Christianisation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec évangélisation.

La christianisation est un processus qui consiste à intégrer quelqu'un ou quelque chose au christianisme. Cela peut être fait de façon pacifique, avec l'évangélisation et les missionnaires, ou bien militairement, à l'image par exemple des croisades, de la Reconquista, de l'expansion du Royaume franc en Empire_carolingien par Charlemagne ou encore de la Colonisation européenne des Amériques, de l'Afrique, de l'Asie ou de l'Océanie.

Cal peut aussi être un mélange des deux. On commence par une modification douce des rituels pour ensuite détruire les éléments de culte, par des bannissements et des brutalités. (voir Christianisation des peuples germains et scandinaves).

Au lieu d'une destruction on peut également procéder à christionisation d'objets ou de lieux. Certains menhirs ont par exemple été christianisés par l'ajout d'une croix en leur sommet). des temples ont été convertis en église. La lettre du Pape Grégoire à Saint Augustin de Cantorbéry illustre bien ce phénomène[1]. "Qu'on prenne l'eau bénite et que l'on asperge ces temples, qu'on édifie des autels et qu'on y place des reliques ; en effet si ces temples sont bien contruits, il est nécessaire et il suffit d'en changer la destination : les faire passer du culte des idoles à la louange du vrai Dieu...Comme la coutume existe d'offrir beaucoup de bœufs en sacrifice aux esprits, il faut également transformer légèrement le cérémonial de ces offrandes, de manière à fixer ces coutumes rituelles au jour de la dédicace ou de la fête des saints martyrs dont les reliques ont été placés dans l'église ; que les gens continuent à se construire des cabanes de branchages auprès des mêmes temples devenues églises et qu'ils célèbrent la fête par des agapes rituelles."

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bède le Vénérable, Histoire ecclésiastique du peuple anglais, traduit et présenté par Philippe Delaveau. L'aube des peuples. Gallimard, 1995