Migration des oiseaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La migration des oiseaux est une migration animale réguliere et saisonniere observée chez de très nombreuses espèces d'oiseaux. Ce déplacement est, par exemple, une manière pour ces espèces d'échapper à un changement d'habitat ou une baisse de disponibilité de nourriture liée aux rigueurs d'un climat défavorable, mais est aussi une maximisation des chances de reproduction[1]. Lors des grands flux saisonniers, on observe généralement un pic d'activité migratrice à partir du coucher du Soleil, et jusqu'à minuit voire 1 h du matin, suivi d'une diminution de cette activité au cours de la nuit. Avec le lever du soleil le nombre d'oiseaux en vol augmente à nouveau (migrateurs diurnes cette fois).

Migration de bernaches nonnettes Branta leucopsis en Finlande.
Hirondelles rustiques se rassemblant avant la migration.

Plusieurs phénomènes ont réactualisé l'intérêt de l'étude de ces migrations. Tous les observateurs constatent l'impact du réchauffement climatique sur la sédentarisation croissante de certaines espèces comme la fauvette à tête noire et le pouillot véloce. Pour l'hiver, certains étourneaux migrent même vers les villes plus au nord où ils trouvent, maintenant, alimentation et refuges. En outre, une meilleure protection de ces animaux passe par une bonne connaissance de leurs migrations. Enfin, les caractéristiques qui permettent aux oiseaux de se repérer sont encore mal connues. Les oiseaux peuvent aussi transporter des propagules lorsqu'ils se déplacent (microbes, plantules, parasites, œufs de crustacés sur de grandes distances, ou crustacés vivants sur de petites distances...) leur rôle en la matière est encore mal compris[2], mais semble potentiellement important[3]; Une prédation particulière[4] peut exister durant la migration, qui contribue probablement à la sélection naturelle, à laquelle s'ajoutent les effets de la chasse (dérangement, prélèvements, saturnisme...).

Étude des migrations[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Chronologie de l'ornithologie.

Les premières observations de migration ont été enregistrées au Ier millénaire av. J.‑C. par Hésiode, Homère[5], Hérodote, Aristote… Ces migrations sont porteuses de symboles pour les Chinois comme pour Confucius, pour les Juifs dans la Bible[6] et le signe d'une perfection divine dans le Coran[7].

Fresques minoenne à Akrotiri, vers 1500 av. J.C.

Aristote, repris par Pline l'Ancien dans L'Histoire naturelle, a noté que certaines grues voyagent des steppes Scythes aux marais près des sources du Nil. En revanche, Aristote pensait que le rouge-gorge était une métamorphose hivernale du rouge-queue ou que certains oiseaux comme les cigognes, les merles, les tourterelles, les alouettes et les hirondelles[8] hibernaient. Cependant, dès le XVIe siècle, Pierre Belon fut un des premiers à rejeter la théorie de l'hibernation et à avancer, preuves à l'appui, celle de la migration. Dans son ouvrage Histoire naturelle des oiseaux paru en 1770, Buffon adhère aux thèses migrationnistes et entraîne ainsi l'opinion de ses contemporains même si certaines réticences demeurent. Cette croyance persistait cependant en 1878, quand Elliott Coues a énuméré 182 ouvrages contemporains traitant de l'hibernation des hirondelles[9].

Observation et comptage[modifier | modifier le code]

L'étude des migrations a débuté par l'observation des vols migratoires et par la collecte des dates d'arrivée et de départ de migrateurs stricts dans des régions données[10].

  • Aux États-Unis, la plus grande base de données officielle sur la migration des oiseaux en Amérique du Nord compte 6 millions de cartes écrites à la main par des milliers de bénévoles qui ont envoyé leurs données au Gouvernement dès les années 1880. Ces fiches papier sont stockées dans un sous-sol en Virginie, et ont plusieurs fois failli être détruites. Manquant de liquidités, un groupe de biologistes a – sur le modèle de science citoyenne utilisé par la NASA [11] – fait appel à un crowdsourcing par des citoyens volontaires pour transcrire ces fiches dans une base de données numérique, dans le cadre d'un programme d'étude de la phénologie aviaire en Amérique[12].
  • En Europe, il existe le portail néerlandais Trektellen, une initiative originale de centralisation de données de plusieurs centaines de sites d'observation et de stations de baguage, principalement des Pays-Bas, de Belgique, d'Allemagne, de Grande-Bretagne, de France, d'Espagne et du Portugal. Cette base de données en ligne dispose déjà de plus de 45 millions de données relatives à la migration des oiseaux en Europe, qui peuvent se consulter et s'interpréter par le biais d'outils de statistique.
  • En France, le premier site où les vols migratoires ont été dénombrés de façon systématique selon un protocole bien défini a été le col d'Organbidexka, en bordure de la forêt d'Iraty, dans la province basque de la Soule (Pyrénées-Atlantiques), rapidement suivi par la pointe de Grave, à l'extrémité nord du Médoc. Depuis, c'est un réseau de plus de 40 sites qui sont suivis, dont plus de la moitié le sont régulièrement. Les résultats des comptages sont inscrits chaque soir sur le portail français de la migration, où chaque internaute peut les consulter sous forme de listes, graphiques, etc.

L'observation et le comptage de la migration sont des activités propices à l'accueil de jeunes ornithologues, qui se sont formés à la pratique rigoureuse de leur passion auprès des « spotteurs » (surnom donné aux responsables des comptages migratoires). De nombreux professionnels de l'environnement ont fait leurs premières armes dans ce cadre.[réf. nécessaire]

Baguage[modifier | modifier le code]

Examen des caractéristiques d'une huppe fasciée baguée au Portugal

Le baguage a été proposé en 1899 par Hans Christian Cornelius Mortensen sur l'étourneau sansonnet. La première campagne de baguage rigoureuse a été menée par Johannes Thienemann en Prusse-Orientale en 1903. Cette expérience est reproduite ensuite en Hongrie en 1908, en Grande-Bretagne en 1909, en Yougoslavie en 1910 et en Scandinavie entre 1911 et 1914[13], puis se généralise dans le monde entier.

Observation devant la lune[modifier | modifier le code]

Les deux tiers des oiseaux migrant de nuit, cette autre technique consiste à compter le nombre d'oiseaux passant devant le disque de la pleine lune[14],[15]. Elle permet aussi de voir passer des papillons, des chauves-souris...

Observation par analyse d'enregistrements sonores[modifier | modifier le code]

En enregistrant des cris des oiseaux migrants et en les analysant en laboratoire pour déterminer les espèces, le nombre d'individus et les fréquences de passage[16], on obtient également des résultats. Les études actuelles ont pour but de connaître les flux de migration afin d'en déduire la densité des oiseaux et leurs itinéraires, et de comprendre les causes et les différentes formes de migration.

Observations radars[modifier | modifier le code]

Écho d'oiseaux sur un radar
Articles détaillés : radar et collision d'oiseau.

Les radars peuvent fournir des informations y compris la nuit ou à hautes altitudes lorsque les oiseaux sont cachés par les nuages.
Suivant les modèles de radars, la sécurité aérienne obtient des informations sur l'intensité des passages, leur fréquence, et les caractéristiques des vols comme la vitesse et l'altitude. Ils ont montré qu'on avait antérieurement beaucoup sous-estimé le nombre d'oiseaux migrateurs, et ils permettent maintenant aussi d'anticiper les flux[17].
Cette technique a été inventée dans les années 1960 pour éviter les éventuelles catastrophes aériennes par impact, destructrices pour les aéronefs comme pour les oiseaux. Les informations transmises aux ornithologues permettent de mieux connaître localement les flux de migration.

Analyse isotopique de phanères[modifier | modifier le code]

L'analyse isotopique des phanères (plumes, becs, griffes…) prélevés sur des individus après leur migration apportent des renseignements parfois intéressants. Les teneurs et rapports isotopiques, par exemple du deutérium et de l'oxygène dans les poils ou plumes de l’année aident par exemple à comprendre les migrations de nombreux animaux[18]). Ce type de données a ainsi permis de préciser les voies et stratégies migratoires de diverses espèces d'oiseaux[19]. Ces méthodes permettent de bien mieux comprendre l'écologie et l'utilisation de certains corridors biologiques, l'histoire de vie des individus, qui sont autant d'éléments utiles pour la biologie de la conservation. Elles sont « en train de révolutionner la façon dont nous créons des liens entre les phases du cycle annuel des animaux migrateurs. Cependant, les chercheurs doivent faire preuve de prudence dans l'application des méthodes isotopiques »[20].

Observations satellites[modifier | modifier le code]

Les balises de suivi par satellite sont utilisées pour suivre les oiseaux migrateurs depuis la fin des années 1980 et ont fourni des informations impossibles à obtenir auparavant. Leur précision est de l'ordre de 150 m. Les balises Argos étaient très utilisées en 1997. Elles pèsent environ 80 g. Si les émetteurs GPS sont disponibles depuis le début des années 2000, ils n'ont été miniaturisés pour pouvoir être fixés sur les oiseaux migrateurs qu'au milieu de la décennie. La précision de localisation est alors de l'ordre de 10 m. En fournissant des mesures régulières, ces balises permettent des projets pédagogiques ou scientifiques tels que le suivi en direct des mouvements sur Internet. En 2005, le poids d'un émetteur GPS est de 70 grammes.

Quelques exemples 

Depuis 1994, le CNRS et l'Institut polaire français - Paul Émile Victor ont équipé certains manchots royaux de balises Argos pour comprendre les déplacements alimentaires à différents moments du cycle annuel, en relation avec les conditions climatiques[21]. Ces opérations ont été répétées pour le manchot empereur (résultat 2001)[22], l'albatros hurleur (résultat 2002)[23], et la cigogne blanche (résultat 1997)[24]. En 1998, toujours grâce aux balises Argos, le Service canadien de la faune a équipé des faucons pèlerins pour simplement connaître leur itinéraire[25].

En août 2005, pour mieux connaître les itinéraires des cygnes chanteurs, dix spécimens des steppes de Mongolie, région particulièrement touchée par la grippe aviaire, ont été équipés de GPS à alimentation solaire[26]. Cela devait permettre au GAINS de mieux comprendre la propagation de la maladie. En 2006, dans le même objectif, 45 spécimens au total de sarcelle d'été, le plus abondant des oiseaux effectuant des migrations intercontinentales, de canard casqué qui ne migre qu'en Afrique mais sur de longues distances, et de dendrocygne, le plus abondant des canards africains, qui migre sur des petites distances, ont été équipés par des balises Argos de 12 à 30 g par une équipe du Cirad[27]. La FAO a financé ces deux opérations.

Principe[modifier | modifier le code]

Variabilité de migration pour le milan noir
  •      habitat permanent
  •      zone d'hivernage
  •      zone de nidification

Au début de l'automne, beaucoup d'oiseaux migrent sur de longues distances, principalement depuis les zones tempérées, vers le sud, puis reviennent vers le nord au cours du printemps. Les zones tempérées nordiques offrent l'avantage d'avoir des jours plus longs que les zones méridionales et elles offrent de plus longues plages de temps aux oiseaux pour nourrir leurs jeunes[28]. Les zones méridionales, plus chaudes, offrent en revanche un approvisionnement alimentaire changeant peu avec la saison mais où la compétition alimentaire est plus élevée. L'avantage de la migration compense les coûts énergétiques et les dangers liés à la migration. La prédation peut en effet être augmentée pendant la migration. Certains rapaces, comme l'épervier d'Europe, suivent les groupes de passereaux migrateurs. D'autres, tel le faucon d'Éléonore, calquent leurs périodes de reproduction avec le passage automnal des passereaux. Des faits du même ordre ont été également observés chez une chauve-souris, la grande noctule[29],[30],[31]. Le voyage des oiseaux migrateurs est souvent dur et bon nombre d'individus n'atteignent pas leur destination[réf. nécessaire].

Certaines espèces sont totalement migratrices ; d'autres le sont partiellement, c'est-à-dire que certains individus migrent et que d'autres sont sédentaires ou résidents, à savoir qu'ils restent sur place. La migration partielle est très commune pour les espèces des continents méridionaux. En Australie, 32 % des passereaux et 44 % des autres espèces d'oiseaux sont partiellement migrateurs[32]. Certaines populations migrent sur des petites distances, quelquefois en plusieurs étapes, d'autres sur des distances plus longues. Pour certaines espèces, la période de migration et les distances peuvent varier en fonction des âges ou/et des sexes[33]. Dans le cas des pinsons des arbres, une très forte majorité de femelles et de juvéniles migrent vers le sud en hiver tandis que les mâles sont beaucoup plus sédentaires.

Différents couloirs de migration[34]
  •      Pacifiques
  •      Mississipi
  •      Ouest Atlantique
  •      Est Atlantique
  •      Méditerranée et Mer noire
  •      Ouest Asie et Afrique
  •      Asie centrale et Inde
  •      Est Asie et Australie
Panneau sur la réserve nationale de faune du cap Tourmente illustrant la route migratoire de la grande oie des neiges.

Bien que vivant sur de vastes zones, les oiseaux migrateurs se concentrent le long d'itinéraires bien établis connus sous le nom de corridors ou couloirs de migration. Au Canada, le parc national de la Pointe-Pelée se trouve sur un de ces corridors où passent plus 360 espèces d'oiseaux. En Europe, Gibraltar et le détroit du Bosphore figurent parmi les sites migratoires les plus renommés. En France, le col de Baracuchet, la jetée du Clipon et le cap Gris-Nez sont également des sites reconnus[35]. Ces itinéraires suivent typiquement les littoraux ou les massifs montagneux en tirant profit des courants aériens ascendants et en évitant les barrières géographiques telles que de trop grandes étendues d'eau. L'altitude à laquelle les oiseaux volent peut changer durant la migration. Ces considérations sur les barrières géographiques s'appliquent d'une façon inverse sur les oiseaux terrestres ou côtiers et sur les oiseaux de mer : pour ces derniers, un grand secteur de terre sans eaux superficielles pour les ressources alimentaires est une barrière infranchissable. Ainsi la bernache cravant, qui migre de la péninsule de Taïmyr vers la mer des Wadden, se détourne par la mer Blanche plutôt que de traverser l'océan Arctique et le nord de la Scandinavie. On a pu également montrer que ces itinéraires ne sont pas forcément optimaux énergiquement parlant[36], c'est-à-dire que les itinéraires qui relient les haltes ne sont pas les plus courts. Ce ne sont pas non plus les itinéraires qui passent par les meilleures zones d'approvisionnement. Ces itinéraires peuvent résulter de modifications des aires de destination ou de départ, comme dans le cas de l'augmentation de l'aire de répartition de la Grive à dos olive d'il y a 10 000 ans[36].

Les oiseaux ne volent en général que quelques heures dans la journée puis font halte sur des surfaces propices où ils peuvent se reposer et se nourrir. Certaines traversées, comme celle de la Méditerranée, peuvent s'avérer plus longues. La position de ces haltes migratoires semble influer les trajectoires et les durées de vol. Ces haltes sont, au vu des expériences menées, apprises par certaines espèces[37] qui vont ensuite y retourner, année après année, comme le montre le baguage. Par conséquent la protection de ces zones est un enjeu important dans la lutte pour la protection des oiseaux. En Amérique du Nord, le fleuve Delaware et la baie de Fundy sont des haltes importantes pour les échassiers. La barge rousse serait l'oiseau migrateur à parcourir la plus longue distance sans halte. Elle voyage depuis l'Alaska jusqu'à la Nouvelle-Zélande c’est-à-dire 11 000 km[38].

La migration dans l'hémisphère méridional est beaucoup plus difficile à cerner que celle de l'hémisphère Nord. Ces espèces migrent globalement du sud au nord, à cause de la géographie, les couloirs sont plus étroits et moins accessibles à la surveillance humaine et les espèces concernées font des vols plus longs et s'alimentent durant leur vol. Enfin, certaines espèces migratrices ont aussi des individus résidents dans les zones d'observation et il est très difficile de distinguer les migrants des résidents.

Origine[modifier | modifier le code]

L'origine des migrations n'est pas connue et les scientifiques ne disposent pas de fossiles pouvant étayer leurs hypothèses. On estime cependant que l'alternance des épisodes climatiques glaciaires et des épisodes plus tempérés est prépondérante dans l'apparition des phénomènes migratoires[39]. Dans cette hypothèse, seules les espèces migratrices auraient survécu aux périodes froides. Les migrations ont pu s'initier lorsque les espèces du Sud ont reconquis les niches écologiques vacantes du Nord.

Types de migrations[modifier | modifier le code]

Chaque espèce migratrice adopte son propre mode de migration. Ces types migratoires sont très divers. Certaines espèces migrent de jour, d'autres de nuit. Certaines font de nombreuses étapes, d'autres volent sans halte, etc. Connaître ces migrations constitue un enjeu économique important[Quoi ?] pour certaines espèces.

Classement par type de locomotion[modifier | modifier le code]

Les oiseaux utilisent différents moyens pour migrer. Certaines espèces utilisent plus ou moins complètement le vol battu, comme les hirondelles avec des séquences de repos planées, d'autres espèces utilisent les courants ascendants pour consommer moins d'énergie, comme les rapaces migrateurs ou les cigognes. Plus rarement, certaines espèces migrent à la nage, comme les canards, et surtout les petits pingouins qui parcourent ainsi plus de 1 000 km, c’est-à-dire du Groenland au Spitzberg. D'une manière unique, le Manchot empereur parcourt des dizaines de kilomètres en marchant ou en glissant sur le ventre[40] pour rejoindre sa zone de ponte, pourtant dépourvue de toute nourriture. Des adaptations anatomiques spécifiques pour l'alimentation en oxygène sont nécessaires aux oiseaux volant très haut, telle l'oie à tête barrée.

Le vol battu[modifier | modifier le code]

Article détaillé : vol (animal).

