Chute des régimes communistes en Europe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Statue de Lénine abattue, exposée au palais de Mogoșoaia (Roumanie).
Manifestation à Rostock, en RDA, pendant la période du « tournant ».

La chute des régimes communistes en Europe recouvre l'effondrement des régimes européen du bloc de l'Est, alliés à l'URSS, ainsi que des gouvernements albanais et yougoslaves, également communistes mais ayant rompu avec l'URSS plusieurs décennies auparavant. Ces événements se déroulent au terme d'un processus entamé en 1985 avec la perestroïka : l'accélération des réformes et les problèmes politiques propres à chacun de ces États entraînent leur effondrement général à partir de la fin de 1989, la chute du Mur de Berlin, le 9 novembre 1989, étant l'un des événements les plus marquants de la période : la fin définitive de la guerre froide et du Rideau de fer. Le pacte de Varsovie et le COMECON, structures institutionnelles du bloc de l'Est, cessent d'exister à l'été 1991, et l'URSS elle-même disparaît en tant qu'État en décembre de la même année.

Contexte[modifier | modifier le code]

Article général Pour un article plus général, voir Bloc de l'Est.

En mars 1985, Mikhaïl Gorbatchev est nommé au poste de Secrétaire général du Parti communiste de l'Union soviétique (PCUS). Gorbatchev initie d'importantes sinon majeures réformes politique et économique popularisée sous les mots de glasnost (transparence) et perestroïka (reconstruction). Il laisse également entendre aux dirigeants des pays du bloc communiste que, désormais, ils seront responsables de leurs actions et qu'ils ne devront plus compter sur l'armée soviétique pour les maintenir au pouvoir le cas échéant.

Au bout de quelques années, enhardis par les changements très visibles en cours à Moscou, les peuples des pays d'Europe de l'Est à des degrés divers selon l'emprise communiste sur les sociétés civiles, manifestent massivement, réclament du changement, plus de liberté et des réformes. Le gouvernement de Gorbatchev laisse faire.

La chute du mur de Berlin en novembre 1989 marque de manière symbolique la chute du bloc de l'Est, tout comme le blocus de Berlin en 1948 matérialise symboliquement sa naissance. Toutefois, un des moment-clé, est celui où les gardes-frontière hongrois ont commencé à cisailler les barbelés à la frontière austro-hongroise en mai 1989 pour ouvrir la frontière vers l'Autriche. Mikhaïl Gorbatchev avait décrété à cette occasion la fin de la doctrine Brejnev en signifiant que « tant que je serai assis dans le fauteuil de secrétaire-général, l'Union soviétique n'interviendra plus dans les affaires intérieures des pays d'Europe de l'Est ». Cette ouverture de la frontière par les autorités hongroises, bien qu'effectuée avec l'aval de Moscou, soumet à l'épreuve des faits les déclarations de Mikhaïl Gorbatchev faites lors de son accession au pouvoir. Moscou ne dictera plus par la force de ses chars la politique à suivre en Europe de l'Est et dans sa zone d'influence. C'en est fini de la politique des blocs.

Politiquement, la chute du bloc de l'Est est précédée d'une longue phase de contestation des régimes en place, dont on peut situer le début à la répression du soulèvement ouvrier est-allemand du 16 juin 1953. D'après les renseignements recueillis auprès de certains informateurs et de certains transfuges dans les années 1980, cette agonie est d'abord celle de l'Union soviétique elle-même après la disparition de Staline. Les deux phénomènes procèdent de la même dynamique, les causes en sont les mêmes et leur évolution est parallèle. La guerre froide, et notamment la course aux armements avec l'Ouest ont focalisé l'attention politique et détourné les énergies ainsi que des ressources économiques considérables au détriment du développement économique, outre la négation des aspirations légitimes à une libéralisation de la société. En réalité, la politique des blocs, en particulier dans sa mise en œuvre par Moscou en Europe de l'Est, a contribué à accélérer le déclin de l'Union soviétique.

