Carpates

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Carpates (homonymie).

47° 00′ N 25° 30′ E / 47, 25.5 ()

Carpates
Image satellite des Carpates.
Image satellite des Carpates.
Géographie
Altitude 2 655 m, Gerlachovský štít
Longueur 1 500 km
Administration
Pays Drapeau de l'Autriche Autriche
Drapeau de la Slovaquie Slovaquie
Drapeau de la Pologne Pologne
Drapeau de la République tchèque République tchèque
Drapeau de la Hongrie Hongrie
Roumanie Roumanie
Serbie Serbie
Drapeau de l'Ukraine Ukraine
Carpates occidentales intérieures en Pologne (Tatras)

Les Carpates (roumain : Munții Carpați, tchèque : Karpaty, polonais : Karpaty, slovaque : Karpaty, allemand : Karpaten, hongrois : Kárpátok, serbe : Карпати, jadis parfois orthographiées Carpathes ou Karpathes) constituent la partie orientale de l’ensemble montagneux situé au centre de l’Europe, dont les Alpes constituent la partie occidentale. Les Carpates et les Alpes partagent les mêmes origines tectoniques et géologiques. Les Carpates s’étendent sur les territoires de l’Autriche, de la Slovaquie, de la Pologne, de la République tchèque, de la Hongrie, de l'Ukraine, de la Roumanie et de la Serbie[1].

Principale chaîne de montagnes de l’Europe centrale, les Carpates culminent à 2 655 m au mont Gerlachovský en Slovaquie[1], à 2 544 m au mont Moldoveanu en Roumanie et à 2 499 m au Mont Rysy en Pologne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les Carpates doivent leur nom à la tribu dace des Carpes dont le nom pourrait provenir de Carpa, ancien terme indo-européen signifiant « roche ». Ils vivaient à l'origine sur le versant oriental en Moldavie et on sait qu'il s'agissait de tribus qui avaient échappé à la conquête de la Dacie par l'empereur Trajan.

Géographie[modifier | modifier le code]

Les Carpates se déploient à travers les territoires de huit pays d'Europe centrale : l'Autriche, la Slovaquie, la Pologne, la République tchèque, la Hongrie, l'Ukraine, la Roumanie et la Serbie. Au sein de ces États, les régions suivantes ont une partie de leur territoire couverte par les Carpates :

Topographie[modifier | modifier le code]

Les diverses parties des Carpates

Grandes divisions du massif : * 1, vert foncé : Carpates occidentales extérieures * 2, vert clair : Carpates occidentales intérieures * 3, orange foncé : Carpates orientales extérieures * 4, orange clair : Carpates orientales intérieures * 5, bleu clair : Carpates méridionales ou Alpes de Transylvanie * 6, rouge : Carpates occidentales roumaines * 7, violet : Plateau de Transylvanie * 8, rose : Carpates serbes Cours d'eau : * a : Vistule * b : Danube * c : Tisza * d : Save * e : Dniestr * f : Prout Pays : * CZ : République tchèque * PL : Pologne * UA : Ukraine * AT : Autriche * SK : Slovaquie * HU : Hongrie * RO : Roumanie * HR : Croatie * BA : Bosnie-Herzégovine * RS : Serbie * BG : Bulgarie

La chaîne des Carpates est séparée des Alpes par le Danube et s'étend sur plusieurs pays d'Europe centrale. Elle couvre une surface de 209 000 km2[1] dont 53 % se situe en Roumanie, 17 % en Slovaquie, 10 % en Ukraine, 9 % en Pologne, 4 % en Serbie et en Hongrie 2 % en République tchèque et 0,2 % en Autriche[2]. Elle est divisée en huit régions :

On parle aussi :

