Jean-Paul II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jean-Paul II (homonymie).
Jean-Paul II
Bienheureux catholique
Image illustrative de l'article Jean-Paul II
Jean-Paul II priant à Cali, lors de son voyage en Colombie en juin 1986.
Biographie
Nom de naissance Karol Józef Wojtyła
Naissance
Wadowice (Pologne)
Ordination sacerdotale
par le card. Adam Stefan Sapieha
Décès (à 84 ans)
Cité du Vatican
Bienheureux de l’Église catholique
Béatification
par le pape Benoît XVI
Pape de l’Église catholique
Élection au pontificat 16 octobre 1978 (58 ans)
Intronisation
Fin du pontificat
(&&&&&&&&&&&0966526 ans, 5 mois et 16 jours)
Précédent Jean-Paul Ier Benoît XVI Suivant
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal

par le pape Paul VI
Titre cardinalice Cardinal-prêtre de San Cesareo in Palatio
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
Archevêque de Cracovie
Précédent Adam Stefan Sapieha Franciszek Macharski Suivant
Évêque auxiliaire de Cracovie

Signature

Blason
Totus tuus ego sum, Maria
(« Je suis tout à toi, Marie »)
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Karol Józef Wojtyła (prononcé [ˈka.ɾɔl ˈju.zεf vɔ.ˈtɨ.wa] Prononciation du titre dans sa version originale Écouter) (Wadowice, près de Cracovie, en Pologne, 18 mai 1920 – Vatican, 2 avril 2005) est un prêtre polonais, évêque puis archevêque de Cracovie, cardinal, élu pape de l’Église catholique le sous le nom de Jean-Paul II (en latin Ioannes Paulus II, en italien Giovanni Paolo II, en polonais Jan Paweł II)[Note 1]. Il a été béatifié le par son successeur le pape Benoît XVI et il est donc, pour les catholiques, le « bienheureux Jean-Paul II », en attendant sa canonisation prévue pour le .

Étudiant polonais en philologie, il joue dans un groupe de théâtre antinazi et entre au séminaire clandestin en 1942. Ordonné prêtre en 1946, après des études à Rome et en France, il est prêtre en Pologne communiste en 1948 auprès de la jeunesse. Après sa thèse sur l'amour, particulièrement conjugal, le cardinal Sapieha le nomme à l'université. Il devient en 1958 le plus jeune évêque Polonais. Il s'oppose au matérialisme notamment en demandant une église à Nowa Huta.

Pendant Vatican II, sa maîtrise des langues et de la théologie en font le porte parole de l'épiscopat polonais ce qui le fait remarquer par le futur Paul VI. Archevêque, puis Cardinal en 1968 (le plus jeune) il défend les ouvriers face au régime communiste, défendant les droits de l'homme et il s'intègre à la curie où, à la demande de Paul VI, il prêche avec charisme les exercices spirituels de 1976. Il reçoit des voix lors du premier conclave de 1978. Il est élu sur proposition du cardinal König à la mort brutale de Jean-Paul Ier.

Son pontificat (26 ans 5 mois et 18 jours) est à ce jour le troisième plus long de l’histoire de l’Église après celui de Saint Pierre et Pie IX (31 ans 7 mois et 23 jours). C’est le premier pape non italien depuis le pape hollandais Adrien VI en 1520 et le premier pape polonais de l’histoire de l’Église[D 1].

Sa volonté de rapprocher les religions a conduit à sensiblement améliorer les relations de l'Église catholique avec les juifs, les Églises orthodoxes, les anglicans et les musulmans. Il est à l’origine de la première réunion internationale interreligieuse d’Assise en 1986, réunissant plus de 194 chefs de religion.

Il parcourut plus de 129 pays pendant son pontificat, plus de cinq cents millions de personnes ayant pu le voir durant cette période[D 2], et institua de grands rassemblements comme les Journées mondiales de la jeunesse. Il béatifia 1 340 personnes et canonisa 483 saints, soit plus que pendant les cinq siècles précédents.

Il fut l'ardent défenseur des réformes du Concile Vatican II, auquel il participa très activement en tant qu’évêque. Sa volonté de défense de la dignité humaine l’a conduit à promouvoir les Droits de l’homme. Il s'est opposé à l'idéologie communiste et par son action, notamment en Pologne, a favorisé la chute du bloc de l'Est. Il a également condamné les excès du capitalisme.

Jean-Paul II est considéré par certains comme l’un des meneurs politiques les plus influents du XXe siècle[Note 2].

Sommaire

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Karol Wojtyla lors de sa première communion.

Karol Józef Wojtyła naît à Wadowice, petite ville de Galicie, deuxième fils d’Emilia, née Kaczorowska (1884-1929), et de Karol Wojtyła (1879-1941), officier en retraite. Le couple a eu également un autre garçon, Edmund en 1906 et une fille, Olga, morte en 1914 dès la naissance. Très tôt, le petit Karol perd sa mère (1929), atteinte d'une infection rénale[H 1], puis son frère aîné, Edmund (1906-1932), qui était médecin, atteint de la scarlatine[H 1].

Adolescent, Karol Wojtyła est passionné de littérature et de théâtre[G 1]. Il participe à des représentations théâtrales données par son lycée[A 1]. Il se lie d'amitié avec deux actrices de sa troupe, Halina Krolikiewicz (pl) et Ginka Beer. Une communauté juive importante réside à Wadowice, que Karol Wojtyla côtoie quotidiennement[A 2]. Il joue dans de nombreuses pièces et obtient souvent les rôles principaux, remplaçant même au pied levé un acteur qui ne pouvait être présent[G 2]. Il rencontre Mieczysław Kotlarczyk[A 3], professeur d'histoire au lycée des filles de Wadowice et passionné de théâtre[G 3]. À partir de 1936, Kotlarczyk forme Karol Wojtyla à sa propre technique théâtrale, essentiellement fondée sur la force de la parole et du texte[G 3]. Il discute aussi avec lui de la place de la langue dans la culture et l'identité polonaise. Karol Wojtyla a alors la volonté de devenir acteur, et souhaite se consacrer au théâtre[A 3]. Il continuera à écrire à Mieczysław Kotlarczyk quand il quittera Wadowice[A 4]. À quinze ans, il devient président d'une association de jeunes qui se consacre à la Vierge Marie[A 5].

Le 6 mai 1938, Karol Wojtyła reçoit le sacrement de confirmation[A 3]. En août 1938, il quitte Wadowice, accompagné par son père, pour Cracovie où il suit des études de lettres à l’université Jagellonne de Cracovie[A 6]. Il approfondit sa connaissance de l'étymologie, de la phonétique polonaise, du théâtre et de la poésie lyrique[A 6]. Il se spécialise en philologie polonaise.

La défaite polonaise de 1939 entraîne le démembrement et l'occupation du pays par l'Allemagne nazie et l'URSS. Parmi d'autres mesures, l'occupant allemand impose la fermeture de l'université[A 7], et l'interdiction de fêter les saints polonais[A 7]. Karol Wojtyła rencontre alors celui qui deviendra un proche, Jan Tyranowski, tailleur féru de spiritualité, homme de prière engagé dans sa paroisse[G 4]. Une fois pape, Jean-Paul II dira de lui qu'il était « l'un de ces saints inconnus, cachés comme une lumière merveilleuse au bas de la vie, à une profondeur où règnent habituellement les ténèbres »[A 8] Celui-ci lui propose de participer au Rosaire vivant[A 9], organisation catholique clandestine. Jan Tyranowski pousse les membres du Rosaire vivant à prier, à se former, à vivre en présence de Dieu et à faire que « chaque instant serve à quelque chose »[A 8],[G 4]. Tyranowski conseille à Karol Wojtyła la lecture des écrits de saints de l'Ordre du Carmel, comme Jean de La Croix[G 4], Thérèse d'Avila et Thérèse de Lisieux[1].

Karol Wojtyła continue à être acteur dans des pièces de théâtre[B 1]. Il écrit aussi trois pièces, David, Job et Jérémie[A 10]. Dans ces pièces on peut voir des parallèles entre le destin de la Pologne et d'Israël. Le théâtre est conçu par Karol Wojtyła comme un moyen de résistance et de défense de la patrie polonaise contre l'occupant nazi[A 10]. Karol Wojtyła donne des représentations clandestines avec des amis : c'est le théâtre surnommé Studio 39[A 10].

Karol Wojtyła travaille pendant l'automne 1940 dans la carrière de Zabrziwek[A 11], où il découvre la réalité du travail manuel. En octobre 1940, Karol Wojtyła se fait embaucher en tant qu'ouvrier dans l'usine chimique Solvay[A 12], ce qui lui permet d'échapper au service obligatoire allemand. Cette expérience marquera durablement sa vie : « Cette expérience de la vie ouvrière avec tous ses aspects positifs et ses misères, aussi bien qu'à un autre niveau, les horreurs de la déportation de mes compatriotes polonais dans les camps de la mort, ont profondément marqué mon existence. »[A 11].

Le 16 février 1941 survient le décès de son père[A 13], dernier membre vivant de sa famille[Note 3].

En juin 1941, l'Allemagne nazie déclare la guerre à son alliée l'URSS et toute la Pologne passe sous le joug nazi.

En juillet 1941, Mieczysław Kotlarczyk rejoint Cracovie avec son épouse. Ils sont hébergés dans l'appartement de Karol Wojtyła. Un mois plus tard, avec un groupe d'acteurs incluant Karol Wojtyła, Kotlarczyk fonde le « théâtre rhapsodique ». Ce style théâtral, d'une grande sobriété de moyens, met en exergue le texte à travers un art déclamatoire très travaillé[G 5]. Pour Kotlarczyk, la tension dramaturgique provient de la « parole » exprimée et reçue, plus que d'une mise en scène spectaculaire. Ce travail sur la puissance, en soi, de la parole, influencera profondément Karol Wojtyła dans son apostolat de prêtre, puis d'évêque et de pape[G 5].

L'éradication de la culture polonaise est un des moyens utilisés par les nazis pour supprimer toute résistance à long terme dans le pays. Le théâtre rhapsodique fait dès lors partie d'un vaste mouvement de résistance culturelle clandestine, baptisé Unia[G 6]. L'Unia a aussi une branche militaire. Mais Karol Wojtyła refuse d'entrer dans la résistance armée, préférant des moyens plus pacifiques, comme le combat culturel et la prière[G 6],[A 14]. La troupe du « Théâtre rhapsodique » se produit dans la clandestinité, les acteurs risquant le peloton d'exécution s'ils se font prendre[G 5].

Au cours de l'automne 1942, après un long temps de réflexion, il décide de devenir prêtre, et entre au séminaire clandestin de Cracovie[A 15],[G 7].

Séminariste sous l'occupation[modifier | modifier le code]

L'abbé Wojtyła, vicaire à Niegowic (1948)

Karol Wojtyła est accepté au séminaire clandestin que Mgr Sapieha, archevêque de Cracovie, a organisé malgré l’interdiction allemande de former de nouveaux prêtres, en octobre 1942[A 16]. Chaque étudiant est suivi par un professeur ; les cours ont lieu dans des églises ou chez des particuliers[A 16]. Karol travaille comme ouvrier la journée et étudie le soir[B 2]. Il lit alors le Traité de la dévotion à la Très Sainte Vierge Marie, de saint Louis-Marie Grignion de Montfort[A 17]. La lecture de Louis-Marie Grignon de Montfort aura un grand impact dans sa vie, et il prendra en tant qu'évêque puis pape sa devise « Totus Tuus », issue de la lecture du Traité de la dévotion à la très Sainte Vierge Marie. Il s'initie aussi à la philosophie, et notamment à la métaphysique. Celle-ci, dans un premier temps, le déroute. Mais au bout de deux mois de travail intensif, il y trouve les raisons profondes de son existence et la confirmation de ses intuitions sensibles[G 8]. Il restera toute sa vie passionné de philosophie[G 9].

Le 29 février 1944, il frôle la mort. Il est renversé par une voiture et se retrouve pendant quinze jours à l'hôpital, victime d'un traumatisme crânien[A 18].

Le 6 août 1944, Hitler décide de réprimer l'Insurrection de Varsovie. Karol Wojtyła échappe à une rafle qui a lieu dans son immeuble, restant silencieusement en prière dans son appartement situé en sous-sol[G 10],[A 19]. Menacé par la répression, il trouve refuge au Palais épiscopal où Mgr Sapieha décide de cacher les séminaristes[A 20]. Il ne sort que très rarement du Palais épiscopal[A 19] et avec de faux papiers[B 3]. Il ne retrouve sa liberté de mouvement que le 17 janvier 1945, à la suite de la libération de Cracovie par l'Armée rouge. L'armée soviétique salue l'attitude du cardinal face aux nazis[B 4].

Karol Wojtyła étudie particulièrement la théologie de Jean de La Croix, de Thérèse d'Ávila et de Thérèse de Lisieux[B 5]. Il pense d'ailleurs un temps à devenir Carme, mais y renonce[G 11],[2]. En 1946, Mgr Sapieha, qui vient d'être nommé cardinal, décide de l'envoyer compléter sa théologie à Rome. Il avance la date de son ordination pour faciliter son départ[B 5]. Karol Wojtyła est ordonné prêtre lors de la Toussaint, le 1er novembre 1946. Il a 26 ans.

Ministère de prêtre[modifier | modifier le code]

Il poursuit ensuite sa formation à l’Angelicum de Rome, université alors dirigée par les dominicains. Les cours y sont dispensés en latin[B 6]. Il y reste deux ans, pour préparer sa thèse de doctorat en théologie sur « La foi dans la pensée de saint Jean de la Croix »[B 5],[A 21]. Il loge dans le collège belge, où il apprend le français[B 6]. Pour les besoins de sa thèse sur Jean de La Croix, il apprend aussi l'espagnol.

Le cardinal Sapieha lui demande pendant ses vacances de visiter l'Europe afin d'y étudier les méthodes pastorales. Il voyage alors en France et en Belgique. Pendant ce séjour il découvre la réalité du début de la déchristianisation de la France mais aussi les nouvelles méthodes pastorales[B 7]. Il rencontre le théologien Henri de Lubac et observe l’expérience des prêtres-ouvriers. En Belgique, il rencontre l’abbé Joseph Cardijn, fondateur de la Jeunesse ouvrière chrétienne[B 7]. Lorsqu'il rentre en Pologne, il publie dans la revue catholique de Cracovie son impression positive sur les nouvelles formes d'évangélisation en France. Pays d'une « magnifique culture intellectuelle catholique », mais pays de mission ayant de nombreux incroyants[C 1]. Il voit alors la nécessité de s'adapter aux situations nouvelles du fait de la disparition d'une foi plus traditionnelle et observe avec intérêt les nouvelles formes d'évangélisation, qui « montre de nouvelles voies, de nouvelles méthodes pour le travail apostolique »[C 2] : une nouvelle évangélisation.

Karol Wojtyła, jeune prêtre avec ses étudiants à Cracovie (1950).

Il revient ensuite en Pologne et, en juin 1948, est envoyé à Niegowić[B 8], un petit village de la campagne galicienne à cinquante kilomètres de Cracovie[A 22]. Il y découvre le développement du stalinisme en Pologne. Il lit Lénine et Karl Marx, afin de mieux comprendre la logique communiste[A 23]. Il défend cette conception : « Le socialisme n'est pas contraire aux enseignements de l'Église, mais les méthodes des communistes sont contre l'Église. Le communisme prétend imposer aux gens des conceptions matérialistes, il torture la nation »[A 23]. Face aux pressions faites par le régime communiste, Karol Wojtyła conseillait de ne jamais résister, affirmant que « les choses mauvaises doivent être vaincues par la bonté. Nous devons montrer le bon exemple, faire preuve d'humilité »[A 24].

Le cardinal Sapieha le nomme en mars 1949 à la paroisse universitaire Saint-Florian de Cracovie. Pendant cette période il découvre « l'importance fondamentale de la jeunesse »[A 24],[Note 4]. Il encadre alors un groupe de jeunes, à qui il donne des conférences[B 9].

