Martina Hingis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Martina Hingis
(épouse Hutin)
Martina Hingis
Martina Hingis le 12 mars 2006.
Carrière professionnelle
1994-2003 puis 20062007 et 2013-
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Naissance 30 septembre 1980 (34 ans)
Drapeau : Tchécoslovaquie Košice (Tchécoslovaquie)
Taille / poids 1,7 m (5 7) / 59 kg (130 lb)
Prise de raquette Droitière
Revers à deux mains
Gains en tournois 20 548 814 $
Hall of Fame Membre depuis 2013
Palmarès
En simple
Titres 43
Finales perdues 26
Meilleur classement 1re (31/03/1997)
En double
Titres 40
Finales perdues 16
Meilleur classement 1re (08/06/1998)
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple V (3) F (2) V (1) V (1)
Double V (4) V (2) V (2) V (1)
Mixte V (1) 1/4 1/4 1/2
Titres par équipe nationale
Hopman Cup 1 (2001)

Martina Hingis, née le 30 septembre 1980 à Košice (Slovaquie, alors en Tchécoslovaquie), est une joueuse de tennis professionnelle suisse. Elle détient le record de la plus jeune gagnante d'un titre du Grand Chelem en simple depuis Lottie Dod en 1887, et de la plus jeune numéro un mondiale de l'histoire du tennis.

Après avoir provisoirement mis un terme à sa carrière en 2003, à cause de nombreuses blessures puis être revenue sur le circuit en 2006, elle se retire pour quelques années du tennis en novembre 2007 après avoir été contrôlée positive à la cocaïne à Wimbledon, tout en clamant son innocence. Elle joue à nouveau sur le circuit professionnel, uniquement en double, depuis juillet 2013.

Elle parle quatre langues : le tchèque[1], l'allemand (en particulier le suisse allemand), l'anglais et le français.

Carrière tennistique[modifier | modifier le code]

Première carrière (1994-2002)[modifier | modifier le code]

Née sous le nom de Martina Hingisová à Košice en Tchécoslovaquie (aujourd'hui en Slovaquie), Martina Hingis vit dès l'âge de 8 ans en Suisse, son pays d'adoption à la suite du remariage de sa mère. Elle achète en 1999 une villa en Floride, mais n'y habite qu'occasionnellement, restant domiciliée en Suisse, dans le canton de Schwyz. Elle est prénommée « Martina » par sa mère en l'honneur de Martina Navrátilová, célèbre joueuse de tennis d'origine tchécoslovaque. Sa mère, également joueuse de tennis, la pousse dans ce sport, et a toujours été son unique entraîneur.

Comme beaucoup de joueurs professionnels de tennis, Martina Hingis apprend à jouer au tennis très jeune. À l'âge de 5 ans, elle commence à participer à des tournois. Elle devient championne du monde junior en simple filles en 1994, année où elle passe professionnelle, à 14 ans. En 1996, elle joue avec Helena Suková et entre dans l'histoire en étant la plus jeune joueuse à remporter le tournoi de Wimbledon de double féminin.

En 1997, elle développe son potentiel au maximum. Quasiment invincible, elle remporte 37 matchs consécutifs et 6 tournois de rang. Elle remporte l'open d'Australie en écrasant 6-2, 6-2 Mary Pierce en finale. Elle se qualifie pour la finale de Roland-Garros mais, affectée par des crampes, perd contre toute attente face à la Croate Iva Majoli. Elle s'offre une double consolation en remportant Wimbledon (face à Novotna) et l'US Open (face à Venus Williams qu'elle bat devant son public 6-0, 6-4). Elle réalise ainsi le Petit chelem.

Martina Hingis est la plus jeune joueuse de tous les temps à remporter un tournoi du Grand Chelem, à l'âge de 16 ans, 3 mois et 26 jours à l'Open d'Australie 1997 face à Mary Pierce. La même année, elle devient à 16 ans, 6 mois et 1 jour la plus jeune numéro un mondiale de l'histoire du tennis (au XXe siècle) en remportant le tournoi de Key Biscayne (appelé aujourd'hui Miami) face à Monica Seles.

En tant que joueuse en simple, elle gagne la même année le tournoi de Wimbledon et l'US Open de tennis en 1997, ainsi que l'Open d'Australie en 1997, 1998 et 1999. En 1998, elle remporte les quatre tournois du Grand Chelem en double.

