Samuel Aba de Hongrie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aba.
Samuel Aba de Hongrie
Samuel Aba, roi de Hongrie
Samuel Aba, roi de Hongrie
Titre
Roi de Hongrie
10411044
Prédécesseur Pierre de Hongrie
Successeur Pierre de Hongrie
Biographie
Date de naissance v.991
Date de décès
Conjoint Sarolta de Hongrie

Aba, autrement Owon, roi de Hongrie

Origine[modifier | modifier le code]

Prince des Kabars, tribu de Hongrie d'origine khazare née à la fin du IXe siècle de la fusion de trois tribus plus modestes. Le judaïsme, majoritaire dans l'aristocratie khazare expliquerait peut-être son nom. Il dominait le nord de la Grande Plaine et les monts Matra.

Mariage[modifier | modifier le code]

Vers 1010, le roi Étienne lui donna sa sœur Sarolta en mariage, privilège remarquable car aucun autre Hongrois n'épousa de princesse de la famille royale à cette époque. Cette union ne fut cependant rendue possible que par le baptême préalable de Samuel. Elle permit également la création du comitat d'Ujvár, sur les territoires du prince.

Ascension[modifier | modifier le code]

S’ensuivirent plusieurs fondations religieuses : non seulement celle du très vaste diocèse d'Eger mais aussi celles des monastères bénédictins d'Abasár et de Feldebrő. Samuel fut plusieurs fois à la tête des renforts hongrois envoyés pour soutenir l'empereur Henri II, autre beau-frère du roi, dans sa lutte contre les Polonais avant 1018. Il devint ensuite comte palatin d’Étienne.

Succession d’Étienne[modifier | modifier le code]

À la mort du prince héritier Émeric, en 1031, Samuel ne fut pas retenu par Étienne comme successeur potentiel. En dehors du fait qu'il n'était pas du sang d'Árpád, sa conversion n'a peut-être pas paru entièrement sincère au roi. Quand celui-ci mourut à son tour, en 1038, ce fut son neveu Pierre Orseolo qui fut couronné.

Règne[modifier | modifier le code]

Samuel Aba

Dès 1041, pourtant, Pierre fut chassé par ses sujets à cause de sa conduite tyrannique et Samuel, porte-parole des Magyars traditionalistes, fut intronisé à sa place. Sa politique agressive contre l’Église, son désir de revenir à une société totalement égalitaire, ses défaites contre les Allemands, ses parjures et ses actes sanguinaires le condamnèrent bientôt.

Chute[modifier | modifier le code]

Appelé à l'aide par certains de ses opposants, l'empereur Henri III écrasa Samuel en juillet 1044 à Ménfő. Il s'enfuit tandis que les insignes royaux tombaient aux mains des Allemands. Vite dénoncé et arrêté, il fut exécuté. Son corps fut inhumé à Abasár. Pierre L'Allemand remonta sur le trône.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Marie-Madeleine de Cevins Fayard Paris (2005) Saint Étienne de Hongrie,
  • Gyula Kristó Histoire de la Hongrie Médiévale Tome I le Temps des Arpads Presses Universitaires de Rennes (2000)(ISBN 2-86447-533-7).