Il apprend avec eux, fait du ski avec eux[B 10] et organise une nouvelle forme d'évangélisation[A 24]. Il organise des excursions[B 9], composées de temps de réflexion, de prière et de sport, ceci deux fois par an pendant quinze jours[B 11]. Il célèbre la messe sur un canoë, chose assez rare avant le Concile Vatican II, s'habille en civil, afin de ne pas se faire repérer par le régime communiste[A 25]. Au cours de ces excursions, il écoute et discute beaucoup avec des jeunes, souvent fiancés, avec qui il parle des différents aspects de la vie conjugale[A 25]. Il innove en discutant ouvertement de la sexualité[A 26]. Il invitait les hommes et les femmes « à apprendre à être ensemble avant de s'engager dans une relation plus intime. Ils devraient apprendre à se comporter l'un vis-à-vis de l'autre, à être patients, à s'entendre, à se comprendre mutuellement »[A 27]. Il développe une réflexion profonde sur la vocation du mariage, qui restera toute sa vie l'une des grandes thématiques de son enseignement[A 27].

Karol Wojtyła pendant une excursion.

Il est nommé à l'université par le cardinal Sapieha, contre sa volonté[B 12]. Il étudie alors pour rédiger une thèse de philosophie. Il se spécialise en éthique et précisément la question de l'amour en général et de l'amour conjugal[B 13]. Il étudie la philosophie de saint Thomas d'Aquin et les phénoménologues, dont Edith Stein[G 12], et sa thèse porte sur le phénoménologue Max Scheler. Il apprend alors l'allemand afin de pouvoir mieux comprendre Max Scheler[B 14]. Il obtient alors un doctorat de philosophie, en 1953[B 14]. Il continue cependant ses excursions avec les jeunes pendant l'été[B 14].

En 1953, il occupe la chaire de théologie morale et éthique sociale de la Faculté de théologie de Cracovie[B 15]. Il écrit des poèmes sous le pseudonyme d'Andrzej Jawien[B 16]. Le régime soviétique accentue alors la répression, développant le culte de la personnalité autour de Staline. Des personnalités catholiques comme le cardinal Stefan Wyszyński sont emprisonnées en septembre 1953[A 28]. Le prêtre responsable du Rosaire Vivant fut condamné à mort[A 28]. L'enseignement catholique est interdit dans les écoles[A 21], et la faculté de théologie de l'Université Jagellonne où il enseigne, est fermée[B 17] en octobre 1954[A 28]. À partir de la mort de Staline, les relations sont plus libres. Des manifestations en faveur de la liberté religieuse se produisent et le cardinal Stefan Wyszyński est libéré[B 18] en 1956[A 29]. En 1954, il est nommé professeur d'éthique à l’Université catholique de Lublin. Il fonde dans cette ville un Institut de morale dont il conserve la direction jusqu’en 1978.

Karol Wojtyła participe alors secrètement autour du doyen et des professeurs de philosophie à des réunions afin de discuter de la situation de l'Église et de la nation. Ils développent des moyens subtils afin de saper le communisme de l'intérieur, spirituellement et philosophiquement. Karol Wojtyła critique le communisme, en considérant que l'éthique marxiste ne permettait pas d'appréhender la réalité de l'homme en tant que tel[A 30]. Ainsi il considère que les marxistes « considèrent l'homme comme quelque chose qui peut être créé dans le communisme - mais il n'y a pas de place pour l'individu, pour l'essence de l'homme. Parce que l'essence de l'homme s'incarne en chaque individu »[A 30]. Karol Wojtyła considère que l'approche chrétienne de la vie et de la société était extrêmement réaliste, alors que l'approche marxiste finissait par « être purement idéaliste, faute d'être concrète »[A 30]. Face à cette opposition, Karol Wojtyła ne cherche jamais à développer une confrontation armée ou violente avec les communistes. Il cherche ainsi à fuir les problèmes politiques et les conflits, afin de ne pas gaspiller de temps, mais concentre son activité au développement de la connaissance, afin de se consacrer à un travail positif[A 30]. Ainsi on ne trouve pas de réaction officielle de Karol Wojtyła lors du soulèvement de Poznań en 1956[A 30].

Évêque à Cracovie[modifier | modifier le code]

Visite de l'église de la Visitation de la Bienheureuse Vierge Marie dans Cracovie. Carmes sur le sable - début juin 1967, peu de temps avant d'être créé cardinal

Le 28 septembre 1958, le pape Pie XII le nomme évêque auxiliaire de Cracovie. À 38 ans, Karol Wojtyła est le plus jeune évêque de la République populaire de Pologne[B 19]. Cette nomination est validée par le régime communiste, car Karol Wojtyła est considéré comme une personne qui ne s'intéresse pas aux débats politiques, contrairement au cardinal Stefan Wyszyński[A 31]. Le régime communiste voit dans le nouvel évêque un moyen de contrer et de diviser l'épiscopat polonais[A 31].

C’est à cette époque qu’il choisit sa devise « Totus tuus » (« tout à toi »), inspirée[3] de la spiritualité de Louis-Marie Grignion de Montfort et illustration de sa dévotion à la Vierge Marie.

En tant qu'évêque auxiliaire il est responsable de la pastorale des étudiants[B 20]. Il continue alors d'enseigner la morale à la faculté de théologie[B 21]. Il enseigne principalement Saint Thomas d'Aquin, Scheler, Husserl, Heidegger, Ingarden[B 21]. Il tente de concilier dans sa réflexion, mais aussi dans les articles qu'il publie, la philosophie de saint Thomas avec la phénoménologie. Il considère que la phénoménologie propose des outils mais qu'il lui manque une vision générale du monde propre au thomisme[B 18].

Il continue ses activités littéraires, donnant même en 1960 une pièce de théâtre, La Boutique de l’orfèvre, dont le sous-titre est : « Méditation sur le sacrement de mariage qui, de temps en temps, se transforme en drame »[4]. Il collabore aux revues Znak et Tygodnik Powszechny, signant ses poèmes du pseudonyme « Andrzej Jawień ».

En 1962, l'administrateur apostolique de Cracovie, Mgr Eugniusz Baziak, meurt. Karol Wojtyła est alors nommé pour le remplacer le 13 janvier 1964, devenant ainsi le plus jeune administrateur de diocèse en Pologne[B 22].

Pendant plus de 20 ans, Karol Wojtyła défend les paroissiens de la nouvelle ville Nowa Huta, une ville communiste modèle, privée de lieu de culte. Il soutient la construction d'une église en célébrant des messes de Noël en plein air afin de promouvoir la création d'un lieu de culte digne pour les ouvriers[D 3]. Paul VI lui offre même une pierre de l'ancienne basilique de Saint Pierre[A 32].

Concile Vatican II[modifier | modifier le code]

Peu de temps après sa nomination comme évêque, le nouveau pape Jean XXIII décide d'ouvrir le IIe concile œcuménique du Vatican[A 33]. L'évêque Karol Wojtyla est alors invité à participer au concile. La phase préparatoire se déroule du 2 janvier 1959 au 11 octobre 1962[B 23]. Dans la réponse au questionnaire pour le Concile Vatican II, Karol Wojtyła demande que le concile se prononce clairement sur « l'importance de la transcendance de la personne humaine face au matérialisme croissant de l'époque moderne »[A 34]. Il souhaite que soit renforcé le rôle des laïcs dans l'Église, mais aussi le dialogue œcuménique et le célibat des prêtres qu'il défend[A 35],[D 4]. Même s'il n'a jamais joué un rôle fondamental au cours du Concile, sa position semble s'être progressivement renforcée au fil du concile au sein de la délégation des évêques polonais[A 36].

La première session du concile se déroule du 11 octobre 1962 au 8 décembre 1962[B 23]. Au cours de ce concile, Karol Wojtyła, parlant le français, l'anglais, l'allemand, le polonais, le russe, l'espagnol, l'italien et le latin, devient progressivement le porte-parole de la délégation polonaise[A 37]. Cette délégation étant la plus importante du monde communiste, elle jouit d'une certaine autorité sur les questions concernant la vie de l'Église au sein du bloc de l'Est[A 38]. Au fil des débats, Karol Wojtyła se lie d'amitié avec des évêques africains[B 24], qu'il sent animés d'une foi jeune, vivante, mais aussi avec les évêques allemands[A 38]. Il croise des théologiens tels que Hans Küng et Joseph Ratzinger[D 5]. La nomination de Karol Wojtyła comme archevêque en 1964, lui permet d'avoir une plus grande stature au sein de la délégation[A 39].

Il participe de manière active au Schéma XIII du Concile Vatican II, contribuant principalement au développement de l'exhortation sur l'Église dans le monde de ce temps[B 13]. Lors du Concile Vatican II, deux tendances s'affrontent sur la conception de l'athéisme, souvent liée à la représentation existante du marxisme. Karol Wojtyła ne prend jamais ouvertement position pour l'une d'entre elles, mais défend sa conception face à l'athéisme, lors d'une tribune le 21 octobre 1964 : « Nous poursuivons une quête en même temps que nos frères humains... Évitons de faire de la morale ». Il invite l'Église à employer la méthode heuristique, exactement « comme on aide l'élève à découvrir la vérité par lui même »[A 40]. Karol Wojtyła demande alors de considérer l'athéisme, non dans sa composante sociologique ou politique, mais avant tout dans son état intérieur de la personne humaine[A 40]. Ainsi lors de son intervention du 28 septembre 1965, il déclare : « L'athée croit fermement à son « ultime solitude », parce qu'il croit que Dieu n'existe pas. D'où son désir de se rendre d'une certaine manière immortel, à travers la vie de la collectivité. Nous devons donc nous demander pourquoi le collectivisme favorise l'athéisme et vice et versa ».

Le 30 novembre 1964, Paul VI reçoit pour la première fois Karol Wojtyła lors d'une audience privée. Le pape avait suivi ses interventions lors du Concile, et il lui apparaissait comme la figure la plus marquante parmi la délégation polonaise[A 32], celle d'un évêque attaché à la tradition mais recherchant résolument le renouveau de l'Église, défendant l'autorité de l'Église sans étroitesse d'esprit, tout en étant doté d'une volonté de mettre la personne humaine et son salut au cœur des préoccupations[A 41].

À la fin du Concile, les évêques polonais envoient une lettre aux évêques allemands, appelant à la réconciliation des deux nations. La dernière phrase « Nous pardonnons et implorons le pardon »[B 25], est vivement critiquée par le régime politique polonais[A 32], qui stigmatise l'attitude des évêques et leur manque de patriotisme[D 6]. L'objectif était de favoriser la réconciliation entre les deux nations et d'éviter les revendications de territoire entre celles-ci[D 7], tout en n'oubliant pas la réalité des tensions historiques entre les deux pays, liées aux guerres et aux camps de concentration.

Archevêque[modifier | modifier le code]

Le cardinal Stefan Wyszyński.

Il est nommé archevêque au côté du Cardinal Wyszyński, primat de Pologne, et figure de proue de l’épiscopat polonais dans la résistance au communisme. Paul VI le nomme archevêque de Cracovie le 30 décembre 1963[A 42]. Il entre en fonction le 13 janvier 1964[5]. Cette nomination continue à être soutenue par le régime communiste, qui considère toujours Karol Wojtyła, du fait de son absence d'implication dans les débats politiques, comme un allié face au cardinal Wyszynski[A 37],[D 8]. Cette nomination intervient alors même que le cardinal Wyszynski voulait promouvoir d'autres personnes à ce poste[A 42]. Ce titre posa des problèmes à Karol Wojtyła qui craignait que le pouvoir communiste utilise et développe une concurrence entre les deux archevêques de Pologne. Karol Wojtyla choisit alors de soutenir inconditionnellement le Cardinal Wyszyński[B 26],[D 8]. Il est secrètement convoqué par le régime communiste. Il décide en juillet 1965, sans l'en avertir, de reprendre et de défendre les conceptions du cardinal Wyszynski sans montrer la moindre divergence avec lui[A 43]. Ainsi Karol Wojtyła refuse de participer au premier Synode des évêques, qui a lieu à Rome, car le cardinal Wyszynski n'est pas autorisé par le régime à y participer[D 8]. Karol Wojtyła est alors mis sous écoute et espionné par le pouvoir en place ; il est parfois suivi lors de ses déplacements[D 9].

Célébration du Millénaire[modifier | modifier le code]

En 1966, l'archevêque organise la célébration du millénaire de la Pologne, lié à la commémoration du baptême de Mieszko Ier de Pologne, le 4 avril 966[D 10]. Il préside plus de cinquante messes d'anniversaire, dont une messe pontificale au nom du pape Paul VI, qui n'est pas autorisé à entrer en Pologne, au sanctuaire Jasna Góra de Częstochowa, haut lieu du catholicisme polonais[A 43]. L'objectif de la célébration du millénaire de la Pologne est aussi de mettre en avant l'héritage profondément chrétien du pays[B 27] alors même que le gouvernement communiste promeut l'athéisme.

Amour et responsabilité[modifier | modifier le code]

En 1962[B 28], il publie Amour et responsabilité dans lequel il développe une conception philosophique et chrétienne de l'amour et de la sexualité.

Cardinal[modifier | modifier le code]

500 Lires à l'effigie de Jean Paul II, 1979

Paul VI le nomme cardinal de San Cesareo in Palatio le 28 juin 1967[B 29]. Âgé de quarante-sept ans, il est alors le plus jeune de tous les cardinaux vivants[A 44]. À la suite de sa nomination comme cardinal, Karol Wojtyła passe deux mois par an au Vatican[B 30]. Il devient membre de quatre congrégations du Vatican : celle pour le clergé, pour l'éducation catholique, pour le culte divin, et pour les Églises orientales[A 44]. Paul VI le nomme aussi consulteur du Conseil des laïcs[A 44].

Au printemps 1968, une révolte des étudiants polonais éclate face à la censure du régime communiste. Celui-ci accuse les Juifs d’être responsables de la révolte. Karol Wojtyła prend alors publiquement la défense des étudiants[D 11] et invite, à une conférence organisée à l’archidiocèse de Cracovie, le philosophe juif Roman Ingarden, montrant ainsi son soutien à la communauté juive[A 45]. L'année suivante il visite officiellement une synagogue montrant par là-même sa volonté de montrer sa solidarité envers la communauté juive[D 12].

Au cours de ces années, Karol Wojtyła organise l'aide secrète à l'Église de Tchécoslovaquie, en grande partie détruite par le régime communiste. Il ordonne alors secrètement des prêtres à Cracovie[D 13]. Lors de la mort en prison de l'évêque Štěpán Trochta, en 1974, le pouvoir interdit à Karol Wojtyła de venir célébrer les obsèques. Néanmoins, il salue publiquement la figure héroïque de l'évêque tchèque[D 14].

Les ouvriers de Pologne se révoltent en 1970 face à l’augmentation des prix. La répression du régime entraîne la mort d’ouvriers. Karol Wojtyła, tout en se défendant de vouloir agir politiquement, prend la défense des ouvriers. Il tente d'éviter le durcissement des conflits[A 46].

Une nouvelle révolte éclate le 25 juin 1976. Des ouvriers manifestent dans la rue. Karol Wojtyła prend la défense des droits de l’homme[D 11], affirmant, lors de l’homélie de la veille du jour de l’an, qu’il défendait « le droit de manger à sa faim, le droit à la liberté… une atmosphère d’authentique liberté sans contraintes… que rien ne menace. »[A 45]. Il critique plus tard ouvertement la censure[A 46] et les obstacles à la pratique du catholicisme. Cette défense des droits de l’homme se fait de plus en plus ouvertement. Il va jusqu’à affirmer en 1977 que « les droits de l’homme ne peuvent être accordés sous la forme de concessions. Ce sont des droits innés, qu’il s’efforce de concrétiser au cours de sa vie. Et s’il ne peut pas les réaliser, les vivre pleinement, l’homme se révolte. Et il ne peut en être autrement, car il est homme, son sens de l’honneur l’exige. »[A 47]. Cette défense des droits de l’homme va de pair pour le cardinal Wojtyła avec la défense et la reconnaissance de la nation. Il rejette la conception d’une nouvelle Pologne rattachée au mouvement communiste international et qui oublierait l’histoire et l’héritage du pays[A 48].

