Comédie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Comédie +.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Comédie (homonymie).
Scène d'une comédie grecque, 4e siècle av. J.-C. (Musée du Louvre).

La comédie (du grec κωμωδία) est un genre littéraire, théâtral, cinématographique et télévisuel fonctionnant sur le registre de l'humour. Elle met généralement en scène des personnages de bas niveaux, contrairement à la tragédie.

Malgré les apparences, la comédie n'est pas systématiquement axée sur le registre comique (divertissement, légèreté, rire etc.), même si la plupart des comédies le sont. La comédie larmoyante, par exemple, n'a rien d'humoristique mais fonctionne comme une comédie, notamment à travers la caractéristique classique de la fin heureuse. Au XIXe siècle apparaît, notamment avec Alfred de Musset (On ne badine pas avec l'amour, Les Caprices de Marianne), la comédie dramatique, genre hybride dans lequel la tonalité légère et humoristique, dominante dans la comédie antique et classique, est gommée par une fin malheureuse et une morale solennelle inhérente au drame romantique.

De nos jours, le terme est brouillé car des œuvres contemporaines étiquetées comme « comédies » peuvent tout à fait être humoristiques et posséder une fin malheureuse.

Le vice du personnage principal va à l'encontre de l'histoire d'amour habituelle à la comédie.

D'autre part, au-delà de l'amusement et du divertissement que procurent beaucoup de comédies, une œuvre d'un tel genre peut aussi avoir un aspect critique.

La comédie trouve son origine dans la littérature grecque. Le mot κωμῳδία / kômôidía est formé de κῶμος / kỗmos (« fête en l’honneur de Dionysos »), et ᾠδή / ôidế (« chant »). Jacques Grévin, dans son Brief discours (1561), en donne quant à lui l'étymologie suivante : « Et quant à moi je suis de cette opinion que la Comédie a pris son nom ἀπὸ τῶν κωμῶν, c’est-à-dire des rues par lesquelles de ce premier temps elles estoyent jouées ».

Comme pour la tragédie, la comédie classique française devait obéir à la règle des trois unités.

Le terme de comédie désigne également l'art de l'acteur (dit également comédien). Jouer la comédie signifie interpréter un rôle.

Au sens figuré, faire la comédie signifie faire du cinéma ou faire des manières pour peu de choses.

Les différents genres de comédies[modifier | modifier le code]

Au XVIe siècle, des lettrés créent, afin de s'opposer à la tradition médiévale de la farce et retourner aux sources de la comédie latine, la comédie humaniste.

Au XVIIe siècle, Molière invente trois nouveaux genres de théâtre[réf. nécessaire] :

On distingue également :

  • la comédie grecque antique : genre littéraire et théâtral majeur de la Grèce antique, plus récent que la tragédie.
  • la comédie de mœurs : fonde le comique sur la satire des mœurs contemporaines, des traits de la société
  • la comédie de caractère : pièce de théâtre où sont décrits de manière plaisante les mœurs, les défauts et les ridicules des êtres humains
  • la comédie romantique
  • la comédie héroïque
  • la farce : petite pièce de théâtre du XVIe siècle qui est jouée à l'entracte d'une tragédie biblique. Elle est jouée uniquement en improvisation des comédiens et le thème principal en est le mari trompé ou l'arroseur arrosé
  • la commedia dell'arte : théâtre italien du XVIIe siècle avec un léger scénario, une grosse improvisation des comédiens et un jeu de masques
  • la comédie-ballet, mêlant théâtre et danse baroque
  • la comédie de boulevard : théâtre de pur divertissement. Le boulevard possède aussi un versant sérieux, dont l’ambition est d’agir avec force sur le public, en lui proposant des intrigues cruelles et poignantes
  • le vaudeville : ce genre de comédie légère du XIXe siècle qui revient à la mode sous la Restauration et triomphe sous la IIIe République, met en scène des situations inextricables dans des intrigues à multiples rebondissements avec imbroglios et quiproquos en série, s'enchaînant dans un rythme effréné qui fait la part belle au burlesque et à l'excentricité
  • la comédie musicale : théâtre musical chanté.

Au XIXe siècle apparaît le théâtre de boulevard, au XXe le théâtre de l'absurde (Eugène Ionesco, Samuel Beckett) et la réécriture antique (le but étant de démolir les mythes en prenant les mêmes héros, les mêmes thèmes et les dégrader, pouvant passer du registre tragique au registre comique).

Aucune de ces rubriques ne permet de classer les œuvres de Shakespeare, qui dans Hamlet montre les limites de ces catégories : « Tragédie, comédie, histoire, pastorale, comédie pastorale, pastorale historique, tragédie historique, tragédie historico-comico-pastorale, scène indivise ou poème sans limites »[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hamlet, II. 2. 363-66

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]