Plovdiv

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Plovdiv
Пловдив
Blason de Plovdiv
Héraldique
Drapeau de Plovdiv
Drapeau
Les collines de Plovdiv.
Les collines de Plovdiv.
Administration
Pays Drapeau de la Bulgarie Bulgarie
Oblast Plovdiv
Maire Ivan Totev
Code postal 4000
Démographie
Population 522 400 hab. (fin 2009[1])
Géographie
Coordonnées 42° 08′ 48″ N 24° 45′ 03″ E / 42.14678, 24.7509442° 08′ 48″ Nord 24° 45′ 03″ Est / 42.14678, 24.75094  
Altitude 164 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bulgarie

Voir sur la carte Bulgarie administrative
City locator 14.svg
Plovdiv

Plovdiv (en bulgare Пловдив, en grec ancien Φιλιππόπολις, en grec Philippoupoli, Φιλιππούπολη, en turc Filibe) est la deuxième ville de Bulgarie, chef-lieu de l'oblast de Plovdiv et unique territoire de la municipalité Plovdiv-Grad, sur la Maritsa. En 2009, elle compte environ 338 153 habitants[1]. Son aire d'influence s'étend sur une vaste région de la plaine de Thrace.

Histoire[modifier | modifier le code]

Théâtre romain de Plovdiv.

Plovdiv est la plus ancienne ville d'Europe encore peuplée[2],[3] connue à ce jour, les premières traces de civilisation trouvées à cet endroit datant de la période mycénienne, soit la fin du IIe millénaire av. J.-C.. Plovdiv était alors connue comme ville fortifiée thrace appelée Eumolpias. En 342 av. J.-C., elle fut conquise par Philippe II de Macédoine, père d'Alexandre le Grand, qui la renomma Philippopolis. Plus tard, elle devint indépendante dans le cadre des royaumes thraces, jusqu'à son intégration à l'Empire romain, sous lequel elle fut appelée Trimontium (ville des trois collines). Elle devint alors la capitale de la province de Thrace (Thracia). Trimontium était un carrefour important dans l'Empire romain.

La Via Militaris, la plus grande route militaire de la péninsule balkanique, la traversait. Ce fut l'une des époques les plus brillantes de l'histoire de la ville. Trimontium était construite sur trois collines avec de nombreux bâtiments publics, des mausolées, des thermes et théâtres. De nombreuses ruines de la période romaine y sont encore visibles, par exemple, le théâtre[4] et l'odéon[5] romains, dans la vieille ville, ou l'extrémité du stade romain construit sous l'actuelle rue principale, qui traverse le centre-ville. De surcroît, on a retrouvé des monnaies de bronze des IIe et IIIe siècles aux légendes en grec mentionnant le nom de la ville de Philippopolis et celui du gouverneur romain de Thrace, qui avait ordonné leur frappe.

Les Slaves s'installèrent dans la région au milieu du VIe siècle. Plovdiv devint bulgare pour la première fois en 815. Au cours des siècles, elle passa successivement entre les mains des Byzantins et des Bulgares, avant que la ville soit conquise par l'empire ottoman en 1364. Le nom « Plovdiv » apparaît pour la première fois au XVe siècle et dérive d'un des noms antiques de la ville, « Pulpudeva », connue par les Slaves d'abord comme « Păldin » (Пълдин).

Sous la domination ottomane, Plovdiv fut le centre du mouvement national bulgare en Roumélie orientale. Même si la ville fut libérée des Ottomans par la Bataille de Plovdiv, en 1878, elle ne fit pas partie de la Principauté de Bulgarie, nouvellement établie. Elle devint la capitale de la région semi-indépendante de Roumélie orientale, jusqu'à ce que cette région rejoigne finalement la Bulgarie en 1885, après la réunification du pays. Cet événement est commémoré par une statue sur la place de la Réunification (площад Съединение : ploštad Săedinenie). À cette époque, la ville avait une population d'environ 33 500 habitants, dont 45 % de Bulgares, 25 % de Grecs, 21 % de Turcs, 6 % de Juifs et 3 % d'Arméniens.

À l'époque communiste, après la fin de la Seconde Guerre mondiale, Plovdiv fut le centre du mouvement démocratique, qui renversa finalement le régime de Todor Jivkov en 1989. Plovdiv a accueilli des expositions spécialisées dans le cadre de sa Foire internationale par trois fois (en 1981, 1985 et 1991).

Lamartine a séjourné à Plovdiv lors de son voyage en Orient, et l'on peut voir dans une maison près du théâtre antique des photos du port de Marseille légendées ainsi qu'une plaque commémorative, le tout en français.

Géographie[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Plovdiv est la ville natale de :

Villes jumelées[modifier | modifier le code]

Panneau de directions représentant les villes jumelées avec Plovdiv.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

En images[modifier | modifier le code]