  • des Beskides pour parler du massif situé dans le nord-est de la République tchèque, le nord-ouest de la Slovaquie, le sud de la Pologne et l'ouest de l'Ukraine (Carpates occidentales extérieures et Carpates orientales extérieures) ;
  • des monts Bieszczady (Carpates orientales extérieures) ;
  • des Tatras, pour la partie la plus haute, à cheval sur la Pologne et la Slovaquie, des Tatras dans les Carpates occidentales intérieures.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Le ruissellement des eaux des Carpates aboutit à environ 90 % dans la mer Noire. Le Danube et son affluent le Prout, ainsi que le fleuve Dniestr abordent les Carpates et se jettent tous dans la mer Noire. Seules les eaux des flancs nord, en Slovaquie et principalement en Pologne, finissent dans la mer Baltique par la Vistule et aussi en partie l'Oder. La Vistule, le Dniestr et divers affluents du Danube (Váh, Tisza, Olt, Siret, Prut) prennent leur source dans les Carpates. Ces rivières connaissent leurs crues au printemps (mars-avril) et en été (juin-juillet), cette dernière étant généralement la plus forte. L'importance de ces crues est généralement renforcée par les pauvres qualités de percolation des sols. Les principaux réservoirs (parmi les quelque cinquante dans les Carpates) sont à la frontière roumano-serbe, dans la vallée de Bistrița en Roumanie, dans la vallée du San en Pologne, et dans la vallée du Orava en Slovaquie. Bien qu'il y ait environ 450 lacs dans les Carpates, ils représentent une surface de moins de 4 km2. En haute montagne, leur origine est principalement glaciaire[3].

Géologie[modifier | modifier le code]

Les Carpates font partie de l'orogénèse alpine, leur surgissement ayant commencé au début du Cénozoïque lorsque la tectonique des plaques a rapproché les plaques africaine et eurasienne, fermant progressivement l'océan Téthysien qui les séparait auparavant. Dans ce contexte, les microplaques pannonique (sous le bassin du moyen-Danube), moesique (sous le bassin du bas-Danube) et sarmatique (au nord du bassin pontique) ont été compressées les unes contre les autres, faisant s'élever entre elles les sédiments marins : ce sont les actuelles Carpates. Le volcanisme y a été actif jusqu'à des périodes très récentes (15 000 ans avant le présent dans les monts Harghita) et un fort thermalisme résiduel en témoigne. Le mouvement continue et provoque régulièrement des séismes en Roumanie (épicentre de Vrancea à la jointure des trois plaques, formant le « coude des Carpates »).

Lors des phases glaciaires et inter-glaciaires qui se sont succédé durant les deux derniers millions d'années, de grandes masses d'eau de fonte ont rempli le bassin Pannonique (actuelle Hongrie orientale) et Pontique (actuelle mer Noire), puis les eaux du premier sont passées dans le second à travers le défilé des Portes de Fer et, à la fin de la dernière phase glaciaire, les eaux de la Méditerranée ont envahi à travers le Bosphore le bassin Pontique, transformant le lac en mer saumâtre (la mer Noire). Le travail de l'érosion a alors donné aux Carpates leur géomorphologie actuelle et creusé la plupart des gorges aujourd'hui en place.

Les Carpates sont composées de systèmes géologiques parallèles.

Les Carpates extérieures (de Vienne, à travers la Moravie, le long de la frontière polono-tchéco-slovaque, à travers l'ouest de l'Ukraine, et finissant au nord de Bucarest) sont composées de flysch. On y trouve beaucoup de nappes de charriage, telles que la nappe de Skole et la nappe de Magura dans sa partie orientale, et la nappe silésienne ou la nappe de Targau dans sa partie occidentale. Ces deux zones sont séparées par la dépression centrale carpatique.

Les Carpates intérieures sont composées de plusieurs ensembles, avec le bloc central slovaque à l'ouest, le bloc oriental carpatique et le bloc austral carpatique à l'est. Le massif Bihor, au sein des monts Apuseni, en Roumanie, occupe le centre. Ces rochers sont constitués autour de cœurs cristallins et métamorphiques, avec des ajouts de roches sédimentaires plus jeunes, de l'ère Mésozoïque, principalement calcaires et dolomitiques.

