Mobile (Alabama)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mobile et BFM.
Mobile
Héraldique
Héraldique
Drapeau
Drapeau
De haut en bas et de gauche à droite : Pincus Building, Old City Hall, Fort Condé, Barton Academy, Cathédrale de l'Immaculée-Conception de Mobile et panorama du centre-ville de Mobile depuis le Mobile.
De haut en bas et de gauche à droite : Pincus Building, Old City Hall, Fort Condé, Barton Academy, Cathédrale de l'Immaculée-Conception de Mobile et panorama du centre-ville de Mobile depuis le Mobile.
Administration
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
État Drapeau de l'Alabama Alabama
Comté Mobile
Maire
Mandat
Sandy Stimpson
2013 - 2017
Code ZIP 36601-36613, 36615-36619, 36621-36622, 36625, 36628, 36630, 36633, 36640-36641, 36644, 33652, 36660, 36663, 36670-36671, 36675, 36685, 36688-36691, 36693, 36695
Code FIPS 01-50000
GNIS 0155153
Indicatif(s) téléphonique(s) local (locaux) 251
Démographie
Population 194 899 hab. (2013[note 1])
Densité 472 hab./km2
Population aire urbaine 414 079 hab. (2013[note 1])
Géographie
Coordonnées 30° 41′ 40″ N 88° 02′ 35″ O / 30.694444, -88.04305630° 41′ 40″ Nord 88° 02′ 35″ Ouest / 30.694444, -88.043056  
Altitude 3 m
Superficie 41 300 ha = 413 km2
· dont terre 305 km2 (73,85 %)
· dont eau 108 km2 (26,15 %)
Fuseau horaire CST (UTC-6)
Divers
Fondation 1702
Municipalité depuis 1814
Surnom « The Port City »
« The Azalea City »
« The City of Six Flags »
« The Home of Mardi Gras »
Localisation
Carte du comté de Mobile
Carte du comté de Mobile

Géolocalisation sur la carte : Alabama

Voir sur la carte administrative de l'Alabama
City locator 14.svg
Mobile

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

Voir la carte administrative des États-Unis
City locator 14.svg
Mobile

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

Voir la carte topographique des États-Unis
City locator 14.svg
Mobile
Liens
Site web http://www.cityofmobile.org

Mobile (en anglais [moʊˈbiːl]) est une ville de l'État américain d'Alabama, la troisième par sa population et le siège du comté de Mobile. Elle est située sur le fleuve Mobile et au centre de la côte du Golfe. Sa population intra muros est de 195 111 habitants au recensement de 2010.

Il s'agit de la plus grande municipalité de la côte du Golfe du Mexique entre La Nouvelle-Orléans (Louisiane) et St. Petersburg (Floride). C'est la ville centrale de l'aire métropolitaine de Mobile, peuplée de 414 079 habitants selon les estimations de 2013, c'est-à-dire la troisième plus grande aire urbaine de l'État après Birmingham et Huntsville. Mobile fait partie de la zone urbaine élargie Mobile-Daphne-Fairhope avec une population estimée de 609 619 habitants en 2013, c'est-à-dire également la troisième agglomération de l'État.

Première capitale de la Louisiane en 1702, la cité doit son nom aux Amérindiens Mobilians que les colons français trouvent dans la baie de Mobile. Pendant cent ans, la ville est une colonie française, puis britannique et enfin espagnole. Mobile est rattachée aux États-Unis en 1810, après l'annexion de la Floride occidentale. Elle quitte cette union en 1861 quand l'Alabama rejoint les États confédérés d'Amérique, lesquels s'écroulent en 1865.

Située au fond de l'estuaire du fleuve Mobile dans la baie de Mobile au nord du golfe du Mexique, la ville est le seul port de l'Alabama. Il joue un rôle important dans l'économie de la cité dès l'époque française jusqu'à son rôle actuel de douzième port des États-Unis.

Considérée comme un centre culturel de la côte, Mobile dispose de plusieurs musées, d'un orchestre symphonique, d'un opéra, d'une troupe de ballet et d'une grande concentration de monuments historiques. Mobile est connue pour organiser le plus vieux carnaval des États-Unis, qui date du XVIIIe siècle. Elle accueille officiellement le plus ancien carnaval mystic society des États-Unis, datant de 1830.

Géographie[modifier | modifier le code]

Topographie et situation[modifier | modifier le code]

Mobile est située à 30°40'46" Nord, 88°6'12" Ouest au sud-ouest de l'Alabama. Elle est située à 249 km de Montgomery, la capitale de l'État, 271 km de Jackson et 213 km de La Nouvelle-Orléans[1]. Selon le Bureau du recensement des États-Unis, la ville a une superficie totale de 412,9 km2 (159,4 miles2) dont 305,4 km2 (117,9 mi2) de terres et 107,6 km2 (41,5 mi2) d'eau, soit 26,05 % du total[2]. L'altitude de Mobile varie de 3 mètres dans Water Street à 64 mètres à l'aéroport régional de Mobile[3]. Située au fond de l'estuaire du Mobile dans la baie de Mobile, elle est la plus grande ville côtière entre La Nouvelle-Orléans et St. Petersburg. C'est le seul port de l'Alabama[4].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Une maison de style Tudor à Ashland Place.

La ville de Mobile est découpée en près de 172 quartiers répartis sur sept districts[5],[6]. Treize quartiers sont classés « district historique » par le Registre national des sites historiques[7].

La ville de Mobile compte quinze gratte-ciel dépassant tous les trente mètres de hauteur[8]. Le plus haut gratte-ciel est la RSA Battle House Tower, un bâtiment de 35 étages, dont la construction s'est achevée en 2007, culminant à 227 mètres[9]. L'immeuble est aussi le plus haut gratte-ciel de l'Alabama[9] et le 84e aux États-Unis. Il surpasse depuis 2006 les 129 mètres du RSA-BankTrust Building qui est restée la plus haute construction de la ville pendant quarante ans[10]. Mobile est la ville qui compte le plus de gratte-ciels derrière Birmingham[11]. Au total, quatre des dix plus haut gratte-ciel de l'Alabama sont situés à Mobile[12].

L'histoire des gratte-ciel commence en 1907 avec la construction du Van Antwerp Building. L'immeuble, premier gratte-ciel de Mobile et de l'Alabama[13], reste la plus haute construction jusqu'à la construction du Regions Bank Building (72 mètres) en 1929. En 1965, le RSA-BankTrust Building dépasse la hauteur du Regions Bank Building et devient le plus haut gratte-ciel de l'Alabama[10]. En 1986, c'est la South Trust Tower de Birmingham qui le dépasse[14] avant d'être surpassée à son tour par la RSA Battle House Tower en 2006[9],[10].

Gratte-ciel de Mobile (Alabama)
classés par hauteur[8]
Rang Nom Hauteur Nombre
d'étages
Date de
construction
1 RSA Battle House Tower 227 m 35 2007
2 RSA-BankTrust Building 129 m 34 1965
3 Renaissance Riverview Plaza Hotel 114 m 28 1983
4 Mobile Government Plaza 99 m 12 1994
4 Mobile Marriott 99 m 20 1979
6 Regions Bank Building 72 m 18 1929

Climat[modifier | modifier le code]

Sa position géographique au centre du golfe du Mexique confère à la ville un climat subtropical humide (selon la classification de Köppen) qui consiste en des hivers doux et secs, et des étés humides et chauds. Le record de température la plus froide a été enregistré le 13 février 1899 à -18 C° et le record de température la plus chaude a été enregistré le 29 août 2000 à 41 C°[15],[16].

Une étude de l'organisme météorologique WeatherBill, Inc. datant de 2007 montre que Mobile est la ville la plus humide des 48 États contigus avec 1 630 millimètres de précipitations annuelles sur une période de 30 ans[17]. Mobile connaît 120 jours de pluie par an en moyenne tandis que les chutes de neige sont assez rares[18].

Mobile est affectée par le passage de tempêtes tropicales et d'ouragans[19]. Le 12 septembre 1979, Mobile est frappée par l'ouragan Frederic (en) qui cause d'importants dégâts dans la ville et ses environs[20]. Mobile subit des dégâts plus modérés après le passage des ouragans Opal (en) le 4 octobre 1995 et Ivan le 16 septembre 2004[21]. Le 29 août 2005, l'ouragan Katrina endommage les quartiers est de la ville et provoque des inondations dans le centre-ville, Battleship Parkway et Jubilee Parkway[22]. Le 25 décembre 2012, Mobile est touchée par une tornade qui cause d'importants dégâts dans le centre-ville[23].

Nuvola apps kweather.png Relevés à Mobile[24],[25]
Mois Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Année
Record des températures maximales (°C) 28 29 33 34 38 39 40 41 39 35 31 27 41 (2000)
Températures maximales moyennes (°C) 16 18 21,8 25,3 29,2 31,8 32,8 32,6 30,6 26,2 21,5 17,1 25,2
Températures minimales moyennes (°C) 4,4 6,3 9,6 13 17,6 21,3 22,6 22,6 20 14,2 9,2 5,7 13,9
Record de température minimale (°C) -16 -18 -6 0 6 9 17 14 6 -1 -6 -13 -18 (1899)
Moyennes mensuelles de précipitations (mm) 143,3 129,8 156 121,7 130,3 154,9 184,4 176,8 129,8 93,7 130,3 128,5 1 679,4

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Le tunnel George Wallace sous le fleuve Mobile.

Mobile est desservie par deux autoroutes inter-États : l'I-10 et l'I-65. L'I-165 fait la jonction entre l'I-65 au nord de Prichard et l'I-10 dans le centre-ville de Mobile[26]. L'I-10 quitte le centre-ville en passant sous le fleuve Mobile par le tunnel George Wallace puis passe au-dessus de la baie de Mobile par le Jubilee Parkway en direction de Spanish Fort et Daphne. La ville est aussi desservie par l'US 31, l'US 43, l'US 45, l'US 90 et l'US 98. L'US 98 traverse le fleuve par le tunnel de Bankhead puis passe au-dessus de la baie par le Battleship Parkway en direction de Spanish Fort. L'US 90 traverse le fleuve au nord du centre-ville par le pont Cochrane-Africatown et rejoint l'US 98 sur l'île de Blakeley.

Wave Transit System est la principale compagnie de bus de Mobile qui gère les transports en commun dans le centre et la périphérie[27]. Baylinc est un service de bus mis en place par le Baldwin Rural Transit System et le Wave Transit System du lundi au vendredi qui assure des liaisons entre le comté de Baldwin et le centre-ville de Mobile[28]. La compagnie Greyhound Lines permet la liaison entre Mobile et plusieurs villes des États-Unis[29].

Transport aérien[modifier | modifier le code]

La ville est desservie par l'aéroport régional de Mobile qui est en connexion avec cinq aéroports internationaux[30]. Il assure des liaisons avec l'aéroport international de Dallas-Fort Worth, l'aéroport intercontinental George-Bush de Houston, l'aéroport international Hartsfield-Jackson d'Atlanta, l'aéroport international de Memphis et l'aéroport international Charlotte-Douglas[30]. L'aéroport central de Mobile, situé sur le territoire de l'ancienne base aérienne de Brookley sert principalement pour les jets privés et les avions-cargo[31].

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Mobile est desservie par 4 chemins de fer de classe I : la Canadian National Railway (CNR), la CSX Transportation (CSX), la Kansas City Southern Railway (KCS) et la Norfolk Southern (NS)[32]. L'Alabama and Gulf Coast Railway (AGR) permet de relier la ville à la Burlington Northern and Santa Fe Railway (BNSF) à Amory. La CG Railway (CGR) relie le port de Mobile à celui de Coatzacoalcos dans l'État de Veracruz. Toutes ces voies convergent vers le port qui lui permettent d'être une plateforme multimodale[32],[33]. La ville était auparavant desservie par le train voyageur Sunset Limited mais le service a été interrompu en 2005 à la suite des dégâts causés par l'ouragan Katrina[34].

