Bologne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bologne (homonymie).
Bologne
Blason de Bologne
Héraldique
Drapeau de Bologne
Drapeau
Image illustrative de l'article Bologne
Noms
Nom italien Bologna
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Regione-Emilia-Romagna-Stemma.svg Émilie-Romagne 
Province Bologne 
Maire Virginio Merola (PD)
2011-2016
Code postal 40100
Code ISTAT 037006
Code cadastral A944
Préfixe tel. 051
Démographie
Gentilé Bolognesi (en français, les Bolonais)
Population 380 181 hab. (31-12-2010[1])
Densité 2 716 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 30′ 00″ N 11° 21′ 00″ E / 44.5, 11.35 ()44° 30′ 00″ Nord 11° 21′ 00″ Est / 44.5, 11.35 ()  
Altitude Min. 54 m – Max. 54 m
Superficie 14 000 ha = 140 km2
Divers
Saint patron San Petronio
Fête patronale 4 octobre
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Émilie-Romagne

Voir sur la carte administrative d'Émilie-Romagne
City locator 14.svg
Bologne

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Bologne

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Bologne
Liens
Site web http://www.comune.bologna.it/

Bologne (en italien Bologna, prononcé /boˈloɲa/) est une ville italienne d'environ 375 000 habitants, située dans le nord-est du pays, entre le et les Apennins. C'est le chef-lieu de la région d'Émilie-Romagne (plaine du Pô) et de la province de même nom et l'une des villes principales de l'Italie. Ses habitants sont les Bolonais.

Elle est considérée comme le siège de la plus ancienne université du monde occidental puisqu'elle fut fondée en 1088[2]. Ce rayonnement culturel et son université lui ont valu le surnom de la Dotta (la savante). La ville possède également d'autres surnoms comme la Rossa (la rouge), en référence à ses tuiles en terre cuite et aussi pour son âme politique de gauche communiste, et la Grassa (la grasse) pour son excellente cuisine.

Très curieusement, l'on parle de « spaghetti à la sauce bolognaise », alors que cette recette n'existe pourtant pas dans la cuisine régionale (seule la sauce — ou ragù — est une recette de la région), le spaghetti étant lui une spécialité napolitaine (voir article : Sauce bolognaise).

Chaque année au printemps, Bologne accueille un salon du livre de jeunesse de renommée internationale, la La Fiera del Libro per Ragazzi ou Foire du livre de jeunesse de Bologne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Bologne est située en Émilie dans une zone de plaines et de collines, entre la vallée du Reno et celle du Savena, à l'extrême sud de la plaine du Pô et au nord des Apennins.

janvier février mars avril mai juin juillet août septembre octobre novembre décembre
minimales (°C) 0 2 6 9 14 18 20 20 17 12 6 2
maximales (°C) 6 9 14 18 23 27 30 30 25 19 12 7

Quartiers[modifier | modifier le code]

Quartiers de Bologne

La commune se divise en neuf circonscriptions administratives qui portent le nom de quartiers : Borgo Panigale, San Donato, San Vitale, Sàvena, Navile, Porto, Saragozza, Santo Stefano, Reno.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de Bologne.

Débuts[modifier | modifier le code]

Bologne a été fondée par les Étrusques sous le nom de Felsina en 534 av. J.-C. dans une zone habitée de longue date par le peuple de Villanova, un peuple de fermiers et de bergers. La ville étrusque a grandi autour d'un sanctuaire construit sur une colline entourée d'une nécropole. Au IVe siècle av. J.-C., elle fut conquise par les Boïens, qui lui donnèrent le nom (d'origine celtique) de Bononia. Conquise par les Romains en 191 av. J.-C., la cité devint une colonie (3 000 familles romaines s'y installèrent sous la conduite des consuls Lucius Valerius Flaccus, Marcus Atilius Seranus et Lucius Valerius Tappo. La construction de la Via Æmilia en 187 av. J.-C. fit de Bologne un carrefour routier, relié à Arezzo par la Via Flaminia mineure et à Aquileia (Aquilée) par le Via Aemilia Altinate.

