Tisza

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tisza (homonymie).
Tisza
La Tisza à Szeged.
La Tisza à Szeged.
La Tisza est un affluent du Danube.
La Tisza est un affluent du Danube.
Caractéristiques
Longueur 965 km
Bassin 157 100 km2
Bassin collecteur Bassin du Danube
Débit moyen 814 m3/s
Cours
Source Carpates orientales extérieures
· Localisation Ukraine
· Altitude 2 020 m
· Coordonnées 48° 04′ 29″ N 24° 14′ 40″ E / 48.0747, 24.2444 (Source - Tisza)  
Confluence Danube
· Localisation Stari Slankamen (près de Novi Sad)
· Altitude 80 m
· Coordonnées 45° 08′ 17″ N 20° 16′ 39″ E / 45.138056, 20.2775 (Confluence - Tisza)  
Géographie
Pays traversés Drapeau de l'Ukraine Ukraine
Roumanie Roumanie
Drapeau de la Slovaquie Slovaquie
Drapeau de la Hongrie Hongrie
Serbie Serbie
Principales villes Rakhiv, Khoust, Tchop, Sighetu Marmației, Bocicoiu Mare, Tokaj, Szolnok, Szeged

La Tisza (en hongrois : Tisza [ˈtisɒ], en slovaque et en roumain : Tisa, en allemand : Theiß, en serbe et en ukrainien : Тиса, en français : Theisse ou Teysse ou Tibisque dans des sources plus anciennes) est une rivière d'Europe centrale et un affluent du Danube.

La Tisza est considérée comme l'une des plus riches en poissons d'Europe.

C'est sur les rives de la Tisza que serait mort Attila.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le cours de la Tisza représente 965 km[1]. Mais la distance à vol d'oiseau avec sa source est de seulement 467 km. Sa superficie représente 146 500 km2. Les berges sont principalement plates et souvent marécageuses, du fait de fréquentes inondations. Sa largeur atteint 160 à 320 mètres.

La Tisza est issue des forêts des Carpates ukrainiennes, à la jonction de la Tisza Blanche et de la Tisza Noire. Elle trace la frontière entre l'Ukraine et le județ de Maramureș en Roumanie. Jusque là, la Tisza est pure et coule vite au fond de vallées étroites. Puis elle traverse toute la Hongrie, où elle devient plus lente et boueuse. Elle arpente les grandes plaines de l'Est et rejoint le Danube en Serbie, après Novi Sad. Son bassin versant, particulièrement vaste, concerne aussi la Slovaquie et la Roumanie. Elle sépare les deux régions historiques Banat historique et Bačka (Bácska) en Voïvodine.

Elle est navigable à partir de Sighet (Sziget), pour de plus grosses embarcations à l'embouchure avec la Hernád, pour les bateaux à vapeur seulement à partir de Szolnok (ces bateaux naviguaient autrefois jusqu'à Tokaj).

Le canal Bácsér la relie avec le Danube, le canal Bega avec la Temes.

Depuis longtemps, le domptage de la Tisza, l'assèchement de ses berges, leur protection contre les inondations ont été entrepris.

Villes situées le long de la Tisza[modifier | modifier le code]

La Tisza à Senta.
La Tisza à Senta.

Ukraine[modifier | modifier le code]

Roumanie[modifier | modifier le code]

Hongrie[modifier | modifier le code]

La Tisza à Szolnok.
La Tisza à Szolnok.

Rivières secondaires de la rive droite[modifier | modifier le code]

Taraczko, Talabor, Nagyág, Borsova, Bodrog, Sajó (Hernád), Eger, Zagyva

Rivières secondaires de la rive gauche[modifier | modifier le code]

Vissó, Iza, Szamos, Körös, Maros, Bega.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Son principal affluent est le Mureș (ou en hongrois : Maros), les autres affluents sont le Körös, la Zagyva, le Sajó, le Bodrog, la Crasna le Someș, la Bega, la Zlatica.

Le cours hongrois de la Tisza est très peu pentu, mais plusieurs méandres ont été rectifiés. Le débit est irrégulier : on peut généralement traverser la rivière à pied à la fin de l'été mais la fonte des neiges dans les Carpates donne régulièrement des crues de 2000 à 3 000 m3/s suivies d'inondations.

Un barrage a créé une retenue de 134 km2 au cœur de la Hongrie, offrant à la région de la Grande Plaine (grand Alföld) une vocation touristique en devenir.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : Szeged

Aires protégées[modifier | modifier le code]

La catastrophe écologique de 2000[modifier | modifier le code]

Le 30 janvier 2000, une digue cède dans un bassin d'une exploitation d'or de Baia Mare, au nord de la Roumanie, laissant échapper 100 000 m3 d'eaux boueuses. La forte concentration en cyanure de cette pollution entraîne la destruction quasi totale de la faune et de la flore aquatique dans le Someș puis dans la Tisza. Les effets de ce déversement ont été sensibles jusqu'en mer Noire. La Hongrie a porté plainte contre la société australienne Esmeralda, actionnaire à 51 % de l'entreprise Aurul de Baia Mare[2][3][4].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Geographylogo.svg

Les coordonnées de cet article :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Klement Tockner, Urs Uehlinger et Christopher T. Robinson, Rivers of Europe, London, Academic Press,‎ 2009 (ISBN 978-0123694492, lire en ligne)
  2. « Rapport officiel sur la catastrophe écologique », sur www.ineris.fr (consulté le 30 juillet 2014)
  3. « Dossier documenté sur la catastrophe », sur claude.aube.free.fr (consulté le 30 juillet 2014)
  4. « Aurul, la mine d'or qui a déversé la mort. », sur www.liberation.fr (consulté le 30 juillet 2014)