Parallèlement à ces prises de positions publiques, le cardinal encourage l’émergence du réseau d’intellectuels clandestins Odrodzenie (Renaissance), dialoguant fréquemment avec eux.

Le cardinal Wojtyła participe aussi à des congrès internationaux, invité par Anna-Teresa Tymieniecka, tant à Naples où il débat avec des phénoménologues sur la place de l'auto-détermination en 1974, qu'à Harvard en 1976 où il participe à une conférence[A 49]. Cela lui permet de connaître au cours de ces voyages l'épiscopat américain, et de commencer à avoir une stature internationale[6].

Humanae Vitae[modifier | modifier le code]

Dès la fin du concile Vatican II, le pape Paul VI nomme Karol Wojtyła membre de la commission sur les questions de la contraception et de la sexualité[A 44]. Il joue un rôle important dans le groupe qui conseille Paul VI au sujet de la contraception juste avant l'encyclique « Humanae Vitae », publiée en 1968. Il reprend la conception de la sexualité qu'il avait déjà développée au début de son ministère de prêtre. Il préside une commission d'étude dans son diocèse. Celle-ci est composée de laïcs et de membre du clergé[A 50]. Il envoie directement au Pape Paul VI le fruit de ses réflexions[A 50]. Lors de la publication d'Humanae Vitae, Karol Wojtyła se dit très satisfait d'avoir « aidé le pape ». Un prêtre du diocèse de Cracovie affirma que près de soixante pour cent de l'encyclique provenait du rapport de Wojtyła[A 50].

Synode diocésain[modifier | modifier le code]

Une de ses initiatives originales, en tant qu’archevêque de Cracovie, est l'ouverture, en 1972, d’un Synode pastoral, visant à partager la collégialité de Vatican II avec les prêtres et fidèles de l’archidiocèse[B 31],[D 15]. Plus de 500 groupes d’études, composés de fidèles de toutes conditions, vont approfondir régulièrement les textes de Vatican II ; plus de onze mille personnes, étudient ainsi les enseignements du Concile[A 51]. Ce Synode de Cracovie se poursuit jusqu’en 1979 et contribue à mettre en pratique les principes du Concile dans l’archidiocèse[B 32],[G 13],[7].

Synode des évêques[modifier | modifier le code]

Karol Wojtyła participe aux synodes des évêques de 1969 sur la collaboration des épiscopats nationaux avec le siège apostolique, puis à celui de 1971 sur le sacerdoce et la justice dans le monde. Il est, en 1974, le rapporteur du synode sur l'évangélisation dans le monde contemporain[B 33].

Paul VI reçoit souvent le cardinal Wojtyła[A 50], dont plus de onze fois pendant la période 1973 à 1976. Cette connivence entre le cardinal Wojtyła et Paul VI conduit ce dernier à proposer à Karol Wojtyła de prêcher les Exercices spirituels du carême 1976[D 16] au pape et à la curie romaine[A 50],[8]. La préparation des Exercices spirituels conduit à un échange de correspondance entre Karol Wojtyła et le théologien allemand Joseph Ratzinger qui lui envoie son introduction au Christianisme. Ce sera le début d'une amitié entre les deux hommes[F 1]. Cette retraite prêchée au Vatican fait connaître Karol Wojtyła auprès de la curie, le rendant pour la première fois papabile[A 50],[9]. Au cours de ces homélies il développe l'idée que les catholiques devaient être un signe de contradiction dans le monde, affirmant la vérité de Dieu, face au silence. Il critique tant le consumérisme de l'Occident que l'athéisme d'État communiste[D 17].

Personne et Acte[modifier | modifier le code]

Il rencontre Anna-Teresa Tymieniecka en 1973 et développe avec elle un livre publié en anglais, The Acting Person[A 52],[G 14], dans lequel il développe sa conception de l'amour et de l'homme. Certains ont cru voir dans ce livre une étape importante dans la maturation philosophique du cardinal Wojtyla[A 53]. Ce travail dure près de trois ans. Le développement de sa conception de l'homme donne une place primordiale à l'auto détermination de l'être humain, l'individu devant donner forme à sa vie et décider ce qu'il veut en faire. Cette conception centrée sur la personne constitue le fondement pour le cardinal Wojtyła du rôle des systèmes politiques, qui ont pour vocation d'aider les individus à se déterminer eux-mêmes. Cela le conduit à critiquer les dérives des systèmes politiques : « Si, d'une part, un système sociopolitique ne donne pas à l'individu ce droit légitime - c'est le cas des régimes totalitaires et communistes, qui abolissent l'autodétermination de l'être humain-, l'État est pernicieux. D'autre part, si les sociétés et les cultures autorisent l'individu à devenir strictement individualiste et à négliger les liens avec la communauté que cette autodétermination exige et établit à la fois, la cohésion sociale s'effrite. »[A 54]

Conclave[modifier | modifier le code]

Le 26 août 1978, à la mort de Paul VI, Karol Wojtyła, cardinal, participe à l'élection du futur pape. Albino Luciani, patriarche de Venise, est alors élu, et prend le nom de Jean-Paul Ier[A 55], en hommage aux deux précédents papes qui ont ouvert et fermé le Concile Vatican II, Jean XXIII et Paul VI. Jean-Paul Ier meurt trente-trois jours plus tard. Au cours de ce conclave, Karol Wojtyła avait déjà reçu neuf voix de cardinaux[réf. nécessaire].

Élection[modifier | modifier le code]

Première apparition de Jean-Paul II au balcon après l'annonce de son élection le 16 octobre 1978
Timbre commémoratif pour ses 70 ans édité en RDA

D'après l'opinion qui s'imposa par la suite, le conclave aurait été divisé entre deux favoris : Giuseppe Siri, archevêque de Gênes, plutôt conservateur et Giovanni Benelli, archevêque de Florence proche de Jean-Paul Ier et grand électeur du conclave précédent[10],[G 15]. Mais aucun ne s'impose[B 34] et Karol Wojtyła, qui était aussi pressenti, est élu au huitième tour de scrutin, le 16 octobre 1978, pape de l’Église catholique. On sait d'autre part, que Mgr König, archevêque de Vienne, était très proche de lui, et paraît avoir été l'un de ses grands électeurs[B 35].

Enfin, les cardinaux allemands ont activement fait campagne pour l'archevêque de Cracovie ; parce qu'ils représentaient une église aux moyens financiers considérables, ils passaient beaucoup de temps en déplacements hors d'Europe pour mettre en œuvre une action caritative importante (hôpitaux, écoles, etc.) ; ils disposaient d'une forte notoriété auprès de prélats africains et sud-américains et donc, d'une influence importante ; moins de quarante ans après l'agression nazie sur la Pologne, ce soutien était particulièrement symbolique.

D’après George Weigel, plusieurs facteurs peuvent expliquer son élection. Cardinal depuis onze années, Karol Wojtyła était bien connu des autres électeurs[11]. Ses interventions lors du concile Vatican II et sa prédication pendant la retraite papale en 1976 avaient été remarquées[12]. Il avait une longue expérience de la résistance culturelle au communisme qui pouvait contribuer à renouveler l’Ostpolitik du Saint-Siège. Mais avant tout, selon Weigel, il avait marqué les esprits dans sa mission d’évêque diocésain, montrant qu’une direction ferme pouvait être possible au milieu des tensions post-conciliaires[G 16]. De même, pour Bernard Lecomte, le souhait général des cardinaux était « d'élire un pasteur, un homme ayant l'expérience du terrain »[13].

La surprise n'en est pas moins très grande : il est le premier pape slave de l'histoire et le premier non italien depuis Adrien VI en 1522. Le cardinal protodiacre peine d'ailleurs à prononcer son nom lors de l'habemus papam et en oublie même de donner le nom choisi par le nouveau pape. La foule croit d'abord avoir affaire à un cardinal africain, et nombre de commentateurs sont pris de court lors de l'annonce, ignorant tout du nouveau pape, le service de presse du Vatican n'ayant lui-même pas prévu de fiche biographique. Jean-Paul II se démarque dans la succession des papes par sa nationalité, sa relative jeunesse et sa condition d’ancien athlète. Surtout, il vient d’un pays communiste, d’au-delà du rideau de fer. Dans sa première déclaration, ce détenteur de l'infaillibilité suggère avec humour à la foule de le corriger s'il fait des erreurs… en italien. Le pape est polyglotte.

Après avoir, semble-t-il, renoncé à prendre le même nom que le saint patron de la Pologne, Stanislas, sur demande du cardinal-primat de Pologne, il choisit Jean-Paul II, en continuité avec ses trois prédécesseurs immédiats. Il inaugure son pontificat le 22 du même mois.

Son pontificat est le troisième plus long (9 664 jours) de l’histoire bi-millénaire de la papauté. Sur ses 263 prédécesseurs, seul Pie IX (1846-1878) a régné plus longtemps que lui (31 ans 7 mois et 17 jours), mais saint Pierre, le premier des évêques de Rome, aurait régné encore plus longtemps (34 ans ou 37 ans dont 25 à Rome). Durant son règne, il aura connu trois présidents français, cinq présidents des États-Unis, et sept chefs d’État d’Union soviétique puis de Russie[14].

Pontificat[modifier | modifier le code]

Jean-Paul II à Poznań en 1987

Les premiers jours de son pontificat sont marqués par des changements de forme du fait de Jean-Paul II. Il prépare personnellement ses premiers discours, et va directement à la rencontre du public, montrant alors sa grande indépendance vis-à-vis du protocole et de la curie[A 56].

Les premiers discours de Jean-Paul II marquent son attachement au Concile Vatican II, à la collégialité dans l'Église, mais aussi au respect de la tradition, de la liturgie et sa volonté de poursuivre le dialogue œcuménique et la recherche de la paix et de la justice[A 57].

Le 22 octobre 1978, lors de la messe inaugurale de son pontificat, il prononce le discours « N'ayez pas peur » qui marque le début de son pontificat, montrant sa détermination, appelant à un christianisme plus engagé et à l'ouverture des frontières, interpelant :

« N'ayez pas peur ! Ouvrez, ouvrez toutes grandes les portes au Christ. À sa puissance salvatrice, ouvrez les frontières des états, des systèmes politiques et économiques, les immenses domaines de la culture, de la civilisation et du développement. N’ayez pas peur ! Le Christ sait ce qu’il y a dans l’homme ! Et lui seul le sait[15]! »

Il visite alors Assise, et se proclame porte parole de « l'Église du silence », représentant l'église sous les régimes communistes[A 58]. Il défend très vite les droits de l'homme, considérant la liberté de pratiquer sa religion comme le fondement de toutes les autres libertés lors d'un discours pour le trentième anniversaire de la Déclaration des droits de l'homme[A 59].

Jean-Paul II décide d'aller au Mexique en 1978. Au cours de son voyage, il multiplie les rencontres et les allocutions. Il visite le sanctuaire marial de Notre-Dame de Guadalupe. Au cours de ce voyage le pape critique les fonctions politiques que prennent certains prêtres[B 36], en partie liés à la théologie de la libération. Cependant le refus par le pape de fonction trop politique de la part du clergé ne l'empêche pas de prendre position pour la défense des pauvres et des indigènes[A 60]. Il invite ainsi à lutter contre l'injustice et dénonce les atteintes portées à la dignité de l'homme[B 37].

Dès l'année suivante il visite la Pologne, l'Irlande, les États-Unis (il est le premier pape à se rendre à la Maison-Blanche[16]) et la Turquie[A 61]. Il débute au cours des audiences papales du mercredi une véritable catéchèse sur la destinée humaine, la sexualité ou la théologie du corps. En 1980 il se rend en Afrique, en France et au Brésil. Il défend l'appartenance à l'Église catholique de l'Église Uniate, que Staline avait voulu dissoudre et annexer au patriarcat orthodoxe[A 61].

Attentat de mai 1981[modifier | modifier le code]

Jean-Paul II et les époux Reagan en 1982

Le mercredi 13 mai 1981, jour de l'audience générale hebdomadaire qui se tient place Saint-Pierre à Rome, Jean-Paul II est victime d’un attentat : Mehmet Ali Ağca tire sur lui devant une foule de 20 000 fidèles[A 62]. Mehmet Ali Ağca fait feu avec un Browning 9 mm automatique à moins de six mètres du Pape, deux mois après la tentative d'assassinat de Ronald Reagan.

Le jour de l'attentat étant exactement le même que le jour de l'apparition de la Vierge de Fatima, qui devait être mentionnée dans son discours de l'audience, Jean-Paul II attribue sa miraculeuse survie à l’intervention de la Vierge de Fátima[A 63], et il pense que cet attentat correspond à celui évoqué dans le message de Fatima.

Plus tard, le pape se rendra dans la cellule de Mehmet Ali Ağca pour lui accorder son pardon[D 18].

Jean-Paul II dans la papamobile en 1999.

Plusieurs thèses ont été formulées sur un possible commanditaire. Selon certaines sources, cet attentat pourrait être l’œuvre du GRU, les services de renseignements de l’armée soviétique[A 64]. D'autres personnes du fait de la nationalité turque de Mehmet Ali Ağca pensent que des islamistes radicaux pourraient être à l'origine de cet attentat[A 65], celui-ci étant contre la visite du pape en Turquie, voyant en lui « le Commandant des Croisades, Jean-Paul déguisé en chef religieux. Si cette visite n'est pas annulée, je ne manquerai pas de tuer le pape-Commandant »[A 66]. D'autres sources[Lesquelles ?] laisseraient entendre qu'il s'agirait d'une action menée par la mafia turque commanditée par la mafia italienne. Enfin certains n'y ont vu que la volonté propre de Mehmet Ali Ağca, considérant qu'il souffrait de troubles psychiatriques[A 67].

À la suite de cet attentat, qui a manqué de peu de lui coûter la vie et qui lui laissera des séquelles, il circule parmi la foule dans une voiture blindée, surnommée la « papamobile ».

Pologne[modifier | modifier le code]

Walesa a la permission de rencontrer le pape en 1981. Il affirme alors que « sans l'Église rien ne peut se passer » en Pologne[A 68],[D 19]. Jean-Paul II publie sa première encyclique sociale entièrement consacrée à la question du travail, Laborem Exercens[17]. Il affirme dans cette encyclique la supériorité du travail sur le capital, définissant une anthropologie catholique du travail. Il défend aussi la légitimité des syndicats[A 69].

Par cette encyclique, il montre son soutien à la cause polonaise de Solidarność. Il pousse les évêques polonais à défendre les accords qui ont lieu en Pologne[A 70]. Cette période marqua un fort rapprochement entre l'administration Reagan et Jean-Paul II, qui partagent des informations confidentielles sur la Pologne[Note 5]. Ronald Reagan soutient aussi la position du pape sur les questions liées à l'avortement. Le 12 décembre 1981, face à l'augmentation des protestations en Pologne, le général Wojciech Jaruzelski déclare la loi martiale[A 71]. Jean-Paul II cherche alors à apaiser les revendications, craignant un bain de sang, et affirmant qu'il faut promouvoir la paix. Lors de sa visite en Pologne en 1983, il soutient les opposants au régime. Il appelle les Polonais à suivre leur conscience, à « faire un effort pour être un individu doté de conscience, appeler le bien et le mal par leur nom et de ne pas les confondre... développer en soi ce qui est bon et chercher à redresser le mal en le surmontant en soi-même ». Par la suite il défend la justice sociale, les droits fondamentaux, les salaires équitables et les syndicats interdits par la loi martiale[A 72]. Au cours de cette visite, il reçoit le titre de docteur honoris causa de l'Université Jagellon de Cracovie, en 1983[18].

Attaque à Fatima en 1982[modifier | modifier le code]

Dans le film Testimony, portant sur la vie de Jean-Paul II, le cardinal Stanisław Dziwisz affirme que le souverain pontife a été blessé par un coup de poignard lors d'une visite au sanctuaire marial de Fatima au Portugal en 1982.

