Gari Grèu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Gari Greu)
Aller à : navigation, rechercher
Gari Greu
Description de l'image Massilia36.JPG.
Informations générales
Nom de naissance Laurent Garibaldi
Naissance (50 ans)
Drapeau de la France Marseille, France
Activité principale Chanteur, producteur
Genre musical Reggae, punk rock
Années actives depuis 1992
Labels It's OK !

Laurent Garibaldi alias Gari Greu, né le 1er septembre 1967, est un musicien originaire de Marseille, membre des groupes Massilia Sound System, Oai Star et Collectif 13.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pendant ses études d’architecture au début des années 90, Gari croise le Massilia Sound System (Papet J, Goatari, Moussu T et Caroline B) par le biais d’amis communs. Ce nouveau son (le rub a dub), leur talent, leur façon de faire résonner leur art avec leur vie et vice versa lui chamboulent la tête. Il a tâté du rock comme bassiste depuis des années et décide alors de revendre tout son matos pour acheter un sampler. C’est le début de l’immersion dans la culture sound-system marseillaise.

IAM vient de sortir « Concept » avec l’aide du Massilia qui prépare déjà le futur « Parla Patois » après avoir produit deux K7 qui deviendront mythiques : « Rude et Souple » et « Vive le PIIM », Marseille est en ébullition, elle qui somnolait depuis tant d’années.

L’alchimie entre l’OM et la culture supporters, le monde culturel et musical en particulier, provoquent une véritable explosion : on commence à être fiers de cette identité, fruit de toutes ces vagues migratoires qui ont bâti Marseille. Les Mc’s deviennent les porte-paroles de l’identité marseillaise.

L’idée que l’on peut exister (on ne parle même pas de réussir…) dans la musique, le théâtre, l’art de rue, le cinéma… sans (sur)vivre à Paris commence à prendre corps.

Avec son grand frère spirituel Lux Botté, ils accompagnent parfois Massilia sur la route pour divertir les artistes et le public : amuseurs au mégaphone, serveurs de pastis sur scène, tels deux fracas sublimes, ils commencent à « prendre le micro » dans les sound-system en créant un improbable duo de bras cassés, sortes d’Auguste et de clown blanc hip-hop…

De plus en plus indispensables à la bonne ambiance des tournées, Gari et Lux intègrent le groupe. Gari lâche ses études, les deux chemins et les deux options de vie étant incompatibles.

Il devient rapidement un M'c polyvalent, « reggaetisant" les débats, la chanson d'amour ou encore d'opinion, à la bonne école du sound system, en compagnie de Moussu T, Papet J, Goatari et Lux B.

En 1993 il participe à l’enregistrement de l’album « Chourmo » et se jette à partir de ce moment à corps perdu dans son nouveau métier « Mc fouteur de oai ».

Le travail en studio le passionne, il va rapidement former avec Moussu T et Janvié « La Phocéenne de Dub », cellule de production autour de l’Estudio Zéro, qui va réaliser les albums du Massilia.

Les productions et les tournées du Massilia vont dès lors s’enchainer : « Commando fada » en 1995, « Aiollywood » en 1997, « Marseille-London Expérience » en 1999, « 3968CR13 » en 2000,

« Occitanista » en 2003.

Comme une boutade, ou plutôt un coup de pouce, Gari et Lux B décident d’aider l’association Massilia Chourmo en produisant dès 2001 un premier album sous le nom du Oai Star : « Volume 2 » (notons d’entrée de jeu l’humour sous lequel se place le groupe !)

Et c’est ainsi que démarre le nouveau projet de Lux et Gari : Le Oai Star, un duo explosif qui va les emmener sur les routes d'Òc et d'autres mondes.

Massilia, en pause après une décennie de tournées non stop, c’est l’occasion ou jamais de hisser haut l’étendard du Oai Star.

A travers un rockn'roll libre et affranchi, c'est en anti-starification réactive qu'ils s'imposent sur scène comme les ambassadeurs des "poètes du tiroir" en organisant chaque soir un "joyeux bordel" : le OAI !!!

Ainsi, durant ce septennat, deux albums graveront à jamais les meilleures recettes pour faire péter les plombs aux voisins grincheux… « Oaistar » en 2004 et « Va à Lourdes » en 2006.

En 2008, Massilia revient aux affaires avec « Oai e Libertat » mais sans Lux qui soigne une sale maladie qui l’emporte le 18 juillet.

Gari ne lâche pas le Oai Star et lui donne une continuité contemporaine, en conjuguant ses textes et leurs élans avec les sons de Dubmood, novateur suédois alliant Chip-music et hip-hop pour 2 albums : «  Manifesta » (2009) et « Oai and I » (2013).

Fort de plus d’une décennie de spectacles et de concerts, de chansons écrites et chantées, Gari se lance dans une aventure plus personnelle et signe en 2012 sous son nom de scène Gari Grèu, l’album « Camarade Lézard ».

Il compose à la guitare, ralentit le tempo et grave en musique les textes de nos quotidiens en posant un regard rayonnant de soleil libertaire, de résistance Garibaldienne, d'utopisme debout.

Soutenu dans ses déambulations de chansonnier par Magid Cherfi (Zebda), Moussu T, Jean Georges Tartar(e) et Franck Vandecasteele (Marcel et son orchestre), ou même en reprenant Bourvil, il réussit à nous faire voyager intelligent dans ces rythmes enjoués parcourus de notes caribéennes.

Il compose en 2013 la chanson officielle de Marseille 2013 capitale de la culture, « Export Import » une ode à ce Marseille multiculturel qui l’inspire tant, en duo avec la chanteuse brésilienne Flavia Coelho.

S’ensuivent une tournée au Burkina Fasso, une tournée au Québec et, cerise sur le gâteau, la création du label It’s OK! avec Sofi Nooij et du studio B112 avec DJ Kayalik.

Il participe également en 2013 à la création du spectacle de rue « Yes Papa » avec Jean-Georges Tartar(e) et le metteur en scène Eric Burbail, une rencontre entre le griot et le chanteur qui sera le point de départ d’une collaboration permanente tant au niveau de l’écriture avec Tartar(e) que de l’intrusion de Gari dans le monde du théâtre de rue avec Eric Burbail.

Gari continue cependant à parcourir la France (et l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, la Suisse…) avec le Massilia Sound System ; en 2014, le groupe a 30 ans d’existence, et sort un album éponyme, « Massilia », tout bleu, comme le ciel de Marseille, afin de célébrer cet anniversaire. Pour cette tournée, le groupe est reconnu comme étant celui qui est programmé dans le plus grand nombre de festivals durant l’été 2015, devant des publics toujours survoltés ! 30 ans mais pas une ride !

Mais Gari est un workaholic ! Alors quand Gerome Briard, du groupe Le Pied de la Pompe, lui propose d’intégrer un collectif exceptionnel, il saute sur l’occasion ! Le Collectif 13 regroupe alors Guizmo (Tryo), Mourad Musset (La Rue Kétanou), Syrano, Alee Mouni, DJ Ordoeuvre, Max Raguin (le Petit Son), Fred Mariolle, Erwan Cornec (le Pied de la Pompe), Barcella.

Ce collectif se monte dans la fraternité, la joie d’être ensemble, et donne l’impression d’une colonie de vacances sur la route.

En mars 2015 sort l’album « 13 » suivit d’une tournée qui durera un an et demi, une expérience humaine inoubliable.

2016 c’est le retour du Oai Star, groupe protéiforme s’il en est : Dadoo, ex chanteur du groupe de Rap KDD intègre la formation, et c’est à 3, avec DJ Kayalik, qu’ils vont enflammer les dancefloors (France, Nouvelle Calédonie, Allemagne, Serbie…) avec le nouvel opus : Foule Color, un hymne à «la France qui se mélange», un hymne à un pays en mouvement. Gari Grèu et Dadoo prônent le «plus d’amour», le «plus de solidarité».

2017/2018, les « Massilia » tels des Dylan en bleu et blanc continuent leur « never ending tour », le Oai Star revient à ses racines rock n’roll avec un nouveau combo, Gari prépare son retour en solo et le Collectif 13 commence à réfléchir à la suite de l’aventure…

Gari est vivant !!!

Prises de positions[modifier | modifier le code]

Réactions à propos du texte de loi HADOPI[modifier | modifier le code]

  • [Le Projet de loi HADOPI est] « Rétrograde comme méthode. En plus, ça ne va pas pouvoir fonctionner, c'est inapplicable pour plein de raisons ; ne serait-ce que parce qu’internet est plein de malins qui utilisent la connexion internet du voisin. Non, ce n’est pas une solution… Mais le tout répressif me gave, c’est un peu la solution proposée à tous les problèmes en ce moment. »[1]
  • « Moi, en tant que chanteur et musicien, qu’on me télécharge je m’en moque ! Au contraire, ça veut dire qu’on m’écoute, que je touche les gens. Et je le comprends très bien : les jeunes d’aujourd’hui, ça fait 15 ans qu’ils téléchargent de la musique. Acheter un CD pour eux c’est un peu comme aller à la messe. Évidemment, le facteur économique m’intéresse moins qu’il n’intéresse les grosses maisons de disques. »[1]
  • « Avec Massilia Sound System, chaque fois qu’on vend un CD, je gagne 15 centimes d’euros, alors quand on en vend 30 000 je vous laisse faire le compte. Mes morceaux je peux les donner, c’est pas avec ça que je mange ! Mais Universal, Carrefour, la Fnac eux ils mangent avec ça. Nous on se fait baiser, on a dû trouver d’autres choses pour vivre que les ventes de disque. Nous on fait des concerts. »[1]

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums solo[modifier | modifier le code]

Albums avec Massilia Sound System[modifier | modifier le code]

Albums avec Oai Star[modifier | modifier le code]

Albums avec Collectif 13[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c article «Massilia Sound System en guerre contre la loi Hadopi» publié le lundi 30 mars 2009 à 17H14