Lac volcanique Sfânta Ana près de Miercurea Ciuc en Roumanie

L'arc le plus à l'intérieur est constitué de roche volcanique du tertiaire (formé il y a moins de 50 millions d'années). À l'ouest, cet arc est plus consistant qu'à l'est, où il ne forme qu'une ligne droite, parallèle à la faille suivant le massif. Le Plateau de Transylvanie sépare cet ensemble des Carpates du sud.

Le bloc central slovaque est séparé en plusieurs massifs montagneux par divers bassins remplis de rochers tertiaires plus jeunes.

En Roumanie, des mouvements orogéniques eurent lieu le long des Carpates extérieures jusqu'à la fin du tertiaire (il y a moins de 10 millions d'années), produisant des plis et des mouvements dans les rochers sédimentaires de la dépression subcarpatique, formant une cordillère relativement moins élevée le long des Carpates[4].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Carpates est de type continental. Les hivers peuvent être très froids avec des chutes de neige fréquentes et des températures moyennes hivernales allant de -12 à °C. Les étés peuvent être caniculaires et sont généralement ensoleillés, avec des températures moyennes estivales allant de 19 à 38 °C. Les pluies sont concentrées surtout en septembre et tombent généralement sous forme d'orages violents.

[réf. nécessaire]

Écosystème[modifier | modifier le code]

L'exploitation forestière aux XIXe et XXe siècles a fortement marqué le paysage. Dans les années 1930, les premières réserves naturelles sont créées. Bien que 16 % de la région soit protégée sous une forme ou une autre, l'exploitation forestière, la chasse et le développement en menacent l'équilibre. Celui-ci est également mis à mal par la pollution de l'air et de l'eau, les installations touristiques et sportives. Les cours d'eau sont parfois bloqués par les installations hydroélectriques. Les constructions de nouvelles autoroutes perturbent la continuité des habitats. La biodiversité est menacée par le remplacement des forêts traditionnelles, par des monocultures et l'abandon des formes traditionnelles d'agriculture. La chasse et le braconnage (principalement en Ukraine) constituent un danger pour certaines espèces de gibier[5].

Faune[modifier | modifier le code]

Plus du tiers de tous les grands carnivores sauvages en Europe se trouvent dans les Carpates[6], ainsi la région accueille les plus importantes populations d'Europe d'ours bruns (plusieurs milliers), de loups (plus de 4 000) et de lynx (plus d'un millier)[5]. La région comprend aussi près de la moitié de la population européenne d'aigles royaux[réf. souhaitée], et une zone où ils font leurs nids. C'est une des dernières zones où l'on trouve des chats sauvages et des bisons à l'état sauvage[5]. L'ensemble montagnard comprend aussi un peuplement important de chamois, de marmottes, de cerfs, de sangliers[7], de chevreuils ou encore d'élans[8]. On y trouve plus de 1 500 espèces animales, dont près d'un millier d'insectes, une centaine d'oiseaux, environ 75 de mammifères, une vingtaine d'espèces de poissons, au moins 74 espèces de mollusques[8].

Flore[modifier | modifier le code]