Le pape, qui venait remercier, dans ce sanctuaire, la Vierge Marie pour avoir échappé aux coups de feu tirés contre lui par Mehmet Ali Ağca, est attaqué par Juan María Fernández y Krohn, un prêtre intégriste espagnol opposé à la libéralisation de l'Église. Celui-ci se précipite sur le Pape avec un poignard à la main, mais il est rapidement maîtrisé. L'information n'est pas diffusée et le pape termine son voyage sans révéler ses blessures. « Je peux aujourd'hui révéler que le Saint-Père avait été blessé. Quand nous sommes entrés dans la salle, nous avons vu qu'il saignait », déclare Mgr Dziwisz dans le documentaire.

Amérique centrale[modifier | modifier le code]

Jean-Paul II au Brésil en 1997.

Jean-Paul II fait un voyage en 1983 en Amérique centrale, au cours duquel il prend position contre la théologie de la libération. Il défend la lutte contre la pauvreté et l'exclusion qui touche ces populations, mais s'oppose aux révolutions armées[A 73]. Face aux théologiens voulant concilier révolution et christianisme, il appelle à l'unité de l'Église et au dialogue, montrant une opposition à certains aspects de la théologie de la libération[A 74].

Il rencontre Mère Teresa et lui demande à partir de 1986 d'être son porte-parole pour défendre la position de l'Église concernant la vie, et notamment son opposition à l'avortement[D 20].

En 1986, il lance les premières Journée mondiale de la jeunesse. Ces journées sont nées de sa volonté de répondre aux préoccupations des jeunes et de les rencontrer. Stanisław Dziwisz affirme que ces journées sont issues des rassemblements qu'il a eus avec les jeunes, et particulièrement celui ayant eu lieu à Paris, au Parc des princes, en 1980[D 21]. Ces rencontres réunissent des centaines de milliers de personnes, et ont lieu tous les deux ou trois ans.

Assise[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Rencontre d'Assise.

L'évènement le plus marquant de son pontificat est peut-être son initiative d'inviter les représentants de toutes les grandes religions à Assise, le 27 octobre 1986, pour participer à une Journée Mondiale de la Prière. Pour la première fois dans l'histoire, toutes les religions sont représentées ensemble afin de prier pour la Paix[D 22]. La démarche de Jean-Paul II n'était pas du syncrétisme : toutes les religions étaient ensemble pour prier, mais ne priaient pas d'une seule voix[D 23]. Cette démarche inter-religieuse fut critiquée par Mgr Marcel Lefebvre[D 23] qui provoqua un schisme deux ans plus tard. Au cours de cette journée le pape pria avec les autres chefs religieux, et fit acte de repentance, affirmant que les catholiques n'avaient pas toujours été des bâtisseurs de paix[A 75].

Au cours de cette journée pour la paix, il n'y eut aucun mort sur les champs de bataille[D 24].

En 1987 il visite le Chili et est accueilli par Augusto Pinochet. Cette visite est critiquée, certains y voyant un soutien au dictateur. Cependant le pape ne critique pas lors de cette visite le vicariat à la solidarité, organisé par l'Église chilienne, qui aide les opposants au régime[A 76]. Au cours de cette visite, il demanda en privé à Augusto Pinochet de démissionner et de rendre le pouvoir à la société civile[D 25].

En 1988, il publie l'encyclique Sollicitudo Rei Socialis[19]. Dans cette encyclique, il défend une vision chrétienne du progrès social, tout en dénonçant les inégalités criantes entre le Nord et le Sud[D 26].

Nouveau millénaire[modifier | modifier le code]

Statue de cire du pape Jean-Paul II au Musée Tussaud de Londres en 1992.

La chute du mur de Berlin en 1989 et la fin de l'URSS, l'année suivante, furent considérées comme étant liées à l'action de Jean-Paul II. Le succès de ses voyages, en Pologne notamment, avaient contribué à déstabiliser le régime. Mikhaïl Gorbatchev affirmera : « Tout ce qui s'est passé en Europe orientale au cours de ces dernières années n'aurait pas été possible sans la présence de ce pape, sans le grand rôle, également politique, qu'il a su tenir sur la scène mondiale »[D 27].

Jean-Paul II critique alors avec plus de force les dérives du capitalisme. Au Mexique il dénonce les inégalités criantes de richesses dans le monde, du fait d'un capitalisme qui se développe sans souci du bien commun[D 28]. La même année il publie l'encyclique sociale Centesimus Annus[20], où il critique le néolibéralisme et sa conception capitaliste du profit qui ne tient compte ni de l'Homme ni des ressources de la terre. Jean-Paul II refuse « la primauté des choses matérielles sur l'Homme » et insiste sur la nécessité d'une éthique dans l'économie. Il affirme que l'exploitation du pauvre et des ignorants est « un crime contre l'œuvre de Dieu »[A 77], affirmant que les pays pauvres jugeront les pays riches.

Il s'oppose aussi au déclenchement de la Guerre en Irak[A 78],[D 29].

Lors de sa visite en Pologne à Lubaczów les 2 et 3 juin 1991, il dénonce avec force la société de consommation. Il réaffirme également dans ses homélies son opposition claire à l'avortement et appelle les Polonais à suivre leur conscience et à ne pas confondre liberté et immoralisme. Il dénonce « toute cette civilisation du désir et du plaisir qui règne désormais sur nous, en profitant des divers moyens de séduction. Est-ce de la civilisation ou de l'anticivilisation ? »[A 79].

Il proclame l'année 1994 année de la famille. Il fait de la lutte contre l'avortement l'une de ses priorités[D 30], luttant contre sa légalisation lors de la conférence des Nations unies au Caire[D 30]. Il dénonce alors une « culture de mort », et invite les catholiques à défendre la vie humaine face aux manipulations génétiques, à l'avortement et à l'euthanasie[A 80].

Il organise le Jubilé de l'an 2000 qui marque le deux millième anniversaire de la naissance de Jésus[F 2]. Au cours de cette année, il soutient officiellement la démarche d'annulation de la dette des pays d'Afrique, initiative lancée par Bob Geldof et Bono.

Problèmes de santé et décès[modifier | modifier le code]

Corps du Pape exposé dans la basilique Saint-Pierre de Rome
Obsèques de Jean-Paul II

L'historien Philippe Levillain estime que trop malade, Jean-Paul II « n'a pas réellement gouverné l'Église » durant les cinq dernières années de son pontificat[21].

Jean-Paul II avait réclamé dès l'ouverture de son pontificat que « les malades soient placés au premier rang »[22]. Il a lui-même subi en tout six interventions chirurgicales. Après avoir perdu trois litres de sang lors de l'opération de cinq heures qui a suivi l'attentat de 1981, il a été transfusé avec du sang contaminé par un cytomégalovirus, ce qui l’affaiblira énormément par la suite[G 17],[23]. Il a souffert de la maladie de Parkinson depuis le milieu des années 1990. Il a été victime d'une tumeur de l'intestin, suivie d'une opération en 1992. Il fit plusieurs chutes, occasionnant notamment une fracture du col du fémur et une luxation de l'épaule.

En 2005, il contracte une grippe qui se transforme en laryngotrachéite aiguë avec des crises de spasmes du larynx, ce qui l'oblige à être hospitalisé le 9 février 2005. Le 23 février, il est de nouveau hospitalisé à la suite d'une crise d'étouffement, puis on pratique une trachéotomie. Il s'était entraîné à prononcer la bénédiction Urbi et orbi le jour de Pâques mais reste muet à sa fenêtre, sans arriver à dire un mot. Le 31 mars, il est victime d'un choc septique, d'un collapsus cardio-vasculaire et d'une infection urinaire en même temps. Jean-Paul II refuse alors l'hospitalisation. Dans la journée du 2 avril 2005, il dit adieu à ses collaborateurs, un par un, puis écoute l'Évangile de Jean prononcé par une des religieuses qui l'avait servi pendant 25 ans.

Il entre dans le coma en soirée puis s'éteint au Vatican le 2 avril 2005, veille du Dimanche de la divine Miséricorde, à 21 h 37, heure locale, à l’âge de 84 ans et après un pontificat de 9 673 jours, le deuxième plus long de l’histoire de l’Église. D’après le certificat du décès publié le 3 avril par le Vatican, sa mort est due à un choc septique et à une insuffisance cardiaque. Il est enterré au Vatican le 8 avril. Le cardinal Joseph Ratzinger lui succède le 19 avril 2005 sous le nom de Benoît XVI.

Funérailles[modifier | modifier le code]

Des Polonais se recueillent à l'annonce de la mort du pape dans tout le pays

Trois aéroports - Fiumicino, Ciampino, et l’aéroport militaire de Pratica di Mare - accueillent quelque 110 avions d’États et une soixantaine d’avions civils pour l’arrivée de ces délégations qui comprennent jusqu’à une cinquantaine de membres ; sont notamment présents lors des funérailles George W. Bush, président des États-Unis, Jacques Chirac, président de la République française, le roi d'Espagne Juan Carlos et le roi des Belges Albert II. Parmi les dignitaires religieux qui se rendent à Rome, on trouve, entre autres, Mgr Rowan Williams, archevêque de Cantorbéry et président du Conseil mondial des évêques anglicans, et Bartholomée Ier, patriarche orthodoxe de Constantinople.

Plus de 3 millions de personnes viennent à Rome, du 2 au 8 avril 2005. Celles qui vont en la basilique vaticane, saluer la dépouille du pape, défilent au rythme de 21 000 à l'heure, soit 350 personnes à la minute. L'attente va de 13 à 24 h, avec une queue maximale de cinq kilomètres.

Le jour des funérailles, 500 000 fidèles se trouvent Place Saint-Pierre et Via della Conciliazione, 600 000 dans les sites urbains dotés d'écrans géants installés par la municipalité. La salle de presse du Saint-Siège et le Conseil pontifical pour les Communications sociales délivrent plus de 6 000 accréditations (journalistes, photographes, reporters de radio-télévision) pour la couverture de l'événement. 137 chaînes TV de 81 pays diffusent la Messe de funérailles. On estime à deux milliards le nombre de personnes qui ont vu la cérémonie d'enterrement de Jean-Paul II à travers le monde[F 3].

La Messe de funérailles est concélébrée par 157 cardinaux, en présence de 700 archevêques et évêques, 3 000 prélats et prêtres.

De nombreux pays décrètent une ou plusieurs journées de deuil à la suite du décès de Jean-Paul II. Certains à majorité catholique comme le Brésil, l'Italie, les Philippines, la Pologne. D'autres où les chrétiens sont minoritaires, comme l'Inde, le Tchad, l'Albanie, etc. Dans d'autres pays, dont la France, la Suisse et la Turquie, les drapeaux sont mis en berne sur les bâtiments publics.

Administration et diplomatie[modifier | modifier le code]

Rencontres officielles et fondations[modifier | modifier le code]

Le troisième voyage apostolique en Pologne (1987)

Il a plus que doublé le nombre des nonciatures (ambassades du Saint Siège) qui passent de 85 en 1978 (à son élection) à 174 à la fin du pontificat.

Au 16 octobre 2004, il a participé à plus de 1 475 entretiens avec des personnalités politiques, comprenant les 38 visites officielles : 738 audiences avec des chefs d'État et 246 avec des chefs de gouvernement, 190 ministres des affaires étrangères, 642 ambassadeurs accrédités près le Saint-Siège. Ces chiffres ne comprennent pas les diverses rencontres qui ont lieu en clôture de cérémonies liturgiques, tant au Vatican que de par le monde.

En février 1984, il fonde l’institut Jean-Paul II pour le Sahel et en février 1992 : la Fondation Populorum Progressio pour les pauvres d’Amérique latine. Il a également fondé l'Académie pontificale pour la vie et l'Académie pontificale des sciences sociales.

De plus, il a institué la journée du malade (célébrée chaque année le 11 février) et les Journées Mondiales de la Jeunesse (JMJ), la journée mondiale pour la Paix, la journée mondiale pour les migrants et les réfugiés, la journée mondiale pour les communications ainsi que six autres journées mondiales.

Représentations diplomatiques du Saint Siège

En 1989, il rencontre le Chef Raoni afin de discuter des enjeux liés à la préservation de la forêt amazonienne.

Il a été le premier pape à tenir des conférences de presse dans des avions et une dans la salle de presse du Saint-Siège (24 janvier 1994)[pas clair].

Il a fait construire deux immenses basiliques près de Cracovie : la basilique de Nowa Huta (en tant qu’évêque de Cracovie) et celle dédiée à la Miséricorde Divine.

Il a été reçu onze fois « docteur honoris causa ».

Curie et organisation de l'Église[modifier | modifier le code]

L'organisation de l'Église a été profondément remaniée sous le pontificat de Jean-Paul II. Il a au cours des 9 consistoires créé 232 cardinaux et cherché à universaliser la Curie. Dès 1988 la majorité des cardinaux, ceux qui élisent le pape, venait des pays non européens[E 1]. Il a également convoqué 6 réunions plénières du collège des cardinaux.

Jean-Paul II a voulu rendre l'administration du Vatican universelle. Il nomma aux postes importants de la Curie des cardinaux venant du monde entier comme Francis Arinze ou François Xavier Nguyen Van Thuan, alors que l'administration était principalement italienne avant son pontificat[D 31]. Privilégiant la pastorale à la gouvernance du Vatican, il délègue une bonne partie de ses pouvoirs à son cardinal secrétaire d'État Agostino Casaroli surnommé le « vice pape »[24].

Il a nommé plus de 3 500 des 4 200 évêques encore vivants lors de son décès. Il intervient directement dans la nomination des évêques, ce qui fut critiqué comme une marque d'autoritarisme du pape[E 1]. Il n'a pas fait évoluer la pratique des synodes des évêques, et convoqua 15 synodes: : 6 assemblées générales ordinaires (sur la famille en 1980, la réconciliation en 1983, les laïcs en 1987, la formation des prêtres en 1990, la vie consacrée en 1994 et en 2001 sur le ministère épiscopal), 1 assemblée générale extraordinaire (sur le concile Vatican II en 1985), 7 assemblées spéciales (sur l'Europe en 1991 et en 1999, l'Afrique en 1994, le Liban en 1995, l'Amérique en 1997, l'Asie et l'Océanie en 1998) et un synode particulier (pour les Pays-Bas en 1980). Il réaffirma l'autorité du pape sur les évêques et les églises locales afin de renforcer l'universalité de l'Église[E 2].

Il a consacré environ 10 000 audiences aux évêques venus à Rome.

Il a permis l’ordination d'hommes mariés dans certains cas très précis (par ex. pasteurs protestants mariés qui se convertissent au catholicisme). Il a œuvré à la promotion du diaconat.

Il a également voulu associer davantage les femmes au fonctionnement de l’Église[D 32] « à tous les niveaux, y compris dans les processus d’élaboration des décisions »[25]. Il écrit une lettre aux femmes datée du 29 juin 1995[26]. Il nomme le 9 mars 2004 Mme Mary Ann Glendon (professeur de droit à Harvard, et ancienne représentante de la délégation pontificale à la conférence de Pékin sur la Femme en 1995) présidente de l’Académie pontificale des sciences sociales. Auparavant, il avait déjà nommé : Sœur Sara Butler, M.S.B.T., professeur de théologie à l’Université « St. Mary of the Lake » de Mundelein (Chicago), et Madame Barbara Hallensleben, de l’université de Fribourg, en Suisse à la Commission théologique internationale[27].

Jean-Paul II appuiera tout au long de son pontificat l'émergence et le développement de nouvelles congrégations religieuses et les nouvelles formes de rassemblement de catholiques en dehors des structures paroissiales habituelles de l'Église. Une partie de ces communautés et associations avaient des origines pré-conciliaires. Il les avait parfois rencontrées pendant ces voyages durant le concile Vatican II. Il les appuya durant son pontificat malgré certaines réticences parmi des membres de la Curie. Il marqua son attachement à ces groupes comme Communion et Libération, le Mouvement des Focolari, la communauté de l'Arche, communauté de vie avec des personnes handicapées ; l'Opus Dei qui favorise la sanctification sur le lieu de travail, les légionnaires du christ, mouvement de laïcs, le Chemin néocatéchuménal fondé dans les taudis de Madrid, la communauté de l'Emmanuel, fondée par un laïc, la Communauté de Sant'Egidio promouvant un intense engagement social, ou Sodalitium Christianae Vitae mouvement né au Pérou qui a une mission d'enseignement[F 4]. Le pape les soutient malgré les risques de déstabilisations que ces mouvements pouvaient représenter vis-à-vis des structures traditionnelles de l'Église[F 5].