Contre une Steffi Graf en fin de carrière, Martina perd en 1999 une nouvelle finale à Roland-Garros, seul tournoi du Grand Chelem qui manque à son jeune palmarès. Après une balle litigieuse, elle s'attire l'hostilité du public en allant contester un point dans le camp de son adversaire, chose interdite, puis en servant à la cuillère à la fin de la rencontre. Le public, majoritairement pour Graf, la siffle copieusement. Après la balle de match, Martina quitte le court central sous les huées de la foule, avant d'y revenir, en pleurs, ramenée par sa mère, pour la remise des trophées. Là, après quelques mots en français, le public finit par l'applaudir.

Martina Hingis (Miami 2007).

Après cette défaite qui bouleverse profondément son mental de jeune championne, Martina dispute plusieurs finales en Australie, tout en continuant à gagner des tournois qui lui permettent de rester numéro un. Ses performances sont toutefois contestées par l'éclosion de jeunes joueuses telles les sœurs Williams qui grâce à leur jeu puissant la supplanteront. Martina ne gagnera plus de tournoi du Grand Chelem.

Des défaites à répétitions lors de grandes finales précipitent alors la chute de Martina. Celle de Roland-Garros en 1999 mais surtout en 2002 lors de l'Open d'Australie face à Jennifer Capriati, où la Suissesse va véritablement vivre un drame. Martina, qui n'a plus remporté le moindre Grand Chelem depuis trois ans mène en finale 6-4, 4-0 puis obtient trois balles de 5-1. Elle se procure même quatre balles de match, toutes effacées par l'Américaine. La Suissesse se dira alors très « choquée » par ce match, qu'elle aurait dû gagner. Le vrai match qui va provoquer sa chute est sa défaite en finale d'Indian Wells contre une gamine à l'époque, Daniela Hantuchová, qui lui inflige une véritable correction, 6-3, 6-4. Martina est alors au fond du trou, et quelques mois plus tard, elle annonce sa retraite anticipée, décidant de mettre fin à sa carrière en février 2003 suite à plusieurs blessures au pied.

Martina Hingis, parfois désignée sous le nom de « Swiss Miss », est largement admirée tant pour son modèle de jeu attrayant que pour ses succès. Manquant de puissance pure en comparaison avec Monica Seles ou Serena Williams, Martina Hingis compense ses faiblesses par sa précision et sa fluidité. Ses qualités au filet et sa précision de renvoi lui permettent de devenir une joueuse exceptionnelle en double féminin.

Son esthétique attrayante lui permet d'être classée parmi les 100 femmes les plus sexy du classement du magazine FHM en 1999 (81e) et 2000 (88e). En 2005, les journalistes américains de Tennis Magazine l'élisent au 22e rang des « quarante plus grands champions de tennis de ces quarante dernières années » (hommes et femmes confondus), derrière Roy Emerson (21e) et devant Evonne Goolagong (23e)[2].

Retour sur le circuit (2006-2007)[modifier | modifier le code]

2006[modifier | modifier le code]

Martina Hingis (Open d'Australie 2006).

Classée longtemps première au classement WTA des meilleures joueuses de tennis au monde, elle n'a donc plus joué depuis octobre 2002 à cause de blessures chroniques au pied avant son retour en janvier 2006. Elle avait ainsi déclaré en février 2003 qu'elle ne s'estimait plus apte à être compétitive avec les meilleures, et que souffrir pour jouer à un niveau inférieur ne l'intéressait pas.

En janvier 2005, Martina avait notamment disputé un match exhibition à l'occasion des Proximus Diamond Games d'Anvers. Un mois plus tard, elle s'était ensuite inclinée au premier tour de l'Open de Thaïlande face à l'Allemande Marlene Weingartner.

Le 29 novembre 2005, après trois ans d'absence, elle annonce son retour sur le circuit WTA pour la saison suivante. À 25 ans, la Suissesse, ancienne numéro une mondiale, reconnaît que la compétition lui manque.

Elle a, depuis Sydney, confirmé sa participation au tournoi de tennis de Gold Coast (1-7 janvier), en Australie, qui marque le retour de l'ancienne numéro un mondiale sur le circuit féminin après pratiquement trois ans d'absence. Sur le ciment de Gold Coast, qui lui sert de préparation à l'Open d'Australie, la gagnante de cinq tournois du Grand Chelem parvient à réussir un retour gagnant en s'imposant rapidement au premier tour face à la vénézuélienne Maria Vento-Kabchi 6-2 6-1. Martina Hingis confirme alors son retour aux affaires puisqu'elle bat la tête de série numéro 6 en 2 sets, 1 h 10 de jeu seulement.

