Turku

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Turku
Åbo (sv)
Héraldique
Héraldique
Drapeau de Turku
Drapeau
Différentes vues de Turku.
Différentes vues de Turku.
Administration
Pays Drapeau de la Finlande Finlande
Région Finlande propre
Maire Aleksi Randell
Langue(s) parlée(s) finnois : 88,1 %
suédois : 5,2 %
autres : 6,7 %
Démographie
Population 179 529 hab.[1] (31 août 2012)
Densité 586 hab./km2
Géographie
Coordonnées 60° 27′ 06″ N 22° 16′ 12″ E / 60.451666666667, 22.27 ()60° 27′ 06″ Nord 22° 16′ 12″ Est / 60.451666666667, 22.27 ()  
Altitude Max. 50 m
Superficie 30 637 ha = 306,37 km2 [2]
· dont terre 245,67 km2 (80,19 %)
· dont eau 60,7 km2 (19,81 %)
Rang superficie (277e / 336)
Rang population (5e / 336)
Histoire
Province historique Finlande du Sud-Ouest
Province Finlande occidentale
Fondation 1229
Droits de Cité depuis 1229

Géolocalisation sur la carte : Finlande

Voir la carte administrative de Finlande
City locator 14.svg
Turku

Géolocalisation sur la carte : Finlande

Voir la carte topographique de Finlande
City locator 14.svg
Turku
Liens
Site web http://www.turku.fi/

Turku (Åbo en suédois) est une ville de Finlande de 174 906 habitants (2006) située dans le Sud-Ouest du pays à l’embouchure de la rivière Aura.

C’est la 6ème ville du pays après (dans l’ordre) Helsinki, Espoo, Tampere, Vantaa et Oulu. L’agglomération, la 3e du pays, compte 300 000 habitants avec comme principales villes Raisio (23 900 hab), Kaarina (22 100 hab), Lieto (15 400 hab) et Naantali (14 000 hab). Administrativement, c’est la capitale de la région de Finlande propre (Varsinais-Suomi) et de la province de Finlande occidentale.

Histoire[modifier | modifier le code]

Jusqu’en 1812, Turku, dont le nom était alors Åbo, fut la capitale de la Finlande, alors assujettie au royaume de Suède. Lorsque la Russie administra le pays après la guerre russo-suédoise de 1808-1809, la capitale fut transférée à Helsingfors (aujourd'hui Helsinki), les Russes trouvant Åbo géographiquement trop proche de la Suède. La capitale est restée à Helsinki depuis, et Turku a perdu son caractère de premier ordre.

Le Turku médiéval[modifier | modifier le code]

Le château de Turku, l’un des plus grands châteaux médiévaux de Finlande

L'histoire de Turku débute souvent par la lettre du pape Grégoire IX datée du 23 janvier 1229. La lettre autorise le transfert de l'archevêché de Turku vers une place plus appropriée, signifiant déplacer l'archevêché de Nousiainen à Koroinen[g 1]. La vallée de la rivière Aura était prospère et de population relativement dense dès l'âge du fer, ainsi il n'est pas étonnant qu'on y ait transféré le centre du diocèse. La ville de Turku actuelle prend forme à la fin du XIIIe siècle un peu plus bas que la péninsule de Koroinen en bordure de l'aurajoki. L'archéologue Markus Hiekkanen a émis l'hypothèse que la ville est fondée conjointement par le roi, l'évêque et l'ordre dominicain institué en 1249. L'année de fondation de Turku reste cependant inconnue car aucun document à ce sujet n'a été conservé. La cathédrale de Turku est inaugurée en 1300. Selon la théorie communément admise le mot Turku viendrait du mot russe tǔrgǔ, qui signifie marché[3]. Avec son évêché et son couvent dominicain, Turku était le centre religieux de a Finlande. Le Turku moyenâgeux était aussi un centre commercial et maritime animé. Turku était la plus grande ville de Finlande et l'une des plus grandes du royaume de Suède.

Construit à proximité de la ville, le château de Turku est un des modèles les plus importants appuis du pouvoir en Finlande, pourtant il sera plusieurs fois le théâtre de guerre moyenâgeuses.

Les habitants de Novgorod dévalisèrent la ville en 1318 et les danois en 1509 et en 1522.

Turku du XVIe siècle à la fin de la domination suédoise[modifier | modifier le code]

Inauguration de l'Académie royale d'Åbo en 1640, peint par Albert Edelfelt.