Pastorale[modifier | modifier le code]

Rencontres et voyages[modifier | modifier le code]

Pays visités par Jean-Paul II
Jean-Paul II visitant Estelle Satabin lors d'une visite au Gabon en 1983

Durant son pontificat, Jean-Paul II effectue 104 voyages représentant 576 jours en dehors du Vatican, 143 voyages en Italie, 740 visites à Rome ainsi qu'à Castel Gandolfo. Il a rendu visite à 317 des 333 paroisses de Rome. Il a visité 129 nations (la plupart d'entre elles accueillaient un Pape pour la première fois) et 614 villes. La distance parcourue lors de ses voyages apostoliques est de 1 163 835 km soit 28 fois le tour de la terre ou presque trois fois la distance terre - lune.

Les pays les plus visités par Jean-Paul II ont été la Pologne, son pays natal (neuf fois), puis la France (huit fois, sept fois en métropole et une fois à la Réunion), et les États-Unis (sept fois). Jean-Paul II avait un attachement particulier pour la France[28]. Il a rappelé, lors de son premier voyage en France en 1980, qu'elle est la fille aînée de l'Église et, à la fin de son homélie au Bourget, a demandé : « France, Fille de l’Église et éducatrice des peuples, es-tu fidèle, pour le bien de l’homme, à l’alliance avec la sagesse éternelle ? »[29]. Il a également effectué deux voyages à Lourdes (1983, 2004), un voyage européen à Strasbourg, Metz, et Nancy (1988), un voyage pour le 1500e anniversaire du baptême de Clovis (1996), et un voyage pour les Journées Mondiales de la Jeunesse à Paris (1997)[30].

Durant son plus long voyage, le 32e, qui a eu lieu en novembre-décembre 1986, Jean-Paul II, qui avait déjà visité les Indes du 1er au 10 février de la même année, parcourt le Bangladesh, les Seychelles, Singapour, les iles Fidji, la Nouvelle-Zélande, l'Australie.

Alors que certains de ses voyages (comme aux États-Unis ou à Jérusalem) le mènent sur les traces de Paul VI, beaucoup d’autres pays n’avaient jamais été visités par un pape. Il devient le premier pape à se rendre au Royaume-Uni où il rencontre Élisabeth II, chef de l’Église anglicane. Lui et l’archevêque anglican de Cantorbéry s’embrassent devant les médias dans la cathédrale de Cantorbéry.

Il a été le premier pape à descendre dans un hôtel et non à la nonciature du pays visité (Hôtel Irshad à Bakou, Azerbaïdjan en mai 2000), à dire la messe dans un avion, à dire la messe pour la communauté catholique située la plus au Nord (à 350 km au nord du cercle polaire à Tromsø en Norvège en 1989). Il a repris la pratique de Paul VI de baiser la terre à son arrivée sur un sol étranger[31].

Il a présidé 1 160 audiences générales hebdomadaires en présence de plus de 18 512 300 pèlerins provenant du monde entier et plus de 1 500 audiences privées. Plus de 160 millions de personnes sont venues à Rome pour le voir.

Les raisons de ses nombreux voyages étaient la volonté de Jean-Paul II de montrer le caractère universel de la mission du pape, qui doit parler au monde entier, et doit être un signe visible de l'universalité de l'Église[A 81]. Il voulait aussi permettre aux fidèles de voir le pape, en allant lui-même, « comme le Christ », à la rencontre des personnes[D 33], d'autant que beaucoup de celles-ci n'avait pas les moyens de se déplacer à Rome[D 34].

Format des visites apostoliques[modifier | modifier le code]

Durant ses voyages, il montre une dévotion particulière envers la Vierge Marie, visitant de nombreux lieux lui étant consacrés, dont Lourdes (France) par deux fois, Fátima (Portugal), Guadalupe (Mexique). Ces visites avaient trois principales raisons : l'attachement personnel de Jean-Paul II envers la Vierge Marie, la volonté de renforcer et populariser les pèlerinages vers des sanctuaires mariaux, le désir de rappeler cette dévotion des catholiques pour la mère du Christ, dévotion qui n'est pas partagée, au même titre, par les protestants[A 82].

Ses visites ont aussi la particularité de rassembler de gigantesques foules. Lors de manifestations, comme les Journées mondiales de la jeunesse, on a souvent dépassé le nombre du million de personnes présentes.

Doctrine sociale[modifier | modifier le code]

Le pontificat de Jean-Paul II a été marqué par un profond engagement social. La dignité de l'homme est l'aspect le plus marquant de sa doctrine au cours de son pontificat[A 83].

Opposition au communisme[modifier | modifier le code]

Le système soviétique anticlérical fut l'objet des critiques du pape dès le début de son pontificat, même si le communisme avait déjà été condamné par Pie XI en 1937[E 3]. La dignité de l'homme donne le droit, selon le pape, à des droits inaliénables. Ce constat le conduit à critiquer les dangers des idéologies et des totalitarismes qui vont à l'encontre de cette dignité. Cette opposition au communisme sera renforcée par sa conviction que le communisme nie, selon lui, la vérité tant de Dieu, que la nature humaine[A 84]. Il affirme ainsi que « La vérité est aussi nécessaire que le charbon ». Au nom de la dignité de l'homme dans le travail il défendit la création de syndicats libres, qui étaient interdits sous le régime communiste. Il favorisa en Pologne une résistance intransigeante contre le communisme. Son soutien aux dissidents de l’ex-bloc soviétique, en particulier au syndicat Solidarność et à Lech Wałęsa ainsi son élection comme pape venu de derrière le rideau de fer, ont joué un rôle important dans l’effondrement des régimes communistes en Europe de l’Est à la fin des années 1980. Il fut considéré comme l'un des acteurs principaux de la chute du communisme[E 4].

Dénonciation de la pauvreté[modifier | modifier le code]

Jean-Paul II s'est également opposé aux inégalités criantes dans le monde. Il rejette l'impérialisme et toutes formes de négation de l'indépendance des nations. Dans ses discours il s'oppose à des idéologies et politiques telles que le féminisme, l'impérialisme, le relativisme, le matérialisme, le fascisme (y compris le nazisme), le racisme, l'ultra-libéralisme et le capitalisme. À plusieurs reprises, il a dénoncé l'oppression des plus pauvres.

Démocratie[modifier | modifier le code]

L'attitude de Jean-Paul II à l'égard des courants proche du marxisme, et notamment la théologie de la libération, ainsi que sa dénonciation de certains régimes dictatoriaux, tant en Amérique, qu'en Asie, ont favorisé, selon certains, la transition démocratique en Amérique du Sud et en Asie[F 6],[F 7].

À l’occasion de son voyage au Chili, Augusto Pinochet demanda au pape : « Pourquoi l’Église parle-t-elle sans cesse de démocratie ? Toutes les méthodes de gouvernement se valent. » Jean-Paul II répondit : « Non, le peuple a le droit de jouir de ses libertés fondamentales, même s’il commet des erreurs dans l’exercice de celles-ci. »[32],[E 5]. Au cours de cette même visite le pape demanda à Augusto Pinochet, lors d'un entretien en privé avec lui, de démissionner et de rendre le pouvoir à la société civile[D 25].

Dialogue interreligieux[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Rencontre d'Assise.

Le pontificat de Jean-Paul II s’est caractérisé par une intensification des échanges avec les autres religions. Au cours de ses voyages, il a rencontré bon nombre de leurs dignitaires et a prié dans plusieurs de leurs lieux saints. Le Pape Jean-Paul II a sensiblement amélioré les relations entre le catholicisme et les autres religions. À plusieurs reprises, il a invité les responsables de toutes les religions à une prière commune pour la paix à Assise : 27 octobre 1986, en 1993 pendant la guerre des Balkans et le 22 janvier 2002, quelques mois après les attentats du 11 septembre 2001[E 6].

Judaïsme[modifier | modifier le code]

Jean-Paul II a grandi dans un contexte de culture juive florissante, son intérêt pour elle datant de son enfance[F 8],[D 35]. Il écrit un grand nombre de textes et de discours sur le sujet des relations entre l’Église et les Juifs, rendant hommage aux victimes de la Shoah[A 85]. Son premier voyage, qui est aussi le premier d’un pape en ce lieu, est à Auschwitz. Il est le premier pape à visiter une synagogue, à la Grande synagogue de Rome en avril 1986[A 86],[E 7]. Il déclare que les juifs sont « nos frères bien-aimés et, d'une certaine manière, […] nos frères aînés »[33].

En 1993, Jean-Paul II décide de reconnaître l'État d'Israël, établissant pour la première fois des liens diplomatiques officiels avec l'État hébreu, et ceci malgré l'opposition de membres de la Curie qui souhaitaient le règlement de la question palestinienne avant la reconnaissance des relations diplomatiques[A 87]. Lors d'un colloque le 31 octobre 1997[34], Jean-Paul II affirme qu'un « examen lucide du passé […] peut démontrer clairement que l'antisémitisme est sans justification aucune et est absolument répréhensible. »[35].

En mars 2000, Jean-Paul II se rend au Mémorial de Yad Vashem, où il retrouve une rescapée qu'il avait secourue, et demande pardon à Dieu pour les actes antisémites commis par les chrétiens[E 6]. Dans un billet glissé dans une fente du Mur des Lamentations, il demande à Dieu de pardonner pour les torts faits au peuple juif[D 24].

La rédaction par une partie des théologiens juifs du document Dabru Emet en 2000, qui affirme qu'« un nouveau dialogue religieux avec les chrétiens n'affaiblirait pas la pratique juive et n'accélèrerait pas l'assimilation des juifs » et affirme la volonté de dialogue théologique avec les chrétiens, montre, pour certains, l'impact du pontificat de Jean-Paul II qui a permis de favoriser l'émergence de ce courant juif dans le développement du dialogue inter-religieux[F 9].

Des polémiques émaillèrent le pontificat de Jean-Paul II. Un Carmel s'était établi à Auschwitz. Cette fondation fut très critiquée par une partie de la communauté juive. Jean-Paul II finit, après plusieurs années, par ordonner aux religieuses de déménager, afin de pacifier les relations[A 88],[D 36]. De même la canonisation d'Edith Stein, juive convertie au catholicisme, morte à Auschwitz fut décriée, et considérée par certains comme une « récupération » de la Shoah par l'Église[G 18], alors que Jean-Paul II, lecteur d'Édith Stein, considérait celle-ci comme exemplaire et sainte.

Islam[modifier | modifier le code]

Jean-Paul II devint le deuxième pape à avoir visité la Turquie en se rendant dans ce pays en novembre 1979[36].

Le pape effectue une visite les 18-19 août 1985[37] à Casablanca au Maroc. Il parle devant 80 000 musulmans. Au cours de cette rencontre le pape affirme « nous adorons le même Dieu »[E 8]. Plusieurs réactions négatives dans les pays arabes suivirent cette rencontre ; l'Iran et l'ayatollah Khomeini ne reconnurent plus le titre de Commandeur des croyants au roi Hassan II[D 37]. Le pape a effectué une visite d’une journée à Tunis le 14 avril 1996. L'Assassinat des moines de Tibhirine en mai 1996 ainsi que celui de l'évêque Mgr Pierre Claverie ont cependant rendu les relations entre les deux religions plus difficiles[E 9].

Il encourage la construction d'une mosquée à Rome, tout en demandant plus de réciprocité dans la liberté de culte des pays musulmans[A 86]. Les attentats du 11 septembre 2001, conduisent Jean-Paul II à condamner toute forme de violence au nom de Dieu, et affirme que ces attentats n'ont rien à voir avec le vrai Islam[E 9]. Il invita alors à une journée de prière rassemblant toutes les religions et particulièrement les musulmans, voulant éviter de légitimer toute guerre des religions entre Chrétiens et musulmans.

En mai 2001, Jean-Paul II est le premier pape à se rendre dans une mosquée[D 37]. Désireux de se recueillir sur le lieu où se convertit saint Paul, il entre et prie auprès des reliques de Saint Jean Baptiste à la mosquée des Omeyyades à Damas (Syrie).

Bouddhisme[modifier | modifier le code]

Jean-Paul II a rencontré le 14e Dalaï Lama, Tenzin Gyatso au Vatican en 1980, 1982, 1986, 1988 et 1990. Plus tard, le 27 janvier 2003, après une audience avec le pape, le Dalaï Lama a déclaré lors de sa rencontre avec le Président (en) du Sénat italien Marcello Pera : « J'ai dit au pape mon admiration pour ce qu'il a fait pour la paix et l'harmonie religieuse dans le monde ».


Dialogue œcuménique[modifier | modifier le code]

Le pontificat est marqué par une volonté de rapprochement avec les églises orientales. Dès le début il se pose en avocat des églises orthodoxes en grande partie contrôlées par le régime communiste. En se proclamant le leader de l'Église silencieuse, il affirme sa défense des églises orientales et occidentales lors de sa première visite en Pologne[A 89].

En 1985 il publie l'encyclique Slavorum Apostoli [38] consacré aux saints Cyrille et Méthode, dans laquelle il appelle à un dialogue œcuménique.

Sur le sujet de la primauté du pape, il a proposé aux Chrétiens des autres confessions de « chercher, évidemment ensemble, les formes dans lesquelles ce ministère pourra réaliser un service d’amour reconnu par les uns et par les autres » dans l’encyclique Ut Unum Sint (1995).

Avec les orthodoxes[modifier | modifier le code]

En 1999, Jean-Paul II visite la Roumanie avec les personnalités locales de l’Église orthodoxe. Il est d’ailleurs le premier pape à visiter un pays à majorité orthodoxe depuis le schisme de 1054. Au cours de ce voyage il demande pardon au nom des catholiques pour le sac de Constantinople[D 38].

Lors du Jubilé de l'an 2000, il ouvre la Porte Sainte avec le métropolite orthodoxe Athanasios et le primat anglican George Carey, marquant la volonté d'unité des différents chrétiens[D 39]. Cependant il ne put jamais se rendre en Russie, le patriarche de Moscou refusant de le rencontrer[E 6].

En 2004, lors d'un voyage en Grèce, il offre les reliques de Grégoire de Nazianze, conservées jusque-là au Vatican, au Patriarche Bartholomée Ier de Constantinople dans une logique de réconciliation[39].

Les tentatives de réconciliation avec les orthodoxes ont aussi été entravées par des conflits de juridictions et de frontières, les Églises uniates réclamant les églises confisquées par les Soviétiques au profit des orthodoxes[E 10]. Le pape fut critiqué du fait du prosélytisme des catholiques en Russie, conduisant au refus de l'épiscopat russe de le recevoir[E 11]. Enfin la reconnaissance par le Vatican de l'indépendance de la Croatie fut très mal vécue par les orthodoxes serbes qui considéraient ce pays comme lié à la Serbie[E 11].

Protestants[modifier | modifier le code]

À plusieurs reprises il demande pardon, au nom des catholiques, pour les torts infligés aux autres chrétiens[D 40]. Ainsi, lors de son voyage en Slovaquie, il se rend devant un monument commémorant l'assassinat de calvinistes par des catholiques[D 41].

En 1998 les Églises luthériennes signent avec le Vatican ensemble un texte, la Déclaration commune sur la justification par la foi[40], sur une conception commune de la « justification par la foi ». Ils parviennent ainsi à un accord sur l'un des points principaux des divergences issues de la réforme de Luther[E 12].

Théologie sur le corps et la sexualité[modifier | modifier le code]

Jean-Paul II discourant après avoir reçu la Médaille présidentielle de la liberté, en juin 2004.