Transport maritime[modifier | modifier le code]

Le port de mobile
Le terminal du port de Mobile

Le port de Mobile est un port en eaux profondes, en contact avec le Golfe du Mexique et accessible depuis les Grands Lacs et les vallées de la Tennessee et l'Ohio par des canaux (comme le canal Tombigbee-Tennessee)[32]. L'Alabama State Port of Authority possède et gère tous les terminaux du port[32]. La ville accueillait auparavant des bateaux de croisière de la compagnie Carnival Cruise Lines[35]. Le premier bateau à avoir accosté le port est le Grand Holiday, qui est resté jusqu'en novembre 2009. Il est remplacé par le Carnival Fantasy jusqu'à l'arrivée du Carnival Elation en mai 2010[36]. Au début de l'année 2011, malgré des réservations satisfaisantes pour les croisières, la compagnie annonce son retrait du port en octobre 2011. L'arrêt des activités de la compagnie laisse à la ville une dette annuelle de deux millions de dollars pour la construction et l'entretien du terminal[37]. Même si la compagnie n'opère plus dans le port, le Carnival Triumph y est remorqué à la suite d'un incendie[38]. C'est le plus gros navire ayant accosté sur le terminal à Mobile[39] avant l'arrivée du Carnival Conquest qui accosta à Mobile pendant la fermeture temporaire du port de La Nouvelle-Orléans[40].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la ville vient de la tribu Mobile que les colons français ont trouvé autour de la baie de Mobile[41]. Selon une version débattue par les historiens de l'Alabama, ils pourraient être les descendants d'une tribu amérindienne dont la ville forteresse de Mabila fut utilisée pour préparer l'attaque de l'expédition menée par des milliers de guerriers contre Hernando de Soto en 1540[42]. La tribu Mobile obtient la permission de s'installer près du fort des colons sept ans après la découverte de la baie par les Européens[43],[44]. Les habitants de Mobile sont appelés Mobilians[45].

Histoire[modifier | modifier le code]

Époque coloniale[modifier | modifier le code]

L'établissement français de La Mobile, alors connue sous le nom de Fort Louis de la Louisiane, commence en 1702, près de la rivière Mobile, comme première capitale de la colonie française de la Louisiane. Elle est fondée par les frères canadiens Pierre Le Moyne et Jean-Baptiste Le Moyne de Bienville, qui établissent une administration coloniale en Louisiane. Bienville devient le gouverneur de la Louisiane en 1701. La paroisse catholique de La Mobile est créée le 20 juillet 1703 par Jean-Baptiste de La Croix de Chevrières de Saint-Vallier, évêque de Québec[46]. C'est la première paroisse de la côte du Golfe[46]. En 1704, le bateau Pélican amène vingt-trois femmes pour la colonie. Les passagers apportent avec eux la fièvre jaune qu'ils avaient contractée lors d'un arrêt à La Havane[47]. Bien que la plupart des « filles du Pélican » soient guéries, de nombreux colons et des voisins amérindiens meurent de cette maladie[47]. Cette première période est aussi l'occasion d'amener des esclaves africains, transportés à bord de navires français en provenance de Saint-Domingue[47]. La population de la colonie fluctue les années suivantes, passant de 280 à 1 708 personnes mais redescend à 178 deux ans plus tard en raison d'une épidémie[46].

Plan et élévations de Mobile et Fort Condé. Dessiné par Adrien de Pauger en 1725.

Cette série d'épidémies et d'inondations oblige Bienville à déménager la ville plusieurs kilomètres en aval, à son emplacement actuel à la confluence de la Mobile River et de la baie de Mobile en 1711[48]. Un fort, Fort Louis, est construit sur le nouveau site à cette époque[49]. En 1712, quand Antoine Crozat est nommé par décision royale à la tête de l'administration de la colonie, celle-ci est peuplée de quatre cents habitants. La capitale de la Louisiane est transférée à Biloxi en 1720[49], laissant La Mobile dans le rôle de point d'appui militaire et commercial. En 1723, la construction d'un nouveau fort en brique avec des fondations en pierres commence[49]. Il est renommé Fort Condé en l'honneur de Louis-Henri de Bourbon, prince de Condé[49].

En 1763, le Traité de Paris est signé, et met fin à la Guerre de la Conquête. Le traité cède La Mobile et le territoire environnant au Royaume de Grande-Bretagne et permet à la colonie britannique de la Floride occidentale de s'étendre[50]. Les Britanniques changent le nom du Fort Condé en Fort Charlotte, en l'honneur de Charlotte de Mecklembourg-Strelitz, épouse de George III[51].

Comme les Britanniques ne veulent pas perdre d'habitants, ils tolèrent la présence des colons français dans la colonie. Finalement, 112 Français restent[52]. La même année, les premiers juifs s'installent à Mobile. Auparavant, ils ne sont pas autorisés à s'installer en Louisiane en raison du Code noir, un ensemble de textes juridiques instaurés par le roi de France Louis XIV en 1685 pour les colonies et qui y interdit la pratique d'une religion autre que le catholicisme. La plupart de ces colons sont des marchands et contribuent au développement commercial de Mobile[53]. En 1766, la population est estimée à 860 habitants bien que les limites de la ville soient plus petites qu'à l'époque coloniale française[52]. Lors de la guerre d'indépendance des États-Unis, la ville et l'ouest de la Floride en général deviennent un lieu de refuge pour les loyalistes restés fidèles à la monarchie britannique fuyant les autres colonies[54].

Tandis que les Britanniques combattent les colons rebelles, l'Espagne, alliée de la France, entre dans la Guerre d'indépendance en 1779. Ils profitent de l'opportunité de cette guerre pour envoyer Bernardo de Gálvez, gouverneur de la Louisiane, reprendre la Floride[55]. Il capture Mobile lors de la bataille de Fort Charlotte en 1780. Les Espagnols veulent éliminer tous les Britanniques de leur colonie qu'ils ont reçue du traité de Paris en 1763[54]. Ils sont soutenus par les colonies américaines révolutionnaires, notamment parce que Mobile et la Floride occidentale restent sous le contrôle de la couronne britannique[54],[55]. Le fort est renommé Fortaleza Carlota et l'Espagne conserve Mobile jusqu'en 1813, date à laquelle le général James Wilkinson s'en empare pendant la Guerre anglo-américaine de 1812[56].

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Photo du Southern Hotel dans Water Street, achevé en 1837 et détruit lors de la rénovation du centre.

Au moment où Mobile est intégrée au Territoire du Mississippi en 1813, sa population avoisine les 300 habitants[57]. En 1817, le Mississippi est devenu un état et la ville est alors intégrée au Territoire de l'Alabama. Ce dernier devient un État en 1819 et la population de Mobile passe à 809 habitants[57]. Cet essor démographique s'explique par le développement de l'économie de plantation et l'installation de fermiers le long des berges des rivières de l'Alabama et du Mississippi. Les avocats, revendeurs de coton, docteurs et marchands s'installent aussi et cherchent profites de l'essor du commerce dans ces lieux[57]. Mobile est un bon carrefour commercial, car elle constitue le principal accès navigable à l'Alabama et à une grande partie du Mississippi. En 1822, la population est de 2 800 habitants[57].

Durant les années 1830, Mobile continue à développer son commerce principalement dans le coton. De nombreuses constructions aux structures les plus élaborées s'érigent durant cette décennie. Cet essor est momentanément interrompu par la panique de 1837 et des épidémies de fièvre jaune[58]. Les berges se développent avec la construction de quais, de terminaux et d'entrepôts[57]. Les exportations de coton augmentent en proportion de de la production dans la Black Belt ; en 1840, Mobile est le second port derrière La Nouvelle-Orléans en exportations de coton[57].

La ville de Mobile s'enrichit grâce au commerce de coton mais cette spécialisation économique lui vaut plusieurs crises financières[57]. Même si Mobile a une faible proportion d'esclaves par rapport aux restes des plantations du Sud, elle reste le plus grand marché d'esclaves devant Montgomery jusqu'en 1850[59].

En 1860, la population de Mobile atteint 29 258 habitants. Elle est la 27e des États-Unis et la quatrième des futurs États confédérés d'Amérique[60]. La population non-esclave de l'ensemble du comté de Mobile atteint 29 754 habitants dont 1 195 people of color[61]. 1 785 propriétaires d'esclaves possèdent 11 376 personnes ce qui monte la population totale du comté à 41 130 habitants[61].

Lors de la guerre de Sécession, Mobile est une ville confédérée. Le CSS H. L. Hunley, premier sous-marin à avoir fait couler un navire ennemi, est construit à Mobile[62]. La bataille de la baie de Mobile, le 5 août 1864, voit la prise de la baie de Mobile par l'Union[63]. Le 12 avril 1865, trois jours après la capitulation de Robert E. Lee à Appomattox Court House, la ville capitule face à l'armée de l'Union pour éviter d'être détruite après les batailles de Spanish Fort et Fort Blakely[63]. Le 25 mai, une explosion dans un dépôt de munitions tue 300 personnes dans Beauregard Street et l'incendie qui suit détruit la partie nord de la ville[64].

La période de reconstruction d'après-guerre prend fin en 1874 lorsque les Démocrates remportent la municipalité[65]. À la fin du XIXe siècle, la ville connaît une dépression économique et la banqueroute de la municipalité. Entre 1878 et 1882, la balance des exportations de la ville s'effondre de neuf millions à trois millions de dollars[66].

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Le Van Antwerp Building, achevé en 1907.

Au début du XXe siècle et pendant l'ère progressiste, Mobile connait une phase d'expansion démographique et économique[67]. La population passe de 40 000 à 60 000 habitants entre 1900 et 1920[67]. Pendant cette période, la ville reçoit trois millions de dollars d'aides du gouvernement fédéral pour améliorer les infrastructures portuaires et notamment creuser un port en eaux profondes[67]. Lors de la Première Guerre mondiale et après, l'industrie devient un secteur vital dans l'économie de Mobile, et notamment la production d'acier et les chantiers navals[67].

Pendant cette période, la justice sociale et les relations raciales se détériorent[67]. En 1902, la municipalité promulgue le premier décret de ségrégation dans les tramways[67]. Les Afro-Américains de Mobile répondent par un boycott pendant deux mois, sans que le décret ne soit abrogé[67]. La ségrégation raciale s'accroit avec l'application des Lois Jim Crow par les Blancs pour maintenir leur domination sur la ville[67].

La Seconde Guerre mondiale provoque une nouvelle expansion démographique considérable de Mobile en raison de l'afflux massif de travailleurs dans les chantiers navals et la base aérienne de Brookley[68]. Entre 1940 et 1943, plus de 89 000 personnes arrivent à Mobile pour participer à l'effort de guerre[68]. Mobile est l'une des 18 villes américaines à produire des Liberty ship. Le Chantier naval ADDSCO de Mobile produit des navires plus rapidement que n'en font couler les forces de l'Axe. L'ADDSCO produit également beaucoup de Pétroliers T2[68]. La Gluf Shipbuilding Corporation, une filiale de Waterman Steamship Corporation, construit des cargos, Classe Fletcher et dragueurs de mines[68].

Après la guerre, l'industrie papetière et l'industrie chimique commencent à se développer au détriment des chantiers navals tandis que les anciennes bases militaires sont réutilisées à des fins civiles. Les Afro-Américains se mobilisent pour acquérir des droits égaux aux Blancs. Contrairement au reste de l'État, les bus et les cafés sont déségrégués dès les début des années 1960[68]. En 1963, trois étudiants Afro-Américains portent plainte contre la Mobile County School Board pour ne pas avoir été admis à la Murphy High School[69]. La cour ordonne que les étudiants soient intégrés à l'université en 1964, ce qui amène à la déségrégation dans le système scolaire du comté de Mobile[69]. Le Civil Rights Movement amène la fin de la ségrégation raciale légale avec l'adoption du Civil Rights Act de 1964.

Le gouvernement de l'Alabama promulgue le Cater Act en 1949, ce qui permet aux villes et aux comtés d'établir des plans de développement industriel (IDB) afin d'attirer de nouvelles industries. Mobile n'exécute pas le Cater Act avant 1962. George E. McNally, le premier maire républicain de la ville depuis la Reconstruction, est le principal acteur des IDB. La Chambre de Commerce de Mobile, qui considère qu'elle est mieux qualifiée pour attirer des nouvelles industries, voit les IDB comme rivaux. Après plusieurs années de querelles politiciennes, la Chambre de Commerce gagne son combat. Bien que les plans avaient pour objectifs de rendre la Chambre soit plus active dans l'attraction des nouvelles industries, cette dernière parvient à écarter la mairie des décisions économiques de la ville[70].

En 1969, l'économie de Mobile est sérieusement touchée par la fermeture de la base aérienne de Brookley. Cette fermeture entraîne la mise au chômage de 10 % de la population active de la ville. Mobile connaît une période de dépression économique durant les années 1970[71].

À la fin des années 1980, Mike Dow, le nouveau maire, lance le « String of Pearls Initiative » pour rendre la ville plus compétitive[72]. Il entreprend plusieurs projets et rénove des centaines de bâtiments du centre historique[72]. La ville et le comté font des efforts pour attirer des nouvelles entreprises[73].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Comme toute ville américaine, Mobile possède son propre drapeau et ses armoiries. Le sceau a été adopté en 1961 et représente les six drapeaux qui ont flotté au-dessus de la ville : le drapeau du royaume de France, le drapeau de l'empire britannique, le drapeau américain, le drapeau des États Confédérés, le drapeau espagnol et le drapeau de la république d'Alabama[74],[75]. La mouette et le navire symbolisent le port qui a une grande importance au sein de la ville, la balle de coton rappelle l'importance du marché du coton lors de la première expansion économique de la ville et l'immeuble évoque les différentes industries qui se sont implantées à Mobile ces dernières années[75]. Le sceau reprend le drapeau officiel, imaginé par Lambert C. Mims et adopté le 4 décembre 1968. Le sceau est au centre d'une bande horizontale blanche, elle-même ceinte par une bande rouge (en haut) et une bande bleue (en bas)[75].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Municipalité[modifier | modifier le code]

Governement Plaza à Mobile où siège la mairie et le comté.

Depuis 1985, la ville est gouvernée par un maire et sept conseillers municipaux selon un système de gouvernement maire/conseil municipal[76]. À Mobile, la municipalité suit un système de maire faible, c'est-à-dire que le maire n'a pas d'autorité formelle en dehors du conseil, il ne peut pas nommer ou destituer des élus et n'a pas de droit de véto sur les décisions du conseil municipal[77]. Le maire est élu par suffrage direct et les membres du conseil sont élus dans chacun des sept districts. Le conseil doit obtenir une majorité absolue de cinq votes pour mener son budget. Cette forme d'administration a été décidée par les électeurs après que la précédente forme de gouvernement (où la population élisait trois membres qui siégeraient à la commission de la ville) aurait été utilisée pour affaiblir le vote de la communauté noire en 1975 dans le cas de l'affaire Mobile v. Bolden. Avec cette nouvelle forme de gouvernement, au moins trois des sept conseillers municipaux sont élus dans des districts où la communauté Afro-Américaine est majoritaire[78]. Les élections municipales ont lieu tous les quatre ans.

Arthur R. Outlaw est le premier maire élu sous le nouveau fonctionnement pour son second mandat (1985-1989). Mike Dow le bat en 1989 et reste à la tête de la ville pendant seize ans. Son projet pour redynamiser la ville, « The String of Pearls » est à l'origine de la rénovation du centre-ville de Mobile. Jusqu'à son départ, Dow soutient Sam Jones comme son successeur. Jones, élu en 2005, est le premier maire Afro-Américain de Mobile. Il est réélu en 2009 sans opposition[79]. Son mandat est dans la continuité de celui de Dow en attirant des industries dans la ville. Il se présente pour un troisième mandat en 2013 mais est battu par Sandy Stimpson.

Criminalité[modifier | modifier le code]

En 2012, le taux de criminalité est de 391,7 pour 100 000 habitants. C'est un taux supérieur à celui des États-Unis (304,4). De manière générale, ce taux a baissé de 25 % depuis 2000[80]. D'après le Mobile Police Department, en 2013, le nombre total de crimes a baissé de 1,4 % par rapport à 2012. En 2013, le taux de crimes violents est de 6,1 ‰[81]. Selon le FBI, Mobile est en 2012 la troisième des quatre grandes villes d'Alabama pour les crimes violents et la dernière pour les cambriolages. À titre de comparaison, le taux de crimes violents est inférieur de 45 % à celui de Bâton-Rouge, l'une des villes du Sud les plus dangereuses mais est supérieur d'un tiers par rapport à Savannah, l'une des villes les plus sûres[82].

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville est jumelée avec[83] :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population[87],[88],[89],[90],[91]
Année Habitants
1785 746
1788 1 468
1820 1 500
1830 3 194
1840 12 672
1850 20 515
1860 29 258
1870 32 034
1880 29 132
1890 31 076
1900 38 469
1910 51 521
Année Habitants
1920 60 777
1930 68 202
1940 78 720
1950 129 009
1960 202 779
1970 190 026
1980 200 452
1990 196 278
2000 198 915
2010 195 111
2013 194 899
Évolution de la composition de la population
en %
Groupe : 2010[92] 1990[93] 1970[93] 1940[93]
Blancs 45,0 59,6 64,3 63,0
—Non hispaniques 43,9 58,9 63,5[note 2] n/a
Noirs 50,6 38,9 35,4 36,9
Hispaniques 2,4 1,0 0,9[note 2] n/a
Asiatiques 1,8 1,0 0,1 -
Total 100 100 100

Selon le recensement de 2010, la population de Mobile est estimée à 195 111 habitants[94]. Mobile est le cœur de la troisième aire métropolitaine de l'Alabama. L'aire métropolitaine de Mobile a une population estimée à 414 079 habitants en 2013[95].

Selon le même recensement, il y a 78 959 ménages à Mobile. 26,7 % d'entre eux vivent avec des enfants de moins de 18 ans, 35,6 % sont des couples mariés, 21,6 % sont des femmes célibataires, 4,5 % sont des hommes célibataires et 38,3 % sont des ménages sans enfant[94]. 32,2 % des ménages sont constitués de personnes seules tandis que 10,7 % des ménages sont composés de personnes seules âgées de plus de 65 ans[94]. La composition ethnique de la ville est de 50,6 % de Noirs ou Afro-Américains, 45 % de Blancs, 2,4 % d'Hispaniques, 1,8 % d'Asiatiques, 0,3 % de Native Americans et 0,9 % d'autres races[94]. Les Blancs non-hispaniques représentent 43,9 % de la population[92] contre 62,1 % en 1980[93]. Chaque ménage est constitué en moyenne de 2,4 individus tandis que les ménages familiaux sont constitués de 3,7 individus en moyenne[94]. Selon les estimations, les ménages constitués de couples de même sexe représentent 0,3 % des ménages totaux en 2010[96].

En 2010, 6,7 % de la population a moins de 5 ans, 75,9 % entre 18 et 65 ans et 13,7 % plus de 65 ans[94]. L'âge moyen est de 35,7 ans[94]. La population masculine représente 47 % et la population féminine 53 %[94]. Le revenu moyen par ménage est de 38 722 $ (É.U. : 53 046 $) tandis que le revenu moyen par habitant est de 23 394 $ (É.U. : 28 051 $)[92].

Cultes[modifier | modifier le code]

À Mobile, 61,29 % de la population pratique une religion en 2014. Les religions les plus représentées sont le baptisme (29,52 %), le catholicisme (7,92 %), le méthodisme (6,29 %) et le pentecôtisme (5,82 %). Le judaïsme et l'islam représentent 0,23 % et 0,37 % de la population[97].

Les principales religions sont le catholicisme et le protestantisme. La paroisse catholique de Mobile est l'une des 86 paroisses de l'archidiocèse de Mobile qui regroupe les 28 comtés du sud de l'Alabama (dont Montgomery) sur une surface de 59 489 km²[98]. La cathédrale de l'Immaculée-Conception en est le siège[99]. La ville contient 29 églises catholiques[100]. La communauté épiscopale est dépendante du Diocèse Épiscopal de Central Gulf Coast dont le siège est la cathédrale de Christ Church[101].

Une communauté juive de 1 200 personnes pratiquent leur culte dans les deux synagogues de la ville. Présente depuis le milieu du XVIIIe siècle, c'est l'une des plus anciennes communautés juives de l'Alabama et la troisième plus importante après Birmingham et Montgomery[102]. La communauté musulmane se répartit sur quatre mosquées[103].

Santé[modifier | modifier le code]

Le Mobile Infirmary Medical Center en 2009.
L'Hôpital Providence en 2009.

Mobile est un pôle régional de médecine de la Côte du Golfe avec 850 médecins et 175 dentistes. Il y a quatre grands centres médicaux à l'intérieur de la ville. Le centre médical Mobile Infirmary Medical Center, fondé en 1910, possède 704 lits et est le plus grand hôpital à but non lucratif. L'hôpital Providence possède 349 lits. Il a été fondé en 1854 par les Sœurs de Saint Vincent de Paul d'Emmitsburg dans le Maryland. Le centre médical de l'université de South Alabama possède 346 lits. C'est le seul centre de traumatologie de niveau 1 de Mobile et le seul centre de traitement des brûlés dans la région. Le centre médical de Springhill, fondé en 1975, est le seul hôpital privé de Mobile avec une capacité de 252 lits[104].

L'université de South Alabama gère l'University of South Alabama Children's and Women's Hospital, dédié aux femmes et aux enfants avec une capacité de 219 lits[104]. En 2008, l'université ouvre l'USA Mitchell Cancer Center Institute. C'est le premier centre de recherche académique contre le cancer dans la région[105]. Le Mobile Infirmary Center gère l'Infirmary West, anciennement connu sous le nom d'Hôpital Knollwood, avec une capacité de 100 lits. Ce centre ferme en octobre 2012 à cause d'un déficit budgétaire[106].

Avec 94 lits, le BayPointe Hospital and Children's Residential Services est le seul hôpital psychiatrique de Mobile. Il possède une unité résidentielle de soins palliatifs pour les enfants, une unité pour les enfants et adolescents atteints de maladies graves et une unité de l'hospitalisation psychiatrique sans consentement pour adultes gérée par la cour de justice de Mobile[107]. La ville possède une multitude d'ambulances, de services des urgences, de services de santé à domicile, d'aides aux personnes dépendantes et de maisons de convalescence[104],[108].

Éducation[modifier | modifier le code]

Le bâtiment de l'administration à Spring Hill College.
La tour d'horloge et Business Technology Center du Bishop State Community College en mai 2012.

Enseignement primaire[modifier | modifier le code]

Les écoles publiques de Mobile sont gérées par les district scolaire du comté de Mobile. Environ 60 000 élèves y sont inscrits et il emploie 7 500 personnes. Son budget s'élève à 68 000 000 $ lors de l'année scolaire 2012-2013[109]. L'État de l'Alabama administre l'Alabama School of Mathematics and Sciences, située à Dauphin Street, qui forme les lycéens vers des études supérieures. L'école a été fondée en 1989 pour former des futurs dirigeants[110].