Après le moyen-age, Turku garde sa position de plus grande ville de Finlande.

De 1556 à 1563, Jean III de Suède ayant sa cour dans le château de Turku, les habitants de Turku peuvent avoir un aperçu de la grandeur de l'Europe.

Au XVIe siècle, le château de Turku est assiégé six fois dans le cadre des luttes de pouvoir en Suède[r 1].

Au XVIIe siècle, la situation et beaucoup plus paisible et la position de Turku comme centre régional devient plus évidente quand on y crée un certain nombre d'institutions éducatives et administratives. Par exemple, le gouvernement provincial est fondée à Turku en 1617, et la première Cour d'appel en Finlande, la Cour d'appel de Turku est instituée en 1623[4].

Au XVIIe siècle, la ville compte près de 3000 habitants dont des prêtres, marchands, artisans et serviteurs, fonctionnaires, étudiants et le personnel universitaire. Durant les périodes 16371640 et 16481654, Per Brahe en est le gouverneur général. Le château de Turku est le centre administratif du gouvernorat[5]. Le contexte du XVIIe siècle, favorable au développement de la ville, prend fin dans la période 17001721 avec la grande guerre du Nord et la grande colère qui en résulte c'est-à-dire avec l'Occupation russe. Turku est alors le centre de commandement de l'occupation. Pendant les années 17421743, durant la guerre russo-suédoise la ville est à nouveau occupée pendant l'épisode dit de petite haine. La petite haine prend fin avec le traité d'Åbo[6]. La seconde moitié du XVIIIe siècle est plus paisible et permet de développement industriel de Turku. Au XVIIIe siècle Turku a deux des plus importants fabricants de tabac. La construction navale commence en 1732 avec l’établissement du chantier naval de Crichton-Vulcan et la construction navale devient l'une des activités principales de la ville[7]. La population de la ville augmente et au tournant du siècle elle est de 11 000 habitants. À la fin du XVIIIe siècle, la culture et la science prospèrent comme en attestent par exemple la fondation du premier jardin botanique et de laboratoires ainsi que la parution du plus ancien journal de Finlande Tidningar Utgifne Af et Sällskap i Åbo en 1771. En 1790 on fonde à Turku la plus ancienne association de Finlande la Musikaliska Sällskapet i Åbo ou Turun Soitannollinen Seura.

Turku et la domination Russe[modifier | modifier le code]

Turku n'opposera aucune résistance à l'entrée des Russes en octobre 1809 pendant la guerre de Finlande. La vie y continue paisiblement malgré l'occupation russe. La cour d'appel de Turku a siégé et plus tard au printemps l'évêque de Turku Jacob Tengström et le corps professoral de l'Académie royale prête serment d'allégeance au Tsar[8].

En 1809, Turku devient le centre gouvernemental du Grand-duché de Finlande, c'est-à-dire la capitale de la Finlande autonome. De par sa position historique, la ville abritait déjà des administrations importantes. Elle est également capitale du Gouvernement de Åbo et Björneborg.

La cathédrale de Turku et son évêque sont les autorités religieuses les plus importantes du pays. Turku a une université et est le centre maritime et commercial de Finlande. En 1812, la capitale est transférée à Helsinki, car selon Alexandre Ier Turku était d’esprit trop suédois et trop proche géographiquement de son ancienne mère patrie.

Plus tard, Carl Erik Mannerheim, que l'on considère comme le Premier des premiers ministres de Finlande, dira dans ses mémoires que le déplacement de la capitale de Turku à Helsinki était de son avis une erreur, et que les opportunistes finlandais y avait vu des avantages[9].

L'incendie de 1827[modifier | modifier le code]

Turku durant le grand incendie de 1827.

Les 4 et 5 septembre 1827, la ville est ravagée le grand incendie de Turku. Plus de 2 500 bâtiments y sont détruits, soient les deux tiers de la ville. À la suite de cette catastrophe, la planification de Turku est confiée à l’architecte Carl Ludwig Engel. Celui-ci remplace les dernières traces de constructions médiévales par un plan quadrillé aux rues larges, droites et parallèles[10],[11]. Le centre-ville est toujours bâti selon les plans de Engel.