Divers facteurs, autres que politiques, ont contribué à cette agonie, dont le moindre n'est pas la détérioration structurelle des conditions économiques et financières internes au bloc de l'Est. L'Union soviétique avait refusé en 1948 les crédits américains du plan Marshall, destiné à financer la reconstruction des économies sinistrées par la guerre. Elle avait contraint les pays d'Europe de l'Est placés sous sa coupe à faire de même. À la mort de Staline, en mars 1953, les orientations économiques issues de la période stalinienne n'ont jamais été remises en cause de manière radicale. Il n'y a eu aucune tentative de revenir à une nouvelle NEP (« nouvelle politique économique », politique économique d'assouplissement, un capitalisme limité et provisoire voulue par Lénine et rejetée plus tard par Staline au profit d'une économie planifiée axée sur l'industrie lourde). Les manifestations les plus notables de cette détérioration sont l'épuisement rapide de la croissance économique ainsi que des capacités d'investissement et des capacités à dégager des gains de productivité en Union soviétique même malgré le pillage en règle de toute l'Europe de l'Est à partir de 1948, notamment par le démontage systématique des usines et par leur transfert en Union soviétique, et malgré le drainage ultérieur des ressources des pays d'Europe de l'Est par le biais du COMECON. L'Union soviétique a ainsi rapidement recours à l'espionnage industriel pour organiser un pillage économique de grande ampleur à l'Ouest afin de tenter de compenser ces faiblesses, sans toutefois y parvenir, à l'image de l'échec technique qu'a représenté le TU-144, la copie soviétique du Concorde. L'Union soviétique s'avère aussi incapable par la suite de monter dans le train de la révolution technologique en marche vers le monde numérique, introduite par la généralisation de l'informatique personnelle. Certains pays d'Europe de l'Est sont en état de faillite virtuelle dès le début des années 1980, telle la RDA. La RDA est ainsi refinancée par l'Allemagne de l'Ouest, ce qui donnera à celle-ci la possibilité de racheter au régime est-allemand les dissidents emprisonnés au fil du temps ainsi que les auteurs de tentatives ratées de passage à l'Ouest. Le coup de grâce, qui achève de rendre insupportable la situation économique désastreuse du bloc de l'Est, vient des conséquences de l'explosion d'un réacteur de la centrale nucléaire de Tchernobyl, en Ukraine, en 1986. L'état de délabrement économique des pays du bloc de l'Est explique pour partie le lâchage autant politique que financier des pays de l'Europe de l'Est par Moscou.

L'absence de renouvellement de la classe dirigeante soviétique, puis l'absence d'orientation politique au sommet de l'État soviétique du fait de la rapide succession des secrétaires généraux à la tête du PCUS après la mort de Léonid Brejnev ont également contribué à cette agonie. La confiscation progressive du pouvoir par une nomenklatura conservatrice et corrompue, sous le long règne de Brejnev, empêche toute réforme. La lutte pour le pouvoir entre réformistes et conservateurs donne ensuite lieu à un immobilisme total jusqu'à l'arrivée de Gorbatchev. Cette lutte se poursuivra en fait jusqu'à la disparition de l'Union soviétique, en 1991, intervenue après une dernière tentative manquée des conservateurs de se saisir du pouvoir détenu par Gorbatchev par un putsch militaire. Elle se traduit sur le terrain par de nombreuses résistances aux réformes tentées par Gorbatchev.

C'est cette phase de lente agonie qui a créé les conditions de l'accès au pouvoir de Mikhaïl Gorbatchev. Gorbatchev fut désigné pour lui succéder par le réformateur Youri Andropov, qui devint secrétaire général du PCUS immédiatement après Léonid Brejnev et qui fut, avant cela, patron tout puissant du KGB. Toutefois, à la mort d'Andropov, la vieille garde conservatrice lui préfère Konstantin Tchernenko, qui décède rapidement, ouvrant ainsi la voie à Gorbatchev.