La plupart des établissements privés de Mobile sont catholiques et appartiennent à l'archidiocèse de Mobile. Les principaux établissements privés catholiques sont Corpus Christi School, Little Flower Catholic School (1934), McGill-Toolen Catholic High School (1896), Most Pure Heart of Mary Catholic School (1900), Saint Dominic School (1961), Saint Ignatius School (1952), Saint Mary Catholic School (1867), Saint Pius X Catholic School (1957) et Saint Vincent DePaul Catholic School (1976)[111]. Il y a à Mobile plusieurs établissements privés protestants comme St. Paul's Episcopal School (1947), Mobile Christian School (1961), St. Lukes Episcopal School (1961), Cottage Hill Baptist School System (1961), Faith Academy (1967) et Trinity Lutheran School (1955)[111]. L'UMS-Wright Preparatory School est le principal établissement privé non religieux[111]. Il a été fondé en 1988 par la fusion de University Military School (1893) et Julius T. Wright School for Girls (1923)[112].

Enseignement secondaire et supérieur[modifier | modifier le code]

Les principaux collèges et universités de Mobile sont habilités par la Southern Association of Colleges and Schools (SACS). L'organisme habilite l'Université de South Alabama, Spring Hill College, l'Université de Mobile, l'Université Faulkner et Bishop State Community College[113].

L'Université de South Alabama est une université publique fondée en 1963. Elle est composée de neuf écoles : le College of Arts and Sciences, le Mitchell College of Business, le College of Education, le College of Engineering, le College of Medicine, le Doctor of Pharmacy Program, le College of Nursing, le School of Computing et le School of Continuing Education and Special Programs[114].

L'Université Faulkner est une université privée affiliée aux Églises du Christ et dont le siège se situe à Montgomery. Le campus de Mobile ouvre en 1975 et propose des diplômes de licences en commerce-gestion, management des ressources humaines et droit[115]. L'université propose aussi des diplômes d'associés en commerce-gestion, gestion du système d'information, sciences de l'information et de la communication, droit, informatique, arts et sciences[116].

Le Spring Hill College est le plus ancien collège catholique du Sud des États-Unis et le troisième collège des Jésuites du pays[117]. Ce collège offre des formations commerce-gestion, enseignement, arts libéraux, études d'infirmière et études de théologie[118]. Il propose aussi des formations en cycle undergraduate en gestion, métiers de la communication, anglais, beaux arts, langues étrangères, études interdisciplinaires, école d'infirmière, philosophie et théologie, sciences, sciences sociales et métiers de l'enseignement[119].

L'Université de Mobile est une université Baptiste fondée en 1961 dans la ville voisine de Prichard. Elle est composée du College of Arts and Sciences, School of Business, School of Christian Stuides, School of Education, School of Leadership Development et School of Nursing[120].

Le Bishop State Community College est un collège communautaire public fondé en 1927 et traditionnellement noir. Bishop State a quatre campus installés à Mobile et propose plusieurs diplômes d'associés[121].

Plusieurs établissements offrant des formations professionnelles ont établi leur campus à Mobile : Alabama Institute Of Real Estate, American Academy of Hypnosis, Bealle School Of Real Estate, Charles Academy Of Beauty Culture, Fortis College, Virginia College, ITT Technical Institute, Remington College et White and Sons Barber College[113].

Médias[modifier | modifier le code]

Le Press-Register est le plus ancien journal de l'Alabama, fondé en 1813[122]. Le journal est principalement publié dans les comtés de Mobile et Baldwin mais aussi dans le sud-ouest de l'Alabama et dans le sud-est du Mississippi[122]. Les autres journaux de Mobile sont Lagniappe[123], Mobile Bay Magazine[124] et Mobile Beacon, un journal destiné à la communauté Afro-Américaine. Mod Mobilian est un site qui s'intéresse à la vie culturelle de Mobile[125].

Mobile est couverte par de nombreuses chaînes de télévisions : WKRG 5 (CBS), WALA 10 (Fox), WPMI 15 (NBC), WMPV 21, WDPM 23, WEIQ 42 (PBS) et WFNA 55 (CW)[126]. La région est aussi couverte par les chaînes WEAR 3 (ABC), WSRE 31 (PBS), WHBR 34, WFGX 35 (MyNetworkTV), WJTC 44, WFBD 48 (America One), WPAN 53 (Jewelry Television) et WAWD 58 dont les stations sont situées à Pensacola[126]. Mobile fait partie de la designated market area (DMA) de Mobile-Pensacola-Fort Walton Beach[note 3] d'après la Nielsen Media Research. Elle est la 59e DMA au niveau national pour la saison 2013-2014[127].

Mobile est couverte par quatorze radios FM (WAVH, WBHY, WBLX, WDLT, WHIL, WKSJ, WKSJ-HD2, WLVM, WMXC, WMXC-HD2, WQUA, WRKH, WRKH-HD2 et WZEW) ainsi que neuf radios AM (WBHY, WGOK, WIJD, WLPR, WMOB, WNGL, WNTM, WTKD et WXQW). Ce sont principalement des radios chrétiennes, hip-hop ou pop[128]. Selon Arbitron, la région de Mobile est la 97e aux États-Unis en nombre d'auditeurs en automne 2013[129].

Sports[modifier | modifier le code]

Football[modifier | modifier le code]

Mobile possède un stade de football américain : le Ladd Peebles Stadium. Il a ouvert en 1948 et a une capacité de 40 600 places. Ladd Peebles Stadium est le quatrième plus grand stade de l'Alabama[130]. Le stade accueille le Senior Bowl depuis 1951, une compétition regroupant les meilleurs college seniors de la NCAA[130]. Le GoDaddy Bowl, auparavant connu sous les noms Mobile Alabama Bowl puis GMAC Bowl, se tient au Ladd Peebles Stadium depuis 1999. Il oppose la Sun Belt Conference et la Mid-American Conference[131]. Depuis 1988, Ladd Peebles Stadium organise le Alabama-Mississippi All-Star Classic, une compétition qui réunit les meilleurs joueurs lycéens de chaque État[130]. En 2007, l'Université de South Alabama constitue une équipe de football qui reste invaincue durant la saison de 2009. Elle rejoint la Division I/FBS en 2013 en étant membre de la Sun Belt Conference. L'équipe s'entraine au Ladd Peebles Stadium[132].

Autres sports[modifier | modifier le code]

Le Hank Aaron Stadium.

Le Hank Aaron Stadium est le stade de l'équipe de ligue mineure de baseball des Mobile BayBears[133]. Le baseball représente une fierté dans l'Alabama du Sud car il a produit plusieurs joueurs comme Luis Gonzalez, Juan Pierre, Jon Lieber, Adam Lind et David Freese. L'Université de South Alabama possède une équipe de basketball qui participe au championnat de la Sun Belt Conference. L'équipe s'entraîne au Mitchell Center[134]. La ville dispose d'un centre de tennis public de 50 terrains[135] et d'un parcours de golf de 36 trous, Magnolia Grove, qui fait partie du Robert Trent Jones Golf Trail[136]. Sur ce parcours se déroule le tournoi The Mitchell Company Tournament of Champions entre 1999 et 2007. Depuis 2008, le tournoi Airbus LPGA Classic a lieu sur ce parcours[137]. Mobile accueille aussi la course Azalea Trail Run tous les ans depuis 1978. C'est une course de dix kilomètres qui traverse le centre-ville. C'est l'une des courses les plus importantes aux États-Unis et attire des coureurs du monde entier[138].

Économie[modifier | modifier le code]

Le port de Mobile à Chickasaw Creek.

Les principales industries représentées à Mobile sont l'industrie aérospatiale, la sidérurgie, le chantier naval, le commerce de détail, les services, la construction, la médecine et la manufacture. Après avoir subi un déclin économique pendant plusieurs décennies, l'économie reprend à la fin des années 1980. Entre 1993 et 2003, 13 983 emplois ont été créés tandis que 87 nouvelles sociétés se sont créées et 399 se sont agrandies[139].

Plusieurs sociétés, aujourd'hui disparues, avaient leur siège ou étaient implantées à Mobile : les chantiers navals d'Alabama Drydock and Shipbuilding Company, les supermarchés Delchamps et les grands magasins Gayfers[140],[141],[142]. Aujourd'hui, les principales sociétés implantées à Mobile sont AlwaysHD (stock-shot), Foosackly's (chaîne de restauration rapide), Integrity Media (média) et Volkert, Inc. (ingénierie, environnement)[143],[144],[145],[146]. D'autres sociétés comme Checkers (chaîne de restauration rapide), Minolta-QMS (photographie), Morrison's (services de préparations de repas) et Waterman Steamship Corporation (chantier naval) ont été implantées à Mobile[147],[148].

Principales industries[modifier | modifier le code]

Construction de l’USS Independence (LCS-2) sur le chantier naval Austal USA à Mobile le 9 mars 2007.
L'Airbus Mobile Engineering Center au Brookley Aeroplex.
Shelby Hall, School of Computing à l'Université de South Alabama.

Port de Mobile[modifier | modifier le code]

Le port de Mobile a connu ces dernières années sa plus grande expansion en augmentant et en agrandissant sa capacité de stockage de conteneurs de plus de 1 000 % avec un coût de trois cents millions de dollars[149]. Malgré l'expansion de sa capacité de stockage, le port a rétrogradé de la neuvième à la douzième place aux États-Unis entre 2008 et 2010[150],[151]. Il est, en 2012, le quatrième port d'exportation de charbon américain[152].

Chantiers navals[modifier | modifier le code]

La ville est un centre traditionnel de chantiers navals. L'entreprise Austal USA s'y est installée en 1999[153]. L'entreprise s'étend en 2005 sur l'île de Blakeley[154]. Austal annonce en octobre 2012, qu'après la signature d'un nouveau contrat et l'acquisition de 2 800 m² sur le site, l'entreprise proposera 1 500 emplois supplémentaires[155]. Sur Pinto Island, l'entreprise Atlantic Marine s'occupait d'un chantier naval situé sur l'ancien site d'Alabama Drydock and Shipbuilding Company. En mai 2010, BAE Systems acquiert le site pour 352 millions de dollars. L'entreprise continue de construire des navires sur le site et emploie environ 600 personnes[140],[156],[157].

Brookley Aeroplex[modifier | modifier le code]

Brookley Aeroplex est une zone industrielle et un aéroport situé à 5 km au sud du centre-ville. Il est actuellement le plus grand centre industriel de la région avec près de 70 companies, la plupart dans l'industrie aérospatiale, et une surface de 668 ha[158]. Les principales entreprises présentes sur le site sont Airbus North America Engineering, ST Aerospace Mobile et Continental Motors[159].

Lors de la Mobile Convention Center du 2 juillet 2012, Fabrice Brégier, directeur exécutif d'Airbus, annonce la construction en 2013 d'une nouvelle chaîne d'assemblage à Mobile destinée à la production des A319, A320 et A321 pour un coût de 600 millions de dollars. Airbus prévoit une cadence de 40 à 50 appareils par an d'ici 2018 dans ces installations. L'assemblage des avions doit débuter en 2015 et les premières livraisons en 2016. Le projet doit permettre la création de 1 000 emplois stables[160]. C'est la première implantation de l'avionneur aux États-Unis[160].

ThyssenKrupp[modifier | modifier le code]

L'entreprise allemande ThyssenKrupp signe un contrat de 3,7 milliards de dollars en 2007 pour la production d'acier inoxydable et d'acier au carbone à Calvert, un secteur non constitué en municipalité situé à quelques kilomètres au nord de Mobile. L'entreprise prévoit la création de 2 700 emplois et commence son exploitation du site en juillet 2010[161]. ThyssenKrupp met finalement en vente le site de Calvert et celui de Rio de Janeiro en mai 2012 à cause des coûts de production et de la baisse de la demande mondiale[162]. L'usine de Calvert est rachetée par la compagnie finlandaise Outokumpu en 2012[163].