Après l'incendie, l’université est transférée à Helsingfors, la ville perdant encore un peu de son influence, mais elle resta la plus peuplée de Finlande, jusque vers 1850[12]. En 1827, hormis le siège de l'archidiocèse de Turku tous les instruments du gouvernement central sont transférés à Helsinki après le grand incendie. Le XIXe siècle est marqué par la reconstruction de la ville et par un réveil national, le Mouvement fennomane. Il circule ce que l'on appelle le romantisme de Turku.

La période de l'indépendance[modifier | modifier le code]

La rue Aurakatu au centre de Turku dans les années 1910.
Le château de Turku en été 1941 après le bombardement par l'URSS.

La guerre civile éclate juste après la déclaration d'indépendance et Turku est comme les autres grandes villes sous administration des rouges. Cependant la guerre est brève et au printemps 1918, les rouges se retirent de Turku. Pendant la guerre d'Hiver et la guerre de Continuation Turku soufre des bombardements de l'URSS. Entre-autres le château de Turku est très endommagé et le quartier de Martti est presque entièrement détruit. Durant la guerre d'Hiver, l'URSS larguera 4 000 bombes qui endommageront plus de 600 bâtiments. Les bombardements tueront 52 personnes et en blesseront 152. Après Viipuri, Turku aura été la ville la plus bombardée pendant la guerre d'Hiver[13]. Après guerre, Le présidentMannerheim était d'avis que la capitale devrait être transférée de Helsinki à Turku. En effet, l'armistice de Moscou de 1944 oblige la Finlande à louer Porkkala comme base militaire à l'URSS[14]. Après les guerres, la population de Turku croit fortement avec la génération nombreuse du baby-boom) et la migration des ruraux vers les villes De nombreux anciens bâtiments seront remplacés par des immeubles modernes, ce que l'on appellera plus tard la maladie de Turku[15]. À la fin du XXe siècle et au début du XXIe siècle, Turku s'est développée comme ville de commerce et de voyage.

Économie[modifier | modifier le code]

Turku est le centre économique de la sous région qui a une structure économique diversifiée qui s'appuie sur une offre de formation très large. En 2006, le produit intérieur brut de Turku est de 30 572 € (pour toute la Finlande : 31719 €/habitant)[16]. Environs la moitié des firmes de développement de médicament et de diagnostic de Finlande sont situées dans la région de Turku[17].

Les secteurs d'activité[modifier | modifier le code]

À côté de l'industrie pharmaceutique, les points forts traditionnels de Turku est sa région sont particulièrement l'industrie de la construction navale et l'industrie agroalimentaire. De nouveaux arrivants sont les secteurs de l'informatique, de la logistique et des voyage. La région de Turku a plusieurs clusters dont les plus importants sont le Cluster maritime de Finlande et le cluster des biotechnologies[18]. Parmi les société cotées en bourse dont le siège social est situé dans la région de Turku, on peut citer Raisio, Teleste (fi), Biotie Therapies (fi) et HKScan (fi)[19]. Parmi les 500 plus grandes entreprises finlandaises situées dans la région de Turku, ont peut lister entre autres : HKScan, STX Europe, Assurances veritas (fi), Turun Osuuskauppa, Bayer, Raisio, Nordkalk, TS-Yhtymä, Turku Energia, Teleste, Maskun Kalustetalo, Perkinelmer, Fläkt Woods, Finnsementti, Leaf, Lämpöpuisto, Finnfeeds Finland, Burger-In et Felix Abba[20].

Principaux secteurs d'emploi[modifier | modifier le code]

En 2009 Turku a 94188 emplois, qui se répartissent comme suit[21]:

Rang Secteur Pourcentage Rang Secteur Pourcentage
1. Services de santé et services sociaux 18,1 % 12. Autres services 3,1 %
2. Commerce 11,4 % 13. Secteur bancaire et financier 2,3 %
3. Industrie 10,3 % 14. Arts et loisirs 2,1 %
4. Éducation 8,9 % 15. Secteur immobilier 1,1 %
5. Services administratifs 8,6 % 16. Eau, égouts, eaux usées et gestion des déchets 0,5 %
6. Logistique 6,8 % 17. Agriculture, Sylviculture et pisciculture 0,4 %
7. Activités spécialisées, scientifiques et techniques 6,5 % 18. Électricité, gaz, chauffage, climatisation 0,2 %
8. Secteur public, défense nationale, sécurité sociale 5,9 % 19. Mines et carrières 0,0 %
9. Industrie de la construction 5,6 % 20. Emplois par particuliers 0,0 %
10 Information et communication 3,6 % 21. Organisations et organismes internationaux 0,0 %
11. hébergement et restauration 3,6 % 22. inconnu 1,0 %