En 88 av. J.-C., la ville devint un municipium. Elle est constituée de rues rectilignes et orthogonales avec six cardines et huit decumani, qui font encore la structure de la ville aujourd'hui. La ville compta près de 10 000 habitants sous l'Empire romain, ainsi que de nombreux temples, thermes, théâtres et une arène. Pour Pomponius Mela, Bononia figurait parmi les cinq opulentissimae (plus riches) cités d'Italie. Ravagée par un incendie, elle fut reconstruite par Néron.

Après un long déclin, Bologne renaît au Ve siècle sous l'impulsion de l'évêque Petronius, qui a construit l'église de Santo Stefano. Après la chute de l'Empire romain, Bologne a été transformée en forteresse sur les frontières de l'Exarchat de Ravenne dans la plaine du Pô. La ville était protégée par une enceinte qui ne protégeait néanmoins pas les ruines de l'ancienne ville antique romaine. En 728, la ville fut conquise par Liutprand, roi des Lombards, et annexée au royaume des Lombards.

Âge d'or[modifier | modifier le code]

Au XIe siècle, Bologne connaît une nouvelle période de croissance et elle devient une Commune puis rejoint la Ligue Lombarde en 1164 pour lutter contre Frédéric Barberousse. En 1088, l'Université de Bologne est créée, elle est aujourd'hui la plus vieille université d'Europe. Des personnages illustres ont fréquenté cette université au Moyen Âge comme Irnerius, Dante, Boccaccio et Petrarca. Au XIIe siècle, le développement de la ville nécessite l'extension de son enceinte, suivie d'une nouvelle extension au XIVe siècle.

En 1256, Bologne promulgue le Legge del Paradiso (la « loi du paradis »), qui a supprimé le servage féodal et libéré les esclaves grâce à l'argent de la ville. Au même moment, le centre de la ville se couvre de tours, construites par les riches et influentes familles de la ville pour montrer leur puissance, d'édifices publics, d'églises et d'abbayes. Cette croissance et cette richesse amène la ville à figurer en 1294 parmi les dix villes les plus peuplées d'Europe.

Comme la plupart des communes italiennes de l'époque, Bologne a été déchirée par les luttes internes, qui conduisirent à l'expulsion des Gibelins en 1274. Après avoir été écrasée lors de la bataille de Zappolino par Modène en 1325, Bologne commence à régresser et demande la protection du Pape au début du XIVe siècle.

Après des années heureuses sous l'autorité de Taddeo Pepoli (1337-1347), Bologne tombe aux mains des Visconti, mais revient dans l'orbite papale avec le cardinal Gil de Albornoz en 1360. Les années suivantes ont vu une alternance entre des gouvernements républicains (comme en 1377, lequel a fait construire la basilique San Petronio et la Loggia dei Mercanti) et une domination papale ou des Visconti. Pendant ce temps-là, les familles de la ville s'engageaient dans des combats fratricides pour son contrôle. Au milieu du XVe siècle, la famille Bentivoglio conquiert le pouvoir avec Sante (1445-1462) et Giovanni II (1462-1506). Cette période est l'une des plus florissantes de la ville, avec la présence de célèbres architectes et peintres dans ses murs, qui transforment Bologne en une véritable ville italienne de la Renaissance.