Chômage[modifier | modifier le code]

Selon le Bureau of Labor Statistics du Département du Travail des États-Unis, le taux de chômage est de 7,5 % pour l'aire urbaine de Mobile en juillet 2013. Ce qui est légèrement supérieur au taux de chômage de l'Alabama (6,6 %) et à peu près égal au taux de chômage des États-Unis (7,4 %)[164].

Principaux employeurs[modifier | modifier le code]

Employeurs les plus importants
(2011)[165]
Employeur : Nombre d'employés
Écoles Publiques du Comté de Mobile 7 795
Infirmary Health Systems 5 460
Université de South Alabama 5 300
Austal USA 3 000
Walmart 2 920
Providence Hospital 2 350
City of Mobile 2 100
ST Aerospace Mobile 1 500
Comté de Mobile 1 460
Springhill Medical Center 1 320

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Les Azalea Trail Maids sur le campus de Spring Hill College.

Les différentes populations qui sont arrivées dans la ville ont contribué à la constitution de son patrimoine culturel. La vie culturelle provient d'influences françaises, espagnoles, créoles, catholiques, britanniques et africaines, ce qui la distingue des autres villes de l'Alabama. Mobile est le lieu d'origine du Mardi Gras aux États-Unis et remonte au XVIIIe siècle à l'époque où elle est une colonie française[166]. En 300 ans, le Carnaval de Mobile est passée d'une tradition catholique française à une fête mélangeant les cultures[166]. Les Azalea Trail Maids sont les ambassadrices de la vie culturelle à Mobile incarnant l'hospitalité des gens du Sud[167].

Carnavals et Mardi gras[modifier | modifier le code]

Le défilé Order of Incas en 2009.

La saison du carnaval débute en novembre tandis que les premières parades sont organisées après le 5 janvier[168]. Les célébrations se terminent à minuit le jour du mardi gras qui marque le début du carême[169]. À Mobile, les habitants utilisent souvent le terme de Mardi Gras pour désigner l'ensemble de la saison du carnaval. Pendant cette saison, les mystic societies (des sociétés festives) font des défilés dans le centre-ville avec des chars colorés et lancent des petits objets sur les spectateurs[170].

Le premier carnaval remonte à 1703. À l'époque, les colons français célèbrent la tradition sur l'ancien site de Mobile[171]. En 1711, se déroule le premier carnaval sur le nouveau site qui rend honneur au « Bœuf Gras[172] ».

Le défilé Knights of Revelry dans Royal Street en 2010.

En 1830, le Cowbellion de Rakin Society devient le premier carnaval mystic society à être célébré par un défilé[171],[169]. Cette manière de célébrer le carnaval commence lorsque Michael Krafft, un planteur de coton originaire de Pennsylvanie, organise un défilé avec des râteaux, des houes et des cloches de vaches[169]. Dès 1840, les Cowbellians introduisent des chars conduits par des chevaux dans un défilé intitulé Heathen Gods and Goddesses[172]. La Striker's Independent Society remontent à 1843 et est la plus ancienne mystic society des États-Unis encore existante[172].

Les carnavals sont interrompus pendant la Guerre de Sécession. En 1866, Joe Cain revisite les défilés du Mardi Gras en défilant dans les rues de la ville déguisé en un chef chicachas fictif nommé Slacabamorinico. Il célèbre mardi gras devant les troupes de l'Armée de l'Union[173]. En 2002, les habitants de Mobile fête le tricentenaire du carnaval par des défilés rendant hommage à toutes les mystic societies[172].

Patrimoine civil et religieux[modifier | modifier le code]

Une maison du district historique De Tonti Square.

Plusieurs bâtiments anciens de Mobile ont une architecture d'avant la Guerre de Sécession rappelant les styles Greek Revival, néo-gothique, italianisant et créole. Des bâtiments plus récents adoptent une architecture de styles victorien, shotgun house, néocolonial, Tudor Revival, colonial espagnol et Beaux-Arts. Le Registre national des sites historiques recense onze districts historiques dans la ville : Old Dauphin Way, Oakleigh Garden, Lower Dauphin Street, Leinkauf, De Tonti Square, Church Street East, Ashland Place, Campground, Midtown, Africatown et Maysville[7].

La ville dispose d'un patrimoine religieux varié. Les principales églises de Mobile classées sont : la cathédrale de l'Immaculée-Conception, Christ Church Cathedral, Emanuel AME Church, Government Street Presbyterian Church, St. Louis Street Missionary Baptist Church, State Street AME Zion Church, Stone Street Baptist Church, Trinity Episcopal Church, St. Francis Street Methodist Church, Saint Joseph's Roman Catholic Church, Saint Francis Xavier Catholic Church, Saint Matthew's Catholic Church, Saint Paul's Episcopal Chapel et Saint-Vincent-de-Paul. La Sodality Chapel et St. Joseph's Chapel sont les deux chapelles situées sur le campus de Spring Hill College. Il subsiste deux couvents à Mobile : le Convent and Academy of the Visitation et le Convent of Mercy[7].

Barton Academy est une école de style Greek Revival située dans Government Street. Les hôpitaux Mobile City et United States Marine datant d'avant la Guerre de Sécession ont été restaurés dans le style Greek Revival. Le Washington Firehouse No. 5, construit en 1851, est une caserne de pompier, également dans le style Greek Revival. Les Bishop Portier House et Carlen House sont deux maisons de style créole. La Hunter House est une maison de style italianisant construite au XIXe siècle par une femme d'affaires Afro-Américaine. La Shepard House est une maison de style Queen Anne. Le Gulf, Mobile, and Ohio Passenger Terminal est un bâtiment rappelant le renouveau du style architectural des missions. Le Scottish Rite Temple est le dernier bâtiment d'éclectisme égyptien à Mobile[7].

L'hôpital United States Marine, restaurée par le Mobile County Health Department.

À Mobile, plusieurs cimetières ont été créés peu après la période coloniale. Ils remplacent le Campo Santo colonial dont il ne reste aucune trace aujourd'hui. Le cimetière de Church Street mesure deux hectares et a été construit en 1819, juste après l'épidémie de fièvre jaune[174]. Le cimetière de Magnolia, établit en 1836, est le principal cimetière au cours du XIXe siècle et au début du XXe siècle avec près de 80 000 tombes[175]. Il est décoré de statues et de sculptures[176],[177]. Le cimetière catholique a été créé en 1848 par l'archidiocèse de Mobile sur une surface de 61 hectares. Il contient des carrés pour les Frères du Sacré-Cœur, Petites sœurs des pauvres, Sœurs de la charité et Sœurs de la Miséricorde[178]. Mobile possède aussi deux cimetières juifs : le cimetière Sha'arai Shomayim (le plus ancien) et le cimetière Ahavas Chesed[179].

Archives et bibliothèques[modifier | modifier le code]

Le Ben May Main Library à Government Street.

La ville de Mobile possède plusieurs centres d'archives publics et religieux. Le National African American Archives and Museum est un musée d'histoire qui retrace la participation des Afro-Américains à Mardi Gras, des objets fabriqués pendant l'ère de l'esclavage ainsi que des biographies de quelques célèbres Afro-Américains[180]. Les archives de l'Université de South Alabama contiennent des documents sur l'histoire de Mobile, du sud de l'Alabama et de l'université elle-même. Les archives sont situées au rez-de-chaussée du campus d'USA Spring Hill et sont ouvertes au public[181]. Les archives municipales de Mobile contiennent des documents appartenant à la ville remontant à la création de la municipalité au sein du Territoire du Mississippi en 1814. La plupart des documents originaux relatant l'époque colonial de Mobile entre 1702 et 1813 sont à Paris, Londres, Séville ou Madrid[182]. Le Mobile Genealogical Society Library and Media Center est situé à l'Église catholique de la Sainte Famille. On y trouve des actes et des manuscrits servant à la recherche généalogique[183]. La Mobile Public Library est un réseau de huit bibliothèques situées dans le comté de Mobile dont le bâtiment principal Ben May Main Library, situé à Government Street, possède des documents sur la généalogie et l'histoire locale[184]. Le Saint Ignatius Archives, Museum and Theological Research Library contient plusieurs documents, objets et publications sur l'histoire de l'Église Saint Ignace, l'histoire du catholicisme dans la ville et l'histoire de l'Église catholique romaine[185].

Arts[modifier | modifier le code]

Le Centre for the Living Arts est une organisation qui gère le Saenger Theatre et Space 301, une galerie d'art contemporain. Le Saenger Theatre ouvre en 1927 comme cinéma. Aujourd'hui, c'est une salle de spectacle qui sert de salle de concert. Elle est le siège de l'Orchestre symphonique de Mobile, dirigé par le chef d'orchestre Scott Speck[186]. La galerie et le studio du Space 301 est d'abord situé à proximité du Saenger Theatre mais possède son propre espace depuis 2008. Le nouveau bâtiment de 8 640 m2 a été donné par Press-Register après avoir déménagé dans un bâtiment plus moderne. La réhabilitation du lieu a coûté 5,2 millions de dollars[187].

Le Mobile Civic Center en 2007.

Le Mobile Civic Center est un bâtiment de 37 161 m2 possédant un stade, un théâtre et une salle d'exposition. C'est la principale salle de concert de la ville et accueille certains évènements. C'est là où se trouve l'Opéra de Mobile et le Ballet de Mobile[188]. Beaucoup d'évènements se tiennent au Arthur C. Outlaw Convention Center de Mobile qui contient une salle d'exposition de 9 290 m2, une salle de bal de 1 394 m2 et seize salles de conférence[189].

Mobile accueille chaque année le BayFest, un festival de trois jours auquel participent 125 artistes sur plusieurs scènes disséminées dans la ville[190]. L'évènement est suivi par 200 000 spectateurs et a généré 38 millions de dollars pour le budget de la ville en 2011[191].

Le Mobile Theatre Guild est un théâtre ouvert depuis 1947. Il fait partie du Mobile Arts Council, de l'Alabama Conference of Theatre and Speech, du Southeastern Theatre Conference et de l'American Association of Community Theatres[192]. Le Joe Jefferson Players est l'un des plus anciens théâtres de l'Alabama encore en activité. Le nom rend hommage au comédien Joseph Jefferson qui a passé son adolescence dans la ville. Il a ouvert le 17 décembre 1947[193]. Le Drama Camp Productions and Sunny Side Theater est le principal théâtre de Mobile pour les enfants. La troupe démarre dans des colonies de vacances en 2002 avant de s'associer au Azalea City Center for the Arts, une troupe de professeurs de théâtre, musique, art, photographie et danse. La troupe a déjà produit plusieurs spectacles de Broadway comme Miracle on 34th Street, Honk, Fame et Hairspray[194].

Le Mobile Arts Council est une association artistique de Mobile. Elle est fondée en 1955 comme un projet de la Junior League de Mobile pour améliorer la coopération entre les associations culturelles et artistiques[195].

Musées[modifier | modifier le code]

L'USS Alabama au Battleship Memorial Park.

Mobile abrite plusieurs musées. Le Mobile Museum of Art est un musée contenant des collections d'œuvres éclectiques. Le musée, qui mesure 8 826 m2, a été agrandi en 2002[196]. Ces collections sont réparties en plusieurs départements : African and Asian Collection Gallery, Altmayer Gallery, Katharine C. Cochrane Gallery of American Fine Art, Maisel European Gallery, Riddick Glass Gallery, Smith Crafts Gallery et Ann B. Hearin Gallery (art contemporain)[197].