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1860 1870 1880 1890 1900 1910 1920
16 870 19 617 23 947 30 096 31 658 41 993 45 408
1930 1940 1950 1960 1970 1980 1990
53 681 65 475 100 514 123 285 155 069 163 933 159 539
2000 2005 2012 - - - -
172 107 174 824 179 529[22] - - - -


Répartition des sièges du conseil municipal[modifier | modifier le code]

Pour la période 2012-2016, à la suite des élections municipales de 2012, le partage des sièges du conseil municipal de Turku est le suivant[23]:

Parti Sièges
2012
écart
Sièges 2012
- sièges 2008
Pourcentage
de voix
écart
pourcentage
de voix
Parti de la Coalition nationale 19 0 25,8 % -1,7
Parti social-démocrate de Finlande 14 -1 20,3 % -1,6
Ligue verte 10 -1 14,5 % -1,4
Alliance de gauche 9 -1 13,4 % -0,7
Vrais Finlandais 6 +4 9,2 % +5,9
Parti du Centre 4 +1 5,9 % +0,7
Parti populaire suédois de Finlande 3 -1 5,3 % -0,6
Chrétiens-démocrates 1 -1 2,0 % -0,8
Liste unis bleus-blancs et indépendants 1 - 1,8 % -
Parti communiste de Finlande 0 0 0,7 % 0,0
Parti pirate 0 0 0,6 % +0,6
Muutos 2011 0 0 0,3 % +0,3
Liste unique Parti progressiste 0 - 0,2 % -
Parti de l'indépendance (Finlande) (fi) 0 0 0,1 % +0,1
Parti des travailleurs (Finlande) (fi) 0 0 0,1 % +0,1
Kimmo Sjöholm 0 - 0,0 % -

Subdivisions administratives[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Subdivisions de Turku.

Culture et éducation[modifier | modifier le code]

Turku a été choisie Capitale européenne de la culture 2011.

Religion[modifier | modifier le code]

Localisation de Turku

Turku abrite plusieurs communautés religieuses et elle demeure le siège de l’Église luthérienne finlandaise[24]. L'Église évangélique-luthérienne de Finlande a 8 paroisses à Turku[25]. Parmi les autres mouvements luthériens actifs à Turku, il y a l'Association luthérienne évangélique de Finlande (fi), l'Association piétiste du Réveil (fi), le læstadianisme et la Société nationale de la Bible (fi). Les autres mouvements chrétiens sont l'Église catholique de Finlande et l'Église orthodoxe de Finlande[26],[27]. D'autres communautés religieuses importantes de Turku sont la communauté juive, la communauté Bouddhiste Vietnamienne, et la communauté musulmane[28],[29],[30].

Éducation[modifier | modifier le code]

Les principaux établissements d'enseignement supérieur de Turku sont :

Établissement d’enseignement supérieur Nombre
d'étudiants
à Turku
(2008)[31],[32]
Nombre
d'étudiants
à Turku
(2012)[33],[34],[35],[36]
Université de Turku 15 483 20 227[37]
Université des sciences appliquées de Turku 9 213 9 500
Académie d'Åbo 6 110 6 450
École de commerce de Turku 2 258 - [37]
Université des sciences appliquées Novia (fi)[38] 1 105 1 220
Université des sciences appliquées Diakonia (fi) 251 3 000
Université des sciences appliquées HUMAK (fi) 91
Total 34 511

L’académie des Arts de Turku est connue de par le monde, notamment, pour son département de cinéma d’animation (auparavant intégré à l’école d’Art et de Communication de Turku).

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville poursuit une politique de jumelage très active, recherchant les relations avec des secondes villes de leur pays, des centres religieux ou d’anciennes capitales. En 2013, les villes jumelles de Turku sont[39]:

À côté des jumelages, Turku a aussi des villes partenaires de coopération:

Sports[modifier | modifier le code]

Comme dans la plupart des villes du pays, le sport le plus populaire à Turku est le hockey sur glace ; le TPS Turku évolue dans la plus haute division du pays (SM-liiga) et a remporté le championnat dix fois. Un deuxième club professionnel évolue également à Turku, le TuTo Turku, en seconde division. L’ex-capitaine des Canadiens de Montréal, Saku Koivu est natif de Turku.