Les changements[modifier | modifier le code]

L'année 1989 sera riche en promesse, en espoir et en changements pour les pays d'Europe de l'Est. Les gouvernements en place ont compris qu'ils allaient devoir lâcher du lest. Les premières élections libres ont lieu dans de nombreux pays de l'Est, URSS comprise. Malgré l'ampleur de la contestation, des manifestations, des grèves, Gorbatchev refuse le recours à la répression et l'emploi des tanks. Des accords de démilitarisation de l'Europe de l'Est sont signés, les troupes soviétiques se retirent.

En République populaire de Hongrie, le parti au pouvoir, sous l'impulsion de Miklós Németh, accepte le principe du multipartisme dès février 1989. En juin, Imre Nagy et les protagonistes de l'insurrection de Budapest en octobre 1956 sont réhabilités.

En République populaire de Pologne, le syndicat libre Solidarność est à nouveau autorisé en avril 1989. En juin, le mouvement remporte la victoire aux élections législatives, et refuse tout accord de gouvernement avec le Parti ouvrier unifié polonais. Wojciech Jaruzelski, seul candidat autorisé, est élu Président de la République par le parlement, mais doit accepter Tadeusz Mazowiecki comme premier ministre.

La chute du mur de Berlin[modifier | modifier le code]

Manifestations le 4 novembre 1989 à Berlin-Est.
Chute du mur de Berlin.

Le 7 octobre 1989, les manifestations populaires commencent en République démocratique allemande, alors que le régime fête son 40e anniversaire. Le gouvernement est dépassé : le 19 octobre, Erich Honecker est contraint à la démission par le bureau politique du Parti socialiste unifié d'Allemagne (SED). Egon Krenz lui succède.

Le 9 novembre 1989 au soir, l'ouverture des frontières de la RDA est annoncée. Plusieurs milliers de personnes se dirigent vers le mur de Berlin. Les policiers est-allemands chargés de garder la frontière n'ont pas été avertis et contactent Moscou qui leur demande de ne pas réagir. La foule en liesse monte sur le Mur et commence à le détruire. Le symbole de la séparation de l'Europe et de la guerre froide est détruit. La chute du Mur est un symbole d'autant plus fort qu'il permet la réunification d'un peuple séparé.

Le 1er décembre, la Chambre du peuple abolit la constitution de la RDA qui garantissait le contrôle sur le pays du Parti socialiste unifié d'Allemagne. Le 3 décembre, Egon Krenz démissionne avec la totalité de la direction du parti. Le 16 décembre, le parti, réuni en congrès, s'auto-dissout et devient le Parti du socialisme démocratique.

Effondrement général des régimes à la fin 1989[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Révolution de velours.

En République populaire de Hongrie, le Parti socialiste ouvrier hongrois se déclare dissous le 7 octobre 1989, son aile modérée fondant le Parti socialiste hongrois. Le 23 octobre, Brúnó Straub est remplacé comme président par Mátyás Szűrös, tandis que la République populaire de Hongrie devient la République de Hongrie.

Après la chute du mur de Berlin, les gouvernements du bloc de l'Est comprennent que Moscou ne réagira pas en cas de soulèvement des masses.

En République populaire de Bulgarie, Todor Jivkov démissionne le 10 novembre, sous la pression des communistes réformateurs comme Andréi Lukanov.

En République socialiste tchécoslovaque, la Révolution de Velours provoque l'effondrement du régime sans une goutte de sang versé. Des manifestations ont alors lieu dans tout le pays, pour réclamer des changements, le gouvernement cède. Le 10 décembre, le premier gouvernement non-communiste est formé. Alexander Dubček est élu à la tête du parlement le 28 décembre ; le lendemain, Václav Havel est élu Président de la République.

La chute de Ceausescu[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Révolution roumaine de 1989.
Manifestation en Roumanie.

La chute des régimes du bloc de l'Est est pacifique, sauf en République socialiste de Roumanie. À cette époque, la situation économique est des plus mauvaises et la Securitate, la police d'État, fait régner la terreur. Une partie des cadres du Parti communiste roumain décide, face à l'effondrement des autres régimes du bloc de l'Est, de renverser Nicolae Ceaușescu.