Limite des arbres dans les monts Parâng en Roumanie

La végétation dans les Carpates se répartit par zones. Au bas des pentes, les forêts sont principalement composées de feuillus : chênes pédonculés, tilleuls à petites feuilles, et charmes communs) au nord, et divers chênes (Chêne rouvre, chevelu, pubescent, Hongrois) au sud. La zone montagneuse, entre 600 m et 1 100 m au nord et 650 m et 1 450 m au sud, est dominée par le hêtre européen et le sapin blanc. Certaines zones (Bile Karpatý, Male Karpatý, Tribeč à l'ouest, Vihorlat, Bukovské Vrchý, Bieszczady, ainsi que les Carpates du Sud) sont quasiment entièrement composées de hêtre. Dans la plupart des zones, le hêtre est mélangé au sapin blanc, à l'épicéa et à l'érable sycomore. Finalement, certaines zones (Tatras, Moravske Beskydy, Oravska Magura dans les Carpates occidentales, Gorgany, Czornohora, et Munti Bistrei dans les Carpates orientales) sont surtout composées de forêts de conifères, généralement un mélange de sapin blanc et d'épicéa. La zone subalpine, entre 1 100 m et 1 400 m au nord et 1 400 m et 1 900 m au sud, est presque totalement faite d'épicéas, avec quelques sorbiers des oiseleurs. Quelques pins cembro (ainsi que des mélèzes d'Europe dans les Tatras) apparaissent à la limite des arbres sur les plus hautes cordillères (Tatras, Czornohora, Marmures, Făgăraș, Retezat). Au-dessus de cette limite, une zone de krummholz apparaît, avec d'épais fourrés de pin mugo, de genévrier et d'aulne vert. Encore au-dessus, on trouve des alpages, excepté sur les Tatras, Făgăraș, Parîng, et Retezat où les sommets sont principalement des zones rocheuses avec peu de végétation. Les monts Bieszczady dans les Carpates orientales n'ont pas de forêt d'épicéa, et la ligne des hêtres tortillards[réf. nécessaire], à environ 1 200 m, donne directement sur les alpages[5].

Les hommes ont également marqué le paysage. Les Daces pendant l'Antiquité et les bergers valaques au Moyen Âge furent les premiers à habiter certaines zones à l'intérieur des montagnes. En brûlant et abattant les arbres, ils créèrent de nombreux prés et clairières, qui sont un élément typique du paysage des Carpates. L'agriculture n'est présente qu'au bas des pentes et dans les vallées; une forme traditionnelle d'élevage de bovins, de moutons, et de chevaux survit dans le sud et l'est des Carpates en Ukraine et en Roumanie, mais disparaît rapidement à l'ouest. L'exploitation forestière est la source principale de revenus dans beaucoup de régions. À son plus fort aux XIXe et XXe siècles, elle a eu pour conséquence l'abattage de nombreuses forêts et leur remplacement par des épicéas communs. La coupe rase a encore lieu en Roumanie et en Ukraine. À l'ouest, l'aménagement forestier donne lieu plutôt à des coupes progressives de régénération et à des coupes de jardinage[5].

L'agriculture au bas des pentes est en bonne part à base de blé, de pommes de terre et d'avoine. La zone ayant été moins affectée par les cycles glaciers du Quaternaire, elle comporte beaucoup de plantes endémiques[7], mais moins d'espèces (une centaine) que les Alpes, les Pyrénées ou les montagnes des Balkans. La plus haute concentration d'espèces endémiques est dans les Tatras, ainsi que dans les hautes montagnes de l'est et du sud des Carpates. Toutes les plantes rares ou en danger sont protégées, et les plus fortes concentrations sont dans des réserves naturelles. Plusieurs espèces d'arbres sont protégées, mais les lichens, champignons et thallophytes de la région n'ont pas été étudiés en détail[5].

Démographie[modifier | modifier le code]

La population des régions des Carpates avoisinerait 17 millions de personnes[1]. En dehors des grands centres urbains, les Carpates du Sud et de l'Est sont néanmoins moins densément peuplées que les Carpates occidentales.

Principales villes[modifier | modifier le code]

Les principales villes à proximité ou au sein de la chaîne des Carpates sont, par ordre décroissant de population :

Plus de 100 000 habitants

Entre 50 000 et 100 000 habitants

Entre 15 000 et 50 000 habitants

Histoire[modifier | modifier le code]

La population humaine est attestée dès le Paléolithique (Néandertal est présent dans la grotte de Šipka en Slovaquie, les plus anciens Sapiens dans Peștera cu Oase en Roumanie), associés à la faune de l'époque, aujourd'hui en grande partie disparue (Mammouths) mais ayant laissé de nombreux toponymes dans les Carpates (par exemple les nombreux toponymes en « Tur » évoquent l'Aurochs)[10].