Le football a aussi une place importante en ville, avec l’Inter Turku et le TPS (ce dernier faisant partie de la même organisation que le club de hockey), deux clubs évoluant au sein de la Veikkausliiga. Cette tendance a été confirmée par la construction en 1997 du stade Paavo Nurmi.

Turku est aussi le lieu de naissance de la ringuette en Finlande[40]. En 1979, Juhani WahlstenIl crée quelques équipes à Turku. Le premier club de ringuette est le Ringetteläisiä Turun Siniset. Le premier tournoi national a lieu le 13 décembre 1980 dans la ville. L'Association locale de ringuette est fondé en 1981 à Turku et fait venir plusieurs entraîneurs canadiens afin de faire de la formation. En 1983, l'association nationale de ringuette de Finlande est fondé à Turku. Les prochains championnats mondiaux des clubs de ringuette se tiendront à Turku, du 27 décembre 2011 au 1er janvier 2012[41].

Personnalités de la ville[modifier | modifier le code]

Paysage urbain[modifier | modifier le code]

Panorama de Turku vu de la cathédrale de Turku.

Environnement[modifier | modifier le code]

Ruissalo et Pikisaari en 2009.

La superficie de Turku est de 306,37 km2 dont 60,7 km2 d'eau. Les communes voisines de Turku sont Aura, Kaarina, Lieto, Masku, Mynämäki, Naantali, Nousiainen, Pöytyä, Raisio et Rusko. Les collines du sud au nord sont Kakolanmäki, Puolalanmäki, Samppalinnanmäki, Aninkaistenmäki, Yliopistonmäki, Vartiovuorenmäki et Kerttulinmäki[42]. Le point culminant de la ville est Karhunsauna (89 mètres d'altitude) qui se trouve sur Tortinmäki[43]. L'éetndue nord-sud de Turku est de 45 km. La partie la plus septentrionale est le quartier de Paattinen intégré en 1973 et le parc national de Kurjenrahka[44]. La largeur maximale de Turku est de 15 km. La partie occidentale de Turku est formé d'îles dont les plus étendues sont Ruissalo, Hirvensalo, Satava et Kakskerta. L'île de Ruissalo est très précieuse par son histoire et par sa diversité naturelle elle est l'un des sites protégés les plus importants de Finlande, elle est intégrée au réseau Natura 2000 Turku possède aussi la moitié de l'île Pähkinäinen à Naantali[45]

Architecture[modifier | modifier le code]

L'immeuble de Turun Sanomat conçu par Alvar Aalto .

La cathédrale de Turku et le château de Turku datent du Moyen Âge et sont les plus anciens bâtiments de ville. Le plus ancien plan d'urbanisme de la ville date du début du XVIIe siècle. En 1652, sur les ordres de Per Brahe, le géomètre Hans Hansson élabore un premier plan cadastral. En 1828, à la suite du grand incendie Carl Ludwig Engel actualise le plan de la ville. Il reste quelques bâtiments ayant résiste à l'incendie dont la Maison académique et la zone de maisons en bois de Luostarinmäki. Selon le plan de 1828, les rues principales devaient mesurer 45 aunes de large et les rues secondaires 30 aunes et on devait construire en pierres les maisons des rues principales, les rues en bordure du fleuve et les rues bordant la place du marché.


En plus du plan d'urbanisme Carl Ludwig Engel conçoit aussi des bâtiments comme l'observatoire de Vartiovuori et l'église orthodoxe de Turku. Après l'incendie le quartier entourant le parc de la cathédrale de Turku et l'ancienne grande place du marché est reconstruit largement dans un style néoclassique. On peut citer par exemple l'immeuble Brinkkala, l'ancienne mairie, l'immeuble Hjelt, l'immeuble Juselius et le théâtre suédois de Turku.

Après l’indépendance de la Finlande, on compte Alvar Aalto et Erik Bryggman parmi les plus importants développeurs de l'architecture de la ville. À l'époque, en conséquence de leurs travaux de conception Turku est un remarquable centre du fonctionnalisme. Parmi les œuvres représentatives du style fonctionnaliste on peut citer l'immeuble de Turun Sanomat ou la Chambre agricole du sud-ouest de la Finlande conçus par Aalto et Hospits-Betel ou la chapelle de la Résurrection conçus par Erik Bryggman[46],[47].