Le règne de Giovanni II finit en 1506 après que les troupes papales de Jules II eurent assiégé et pillé la ville. De cette date, et ce jusqu'au XVIIIe siècle, Bologne fera partie des états papaux, et elle sera dirigée par un Cardinal legato, et un Sénat qui élit tous les deux mois un gonfalonier (juge), secondé par huit consuls plus âgés. La prospérité de la ville continue de croître, bien qu'une peste à la fin du XVIe siècle ait ramené la population de 72 000 à 59 000 habitants. Cette prospérité se traduit par la construction de nombreux édifices, comme en 1564 avec la Piazza Nettuno et le Palazzo dei Banchi. La domination papale voit la construction de beaucoup d'églises et d'autres établissements religieux, et la rénovation des plus anciens. Avec 96 couvents, Bologne détient le record pour l'Italie. Les artistes travaillant à cette époque dans la ville fondèrent l'École bolonaise, parmi lesquels figurent Annibale Carracci, Domenichino, Guercino et d'autres de renommée européenne, regroupés dans l'académie bolonaise des Incamminati des frères Carracci.

Sous Napoléon, Bologne devient la capitale de la République cispadane. Après la chute de Napoléon, Bologne retombe sous la coupe papale, se rebellant en 1831, puis en 1849.

Bologne italienne[modifier | modifier le code]

Après la visite du Pape Pie IX de 1857, la ville vote son annexion au Royaume de Sardaigne en 12 juin 1859, participant donc au Risorgimento. Depuis, l'histoire de Bologne se confond avec celle de l'Italie.

La ville de Bologne a été bombardée à plusieurs reprises pendant la Seconde Guerre mondiale. L'importance de la ville comme centre urbain qui relie le nord au centre de l'Italie ainsi que son importance stratégique en tant que plaque tournante ferroviaire en fait l'une des principales cibles des forces alliées. Le 16 juillet 1943, une série de bombardements eut des conséquences dévastatrices pour une grande partie de la ville et de la population. Elle détruisit plusieurs quartiers historiques de la ville et la gare principale. En tout, 44 % de l'infrastructure de la ville fut détruite ou gravement endommagée. Le 25 septembre 1943, Bologne fut une nouvelle fois la cible de bombardements ayant pour conséquence 936 personnes tuées et des milliers de blessés. Dans la matinée du 21 avril 1945, quand Bologne avait déjà été abandonnée par les Allemands, le premier corps armé à entrer dans la ville fut le 87e régiment d'infanterie du Groupe de combat « Frioul », dirigé par le général Arturo Scattini. Les combats pour chasser les Allemands de Bologne ont été principalement conduits par des soldats du 2e Corps polonais les jours précédents.

Pendant les années de plomb, la ville, bastion du Parti communiste italien, fut le théâtre de nombreux mouvements contestataires, notamment étudiants en 1977, ainsi que des actions de groupes néofascistes. L'Attentat de la gare de Bologne (connu en Italie comme la strage di Bologna) fut une des plus importantes actions terroristes qui ont touché l'Italie, faisant 85 morts et blessant plus de 200 personnes le 2 août 1980, à 10 h 25. Des membres d'un groupe d'extrême droite furent condamnés pour l'attentat.

En 1995, le Conseil de l'Europe décerna à Bologne son Prix de l'Europe[3].

Bologne est aujourd'hui un important centre culturel mais aussi un nœud commercial, industriel et de communications. Au début du XXe siècle, les vieux murs ont été détruits afin de construire un boulevard et de nouvelles habitations.

Dans son livre Les Souterrains de Bologne (trad. L. Lombard, édition Métaillé), Loriano Macchiavelli commence ainsi son histoire (chapitre 1er) :
« Ceux qui s'y connaissent affirment que toute histoire doit prendre le lecteur aux tripes dès le début. Pour ce qui est des histoires situées à Bologne, pas besoin d'un gros effort d'imagination car Bologne est – et a toujours été – un lieu de mystère idéal. La ville est faite pour. Architecturalement je veux dire. »


Les « tours de Bologne ».

Culture[modifier | modifier le code]

La ville abrite la principale cinémathèque italienne et une des plus importantes d'Europe et annuellement, depuis 1986, s'y déroule le festival du film : Il cinema ritrovato.

Musées[modifier | modifier le code]

Monuments et patrimoine[modifier | modifier le code]

Bologne est restée l'une des villes médiévales les mieux préservées d'Europe, possédant une grande valeur historique. En dépit des dommages considérables lors de bombardements en 1944, le centre historique de Bologne, l'un des plus grands d'Europe, recèle de richesses aussi bien médiévales, de la Renaissance que Baroques.

  • La Piazza Maggiore est la principale place de la ville dont la forme actuelle date du XVe siècle. Cette place contient les principaux bâtiments médiévaux de la Ville. En effet, le Palazzo d’Accursio, la Basilique San Petronio, le Palais des Notaires, le Palazzo del Podestà et le Palazzo dei Banchi donnent sur cette place. La place est adjacente à une autre place remarquable de la ville, la Piazza Nettuno.
  • Le Palazzo d'Accursio, aussi appelé Palazzo Comunale, est la mairie de Bologne. À l'origine, résidence d'Accursius, il devint vite le siège du pouvoir bolonais. Le palais qui vit le couronnement de Charles Quint, possède de nombreuses fresques retraçant l'histoire de la ville.
  • La Basilique San Petronio est la plus grande église de la ville, et la cinquième au monde. La Basilique dont la construction a commencé en 1390, est située sur la Piazza Maggiore et elle est une des principales curiosités de la ville, grâce notamment à sa façade inachevée.
  • Le Palazzo dei Banchi est un palais, datant des XVe et XVIe siècles situé sur la Piazza Maggiore. C'est de là que part que le célèbre portique : le Pavaglione.
  • Le Palais des Notaires (Palazzo dei Notai) est un palais érigé par la société des Notaires en 1381. L’une des façades a été refaite en 1437, et le bâtiment rénové dans son ensemble au début du XXe siècle.
  • La Fontaine de Neptune (La Fontana del Nettuno) est une monumentale sculpture de bronze posée sur un socle. Réalisé par le sculpteur Jean de Boulogne (Douai 1529-Florence 1608) par la volonté de Charles Borromée entre 1563 et 1567, la statue trône sur la Piazza Nettuno devant le Palazzo Re Enzo.
  • Le Palazzo Re Enzo fut construit en 1245, et servira de prison au roi Enzio de Sardaigne jusqu’à sa mort en 1272. Il est situé à côté du Palais du Podestat.
  • Le Palazzo Bentivoglio Pepoli est une prestigieuse demeure de campagne datant des XVe et XVIe siècles, située de nos jours à proximité immédiate du centre urbain. Il fut édifié à la fin du XVe siècle par Alessandro Bentivoglio. Avec Alessandro Pepoli, au XVIIIe siècle, la villa fut réaménagée par le célèbre architecte néoclassique Angelo Venturoli et devint un centre de vie mondaine et culturelle très prisé.
  • Le Palais Magnani et ses fresques de l'Histoire de la fondation de Rome par l'académie bolonaise des Incamminati des frères Carrache.
  • Le Palais dell'Archiginnasio, et son théâtre anatomique (transformé en bibliothèque par Napoléon).
  • Le Palazzo Poggi siège de l'Université et de l'ancien Institut des Sciences.
  • La basilique Santo Stefano.
  • La basilique Santa Maria dei Servi
  • Le Sanctuaire Madonna di San Luca, situé au sud-ouest de la ville à laquelle il est relié par un long chemin couvert.
  • Outre ses monuments, Bologne se distingue par ses 40 kilomètres d'arcades qui parsèment la ville.

Économie[modifier | modifier le code]

Économiquement, Bologne est une ville très prospère. Elle est la capitale d'une région riche et dynamique, grâce entre autres, à l'innovation, la recherche et son pôle étudiant. Elle possède une importante activité industrielle (30 % des emplois en 1998) avec notamment des groupes prestigieux comme Ducati, Lamborghini et Malaguti dans le secteur automobile et La Perla, Mandarina Duck, Stone Island et Borbonese dans la mode. La ville possède également un des plus grands parcs d’exposition d’Europe. Bologne est aussi un important centre culturel et touristique grâce à son histoire et ses superbes monuments.