Jean-Paul II développa une véritable théologie du corps au cours de 129 conférences de 1979 à 1984. Cet enseignement est considéré comme une « bombe à retardement » théologique[41],[G 19]. Dans sa catéchèse Jean-Paul II affirme, en s’appuyant sur une anthropologie biblique, que le corps, créé à l’image de Dieu, a pour vocation première de permettre la communion entre l’homme et la femme, cette communion étant à l’image de la communion des personnes en Dieu. La sexualité ne peut donc pas se réduire à une relation de plaisir, qui réduit l’homme ou la femme à un objet dont on peut se satisfaire. Cette tendance utilitariste est selon Jean-Paul II une conséquence du péché originel. Cependant selon Jean-Paul II, le Christ contribue à restaurer la sexualité à travers le mariage, qui devient donc le lieu indissociable de la sexualité. Le mariage est le lieu de la communion entre deux personnes, à l’image de Dieu. La relation du mariage conduit à une relation de soumission réciproque de l’homme et de la femme, source de sanctification. La sexualité, le don des corps selon Jean-Paul II, dans l’acte conjugal vient donc exprimer et réaliser le don mutuel que les époux font d’eux-mêmes et de toute leurs vies. La sexualité exprime donc l’amour, la fidélité et l’honnêteté entre les époux.

Cette conception conduit Jean-Paul II à confirmer l’opposition de l’Église à la contraception. Celle-ci va à l’encontre de la dignité du mariage et du don véritable des époux, et empêche une communion véritable à l’image de Dieu. Dans un entretien avec des scientifiques il affirme qu’il ne veut pas séparer la sexualité de sa « potentialité procréative », la contraception allant à l’encontre de la vocation de l’homme et de l’ordre dans lequel Dieu l’a créé. Selon Jean-Paul II l’homme n’est pas et ne doit pas être maître de la vie, mais dépositaire de la vie[E 13].

Son opposition alla aussi à l’encontre de l’avortement. La vie humaine étant présente dès la fécondation, tout avortement constitue selon lui un meurtre[E 14], constituant une atteinte fondamentale tant aux dix commandements « tu ne tueras point », mais aussi à la dignité de l’homme qui est niée.

À plusieurs reprises, il a rappelé l’enseignement de l’Église concernant l’exigence de fidélité conjugale et la recommandation d’éviter les méthodes artificielles de contraception. Ainsi quand on l’interrogea sur la possibilité d’utiliser la contraception pour éviter des avortements, Jean-Paul II affirma que la contraception et l’avortement étaient les deux fruits d’une même plante, qui conduit à nier toute la vocation à l’amour présente dans le mariage.

Il n'a jamais prononcé une seule fois le mot préservatif, mais a par contre insisté de nombreuses fois sur l'efficacité absolue de l'abstinence et de la fidélité contre les maladies sexuellement transmissibles[42]. Cette position fut très vivement critiquée, certains accusant le pape d’être responsable du SIDA en Afrique.

Il s’est fait le défenseur inlassable du droit à la vie, rappelant l’opposition de l’Église à l’avortement, l’euthanasie et à toute forme d’eugénisme. Il a également appelé à une plus ferme condamnation de la peine de mort.

Face aux nouvelles questions de bioéthique et notamment la fécondation artificielle, il publia le document Donum Vitae[43]. Le document la considère comme « une technique moralement illicite parce qu'elle prive la procréation humaine de la dignité qui lui est propre et conaturelle », ainsi le détachement de la fécondation de l'acte sexuel, tout comme la contraception est là encore critiqué[E 15]. Il s’opposa à tous les travaux sur les cellules souches embryonnaires, le clonage humain, qu’il considère comme une atteinte à la dignité humaine.

Il a également confirmé la tradition catholique sur le mariage en s'opposant au mariage homosexuel. Il a par ailleurs maintenu l’interdiction de la communion sacramentelle pour les divorcés remariés en raison de leur absence de communion spirituelle préalable avec l'enseignement de l'Église.

Abus sur mineurs commis par des prêtres[modifier | modifier le code]

Plusieurs observateurs ont relevé que le Saint-Siège avait tardé à réaliser l’ampleur du problème des abus sexuels commis par des prêtres[44],[45]. Ces dossiers étaient traités, la plupart du temps, dans les diocèses[46], ce qui a pu empêcher une prise en compte globale de ce phénomène. Pour Bernard Lecomte, Jean-Paul II, sans être indifférent, a pu être négligent sur ce problème[45]. Les accusations en 1998 contre le père Marcial Maciel Degollado, fondateur des Légionnaires du christ, n'ont pas été traitées avec suffisamment de moyens et de rapidité[45],[47],[48],[49]. Cette confiance excessive dans la personne du père Marcial Maciel constitue, d'après George Weigel, une erreur de gouvernement du pape[50]. Les allégations d'abus sexuels contre le cardinal Hans Hermann Groër, n'ont pas non plus donné lieu à une enquête immédiate[51],[52],[53]. L'habitude de traiter les affaires de mœurs dans la discrétion, une certaine culture du silence qui prévalait sur ces sujets, n'ont pas favorisé l'émergence de la vérité et la reconnaissance publique des souffrances subies par les victimes[44],[52]. Pour plusieurs vaticanistes, un tournant est pris en 2001, avec le motu proprio Sacramentorum sanctitatis tutela de Jean-Paul II et la lettre De Delictis Gravioribus (Les délits les plus graves), envoyée par le cardinal Ratzinger, imposant aux évêques de faire remonter les dossiers d'abus sexuels à Rome[54],[46]. Une plus grande transparence est alors préconisée[54],[55],[56]. En avril 2002, alors que le scandale des abus sexuels de prêtres américains sur des enfants vient d'éclater, Jean-Paul II convoque onze cardinaux, tous venus des États-Unis. À cette occasion, il déclare : « les gens ont besoin de savoir qu’il n’y a pas de place dans la prêtrise et dans la vie religieuse pour ceux qui feraient du mal aux jeunes. » Il ajoute être « profondément peiné » et tient à exprimer sa « solidarité aux victimes des violences sexuelles et à leurs familles, où qu’elles soient »[57].

Béatifications et canonisations[modifier | modifier le code]

Il a redonné une impulsion au culte des saints, en célébrant 1 338 béatifications et 482 canonisations[F 5] dont 402 martyrs. Il réforme les exigences de la canonisation, en ne demandant qu'un miracle au lieu de deux pour canoniser[A 90],[F 10]. La volonté du Pape était de montrer l'universalité de la sainteté[D 42], le Concile Vatican II affirmant que tous les chrétiens étaient appelés à la sainteté. Jean-Paul II voulait donc revivifier la dévotion aux saints qui avait été un peu oubliée après le Concile Vatican II[F 10], la vie des saints étant souvent considérée comme exceptionnelle et éloignée de la réalité quotidienne. II a recherché par ces nombreuses béatifications et canonisations à démontrer que tous les catholiques étaient appelés à devenir des saints, et ceci quels que soient leurs pays, leurs cultures et leurs origines, montrant par là même l'universalité de l'Église[A 90]. Ainsi il béatifia de nombreuses personnes, tant laïcs que prêtres et religieux, montrant que tous les états de vies, le mariage comme la vie religieuse, étaient des formes possibles de la sainteté[F 5].

Catéchisme de L'Église catholique[modifier | modifier le code]

En octobre 1986, il décide de constituer une commission de cardinaux et d’évêques pour préparer un projet de catéchisme universel romain et en confie la présidence au cardinal Ratzinger. Le cardinal autrichien Christoph Schönborn en sera l’un des principaux rédacteurs[58]. Le Catéchisme de l'Église catholique[59] est approuvé officiellement[60], le 11 octobre 1992, par le pape qui le considère comme un acte majeur de son pontificat[61].

La publication du catéchisme de l'Église catholique avait pour objectif de montrer que le catholicisme pouvait rendre compte de la foi, de l'amour qui sont à la base de la vie chrétienne[F 2]. Dans cet ouvrage sont expliquées la doctrine et la tradition de l'Église catholique. Il place au cœur de l'enseignement de l'Église l'enseignement de la Vérité[F 11].

Liturgie et spiritualité[modifier | modifier le code]

  • Le pape a commencé son pontificat par l'écriture de deux encycliques, Redemptor Hominis et Dives in Misericordia[62], recentrant la foi catholique sur la personne du Christ rédempteur et invitant à approfondir le mystère de la miséricorde de Dieu[63]. En 1986, il complète cette trilogie par l'encyclique Dominum et vivificantem, consacrée à l'Esprit Saint[64],[63].

Questions scientifiques[modifier | modifier le code]

Cas de Galilée[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Repentance de l'Église catholique.

Le 10 novembre 1979, à l'occasion de la commémoration du centenaire de la naissance d'Albert Einstein, il exprime le désir que des théologiens, des savants et des historiens, animés par un esprit de sincère collaboration, approfondissent l'examen du cas Galilée. Le 3 juillet 1981, il désigne une commission d'étude chargée de réexaminer l'affaire Galilée, afin de reconnaître les erreurs commises par l'Église[G 20]. Le 31 octobre 1992 il reconnaît les erreurs de la plupart des théologiens dans la condamnation de Galilée en 1633.

Théorie de l'évolution[modifier | modifier le code]

Le 22 octobre 1996 il reconnaît dans un message à l’Académie pontificale des sciences que la théorie de l’évolution est « plus qu’une hypothèse », faisant allusion au qualificatif qu'avait employé Pie XII dans son encyclique de 1950, Humani Generis. Il précise en revanche que les théories qui verraient « l'esprit comme émergeant des forces de la matière vivante ou comme un simple épiphénomène de cette matière sont incompatibles avec la vérité de l'homme » et « incapables de fonder la dignité de la personne »[67].

Rapport entre la foi et la raison[modifier | modifier le code]

Le 14 septembre 1998, il promulgue l’encyclique Fides et Ratio sur les rapports entre la foi et la raison.

Reconnaissance posthume[modifier | modifier le code]

Béatification[modifier | modifier le code]

Tombeau de Jean-Paul II dans la crypte du Vatican du 8 avril 2005 au 29 avril 2011
Tombeau de Jean-Paul II dans la chapelle Saint-Sébastien de la basilique Saint-Pierre de Rome depuis le 5 mai 2011
Béatification de Jean-Paul II le 1er mai 2011

Lors de ses funérailles présidées par le cardinal, doyen du collège cardinalice, Joseph Ratzinger, le 8 avril 2005, la foule avait scandé en italien « Santo subito! » « saint tout de suite »[68], appuyant la demande par des calicots écrits en grandes lettres rouges.

Le cardinal Camillo Ruini, vicaire de l'évêque de Rome, demande que la cause de Jean-Paul II soit introduite sans attendre la fin du délai de 5 ans après sa mort. Le 13 mai 2005, seulement 41 jours après sa mort, le jour du 24e anniversaire de l’attentat accompli contre lui place Saint-Pierre (le 13 mai 1981) le pape Benoît XVI, élu le 19 avril, dispense la cause en béatification de Jean-Paul II du délai de cinq ans avant son ouverture.

Jean-Paul II avait lui-même ramené de trente ans (code de droit canonique de 1917) à cinq ans après la mort du candidat le délai requis pour l’ouverture d’une cause. Mais il avait aussi fait une exception à cette règle en autorisant, en 1999, l'ouverture du procès diocésain de Mère Teresa, deux ans seulement après sa mort[69]. Antoine de Padoue a été canonisé un an après sa mort, mais depuis que le pape Sixte Quint a instauré, en 1588, la procédure moderne de canonisation, jamais aucune cause n’a été ouverte aussi vite.

Le postulateur de la cause en béatification de Jean-Paul II est Monseigneur Slawomir Oder. Début 2010, 271 cas de guérisons avaient été soumis aux autorités vaticanes chargées de l'authentification des miracles de Jean-Paul II[70]. Le diagnostic de la maladie de Parkinson dont aurait été atteinte puis guérie une religieuse du diocèse d'Aix-en-Provence, Sœur Marie Simon-Pierre, restait à confirmer[70].

Quelques théologiens sont opposés à ce processus de canonisation. En octobre 2007, onze théologiens parmi lesquels le jésuite espagnol Jose Maria Castillo et l'italien Giovanni Franzoni, ont relevé sept points d'opposition qui incluent les dernières considérations de Jean-Paul II sur la contraception et le rôle des femmes au sein de l'Église catholique[71]. On relève également des critiques concernant la couverture des affaires de pédophilie de prêtres catholiques, les négociations financières opaques avec la banque Ambrosiano et les sanctions à l'encontre d'une centaine de théologiens catholiques[72].

En novembre 2009, la congrégation pour les causes des saints valide « l'héroïcité des vertus » du défunt pape. Le 19 décembre 2009, le pape Benoît XVI a proclamé le décret reconnaissant son prédécesseur comme vénérable[73].

Le 14 janvier 2011, le Vatican annonce sa décision de béatifier Jean-Paul II[74],[75]. La béatification a lieu le 1er mai 2011, place saint Pierre, à l'occasion du dimanche de la divine miséricorde célébré par Benoît XVI devant plus d'un million de fidèles, parmi lesquels beaucoup de polonais[76]. Le cercueil de Jean-Paul II, retiré de la crypte vaticane le 29 avril 2011 pour être exposé au public dans le chœur principal de la basilique Saint-Pierre de Rome, est ré-inhumé, le 2 mai 2011, dans la chapelle Saint-Sébastien de cette basilique, à la place précédemment occupée par Innocent XI[77]. La canonisation de Jean-Paul II aura lieu si une autre guérison miraculeuse, postérieure à la béatification, est authentifiée[78],[79].

Canonisation[modifier | modifier le code]

L'éventuelle canonisation de Jean-Paul II est soumise à la reconnaissance d'un nouveau miracle. Le 23 avril 2013, la commission de sept médecins de la Congrégation pour les causes des saints reconnaît le caractère scientifiquement inexplicable d'une guérison attribuée à Jean-Paul II. Il s'agirait d'une femme originaire du Costa Rica, atteinte d'une maladie incurable, plus précisément d'une lésion cérébrale, qui aurait été guérie dans la soirée du 1er mai 2011, le jour de la béatification de Jean-Paul II[80].

La commission des théologiens a reconnu le caractère scientifiquement inexpliqué de cette guérison le 18 juin 2013, selon la presse italienne.

Le 2 juillet 2013, les évêques et cardinaux membres de la Congrégation pour les causes des saints se réunissent en assemblée plénière pour évoquer différents cas de béatifications et de canonisations. Dès le 5 juillet suivant, le pape François autorise la congrégation à promulguer le décret permettant la canonisation des bienheureux Jean-Paul II et Jean XXIII. Lors du consistoire convoqué le 30 septembre 2013, le pape fixe la date de la cérémonie de canonisation de ses deux prédécesseurs au 27 avril 2014[81], dimanche de la divine Miséricorde, fête instituée par Jean-Paul II, fixée par lui au deuxième dimanche de Pâques, et au cours duquel il s'éteint le 2 avril 2005[82] .

Le , lors de la messe des Rameaux, le pape François le nomme saint patron des Journées mondiales de la jeunesse[83].

Autres reconnaissances[modifier | modifier le code]

Avant son enterrement, la crypte du Vatican recevait 1 000 visites par jour. Depuis, le chiffre approche des 2 000.

La place du Parvis-Notre-Dame de Paris s’appelle désormais « parvis Notre-Dame - place Jean-Paul-II » par décision du maire de Paris Bertrand Delanoë[84].

Il en va de même pour le parvis des cathédrales de Metz, Nancy (visitées toutes les deux par le pape en 1988) et de Cambrai, et celui de l'église Notre-Dame des Mineurs à Waziers[85]. La place jouxtant la cathédrale d'Évry (qu'il avait visitée le 22 août 1997), initialement appelée « Clos de la Cathédrale », porte le nom de « Square Jean-Paul II »[86].

Une statue en bronze de 9 mètres de haut du pape Jean-Paul II a été offerte à la ville de Ploërmel, dans le Morbihan, par l'artiste russe Zurab Tsereteli[87], nommé citoyen d'honneur de la ville. Cette œuvre d'art, installée au centre-ville, place Jean-Paul II, a été inaugurée le dimanche après-midi 10 décembre 2006 en présence de 2 000 personnes. La subvention du conseil général du Morbihan pour ce monument a été annulée par le tribunal administratif de Rennes, à la suite d'un recours de membres de la Libre Pensée du Morbihan.

Une autre statue en bronze de 3 mètres et de 7 tonnes de Jean-Paul II a été érigée le 5 octobre 2011 sur le parvis de la basilique de Fourvière à Lyon en mémoire de son passage le 5 octobre 1986. Elle a été intégralement financée par le mécénat et la fondation Fourvière à hauteur de 200 000 €.

La maison où il se rendait d'habitude en été pour ses vacances, aux Combes d'Introd, en Vallée d'Aoste, est devenue aujourd'hui un musée. Elle témoigne de son amour pour la montagne, qu'il considérait être l'endroit idéal pour la réflexion et la prière.

À Nice, depuis le 23 octobre 2010, la place sise devant le monastère franciscain de Cimiez porte le nom de Jean-Paul II et est ornée d'un buste le représentant.

Divers[modifier | modifier le code]

  • Selon un article de février 2002 du New York Post, Jean-Paul II a procédé personnellement à trois exorcismes pendant son pontificat. Le premier exorcisme qu’il a conduit a eu lieu en 1982 sur une femme qui se convulsait sur le sol. Le deuxième a eu lieu en septembre 2000 quand il a pratiqué le rite sur une femme de 19 ans qui était devenue furieuse sur la place Saint-Pierre. Un an plus tard, en septembre 2001, il a exorcisé une femme de 20 ans.
  • Jean-Paul II avait été créé cardinal par le Pape Paul VI en 1967. À sa mort, il était donc le prélat le plus ancien ayant reçu la dignité cardinalice, aucun autre cardinal n’ayant alors autant d’ancienneté.
  • Au début de son pontificat et conformément à l'orthographe latine, le double prénom Jean Paul s'écrivit quelque temps sans trait d'union. Lorsque le site du Vatican utilisa ce trait d'union sur la partie francophone de son site, cette nouvelle orthographe s'imposa peu à peu.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Jean-Paul II a prononcé 20 351 discours pendant son seul pontificat dont 3 438 hors d'Italie. Ses écrits et textes de discours représentent, plus de 80 000 pages (soit environ 40 fois le volume de la Bible catholique).

Les seuls écrits officiels de Jean-Paul II représentent 55 volumes auxquels il faut ajouter des publications à titre personnel et sans doute des milliers de lettres et documents privés divers.

Encycliques[modifier | modifier le code]

Jean-Paul II a écrit 14 encycliques :

Autres écrits[modifier | modifier le code]

Jean-Paul II a écrit :

Livres[modifier | modifier le code]

En tant que Karol Wojtyla, sous son nom ou sous le pseudonyme Andrzej Jawień[modifier | modifier le code]

Depuis son élection sous la signature Jean-Paul II[modifier | modifier le code]

  • À l’image de Dieu Homme et Femme : une lecture de Genèse 1-3, les éditions du Cerf, 1981, (ISBN 978-2-204-01577-6)
  • Jeunes mes amis : le pape Jean-Paul II parle à la jeunesse du monde, éditions Lito, 1982, (ISBN 978-0-340-27966-3)
  • Mémoire et identité : Conversations au passage entre deux millénaires, François Donzy (traduction), Flammarion, 2005, coll. « Divers sciences », 217 pages, (ISBN 978-2-08-210502-6).
  • Message pour demain, Presses du Châtelet, 2005, 60 pages, (ISBN 978-2-84592-120-7).
  • Entrez dans l’Espérance, avec Vittorio Messori, 1994, Rééd. Pocket, 2003, 331 pages, (ISBN 978-2-266-14091-1).
  • Homme et femme il les créa : une spiritualité du corps, Cerf, 2004, Documents d’Église, 694 pages, (ISBN 978-2-204-07589-3).
  • Jean-Paul II parle aux enfants, illustrations de Giulia Orecchia, Flammarion, 2004, Albums jeunesse, 84 pages, (ISBN 978-2-08-162639-3).
  • À vous les jeunes. Paroles d’un père spirituel, en coll. avec sœur Joëlle-Marie Micaud (commentaires), Saint-Augustin, 2004, 108 pages, (ISBN 978-2-88011-343-8).
  • Le rosaire de la Vierge Marie, Éditions Salvator, 2002, 52 pages, (ISBN 978-2-7067-0334-8).
  • Triptyque romain. Méditations, 2003, la version italienne de Grażyna Miller publiée par l’Édition de Vatican, 49 pages, (ISBN 978-88-209-7451-0).
  • Levez-vous ! Allons !, François Donzy (traduction), Pierre-Marie Varennes (Traduction), Pocket, 2005, 182 pages, (ISBN 978-2-266-14924-2).
  • Testament spirituel, Éditions Salvator, 2005, (ISBN 978-2-7067-0404-8).
  • Ma vocation : don et mystère (à l’occasion du 50e anniversaire de mon ordination sacerdotale), Bayard éditions/Cerf/Fleurus-Mame/Tequi, 1996, (ISBN 978-2-7403-0425-9)
  • Mes prières pour chaque jour de l’année, Plon/Mame, édition 1996 : 604 p, (ISBN 978-2-259-01412-0)
  • Mon livre de méditations, textes choisis par Krzysztof Dybciak, Claude-Henry du Bord et Christophe Jezewski (traduction), 287 pages, Éditions du Rocher, 2004, ISBN 2268 050 22 X
  • Les gémissements de la Création - Vingt textes sur l'écologie, Parole et silence, 126 pages, 2006, (ISBN 978-2-84573-413-5)
  • Mon dernier livre de méditations pour le troisième millénaire, textes choisis par Krzysztof Dybciak sous l'autorité du Saint-Siège, Claude-Henry du Bord et Christophe Jezewski (traduction), 348 pages, Éditions du Rocher, 2008, ISBN 978 2268 06512 0

Œuvres sur Jean-Paul II[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

Biographie filmographique[modifier | modifier le code]

Parmi quelques autres, le film Karol, l'homme qui devint Pape, de Giacomo Battiato, racontant la vie de Karol Wojtyla à partir de ses 18 ans dans la Pologne en guerre et jusqu'à sa mort. La prestation de Piotr Adamczyk dans le rôle de Jean-Paul II est assez étonnante, notamment par les transformations physiques majeures de l'acteur pendant le déroulement chronologique du film (vieillissement du visage et du corps).

Après sa première présentation et projection au Vatican avec le réalisateur et les acteurs, le pape Benoît XVI a qualifié le film de « véritable encyclique » et a déclaré « Le film montre des scènes et des épisodes dont le réalisme suscite chez le spectateur un frisson d'horreur instinctif et le poussent à réfléchir sur les abîmes de cruauté qui peuvent se cacher dans l'âme de l'homme. Dans le même temps, la révocation de telles aberrations ne peut manquer de raviver en chaque personne ayant des sentiments justes l'engagement à faire tout ce qui est en son pouvoir afin que ne se répètent jamais plus des épisodes de barbarie si inhumaine » en parlant de l'Europe et de la Pologne en guerre[94].

Documentaires[modifier | modifier le code]

  • 2006 : Jean-Paul II - Sa vie, son pontificat produit par le Centre de Télévision du Vatican [distr. HDH Communications].
  • 2011 : Jan Paweł II. Szukałem Was… (Jean-Paul II. Je vous ai cherché), long métrage polonais réalisé par Jarosław Szmidt sur un scénario écrit avec Mariusz Wituski

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • N’ayez pas peur de Robert Hossein et Alain Decaux, avec la collaboration de Jean-Michel Di Falco et de Bernard Lecomte, au Palais des Sports de Paris, du 21 septembre au 5 décembre 2007.
  • « Santo Subito » de Pierre Amar - Éditions Parole & Silence[95].

Comédie musicale[modifier | modifier le code]

  • Jean-Paul II de Michel Olivier Michel produite par l'association Revelateur. À Paris les 11,12,13 novembre 2011 et les 24,25 mars 2012. Une comédie musicale avec plus de 50 jeunes chanteurs, danseurs, acteurs sur scène. www.spectaclerevelateur.fr

Discographie[modifier | modifier le code]

Pierre Bachelet en 1986 composa L'homme en blanc, hommage à tous les voyages de Jean-Paul II dans le monde.

Christine Baud, Jean-Paul II, le messager de la paix. Récit pour enfant de la vie de Jean-Paul II. [distribué par les Éditions des Béatitudes]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mgr Renato Boccardo, Dans l'intimité de Jean-Paul II. Vingt regards sur un homme d'exception, Éditions des Béatitudes, 2014
  • Robert Serrou, Jean-Paul II au service du monde, Hachette-Gamma, 1980
  • Raphaël Aubert, La Tentation de l'Est. Religion, pouvoir et nationalismes, Labor et Fides, 1990
  • Pierre-Yves Fux, La main tendue. Jean-Paul II en Terre sainte, L'Œuvre, 2011
  • André Frossard, « N’ayez pas peur » : Dialogue avec Jean-Paul II, Robert Laffont, 1982
  • Jan Grootaers, De Vatican II à Jean-Paul II. Le grand tournant de l’Église catholique, Centurion, 1981
  • Christophe Henning, Petite vie de Jean-Paul II, Desclée de Brouwer, 2005, 2014 (nouvelle édition)
  • Yves-Marie Hilaire (s.dir), Histoire de la papauté. 2 000 ans de missions et de tribulations, Tallandier, 1993
  • George Weigel : Jean-Paul II, témoin de l'espérance, JC Lattès, 1999[96]
  • Bernard Lecomte, La Vérité l'emportera toujours sur le mensonge, JC Lattès, 1991
  • Bernard Lecomte, Le Pape qui fit chuter Lénine, CLD, Chambray-les-Tours, 2007
  • Bernard Lecomte, Jean-Paul II, coll. Biographies, Gallimard, 2003
  • Bernard Lecomte, Jean-Paul II, Folio, 2006
  • Bernard Lecomte, 100 photos pour comprendre Jean-Paul II, L'Éditeur, 2010
  • Philippe Levillain, article « Jean-Paul II », Dictionnaire de la papauté, Fayard, 1994
  • Mgr Yves Marchasson, Les Papes du XXe siècle, Desclée, 1990
  • Jean Offredo, Jean-Paul II, la vie d'un pape, éditions Cana, années 1990 (1re collection) et années 2000 (2e collection)
  • Marco Politi et Carl Bernstein, Sa Sainteté : Jean-Paul II et l'histoire cachée de notre époque, Plon, 1996
  • Yves Semen, La sexualité selon Jean-Paul II, Éditions Presses de la Renaissance, 2004
  • Yves Semen, La spiritualité conjugale selon Jean-Paul II, Éditions Presses de la Renaissance, 2010
  • Yves Semen, Jean-Paul II et la famille, Éditions des Béatitudes, 2011
  • Henri Tincq, Jean-Paul II : L’homme, Le Saint-Père, le stratège, J’ai Lu, 2005
  • Xavier Lecœur, Jean-Paul II : sa vie, ses combats, ses paroles, Éditions Bayard Jeunesse, 2011
  • Alain Vircondelet, Jean-Paul II,la vie de Karol Wojtyla, Éditions Flammarion, 2004
  • Mgr Mieczyslaw Mokrzycki, Le mardi était son jour préféré, Éditions des Béatitudes, 2010