Après la Seconde Guerre mondiale, l'orientation et les priorités de l'architecture de la ville changent. Les architectes sont remplacés par les société de construction car on a besoin de construire rapidement de nombreux logements. On commence à bâtir les premières banlieues comme Iso-Heikkilä, Uittamo et Pääskyvuori. Dans les décennies suivant la Seconde Guerre mondiale on détruit de nombreux bâtiments anciens pour les remplacer par des constructions plus hautes. La maladie de Turku (finnois : Turun tauti) est un concept qui se réfère au démantèlement de bâtiments anciens pour faire place à des bâtiments contemporains laids, et qui comprend la culture politique où le pouvoir est concentré dans les mains de quelques-uns. Ce concept de maladie de Turku (suédois : Åbo smitta) apparaît dès 1916 dans la presse d'Helsinki,quand on commence à construire des nouvelles construction de style jugend[48]. Dans les années 1950 et 1960 le concept revient à l'esprit quand l' architecture moderne s'étend dans la ville[15].

Dans les années 1980, la préoccupation revient au développement de l'image de la ville et les architectes reviennent pour concevoir les bâtiments de Turku. L'architecte Benito Casagrande a conçu plusieurs bâtiments de Turku dès les années 1970. Les plus connus sont probablement l'Îlot urbain Hansa et les bâtiments Data-City et Bio-City du parc scientifique de Turku. Parmi les ensembles conçus par des architectes on peut nommer la Bibliothèque principale de Turku, conçue par Asmo Jaaksi, le Centre hospitalier universitaire de Turku, la tour d'habitation Airiston Tähti[49] et les immeubles de bureaux de la Société If.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les lieux et monuments les plus visités en 2011 sont[50]:

Rang Lieu Visiteurs Rang Lieu Visiteurs
1. Turku cathedral 26-Dec-2004.jpg Cathédrale de Turku 173 028 7. Centaurea jacea Ruissalo.jpg Jardin botanique de l'université de Turku 35 518
2. Aboa Vetus, Ars Nova -museo, Turku.jpg Aboa Vetus & Ars Nova 170 000 8. Wäinö Aaltosen museo.jpg Musée Wäinö Aaltonen 25 769
3. Turku Castle.jpg Château de Turku 121 024 9. Kuralan kylämäki.jpg Village de Kurala 17 005
4. Suomen Joutsen 2007-07-30.jpg Forum Marinum 118 862 10. Sibelius-museo Turku.jpg Musée Sibelius 10 524
5. Turku Museum of Art.jpg Musée d'art de Turku 80 848 11. Biologiska museet Åbo 2010.jpg Musée de la biologie 9 769
6. Luostarinmäen käsityöläismuseo, vaununtekijän verstas.jpg Musée de l'artisanat de Luostarinmäki 44 184 12. Turun apteekkimuseo.jpg Musée de la pharmacie et
Maison Qwensel
7 480

On peut aussi voir les statues et monuments mémoriaux publics.

Transport[modifier | modifier le code]

Transport maritime[modifier | modifier le code]

la bateau de voyageurs M/S Isabella en route dans l'archipel de Turku.

Porte d'entrée de l'archipel finlandais, la région de Turku possède deux ports significatifs : le port de Turku et le Port de Naantali. À eux deux ils forment le port de cargo le plus important de Finlande. Après le port d'Helsinki, le port de Turku est, à côté de celui de Kotka, le deuxième port de Finlande mais il est beaucoup plus important que Kotka pour le trafic de voyageurs[51]. Le transport maritime vers Tallinn, Riga, Visby est saisonnier. Le transport vers Tallinn a débuté en 2006[52].

Transport routier[modifier | modifier le code]

Les axes principaux sont les nationales 1, 8, 9 et 10 ainsi que la kantatie 40 qui encercle Turku. L'autoroute valtatie 8 menant de Turku à Raisio a été construite en 1963[53]. Les autres voies autoroutières sont la nationale 1 de Turku à Helsinki et la nationale 9 de Turku à Aura.

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

En 1876, la gare principale de Turku devient le terminus de la ligne HämeenlinnaTampere–Turku. Sa construction n'a pu débuter qu'en 1874 après plus de dix années de désaccord sur le cheminement de la voie et à cause de problème de financement. La voie côtière atteint Karjaa en 1899 et Helsinki en 1902[54]. En 1924, la ligne Turku-Uusikaupunki est terminée, le transport de voyageurs s'y terminera en 1992. En 1995, les premiers Pendolino de Finlande commence à circuler entre Turku et Helsinki. Turku est la seule ville de Finlande ayant trois gares de trains à longue distance : la gare portuaire de Turku, la gare principale de Turku et gare de Kupittaa[55].