Le Battleship Memorial Park est un musée militaire situé au bord de la baie de Mobile. Il conserve le cuirassé USS Alabama, le sous-marin USS Drum, et expose des équipements militaires datant de la Guerre de Corée et de la Guerre du Viêt Nam, ainsi que des mémoriaux des deux guerres[198]. Le History Museum of Mobile présente l'histoire de Mobile sur plus de trois siècles et l'histoire pré-colombienne de la ville. Il est situé dans le Old City Hall classé National Historic Landmark[199]. L'Oakleigh Historic Complex est un ensemble constitué de trois musées qui retrace la vie de trois personnes issues de trois catégories de la société de Mobile du XIXe siècle : les esclaves, la classe ouvrière et la classe aisée[200]. Le Mobile Carnival Museum retrace l'histoire de mardi gras à Mobile avec des documents sur les parades, des costumes et des documentaires sur l'histoire de la saison du carnaval[201]. Les Bragg-Mitchell Mansion (1855), Richards DAR House (1860) et Condé-Charlotte House (1822) sont des bâtiments historiques d'architecture antebellum[202],[203],[204]. Fort Morgan (1819), Fort Gaines (1821) et Historic Blakeley State Park sont des sites qui retracent l'histoire de la Guerre de Sécession[7].

La Vincent-Doan House. C'est l'une des plus anciennes maisons encore existantes dans la ville.

Le Mobile Medical Museum est situé dans la Vincent-Doan House (1827), une maison de style colonial français. Il expose des documents et des objets qui retracent l'histoire de la médecine à Mobile[205]. Le Phoenix Fire Museum est un musée situé dans le bâtiment Phoenix Volunteer Fire Company Number 6 et qui montre l'histoire des pompiers de la ville depuis leur constitution en 1838[206]. Le Mobile Police Department Museum est un musée qui fait des expositions sur l'histoire de la police de Mobile[207]. Le Gulf Coast Exploreum Science Center est un musée scientifique situé dans le centre-ville. Il présente des expositions permanentes, un cinéma IMAX, un cinéma 3D et un laboratoire de chimie[208]. Dauphin Island Sea Lab est situé au sud de la ville sur Dauphin Island, à la sortie de la baie de Mobile. Il est composé de l'Estuarium, un aquarium qui illustre les quatre écosystèmes de la baie : le delta du fleuve Mobile, la baie, les îles barrières et le Golfe du Mexique[209].

Parcs et espaces verts[modifier | modifier le code]

Ketchum Fountain au centre de Bienville Square.

Le Mobile Botanical Gardens s'étend sur quarante hectares. Il est constitué entre autres d'un jardin de rhododendrons avec mille espèces d'azalées sempervirentes et endémiques et d'une pinède de pins des marais de douze hectares[210]. Bellingrath Gardens and Home est un jardin botanique de 26 hectares traversé par la rivière Fowl avec un manoir datant des années 1930[211]. Le 5 Rivers Delta Resource Center est un service qui permet aux touristes de visiter les rivières Mobile, Tensaw, Apalachee, Middle, Blakeley et Spanish[212]. Il permet d'accéder plus facilement au delta de la Mobile-Tensaw River[213]. En plus de proposer des circuits, il possède un petit cinéma, une salle d'exposition, une salle de réunion, un parcours de randonnée et une location de canoë-kayaks[214].

Il y a 45 parcs publics dans Mobile[215]. Bienville Square est un parc situé dans le district historique de Lower Dauphin Street. Il a été baptisé en l'honneur de Jean-Baptiste Le Moyne, Sieur de Bienville, le fondateur de Mobile[216]. C'est une place populaire dans la ville et un lieu de rassemblement. Cathedral Square, également situé dans Lower Dauphin Street, est situé au pied de la cathédrale de l'Immaculée-Conception[217]. Fort Condé est une reconstitution du fort original. Il sert d'office de tourisme et de musée de la période coloniale[49]. Spanish Plaza est un parc dont le nom évoque la période coloniale espagnole entre 1780 et 1813. On y trouve l'Arches of Friendship, une fontaine offerte par la ville de Malaga[218]. Langan Park est le plus grand parc de la ville. Avec ses 291 hectares, il contient des plans d'eau, des espaces naturels, le Mobile Museum of Art, un parcours de golf, le jardin botanique et des aires de jeux[215].

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Plusieurs surnoms sont donnés à Mobile : « The Port City », « The Azalea City », « The City of Six Flags » et « The Home of Mardi Gras ». Mobile est surnommée « The Port City » depuis le développement de la navigation fluviale sur les rivières Tombigbee et Black Warrior[219], « The Azalea City » car les azalées sont le symbole de la ville et représentent le caractère de la ville[220], « The City of Six Flags » car elle a vu flotter les drapeaux de la France, du Royaume-Uni, de l'Espagne, de la république d'Alabama, des États Confédérés d'Amérique et des États-Unis[221] et « The Home of Mardi Gras » étant donné que la ville accueille la plus ancienne célébration du mardi gras aux États-Unis[222].

Mobile apparaît dans diverses œuvres de la culture populaire. Au cinéma, Mobile apparaît dans les films Rencontres du troisième type (1977) de Steven Spielberg[223], Miss Daisy et son chauffeur (1989) de Bruce Beresford[224], Love Liza (2002) de Todd Louiso[225] et dans la mini-série The Pacific (2010)[226]. En 2014, le centre-ville est le lieu principal où se déroule l'intrigue du film Rage[227]. Mobile est également citée dans des œuvres littéraires comme Forrest Gump où Mobile est la ville d'origine du héros[228]. Mobile apparaît aussi dans les chansons Stuck Inside of Mobile with the Memphis Blues Again de Bob Dylan et Gypsys, Tramps & Thieves de Cher.

Personnalités célèbres[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Naissance à Mobile (Alabama).

De nombreuses célébrités sont nées dans la ville de Mobile :