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. Le quotidien le Monde, comme le faisait le Vatican au début du pontificat, écrit Jean Paul II, sans trait d’union. Il peut s’agir d’un latinisme, car le latin ne connaît pas le trait d’union, pas même lorsqu’il est employé par l’Église catholique d’aujourd’hui en tant que langue officielle.
  2. Il fait notamment partie de la liste des 100 personnes les plus influentes du XXe siècle dressée par le magazine américain Time.
  3. cf. Entretien du pape avec André Frossard : « À vingt ans, j'avais déjà perdu tous ceux que j'aimais, et même ceux que j'aurais pu aimer, comme ma sœur ainée qui, paraît-il, mourut six ans avant ma naissance. »
  4. cf Entrer dans l'Espérance : « C'est une période de la vie donnée à chacun par la Providence, et donnée comme une responsabilité »« Pendant cette période il cherche, comme le jeune homme des évangiles, des réponses aux questions fondamentales ; il ne cherche pas seulement le sens de la vie, mais une façon concrète de vivre cette vie… »
  5. L'administration américaine donnant au pape des informations stratégiques, notamment des vues satellites de la Pologne. Cette relation très proche pendant le mandat de Ronald Reagan peut être considéré par certains comme une alliance tacite entre les États-Unis et le Vatican (cf Livre Sa Sainteté de Carl Bernstein et Marco Politi). Cependant dans ses mémoires Stanisław Dziwisz nie toute « alliance » de la part de Jean-Paul II, même s'il confirme des relations très proches (cf p. 154 des mémoires de Stanislas Dziwisz)
Principales sources utilisées
  1. p. 36 - 37
  2. p. 58
  3. a, b et c p. 41
  4. p. 47
  5. p. 39
  6. a et b p. 45
  7. a et b p. 48
  8. a et b p. 50
  9. p. 49
  10. a, b et c p. 51
  11. a et b p. 53
  12. p. 52.
  13. p. 54
  14. p. 56-59
  15. p. 59
  16. a et b p. 60
  17. p. 61
  18. p. 61 - 62
  19. a et b p. 62
  20. p. 62 - 63
  21. a et b p. 69
  22. p. 70
  23. a et b p. 71
  24. a, b et c p. 72
  25. a et b p. 73
  26. p. 73- 74
  27. a et b p. 74
  28. a, b et c p. 76
  29. p. 79
  30. a, b, c, d et e p. 77
  31. a et b p. 76 - 77
  32. a, b et c p. 94
  33. p. 80
  34. p. 81
  35. p. 82
  36. p. 85
  37. a et b p. 89
  38. a et b p. 88
  39. p. 91
  40. a et b p. 92
  41. p. 95
  42. a et b p. 90
  43. a et b p. 97
  44. a, b, c et d p. 99
  45. a et b p. 108
  46. a et b p. 112
  47. p. 113, extraits de Boniecki, Kalendarium
  48. p. 113
  49. p. 121 à 124
  50. a, b, c, d, e et f p. 100
  51. p. 105
  52. p. 103
  53. p. 117
  54. p. 123
  55. p. 104
  56. p. 36-37, 156, 167
  57. p. 156
  58. p. 160
  59. p. 162
  60. p. 177 à 183
  61. a et b p. 184
  62. p. 249
  63. p. 251
  64. p. 253
  65. p. 254
  66. p. 257
  67. p. 259
  68. p. 218
  69. p. 266
  70. p. 277
  71. p. 283 à 290
  72. p. 323
  73. p. 308 à 312
  74. p. 311
  75. p. 376
  76. p. 391 à 395
  77. p. 336
  78. p. 400
  79. p. 415
  80. p. 343
  81. p. 335
  82. p. 178 et 340
  83. p. 116
  84. p. 245
  85. p. 194 à 198
  86. a et b p. 373
  87. p. 374
  88. p. 198
  89. p. 187
  90. a et b p. 333
  1. p. 328
  2. p. 46
  3. p. 70
  4. p. 78
  5. a, b et c p. 83
  6. a et b p. 84
  7. a et b p. 87
  8. p. 88
  9. a et b p. 98
  10. p. 99
  11. p. 100
  12. p. 101
  13. a et b p. 44
  14. a, b et c p. 102
  15. p. 43
  16. p. 106
  17. p. 103 - 104
  18. a et b p. 107
  19. p. 125
  20. p. 119
  21. a et b p. 123
  22. p. 124-125
  23. a et b p. 130
  24. p. 157
  25. p. 228
  26. p. 59
  27. p. 243
  28. p. 250
  29. p. 254
  30. p. 45
  31. p. 151
  32. p. 57
  33. p. 152
  34. p. 54
  35. p. 55
  36. p. 296
  37. p. 274-274
  1. p. 9
  2. p. 17
  1. p. 115
  2. p. 122
  3. p. 53 à 56
  4. p. 35
  5. p. 36
  6. p. 41 à 43
  7. p. 41-42
  8. a, b et c p. 47
  9. p. 62-63
  10. p. 44-45
  11. a et b p. 68
  12. p. 52
  13. p. 66
  14. p. 65
  15. p. 36, p. 40
  16. p. 60
  17. p. 61
  18. p. 164
  19. p. 184
  20. p. 203 à 206
  21. p. 193
  22. p. 245 à 248
  23. a et b p. 274
  24. a et b p. 275
  25. a et b p. 130
  26. p. 229
  27. p. 214
  28. p. 220
  29. p. 240
  30. a et b p. 235
  31. p. 226
  32. p. 199
  33. p. 123
  34. p. 124
  35. p. 270
  36. p. 273
  37. a et b p. 280
  38. p. 132
  39. p. 260
  40. p. 250 à 252
  41. p. 262
  42. p. 207
  1. a et b p. 36
  2. p. 37 à 39
  3. p. 34
  4. p. 32
  5. p. 23
  6. a, b et c p. 22
  7. p. 21
  8. p. 72
  9. a et b p. 74
  10. p. 67
  11. a et b p. 68
  12. p. 69
  13. p. 44
  14. p. 44 - 45
  15. p. 45-46
  1. p. 247
  2. a et b p. 64
  3. p. 146
  4. p. 59 à 61
  5. a, b et c p. 62
  6. p. 52
  7. p. 69
  8. p. 67
  9. p. 68-69
  10. a et b p. 63
  11. p. 65
  1. p. 50-54
  2. p. 54
  3. a et b p. 55
  4. a, b et c p. 82
  5. a, b et c p. 86-89
  6. a et b p. 90-91
  7. p. 94
  8. p. 95
  9. p. 96
  10. p. 97
  11. p. 104
  12. p. 660
  13. p. 260
  14. p. 221-225.
  15. p. 317
  16. p. 318-319
  17. p. 510-515
  18. p. 656 à 662
  19. p. 426-427
  20. p. 443
  1. a et b p. 19
Autres sources
  1. Bernard Lecomte : Jean-Paul II, Éd. Gallimard, 2006, p. 129
  2. Bernard Lecomte, Jean-Paul II, Éd. Gallimard, 2006, p. 149-150
  3. (fr) « Jean-Paul II, Lettre apostolique Rosarium virginis mariae, §15 »,‎ 2002
  4. Cette pièce a été adaptée pour le cinéma par Michel Anderson sous le titre original La Bottega dell'orefice, La boutique de l'orfèvre au Québec et The Jeweller's Shop aux États-Unis IMDB
  5. (fr) « Biographie courte sur le site du Vatican »,‎ 2005
  6. La conférence qu'il donne à Harvard est reprise par certains médias dont le New York Times
  7. Bernard Lecomte, Jean-Paul II, Éd. Gallimard Folio, 2006, p. 313-317.
  8. Mais à notre époque, l'Église demeure un « signe de contradiction » (Lc 2, 34). Ce n'est pas sans raison que le pape Jean-Paul II, alors qu'il était encore cardinal, avait donné ce titre aux Exercices spirituels prêchés en 1976 au pape Paul VI et à la curie romaine., http://www.libertepolitique.com/public/decryptage/article.php?id=1452
  9. Le New York Times inclut Karol Wojtyła dans la liste des 10 papabile après Paul VI en 1976
  10. Bernard Lecomte, Jean-Paul II, Éd. Gallimard Folio, 2006, p. 383-384
  11. Ibid., p. 277
  12. Mais à notre époque, l'Église demeure un « signe de contradiction » (Lc 2, 34) Exercices spirituels prêchés en 1976 au pape Paul VI et à la curie romaine
  13. Bernard Lecomte, Jean-Paul II, Éd. Gallimard, Folio, 2006, p. 385
  14. (fr) « le journal télévisé du 16 octobre 1978 (archive INA) 1/2h à peine après la nomination de Jean-Paul II »,‎ 1978 (consulté le 11 mars 2010)
  15. Jean-Paul II, discours du 22 octobre 1978
  16. Le 6 octobre 1979, selon La Grande encyclopédie, Larousse, 1981
  17. (fr) « Texte de l'encyclique Laborem Exercens sur le site du Vatican »,‎ 1981 (consulté le 11 mars 2010)
  18. (pl) « Uniwersytet Jagielloński w Krakowie - Wyróżnienia - Godność doktora honoris causa »,‎ 2010 (consulté le 11 mars 2010)
  19. (fr) « Texte de l'encyclique Sollicitudo Rei Socialis sur le site du Vatican »,‎ 1988 (consulté le 11 mars 2010)
  20. (fr)« Texte de l'encyclique Centesimus annus sur le site du Vatican »,‎ 1991 (consulté le 13 mars 2010)
  21. Philippe Levillain, Anne-Judith Dana (propos recueillis par), « Philippe Levillain : "Benoît XVI a rendu ses successeurs libres de s'arrêter" », sur La Vie, Malesherbes Publications,‎ 13 février 2013 (consulté le 14 février 2013)
  22. Stanislas Dziwisz, Une vie avec Karol
  23. Bernard lecomte, Jean-Paul II, éd. Gallimard, 2003, réed. 2006, p. 502
  24. Bernard Lecomte, Le roman des papes, Éditions du rocher, 2011, 251 p. (ISBN 9782268071244)
  25. (fr) « Texte de l'exhortation apostolique Vita consecrata sur le site du Vatican »,‎ 1996 (consulté le 11 mars 2010)
  26. (fr) « Texte de la lettre aux femmes sur le site du Vatican »,‎ 1995 (consulté le 11 mars 2010)
  27. (fr) « Article de l'Agence de Press Zenit N°ZF040307 décrivant la nomination des femmes par Jean-Paul II »,‎ 2004 (consulté le 11 mars 2010)
  28. Jean-Paul II et la France
  29. Voyage apostolique à Paris et Lisieux (30 mai-2 juin 1980, homélie du Saint-Père Jean-Paul II, Le Bourget, dimanche 1er juin 1980
  30. Les voyages de Jean-Paul II en France
  31. Marc Girard, Les Symboles dans la Bible : essai de théologie biblique enracinée dans l'expérience humaine universelle, Editions Fides,‎ 1991 (lire en ligne), p. 722
  32. Entrevue du cardinal Angelo Sodano, 13 décembre 1996 cité dans Weigel, Georges, Jean-Paul II, témoin de l’espérance, éd. J.-C. Lattès, 1999 p. 652.
  33. (it) « Discours de Jean-Paul II à la synagogue de Rome »,‎ 1986 (consulté le 11 mars 2010)
  34. Jean Dujardin, L'Église catholique et le Peuple juif : Un Autre Regard, Paris, Calmann-Lévy, coll. « Diaspora »,‎ 4 novembre 2004 (1re éd. 2003), 23 cm × 15 cm, 563 p. (ISBN 9782702135310, notice BnF no FRBNF39273561q).
  35. Le 31 octobre 1997, colloque sur les racines de l'antijudaïsme en milieu chrétien.
  36. Turquie Le pape en terre d'islam - L'Express
  37. Abdelouhab Maalmi, « Maroc-Vatican, le choix du dialogue », Zamane, no 15,‎ janvier 2012, p. 76
  38. (fr) « Texte de l'encyclique Slavorum Apostoli sur le site du Vatican »,‎ 1985 (consulté le 11 mars 2010)
  39. (fr) « Texte de la cérémonie de restitution des reliques sur le site du Vatican. »,‎ 2004 (consulté le 14 mars 2010)
  40. (fr) « Texte de la déclaration sur la justification sur le site du Vatican »,‎ 1998 (consulté le 13 mars 2010)
  41. (fr) « citation de George Weigel à propos de la sexualité de Jean-Paul II »,‎ 2004 (consulté le 13 mars 2010)
  42. « Message du pape Jean-Paul II adressé le 1er novembre 1989 aux participants d'une conférence internationale sur le sida » et « Rencontre avec les nouvelles générations au Stade Nakivubo de Kampala (Ouganda) le 6 février 1993 » in Bernard Lecomte, Jean-Paul II, folio, 2006, p. 749-750
  43. (fr) « Texte de l'encyclique Donum Vitae »,‎ 1987 (consulté le 13 mars 2010)
  44. a et b Frédéric Lenoir, « Aux États-Unis, peu de procès contre des prêtres pédophiles ont abouti », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ 26 mars 2010 (consulté le 29 mars 2010)
  45. a, b et c Emmanuel Pellat et Samuel Pruvot, « Bernard Lecomte : « Benoît XVI est le premier pape à affronter avec autant de courage le problème de la pédophilie » », sur famillechretienne.fr, Famille Chrétienne n° 1679,‎ 10 mars 2010 (consulté le 30 mars 2010)
  46. a et b Stéphanie Le Bars, « Pédophilie : le pape déplore « la réponse inadéquate » de l’Église », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ 20/03/2010 (consulté en 20/03/2010)
  47. Joëlle Stolz, « Les multiples vies du Père Maciel », sur lemonde.fr, Le monde,‎ 4 et 5 janvier 2010 (consulté le 29 mars 2010)
  48. Jean-Marie GUENOIS, « Le Vatican sanctionne le fondateur des Légionnaires du Christ », sur lacroix.fr, La Croix,‎ 21 mai 2006 (consulté le 31 mars 2010)
  49. Jason Berry, « Money paved way for Maciel's influence in the Vatican », sur ncronline.org, Nat. Cath. Reporter,‎ 6 avril 2010 (consulté le 7 avril 2010)
  50. (en) George Weigel, « Money, scandal and Rome », sur archden.org, Denver catholic register,‎ 21 avril 2010 (consulté le 30 avril 2010)
  51. Jean-Marie Guenois, « Christoph Schönborn, le jeune héritier », sur lacroix.fr, La Croix,‎ 15 avril 2005 (consulté le 5 avril 2010)
  52. a et b Damian Thompson, « Pope John Paul II ignored Ratzinger's pleas to pursue sex abuse cardinal  », sur blogs.telegraph.co.uk, blogs.telegraph.co.uk,‎ 29 mars 2010 (consulté le 5 avril 2010)
  53. I-Media, « Le cardinal Schönborn accuse le cardinal Sodano d’avoir minimisé les affaires de pédophilie », sur famillechretienne.fr, Famille chrétienne,‎ 10 mai 2010 (consulté le 19 mai 2010)
  54. a et b Claire Chartier, « L'enfer des scandales de l'Église », sur l'express.fr, L'Express, n° 3063, p. 96,‎ 14/03/2010 (consulté en 19/03/2010)
  55. Henri Tincq, « Pédophilie: la tolérance zéro selon Benoît XVI », sur Slate.fr, Slate,‎ 19 Février 2010 (consulté le 15 mars 2010)
  56. Marianne Gomez, Céline Hoyeau et Frédéric Mounier, « Les scandales de pédophilie secouent l’Église catholique », sur Lacroix.com, La Croix,‎ 10/03/2010 (consulté en 15/03/2010)
  57. Laurent Morino, « Pédophilie : les cardinaux américains convoqués au Vatican », sur rfi.fr, rfi,‎ 23/04/2002 (consulté le 14 mars 2010)
  58. Bernard Lecomte, Jean-Paul II, Éd. Gallimard Folio, 2006, p. 676
  59. « Catéchisme de l'Église catholique », Version définitive avec modifications le 15 août 1997, Édition française Pocket, no 3315, août 1999. (ISBN 978-2-266-09563-1). : Publication en ligne
  60. (fr) « Fidei Depositum »,‎ 11 octobre 1992 (consulté le 14 sept 2009)
  61. Simon M, « Le catéchisme de Jean-Paul II, genèse et évaluation de son commentaire du symbole des apôtres », Éd. Peeters Publishers, 2000, p. 648. (ISBN 978-90-429-0910-6)
  62. Dives in Misericordia, 2 février 1980, Sur la miséricorde divine et Redemptor Hominis, 4 mars 1979, sur la dignité humaine
  63. a et b Théo, l'encyclopédie catholique pour tous, éd Mame, Paris 2009, p. 513
  64. Dominum et vivificantem, 1986
  65. Théo, l'encyclopédie catholique pour tous, éd Mame, Paris 2009, p. 1064
  66. Théo, l'encyclopédie catholique pour tous, éd Mame, Paris 2009, p. 947
  67. Adresse aux membres de l'académie pontificale
  68. (fr) « Article du journal Le Devoir sur l'enterrement de Jean-Paul II »,‎ 2004 (consulté le 15 mars 2010)
  69. (fr) « Article sur la béatification de Mère Térésa sur le site du Vatican »,‎ 2002 (consulté le 15 mars 2010)
  70. a et b Jean-Marie Guénois, « Questions sur le miracle attribué à Jean-Paul II », Le Figaro, 5 mars 2010
  71. '(en) Ben Dowell, Trippy' video in push to canonise Pope, in guardian.co.uk, 27/10/2008, article en ligne
  72. (en) article en ligne « Article de Ted Schmidt, Papal saint-making ?, in Catholic New Times »,‎ 2006 (consulté le 15 mars 2010)
  73. Agence Reuters, « Jean-Paul II et Pie XII sur la voie de la béatification », L'Express en ligne,‎ décembre 2009 (lire en ligne)
  74. Jean-Paul II sera béatifié le 1er mai 2011 dans LeFigaro.fr d'après une dépêche AFP
  75. Déclaration du Père Federico Lombardi, Sj.
  76. L'Express.fr
  77. Jean-Paul II repose désormais dans la chapelle Saint-Sébastien, radiovaticana.org, 2 mai 2011
  78. Comment reconnait-ton un miracle pour une béatification ou une canonisation ? Questions essentielles, Catholique.org
  79. Jean-Paul II pourra être déclaré "saint patron" si…, Nouvelobs.com - AFP, 30 avril 2011
  80. La Croix, « Jean-Paul II pourrait être canonisé cette année », 24 avril 2013.
  81. Le 27 avril, Jean XXIII et Jean-Paul II seront canonisés , Radio Vatican, 30 septembre 2013
  82. Mort le samedi soir, il s'agissait déjà, au sens liturgique, du dimanche qui commence à la tombée de la nuit avec les vêpres
  83. http://fr.radiovaticana.va/news/2014/04/13/jean-paul_ii_sera_le_grand_patron_des_jmj/fr1-790490
  84. (fr) « L'inauguration de la "place Jean-Paul-II" sur le parvis de Notre-Dame est vivement critiquée », Le Monde,‎ 03 septembre 2006 (consulté le 15 février 2012)
  85. (fr) « Article du journal La Voix du Nord sur la place Jean-Paul II à Douai »,‎ 2008 (consulté le 15 mars 2010)
  86. (fr) « Le Square Jean-Paul II sur le site cathedrale-evry.net »,‎ 2008 (consulté le 15 mars 2010)
  87. (fr) « Article du journal Le Figaro sur la statue de Jean-Paul II à Ploermel concernant la place Jean-Paul II parvis Notre Dame »,‎ 2005 (consulté le 15 mars 2010)
  88. (fr) « Index des exhortations apostoliques sur le site du Vatican »,‎ 2004 (consulté le 15 mars 2010)
  89. (fr) « Index des constitutions apostoliques de Jean-Paul II sur le site du Vatican »,‎ 2004 (consulté le 15 mars 2010)
  90. (fr) « Index des Motus Proprio pendant le pontificat de Jean-Paul II sur le site vatican.va »,‎ 2004 (consulté le 15 mars 2010)
  91. (fr) « Ensemble des lettres apostoliques de Jean-Paul II sur le site vatican.va »,‎ 2004 (consulté le 15 mars 2010)
  92. dont Novo millennio ineunte, au début du nouveau millénaire. Présentation par Mgr Jacques Perrier. Bayard éditions/Centurion/Cerf/MAME. 2001. ISBN 978-2-227-91151-2.
  93. (fr) « Article du Vatican sur le film sur Karol Wojtyla »,‎ 2005 (consulté le 15 mars 2010)
  94. (fr) Vatican « Discours de Benoit XVI suite au film sur Karol Wojtyla sur le site du Vatican.va »,‎ 2005 (consulté le 15 mars 2010)
  95. http://www.santosubito.fr
  96. résumé
  97. http://papej-p2.blogspot.com

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Précédé par Jean-Paul II Suivi par
Jean-Paul Ier
Emblem of the Papacy SE.svg
Pape de l’Église catholique
Benoît XVI