Transport aérien[modifier | modifier le code]

L'Aéroport de Turku ouvert en 1956 est situé à 8 km au nord du centre ville. En 2012 il a accueilli 454 948 voyageurs[56]. L'aéroport a des vols à destination d'Helsinki, Oulu, Kittilä, Stockholm, Riga, Copenhague, Gdansk, Budapest, Bruxelles, Londres, Barcelone, Malaga...

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fi) « Väestötietojärjestelmä Rekisteritilanne 31.08.2012 », Centre finlandais du registre de la population (consulté en 27 décembre 2012)
  2. (fi) « Superficie par municipalité au 1er janvier 2011 », Maanmittauslaitos (consulté en 29 décembre 2012)
  3. (fi) « Pyhän Annan kappeli siunattiin käyttöön », Turun Sanomat,‎ 27 septembre 2001 (consulté le 1 octobre 2013)
  4. (fi) « Turun hovioikeuden historia », Oikeusministeriö (consulté le 11 octobre 2013)
  5. (fi) « Kreivin aikaan », Turun maakuntamuseo (consulté le 11 octobre 2013)
  6. (fi) Matti J. Kankaanpää, Suuri Pohjansota, Iso Viha ja Suomalaiset, Virrat: T:mi Toiset aijat,‎ 2001 (ISBN 952-91-3934-9)
  7. (fi) « Silmäys Turun historiaan » (consulté le 11 octobre 2013)
  8. (fi) « Turku Suomen pääkaupunkina », Ville de Turku,‎ 2005 (consulté le 11 octobre 2013)
  9. (fi) « Carl Erik Mannerheim oli Suomen ensimmäinen pääministeri », Helsingin Sanomat,‎ 27 janvier 2008 (consulté le 11 octobre 2013)
  10. (fi) « Le plan de Turku avant l’incendie (1808) »
  11. (fi) « Le plan de Turku après l’incendie (1897) »
  12. (fi) « Kun Turku hukkui liekkeihin », Turun Sanomat,‎ 1er septembre 2002 (consulté le 11 octobre 2013)
  13. (fi) « Turussa vuonna 1948, filmikatsaus vuodelta 1948 », Yle (consulté le 12 octobre 2013)
  14. (fi) « Puna-armeija Porkkalassa », Yle (consulté le 12 octobre 2013)
  15. a et b (fi) Heidi Sommar, « Turun tauti koitui monien rakennusten kohtaloksi », YLE,‎ 10 janvier 2012 (consulté le 26 septembre 2013)
  16. (fi) « Aluetalouden indikaattorit 2000–2006 », Tilastokeskus,‎ 19 mars 2008 (consulté le 24 septembre 2013)
  17. (fi) « Turun kaupungin osaamis- ja elinkeinostrategia 2006–2009 », Ville de Turku (consulté le 24 septembre 2013)
  18. (fi) « Varsinais-Suomi », Osaamiskeskusohjelma OSKE (consulté le 24 septembre 2013)
  19. (fi) « Pörssi ei kiinnosta », Turun Sanomat,‎ 17 octobre 2010 (consulté le 24 septembre 2013)
  20. (fi) « Talouselämä 500 », Talouselämä (consulté le 24 septembre 2013)
  21. (fi) « Työpaikat toimialan mukaan Turussa 2008-2010 », Ville de Turku,‎ 2010 (consulté le 22 septembre 2013)
  22. (fi) « Väestötietojärjestelmä Rekisteritilanne 31.08.2012 », Centre finlandais du registre de la population (consulté en 27 décembre 2012)
  23. (fi) « Kunnan suurimmat puolueet », Helsingin Sanomat (consulté le 23 septembre 2013)
  24. (fi) « Arkkipiispan tehtävä », Turun arkkihiippakunta (consulté le 24 septembre 2013)
  25. (fi) « Seurakunnat », Turun ja Kaarinan seurakuntayhtymä (consulté le 24 septembre 2013)
  26. (fi) « Pyhän Birgitan ja Autuaan Hemmingin seurakunta », Pyhän Birgitan ja Autuaan Hemmingin seurakunta (consulté le 24 septembre 2013)
  27. (fi) « Turun ortodoksinen seurakunta », Suomen ortodoksinen kirkko (consulté le 24 septembre 2013)