Les fringillidés, les fauvettes, des Sturnidae utilisent ce genre de vol. Les observations sont rares pour les plus petits oiseaux, cependant il semble que ceux-ci volent plus bas que les oiseaux plus gros. La hauteur du vol semble dépendre de plusieurs facteurs comme du relief, de la présence d’eau, du climat, du vent ou du fait que le vol se fait de jour ou de nuit. Les oiseaux qui utilisent le vol battu volent, selon les espèces, du ras du sol jusqu'à 900 m la nuit avec une moyenne autour de 400 m. Les spécimens qui ne migrent pas ne volent pas aussi haut. Certaines espèces, pour se réserver un temps de repos, se laissent tomber puis remontent, se laissent de nouveau retomber, etc[41].

Vol de grues cendrées qui privilégient le vol à voile

Comme la migration en vol battu demande beaucoup d'énergie, les espèces qui pratiquent ce genre de vol font des pauses fréquentes. En outre, elles accumulent plus de graisse que les autres espèces pendant la période de zugunruhe. Ces espèces sont moins soumises aux vents.

Le vol à voile[modifier | modifier le code]

Article détaillé : vol (animal).

Les oiseaux recourant aux ascendances thermiques pour planer volent à une altitude comprise entre 2 000 et 6 000 m, cependant des vautours ont été observés à 11 000 m. Une fois au sommet de l’ascendance, les oiseaux entament une trajectoire descendante dans la direction souhaitée jusqu'à ce qu'ils retrouvent une autre ascendance. Pour des raisons d'aérodynamique, les espèces qui utilisent ce genre de vol voyagent de jour et évitent le plus possible les grandes étendues d'eau.

La nage[modifier | modifier le code]

Les juvéniles des guillemots de Brünnich effectuent une migration à la nage sur plus de 1 000 km, accompagnés par leurs pères, eux-mêmes incapables de voler car en période de mue. Le Plongeon arctique procède lui aussi, mais moins spectaculairement, à une migration pour le début du trajet à la nage. Certaines espèces de manchots effectuent de grandes migrations en pleine mer comme les Pygoscelis.

Classement par distance[modifier | modifier le code]

Les migrations de longue distance[modifier | modifier le code]

Elles ont lieu, pour la plupart, sur un axe nord-sud comme le râle des genêts. Quelques rares espèces migrent sur de longues distances en restant sous les tropiques. Il existe aussi quelques rares espèces qui opèrent des migrations de longue distance d'un lieu en altitude comme Ficedula subrubra et la grive de Ward Zoothera wardii de l'Himalaya vers les hauts plateaux du Sri Lanka. Toutes les espèces ne migrent pas nécessairement vers des zones sans hiver, les oies à bec court migrent de l'Islande ou du Groenland vers la Grande-Bretagne ou les Pays-Bas. Chez les Anatinae, c'est même plutôt l'exception, comme pour la sarcelle d'été qui migre jusqu'en Afrique, Inde ou Indonésie.

Grâces aux radars, des scientifiques[42] ont montré que certaines espèces de petits insectivores passereaux, colibris ou oiseaux-mouches – voyageurs nocturnes – faisaient des haltes dans la journée au Sahara alors que l'on pensait qu'elles le traversaient sans s'arrêter.

La barge rousse détient le record de parcours sans escale de 11 500 km, de l'Alaska à la Nouvelle-Zélande, en 8 jours seulement[43],[44]. 55 % du poids de cet oiseau correspond à des réserves de graisse qui sont brûlées en migration. Certaines populations de Puffin fuligineux sont capables de parcourir 65 000 km, mais en six à dix mois avec de nombreuses pauses pour se nourrir et se reposer. Cet oiseau de moins de quarante centimètres produirait la plus grande migration du monde animal. Les puffins, qui sont des oiseaux à longue longévité, peuvent parcourir des distances énormes au cours de leur vie.

Les performances migratoires en termes de distance ne sont aucunement liées à la taille des oiseaux : de très petits oiseaux comme les colibris peuvent effectuer de très longues migrations.

Les migrations de courte distance[modifier | modifier le code]

Beaucoup d'espèces d'oiseaux ne migrent que sur des distances courtes en suivant des schémas qui peuvent être très différents. Ces espèces sont en général plus sensibles au froid qu'à la longueur du jour. Ainsi, si les conditions le permettent, elles restent facilement sur place. Certaines espèces comme le tichodrome échelette et le cincle plongeur migrent uniquement des montagnes vers les plaines durant la saison froide. D'autres espèces comme le faucon émerillon ou l'alouette des champs se déplacent simplement légèrement plus au sud. Le pinson des arbres de Grande-Bretagne migre dans le sud de l'Irlande lors des périodes très froides[réf. nécessaire].

Sous les tropiques, il y a peu de variation de la durée le jour tout au long de l'année, et il fait toujours assez chaud. Indépendamment des mouvements saisonniers des espèces nordiques, beaucoup d'espèces comme le martin-chasseur du Sénégal migrent localement en raison de l'alternance de la saison sèche et de la saison des pluies.

Modes de migration[modifier | modifier le code]

Les oiseaux à migration diurne sont plus nombreux que ceux à migration nocturne[45]. Certaines espèces sont spécifiquement diurnes comme les Fringilla, les hirondelles et les plus grandes espèces utilisant le vol à voile. D'autres préfèrent le vol de nuit comme les limicoles ou les cailles des blés. Certaines espèces diurnes peuvent aussi migrer la nuit comme les pipits ou les alouettes. La migration nocturne offre plusieurs avantages : les prédateurs sont moins nombreux, la chaleur se fait moins sentir et la déshydratation est plus faible, les effets thermiques liés au relief, perturbant le vol, sont également plus faibles[46]. Pour les espèces volant le plus haut en vol battu, les turbulences verticales sont plus faibles. Tout ceci concourt à rendre le vol de nuit plus économique énergétiquement. Cependant les espèces utilisant les courants ascendants ne peuvent le faire que de jour, et ces oiseaux doivent bénéficier d'un mécanisme qui leur permet de compenser le temps de sommeil perdu[47].

La plupart des oiseaux migrent en groupe, par espèce, indépendamment du fait qu'ils soient sociaux ou solitaires. Ils forment des formations en chevron. Dans cette approche, l'oiseau en tête doit fournir les efforts les plus importants, les autres oiseaux du groupe ayant à fournir un effort moindre car ils bénéficient de son sillage. Dans cette configuration, les oiseaux se relaient en tête du groupe. On a pu prouver que ce type d'organisation permet une économie d'énergie globale de 23 %[réf. nécessaire]. Ces groupes peuvent varier au hasard des haltes. Les Carouges à épaulettes ont la caractéristique de ne voyager qu'en nuée unisexe.

Schéma complexe de migration du Corvus frugilegus
  •      habitat permanent ou partiellement migratoire
  •      zone d’hivernage
  •      source préférentielle de migration
  •     (directions connues de migration)
  •      habitat de la sous-espèce C. f. pastinator
  •      habitat d’hiver de cette sous-espèce

Les migrations peuvent être dites partielles, c’est-à-dire qu'elles ne touchent qu'une partie des populations, suivant l’âge, le sexe, ou la détermination de chaque oiseau. Elles sont dites totales lorsque toutes les populations partent. Cependant, ce comportement varie au sein d'une espèce en fonction de l'habitat d'origine. En Finlande, le rouge-gorge est presque entièrement migrateur alors qu'en France quelques individus seulement migrent et qu'en Espagne tous sont sédentaires. Le taux de migration ainsi que la distance parcourue dépendent également de la rigueur des hivers, et donc des années. Du fait du réchauffement climatique, les taux de migration partielle augmentent[réf. nécessaire]. Les femelles et les juvéniles de certaines espèces migrent plus facilement que les mâles adultes : pour la France, c'est le cas par exemple du rouge-gorge, de la mésange bleue, de la linotte mélodieuse, du pinson des arbres, de l'étourneau sansonnet, de la grive musicienne, de la grive draine, du merle noir. Les mâles peuvent également partir avant les femelles et ainsi réserver un espace favorable à la nidification. Les jeunes partent souvent plus tard, sans doute pour la même raison.

Pour certaines espèces, comme le chocard à bec jaune, les individus nichent la nuit à un endroit et chassent la journée dans un autre (plus précisément en montagne), durant toute une saison, puis les autres saisons, restent au même endroit, là où ils nichent. Ces mouvements sont quelquefois nommés migrations altitudinales saisonnières. Certains se battent pour être le chef de leur groupe de vol. Ceci arrive plus souvent chez les chocards.

Classement géographique[modifier | modifier le code]

Bien que cela ne soit pas le plus courant ni le plus pertinent, on peut classer les migrations en fonction de l'origine des oiseaux. On distingue donc les espèces tropicales, dont beaucoup d'espèces sont sédentaires car les ressources en nourriture varient peu. Pour ces espèces, certaines migrent sur de petites distances en fonction de la saison des pluies. Quelques-unes migrent sur de longues distances, comme le coucou Morococcyx erythropygus entre l'Inde et l'Afrique de l'Ouest. C'est parmi les espèces vivant sous les climats tempérés que l'on trouve les plus grands voyageurs. Les conditions hivernales sont, dans ces zones, rendues difficiles par le froid et la diminution de la nourriture. Enfin, on distingue les oiseaux de mer, pour qui, mis à part pour quelques espèces comme la sterne arctique et les puffins, il est souvent difficile de caractériser les migrations ou même de faire la différence entre migrations et mouvements. On note cependant que leurs déplacements sont souvent très différents selon que les individus sont jeunes ou adultes.

Aptitudes liées à la migration[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Adaptation (biologie).

Pour migrer les oiseaux font appel à des aptitudes innées et acquises. Deux mécanismes différents sont mis en œuvre, l'espèce doit savoir quand migrer et en éprouver le besoin et elle doit également savoir comment s'orienter et où aller.

Le besoin de départ[modifier | modifier le code]

La migration n'est pas un phénomène obligatoire et c'est l'oiseau qui, en fonction de paramètres physiologiques et hormonaux[48] ou alimentaires, est poussé à partir ou non. La date n'est pas commune, certaines espèces partent avant de manquer de nourriture, d'autres, comme certains canards, attendent les premières glaces. Si un individu reste et que les conditions climatiques changent ou si la nourriture manque, il meurt. De nombreux oiseaux à l'approche du départ montrent une activité plus élevée et un stress appelée zugunruhe. Ce sont des phénomènes hormonaux, souvent accompagnés d'un engraissement (par un phénomène de stéatose hépatique), qui poussent l'oiseau à partir. Les grandes plumes des ailes, les rémiges, se renouvellent (mue). Ces phénomènes sont provoqués par la diminution de la durée du jour et de la baisse de température. Les processus physiologiques et hormonaux qui conduisent en fin de compte au départ sont actuellement objets de recherches intensives.

L’orientation[modifier | modifier le code]

On ne sait pas exactement quelles sont les capacités qui permettent aux oiseaux de s'orienter, cependant plusieurs aptitudes sont sûrement mises en œuvre : la vue, la perception du champ magnétique terrestre et l'odorat. L'odorat étant même pour certains auteurs le sens le plus important pour les pigeons bisets. Des études sur les grives à dos olive montrent non seulement qu'elles détectent le magnétisme mais aussi qu'elles savent l'utiliser pour s'orienter[49], il en est peut-être de même pour tous les oiseaux migrateurs. Ces derniers auraient une « vision » des champs magnétiques grâce à des molécules rétiniennes (cytochrome et FAD) qui donneraient une superposition « d’ombres et de lumières » par-dessus le spectre lumineux visible[50].

Certaines expériences montrent que le champ magnétique terrestre n'est pas le seul moyen, puisque, par exemple, les oiseaux ne le suivent pas lorsque celui-ci est inversé dans certaines zones terrestres[réf. nécessaire]. Certaines espèces mises en cage montrent une direction préférentielle qui correspond à la direction migratrice qu'ils emprunteraient en vol, de plus les grives à dos olive peuvent corriger leur migration en fonction de paramètres extérieurs comme leur direction par rapport à la position du lever de soleil[49],[51].

entonnoir d'Emlen

Les espèces à migration nocturne s'orienteraient grâce aux étoiles. Des chercheurs ont découvert une zone spécifique dans le cerveau qui semble spécialisée pour cette tâche[52].

Pour tester cette capacité, les scientifiques utilisent un appareillage spécifique connu comme l'entonnoir d'Emlen (en), qui consiste en une cage circulaire avec le sommet couvert d'un verre ou d'un écran de fil pour que le ciel étoilé ou un planétarium soit visible. Le comportement de l'oiseau, et plus spécifiquement son orientation mesurée par un tampon encreur au fond de la cage qui dépose de l'encre sous ses pattes, est alors étudié en fonction de ce que celui-ci peut observer[53].


D'autres facteurs peuvent être utilisés comme des bornes olfactives[54] ou visuelles. Cependant, pour expliquer convenablement les migrations, il est nécessaire de supposer que les oiseaux forment une carte mentale des trajets, les jeunes oiseaux apprenant les trajets des plus anciens. Ce phénomène reste cependant mystérieux, notamment pour les oiseaux – tels les coucous – qui migrent en solitaire sans être guidés par leurs parents ou leurs proches[réf. nécessaire].

Ainsi il a été possible d'enseigner, avec l'aide d'un ULM, un nouvel itinéraire de migration à des grues blanches après réintroduction[37]. On a également pu enseigner à des bernaches du Canada un trajet de migration plus sûr.

Les oiseaux peuvent s'égarer et sortir de leurs routes connues. Des individus, surtout jeunes, peuvent voler plus loin que leur destination prévue[réf. nécessaire]. Il semble donc que la durée du vol n'est pas innée. On a pu également observer, pour des jeunes de plusieurs espèces, des migrations inverses qui peuvent amener les individus à des milliers de kilomètres de la destination normale. Cette erreur rare est plus largement répandue chez les espèces comme les cygnes ou certains passereaux, par exemple le pouillot de Pallas, chez qui la route est davantage « programmée » génétiquement. Dans ce cas s’ils réussissent à survivre à l'hiver, ils peuvent, l'année suivante, s'orienter dans la bonne direction ou commettre la même erreur. Cette erreur arrive plus souvent chez les oiseaux américains[réf. nécessaire].


Article connexe : Intelligence des oiseaux.

Les adaptations[modifier | modifier le code]

On peut reconnaître les oiseaux migrateurs à certaines caractéristiques morphologiques ou anatomiques. Par exemple, les oiseaux sédentaires possèdent en général des ailes plus courtes aux bouts arrondis.

Les oiseaux accumulent une grosse quantité d’énergie sous forme de graisse sous-cutanée au niveau de la fosse claviculaire jusqu'aux flancs sur une courte période.
Cependant des expériences de A. Gerson et C. Guglielmo à l'Université de Western Ontario montrent qu'au moins certains oiseaux migrateurs, comme la grive à dos olive, tirent leur énergie de leurs muscles et organes plus que de leur graisse. Ces tissus protéiques leur fournissent en effet cinq fois plus d'eau par unité d'énergie que les graisses. Ces expériences montrent également que les oiseaux volant en environnement sec perdent plus de masse, mais produisent plus d'eau, que ceux volant en environnement humide[55].

Pour pouvoir voler à haute altitude dans une atmosphère froide et pauvre en oxygène, les oiseaux bénéficient d'un système respiratoire bien plus performant que celui de la plupart des mammifères. Leur hémoglobine, dont la viscosité et les performances en transfert d'oxygène sont variables en fonction des conditions extérieures, et la configuration de leurs poumons expliquent cette caractéristique[39].

Les espèces d'oiseaux, même celles qui ne volent pas, semblent sensibles aux champs magnétiques. Les espèces à migration nocturne doivent bénéficier d'un mécanisme qui leur permet de compenser le temps de sommeil perdu[56].

Selon l'hypothèse de Peter Ward, les ancêtres dinosauriens des oiseaux auraient acquis ces caractéristiques lors de l'extinction du Trias-Jurassique survenue entre 175 et 275 Ma et qui aurait été due à une chute drastique du taux en oxygène de l'air.

Article connexe : anatomie des oiseaux.

Variation naturelle des migrations[modifier | modifier le code]

Le comportement migrateur peut évoluer dans plusieurs circonstances, en fonction de caractéristiques environnementales comme la densité de population ou la diminution des ressources.

Si la population des espèces résidentes augmente saisonnièrement sur certaines zones, les ressources locales, alimentaires ou autres, peuvent diminuer. En conséquence la migration augmente, comme celle de la paruline masquée en Floride. De plus les espèces migratrices, bénéficiant d'un ensoleillement plus important, croissent plus rapidement, elles deviennent plus abondantes que les populations résidentes. Si les conditions environnementales modifient l'équilibre naturel, la population résidente peut même être amenée à disparaître bouleversant les modèles de migration actuels[57]. C'est le cas des fauvettes à tête noire qui migrent en Grande-Bretagne.

En outre, les oiseaux doivent tenir compte de la météo. En effet, les vents tournent sous l'effet de la rotation de la terre et les parcours sont alors loin d'être linéaires[58]. Les oiseaux doivent ajuster leur route et sans arrêt compenser la dérive.

En outre, les oiseaux peuvent migrer au-delà de leur zone de présence habituelle pour, par exemple, pallier le manque de ressources. On parle dans ce cas d'irruption. Ce phénomène aléatoire est bien connu pour le jaseur boréal[59] et le bec-croisé des sapins. En Europe de l'Est ces nuées d'oiseaux étaient considérées comme des phénomènes néfastes[59]. Ce phénomène peut être influencé par des alternances de périodes de sécheresse ou d'humidité dans des régions qui disposent de vastes zones arides, comme en Afrique australe ou en Australie centrale. Il peut aussi être consécutif aux perturbations provoquées par les oscillations climatiques liées à El Niño.

Certains oiseaux peuvent également se perdre en route ou être dispersés et désorientés à cause du mauvais temps. Ils peuvent ainsi s'établir dans des biotopes qui leur correspondent, dans d'autres régions que leur région habituelle, ce qui est source potentielle de colonisation. Cependant, en général ils disparaissent ou repartent rapidement : on parle d'oiseau rare ou accidentel.

Les abmigrations[modifier | modifier le code]

Les abmigrations sont des migrations de spécimens qui ne passent pas par le couloir habituel de l'espèce. Cela permet d'apercevoir des oiseaux dits rares. En général, ce type de migration a lieu lorsque des spécimens de plusieurs espèces voyagent ensemble, l'une imposant à l'autre son propre couloir. C'est le cas des spécimens de faucon de l'Amour lorsqu'ils voyagent avec des faucons kobez. Ces derniers gagnent leur site de nidification dans l'ouest de l'Asie par le sud de l'Europe. Les faucons de l'Amour qui les suivent doivent ensuite poursuivre leur route jusqu'à l'est de l'Asie, alors que s'ils partent seuls, ils gagnent directement l'est de l'Asie. Certains d'entre eux, trouvant peut-être la route trop longue et l'habitat adéquat, restent nidifier en Italie[60]. Ce phénomène est très fréquent pour les Anatidae qui vivent en larges colonies ou les Laridae[61],[62].

Les migrations inverses[modifier | modifier le code]

La théorie de la migration inversée est une théorie controversée sur les migrations inversées à 180° des pouillots, chez qui la route de migration serait « génétiquement programmée ». Cette théorie a été présentée pour la première fois en 1969 par Robol pour expliquer cette anomalie[62].

Les migrations miroirs[modifier | modifier le code]

Analogues aux migrations inverses, les oiseaux qui parcourent ces routes inversent leur gauche et leur droite.

Relations avec les humains[modifier | modifier le code]

Impact des activités humaines sur les migrations[modifier | modifier le code]

Article détaillé : protection des oiseaux.

L'impact de l'augmentation moyenne des températures sur terre a une influence évidente sur la sédentarisation de certaines espèces[63],[64] comme la fauvette à tête noire et le pouillot véloce. Certaines espèces d'oiseaux seraient même menacées par le réchauffement, comme le gobemouche noir[65].

De plus, on observe que la migration de certains étourneaux de l'hémisphère nord s'est même inversée, ces oiseaux trouvant des ressources alimentaires ou des gîtes dans les villes plus au nord. La fauvette à tête noire d'Europe centrale a changé sa migration hivernale en allant en Grande-Bretagne, où elle trouve des mangeoires approvisionnées en abondance, plutôt que de traverser les Alpes vers l'Europe du Sud et l'Afrique du Nord. La corneille mantelée en Scandinavie ne migre plus que rarement, et l’on suppose que l'avantage de la migration est devenu plus aléatoire que celui de la sédentarisation car ces oiseaux trouvent de la nourriture en abondance dans les dépôts d'ordures. Certains colibris roux, aux États-Unis, montrent une tendance à migrer d'ouest en est durant l'hiver plutôt que de migrer vers l'Amérique centrale. Ce phénomène a toujours eu lieu, mais en raison des perspectives alimentaires fournies par les humains, ceux-ci survivent mieux et transmettent leur route de migration à leur progéniture. Cette espèce se montre assez résistante et si la nourriture et les abris sont suffisants, cette population est capable de tolérer des températures de -20 °C.

Des études du milieu des années 2000 montrent que le nombre d'oiseaux migrateurs empruntant le couloir Afrique-Eurasie a fortement chuté en quelques années. Les espèces migrant sur l'itinéraire Asie-Pacifique sont aussi touchées et plus particulièrement des échassiers. D'autres espèces sont amenées à modifier considérablement leurs couloirs traditionnels comme les parulines du Canada dans l'axe interaméricain, faute d'espace où nidifier.

La destruction des zones de halte par le changement des pratiques agricoles et l'assèchement des zones humides, leur salinisation ou pire leur engloutissement à cause de l'élévation du niveau de la mer, contraignent certaines espèces à faire des vols journaliers plus longs, et par conséquent, les affaiblissent et augmentent leur mortalité. Pour protéger les zones importantes pour la conservation des oiseaux, l'Union européenne a édicté une directive spécifique : la Directive oiseaux.

La chasse, en causant des prélèvements trop importants sur certaines populations migratrices déjà affaiblies pour des raisons environnementales, notamment sur les axes migratoires mettrait en danger l'existence de celles-ci. Et ceci quelque fois jusqu'à l'extinction, on peut cité entre autres la Tourte voyageuse aux États-Unis, l'Eider du Labrador au Canada.

La pollution lumineuse due à l'éclairage nocturne des ponts, vallées, littoraux et des plate-formes offshore perturbe également les oiseaux migrateurs[66] (500 à 1000 lampes éclairent chacune des 7000 plates-formes offshore qui dans le monde sont situées sur le trajet de la migration des oiseaux, et rien qu'en Mer du nord, ce sont 6 millions d'oiseaux qui sont perturbés par l'éclairage d'environ 700[67] plates-formes pétrolières et gazières[68] ; Le Département de l'intérieur aux États-Unis estime que dans le Golfe du Mexique, même si un certain nombre d'oiseaux y meurent, les plate-forme peuvent aussi servir de gués et lieu de repos dans les migrations locales[69]. Dans les couloirs de longues migrations, l'effet est celui d'un détournement qui peut épuiser les oiseaux, ce qui préoccupe notamment les ornithologues et le Comité d'OSPAR sur les industries off-shore[70] en Atlantique Est/Mer du Nord.
Selon de premières études et expériences[71], les oiseaux sont moins perturbés par la lumière verte[72],[73] (dans une certaine fourchette de longueur d'onde[74]), Shell l'a efficacement testé sur l'une de ses plates-formes[75] et d'autres[76], et pourrait équiper les autres. Mais les feux verts balisant traditionnellement les pistes d’hélicoptères, certains craignent d'alors perturber les habitudes ou les réflexes des pilotes[70]. D'autres espèces marines sont a priori sensibles à la lumière, notamment en zone arctique[77] ;

Le jour (mais aussi de nuit) Certains bâtiments de verre ou faisant miroir sont aussi source de mortalité et blessures par collision avec les parois[78].

Des oiseaux peuvent aussi être tués par des véhicules lors de leurs migrations (phénomène dit de « Roadkill ».)

Article détaillé : Fragmentation écopaysagère.

Impact de ces migrations sur les activités humaines[modifier | modifier le code]

Certains oiseaux migrateurs posent des problèmes à la sécurité aérienne en constituant des dangers pour les avions à cause des collisions spécifiques.

Les sites d'observation deviennent des sites touristiques. Certaines manifestations annuelles attirent plusieurs milliers de personnes comme l'opération Tête en l'Air[79].

Certaines espèces, cycliquement, en fonction de paramètres météorologiques, deviennent invasives.

Articles connexes : Gestion cynégétique et chasse.

Écoépidémiologie, épidémiologie, zoonoses[modifier | modifier le code]

Les oiseaux migrateurs contribuent à la diffusion - sur de longues distances, et dans les îles[80] - de nombreux germes et parasites dont ils constituent des réservoirs ou de simples supports-transporteurs. Les oiseaux infectés, souvent porteurs sains, peuvent être des hôtes définitifs ou intermédiaires [81].
Ces pathogènes sont sources de maladies animales et/ou humaines. Les oiseaux migrateurs de diverses espèces semblent ainsi pouvoir jouer un rôle écoépidémiologique important pour la circulation et l'évolution de certaines maladies ou zoonoses dues à des arbovirus (par exemple, l'est et l'ouest de l'encéphalomyélite équine), à des alphavirus, et aux flavivirus virus du Nil occidental et virus de l'encéphalite de Saint-Louis), au virus de la grippe A, au virus de la maladie de Newcastle, de l'herpesvirose des anatidés, Chlamydophila psittaci, Anaplasma phagocytophilum, Borrelia burgdorferi sensu lato, Campylobacter jejuni, Salmonella enterica, Pasteurella multocida, Mycobacterium avium, Candida spp., et divers hématozoaires aviaire[81]. Le tiers des oiseaux seraient porteurs de tiques et les dissémineraient le long de leurs couloirs migratoires[réf. nécessaire]. Ces tiques peuvent également être porteurs de maladies comme Rickettsia mongolotimonae, Rickettsia africae ou le virus Congo-Crimée[82]. Les migrateurs sont aussi victimes de maladies émergentes ou pathogènes qui se développent dans les élevages de volailles. On a soupçonné les oiseaux migrateurs de propager la grippe aviaire, mais il semble que la propagation de cette maladie soit essentiellement liée au transport des oiseaux d'élevage[83]. Les migrateurs peuvent contribuer au risque nosocomial et à la diffusion de l'antibiorésistance ; Ainsi, une étude récente (2011) basée sur l'analyse de 218 prélèvements échantillonnés sur des oiseaux migrateurs (organes internes, excréments) capturés sur l'île d'Ustica (Italie) lors de leur migration entre l'Afrique et l'Europe n'a trouvé aucun virus de la grippe aviaire, mais a montré que de nombreux microbes (dont salmonelle (Salmonella bongori), Yersinia enterocolitica ou souches de Klebsiella responsables de pneumonies) transportés par ces oiseaux étaient résistants à des antibiotiques courants tels que l'ampicilline (42,6 % des échantillons), l'amoxicilline-acide clavulanique (42,6 %) et streptomycine (43,7 %). Les auteurs considèrent cet antibiorésistance comme un indicateur de pression anthropique sur les milieux où vivent ces oiseaux.

Protection[modifier | modifier le code]

Article détaillé : protection des oiseaux.

La prise de conscience qu'il faut protéger l'avifaune date au moins de 676, avec l'édit de Cuthbert de Lindisfarne qui est la plus ancienne loi connue de protection des oiseaux. L'idée de les protéger lors de leur migration, pour protéger les populations futures d'oiseaux[84] ou temps de reproduction est plus récente, mais on en trouve des traces localement ancienne. Mais il faut attendre le début du XXe siècle pour les premières lois et conventions internationales comme ;

  • la loi sur la convention concernant les oiseaux migrateurs de 1917 entre les États-Unis, le Canada et la Grande-Bretagne. Elle protège plus de 800 espèces d'oiseaux migrateurs. De nombreuses associations de protection de la faune et plus particulièrement des oiseaux sont alors créées.
  • D'autres conventions sont prises, plus tard, avec la Russie, le Mexique et le Japon.
  • En 1934, les États-Unis mette en place le Migratory Bird Hunting Stamp Act qui permet d'acquérir des zones humides, étapes ou lieux de résidence de gibiers d'eau dont de très nombreux oiseaux migrateurs.
  • En 1986, États-Unis et Canada signent (suivis par le Mexique en 1988) un Plan nord-américain de gestion de la sauvagine (PNAGS). Il vise une connaissance et gestion restauratoire à échelles continentales à locales, en s'appuient sur des connaissances scientifiques et des partenariats avec les parties prenantes pour notamment fixer des objectifs stratégiques et appliquer des plans de gestion des oiseaux chassés, notamment en protégeant aussi les habitats et accueils migratoires des oiseaux (« La baisse de la population des oiseaux migratoires dans les années 1980 s’explique par la disparition d’habitat (zones humides) dans les zones critiques où passent les vols migratoires dans l’Ouest et dans l’Est du Canada[85] ». Un budget de près de 300 millions de dollars vient d'organisations non gouvernementales et sans but lucratif au Canada et aux États-Unis, utilisé pour restaurer, préserver et gérer les habitats de la sauvagine, dont en aidant financièrement les agriculteurs qui y contribuent (étangs des Prairies en particulier)[85].
  • En Europe, la Directive Oiseaux protège théoriquement les oiseaux en migration, mais les États l'appliquent très différemment (tant pour le nombre d'espèces chassables que pour la durée de chasse ou d'éventuels quotas).
  • En France, il n'existe pas de loi spécifique pour protéger les migrateurs. Même si les premières réserves naturelles datent de 1930 et les parcs nationaux de 1960, la protection des oiseaux migrateurs était mal assurée et peu appliquée. La loi de protection de la nature du 10 juillet 1976 a permis d'améliorer fortement la situation. En 1979, la Convention de Bonn créé un cadre juridique mondial pour la protection des espèces migratrices dont les oiseaux, et la directive européenne Directive oiseaux protège mieux encore les migrateurs et leurs zones de halte et reconnaît un rôle privilégié aux associations protectrices de la faune et de la flore. Depuis la transposition de cette loi, les associations de chasseurs et de protection de la nature s'affrontent en Midi-Pyrénées sur les dates d'ouverture de chasse non respectées. La France a été, à de multiples reprises, condamnée par les instances européennes[86]. En 2000, une loi jugée scandaleuse par les associations de protection des oiseaux[réf. nécessaire] est adoptée. Elle élargit, au mépris des accords européens, les dates d'ouverture de la chasse aux oiseaux migrateurs à près de 7,5 mois – contre 5 en moyenne en Europe. De plus, sur les 50 espèces migratrices chassées, 24 sont des espèces menacées, bien davantage que tout autre pays européen.
  • En 1988 les États-Unis, le Canada et le Mexique ont mis en place un système commun de gestion très efficace[réf. nécessaire] pour les canards et les oies. En outre, les États-Unis ont révisé leur liste d'oiseaux à protéger. Le dispositif mis en place permet de moduler le prélèvement, espèce par espèce, pour chacune des grandes voies de migration. En 1999, l’accord sur la conservation des oiseaux d'eau migrateurs d'Afrique-Eurasie (AEWA) est signé par 14 pays. Un tel dispositif, s’appuyant sur un réseau efficace d’observations et d’analyses scientifiques, permettrait une approche beaucoup plus réaliste à la nécessaire conciliation de la chasse et de la conservation des espèces que celle de l'Union européenne. Depuis le début des années 2000, des réflexions transnationales ont lieu pour la protection de l'ensemble des migrateurs au sein d'un concept appelé Réseau écologique.

Migration des oiseaux et l’art[modifier | modifier le code]

L’hirondelle qui évoque à la fois le voyage lointain et le retour du printemps, se rassemblait en groupes importants sur les fils, avant son départ automnal.

De nombreux proverbes dans de plusieurs langues font référence à la migration des oiseaux, comme « Une hirondelle ne fait pas le printemps » ou « Entre mars et avril, on sait si le coucou est mort ou en vie » en France.

Sur les autres projets Wikimedia :

L’œuvre de François-René de Chateaubriand le Génie du christianisme comporte un chapitre appelé Migration des oiseaux. Oiseaux aquatiques ; leurs mœurs. Bonté de la Providence. célébrant la bienveillance de Dieu qui apporte là une manne pour « pour servir à notre table ».

Plusieurs films documentaires, sortis au cinéma, ont été réalisés, comme la Marche de l'Empereur de Luc Jacquet ou Le Peuple Migrateur de Jacques Perrin.

Le phénomène de nuée d'oiseaux a été évoqué dans Le Mur du temps de Ernst Jünger.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bases de données[modifier | modifier le code]

  • [World Bird Database] (WBDB) Base de données mondiale sur les oiseaux gérée par BirdLife International. Elle stocke des informations sur la population mondiale d'oiseaux et les sites clés identifiés pour leur conservation (Important Bird Areas ou IBAs).
  • [International Waterbird Census] (IWC) Base ciblant le recensement international des oiseaux gérée par Wetlands International, contenant plus de 25000 sites d'importance pour les oiseaux d'eau. Elle contient les données les plus complètes de comptage d'oiseaux d'eau disponibles pour la région Afrique-Eurasie et d'autres voies de migration.
  • [Ramsar Sites Information Service] (RSIS) Base de données sur les zones humides désignées comme zones humides d'importance internationale par la Convention de Ramsar, gérée par Wetlands International
  • [World Database on Protected Areas] (WDBPA) Base de données contenant les données les plus complètes sur les aires protégées dans le monde, géré par le PNUE-WCMC, en partenariat avec un consortium associant la Commission mondiale de l'UICN sur les aires protégées et la Base de données mondiale sur les aires protégées.
  • [Critical site Network] (CSN) et son système d'information cartographique ; une base construite à partir des données des 4 bases listées ci-dessus, pour couvrir 3020 sites d'importance pour la protection de 561 populations d'oiseaux d'eau et leurs habitats. Cette base est issue du projet WOW (Wings Over Wetlands, aussi connu sous le nom de UNEP-GEF African Eurasian Flyway)[87]

Source[modifier | modifier le code]

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Bird migration » (voir la liste des auteurs)
  • (en) « Review of the migration strategies of the Anatidae : Challenges for conservation », Gibier faune sauvage, vol. 13, no 2,‎ 1996, p. 123-139 (résumé)
  • (en) « Migration chronology of Eastern-Population tundra swans », Canadian journal of zoology, vol. 81, no 5,‎ 2003, p. 861-870 (résumé, lire en ligne).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en)[PDF] AEWA, « 1995-2005 Dix années au service des oiseaux d´eau migrateurs », AEWA
  • (en)Ǻkesson, S., and J. Bäckman. 1999. Orientation in pied flycatchers: the relative importance of magnetic and visual information at dusk. Animal Behavior 57:819–828.
  • (en)Berthold, Peter (2001) Bird Migration: A General Survey. Second Édition. Oxford University Press. ISBN 0-19-850787-9
  • (en)Deutschlander, M. E., J. B. Phillips, and S. C. Borland. 1999. The case for light-dependent magnetic orientation in animals. The Journal of Experimental Biology 202:891–908.
  • (en)Dingle, Hugh. Migration: The Biology of Life on The Move. Oxford Univ. Press, 1996.
  • (en)John Faaborg, Richard T. Holmes, Angela D. Anders, Keith L. Bildstein, Katie M. Dugger, Sidney A. Gauthreaux Jr, Patricia Heglund, Keith... Conserving migratory land birds in the New World: Do we know enough? ; Ecological Applications, 20(2), 2010, pp. 398-418
  • (en)A. Hobson, Alex E. Jahn, Douglas H. Johnson, Steven C. Latta, Douglas J. Levey, Peter P. Marra, Christopher L. Merkord, Erica Nol, Stephen I. Rothstein, Thomas W. Sherry, T. Scott Sillett, Frank R. Thompson III, Nils Warnock. (2010) Recent advances in understanding migration systems of New World land birds. Ecological Monographs 80:1, 3-48 Online 2010/02/01), Résumé et Texte complet (PDF, 804 KB)
  • (fr) « Abrégé du règlement de chasse aux oiseaux migrateurs », Environnement Canada,‎ 2007 et son appendum
  • (en)Evans Ogden, L. J. 2002. Summary report on the bird friendly building program: effect of light reduction on collision of migratory birds. A special report for the Fatal Light Awareness Program (FLAP), Toronto, Ontario, Canada.
  • (en)Evans Ogden, L. J. 1996. Collision course: the hazards of lighted structures and windows to migrating birds. WWF Canada and Fatal Light Awareness Program, Toronto, Ontario, Canada.
  • (en)Gauthreaux, S. A., and C. G. Belser. 2006. Effects of artificial night lighting on migrating birds. Pages 67–93 in C. Rich and T. Longcore, editors. Ecological consequences of artificial night lighting. Island Press, Washington, D.C., USA.
  • (en) Mouritsen, H., and O. N. Larsen. 2001. Migrating songbirds tested in computer-controlled Emlen funnels use stellar cues for a time-independent compass. The Journal of Experimental Biology 204:3855–3865.
  • (en)Mouritsen, H., G. Feenders, M. Liedvogel, K. Wada, and E. D. Jarvis. 2005. Night-vision brain area in migratory songbirds. Proceedings of the National Academy of Science 102:8339–8344.
  • (en)Muheim, R., J. Bäckman, and S. Ǻkesson. 2002. Magnetic compass orientation in European robins is dependent on both wavelength and intensity of light. The Journal of Experimental Biology 205:3845–3856.
  • (en)Cochran, W. W., and R. R. Graber. 1958. Attraction of nocturnal migrants by lights on a television tower. Wilson Bulletin 70:378–380.
  • (en) Ritz, T., S. Adem, and K. Schulten. 2000. A model for photoreceptor-based magnetoreception in birds. Biophysical Journal 78:707–718.
  • (en)Thomson, A. L. 1926. Problems of bird migration. H. F. and G. Witherby, London, UK.
  • (en)Weidensaul, Scott. Living On the Wind: Across the Hemisphere With Migratory Birds. Douglas & McIntyre, 1999.
  • (en)Wiltschko, R., and W. Wiltschko. 1995a. Magnetic orientation in animals. Springer Verlag, Berlin, Germany.
  • (en)Wiltschko, R., and W. Wiltschko. 2003. Avian navigation: from historical to modern concepts. Animal Behavior 65:257–272.
  • (en)Wiltschko, W., U. Munro, H. Ford, and R. Wiltschko. 1993. Red light disrupts magnetic orientation of migratory birds. Nature 364:525–527.
  • (en)Wiltschko, W., and R. Wiltschko. 1995b. Migratory orientation of European robins is affected by the wavelength of light as well as by a magnetic pulse. Journal of Comparitive Physiology A 177:363–369.
  • (en)Wiltschko, W., and R. Wiltschko. 1999. The effect of yellow and blue light on magnetic compass orientation in European robins, Erithacus rubecula. Journal of Comparitive Physiology A 184:295–299.
  • (en)Wiltschko, W., and R. Wiltschko. 2001. Light-dependent magnetoreception in birds: the behavior of European robins, Erithacus rubecula, under monochromatic light of various wavelengths and intensities. The Journal of Experimental Biology 204:3295–3302.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Une étude de grande envergure, menée dans le Grand Nord canadien et dirigée par le Professeur Joël Bêty de l'université du Québec à Rimouski, dont les résultats ont été produits en 2010, publiés dans la revue Science. (Voir : Lower predation risk for migratory birds at high latitudes.), montre que les risques de prédation des œufs diminuent quasi proportionnellement avec la latitude, se réduisant des deux-tiers sur une distance sud-nord de 3 350 km
  2. Jordi Figuerola & Andy J. Green ; Dispersal of aquatic organisms by waterbirds: a review of past research and priorities for future studies ; Freshwater Biology ; volume 47 Issue 3, pages 483-494 ; Published Online: 2002/01/25
  3. Green, A.J. & Figuerola, J. (2005) Recent advances in the study of long-distance dispersal of aquatic invertebrates via birds. Diversity and Distributions 11: 149-156.
  4. Johan Lind (2004), What determines probability of surviving predator attacks in bird migration ?: the relative importance of vigilance and fuel load ; Journal of Theoretical Biology, Volume 231, Issue 2, 21 Nov. 2004, Pages 223-227
  5. Troisième chant de l'Iliade à propos des grues : « Comme s'élève jusqu'au ciel la voix éclatante du peuple des grues, lorsque fuyant les frimas et les torrents des cieux, elles traversent à grand cris l'impétueux océan et portent la destruction et la mort à la race des Pygmées »
  6. Livre de Job (39 : 26) et Livre de Jérémie (8 : 7) « Même la cigogne connaît dans les cieux sa saison ; la tourterelle, l’hirondelle et la grue observent le temps de leur arrivée »
  7. Coran, sourate 16 verset 79, « N'ont-ils pas vu les oiseaux assujettis (au vol) dans l'atmosphère du ciel sans que rien ne les retienne en dehors d'Allah ? Il y a vraiment là des preuves pour des gens qui croient. »
  8. « La migration de l'hirondelle rustique », sur oiseaux.net
  9. Lincoln, F.C. (1979) Migration of Birds. Fish and Wildlife Service. p. 5. Livre consultable en ligne sur http://www.archive.org/details/migrationofbirds00lincrich
  10. Dorst J. (1962) Les Migrations des oiseaux. Payot, Paris, 130 p.
  11. Dawn Clickworkers! ("Contribute to the scientific understanding of the surfaces of solar system bodies" ; Contribuer à la connaissance scientifique de la surface des objets du système solaire)
  12. North American Bird Phenology Program
  13. Spencer, R. 1985. Marking. In: Campbell. B. & Lack, E. 1985. A dictionary of birds. British Ornithologists' Union. Londres, p. 338-341.
  14. Schweizerische Vogelwarte, Instructions pour l'observation de la migration nocturne par nuits de pleine lune, PDF, 3 pages consulté 2011/02/18
  15. (en) Liechti, F., « Instructions to count nocturnal bird migration by watching the full moon », Schweizerische Vogelwarte, CH-6204 Sempach, Switzerland.,‎ 1996
  16. (en) Lowery, G.H., « A quantitative study of the nocturnal migration of birds », University of Kansas Publications, Museum of Natural History 3,‎ 1951, p. 361-472
  17. FlySafe bird migration prediction module
  18. Ana G Popa-Lisseanu et Christian C Voigt, Relier l’Europe : retracer les migrations des chauves-souris grâce aux empreintes isotopiques contenues dans leurs poils, 2008
  19. Laura Font, Geoff M. Nowell, D. Graham Pearson, Chris J. Ottley et Stephen G. Willis (2007). "Sr isotope analysis of bird feathers by TIMS: a tool to trace bird migration paths and breeding sites". J. Anal. At. Spectrom. 22. DOI:10.1039/b616328a.
  20. Dustin R. Rubenstein et Keith A. Hobson ; From birds to butterflies: animal movement patterns and stable isotopes Trends in Ecology & Evolution ; Volume 19, Issue 5, mai 2004, pages 256-263 ; doi:10.1016/j.tree.2004.03.017 ([Résumé])
  21. « Le suivi par satellite du manchot royal », sur Satellite balise et petit chercheur, université de Strasbourg
  22. « Le suivi par satellite du manchot empereur », sur Satellite balise et petit chercheur, université de Strasbourg
  23. « Le suivi par satellite du grand albatros ou albatros hurleur », sur Satellite balise et petit chercheur, université de Strasbourg
  24. « Le suivi par satellite de la cigogne blanche », sur Satellite balise et petit chercheur, université de Strasbourg
  25. « Où se trouvent donc les faucons pèlerins? », Service canadien de la faune
  26. « Suivi des oiseaux migrateurs par satellite », FAO
  27. « G rippe aviaire : la piste des oiseaux sauvages », Cirad
  28. Levey, D.J. et F.G. Stiles. 1992. Evolutionary precursors of long distance migration: resource availability and movement patterns in Neotropical landbirds. American Naturalist 140:447-476.
  29. Dondini, G., Vergari, S. 2000 Carnivory in the greater noctule bat (Nyctalus lasiopterus) in Italy. Journal of Zoology 251: 233-236.
  30. Popa-Lisseanu, A. G., Delgado-Huertas, A., Forero, M. G., Rodriguez, A., Arlettaz, R. & Ibanez, C. 2007. Bats' conquest of a formidable foraging niche: the myriads of nocturnally migrating songbirds. PLoS ONE 2(2): e205. plosone.org
  31. Ibáñez, C., Juste, J., García-Mudarra, J. L., Agirre-Mendi, P. T. 2001. Bat predation on nocturnally migrating birds. PNAS 98:9700-9702. article complet.
  32. (en) Chan K, « Partial migration in Australian landbirds: a review », Emu, vol. 101, no 4,‎ 2001, p. 281-292 (résumé)
  33. (en) Boland, J. M., « Leapfrog migration in North American shorebirds: intra- and interspecific examples », The Condor, vol. 92,‎ 1990, p. 284-290 (lire en ligne [PDF])
  34. d'après Thompson D. et Byrkjedal, Shorebirds. Colin Baxter, 2001
  35. « Migration à baracuchet », sur Vertdeterre.com
  36. a et b Alerstam, T., « Detours in bird migration », Journal of Theoretical Biology, vol. 209,‎ 2001, p. 319-331
  37. a et b (en) « Operation Migration »
  38. Référence Oiseaux.net : Limosa lapponica (+ répartition) (fr)
  39. a et b Julie Marion, « La migration des oiseaux », sur Nord Nature
  40. film documentaire La Marche de l'empereur de Luc Jacquet
  41. « La migration : méthodes de vol actives », sur ornithomedia.com
  42. (en) Schmaljohann, Heiko, Felix Liechti et Bruno Bruderer, « Songbird migration across the Sahara: the non-stop hypothesis rejected », Proc Biol Sci., vol. 274, no 1610,‎ 7 mars 2007, p. 735-739 (résumé)
  43. Article de la BBC
  44. Extreme endurance flights by landbirds crossing the Pacific Ocean
  45. Thomas Alerstam( 2009), Flight by night or day? Optimal daily timing of bird migration Original ; Journal of Theoretical Biology, Volume 258, Issue 4, 21 ; Juiin 2009, Pages 530-536
  46. Lincoln, F.C. (1979) Migration of Birds. Fish and Wildlife Service. p. 56. Livre consultable en ligne sur http://www.archive.org/details/migrationofbirds00lincrich
  47. (en) Rattenborg, N.C., Mandt, B.H., Obermeyer, W.H., Winsauer, P.J., Huber, R., « Migratory Sleeplessness in the White-Crowned Sparrow (Zonotrichia leucophrys gambelii) », PLoS Biol, vol. 2, no e212,‎ 2004 (lire en ligne)
  48. Marilyn Ramenofsky (2011), Chapter 8 - Hormones in Migration and Reproductive Cycles of Birds Hormones and Reproduction of Vertebrates, Pages 205-237 (résumé)
  49. a et b (en) Cochran, W.W., H. Mouritsen, et M. Wikelski., « Migrating songbirds recalibrate their magnetic compass daily from twilight cues. », Science, vol. 304,‎ 2004, p. 405-408
  50. (en) Katrin Stapput & al, « Magnetoreception of Directional Information in Birds Requires Nondegraded Vision », Current Biology,‎ mai 2010
  51. « Le rôle du coucher et du lever du soleil dans l'orientation des oiseaux », sur ornithomedia.com
  52. « Comment les migrateurs s'orientent-ils la nuit ? », sur ornithomedia.com
  53. Emlen, S. T. et Emlen, J. T., « A technique for recording migratory orientation of captive birds », The Auk, vol. 83,‎ 1966, p. 361–367
  54. Walraff, H. G. 2005. Avian Navigation: Pigeon Homing as a Paradigm. Springer
  55. Physiologie animale : Cet oiseau brûle ses muscles pour s'hydrater, article dans Science & Vie, novembre 2011, p. 24.
  56. (en) Rattenborg, N.C., Mandt, B.H., Obermeyer, W.H., Winsauer, P.J., Huber, R., « Migratory Sleeplessness in the White-Crowned Sparrow (Zonotrichia leucophrys gambelii) », PLoS Biol, vol. 2, no e212,‎ 2004 (lire en ligne)
  57. (en) Lincoln, F. C., S. R. Peterson, et J. L. Zimmerman. 1998. Migration of birds. U.S. Department of the Interior, U.S. Fish and Wildlife Service, Washington. Circular 16. Jamestown, Northern Prairie Wildlife Research Center Home Page
  58. « Dépressions d'automne sur l'Atlantique », sur ornithomedia.com
  59. a et b Eduardo Camacho-Hübner, « Jaseurs, tsunamis et décalage négatif de la connaissance. », sur EspacesTemps.net,‎ 15.03.2005, mensuel
  60. Référence Oiseaux.net : Falco amurensis (+ répartition) (fr)
  61. « Migrations "speciales" », sur ornithomedia.com
  62. a et b (it) Andrea Corso, « Ucceli accidentali: perché arrivano ed a cosa servono? Un'analisi critica dell' annosa questione », Quaderni di birdwatching,‎ avril 2003
  63. (fr) « La migration des oiseaux affectée par le réchauffement climatique », sur Futura-sciences
  64. « Migration des oiseaux perturbée par le réchauffement du climat »
  65. C. Both, S. Bouwhuis, C.M. Lessells, M. Visser. 2006. Climate change and population declines in a long-distance migratory bird. Nature 441, 81-83. Voir aussi [1] et [2].
  66. Gauthreaux, S. A., and C. G. Belser. 2006. Effects of artificial night lighting on migrating birds. Pages 67–93 in C. Rich and T. Longcore, editors. Ecological consequences of artificial night lighting. Island Press, Washington, D.C., USA
  67. Didier Burg, L'éclairage hollywoodien n'est plus de mise en mer du Nord, Journal Les Échos n° 19990 2007-08-27
  68. études commandées par la coentreprise de gaz naturel, Shell-ExxonMobil, et donnée du "Dutch Centre for Field Ornithology", citées par Shell in Shell World, Développements à observer ; Energie des vagues, bioessence, éclairage respectueux des oiseaux migrateurs, Shell International B.V., 2008-06-06, consulté 2012-04-22 (voir pages 2 et 3)
  69. U.S. Department of the Interior Minerals Management Service, Interactions Between Migrating Birds and Offshore Oil and Gas Platforms in the Northern Gulf of Mexico : Final Report, mars 2005 ([Résumé])
  70. a et b Convention OSPAR pour la protection de l’Atlantique du Nord-Est : Compte-rendu de la Commission 2009, 22 - 26 juin 2009. Bruxelles mis en ligne par l'Association Robin des bois ; PDF), voir p4/7)
  71. Ing. F.J.T. Van de Laar, Green light to birds Investigation into the effect of bird-friendly lighting ; Nam localtie:L15-FA-1 ; Dec.2007, 24 pages
  72. Poot, H., B. J. Ens, H. de Vries, M. A. H. Donners, M. R. Wernand, and J. M. Marquenie (2008), Green light for nocturnally migrating birds ; Ecology and Society 13(2): 47, PDF, avec Ecology and Society (voir notamment la carte p3/14)
  73. van de Laar, F. 2007. Green light to birds : investigation into the effect of bird-friendly lighting. NAM (Nederlandse Aardolie Maatschappi), Assen, The Netherlands.
  74. Wiltschko, W., R. Wiltschko and U. Munro, 2000. Lightdependent magnetoreception in birds: the effect of intensity of 565-nm green light. Naturwissenschaften 87:366-369.
  75. Marquenie, J. M., and F. van de Laar. 2004. Protecting migrating birds from offshore production. Shell E&P Newsletter: January issue.
  76. Marquenie, J. NAM, Assen Donners, M. ; Poot, H. ; Steckel, W. ; de Wit, B. (2008), [Adapting the spectral composition of artificial lighting to safeguard the environment] Petroleum and Chemical Industry Conference Europe - Electrical and Instrumentation Applications, 2008. PCIC Europe 2008. 5th  ; 10-12 juin 2008 (Résumé), 6 pages
  77. Richard D. Greer, Robert H. Day, Rolf S. Bergman, Poster intitulé Interaction of Oil and Gas Activities with Sensitive Coastal Habitats ; Effects of Ambient Artificial Light on Arctic Marine Fauna ; Northern Oil and Gas Research Forum ; 2010-12-01
  78. NY city Audubon, American bird conservancy, Bird-Friendly Building Design, PDF, 58 pages
  79. « Tête en l'Air, c'est quoi ? »
  80. Foti M, Rinaldo D, Guercio A, Giacopello C, Aleo A, De Leo F, Fisichella V, Mammina C (2011), Pathogenic microorganisms carried by migratory birds passing through the territory of the island of Ustica, Sicily (Italy). Avian Pathol. 2011 Aug; 40(4):405-9 (résumé)
  81. a et b Hubálek Z (2004), An annotated checklist of pathogenic microorganisms associated with migratory birds ; J. Wildl Dis. 2004 Oct ; 40(4):639-5 (résumé)
  82. (fr) « biocénose », sur Maladies liées à la morsure des tiques en France
  83. (fr) « Les oiseaux sauvages sont souvent incriminés comme étant les vecteurs essentiels du virus H5N1 dans le monde », sur Ligue pour la protection des oiseaux
  84. Faaborg, J. 2002. Saving migrant birds: developing strategies for the future. University of Texas Press, Austin, USA.
  85. a et b Jean Thie, Les défis du territoire : moteurs de la gestion intégrée du paysage et de l’innovation, consulté 2011-10-19
  86. « De la difficulté de réglementer un phénomène naturel complexe », sur Bienvenue au Sénat
  87. Portail wow.wetlands.org et présentation de l'outil Critical Site Network (CSN)