Monument figurant un T-34 contre un panzer IV, pour illustrer la bataille de la passe de Dukla (en) entre la frontière de Pologne et de Slovaquie (du 8 septembre au 28 octobre 1944.

Une fois accompli le passage à l'élevage et l'agriculture, les Carpates deviennent l'habitat de populations pré-indoeuropéennes, brachycéphales, appelées par commodité et abus de langage (faute d'en connaître le nom réel) « Pélasges », du mot par lequel les Grecs désignaient les habitants de leur pays avant l'arrivée des Achéens. Ces populations ont laissé de nombreux sites, dont l'un des plus anciens villages d'Europe, celui de Lepenski Vir dans les Carpates serbes, au bord du Danube. Avec l'arrivée des Indo-Européens, des noms de peuples commencent à nous parvenir : parmi eux, celui des Carpes (les « rocailleux »), qui ont laissé leur nom à toute la chaîne.

Les Carpates se situent alors au carrefour de plusieurs aires linguistiques et culturelles, indo-européennes ou non, où s'entrecroisent :

Comme tous les massifs montagneux, les Carpates ont été durant les nombreuses guerres du passé, l'enjeu de batailles acharnées notamment dans les passes, tandis que les massifs servaient de refuge aux populations chassées ou persécutées dans les plaines environnantes comme par exemple les Houtsoules, les Lipovènes, les Valaques, et notamment aux serfs en rupture de ban de toute origine, formant des communautés de Haïdouks.

Toutes ces « strates historiques » ont laissé dans les Carpates des toponymes, des langues, des légendes, des architectures, des monuments, des musiques, des cuisines et des traditions où l'on perçoit à la fois les différences (que soulignent les nationalistes) et des influences communes (que relèvent l'ethnologue, le sociologue et l'historien)[11].

Activités[modifier | modifier le code]

Pastoralisme, exploitation du bois et des mines, chasse et, plus récemment, pisciculture et tourisme sont les « six piliers » économiques dans les Carpates.

Tourisme[modifier | modifier le code]

On trouve dans les Carpates de nombreuses stations de ski. Notamment :

Industrie[modifier | modifier le code]

La plupart des industries dans les Carpates sont consacrées aux activités minières et d'exploitation forestière, qui ne sont pas sans poser, notamment dans la partie orientale de l'ensemble carpatique, de graves problèmes de pollution (catastrophe de la Tisza en 2000[12], effluents cyanurés de Roșia Montană[13]) et de déforestation.

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Routes[modifier | modifier le code]

Voies ferrées[modifier | modifier le code]

Voies navigables[modifier | modifier le code]

Aéroports[modifier | modifier le code]

Voici la liste des principaux aéroports dans les Carpates ou à moins de 50 km :
Autriche :

République tchèque :

Pologne :

Slovaquie :

Hongrie :

Ukraine :

Roumanie :

Serbie :

Politique[modifier | modifier le code]

Il n'existe pas encore de programme de gestion intégrée unique pour l'ensemble des massifs, mais des conventions et programmes internationaux existent dans les huit pays dont les territoires recouvrent les Carpates (Autriche, Slovaquie, Pologne, République tchèque, Hongrie, Ukraine, Roumanie et Serbie). Le plus important de ces instruments est l'Eurorégion des Carpates, l'une des plus grandes eurorégions et la plus ancienne de l'Europe centrale et orientale. Elle chevauche cinq pays : Hongrie, Pologne, Ukraine, Roumanie et Slovaquie sur 145 153 km2 regroupant environ 16 millions d'habitants[14].

Culture[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Arts plastiques[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

Par pays[modifier | modifier le code]

En Slovaquie[modifier | modifier le code]

Le mont Kriváň est devenu le symbole de la Slovaquie depuis le renouveau national slovaque au XVIIIe siècle, mentionné par Ľudovít Štúr, Janko Kráľ (qui appela les Slovaques les enfants du Kriváň) et Samo Chalupka, qui en fit le symbole de la place des Slovaques au concert des nations [15].

En 2005, les Slovaques élisent ce symbole pour illustrer le revers des pièces de 1, 2 et 5 centimes d'euros slovaques[16],[17],[18]. Selon la Banque nationale de Slovaquie, le mont représente la protection de la souveraineté nationale slovaque et son territoire historique, et également ses richesses naturelles[19]. Selon la légende, le mont Kriváň a une forme penchée afin d'écouter les lamentations du peuple slovaque pendant l'époque de la domination hongroise.

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • Michel Haret, « Le paysage alpin Carpatique et son interprétation botanique », Revue de géographie alpine, vol. 14, no 3,‎ 1926, p. 617 - 657 (lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) Carpathian Network of Protected Areas, consulté le 29 mars 2010
  2. (sk) Mikuláš Argalács, Dominik Michalík, « Karpaty », Pro Region Slovakia,‎ 2003 (consulté le 12 novembre 2011)
  3. (en) About the Carpathians - Drainage - The Carpathian Mountains, consulté le 1er avril 2010
  4. (en) About the Carpathians - Geology - The Carpathian Mountains, consulté le 31 mars 2010
  5. a, b, c, d, e et f (en) Carpathian montane conifer forests - Encyclopedia of Earth, consulté le 1er avril 2010
  6. (en)[PDF] Valeria Salvatori (2004) : Conservation areas for large carnivores in the Carpathian Mountains - Chapter 3 Study area and target species, consulté le 2 avril 2010
  7. a et b (en) About the Carpathians - Plant and Animal Life - The Carpathian Mountains, consulté le 2 avril 2010
  8. a et b (en)[PDF] BEECH FORESTS.pdf PNUE - Forêts de hêtre des Carpates, consulté le 2 avril 2010
  9. a, b, c, d et e (sk) (en) Statistical Office of the Slovak Republic, « Mestská a obecná štatistika SR »,‎ 2007 (consulté le 29 mars 2010)
  10. Alexandru Filipașcu : Animaux sauvages du temps de nos ancêtres (ro: Sălbăticiuni din vremea strămoșilor noștri), éd. Științifică, Bucarest 1969
  11. Sources du paragraphe "Histoire" : « Westermann Grosser Atlas zur Weltgeschichte », 1985, ISBN 3-14-100919-8; « DTV Atlas zur Weltgeschichte », 1987 traduit chez Perrin, ISBN 2-7242-3596-7; « Putzger historischer Weltatlas Cornelsen » 1990, ISBN 3-464-00176-8; « Atlas historique Georges Duby », Larousse 1987, ISBN 2-03-503009-9; série des « Atlas des Peuples » d'André et Jean Sellier, La Découverte : « Europe centrale » : 1992, ISBN 2-7071-2032-4 et « Orient » : 1993, ISBN 2-7071-2222-X; « Történelmi atlasz » de l'Académie hongroise, 1991, ISBN 963-351-422-3 CM et « Atlas istorico-geografic » de l'Académie roumaine, 1995, ISBN 973-27-0500-0.
  12. Rapport officiel sur la catastrophe écologique et Dossier documenté sur la catastrophe
  13. [1]
  14. « Carpathian Foundation Istoria »,‎ 2003-2005 (consulté le 27 janvier 2010)
  15. (sk) Samo Chalupka: Bolo i bude - elektronická knižnica, consulté le 29 mars 2010
  16. (en) 1 cent - www.nbs.sk, consulté le 29 mars 2010
  17. (en) 2 cent - www.nbs.sk, consulté le 29 mars 2010
  18. (en) 5 cent - www.nbs.sk, consulté le 29 mars 2010
  19. (en) Information on the results of the anonymous public tender for the art design of the Slovak sides of euro coins - www.nbs.sk., consulté le 29 mars 2010