Annexes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. a et b D'après les estimations du Bureau du recensement des États-Unis au 1er juillet 2013.
  2. a et b Sur un échantillon de 15 % de la population.
  3. Une designated market area (abrégée en DMA) est un marché géographique qui regroupe des comtés recevant les mêmes médias (chaînes de télévision, Internet, presse).
Références
  1. (en) « Calcul de distances entre villes », sur distancity.com (consulté le 19 juin 2014)
  2. (en) « Alabama: 2010 - Census Bureau », sur Bureau du recensement des États-Unis (consulté le 14 mai 2014)
  3. (en) « Mobile Alabama », sur Geographic Names Information System (consulté le 14 mai 2014)
  4. (en) « Mobile Alabama », sur Britannica (consulté le 3 septembre 2010)
  5. (en) « City Map », sur City of Mobile Geoographic Information System (consulté le 16 juillet 2014)
  6. (en) « Mobile, Alabama Neighborhood Map - Income, House Prices, Occupations, Boundaries », sur City-data.com (consulté le 16 juillet 2014)
  7. a, b, c, d et e (en) « National Register of Historic Places Data », sur National Park Service (consulté le 17 mai 2014)
  8. a et b (en) « Buildings in Mobile », sur Emporis.com (consulté le 19 juin 2014)
  9. a, b et c (en) « RSA Battle House Tower », sur Emporis.com (consulté le 19 juin 2014)
  10. a, b et c (en) « RSA BankTrust Building », sur Emporis.com (consulté le 19 juin 2014)
  11. (en) « Buildings in Birmingham », sur Emporis.com (consulté le 19 juin 2014)
  12. (en) Skyscraper Diagram « Alabama Skyscraper Diagram », sur Skyscraperpage.com (consulté le 19 juin 2014)
  13. (en) « Van Antwerp Building », sur Alabama Mosaic: University of South Alabama Archives (consulté le 19 juin 2014)
  14. (en) « Wells Fargo Center », sur Emporis.com (consulté le 19 juin 2014)
  15. (en) « February Daily Averages for Mobile, AL (36603) », sur The Weather Channel (consulté le 17 mai 2014)
  16. (en) « August Daily Averages for Mobile, AL (36603) », sur The Weather Channel (consulté le 17 mai 2014)
  17. (en) Andrea Thompson, « Study Reveals Top 10 Wettest U.S. Cities », sur Livescience,‎ 18 mai 2007 (consulté le 19 mai 2014)
  18. (en) «  Evolution of a Central Gulf Coast Heavy Snowband », sur National Oceanic and Atmospheric Administration (consulté le 9 novembre 2007)
  19. (en) « About the Mobile Region », sur Senior Resource Guide (consulté le 20 mai 2014)
  20. (en) « Hurricane Frederic newspaper headlines courtesy of Hurricane City », sur Hurricane City (consulté le 20 mai 2014)
  21. (en) « Powerful Hurricane Ivan Roars Through Caribbean and United States Gulf Coast », sur Hurricane News (consulté le 20 mai 2014)
  22. (en) « Extremely Powerful Hurricane Katrina leaves a Historic Mark on the Gulf Coast », sur National Weather Service Forecast Office Mobile/Pensacola (consulté le 9 mai 2007)
  23. (en) Michael Dumas, « Mobilians assess damage, move to action in wake of EF-2 tornado », sur Press-Register AL.com,‎ 26 décembre 2012 (consulté le 20 mai 2014)
  24. (en) « NOWData - NOAA Online Weather Data », sur National Oceanic and Atmospheric Administration (consulté le 20 mai 2014)
  25. (en) « Monthly Averages for Mobile, AL (36603) », sur The Weather Channel (consulté le 20 mai 2014)
  26. (en) « Alabama @ AAROads - Interstate 165 », sur AARoads (consulté le 27 mai 2014)
  27. (en) « Wave Transit System », sur The Wave Transit System (consulté le 27 mai 2014)
  28. (en) « Baylinc Facts » [PDF], sur The Wave Transit System (consulté le 27 mai 2014)
  29. (en) « Mobile City Guide », sur al.com (consulté le 27 mai 2014)
  30. a et b (en) « Properties Overview », sur Mobile Airport Authority (consulté le 9 octobre 2007)
  31. (en) « Mobile Downtown Airport », sur Mobile Aeroplex at Brookley (consulté le 26 mai 2014)
  32. a, b, c et d (en) « Market Acces », sur Mobile Bay Region (consulté le 29 mai 2014)
  33. (en) « Facilities Guide », sur Alabama State Port Authority (consulté le 28 mai 2014)
  34. (en) Matthew Beaton, « New push under way to restart Amtrak », sur The News Herald,‎ 4 mai 2013 (consulté le 28 mai 2014)
  35. (en) « Cruise failure leaves Mobile with looming debt », sur Fox News,‎ 7 mai 2012 (consulté le 29 mai 2014)
  36. (en) Brian Lyman, « Carnival Cruise Lines to deploy 'Elation' to Mobile; could carry 170,000 passengers a year », sur al.com,‎ 17 septembre 2009 (consulté le 29 mai 2014)
  37. (en) Petri Chad, « For Rent: The Alabama Cruise Terminal », sur WKRG News 5,‎ 20 janvier 2012 (consulté le 29 mai 2014)
  38. (en) John Sharp, « City of Mobile to charge cruise line $74,855 for docking of Carnival Triumph », sur al.com,‎ 1 mars 2013 (consulté le 29 mai 2014)
  39. (en) John Sharp, « Alabama port executive explains Carnival Triumph docking into terminal and potential costs to Carnival », sur al.com,‎ 14 février 2013 (consulté le 29 mai 2014)
  40. (en) John Sharp, « More than 4,500 passengers and crew aboard Carnival Conquest arrive into Mobile », sur al.com,‎ 7 juillet 2013 (consulté le 29 mai 2014)
  41. Thomason 2001, p. 17-20
  42. Thomason 2001, p. 12-13
  43. Thomason 2001, p. 20
  44. (en) « The Old Mobile Project Newsletter » [PDF], sur University of South Alabama Center for Archaeological Studies (consulté le 14 mai 2014)
  45. (en) Emanuel Drechsel, Mobilian Jargon: Linguistic and Sociohistorical Aspects of a Native American Pidgin, New York: Oxford University Press,‎ 1997 (ISBN 0-198-24033-3)
  46. a, b et c Higginbotham 1977, p. 106-107
  47. a, b et c Thomason 2001, p. 20-21
  48. Thomason 2001, p. 17-27
  49. a, b, c, d et e (en) « Fort Conde Historic Site », sur Explore Southern History (consulté le 4 septembre 2010)
  50. (en) « Early European Conquests and the Settlement of Mobile », sur Alabama Department of Archives and History (consulté le 4 septembre 2010)
  51. (en) « Mobile: Alabama's Tricentennial City », sur Alabama Department of Archives and History (consulté le 4 septembre 2010)
  52. a et b Thomason 2001, p. 44-45
  53. Ziech 1994, p. 7-39
  54. a, b et c Delaney 1953, p. 45
  55. a et b (en) David P. Ogden, The Fort Barrancas Story, Eastern National Parks (ISBN 978-1-888213-15-7)
  56. (en) « The War of 1812 », sur galafilm (consulté le 21 juin 2013)
  57. a, b, c, d, e, f et g Thomason 2001, p. 65
  58. Thomason 2001, p. 69-71
  59. Thomason 2001, p. 79-80
  60. (en) « Population of the 100 Largest Urban Places: 1860 », sur United States Bureau of Census,‎ 15 juin 1998 (consulté le 5 juillet 2013)
  61. a et b (en) « Census Data for the Year 1860 », sur Inter-University Consortium of Political and Social Research (consulté le 5 juillet 2013)
  62. (en) « H. L. Hunley Confederate Sumbarine », sur Naval History & Heritage Command (consulté le 5 juillet 2013)
  63. a et b Thomason 2001, p. 113
  64. Delaney 1953, p. 114-116
  65. Thomason 2001, p. 153
  66. Thomason 2001, p. 145
  67. a, b, c, d, e, f, g et h Thomason 2001, p. 154-169
  68. a, b, c, d et e Thomason 2001, p. 213-217
  69. a et b Thomason 2001, p. 260-261
  70. (en) Bill Patterson, « The Founding of the Industrial Development Board of the City of Mobile: The Port City's Reluctant Use of Subsidies », Gulf South Historical Review, vol. 15, no 2,‎ 2000
  71. Thomason 2001, p. 289-297
  72. a et b Thomason 2001, p. 60
  73. (en) « Mayor Dow's State of the City », sur City of Mobile (consulté le 14 mai 2014)
  74. (en) « National Flags that have flown over Alabama », sur Alabama Department of Archives and History (consulté le 26 juin 2014)
  75. a, b et c (en) « Mobile, Alabama (U.S.) », sur CRWFlags (consulté le 26 juin 2014)
  76. (en) « City Officials », sur City of Mobile (consulté le 1 juin 2014)
  77. Saffell et Basehart 2009, p. 237
  78. Thomason 2001, p. 320
  79. (en) Charles J. Dean, « Reinventing Our Community: Mobile's first black mayor points to city's progress on race », sur al.com,‎ 24 juillet 2011 (consulté le 1 juin 2014)
  80. (en) « Crime rate in Mobile, Alabama (AL): murders, rapes, robberies, assaults, burglaries, thefts, auto thefts, arson, law enforcement employees, police officers, crime map », sur City-data.com (consulté le 23 juin 2014)
  81. (en) « Mobile Police Department Annual Report 2013 (pdf) » [PDF], sur Mobile Police Department (consulté le 23 juin 2014)
  82. (en) Peter Albrecht, « How Bad is Crime in Mobile? », sur WKRG News 5,‎ 15 juillet 2013 (consulté le 23 juin 2014)
  83. (en) « Mobile's Sister Cities », sur City of Mobile (consulté le 30 mai 2014)
  84. (en) « Ilembe Case Study » [PDF], sur The Water Dialogues (consulté le 30 mai 2014)
  85. (en+sk) Magistrát mesta Košice, « Sister cities of the City of Košice » (consulté le 30 mai 2014)
  86. http://www.pau.fr/130-cooperation-et-jumelages.htm
  87. (en) « United States Census Bureau Delivers Alabama's 2010 Census Population Totals, Including First Look at Race and Hispanic Origin Data for Legislative Redistricting », sur Bureau du recensement des États-Unis (consulté le 14 mai 2014)
  88. (en) « Census » [PDF], sur Bureau du recensement des États-Unis (consulté le 2 juin 2014)
  89. (en) Campbell Gibson, « Population of the 100 largest cities and other urban places in the United States: 1790 to 1990 », sur Bureau du recensement des États-Unis (consulté le 2 juin 2014)
  90. (en) « Annual Estimates of the Resident Population for Incorporated Places: April 1, 2010 to July 1, 2013 », sur Bureau du recensement des États-Unis (consulté le 2 juin 2014)
  91. (en) « Census 2000 Data for the United States », sur Bureau du recensement des États-Unis (consulté le 2 juin 2014)
  92. a, b et c (en) « Mobile (city), Alabama », sur Bureau du recensement des États-Unis (consulté le 2 juin 2014)
  93. a, b, c et d (en) Campbell Gibson et Kay Jun, « Historical Census Statistics On Population Totals By Race, 1790 to 1990, and By Hispanic Origin, 1970 to 1990, For Large Cities And Other Urban Places In The United States », sur Bureau du recensement des États-Unis (consulté le 2 juin 2014)
  94. a, b, c, d, e, f, g et h (en) « 2010 Census for Mobile, Alabama », sur Bureau du recensement des États-Unis (consulté le 2 juin 2014)
  95. (en) «  Annual Estimates of the Resident Population: April 1, 2010 to July 1, 2013 - United States -- Metropolitan Statistical Area; and for Puerto Rico - 2013 Population Estimates  », sur Bureau du recensement des États-Unis (consulté le 24 juin 2014)
  96. (en) « Households and Families: Mobile city, Alabama », sur Bureau du recensement des États-Unis (consulté le 3 juin 2014)
  97. (en) « Religion in Mobile, Alabama », sur Sperling's BestPlaces (consulté le 28 juin 2014)
  98. (en) « History of the Archdiocese of Mobile », sur Archdiocese of Mobile (consulté le 24 juin 2014)
  99. (en) « History », sur Cathedral-Basilica Of The Immaculate Conception, Mobile, AL (consulté le 24 juin 2014)
  100. (en) « Catholic Churches in Mobile », sur The Catholic Directory (consulté le 24 juin 2014)
  101. (en) « History of the Cathedral », sur Christ Church Cathedral (consulté le 27 juin 2014)
  102. (en) « Encyclopedia of Southern Jewish Communities - Mobile, Alabama », sur Institute of Southern Jewish Life (consulté le 24 juin 2014)
  103. (en) « The Islamic Presence in the United States » [PDF], sur Nejat TV (consulté le 28 juin 2014)
  104. a, b et c (en) « Healthcare », sur Mobile Area Chamber of Commerce (consulté le 3 juin 2014)
  105. (en) Casandra Andrews, « USA Mitchell Cancer Institute opens in Mobile », sur al.com,‎ 18 septembre 2008 (consulté le 4 juin 2014)
  106. (en) Brendan Kirby, « Citing Obamacare, Infirmary Health System announces it will close Infirmary West Hospital », sur al.com,‎ 15 octobre 2012 (consulté le 4 juin 2014)
  107. (en) « Children's Hospital and Residential Services », sur AltaPointe Health System (consulté le 14 juillet 2008)
  108. (en) « Welcome to the Alabama Nursing Home Association », sur Alabama Nursing Home Association (consulté le 4 juin 2014)
  109. (en) « Fast Facts », sur Mobile County Public Schools System (consulté le 5 juin 2014)
  110. (en) « ASMS History », sur Alabama School of Mathematics and Sciences (consulté le 5 juin 2014)
  111. a, b et c (en) « Mobile's Private Schools », sur Private Schools Reports (consulté le 5 juin 2014)
  112. (en) « The UMS-Wright Tradition », sur UMS-Wright Preparatory School (consulté le 5 juin 2014)
  113. a et b (en) « Mobile Alabama Colleges and Universities », sur United States College Search (consulté le 5 juin 2014)
  114. (en) « Schools, Colleges, Departments », sur University of South Alabama (consulté le 5 juin 2014)