Impressionnante lors de ses trois premiers tours à Gold Coast, l'ancienne no 1 mondiale, tout juste sortie de sa retraite, est rattrapée par un manque de compétition évident. Face à l'Italienne Flavia Pennetta, 23e joueuse mondiale, son corps finit par lâcher sous forme d'une blessure musculaire bénigne à la hanche gauche. Elle s'incline 1-6 7-6 6-2.

La semaine suivante à Sydney, Martina affronte d'emblée la belge Justine Henin-Hardenne, première joueuse du « top 10 » qu'elle affronte depuis son retour sur le circuit et ne peut que constater ses limites actuelles. Elle s'incline face à Justine en deux sets : 6-3 6-3.

Lors de l'Open d'Australie 2006, premier Grand Chelem depuis son retour, Martina Hingis montre qu'elle n'a rien perdu de ses qualités et atteint les quarts de finale à Melbourne, avant de s'incliner logiquement face à la belge Kim Clijsters en 3 sets : 6-3 2-6 6-4. Un parcours brillant qui laisse espérer un retour au tout premier plan et peut-être de décrocher le dernier majeur manquant à son palmarès, Roland Garros.

Martina Hingis ne quitte pas Melbourne les mains vides, car elle remporte le titre du double mixte aux côtés de l'Indien Mahesh Bhupathi (8e titre à l'Open d'Australie, 3 simples, 4 doubles féminins et 1 double mixte). Ce duo bat 6-3 6-3 la paire formée du Canadien Daniel Nestor et de la russe Elena Likhovtseva. Hingis s'adjuge son 15e titre du Grand Chelem : soit 5 en simple, 9 en double et donc le premier en double mixte.

Lors du tournoi de Tokyo, Martina élimine successivement Nathalie Dechy, Maria Kirilenko et Maria Sharapova en demi-finale et atteint ainsi sa première finale WTA depuis son retour à la compétition. En finale, elle s'incline en deux sets secs (6-2 6-0) face à une autre Russe : Elena Dementieva. Malgré cette défaite en finale, la Suissesse, remontée à la 117e place mondiale après son quart de finale à l'Open d'Australie, fait un nouveau bond au classement de la WTA pour atteindre la 48e place.

Elle atteint les quarts de finale du tournoi de Dubaï où elle est battue par Maria Sharapova, qui prend ainsi sa revanche. Cette performance lui fait atteindre la 32e place du classement WTA.

Elle continue son exploit au Master series d'Indian Wells, où elle bat notamment Lindsay Davenport, sa rivale de sa première carrière. Elle est stoppée en demi-finale par la future conquérante du titre Maria Sharapova. À l'issue du tournoi, elle occupe la 26e place mondiale. Son trajet n'est pas aussi brillant au Masters Series de Key Biscayne, où Svetlana Kuznetsova prend sa revanche après une lutte de 2h28. Le troisième set se conclut sur la 4e balle de match de la Russe à 11-9. La Suissesse ayant eu une balle de match à 6-7. Il s'agit de sa deuxième défaite contre une joueuse hors du top 10.

Martina Hingis ne cache pas alors ses ambitions en vue de Roland Garros. C'est le seul tournoi du Grand Chelem qu'elle n'a pas remporté et Martina a avoué dernièrement que ce titre manquant à son palmarès a représenté une des principales motivations pour son come-back. À Varsovie, premier tournoi sur terre battue, elle ne saisit pas sa chance au 2e tour face à Venus Williams de retour sur le circuit : 4-6 7-5 6-4. Au tournoi de Berlin, suite à un bon parcours, elle inquiète Amélie Mauresmo en quart, mais perd le match 4-6 6-4 6-4. Ce bon résultat lui fait atteindre les portes du top 20 : 21e.

Martina Hingis (12 mars 2006).

Dimanche 21 mai 2006, Martina confirme son retour et remporte comme en 1998 le tournoi de Rome, battant en finale la Russe Dinara Safina sur le score de 6-2 7-5. Il s'agit de son premier titre depuis 2002 et le 41e de sa carrière. À la veille de Roland-Garros, Hingis pointe à la 14e place de la WTA.

En dehors des cours, elle est élue dans la catégorie « come-back de l'année » au Laureus Award à Barcelone : ce prix félicite son remarquable retour à la compétition.

Après avoir éliminé successivement l'Américaine Lisa Raymond, la Tchèque Zuzana Ondrášková, la Croate Ivana Lisjak, l'Israélienne, tête de série no 31, Shahar Peer, elle échoue en quarts-de-finale de Roland-Garros contre la Belge, no 2 mondiale, Kim Clijsters.

Elle fait son retour à Wimbledon après cinq ans d'absence : elle bat facilement Olga Savchuk, Tathiana Garbin mais chute au troisième tour face à Ai Sugiyama.

Dans la tournée américaine, elle échoue lors des quarts au tournoi de San Diego, à nouveau face à Kim Clijsters. Sa performance lors du tournoi de Montréal (finaliste) lui permet de réintégrer le top 10 où elle retrouve sa compatriote Patty Schnyder. Mais à l'US Open, elle réalise une contre-performance, s'inclinant au 2e tour contre Virginie Razzano en deux sets.

Lors de la tournée asiatique, elle remporte le tournoi de Calcutta face à Poutchkova. Elle se rend ensuite à Séoul où elle est battue au deuxième tour face à Sania Mirza en trois sets, alors qu'elle l'avait battue la semaine précédente. La Suissesse reprendra à Zurich où elle sera battue en trois sets.

La Suissesse se qualifiera pour les Masters de Madrid ce qu'elle mérite amplement après son formidable come-back. Malheureusement, la revenante du circuit se retrouvera dans le groupe jaune face à Amélie Mauresmo, Nadia Petrova et Justine Henin-Hardenne, trois joueuses en forme cette saison. Elle ne dépassera pas la phase de poules battue par Justine Henin-Hardenne et Amélie Mauresmo. Elle battra tout de même Nadia Petrova.

Malgré ces défaites, Martina annonce la couleur. Cette saison de retour n'est qu'une mise en jambes et la Suissesse va tout faire pour venir titiller les toutes meilleures.

2007[modifier | modifier le code]

Martina commence l'année 2007 par une belle performance à Gold Coast où elle atteint la finale du tournoi : elle est battue par Dinara Safina en trois sets 6-3, 3-6, 7-5. La semaine suivante à Sydney, la Suissesse est éliminée dès le premier tour par la joueuse en forme du moment Jelena Janković en 3 sets 6-4, 4-6, 6-3. Martina arrive donc à l'Open d'Australie, première levée du Grand Chelem qui réussit bien à Martina puisqu'elle a gagné le titre 3 fois en 1997, 1998 et 1999. La Swiss Miss confirme sa bonne réussite en passant très facilement les premiers tours (6-0, 6-2 face à Nathalie Dechy au premier, 6-2, 6-2 face à Alla Kudryavtseva au second et 6-2, 6-1 face à Aiko Nakamura au troisième). Son huitième de finale sera plus délicat à gérer face à la Chinoise Li Na mais elle s'en sortira tout de même en trois sets 4-6, 6-3, 6-0. Elle égale ainsi sa performance de l'année précédente puisqu'elle accède aux quarts de finale. Elle n'ira cependant pas plus loin puisqu'elle sera éliminée par la même joueuse qui l'avait battue l'année précédente, Kim Clijsters, en 3 sets 3-6, 6-4, 6-3.

Martina s'aligne la semaine suivante à Tokyo, tournoi qui lui réussit bien aussi puisqu'elle l'a remportée 4 fois et elle y a atteint la finale l'année précédente en battant au passage Maria Sharapova. Martina remporte le tournoi sans perdre un set et en éliminant en finale Ana Ivanović 6-4, 6-2. La Suissesse s'aligna à Dubaï où elle est éliminée en quarts de finale par Jelena Janković 7-6 6-1. Elle explique cette défaite par la fatigue, son match de la veille s'étant terminée à 1 h 30 du matin. Après Dubaï, elle s'est aligné à Doha où elle est aussi éliminée en quart de finale par Daniela Hantuchová, la Slovaque, 1-6, 6-4, 6-4, après avoir tout de même mené 6-1, 4-1. Elle se console en gagnant le titre en double avec Maria Kirilenko.

À Indian Wells, la Suissesse est éliminée à nouveau par une Daniela Hantuchová au sommet de sa forme en deux sets 6-4, 6-3 en huitièmes de finale. À Miami, la Suissesse est de nouveau surprise par la jeune Polonaise Agnieszka Radwańska au troisième tour (défaite 4-6, 6-3, 6-2).

La joueuse suisse commence sa saison sur terre battue à Berlin, tournoi qui la réussit bien puisqu'elle l'a remporté en 1999. La Swiss Miss réalisera une contre-performance au troisième tour du tournoi, où elle est sèchement éliminée en deux sets 6-4, 6-0 par sa compatriote Patty Schnyder. Martina avoue alors qu'elle a été gênée par une blessure au dos persistante. Cette blessure l'empêche d'ailleurs de s'aligner à Roland-Garros, le seul tournoi du Grand Chelem qu'elle n'a pas remporté.

Elle revient pour les internationaux de Grande Bretagne, là où elle s'était imposée dix ans auparavant. Après un premier tour très disputé (elle sauve deux balles de match) elle atteint le deuxième tour où elle se défait facilement de son adversaire. Mais elle chute en deux sets secs au troisième tour face à Granville.

Martina Hingis revient au tournoi de San Diego, où elle est stoppée en huitième par Patty Schnyder (6-1, 6-7, 6-3).

Après 2 premiers tours convaincants, la Suissesse est battue par Victoria Azarenka au 3e tour à l'US Open.

Le 1er novembre 2007, elle est accusée d'avoir pris de la cocaïne lors du tournoi de Wimbledon. Elle convoque alors la presse pour se défendre de cette accusation en précisant que le contrôle a été effectué par un organisme indépendant, non reconnu comme officiel, qui a fait des tests sur un de ses cheveux, et que la quantité était si infime que n'importe qui pourrait être contrôlé positif ; qu'il suffisait de passer la main sur un comptoir de bar à une soirée puis de se toucher le visage pour que le test soit positif. C'est alors, par dégoût du système, qu'elle annonce l'arrêt de sa carrière[3].

Éloignée des courts (2008-2012)[modifier | modifier le code]

Le 4 janvier 2008, elle est suspendue deux ans par la Fédération internationale de tennis : une sanction classique et symbolique, la Suissesse s'étant retirée de la compétition dès l'annonce de son contrôle, début novembre. L'ITF a rejeté sa réclamation quant à une « négligence ou une faute non significative » et lui a retiré ses résultats et l'argent gagné depuis Wimbledon.

Martina Hingis a participé début juin 2008 à un tournoi exhibition en Angleterre (à Liverpool) et a gagné ses deux matchs en simple contre la Tchèque Jana Novotna dans un remake de la finale de Wimbledon 1997 sur le score de 6-3 6-4[4].

Le 20 octobre 2009, Martina Hingis, dont la suspension s'est terminée le 30 septembre, annonce qu'elle ne rejouera pas au tennis, mais va pouvoir suivre les matchs à nouveau[5].

En 2011, à Roland-Garros dans le trophée des légendes, elle gagne le double avec Lindsay Davenport contre Martina Navrátilová et Jana Novotná 6-1, 6-2. Un mois plus tard, les 4 joueuses se retrouvent en finale du tournoi équivalent de Wimbledon (Ladies invitation doubles), avec une nouvelle victoire de Martina Hingis et Lindsay Davenport 6-4, 6-4.

Martina Hingis aurait été sollicitée par l'entourage de Roger Federer pour disputer le double mixte aux Jeux olympiques de Londres en 2012. Après discussion, il a été décidé que R. Federer devait se consacrer au simple et double masculin.

Lors de la Coupe Rogers à Montréal en août 2012, elle a été intronisée au temple de la renommée. Elle y a gagné en simple en 1999 et 2000 et en double en 1998 et 2000.

Deuxième retour sur le circuit en double (2013- )[modifier | modifier le code]

Au mois de juillet 2013, Martina Hingis annonce son retour en tant que joueuse professionnelle pour le tournoi de double de Carlsbad aux côtés de la joueuse slovaque Daniela Hantuchová, avec qui elle passe un tour. La Suissesse n'écarte pas un possible retour en simple. Toujours avec Hantuchová, elle s'aligne ensuite à Toronto, Cincinnati et New Haven, ainsi qu' à l'US Open, ne passant jamais plus d'un tour.

En 2014, elle poursuit ce retour sur le circuit de double en jouant quatre tournois aux côtés de l'Allemande Sabine Lisicki : Indian Wells, Miami, Madrid et Rome. En mars 2014, elle remporte alors l'Open de Miami avec Lisicki, gagnant ainsi son premier titre WTA depuis celui acquis en double à Doha en février 2007. Au moins de juin, elle atteint à nouveau une finale en double à Eastbourne avec l'Italienne Flavia Pennetta, ne s'inclinant que contre les Taïwanaises Chan Hao-Ching et Chan Yung-Jan. Elle revient ainsi au 43e rang mondial en double et s'aligne ensuite à Wimbledon où elle perd dès le premier tour en double dames mais où elle passe deux tours en double mixte avec le Brésilien Bruno Soares. À l'US Open, avec Flavia Pennetta, elle atteint la finale, sa première en Grand Chelem depuis son titre en double mixte à l'Open d'Australie 2006, et sa première à l'US Open depuis sa finale en double en 1999. Pennetta et Hingis s'inclinent en trois sets (6-2, 3-6, 2-6) face aux Russes Ekaterina Makarova et Elena Vesnina, têtes de série no 4.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elle fut la compagne de Sergio García et a été fiancée au joueur tchèque Radek Štěpánek entre fin 2006 et août 2007, puis début 2010 à Andreas Bieri[6]. Elle se marie en décembre 2010 avec le cavalier français Thibault Hutin[7].

En septembre 2013, Thibault Hutin alerte la police suisse pour se plaindre d'être battu par sa femme, sa belle-mère Melanie Molitor et Mario Widmer, le compagnon de Molitor[8]. Il accuse sa femme de le tromper et de vouloir le supprimer[9].

Palmarès[modifier | modifier le code]

En simple dames[modifier | modifier le code]

En double dames[modifier | modifier le code]

En double mixte[modifier | modifier le code]

Parcours en Grand Chelem[modifier | modifier le code]

Parcours aux Masters[modifier | modifier le code]

Parcours aux Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Parcours en Fed Cup[modifier | modifier le code]

Classements WTA[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ses parents sont un couple tchéco-slovaque : sa mère Melanie Molitorová est tchèque, son père Karol Hingis est un Slovaque aux racines hongroises, tous deux joueurs de tennis de haut niveau, divorcés en 1987 [1].
  2. (en) Liste complète et portraits des quarante lauréats sur le site officiel de Tennis MagazineSampras est premier, devant Navrátilová et Graf.
  3. [2]
  4. http://www.liverpooltennis.co.uk/tournament_news/article.asp?article=123
  5. http://www.lematin.ch/flash-info/sport/tennis-martina-hingis-ne-reviendra
  6. http://gototennis.com/2010/03/05/martina-hingis-engaged-to-lawyer-andreas-bieri/
  7. http://www.tdg.ch/martina-hingis-thibault-hutin-marient-douce-paris-2010-12-12
  8. Martina Hingis battrait son mari, Le Figaro, 25 septembre 2013.
  9. Hingis accusée de violences sur son mari, Le Figaro, 25 septembre 2013.
  10. a, b, c, d, e et f Pour chaque tournoi, la date indiquée correspond à la première journée, en général un lundi.
  11. En raison de circonstances extérieures au tournoi, la finale n'a pu être jouée.
  12. a et b Épreuve ITF

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]


Classements WTA (20 octobre 2014)
Simple
Rang Évolution Nom Points
1 en stagnation Drapeau : États-Unis Serena Williams 7 146
2 en stagnation Drapeau : Russie Maria Sharapova 6 680
3 en augmentation Drapeau : République tchèque Petra Kvitová 5 597
4 en diminution Drapeau : Roumanie Simona Halep 5 403
5 en augmentation Drapeau : Canada Eugenie Bouchard 4 523
6 en stagnation Drapeau : Pologne Agnieszka Radwańska 4 441
7 en augmentation Drapeau : Serbie Ana Ivanović 4 390
8 en augmentation Drapeau : Danemark Caroline Wozniacki 4 045
9 en diminution Drapeau : République populaire de Chine Li Na 3 970
10 en stagnation Drapeau : Allemagne Angelique Kerber 3 480
Double
Rang Évolution Nom Points
1 en stagnation Drapeau : Italie Sara Errani 9 315
1 en stagnation Drapeau : Italie Roberta Vinci 9 315
3 en stagnation Drapeau : République populaire de Chine Peng Shuai 6 880
4 en augmentation Drapeau : Zimbabwe Cara Black 5 555
5 en diminution Drapeau : Taïwan Hsieh Su-Wei 5 520
6 en augmentation Drapeau : Inde Sania Mirza 5 185
7 en diminution Drapeau : Russie Ekaterina Makarova 5 130
7 en diminution Drapeau : Russie Elena Vesnina 5 130
9 en augmentation Drapeau : Suisse Martina Hingis 4 575
10 en stagnation Drapeau : République tchèque Květa Peschke 4 410
Voir et éditer