Transports[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Métro léger de Bologne.

Bologne profite de sa position pour être, aujourd'hui, un carrefour européen. Elle comporte un réseau de trolleybus et un très vaste réseau de bus. Bologne voudrait construire une ligne de métro et de tramway.

Transports routiers[modifier | modifier le code]

Bologne est au cœur du réseau autoroutier du nord de l’Italie (A1, A13, A14).

En ville, la circulation automobile était à ce point problématique que la municipalité l'a interdite dans la majeure partie du centre historique entre sept heures du matin et huit heures du soir, du dimanche au vendredi. Pour encourager les autres modes de transport, un système d'autopartage et de location de vélos a été mis à disposition des habitants, et des parkings de délestage avec accès aux transports en commun ont été aménagés en périphérie.

Transports ferroviaires[modifier | modifier le code]

Bologne est sur le tracé de la plus importante ligne de chemin de fer italienne et est desservie grâce à la gare de Bologna Centrale.

Transports aériens[modifier | modifier le code]

L'aéroport Guglielmo Marconi (code AITA : BLQ), situé à 6 km de la ville, propose des vols nationaux et internationaux.

Université[modifier | modifier le code]

En 1996, Bologne est la ville italienne avec le plus grand pourcentage de diplômés (environ 7,3 %).

Évêché[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Artistes et Sportifs Politiques et Scientifiques













Sports[modifier | modifier le code]

Bien que le football soit le sport roi en Italie, Bologne se caractérise par son basket. En effet la ville est surnommée « Basket City » (« la ville du Basket »), et elle doit cela à ses deux clubs de Basket-ball : le Virtus Bologne et le Fortitudo Bologne. Ces deux équipes sont parmi les meilleures italiennes mais aussi européennes avec des victoires en Coupe d'Europe. La ville possède néanmoins un club de football, Bologne FC 1909, mais celui-ci, aujourd'hui, ne joue pas les premiers rôles. Il évolue actuellement en Serie A.

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1999 2004 Giorgio Guazzaloca CdL  
2004 2009 Sergio Cofferati DS syndicaliste
2009 2010 Flavio Delbono PD professeur
2010 2011 Anna Maria Cancellieri - préfet
2011 2016 Virginio Merola PD  
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Anzola dell'Emilia, Calderara di Reno, Casalecchio di Reno, Castel Maggiore, Castenaso, Granarolo dell'Emilia, Pianoro, San Lazzaro di Savena, Sasso Marconi, Zola Predosa

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Habitants recensés


Communautés étrangères[modifier | modifier le code]

Selon les données de l’Institut national de statistique (ISTAT) au 1er janvier 2011, la population étrangère résidente était de 48 466 personnes. Les principales nationalités étaient :

Rang Pays Population
1 Roumanie Roumanie 6 256
2 Drapeau des Philippines Philippines 4 679
3 Drapeau du Bangladesh Bangladesh 4 436
4 Drapeau de la Moldavie Moldavie 3 674
5 Drapeau du Maroc Maroc 3 475
6 Drapeau de l'Ukraine Ukraine 2 979
7 Drapeau de la République populaire de Chine Chine 2 654
8 Drapeau de l'Albanie Albanie 2 499
9 Drapeau du Pakistan Pakistan 2 313
10 Drapeau du Sri Lanka Sri Lanka 1 373

Jumelages[modifier | modifier le code]

Bologne est jumelée avec 12 villes dans le monde :

En outre, divers protocoles de coopération ont été signés avec les villes de :
Florence, Belo Horizonte (Brésil), Chongqing (Chine), Craiova (Roumanie), Hitabashi (Tôkyô, Japon), Nijni Novgorod (Russie), Portland (Orégon, États-Unis).

Photographies[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]