Le 21 décembre 1989 a lieu un rassemblement populaire censé soutenir le régime, l'événement étant filmé. Mais soudain en plein discours, le dictateur est hué par des protestataires, son désarroi apparaissant en direct. Le lendemain, le bâtiment du Comité Central est attaqué : Ceausescu, lâché par la direction du parti, prend la fuite.

Des manifestants réussissent à prendre le bâtiment des télévisions à 13h puis fraternisent avec les militaires. Dans les jours qui suivent, Ceausescu et sa femme sont capturés. Le 25 décembre au cours d'un procès expéditif mené par un tribunal auto-proclamé, les époux sont condamnés à être fusillés. Le soir des images de leur corps sont diffusées à la télévision. Pourtant encore après, des combats violents ont lieu à Bucarest, opposant les forces de la Securitate et les forces armées. Les premières élections libres seront remportées par Ion Iliescu, ancien communiste et profiteur du renversement de Ceausescu. La révolution en Roumanie est la plus violente, avec 104 morts et 1 761 blessés, bien que les médias aient diffusé durant les évènements des rumeurs alarmistes sur le nombre de victimes, avec notamment l'affaire des charniers de Timișoara.

Après 1989[modifier | modifier le code]

En mars 1990, la CDU est-allemande remporte les premières élections législatives libres de la RDA avec 40,8 % des suffrages, contre 21,9 % pour le SPD et 16,4 % pour le PDS. Le processus de réunification allemande est lancé.

En Bulgarie, Todor Jivkov est arrêté en janvier 1990. Le Parti communiste bulgare s'auto-dissout, devenant le Parti socialiste bulgare et abandonnant toute référence au marxisme-léninisme. Des élections pluralistes ont lieu en juin 1990, et sont remportées par les socialistes. Andréi Lukanov, ancien communiste réformateur, devient premier ministre, mais doit démissionner dès décembre 1990 sous la pression des manifestations et des accusations de corruption. De nouvelles élections ont lieu en avril 1991, et sont remportées par l'opposition.

En Pologne, Wojciech Jaruzelski démissionne. Lech Wałęsa, élu président, lui succède le 21 décembre 1990.

En janvier 1990, en République fédérale socialiste de Yougoslavie, le congrès de la Ligue des communistes de Yougoslavie est interrompu au bout de trois jours et ajourné sine die : le parti cesse ensuite d'exister alors que toutes ses composantes locales se transforment en partis socialistes ou sociaux-démocrates. Dans le courant de l'année, les différentes républiques de la fédération tiennent leurs première élections libres et pluralistes, où les ex-communistes perdent partout la majorité, sauf en Serbie et au Monténégro. En 1991 commencent les guerres de Yougoslavie qui aboutissent à la dislocation progressive du pays. La Yougoslavie, rebaptisée en 1992 République fédérale de Yougoslavie, disparaît définitivement en 2003.

En décembre 1990, la République populaire socialiste d'Albanie s'ouvre à son tour à la démocratie : le Parti du travail d'Albanie remporte les premières élections pluralistes en mars 1991, mais une grève générale provoque la chute du nouveau gouvernement. Le parti s'auto-dissout en juin pour devenir le Parti socialiste d'Albanie. De nouvelles élections législatives, en mars 1992, sont remportées par le Parti démocrate d'Albanie. Le président de la République Ramiz Alia démissionne le 3 avril. Le 9 avril, Sali Berisha est élu par le parlement, devenant le premier président albanais démocratiquement élu.

En août 1991, en Union soviétique, le putsch mené par des conservateurs contre Mikhaïl Gorbatchev est un échec. Boris Eltsine, président de la Russie, est en position de force, décrète la dissolution et l'interdiction du Parti communiste de l'Union soviétique. Les républiques de l'URSS déclarent l'une après l'autre leur indépendance à l'automne. Le 26 décembre 1991, l'Union soviétique est officiellement dissoute et remplacée par la Communauté des États indépendants (CEI).

Voir aussi[modifier | modifier le code]