  115. (en) « Mobile Campus Bachelor Degrees », sur Faulkner University (consulté le 5 juin 2014)
  116. (en) « Mobile Campus Associate Degrees », sur Faulkner University (consulté le 5 juin 2014)
  117. (en) « About Spring Hill College », sur Spring Hill College (consulté le 5 juin 2014)
  118. (en) « Graduate Academics », sur Spring Hill College (consulté le 5 juin 2014)
  119. (en) « Undergraduate Academics Majors and Minors », sur Spring Hill College (consulté le 5 juin 2014)
  120. (en) « Academic Areas of Study », sur University of Mobile (consulté le 5 juin 2014)
  121. (en) « Academics Programs », sur Bishop State Community College (consulté le 5 juin 2014)
  122. a et b (en) « The Press-Register », sur Newshouse News Service (consulté le 12 juin 2014)
  123. (en) « About Us », sur Lagniappe (consulté le 12 juin 2014)
  124. (en) « About Us », sur Mobile Bay Mag (consulté le 12 juin 2014)
  125. (en) « Mod Mobilian », sur Mod Mobilian (consulté le 12 juin 2014)
  126. a et b (en) « Mobile - Pensacola Telvision Stations », sur Station Index (consulté le 13 juin 2014)
  127. (en) (en) « Local Television Market Universe Estimates », sur Nielsen (consulté le 13 juin 2014)
  128. (en) « Radio in Mobile », sur City of Mobile (consulté le 13 juin 2014)
  129. (en) « Nielsen Audio Radio Market Rankings », sur Nielsen (consulté le 13 juin 2014)
  130. a, b et c (en) « History of Ladd Peebles Stadium », sur Ladd Peebles Stadium (consulté le 13 juin 2014)
  131. (en) « Date Set for 15th Annual GoDaddy Bowl », sur GoDaddy Bowl,‎ 15 mai 2013 (consulté le 13 juin 2014)
  132. (en) « Proposal for NCAA-Football at USA », sur Universitty of South Alabama (consulté le 13 juin 2014)
  133. (en) « Hank Aaron Stadium », sur Mobile BayBears (consulté le 15 juin 2014)
  134. (en) « USA Mitchell Center », sur South Alabama Jaguars (consulté le 16 juin 2014)
  135. (en) « Welcome to Mobile Tennis Center », sur Mobile Tennis Center (consulté le 17 juin 2014)
  136. (en) « Magnolia Grove », sur rtjgolf.com (consulté le 18 juin 2014)
  137. (en) « Airbus LPGA Classic », sur LPGA (consulté le 18 juin 2014)
  138. (en) « Azalea Trail Run », sur Port City Pacers (consulté le 18 juin 2014)
  139. (en) « Mobile: Economy », sur City-Data.com (consulté le 20 juin 2014)
  140. a et b (en) Mark Szakonyi, « BAE to buy Atlantic Marine for $352M », sur Jacksonville Business Journal,‎ 18 mai 2010 (consulté le 20 juin 2014)
  141. (en) « Alfred Frederick Delchamps », sur Alabama Department of Archives and History (consulté le 20 juin 2014)
  142. (en) « Flottes Notes on Mobile, Alabama », sur Flotte's Outlines of History, Science, and Economics (consulté le 20 juin 2014)
  143. (en) « About AlwaysHD », sur AlwaysHD (consulté le 20 juin 2014)
  144. (en) Tiffany Craig, « A Finger For Boeing », sur WKRG News 5,‎ 23 juin 2008 (consulté le 20 juin 2014)
  145. (en) « David C Cook Acquires Integrity Music », sur The Hard Music Magazine (consulté le 20 juin 2014)
  146. (en) « Path to Success », sur Volkert, Inc. (consulté le 20 juin 2014)
  147. (en) « Our Story », sur Checkers Company (consulté le 20 juin 2014)
  148. (en) « Company News; Morrison Restaurants Plans Three-Way Split », sur The New York Times,‎ 28 septembre 1995 (consulté le 20 juin 2014)
  149. (en) « Alabama Senate Approves Port Funding - Alabama State Port of Authority Poised To Let New Container Terminal Contracts », sur Alabama State Port Authority (consulté le 20 juin 2014)
  150. (en) « Waterborne Commerce Statistics: Calendar Year 2008 » [PDF], sur United States Army Corps of Engineers (consulté le 20 juin 2014)
  151. (en) « Waterborne Commerce Statistics: Calendar Year 2010 » [PDF], sur United States Army Corps of Engineers (consulté le 20 juin 2014)
  152. (en) « Europe and Asia are the leading destinations for U.S. coal exports in 2012 », sur U.S. Energy Information Administration,‎ 15 novembre 2012 (consulté le 8 juillet 2014)
  153. (en) « Austal USA, Mobile AL Construction Record », sur The Colton Company (consulté le 21 juin 2014)
  154. (en) « Austal Opens New USA Shipbuilding Facility », sur Austal,‎ 18 novembre 2005 (consulté le 21 juin 2014)
  155. (en) Ellen Mitchell, « Austal unveils new Navy building at Pinto Island shipyard », sur al.com,‎ 19 octobre 2012 (consulté le 21 juin 2014)
  156. (en) Carola Hoyos, « BAE prepares to streamline US business », The Financial Times,‎ 11 septembre 2010
  157. (en) « BAE Systems Ship Repair », sur BAE Systems (consulté le 21 juin 2014)
  158. (en) « Overview », sur Brookley Aeroplex (consulté le 21 juin 2014)
  159. (en) « Tenants » [PDF], sur Brookley Aeroplex (consulté le 21 juin 2014)
  160. a et b « Aéronautique : Airbus va produire des A320 aux Etats-Unis », sur Le Parisien,‎ 2 juillet 2012 (consulté le 21 juin 2014)
  161. (en) Paul Cloos, « Mobile County wins ThyssenKrupp plant », sur al.com,‎ 11 mai 2007 (consulté le 21 juin 2014)
  162. (en) Katherine Sayre, « ThyssenKrupp considers sale of steel mills in Mobile and Brazil (Update) », sur al.com,‎ 15 mai 2012 (consulté le 21 juin 2014)
  163. (en) Ellen Mitchell, « New owners of ThyssenKrupp stainless steel division plan visit in June », sur al.com,‎ 31 mai 2012 (consulté le 21 juin 2014)
  164. (en) « Local Area Unemployment Statistics – Alabama », sur Bureau of Labor Statistics (consulté le 20 juin 2014)
  165. (en) « City of Mobile Comprehensive Annual Financial Report for 2011 » [PDF], sur City of Mobile (consulté le 21 juin 2014)
  166. a et b (en) Jeff Sessions, « Mardi Gras in Mobile », sur The Library of Congress (consulté le 22 mai 2014)
  167. (en) Bill Starling, « Trail Maids are proud ambassadors for Mobile, state », sur Al.com,‎ 16 janvier 2009 (consulté le 22 mai 2014)
  168. (en) « Mardi Gras FAQS », sur Mobile Carnival Museum (consulté le 8 juin 2014)
  169. a, b et c (en) « Mardi Gras - Mobile's Paradoxical Party », sur The Wisdom of Chief Slacabamorinico (consulté le 8 juin 2014)
  170. (en) Susan Houston, « Mobile ; It Has History », The News & Observer,‎ 4 février 2007
  171. a et b (en) « Mobile Mardi Gras Timeline », sur The Museum of Mobile,‎ 19 juillet 2013 (consulté le 5 juillet 2014)
  172. a, b, c et d (en) « History », sur Mobile Carnival Museum (consulté le 8 juin 2014)
  173. (en) « Joseph Stillwell Cain, Jr (1832 - 1904) », sur Find a Grave (consulté le 9 juin 2014)
  174. (en) John Sledge, « Church Street Graveyard », The Alabama Review, no 55,‎ avril 2002, p. 96-105
  175. (en) « Welcome to the Magnolia Cemetery Website », sur Magnolia Cemetery (consulté le 24 juin 2014)
  176. Sledge 2002, p. 24-26
  177. (en) « The Story of Magnolia Cemetery », sur City of Mobile (consulté le 24 juin 2014)
  178. Sledge 2002, p. 66-79
  179. Sledge 2002, p. 80-89
  180. (en) « National African American Archives Museum Mobile AL  », sur SouthAlabamaLiving (consulté le 9 juin 2014)
  181. (en) « The Doy Leale McCall Rare Book and Manuscript Library », sur University of South Alabama (consulté le 9 juin 2014)
  182. (en) « City of Mobile : Municipal Archives », sur City of Mobile (consulté le 9 juin 2014)
  183. (en) « About MGS », sur Mobile Genealogical Society, Inc. (consulté le 9 juin 2014)
  184. (en) « Local History and Genealogy Services », sur Mobile Public Library (consulté le 9 juin 2014)
  185. (en) « St. Ignatius Archives and Museum », sur Museum Software (consulté le 9 juin 2014)
  186. (en) « Mobile Saenger Theatre History », sur Mobile Saenger (consulté le 9 juin 2014)
  187. (en) Matt Cuthbert, « Space 301: Cultural makeover », sur al.com,‎ 6 juillet 2008 (consulté le 9 juin 2014)
  188. (en) « About the Mobile Region », sur SeniorsResourceGuide.com. (consulté le 3 septembre 2010)
  189. (en) « Arthur C. Outlaw Convetion Center » [PDF], sur Mobile.org (consulté le 20 octobre 2007)
  190. (en) « About BayFest », sur BayFest, Inc. (consulté le 4 juillet 2014)
  191. (en) « BayFest packs $38 million punch for city of Mobile's economy », sur al.com (consulté le 11 juin 2014)
  192. (en) « Mobile Theatre Guild », sur Mobile Theatre Guild (consulté le 11 juin 2014)
  193. (en) « History », sur Joe Jefferson Players (consulté le 11 juin 2014)
  194. (en) « History of Drama Camp & Sunny Side Theater », sur Sunny Side Drama (consulté le 11 juin 2014)
  195. (en) Michelle Rathle Naman, -format=pdf « Folio », sur Junior League Mobile (consulté le 11 juin 2014)
  196. (en) « Welcome to the Mobile Museum of Art », sur Mobile Museum of Art (consulté le 9 juin 2014)
  197. (en) « Collection Exhibitoions », sur Mobile Museum of Art (consulté le 9 juin 2014)
  198. (en) « USS Alabama Battleship », sur USS Alabama Battleship Commission (consulté le 22 juin 2014)
  199. (en) « About the Museum », sur History Museum of Mobile (consulté le 22 juin 2014)
  200. (en) « About Oakleigh », sur Historic Mobile Preservation Society (consulté le 22 juin 2014)
  201. (en) Casandra Andrews, « Master of make-Believe », Press-Register,‎ 28 janvier 2007
  202. (en) « About the Bragg-Mitchell Mansion », sur Bragg-Mitchell Mansion (consulté le 22 juin 2014)
  203. (en) « Welcome To The Richards DAR House Museum Mobile, Alabama », sur Richards DAR House (consulté le 22 juin 2014)
  204. (en) « Condé », sur Condé-Charlotte Museum House (consulté le 22 juin 2014)
  205. (en) « Welcome », sur Mobile Medical Museum (consulté le 22 juin 2014)
  206. (en) « Phoenix Fire Museum », sur History Museum of Mobile (consulté le 22 juin 2014)
  207. (en) « Mobile Police Department Museum », sur Downtown Mobile Alliance (consulté le 22 juin 2014)
  208. (en) « About Us », sur Exploreum (consulté le 22 juin 2014)
  209. (en) John Motyka, « You Can Call It the Little Easy », sur The New York Times,‎ 23 mars 2007 (consulté le 22 juin 2014)
  210. (en) « Explore the Gardens », sur Mobile Botanical Gardens,‎ 21 novembre 2007 (consulté le 25 juin 2014)
  211. (en) « About Us », sur Bellingrath Gardens and Home (consulté le 25 juin 2014)
  212. (en) « 5 Rivers Brochure » [PDF], sur Outdoor Alabama (consulté le 25 juin 2014)
  213. (en) « 5 Rivers », sur Outdoor Alabama (consulté le 25 juin 2014)
  214. (en) « 5 Rivers Delta Safaris », sur Outdoor Alabama (consulté le 25 juin 2014)
  215. a et b (en) « Parks and Recreations », sur City of Mobile (consulté le 25 juin 2014)
  216. Delaney 1953, p. 79
  217. (en) « Dauphin Street Virtual Walking Tour », sur Main Street Mobile (consulté le 25 juin 2014)
  218. (en) « Life in Mobile », sur University of South Alabama (consulté le 25 juin 2014)
  219. (en) « Steamboats in Alabama », sur Encyclopedia of Alabama (consulté le 14 juillet 2014)
  220. (en) « Public Television Features Mobile's Azalea Trail », sur Université de l'Alabama,‎ 7 décembre 2001 (consulté le 14 juillet 2014)
  221. (en) « Overview to the Comprehensive Plan » [PDF], sur City of Mobile (consulté le 14 juillet 2014)
  222. (en) « Mobile Holds First Mardi Gras  », sur allaboutmardigras.com (consulté le 14 juillet 2014)
  223. (en) « Filming Locations », sur IMDb (consulté le 9 juillet 2014)
  224. (en) « Driving Miss Daisy », sur Université de Princeton (consulté le 9 juillet 2014)
  225. (en) « Filming Locations », sur IMDb (consulté le 9 juillet 2014)
  226. (en) Thomas B. Harrison, « HBO 'Pacific' gala lights up downtown Mobile with Saenger Theatre screening (with photo gallery) », sur al.com,‎ 14 mars 2010 (consulté le 9 juillet 2014)
  227. (en) Tamara Ikenberg, « Nic Cage and 'Rage' take Mobile film-goers by storm at a thrilling sneak preview screening », sur al.com,‎ 22 mai 2014 (consulté le 10 juillet 2014)
  228. (en) « novel and movie », sur Université de Vienne (consulté le 10 juillet 2014)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Caldwell Delaney, The Story of Mobile, Gill Press,‎ 1953 (ISBN 0-940-88214-0)
  • (en) Jay Higginbotham, Old Mobile: Fort Louis de la Louisiane, 1702-1711, Museum of the City of Mobile,‎ 1977 (ISBN 0-914-33403-4)
  • (en) Dave C. Saffell et Harry Basehart, State and Local Government: Politics and Public Policies, McGraw Hill,‎ 2009 (ISBN 978-0-07-352632-4)
  • (en) John Sledge, Cities of Silence: A Guide to Mobile's Historic Cemeteries, University of Alabama Press,‎ 2002 (ISBN 0-817-31140-8)
  • (en) Michael Thomason, Mobile : the new history of Alabama's first city, University of Alabama Press,‎ 2001 (ISBN 0-817-31065-7)
  • (en) Robert Ziech, The Gates of Heaven : Congregation Sha'arai Shomayim, the first 150 years, Mobile, Alabama, 1844–1994, Mobile, Alabama: Congregation Sha'arai Shomayim,‎ 1994

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :