Helsinki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Helsinki
Helsingfors (sv)
Héraldique
Héraldique
De haut en bas et de gauche à droite : cathédrale, Suomenlinna, place du Sénat, plage d'Aurinkolahti et hôtel de ville.
De haut en bas et de gauche à droite : cathédrale, Suomenlinna, place du Sénat, plage d'Aurinkolahti et hôtel de ville.
Administration
Pays Drapeau de la Finlande Finlande
Région Uusimaa
Maire Jussi Pajunen (Kok)
Code postal 00007, 00010 et 21 compris entre 00100 et 00990
Langue(s) parlée(s) finnois : 84,3 % (officiel)
suédois : 6,1 % (officiel)[1]
autres : 9,6 %
Démographie
Gentilé Helsinkien, Helsinkienne
Population 601 035 hab.[2] (31 août 2012)
Densité 840 hab./km2
Géographie
Coordonnées 60° 10′ 24″ N 24° 56′ 55″ E / 60.173333333333, 24.94861111111160° 10′ 24″ Nord 24° 56′ 55″ Est / 60.173333333333, 24.948611111111  
Altitude Min. (golfe de Finlande) 0 m – Max. 62 m
Superficie 71 549 ha = 715,49 km2 [3]
· dont terre 213,75 km2 (29,87 %)
· dont eau 501,74 km2 (70,13 %)
Rang superficie (170e / 336)
Rang population (1re / 336)
Histoire
Province historique Uusimaa
Province Finlande méridionale
Fondation 1550
Droits de Cité depuis 1550

Géolocalisation sur la carte : Finlande

Voir la carte administrative de Finlande
City locator 14.svg
Helsinki

Géolocalisation sur la carte : Finlande

Voir la carte topographique de Finlande
City locator 14.svg
Helsinki
Liens
Site web http://www.hel.fi

Helsinki (prononcé [ ɛl.siŋ.ˈki ] ; Helsinki [ˈhɛl.siŋ.ki ] Prononciation du titre dans sa version originale Écouter en finnois et Helsingfors [hɛl.sɪŋ.ˈfɔrs ] Prononciation du titre dans sa version originale Écouter en suédois), est la capitale et la plus grande ville de la Finlande avec 602 200 habitants[4] dans la commune et 1 344 757 dans le Grand Helsinki. La ville a la plus forte population immigrée de tout le pays. Il y a plus de 130 nationalités résidant dans la ville d'Helsinki. Elle s'étale sur une presqu'île entourée d'un grand nombre d'îles et est fortement caractérisée par la présence de l'eau. Helsinki est un port marchand ouvert sur le golfe de Finlande.

Ses habitants sont appelés les Helsinkiens ; en finnois Helsinkiläiset, en suédois Helsingforsare.

Étymologie[modifier | modifier le code]

La ville s'appelait à l'origine Helsingfors ([hɛlsiŋ'fɔʂ], qui reste aujourd'hui encore le nom officiel en suédois. Helsingfors proviendrait du nom d'une paroisse voisine Helsinge (qui aurait donné le nom finnois Helsinki) et de fors, rapides en suédois (lesdits rapides auraient traversé le village d'origine). Une autre version attribue le nom aux immigrants suédois venus de la province de Hälsingland.

En argot de Helsinki, la ville est aussi appelée Stadi (du suédois stad, ville) et Hesa en finnois familier.

Histoire[modifier | modifier le code]

Gustave Ier Vasa, roi de Suède et fondateur d'Helsinki (Helsingfors)
Le centre d'Helsingfors en 1820

Helsinki fut fondé sous le nom d'Helsingfors, en 1550, par Gustave Vasa, roi de Suède dans le but de concurrencer Reval, alors ville hanséatique florissante. Le premier village d'Helsinki se situait alors dans le quartier encore appelé Vanhakaupunki (qui signifie en français : Vieille ville), une plaque commémorative indiquant l'emplacement de la première église et du premier cimetière. L'urbanisation récente se traduit en particulier par l'importance des noms de lieux et de quartiers liés à des particularités naturelles et géographiques, comme Koskela (les rapides), Katajanokka (Presqu'île du Genévrier), etc.

La ville fut incendiée et occupée par les Russes en guerre contre les Suédois pendant la Grande guerre du Nord entre 1713 et 1721, et de nouveau en 1742. Fortifier la ville devint donc une priorité pour se défendre des occupations. La forteresse maritime de Sveaborg (actuellement Suomenlinna en finnois) est construite entre 1748 et 1798, avec l'appui du roi de France Louis XV.

Après la défaite de la Suède dans sa guerre contre la Russie de 1808-1809, la Finlande est annexée à l'Empire russe. Helsingfors devint le 8 avril 1812[5] alors la capitale d'un grand-duché autonome, à la place de Turku, jugée trop proche géographiquement et sentimentalement de la Suède. La ville connaît dès lors un développement considérable, le centre-ville est reconstruit selon les plans de Carl Ludwig Engel, l'université de Turku est déplacée vers la nouvelle capitale et deviendra l'université d'Helsinki.

Pendant la guerre de Crimée, la forteresse de Sveaborg est en partie détruite par une expédition franco-anglaise.

Contrairement à Tampere, Helsingfors a subi relativement peu de dégâts pendant la guerre civile finlandaise. Après la victoire des blancs, de nombreux ex-rouges ont été mis dans des camps de prisonniers, le plus grand camp avait quelque 13 300 prisonniers et était situé sur l'île forteresse de Sveaborg. Bien que la guerre civile ait laissé une cicatrice considérable dans la société, le niveau de vie dans le pays et la ville a commencé à s'améliorer dans la décennie suivante. Des architectes renommés, comme Eliel Saarinen ont créé des plans pour la ville, mais ils n'ont jamais été pleinement réalisés.

En 1917, à l'indépendance de la Finlande, Helsinki devient le nouveau nom officiel de la ville qui est aussi capitale de la nouvelle république.

Durant la guerre d'Hiver puis durant la guerre de Continuation, la ville subit plusieurs bombardements de la part de l'aviation soviétique[6] mais la défense antiaérienne se révèle efficace et les dégâts relativement limité[7].

En 1975, la CSCE (Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe) adopta à Helsinki l’Acte final de son premier sommet.

La place du Sénat (Senaatintori) au centre de la ville témoigne encore de ces liens avec la Russie avec une statue du tsar Alexandre II devant la cathédrale et la ressemblance des bâtiments avec la ville de Saint-Pétersbourg et ainsi la ville fut souvent utilisée pour des tournages de cinéma, à l'époque de la guerre froide, afin de représenter l'ancienne capitale impériale, notamment dans des James Bond, du fait de cette ressemblance.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue satellite du centre d'Helsinki.
Kaisaniemenlahti.

Topographie[modifier | modifier le code]

Construite sur une presqu'île entourée d'un grand nombre d'îles, la ville est fortement caractérisée par la présence de l'eau. La remontée des terres due au phénomène d'isostasie fait que certains lieux autrefois occupés par la mer sont aujourd'hui urbanisés, comme l'ancienne baie du quartier de Kluuvi.

La commune d'Helsinki s'étale sur des baies, des péninsules et des îles plus ou moins grandes. Le secteur du centre-ville occupe une péninsule au sud de la commune, ce qui est rarement mentionné par son nom réel "Vironniemi". La densité de la population dans certaines parties du centre-ville d'Helsinki est très élevée, atteignant jusqu'à 16 494 habitants au kilomètre carré dans le district de Kallio, mais la densité de population dans l'ensemble d'Helsinki est de 3 050 habitants au kilomètre carré.

Elle est classée comme très peu peuplée en comparaison à d'autres capitales européennes comme Moscou, Londres ou Berlin. Une grande partie d'Helsinki se situe en dehors du centre-ville et se compose de quartiers d'après-guerre séparés les uns des autres par des îlots de forêts.

La commune comprend une superficie totale de 715,55 km2, dont seulement 213 km2 de superficie terrestre.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat d'Helsinki est de type continental tempéré par le Gulf stream et la proximité de la mer. Les températures hivernales y sont relativement élevées compte tenu de la latitude, avec des moyennes d'environ -5 °C en janvier et février. La moyenne des maximales de juin à août oscille quant à elle entre 19 et 21 °C. Les records de température enregistrés sont de 31,6 °C le 18 juillet 1945 et de -34,3 °C le 10 janvier 1987.

Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −6,9 −7,7 −4,2 0,4 6 11 13,7 12,6 8,1 3,8 −0,8 −4,8 2,7
Température moyenne (°C) −4,3 −5 −1,5 3,6 10 14,9 17,3 16 11 6,2 1,4 −2,3 5,7
Température maximale moyenne (°C) −1,7 −2,2 1,2 6,8 14 18,7 20,9 19,3 13,9 8,6 3,5 0,3 8,7
Record de froid (°C) −34,4 −33 −31,3 −19,8 −7 −0,5 4,9 2,1 −4,5 −13,9 −25,5 −35 −35
Record de chaleur (°C) 8,5 10,3 17,5 21,9 29,3 30,9 31,6 31,2 26,2 17,6 11,6 9,7 31,6
Précipitations (mm) 46,5 35,8 38 36,3 32,4 48,6 61,8 77,7 65,9 72,9 67,9 57,7 641,6
Source : Le climat à Helsinki (en °C et mm, moyennes mensuelles 1971/2000 et records depuis 1844)[1]


Administration[modifier | modifier le code]

Vue aérienne du centre d'Helsinki

Organisation municipale[modifier | modifier le code]

Comme dans toutes les municipalités finlandaises, le conseil municipal d'Helsinki est le principal organe exécutif de la vie politique locale. Il traite les questions telles que la planification de la ville, les écoles, l'urbanisme, les soins médicaux et les transports publics. Le Conseil est composé de 85 membres élus tous les quatre ans aux élections municipales.

Le maire d'Helsinki, est nommé par le conseil municipal. Le poste est actuellement occupé par Jussi Pajunen. Il a été nommé pour un mandat de 7 ans, à compter du 1er juin 2005. Pajunen a été membre du conseil municipal pendant huit ans, et était le président de la commission municipale de 2003 à 2005. Selon les médias locaux, les trois principaux partis au sein du Conseil avait accepté, dans le sillage de l'élection municipale d'octobre 2004, que le siège du maire irait au Parti de la Coalition nationale.

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie d'Helsinki.
Helsinki

En 2012, la commune d'Helsinki comptait 602 200 habitants[8] (10,8 % de la population de la Finlande), la région capitale (avec Espoo, Vantaa et Kauniainen) compte 1 050 819 d’habitants (19,2 % de la population finlandaise) et le Grand Helsinki, regroupant treize communes compte 1 344 757 d’habitants. La population d'Helsinki est essentiellement de langue finnoise (84,3 %) avec une minorité suédophone importante (6,1 %)

La ville a la plus forte population immigrée de la Finlande en termes tant absolus que relatifs. Il y a plus de 130 nationalités résidentes dans la ville d'Helsinki. Les communautés les plus importantes sont les Russes, les Estoniens, les Suédois, mais aussi un nombre important de Somaliens, de Serbes, de Chinois, d'Indiens, d'Irakiens et d'Allemands.

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Année Population[9]
1810 4 070
1830 11 100
1850 20 700
1880 43 300
1900 93 600
1925 209 800
2003 559 716
2009 582 169
2012 602 200

Subdivisions de la ville[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Subdivisions d'Helsinki.
Panorama urbain du centre-ville de la capitale finlandaise

Quartiers, districts et principales sections[modifier | modifier le code]

Les 59 quartiers d'Helsinki

La commune d'Helsinki est découpée en subdivisions de tailles et de natures variées. Le découpage fait intervenir des quartiers, des districts, des superdistricts, des sections et des secteurs. Sa complexité le rend parfois difficilement compréhensible par les habitants, un nom géographique donné pouvant désigner deux réalités différentes. Ces divisions sont uniquement le fait de la municipalité, les codes postaux obéissant à une logique différente.

Les quartiers d'Helsinki sont la subdivision la plus ancienne de la commune.

À l'origine, Helsinki comptait 54 quartiers officiels, mais à la suite d'une décision de l'État, la commune d'Helsinki a annexée une partie de celle de Sipoo, à l'est, le 1er janvier 2009, la commune d'Helsinki s'est agrandie et ses quartiers sont désormais au nombre de 59.

Généralement, les quartiers sont utilisés par le conseil municipal pour des missions de planification et d'urbanisme.

Les districts (finnois : peruspiiri, suédois : distrikt), sont au nombre de 34. Les différents services publics prirent l'habitude de diviser la ville en diverses zones, la plupart du temps sans tenir compte des quartiers existants. Il en résultait un réseau très complexe, difficilement compréhensible d'un service public à l'autre. Pour permettre une meilleure coordination des services publics et une plus grande lisibilité, le conseil municipal a entériné la création de districts le 13 décembre 1982.

Urbanisme et architecture[modifier | modifier le code]

La ville, qui ne comptait au début du XIXe siècle qu'une dizaine de milliers d'habitants, fut profondément modifiée après son annexion par la Russie, selon un plan orthogonal conçu par l'architecte Carl Ludwig Engel. Au centre de ce plan, la place du Sénat, ensemble monumental néoclassique élevé entre 1822 et 1852, est bordée par les bâtiments de l’université, le Conseil d'État et la cathédrale luthérienne construite entre 1830 et 1852.

La fin du XIXe siècle voit l'apparition du style romantique national, dont les exemples les plus célèbres sont le Musée national de Finlande, construit entre 1905 et 1910 par le cabinet d'architectes Gesellius-Lindgren-Saarinen ainsi que le Théâtre National construit en 1902 par Onni Tarjanne.

Le centre ville, en particulier le quartier de Katajanokka, est ponctué de nombreux bâtiments art nouveau construits au début du XXe siècle, tels que le bâtiment de la compagnie de téléphone ou la gare centrale construite entre 1910 et 1914 par l'architecte Eliel Saarinen, ainsi que la statue d'Havis Amanda. L'architecte moderne Alvar Aalto y a réalisé certaines œuvres mondialement célèbres, à l'image du Palais Finlandia (Finlandiatalo) (1971), construit au bord de la baie de Töölö et où furent signés en 1975 les accords d'Helsinki.

Transports[modifier | modifier le code]

Les transports publics font en général l'objet de vifs débats dans la politique locale d'Helsinki. À Helsinki, les transports publics sont le plus souvent gérés dans le cadre d'Helsinki City Transport, qui est l'autorité de transport de la ville. Le système des transports publics est diversifié et se compose de tramways, de trains de banlieue, d'un métro, de lignes d'autobus et de deux lignes de ferry. Il existe comme dans toutes les grandes villes, un organisme de gestion des transports en commun couvrant la principale ville mais aussi son agglomération, à Helsinki il y a les Transports de la région d’Helsinki (HSL) qui est chargé de gérer les transports dans l'agglomération d'Helsinki vers les municipalités voisines d'Espoo, de Vantaa et de Kauniainen.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Métro d'Helsinki et Tramway d'Helsinki.
Passage en station d'une rame du Métro d'Helsinki

En 2000, 210 millions de voyages furent effectués, dans le réseau de transports publics d'Helsinki dont 47,6 % par bus, 27 % par trams, 24,7 % par métro et 0,7 % grâce aux ferries[10].

Helsinki est dotée d'une ligne de métro partiellement aérien se séparant en deux branches à la station Itäkeskus et traversant la ville d'est en ouest. Cette ligne de métro sera prolongée dans les années à venir vers l’ouest jusqu'à Espoo et à l’est dans la direction de Sipoo[11].

Outre son réseau de lignes de métro et de bus qui dessert la ville ainsi que certaines communes limitrophes, Helsinki possède aussi un ferry municipal qui assure la traversée jusqu'à la forteresse de Suomenlinna et un réseau de tramway qui dessert principalement le centre-ville. Il compte 10 lignes (1, 1 A, 2, 3, 4, 6, 7 A, 7B, 8, 9, 10) pour 71 km de voies. Le réseau de bus dessert la ville intramuros ainsi que les banlieues nord et ouest.

Transports maritimes[modifier | modifier le code]

Helsinki est reliée par ferry à Stockholm (Suède), Tallinn (Estonie), Saint-Pétersbourg (Russie), Rostock et Travemünde (Allemagne), totalisant un trafic de 8,5 millions de passagers.

Le trafic se fait à partir de différents terminaux en fonction des compagnies : les ferries Silja Line et Viking Line ont respectivement pour point de départ les terminaux Olympia et Katajanokka (Eteläsatama ou « port sud ») tandis que les ferries Tallink partent de Länsisatama (« port ouest »).

Chaque hiver, le port d'Helsinki, est pris dans les glaces. La vie de la capitale finlandaise n'est cependant pas paralysée. Les liaisons maritimes quotidiennes avec les grandes villes de la Baltique sont assurées grâce à l'action d'une flotte de brise-glace.

Aéroports[modifier | modifier le code]

Helsinki dispose de deux aéroports : l'aéroport d'Helsinki-Vantaa et l'aéroport d'Helsinki-Malmi.

L'aéroport d'Helsinki-Vantaa est le principal aéroport international de Finlande. Il est situé à 5 km du centre de la ville de Vantaa et à 15 km au nord du centre de la capitale Helsinki. C'est de très loin le principal aéroport du pays. En 2007 il a vu transiter 13 090 744 passagers soit plus de 75 % du total des voyageurs ayant transité par un aéroport du pays, et près de 16 fois plus que le deuxième aéroport du pays, l'aéroport d'Oulu[12].

L'aéroport d'Helsinki-Malmi est un aéroport dans le quartier Malmi, situé à environ 10 km au nord-est d'Helsinki en Finlande. Jusque 1952, c'était le principal terrain d'aviation d'Helsinki. Désormais, il est utilisé par l'aviation générale. Depuis longtemps, la ville d'Helsinki projette de fermer l'aéroport Malmi et de construire à la place des habitations. La fermeture de l'aéroport est cependant un projet très litigieux, et il n'est pas sûr qu'il soit mené à son terme.

Éducation[modifier | modifier le code]

Enseignement supérieur[modifier | modifier le code]

Helsinki compte 8 grands établissements d'enseignement supérieur, totalisant 50 000 étudiants :

La ville compte également cinq établissements d’enseignement professionnel supérieur totalisant 17 857 étudiants.

Économie[modifier | modifier le code]

Helsinki est le principal centre économique de la Finlande. On y trouve la bourse d'Helsinki (OMX), et le siège de la plupart des banques et compagnies d'assurances finlandaises. Parmi les grandes compagnies installées dans la ville, on compte UPM, Stora Enso (industrie papetière), Sanoma WSOY, Éditions Otava, Stockmann et Kesko (distribution), Elisa (télécommunications), Stonesoft (sécurité des réseaux).

Le port d'Helsinki est le principal port de Finlande que ce soit pour le transport de marchandises ou les transports de passagers (8,5 millions de passagers).

Helsinki est le premier centre industriel du pays et possède une industrie diversifiée : chantiers navals (Arctech), industries chimiques et agro-alimentaires, imprimeries, usines textiles, fabriques de liqueurs et de porcelaine.

La région métropolitaine est une destination de choix pour le siège de grandes entreprises finlandaises, ainsi que les sièges régionaux d'entreprises internationales. La zone métropolitaine d'Helsinki a la meilleure disponibilité pour les travailleurs hautement qualifiés en Finlande, et de bonnes infrastructures et des systèmes de soutien aux entreprises.

Depuis juin 2007, le centre ville a accueilli l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA), qui a conduit à la délocalisation de plusieurs centaines d'experts internationaux et leurs familles à Helsinki.

L'amélioration de l'économie d'Helsinki et de la coopération entre les municipalités de l'agglomération d'Helsinki sont considérés comme les principaux défis futurs pour le développement économique de la région.

Culture[modifier | modifier le code]

Musées et théâtres[modifier | modifier le code]

Le musée d'art contemporain de Kiasma

Le plus grand musée historique à Helsinki, est le musée national de Finlande, qui affiche une vaste collection historique de la préhistoire au XXIe siècle. Le bâtiment lui-même, ressemble à un château médiéval de style néoromantique, ce qui en fait une véritable attraction touristique. L'autre musée historique majeur d'Helsinki est le Helsinki City Museum, qui présente aux visiteurs l'histoire de 500 ans d’Helsinki.

L'université d'Helsinki possède également de nombreux musées importants, y compris le musée Arppeanum et le musée d'histoire naturelle.

La Galerie nationale de Finlande se compose de trois musées: le musée d'art Ateneum pour l'art finlandais classique, le musée Sinebrychoff pour l'art classique européen et le musée d'art Kiasma pour l'art moderne (200 000 visiteurs). Le musée d'art Ateneum, est un palais de style néo-renaissance du XIXe siècle et l'un des principaux édifices historiques de la ville (300 000 visiteurs), tandis que le Kiasma, d'architecture très moderne, est probablement le bâtiment le plus populaire d'Helsinki. Les bâtiments des trois musées font partie des propriétés du Sénat.

Helsinki possède trois grands théâtres : le théâtre national finlandais, le théâtre municipal d'Helsinki et le théâtre suédois.

Helsinki compte 79 musées, 45 cinémas, et 12 théâtres[13].

Art et culture[modifier | modifier le code]

Le festival d'Helsinki a lieu tous les ans au mois d'août (y compris la «Nuit des Arts»).