  28. (fi) « Turun juutalainen seurakunta », Uskonnot Suomessa (consulté le 24 septembre 2013)
  29. (fi) « Suomen vietnamilaisten buddhalaisten yhdyskunta », Uskonnot Suomessa (consulté le 24 septembre 2013)
  30. (fi) « Turun Islamilainen Yhdyskunta », Uskonnot Suomessa (consulté le 24 septembre 2013)
  31. (fi) « Ammattikorkeakoulut 2002–2008 », Ville de Turku,‎ 2008 (consulté le 4 novembre 2009)
  32. (fi) « Yliopistot 2002–2008 », Ville de Turku,‎ 2008 (consulté le 4 novembre 2009)
  33. (fi) « Turun yliopiston opiskelijamäärät » (consulté le 24 septembre 2013)
  34. (fi) « Académie d'Åbo » (consulté le 24 septembre 2013)
  35. (fi) « Turun ammattikorkeakoulu », Université des sciences appliquées de Turku,‎ 3 septembre 2013 (consulté le 24 septembre 2013)
  36. (fi) « Campus Åbo in Turku » (consulté le 24 septembre 2013)
  37. a et b L'école de commerce de Turku est intégrée dans l'Université de Turku depuis 2010
  38. L'école polytechnique suédophone de Turku (Yrkeshögskolan Sydväst) est absorbée en 2008 par l'université des sciences appliquées Novia
  39. (fi) « Turun ystävyyskaupungit », Ville de Turku,‎ 14 janvier 2013 (consulté le 21 septembre 2013)
  40. http://www.ringette.fi/fi/Ringetteliitto/Historia.html
  41. WCC 2011 Turku
  42. (fi) « Sen seitsemän kukkulaa », Turun Sanomat,‎ 17 juillet 2002 (consulté le 12 octobre 2013)
  43. « Sen seitsemän kukkulaa », Turun Sanomat,‎ 17 juillet2002 (consulté le 12 octobre 2013)
  44. (fi) « Kulttuuriympäristöohjelman arvokkaat kohteet: Kuhankuonon rajakivi » (consulté le 12 octobre 2013)
  45. (fi) « Turun luonnonsuojelualueet »,‎ 11 avril 2007 (consulté le 12 octobre 2013)
  46. (fi) « Turun helmet », Turun Sanomat,‎ 22 octobre 2006 (consulté le 25 septembre 2013)
  47. (fi) Jarmo Virmavirta, Suomen Turku, Helsinki, Otava,‎ 2004 (ISBN 951-1-18464-4)
  48. (fi) Rauno Lahtinen, Turun puretut talot, k&h, kulttuurihistoria, université de Turku,‎ 2009 (ISBN 978-951-29-4100-1)
  49. (fi) Hannele Yli-Parkas, « Tikasauto tavoittaa Turun ylimmänkin parvekkeen », Turun Sanomat,‎ 24 novembre 2007 (consulté le 26 septembre 2013)
  50. (fi) « Museot ja nähtävyyskohteet 2005–2011 », Ville de Turku,‎ 2012 (consulté le 21 septembre 2013)
  51. (fi) « Port of Turku », Port de Turku (consulté le 26 septembre 2013)
  52. (fi) « Turkulaiset haluavat laivalla Turusta Tallinnaan », Turun Sanomat,‎ 2 septembre 2006 (consulté le 26 septembre 2013)
  53. (fi) Matti Grönroos, « Valtatie 8 », Matti Grönroos (consulté le 26 septembre 2013)
  54. (fi) Eino Jutikkala, Turun kaupungin historia 1856–1917, p. 213–248, Turku, Turun Sanomat et Kirjapaino OY,‎ 1957
  55. (fi) « 7.13. Rautatieliikenne Turussa 2008-2012 », Ville de Turku,‎ 6 août 2013 (consulté le 26 septembre 2013)
  56. « MATKUSTAJAT 2012 », Finavia,‎ 2012 (consulté le 14 novembre 2013)
  • (fi) Ella Kivikoski, C.J. Gardberg, Turun kaupungin historia kivikaudesta vuoteen 1366, Turku,‎ 1971
  1. Gardberg, p. 115–324
  • (fi) Eero Kuparinen (ed.), Turun seitsemän vuosisataa, Turku, Turun historiallinen yhdistys,‎ 1984
  1. Toivo T. Rinne, Rainer Fagerlund, chapitre: Turku uuden ajan alussa p. 79–110