéria - 2. etapa », sur www.kosiceprojekty.com (consulté le 29 mars 2010)
  95. (sk) HB REAVIS Slovakia a.s., « Výstavba Auparku v Košiciach bude pokračovať podľa plánu », sur www.kosiceprojekty.com (consulté le 29 mars 2010)
  96. (en+sk) Statistical Office of the Slovak Republic, « Regional statistics database Average registered number of employees by territory, NACE, sex and period », sur www.statistics.sk,‎ mai 2009 (consulté le 29 mars 2010)
  97. (sk) Miriam Brašková, Tomáš Sabol, Olaf Baumann, Radoslav Delina, Radovan Dráb, Katarína Hiľovská et Peter Mlynárčik, Identifikácia súčasných a očakávaných potrieb firiem v oblasti informačných a komunikačných technológií v regióne východného Slovenska,‎ 25 novembre 2009 (ISBN 978-80-553-0284-3, lire en ligne)
  98. (sk) « Dôležitosť investície T-Systems International pre región východného Slovenska a Košice » [PDF],‎ 2009 (consulté le 21 novembre 2010)
  99. (sk) Marián Kizek, « Pri Košiciach otvorili časť rýchlocesty R4 », sur kosice.korzar.sk,‎ 7 novembre 2013 (consulté le 2 décembre 2013)
  100. (sk) « Zahraničná a diaľková doprava », sur www.eurobus.sk,‎ 2010 (consulté le 25 novembre 2010)
  101. a et b (sk) « ŽSR 169 : Košice - Hidasnémeti MÁV », sur www.vlaky.net (consulté le 25 février 2010)
  102. (sk) « ŽSR 180 : Žilina - Košice », sur www.vlaky.net (consulté le 25 février 2010)
  103. (sk) « ŽSR 188 : Košice - - Plaveč - Čirč - - Muszyna PKP », sur www.vlaky.net (consulté le 25 février 2010)
  104. (sk) « ŽSR 190 : Košice - Čierna n./T., Kalša - Trebišov, Sátoraljaújhely - Slovenské Nové Mesto », sur www.vlaky.net (consulté le 25 février 2010)
  105. (sk) « ŽSR 160 : Zvolen os. st. - Košice », sur www.vlaky.net (consulté le 25 février 2010)
  106. « História železníc - 1945 - 1992 - Investície - Výstavba a rekonštrukcia - Košice », sur www.zsr.sk, Železnice Slovenskej republiky,‎ 2008 (consulté le 27 septembre 2010)
  107. (sk) « ŽSR 930 : Čermeľ - Pionier », sur www.vlaky.net (consulté le 25 février 2010)
  108. (sk) « ŽSR 500 : Maťovce - ŠRT - Haniska pri Košiciach », sur www.vlaky.net (consulté le 25 février 2010)
  109. (sk) « Širokorozchodná trať by mohla byť do siedmich rokov », sur sme.sk,‎ 28 mai 2007 (consulté le 29 juillet 2009)
  110. (sk) « ŽST Košice », sur www.vlaky.net,‎ 1998 (consulté le 25 février 2010)
  111. (sk) www.mestskadoprava.net, « História dopravného podniku v Košiciach », sur www.mestskadoprava.net (consulté le 9 mars 2010)
  112. (sk) Vladimír Šimko, « Košice réseau de transport en commun, situation au 14.12.2008 », sur imhd.sk,‎ octobre 2008 (consulté le 25 février 2010)
  113. a et b Letisko Košice-Airport Kosice, a.s., « Airport Kosice History », sur www.airportkosice.sk (consulté le 8 mars 2010)
  114. (fr) « Aéroport de Kosice - Kosice International Airport », sur www.americas-fr.com (consulté le 1er mars 2010)
  115. a et b (en+sk) Letisko Košice-Airport Kosice, a.s., « STATISTICS PASSENGERS », sur www.airportkosice.sk (consulté le 25 février 2010)
  116. (sk) Institute for transport science KTI, « Slovak waterways today » [PDF], sur www.kti.hu (consulté le 25 février 2010), p. 6
  117. a et b (sk) Štatistický úrad Slovenskej republiky Pracovisko ŠÚ SR v Košiciach, « Vybrané ukazovatele cestovného ruchu Košického kraja v roku 2008 », sur statistics.sk,‎ 2008 (consulté le 20 février 2010), p. 16-17
  118. (sk) Dorota Kráková, « La majorité des touristes sont tchèques Najviac turistov je z Česka », sur sme.sk,‎ 28 mai 2007 (consulté le 20 février 2010)
  119. (en+sk) « Kosice », sur www.slovakia.org (consulté le 28 septembre 2010)
  120. (sk) « Všetkých sedem divov je v Starom Meste », Košice-Staré Mesto (consulté le 22 février 2009)
  121. (sk) « Oficiálne výsledky - 7 divov Košíc », potulka.sk (consulté le 29 juillet 2009)
  122. Le plan est apparu dans un livre de Leon Andrea Maggiorotti traitant d'œuvre d'architecte italien en Europe L´Opera del genio italiano all´estero , Architetti e architetture militari, édité vers 1939 et cité par (sk) Jozef Duchoň, « Z pokladov múzejnej knižnice - Maggiorottiho kniha », sur www.cassovia.sk,‎ mai 2001 (consulté le 3 novembre 2009)
  123. (en) « Kosice - History », sur Eurotravelling.net,‎ 2000 - 2004 (consulté le 5 octobre 2010) : « Already by that time, the original, one-nave church of St. Elizabeth (1260-1280) stood in the middle of the spindle-shaped square (a typical shape for eastern-Slovakia towns). »
  124. (en+sk) Ministry of Culture of Slovakia, « Košice Town Conservation Reservation »,‎ 27 septembre 2009 (consulté le 24 février 2010)
  125. (sk) « Historické mapy Košíc », sur www.kosice.estranky.sk (consulté le 11 octobre 2010)
  126. (sk) Katarína Paprčková, « Košice-Dargovských hrdinov Základné informácie » [PDF], Mestská časť Košice-Dargovských hrdinov,‎ 2010 (consulté le 14 octobre 2010)
  127. (sk) Radoslav Mokriš, Marcela Ďurišová, Jana Dvorská, Juraj Gembický, Alena Hrabinská, Jozef Jarkovský, Viera Kladeková, Zuzana Labudová, Kristína Markušová, Zuzana Varechová, Vladimír Sobota, Zuzana Strnková, HISTÓRIA KOŠÍC PRE BUDÚCNOSŤ MESTA, KRAJSKÝ PAMIATKOVÝ ÚRAD KOŠICE,‎ octobre 2005, pdf, 132 p. (ISBN 80-89089-42-9, lire en ligne), p. 7
  128. a et b (sk) Milan Kolcun, « Dominikánsky kostol », sur www.kosice-city.sk,‎ 16 novembre 2009 (consulté le 25 février 2010)
  129. (sk) Milan Kolcun, « Dóm sv. Alžbety », sur www.kosice-city.sk,‎ 16 novembre 2009 (consulté le 25 février 2010)
  130. (sk) Milan Kolcun, « Kaplnka sv. Michala », sur www.kosice-city.sk,‎ 16 novembre 2009 (consulté le 25 février 2010)
  131. (sk) Milan Kolcun, « Urbanova veža », sur www.kosice-city.sk,‎ 16 novembre 2009 (consulté le 25 février 2010)
  132. (sk) Katarína Turčanová, « LEVOČSKÝ DOM », Listy košické, roč.1/0, sur cassovia.sk,‎ juin 1999 (consulté le 4 novembre 2010)
  133. (sk) Milan Kolcun, « Kostol Najsvätejšej Trojice », sur www.kosice-city.sk,‎ 16 novembre 2009 (consulté le 1er mars 2010)
  134. (sk) Milan Kolcun, « Morový stĺp – Immaculata », sur www.kosice-city.sk,‎ 16 novembre 2009 (consulté le 1er mars 2010)
  135. (sk) Milan Kolcun, « Jakabov palác », sur www.kosice-city.sk,‎ 16 novembre 2009 (consulté le 1er mars 2010)
  136. (sk) Milan Kolcun, « Štátne divadlo », sur www.kosice-city.sk,‎ 16 novembre 2009 (consulté le 1er mars 2010)
  137. a et b (sk) Jaroslava Oravcová, « História Fakultnej nemocnice L. Pasteura Košice », sur www.fnlp.sk,‎ 23 juin 2009 (consulté le 25 février 2010)
  138. (sk) « Funkcionalizmus » (consulté le 2 mars 2010)
  139. (sk) Katarína Andrášiová, « Výškové budovy na Slovensku v 20. Storočí » (consulté le 25 février 2010)
  140. (sk) « Košice Železničná stanica », sur www.vlaky.net (consulté le 25 février 2010)
  141. (sk) Ladislav Juhás, « Hotelový skvost Schalkház »,‎ 24 avril 2008 (consulté le 25 février 2010)
  142. (sk) « Z otvorenia košickej pobočky NBS »,‎ 21 Mars 1996 (consulté le 25 février 2010)
  143. (en+sk) Letisko Košice-Airport Kosice, a.s., « The main events in the aviation history of Košice and the airport » (consulté le 24 février 2010)
  144. (en+sk) « STEEL ARENA introduces itself » (consulté le 24 février 2010)
  145. (sk) « Cassovar Polyfunkčný Komplex », sur www.cassovar.sk (consulté le 25 février 2010)
  146. (sk) Katarína Jantošovičová, « Richard Raši zložil sľub primátora mesta », Mesto Košice (consulté en 21.12.2010)
  147. (sk) Marián KIZEK, « Biely dom zostane len pre magistrát », sur korzar.sme.sk,‎ janvier 2005 (consulté le 11 octobre 2010)
  148. (sk) « Košice od roku 1900 až po dnešok », sur www.cassovia.sk (consulté le 11 octobre 2010)
  149. a, b et c (sk) Štatistický úrad Slovenskej republiky, « Výsledky volieb v hlavnom meste SR Bratislave a v meste Košice », sur www.statistics.sk (consulté le 20 février 2010)
  150. a et b (sk) Úrad geodézie, kartografie a katastra Slovenskej republiky, « Názov KÚ », sur www.skgeodesy.sk,‎ avril 2010 (consulté le 20 septembre 2010)
  151. (sk) « Organizačná štruktúra KSK », sur www.vucke.sk (consulté le 2 mars 2010)
  152. (en+sk) « Constitutional Court of the Slovak Republic »,‎ 2010 (consulté le 2 février 2010) : « Hlavná 110, Košice 042 65 »
  153. (sk) « Obvodný úrad Košice », sur www.vs.sk (consulté le 2 mars 2010)
  154. (en+sk) Štatné Divadlo Košice, « DRAMA - REPERTOIRE », sur www.sdke.sk (consulté le 2 mars 2010)
  155. (en+sk) Štatné Divadlo Košice, « BALLET - REPERTOIRE », sur www.sdke.sk (consulté le 2 mars 2010)
  156. (en+sk) Štatné Divadlo Košice, « OPERA - REPERTOIRE », sur www.sdke.sk (consulté le 2 mars 2010)
  157. (en+sk) Štatné Divadlo Košice, « HISTORY OF THEATRE », sur www.sdke.sk,‎ 2009 (consulté le 2 mars 2010)
  158. (sk) « Malá scéna Štátneho divadla »,‎ 16 novembre 2009 (consulté le 2 mars 2010)
  159. (en+sk) Štatné Divadlo Košice, « PROGRAM », sur www.sdke.sk (consulté le 2 mars 2010)
  160. (sk) Bábkové divadlo Košice, « BÁBKOVÁ SCÉNA HISTÓRIA », sur www.bdke.sk (consulté le 2 mars 2010)
  161. (en+sk) Bábkové divadlo, « PUPPET THEATRE KOŠICE », sur www.bdke.sk (consulté le 2 mars 2010)
  162. (fr+sk) « Théâtre sur le quai » (consulté le 2 mars 2010)
  163. (fr+sk) Théâtre sur le quai, « program », sur naperone.stylez.sk (consulté le 2 mars 2010)
  164. (sk) Divadlo CASSIA Košice, « O Divadle », sur www.divadlocassia.sk (consulté le 2 mars 2010)
  165. (sk) « HISTÓRIA VÝCHODOSLOVENSKÉHO MÚZEA », sur www.vsmuzeum.sk (consulté le 3 mars 2010)
  166. (en) « Slovak Technical Museum (STM) Kosice », sur www.muzeum.sk (consulté le 3 mars 2010)
  167. (en+sk) « Vychodoslovenska galeria Kosice/East - Slovakian Gallery Kosice », sur www.muzeum.sk (consulté le 3 mars 2010)
  168. (en+sk) « Muzeum Vojtecha Lofflera Kosice/Vojtech Loffler Museum Kosice », sur www.muzeum.sk (consulté le 3 mars 2010)
  169. (en+sk) « Muzeum voskovych figurin Kosice - Slavni z Kosic a regionu/Wax Museum Kosice - Famous people from Kosice region », sur www.muzeum.sk (consulté le 3 mars 2010)
  170. (sk) « Zoo Košice-Kontakt » (consulté le 3 mars 2010)
  171. (en) « Information on the Botanical Garden », sur www.upjs.sk (consulté le 3 mars 2010)
  172. (en+sk) « Botanická záhrada Košice », sur www.skrz.sk (consulté le 22 novembre 2010)
  173. (sk) sim, « Historické výročia v roku 2009 », sur www.filmsk.sk, Slovenský filmový ústav,‎ janvier 2009 (consulté le 6 octobre 2010)
  174. (sk) « Kino Družba », sur ustarch.sav.sk, Oddelenie architektúry USTARCH SAV (consulté le 6 octobre 2010)
  175. (sk) « OC Galéria a OC Optima budú obliehať filmoví fajnšmekri », sur korzar.sme.sk, korzar (consulté le 6 octobre 2010)
  176. (sk) Košice2013, « KULTURPARK info », sur http://www.kulturpark.sk/info.html,‎ 2010 (consulté le 9 septembre 2010)
  177. (fr+sk) « Košice sera la Capitale européenne de la culture pour la Slovaquie en 2013 », Commission européenne DG Éducation et Culture,‎ 17 septembre 2008 (consulté le 25 janvier 2010)
  178. a et b (en) « The 16th International Festival of Local Televisions », sur www.festival.sk (consulté le 1er mars 2010)
  179. (sk) « Prehľad základných škôl v školskom roku 2006/2007 » [PDF], Ústav informácií a prognóz školstva,‎ 2006 (consulté le 14 février 2008)
  180. (sk) « Prehľad gymnázií v školskom roku 2006/2007 » [PDF], Ústav informácií a prognóz školstva (consulté le 14 février 2008)
  181. (sk) « Prehľad stredných odborných škôl v školskom roku 2006/2007 » [PDF], Ústav informácií a prognóz školstva (consulté le 14 février 2008)
  182. a et b (sk) « Prehľad združených stredných škôl v školskom roku 2006/2007 » [PDF], Ústav informácií a prognóz školstva (consulté le 14 février 2008)
  183. (sk) « Prehľad stredných odborných učilíšť a učilíšť v školskom roku 2006/2007 » [PDF], Ústav informácií a prognóz školstva (consulté le 14 février 2008)
  184. (fr) Gymnázium Milana Rastislava Štefánika, Nám. L. Novomeského 4, Košice, « Bilingválne štúdium » (consulté le 10 mars 2010)
  185. (sk) www.cassovia.sk, « Evanjelické anglicko-slovenské bilingválne gymnázium J. A. Komenského », sur www.cassovia.sk (consulté le 10 mars 2010)
  186. (es+en+sk) Gymnázium, Park mládeže 5, Košice, « Instituto con Sección Bilingüe eslovaco-espaňola », sur gpm.edupage.org (consulté le 10 mars 2010)
  187. (en) QSI International School of Kosice, « Introduction », sur www.qsi.org (consulté le 10 mars 2010)
  188. (sk) Jozef Piaček Miloš Kravčík FILIT, « Košická univerzita »,‎ 1999 (consulté le 12 mars 2010)
  189. (en+sk) Magistrát mesta Košice, « History of Kosice - 17-18th century », sur www.kosice.sk (consulté le 12 mars 2010)
  190. (sk) « Technická univerzita Košice » [PDF], Ústav informácií a prognóz školstva (consulté le 14 février 2008)
  191. (sk) Ústav informácií a prognóz školstva, « UNIVERZITA VETERINÁRSKEHO LEKÁRSTVA » [xls],‎ octobre 2009 (consulté le 18 mars 2010)
  192. (sk) Ústav informácií a prognóz školstva, « VYSOKÁ ŠKOLA BEZPEČNOSTNÉHO MANAŽÉRSTVA » [xls] (consulté le 18 mars 2010)
  193. (en) « The Faculty of Business Economics with seat in Košice » (consulté le 1er mars 2010)
  194. (en) Mikuláš Látečka, « SELF-EVALUATING REPORT BY THE SLOVAK UNIVERSITY OF AGRICULTURE Geographical location of the University »,‎ 2006 (consulté le 1er mars 2010), p. 5
  195. (en) « Catholic University in Ružomberok Mission and History »,‎ octobre 2009 (consulté le 1er mars 2010) : « The Faculty of Theology with the seat in Košice was established in 2003 »
  196. (sk) « Konzervatórium Košice », sur www.konke.sk (consulté le 25 février 2010)
  197. (sk) « História », sur www.skke.sk (consulté le 25 février 2010)
  198. (sk) « aktuálne vysledky », sur abcsr.sk (consulté le 26 février 2010)
  199. (fr) Dominique Auzias, Jean-Paul Labourdette, Guillaume Papillon et Caroline Coq-Chodorge, Le Petit Futé Slovaquie, Paris, Nouv. éd. de l'Université,‎ 2007, 2e éd., 296 p. (ISBN 2746916339, lire en ligne), p.222
  200. (sk) Ministerstvo kultúry Slovenskej republiky, « Zoznam periodickej tlače - Detail » (consulté le 23 mars 2010)
  201. (sk) Vlado Valaštiak, « História a plány: Regina Košice », sur sk.radiotv.cz (consulté le 26 février 2010)
  202. a, b et c (sk) « Prehľad médií v Košiciach », sur www.cassovia.sk (consulté le 26 février 2010)
  203. (sk) « Rádio Košice », sur www.radia.sk (consulté le 26 février 2010)
  204. (sk) Rádio Košice, « O nás », sur www.radiokosice.sk (consulté le 26 février 2010)
  205. (sk) « Hornet radio », sur www.hornetradio.fm/ (consulté le 11 octobre 2010)
  206. (sk) « RTI », sur www.radia.sk (consulté le 1er mars 2010)
  207. (en) Radio Tatras International, « Radio Tatras International », sur radiotatrasinternational.blogspot.com (consulté le 1er mars 2010)
  208. (sk) Slovenská televízia, « Televízne štúdio Košice », sur www.stv.sk (consulté le 26 février 2010) : « 25.02.1962 začiatok vysielania Televízneho štúdia Košice »
  209. (en) « História », sur www.nasa.sk (consulté le 11 octobre 2010)
  210. (en) « KOŠICE PEACE MARATHON », Maratónsky klub Košice (consulté le 25 janvier 2010)
  211. (en+sk) « KOŠICE PEACE MARATHON 75 1924 - 1999 » [PDF], sur www.kosicemarathon.com, Maratónsky klub Košice,‎ 1999 (consulté le 25 janvier 2010)
  212. (fr) Michel Bourdier, « HC Košice – HK Poprad (Extraliga, finale, match 5 », sur www.passionhockey.com,‎ 8 avril 2011 (consulté le 10 avril 2011)
  213. (sk) « História hokeja v Košiciach », sur hckosice.sk (consulté le 2 novembre 2010)
  214. (en+sk) « Site officiel de la Steel Aréna », sur steelarena.sk (consulté le 29 janvier 2010)
  215. (sk) « MFK KOŠICE » (consulté le 1er avril 2010)
  216. (sk) « FC LOKOMOTÍVA KOŠICE » (consulté le 1er avril 2010)
  217. (sk) « basket.sk - 1.liga muži - tabuľky » (consulté le 1er avril 2010)
  218. (sk) « HISTÓRIA KLUBU », sur hornets.sk,‎ mars 2010 (consulté le 2 novembre 2010)
  219. (sk) « Doprava z Košíc do rekreačného strediska Kavečany » (consulté le 3 mars 2010)
  220. (en) « Transportation sport and recreational center Jahodná » (consulté le 3 mars 2010)
  221. (en+nl+pl+sk) « WELKOM OP WEBSITE VAN SPORT - RECREATIE CENTRUM JAHODNÁ » (consulté le 3 mars 2010)
  222. (hu) a Magyar Köztársaság Külügyminisztériuma, « A Magyar Köztársaság konzulátusai a Szlovák Köztársaságban », sur www.mfa.gov.hu,‎ 2006 (consulté le 2 février 2010)
  223. (fr) SPF Affaires étrangères, Commerce extérieur et Coopération au Développement, « Adresse Ambassade belge SLOVAQUIE », sur www.diplomatie.be (consulté le 27 janvier 2010)
  224. (es) « Orden AEX/200/2002, de 21 enero, por la que se crea una Oficina Consular Honoraria en Kosice (República Eslovaca). », sur www.lexureditorial.com (consulté le 2 février 2010)
  225. (sk) « V Košiciach otvorili honorárny konzulát Mongolska », sur korzar.sme.sk
  226. (sk) « Prof. Ing. Juraj Banský - nový nemecký honorárny konzul v Košiciach » (consulté le 2 novembre 2011)
  227. (fr+sk) Alliance Française de Kosice, « Alliance Française de Kosice », sur www.afke.sk (consulté le 2 février 2010)
  228. (cs) « Centre tchèque de Košice », sur www.czechcentres.cz (consulté le 8 janvier 2010)
  229. (en+sk) « Carpathian Fondation » (consulté le 20 février 2010)
  230. (en) « KOŠICE-MISKOLC EUROREGION. DEED OF FOUNDATION » [PDF],‎ 1er décembre 2000 (consulté le 20 février 2010)
  231. (sk) Qui était qui à Košice Kto bol kto v Košiciach sur www.cassovia.sk Consulté le 1er mars 2010
  232. (sk) Rudolf Schuster / prezident sur www.osobnosti.sk Consulté le 1er mars 2010
  233. (fr) Martina Hingis Tenniswoman suisse sur www.evene.fr Consulté le 1er mars 2010
  • Références issues de l’ouvrage (sk) Radoslav Mokriš et Krajský Pamiatkový Úrad Košice, Marcela Ďurišová, Jana Dvorská, Juraj Gembický, Alena Hrabinská, Jozef Jarkovský, Viera Kladeková, Zuzana Labudová, Kristína Markušová, Zuzana Varechová, Vladimír Sobota, Zuzana Strnková., História Košíc pre budúcnosť mesta, Košice, TypoPress,‎ octobre 2005, 132 p. (ISBN 80-89089-42-9, lire en ligne)
  1. p. 122.
  2. p. 7.
  3. p. 19.
  4. p. 7.
  1. a, b, c, d et e (en+sk) « Short History of Kosice » (consulté le 19 février 2010)
  2. (en) František Knapík, « Dear visitors to Košice » (consulté le 16 septembre 2010)
  3. a, b et c (en+sk) Magistrát mesta Košice, « Cartographic data »,‎ 2007 (consulté le 25 janvier 2010)
  4. a, b, c et d (sk) Magistrát mesta Košice, « Basic information about the city »,‎ 2007 (consulté le 25 janvier 2010)
  5. (sk) Marián Krlička, « Dolná brána », Magistrát mesta Košice,‎ 2007 (consulté le 16 septembre 2010)
  6. (en) « Guide to investment in Košice » (consulté le 24 février 2010)
  7. [ppt] (sk) « Archív » (consulté le 4 novembre 2010)
  8. (en+sk) Jozef Kirst, « 1369 - The first armorial warrant » (consulté le 24 février 2010)
  9. (en+sk) Jozef Kirst, « 1423 - The second armorial warrant » (consulté le 24 février 2010)
  10. (en+sk) Jozef Kirst, « 1453 - The third armorial warrant » (consulté le 24 février 2010)
  11. (en+sk) Jozef Kirst, « 1502 - The fourth armorial warrant » (consulté le 24 février 2010)
  12. (sk) « Štatút mesta Košice Príloha č. 3 » (consulté le 6 novembre 2010)
  13. (en+sk) Jozef Kirst, « Predheraldické obdobie - Sv. Alžbeta » (consulté le 6 novembre 2010)
  14. a et b (sk) Magistrát mesta Košice, « Z histórie Košíc - 20. storočie »,‎ 2007 (consulté le 27 janvier 2010)
  15. a et b (en+sk) Ministry of Defence of the SR/TASR, « Košice was liberated by the army of the Fourth Ukrainian Front 65 years ago. »,‎ 28 janvier 2010 (consulté le 21 février 2010)
  16. (sk) Košický občiansky klub, Maďarský spoločenský dom, « Histoire des juifs de Košice História Košických židov »,‎ 2001 (consulté le 1er mars 2010)
  17. (en+sk) Department of City Development - Office of the Main Architect, « Košice in broader traffic relations », sur www.kosice.sk,‎ Février 2003 (consulté le 25 février 2010)
  18. a et b (sk) Jana Geročová, « Územná expanzia mesta Košice – aktuálny stav a perspektívy »,‎ mai 2008 (consulté le 8 novembre 2010)
  19. (sk) Jana Geročová, « Francúzsky investor Valeo začal v Košiciach výstavbu nového závodu »,‎ octobre 2007 (consulté le 8 novembre 2010)
  20. (en+sk) Alexander Jirousek, « The underground museum under the Main Street in Kosice » (consulté le 25 février 2010)
  21. (sk+hu) Košický občiansky klub et Maďarský spoločenský dom, « NEHNUTEĽNÉ PAMIATKY ŽIDOVSKEJ KULTÚRY V KOŠICIACH »,‎ 2001 (consulté le 24 février 2010)
  22. (en+sk) Magistrát mesta Košice, « History of Kosice - 20th century » (consulté le 25 février 2010)
  23. a et b (en+sk) « The list of city officials » (consulté le 21 février 2010)
  24. (sk) « Zákon Slovenskej národnej rady č. 401/1990 Zb. o meste Košice » (consulté le 21 septembre 2010)
  25. (sk) Magistrát mesta Košice, « Stará radnica » (consulté le 11 octobre 2010)
  26. (en+sk) Magistrát mesta Košice, « Members of the City Council elected in general elections in 2006 for the election period 2006 - 2010 » (consulté le 21 février 2010)
  27. (en+sk) Magistrát mesta Košice, « Hodnotiaca správa programového rozpočtu a Záverečný účet mesta Košice za rok 2009 » (consulté le 8 novembre 2010)
  28. (sk) Moody´s International Public Finance, « Ratingové hodnotenie mesta Košice » [PDF],‎ décembre 2009 (consulté le 8 novembre 2010)
  29. (en+sk) Informačné centrum mesta Košice, « Divadlá / Theatres » (consulté le 2 mars 2010)
  30. a et b (sk) « V Košiciach už štvrtý honorárny konzulát »,‎ 20 février 2010 (consulté le 21 février 2010)
  31. (en+sk) Magistrát mesta Košice, « Sister cities of the City of Košice » (consulté le 22 février 2010)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

(fr) Sándor Márai, Les Confessions d'un bourgeois, Albin Michel, Grandes traductions, 461 p. (ISBN 2226066071)

(mul) Mária Koránová et Darina Šimová, (sk) Košice ako na dlani, (en) A palm-top Košice, (de) Košice auf der Hand, (hu) Kassa a tenyerünkön, Édition JES,‎ 2008, 2e éd., 80 p. (ISBN 978-80-88900-27-6)

Document utilisé pour la rédaction de l’article(en) Milan Kolcun et Alexander Jiroušek, Wanders in Košice, Édition JeS, 101 p. (ISBN 978-80-88900-28-3)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Il existe une catégorie dédiée à ce sujet : Košice.

Geographylogo.svg

Les coordonnées de cet article :

Sites de la ville[modifier | modifier le code]

Photos[modifier | modifier le code]

Cartes et plans[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 16 décembre 2010 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.