Musique[modifier | modifier le code]

Helsinki est considérée comme l'une des principales plaques tournantes de la musique populaire en Europe du Nord, de nombreux groupes largement reconnus y ont été représentés, notamment des groupes originaires de la ville ou du pays comme HIM, Stratovarius, Norther, Wintersun, Children Of Bodom, Sonata Arctica, Ensiferum, The Rasmus, Shape of Despair, The 69 Eyes, Hanoi Rocks ou encore Apocalyptica.

Les principaux sites pour écouter de la musique en ville sont l'Opéra national de Finlande, sur le bord de la baie de Töölö et le Palais Finlandia. Les principaux orchestres de la ville sont l'orchestre philharmonique d'Helsinki fondé en 1882 et l'orchestre symphonique de la radio finlandaise fondé en 1927.

De grands concerts et événements ont lieu généralement à l'une des deux grandes patinoires de hockey de la ville: la Hartwall Areena d'Helsinki ou le Helsingin Jäähalli. Sa principale salle est l'Hartwall Areena qui a servi à accueillir de nombreux événements comme le concours Eurovision de la chanson 2007, des concerts et des spectacles à grands budgets et des événements sportifs.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Panorama sur le port d'Helsinki avec la cathédrale luthérienne d'Helsinki et la cathédrale Uspenski en arrière plan.

Le tourisme à Helsinki est largement dominé par la culture. La ville compte bon nombre de musées tels que le musée national (Kansallismuseo), le musée d'art contemporain (Kiasma), le musée d'art classique (Ateneum) ou le musée d'histoire naturelle.

De plus, comme partout dans les pays nordiques, l'architecture et le design sont d'une grande importance. Le classicisme a donné visage au centre ville comme à la cathédrale et à l'université d'Helsinki. (cf. paragraphe sur l'urbanisme).

Par rapport à son histoire riche, il est nécessaire de visiter les petites îles de Suomenlinna (Sveaborg en suédois), ancienne fortification dans le port de la ville ayant été construite par les Suédois pour défendre la ville et la Finlande, notamment contre les Russes.

Helsinki compte 44 hôtels totalisant 6 838 chambres, ainsi que 876 restaurants[13].

Personnalités[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Helsinki compte:

  • 4 787 ha de parcs de loisirs et de sports
  • 33 gymnases
  • 216 km de sentiers et pistes de ski
  • 14 piscines couvertes
  • 7 patinoires couvertes[13]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Helsinki n'a pas de ville jumelée à proprement parler. Elle fait à la place partie du réseau des métropoles européennes METREX. Elle a également des accords de coopération avec plusieurs capitales nordiques et de la zone baltique, ainsi qu'avec Moscou et Pékin.

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fi) centre national des statistiques, répartition linguistique
  2. (fi) « Väestötietojärjestelmä Rekisteritilanne 31.08.2012 », Centre finlandais du registre de la population (consulté le 27 décembre 2012)
  3. (fi) « Superficie par municipalité au 1er janvier 2011 », Maanmittauslaitos (consulté le 29 décembre 2012)
  4. « Statistiques de population des municipalités finlandaises (KUNTIEN ASUKASLUVUT AAKKOSJÄRJESTYKSESSÄ) », Väestörekisterikeskus Office du recensement (VÄESTÖTIETOJÄRJESTELMÄ),‎ 31 janvier 2012 (consulté le 19 mai 2012)
  5. (en) « Helsinki 1812–2012 », Ville d'Helsinki (consulté le 27 juin 2014)
  6. [PDF]« 30 novembre 1939 : l'aviation soviétique bombarde Helsinki », sur Centre d'études stratégiques aérospatiales (consulté le 10 avril 2014)
  7. (en) Fredrik Forsberg, « Bombardment of Helsinki », sur Syd (consulté le 10 avril 2014)
  8. (fi) Statistiques de population des municipalités finlandaises au 31 mars 2010, Office du recensement
  9. (fi) Helsingin tilastollinen vuosikirja, Helsingin kaupunki, tietokeskus,‎ 2012, 27 p. (ISSN 1799-5264, lire en ligne)
  10. Site de la ville d'Helsinki - Transports
  11. « Se déplacer à Helsinki », Ville d'Helsinki (consulté le 27 juin 2014)
  12. (fi) Statistiques Finavia 2007
  13. a, b et c « Helsinki en chiffres », Ville d'Helsinki (consulté le 27 septembre 2014)
  14. (en) « United buddy bears in Helsinki », Buddy Bär Berlin GmbH (consulté le 14 juillet 2014)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :