Éleusis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

38° 02′ 00″ N 23° 32′ 00″ E / 38.0333, 23.5333

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Éleusis (homonymie).
Vue du site archéologique en direction du golfe Saronique

Éleusis (en grec ancien Ἐλευσίς, en grec moderne Ελευσίνα / Elefsína) est une ville de Grèce, en Attique, à 20 kilomètres environ au nord-ouest d'Athènes, sur le golfe de Salamine. Elle compte 25 863 habitants. D'une grande importance historique et mythologique, Éleusis occupe aujourd'hui des fonctions industrielles, portuaires et commerciales. Dans l'Antiquité grecque classique, elle était un dème de l'Attique.

Mythologie[modifier | modifier le code]

Selon Pausanias[1], la ville tire son nom du héros Éleusis (fils d'Hermès et d'Ogygos ou l'Océanide Daïra). Quand Perséphone, fille de Déméter, est enlevée par Hadès, Déméter vient à Éleusis où elle rencontre le roi du lieu, Céléos[2]. Le fils de Céléos, Triptolème, est le fondateur des mystères d'Éleusis, culte agraire rendu à Déméter, qui s'étendra à toute la Grèce et, à l'époque romaine, à tout l'Empire romain.

Histoire[modifier | modifier le code]

Selon la tradition[3] la cité est rattachée à Athènes lors du synœcisme de Thésée. En réalité, ce rattachement daterait plutôt de la fin du VIIIe siècle ou du début du VIIe siècle. Pendant les guerres médiques, en 480-479 av. J.-C., la ville est dévastée par les armées de Xerxès Ier et le temple de Déméter est brûlé[4]. Elle l'est de nouveau pendant la guerre du Péloponnèse, quand l'Attique est envahi par le roi Pleistoanax[5].

Le sanctuaire de la ville est d'une grande renommée pour ses mystères. Après la tyrannie des Trente à Athènes, ceux-ci se réfugient à Eleusis où ils ne sont pas inquiétés. Après une longue période de paix la ville et son sanctuaire redeviennent l'objet de convoitises guerrières à partir du deuxième siècle de notre ère, époque où la pression barbare sur les frontières de l'empire romain s'affirme : Éleusis est pillée par les Costoboces vers 170. L'empereur Marc Aurèle contribue au relèvement du sanctuaire. Enfin, Éleusis est détruite par les Wisigoths d'Alaric Ier en 395 ap. J.-C..

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Une partie de sa population moderne est constituée d'une population grecque de langue arvanite. Au XXe siècle, Éleusis est devenue l'une des principales communes de la banlieue nord d'Athènes. Elle concentre des raffineries, des industries lourdes, des chantiers navals ainsi que de nombreux commerces et services dont l'influence s'étend sur les communes voisines.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Pausanias, Description de la Grèce [détail des éditions] [lire en ligne] (I, 38, 7).
  2. Hymnes homériques [détail des éditions] [lire en ligne] (Déméter, 96 et passim.)
  3. Thucydide, Histoire de la guerre du Péloponnèse [détail des éditions] [lire en ligne] (II, 15, 1).
  4. Hérodote, Histoires [détail des éditions] [lire en ligne] (IX, 65).
  5. Thucydide, Histoire de la guerre du Péloponnèse [détail des éditions] [lire en ligne] (I, 114, 2).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :