Zao Wou-Ki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Zao.

Zao Wou-Ki

Description de cette image, également commentée ci-après

Zao Wou-Ki (capture d'écran d'une vidéo de l'Encyclopédie audiovisuelle de l'art contemporain).

Nom de naissance Zao Wou-Ki (趙無極 ou 赵无极)
Naissance 1er février 1920
ou 13 février 1921
Pékin, Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Décès 9 avril 2013 (à 93 ans)[1]
Nyon, Drapeau de la Suisse Suisse[2]
Nationalité chinois, français
Activités artiste peintre
Formation École des beaux-arts de Hangzhou
Mouvement artistique Nouvelle École de Paris
Influencé par Paul Klee
Récompenses 1993 : commandeur de la Légion d'honneur
1994 : Praemium Imperiale
2001 : prix de la Fondation Taylor
2002 : membre de l'Académie des beaux-arts

Zao Wou-Ki (Zao, de son nom, Wou-Ki ou Wou-ki de son prénom ; chinois : 趙無極 ou 赵无极 et pinyin : Zhào Wújí), né le 1er février 1920, ou bien le 13 février 1921[3] à Pékin, et mort le 9 avril 2013 à Nyon[4],[5], est un peintre chinois naturalisé français en 1964.

Il est rattaché, dans les années 1950, à la nouvelle École de Paris, puis à l'abstraction lyrique avant de devenir, selon la définition de Claude Roy :

« ...Un grand peintre qui poursuit dans son œuvre une dizaine au moins de grands siècles de l'art chinois, et qui est un des meilleurs peintres modernes de l'Occident[6]. »

Son œuvre est vaste. Elle comprend les peintures réalistes de ses premiers tableaux qui sont surtout des portraits, quelques natures mortes et des paysages (1935-1949), ainsi que des huiles sur toiles de grands formats inspirées de Paul Klee qui tendent vers l'abstraction à partir des années 1950, puis l'abstraction lyrique dans les années 1960, des encres de Chine, des calligraphies.

Très vite apprécié en Occident, ami de Pierre Soulages, de Joan Miró, de Henri Michaux, il est reconnu par son propre pays vers 1983. À cette date, il est accueilli à Pékin où ses œuvres sont exposées au Musée national de Chine[7].

La France lui a rendu hommage à plusieurs reprises. Il a été nommé grand Officier de la Légion d'honneur, commandeur de l'Ordre national du Mérite, officier des Arts et des Lettres, et en 1995, la Poste a émis un timbre reproduisant l'une de ses œuvres[note 1].

Les hommages de Messieurs Dominique de Villepin, ancien Premier ministre et de Claude Martin, ambassadeur de France, lors des funérailles de Zao Wou-Ki au cimetière du Montparnasse le 16 avril 2013 sont disponibles sur le site de la Fondation Zao Wou-Ki (http://www.zaowouki.org/page7.html).

Biographie[modifier | modifier le code]

Zao Wou-Ki
Chinois traditionnel 趙無極
Chinois simplifié 赵无极

Enfance et jeunesse en Chine[modifier | modifier le code]

Peinture de Zhao Mengfu (1254-1322). Une autre peinture attribuée à cet auteur faisait partie du trésor familial des Zao.
Peinture sur soie attribuée à Mi Fu (1051-1107). Une autre peinture attribuée à cet auteur faisait partie du trésor familial des Zao.

Six mois après la naissance de Zao Wou-Ki, son père, banquier, s'installe à Nantung (Nantong), au nord de Shanghai. Zao Wou-Ki y fait ses études primaires et ses études secondaires jusqu'en troisième année[8]. Sa famille est une très ancienne famille dont l'origine remonte à la Dynastie Song Xe-XIIe siècle. Il est l'aîné de sept enfants, tous des intellectuels, dont un (Chao Wu-Wai) ira vivre aux États-Unis tandis que les autres resteront en Chine.

Chaque année, pour célébrer l'anniversaire des ancêtres, on expose le trésor familial qui se compose de deux peintures : l'une de Zhao Mengfu (1254-1322), l'autre de Mi Fu (1051-1107)[9]. Encore aujourd'hui Wou-Ki considère Mi Fu[note 2] comme l'un des plus grands des peintres chinois parce que « C'est avant tout un peintre qui regarde autrement, un grand calligraphe[10]. » Il pense aussi qu'il n'aurait sans doute pas été peintre si son milieu familial ne l'y avait pas prédisposé et que s'il avait été meilleur en mathématiques, il serait devenu médecin[11]. Le père de Wou-Ki est en tout cas très heureux que son fils ne souhaite pas être banquier[11].

Élève très doué, passionné de littérature, Wou-Ki dessine et peint dès l'âge de dix ans. Sa famille ne décourage pas le garçon de poursuivre dans cette voie, sauf lorsqu'il lui prend la fantaisie de peindre ses motifs sur les assiettes familiales datant du XIIe siècle[10]. Son grand-père lui apprend à observer et apprécier la calligraphie à laquelle il accorde une très grande importance parce qu'il la considère comme un art, et non pas seulement comme une technique, parce qu'elle transmet une émotion. L'aïeul calligraphie lui-même au dos de chaque feuille des notes et des dessins représentant le sujet que désigne chaque caractère[11].

En 1935, Zao Wou-Ki entre, à quatorze ans, à l'école des beaux arts de Hangzhou après avoir réussi l'examen d'entrée qui consiste à dessiner une statue grecque d'après moulage[12]. Il étudie pendant six ans le dessin d'après des plâtres puis des modèles, la peinture à l'huile, la peinture traditionnelle chinoise par des copies et, de façon plus théorique, la perspective à la manière occidentale et la calligraphie[9]. Ce n'est qu'en sixième année que les élèves abordent la peinture à l'huile. Mais l'élève n'attend pas qu'on lui donne des cours et il s'exerce chez lui en faisant des paysages et des portraits de sa sœur. Les professeurs de l'école des beaux-arts de Hangzhou sont en majorité chinois mais il y a aussi des enseignants venus de l'Académie royale des beaux-arts de Bruxelles. Certains professeurs chinois ont été formés aux Beaux-Arts de Paris[12]. À la suite de l'occupation de la Chine par les Japonais, l'école des beaux-arts de Hangzhou déménage en 1938 pour s'installer à Chongqing (ou Tchoung-King), elle ne reviendra dans sa ville initiale qu'en 1946 après la Reconquête chinoise de 1945[12].

Très vite, Zao Wou-Ki ressent le besoin de s'éloigner de la peinture traditionnelle ou académique, et il a envie de chercher ailleurs une autre forme d'inspiration. Nommé assistant dans son école en 1941, le peintre présente sa première exposition à Chongqing et c'est son père qui lui achète sa première œuvre. Zao Wou-Ki juge ainsi ses premières œuvres « ... en réalité les tableaux que j'avais exposés étaient très influencés par Matisse et Picasso[13] ». Il s'inspire de la peinture française à partir de cartes postales que son oncle lui ramène de Paris, ou bien des pages des journaux reproduisant des peintures qu'il découpe dans des revues (Life, Harper's Bazaar, Vogue). Il est donc d'une certaine manière en contact avec Paul Cézanne, Amedeo Modigliani, Auguste Renoir[14]. Les solutions aux problèmes qu'il se pose sont chez ces maîtres, principalement Cézanne et Matisse, et non plus dans la peinture traditionnelle chinoise ou dans la peinture académique européenne[13].

En 1942, c'est lui qui organise au Musée national d'histoire naturelle de Chongqing, une exposition avec des œuvres de Lin Feng Mian, de Guan Liang, de Ding Yanyong, de Li Zhong Sheng, d'inspiration surréaliste, et quelques-unes de lui-même[13].

En 1946, il accompagne le retour de son école à Hangzhou. À 27 ans, en 1947, avec l'autorisation de son père, le peintre quitte son pays après une exposition personnelle à Shanghai. Il considère qu'il n'en est encore qu'au stade de l'apprentissage. Il s'embarque à Shanghai avec sa femme Lan-Lan (dont il dit plus tard : « Lan-Lan était musicienne de formation, puis s'était mise à la peinture. (...) Lorsque nous nous sommes mariés, j'avais dix-sept ans, elle en avait seize. Nous étions beaucoup trop jeunes[15]... ») le 26 février 1948.Le couple débarque à Marseille plus d'un mois plus tard[14].

La France et l'Europe[modifier | modifier le code]

Arrivé à Paris le 1er avril, Zao Wou-Ki s'installe dans le quartier du Montparnasse, dans un petit atelier rue du Moulin-Vert voisin de celui d'Alberto Giacometti[14]. Il apprend le français à l'Alliance française, fréquente l'académie de la Grande Chaumière où il suit les cours d'Émile Othon Friesz. Il dira quelques années plus tard (1976) que c'est à Paris qu'il a trouvé sa véritable personnalité. Il a choisi de s'y installer à cause de l'impressionnisme, pour lequel il éprouve une tendresse particulière[16]. Ses amis sont à ce moment-là Norman Bluhm, Jean-Paul Riopelle, Nicolas de Staël, Sam Francis, Pierre Soulages, Maria Elena Vieira da Silva, Hans Hartung artistes venus de différents lieux géographiques (Canada, États-Unis, Portugal, Allemagne) qui se retrouvent à la galerie Nina Dausset, rue du Dragon[16].

Dès 1949, Zao Wou-Ki remporte le premier prix d'un concours de dessin dont le jury est composé de André Lhote et Marcel Gromaire. Il reçoit comme récompense une Histoire de la peinture occidentale éditée par Albert Skira. Sa première exposition parisienne, préfacée par Bernard Dorival, a lieu la même année à la galerie Greuze, mais le jeune artiste a déjà été exposé en 1946 au musée Cernuschi par Vadime Elisseeff (fils de Serge Elisseeff) qui avait ramené de son voyage en Chine une vingtaine de ses toiles. À l'imprimerie Desjobert il apprend les techniques de la lithographie. En 1950, c'est le galeriste Pierre Loeb qui vient visiter l'atelier du peintre, amené par Henri Michaux qui deviendra un ami proche. Le peintre travaille pour Loeb à partir de cette date jusqu'en 1957. Cette même année, Zao Wou-Ki participe au Salon de mai où il va exposer jusqu'en 1978[14] et présente ses premières lithographies à la galerie La Hune.

Une exposition de gravures organisée par l'éditeur, critique d'art et collectionneur suisse Nesto Jacometti à Berne et à Genève en 1951 permet à Zao Wou-Ki de découvrir Paul Klee. Pour lui, à Berne, une porte va s'ouvrir :

« Klee va être un médiateur, un recours merveilleux contre deux périls qui menacent alors le jeune artiste : rester un peintre enraciné à l'excès dans l'admirable passé de son peuple, ou se trouver agressivement détachés de celui-ci, européanisé, et peut-être par là même, dénaturé. (Claude Roy)[17] »

Car Klee aborde la peinture avec une attitude intérieure analogue à celle des peintres d'Extrême-Orient sans avoir jamais connu la Chine. C'est sa démarche que Zao Wou-Ki va suivre, et que l'on retrouve dans certains de ses tableaux notamment à Venise avec le tableau Piazza[18]. À Anvers en 1952, et aux corridas espagnoles à la fin de la même année[18]. Zao Wou-Ki cherche à interpréter la nature. Dans la peinture, la couleur crée un espace féerique où les fonds poncés et grattés, les dégradés de nuances rappellent les paysagistes Song[18]. Et sur ces fonds, le peintre trace des signes, notamment le caractère-idéogramme qui se souvient du vol de la gondole à la surface de la Lagune[18]. À la même époque, il commence à faire des marines[18].

Régulièrement exposé à Paris à partir de 1952, puis en Suisse, à Bâle, et à Lausanne, aux États-Unis à Washington et Chicago, à New York où Henri Michaux écrit la préface du catalogue de l'exposition à la galerie Birch, Zao Wou-Ki est maintenant internationalement reconnu[19]. Roland Petit fait en 1953 appel à lui pour les décors du ballet La Perle sur un thème de Louise de Vilmorin, musique de Claude Pascal, chorégraphie de Victor Gsovsky[19]. C'est à cette époque qu'apparaît une métamorphose de son art qui déroute les collectionneurs : « Ma peinture devient illisible. Natures mortes et fleurs n'existent plus. Je tends vers une écriture imaginaire, indéchiffrable », se souvient-il en 1976[20]. Durant plus d'un an son marchand ne vend aucune toile. Le 22 novembre 1954 s'ouvre au Muséum of Fine Arts de Cincinnati une rétrospective de l'œuvre gravé du peintre dont Nesto Jacometti publie le catalogue raisonné. À partir de 1955, Gildo Caputo et Myriam Prévot[note 3] voient en lui « l'un des tenants de l'abstraction lyrique qu'ils défendaient déjà du temps de la galerie Drouin et de la galerie Billiet-Caputo[19]. »

Zao Wou-Ki se lie en 1955 avec Edgar Varèse auquel il dédie un tableau en 1964[21]. Jean Leymarie raconte que le peintre devient « dès sa fondation à l'automne 1954, un des grands habitués du Domaine musical régi par Pierre Boulez en 1954 et en décembre de la même année, il assistait à l'exécution tumultueuse de Déserts, le morceau de Varèse où les intervalles de silence ont autant de force que le paroxysme sonore. Le peintre éprouve pour ce musicien une affectueuse vénération dont l'envergure sonore a retenti sur son œuvre[21]. »

Reconnaissance internationale[modifier | modifier le code]

Musée national de Chine où Zao Wou-ki a été exposé en 1983[note 4]

Pour surmonter l'épreuve que représente sa rupture avec sa première épouse Lan Lan au début 1957[22] le peintre parcourt le monde jusqu'en 1959. Il va à New York où réside son frère et il rencontre des artistes de l'école de New York qui deviendront des amis, notamment Franz Kline, Hans Hofmann, Adolph Gottlieb, William Baziotes et bien d'autres. Il apprécie la fraîcheur de cette peinture américaine spontanée. Puis avec Pierre et Colette Soulages, il visite un grand nombre de musées (San Francisco, Chicago, Washington, D.C.), très étonné d'y trouver tant de peintures françaises. Son périple voyageur le conduit ensuite au Japon à Tokyo, puis à Hong Kong. C'est là qu'il rencontre en 1957 celle qui va devenir sa deuxième épouse : Chan May Kan[23].

En 1957, quand il fait un court retour à Paris, le marchand d'art américain Samuel Kootz, qu'il a rencontré à New York vient visiter son atelier et le prend sous contrat. Il expose le peintre dans sa galerie jusqu'en 1967, date de sa fermeture. La même année l'artiste est aussi sous contrat avec la Galerie de France dirigée par ses amis Gildo Caputo et Myriam Prévot. À partir de 1959 Zao Wou-ki se rend désormais chaque année à New York pour les expositions de ses œuvres chez Kootz, et il décide de changer d'atelier, le sien étant désormais trop étroit. Il s'installe rue Jonquoy dans un entrepôt transformé par l'architecte Georges Johannet qui a aussi réalisé l'atelier de Vieira da Silva.

L'atelier proprement dit ne possède pas de fenêtres, la lumière vient du toit[24]. Le bâtiment est très élaboré avec deux corps de bâtiments, un jardin, un bassin, des arbres et des sculptures. Dans ce lieu le peintre illustre en 1962 La Tentation de l'Occident de André Malraux. C'est à cette occasion qu'il fait la connaissance de l'écrivain qui est aussi ministre de la culture, et grâce à qui il obtient la citoyenneté française. Il poursuit son œuvre illustrée avec des textes d'Arthur Rimbaud, Saint-John Perse. Il cesse de voyager pour s'occuper de May, malade, sujette à des rechutes, et il se réfugie dans son travail. Il ne fait que de courtes incursions hors de son atelier : à Dublin, Montréal, aux États-Unis, au Mexique[24]. Pendant le Festival de Salzbourg, il est nommé professeur dans un séminaire municipal fondé par Oskar Kokoschka. Mais sa femme étant de plus en plus malade, il se remet à peindre des encres de Chine à cause, dit-il de leur plus grande facilité. Chan May Kan meurt au début du mois de mars 1972[24].

À la fin du même mois, le peintre part pour la Chine où les artistes réalistes socialistes[25] tiennent le haut du pavé et où Zao Wou-Ki est considéré comme un peintre « déviant ». Sa jeune sœur Wou-She, maoiste convaincue, se demandait, à l'âge de douze ans, si « la peinture de Zao Wou-Ki servait le peuple[26]. » Le peintre retourne dans son pays en 1975 auprès de sa mère malade, en 1983 pour une exposition au Musée national de Pékin, et avec Françoise Marquet en 1985, « avec l'espoir que le communisme et Mao rendraient la dignité à son pays[27] », bien que son père se soit suicidé pendant la révolution culturelle[27].

Dans les années '70 il fréquente la galerie Alphonse Chave à Vence (Alpes-Maritimes) où il continue la lithographie avec Pierre Chave.

C'est en 1971 qu'il a rencontré Françoise Marquet, alors qu'elle venait de passer le concours de conservateur des musées de la Ville de Paris. Elle a publié Zao Wou-Ki, estampes, 1938-1974 avec une préface de Roger Caillois. Zao Wou-Ki l'épouse en 1975[28]. Françoise l'aide à rédiger ses souvenirs après son retour en Chine[note 5]. C'est un texte en forme de récit dans lequel il raconte qu'au moment de son retour en Chine « mon père aurait apprécié que je ne tienne pas compte des souffrances endurées par ma famille pendant ces deux années de révolution culturelle, et que je puisse aider la Chine un tant soit peu[27]. »

En 1981 une grande rétrospective de son œuvre est présentée aux Galeries nationales du Grand Palais à Paris, sous le commissariat de Jean Leymarie. L’exposition sera reprise dans cinq musées japonais, à Hong Kong, puis à Singapour[29].

Zao Wou-Ki exécute aussi des œuvres monumentales sur commande. La première est réalisée en 1983 à la demande de I.M. Pei pour L'hôtel des collines parfumées, situé à 30 km de Pékin que l'architecte vient d'achever[30]. L'œuvre se compose de deux panneaux à l'encre de Chine de 2,80 × 3,60 m[31]. La deuxième est une mosaïque de 2 × 10 m pour le lycée Honoré-de-Balzac de Mitry-Mory construit par l'architecte Roger Taillibert. La mosaïque est posée par Nora Vitorge-Cassin en 1984[31].

La consécration[modifier | modifier le code]

À partir des années 1980, et avant-même son retour en Chine, le talent du peintre a été reconnu et consacré dans plusieurs pays d'Europe ainsi qu'aux États-Unis et au Mexique. Considéré, selon Daniel Marchesseau comme « peintre universel[32] », il a déjà été exposé à Barcelone, peu après avoir rencontré Joan Miró lors de l'exposition Hommage à Joan Miró à Madrid. La galerie Pierre Matisse de New York l'expose à son tour et c'est l'architecte Ieoh Ming Pei qui fait la préface du catalogue[33]. On retrouve le peintre au Grand Palais à Paris, à l'institut de France à Athènes, et après l'exposition de Pékin, il est à Tokyo, à la Fuji Television Gallery[33].

Son Autoportrait, rédigé avec l'aide de Françoise Marquet paraît aux éditions Fayard, tandis que Claude Roy publie sa biographie en forme de catalogue raisonné. De très nombreux ouvrages paraissent entre 1986 et 1989 sur le peintre[32]. Sur commande de l'État français, en 1989, Zao Wou-Ki réalise une fresque murale pour un édifice scolaire réalisé par l'architecte Roger Taillibert. L'œuvre se compose de 9 panneaux qui se déplient comme un livre d'images[33].

Fondation Calouste-Gulbenkian de Lisbonne qui a présenté une rétrospective Zao-Wou-Ki en 1992

La liste des villes où ses peintures sont exposées est longue : Genève, Aix-en-Provence, Lisbonne (Fondation Calouste-Gulbenkian), le Musée national du Luxembourg, à Tours, Amsterdam, Arras (Centre Culturel Noroît)[note 6], puis Xi'an, Pékin, Hong Kong où il est nommé Docteur honoris causa de l'université[34]. En France il a été promu en 1993 au grade de commandeur de la Légion d'honneur et la ville de Paris lui remet la Médaille vermeille de la ville de Paris. En 1994, à Taipei, une rétrospective de ses œuvres de (1935 à 1992) est organisée au Taipei Fine Arts Museum, le commissaire de l'exposition est l'historien d'art Patrice Bachelard[34].

Pendant la période qui va de 1993 à 1994, Zao Wou-Ki a été présenté successivement : à la FIAC par la galerie Thessa Herold en 1993 dans une exposition intitulée Henri Michaux /Zao Wou-Ki  : Pas de barbare en Asie, à la galerie Sapone de Nice, à New York où il reçoit le Premium Imperiale Award of Painting organisé par le groupe Fuji, puis à Tokyo où il reçoit ce prix des mains de l'empereur du Japon sa majesté Akihito et de son épouse Michiko Shōda[34].

Il illustre également le livre de Yves Bonnefoy 24 sonnets de Shakespeare, et Pierre Daix publie aux éditions Ides et Calendes de Neuchâtel une monographie de l'artiste présentée à la galerie Thessa Herold en même temps qu'une exposition de peintures, aquarelles, et encres de Chine de Zao Wou-Ki[34].

Jusqu'en 1998, date de son retour en Chine à Shanghai, les travaux de Zao Wou-Ki sont exposés en Espagne, à Saragosse, à Taïwan; à New York : Hommage à Pierre Matisse, avec des textes de Maria Gaetana Matisse[35] et Ieoh Ming Pei) à la galerie Jan Krugier[36].

À Paris, pour fêter les cinquante années parisiennes du peintre, la galerie Thessa Herold expose des peintures récentes avec un catalogue préfacé par Yves Bonnefoy et intitulé La Pensée de Zao Wou-Ki, avec les textes écrits par l'artiste depuis 1948[36].

Bataille juridique autour d'un artiste malade[modifier | modifier le code]

Zao Wou-Ki a eu un fils, Jia-Ling Zhao, d'une première union, une fille, Sin-May, de la deuxième. Il était marié à Françoise Marquet depuis 1977. Après avoir longtemps vécu à Paris, le couple s'est installé à Dully, en Suisse, au bord du lac Léman.

Zao Wou-Ki était atteint de la maladie d'Alzheimer et son fils, Jia-Ling Zhao, contesta le déplacement de son père en Suisse selon Le Journal des arts[37]. Il accusa sa belle-mère, Françoise Marquet, de vouloir accaparer l'œuvre de son mari. Il a demandé une mise sous tutelle de son père, demande « rejetée par le tribunal d'instance de Paris qui s'est déclaré incompétent. […] Françoise Marquet elle même a demandé une mise sous tutelle de son mari dans le canton de Vaud. […] Une plainte pour abus de faiblesse, déposée en France contre X, a été classée sans suite[37]. » Toujours selon Le Journal des arts, Françoise Marquet a créé à Genève la Fondation Zao Wou-Ki pour promouvoir l'œuvre de son mari[38],[39],[40].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des œuvres de Zao Wou Ki.
Deux des vitraux réalisés pour le réfectoire du Prieuré de Saint-Cosme.

La culture dont a été imprégné Zao Wou-Ki, dans sa famille et par sa formation, l'a ouvert à l'immense tradition de l'art chinois, comme élément central de la culture des lettrés, au début du XXe siècle. Mais son évolution au contact d'artiste occidentaux, l'amène progressivement vers l'abstraction lyrique, mais aussi vers l'art informel, vers l'art gestuel dont il est un des plus célèbres représentant en France. « ce sont pourtant, au sens propre, les maîtres occidentaux qui firent, pour Zao Wou-Ki, fleurirent les roses de Chine. Il dit lui même : Picasso m'avait appris à dessiner comme Picasso, mais Cézanne m'avait appris à regarder la nature chinoise[41] »

D'abord orienté vers l'abstraction, influencé par Paul Klee, après avoir abandonné l'encre de Chine en 1945, il renoue plus tard avec cette technique à la suite de sa rencontre avec Henri Michaux, mais aussi pour des raisons personnelles qu'il développe dans un dialogue avec Françoise Marquet dans l'ouvrage Encres[note 7].

Peinture[modifier | modifier le code]

Ses toiles, pour la plupart de très grands formats à partir des années 1950, portent pour titre la date de leur achèvement, ou bien un titre faisant référence à un évènement connu : Piazza (1950), conservée au Musée d'art moderne de la ville de Paris, ainsi titrée en souvenir de Venise[42], Vent (1954), en référence à un poème de Su Dungpo, Musée d'art moderne de la ville de Paris, Centre Georges Pompidou[43],[44], Foule noire (1955), Carnegie Museum of Art, Pittsburgh[41] en référence à Lao She, Mistral (1957), en référence au poème de Claude Roy Les Chevaux de l'orage, musée Solomon R. Guggenheim, New York[45].

D'autres œuvres portent un titre dont on ne connaît pas l'origine comme Vent et poussière (1957), Fogg Art Museum, Harvard University, Massachusetts[46].

Toutefois la plupart des œuvres titrées autrement que par leur date d'achèvement sont des hommages à une personne : Hommage à Delacroix, 1953[47], Hommage à Chu-Yun, 5 mai 1955[48],[49]. Le tableau est répertorié sous le titre Hommage à Qu Yuan dans le catalogue de l'exposition du Musée de Shanghai[50], Stèle pour un ami, 1956[51] ,[52], Hommage à Henri Michaux, 18.01.1963[53],[54], Hommage à Edgar Varèse, 1964[55] ,[56], En mémoire de May, 1972, en référence à sa deuxième épouse décédée[57],[58],[59], Hommage à René Char, 1973[60], Triptyque, hommage à André Malraux, 1976[61], À la mémoire de mon frère Wou-Wei, 1979[62] Triptyque, hommage à Monet, 1991[63],[64],Hommage à Henri Matisse, 2 février 1986[65],[66], Hommage à Henri Matisse II, 21 mai 1993[67],[68], Hommage à mon ami Jean-Paul Riopelle, 21 juin 2003[69], Hommage à Françoise, 2003[70] .

Cette peinture, que l'on a beaucoup de mal à définir, Daniel Marchesseau en explique l'essence : « La couleur éclatante, comme ignée (qui a la qualité du feu) de sa gestuelle procède des cheminements de sa méditation, dans la solitude de l'atelier. L'artiste joue de la ductilité (souplesse) de ses pigments. Un flamboiement coloré, brutal parfois, profond toujours, anime sur la toile les nuances de sa palette (...) Toutes confèrent à l'œuvre une vibrante densité, vision autant que résurgence, secret autant qu'illumination[71] »

Encres de Chine[modifier | modifier le code]

L'artiste a fait des encres de Chine en 1945, mais il a abandonné cette manière de s'exprimer pendant vingt quatre ans. Il ne l'a reprise qu'en 1971 et 1972 au moment où sa seconde épouse May était malade et où il avait abandonné les grands formats. Il s'en explique à Françoise Marquet « En 1971, May était malade, je ne pouvais plus peindre. Je n'arrivais plus à me concentrer. D'ailleurs tu peux remarquer qu'entre 1971 et 1972 j'ai fait très peu de tableaux. Dans certains moments de grandes angoisses, il m'était plus facile de prendre un morceau de papier et un peu d'encre de Chine, et d'essayer de tracer (...) Mais il y a aussi un autre élément, c'était une préparation mentale à la peinture. Je ne fais jamais d'esquisse[72] ».

Sa rencontre avec Henri Michaux est également déterminante. « Avant, quand on parlait de la peinture, c'était de la peinture peinte. Maintenant on a une nouvelle manière de s'exprimer : on a ajouté quelque chose qui vient de l'orient puisque c'est en même temps une écriture. Je pense bien sûr à Henri Michaux. Ses recherches ne sont pas celles de la peinture traditionnelle. C'est une peinture qui dépend beaucoup plus de la façon d'écrire…[72] ».

Il peint des lavis, de petits ou grands formats qui portent tous le titre Lavis suivi de l'année d'achèvement. Lavis 1975, 44 × 33 6 cm, Centre national d'art et de culture Georges-Pompidou, Lavis 1979, 109 × 105 cm, collection Galerie de France. De nombreux lavis de cette année là font partie de la collection de la Galerie de France, de celle du Centre national d'art et de culture Georges-Pompidou, du Musée d'art moderne de la Ville de Paris[72]

Livres illustrés[modifier | modifier le code]

Signatures de Zao Wou-Ki (peinture).
Signature de Zao Wou-Ki (sur papier).

En 1962, grâce à l'amitié d'André Malraux Zao Wou-Ki réalise dix lithographies originales en couleurs pour la réédition de la première œuvre majeure du romancier, La Tentation de l'Occident. Ceci participe de son intérêt pour le travail avec le monde de l'édition, en particulier à travers le livre d'artiste ou le livre de bibliophilie et, plus généralement, la gravure, intérêt partagé par de nombreux artistes chinois de sa génération.

Ainsi, il a illustré de gravures et lithographies des livres de Henri Michaux (1950, 1981 et 1995), René Char (1957 et 1974), André Malraux (1962), Hubert Juin (1962), Saint-John Perse (1965), Arthur Rimbaud (1966 et 1967), Michel Ragon (1968), Jocelyne François (1971), Ezra Pound (1972), Jean Lescure (1973), Jean Laude (1973 et 1974), Roger Laporte (1974), Roger Caillois (1974 et 1976), Léopold Sédar Senghor (1978), Philippe Jaccottet (1981), Lorand Gaspar (1981 et 1985), Pierre Lecuire (1982 et 1987), Yves Peyré (1988 et 1991), Ezéchiel Saad (1989), André Velter (1989), Kenneth White (1990), Jean Frémon (1991), Khalil Gibran (1992), Pierre Seghers (1992), Yves Bonnefoy (1993, 1994, et 1996 : traduction des 24 sonnets de Shakespeare publié aux éditions des Bibliophiles de France ), Claude Roy (1993), François Cheng (1994).

Il a procédé à la sélection des Estampages de l'époque Han, parus en 1967, et en a rédigé la préface avec Claude Roy[73]

Vitrail[modifier | modifier le code]

À l'invitation du Conseil général d'Indre-et-Loire, Zao Wou-Ki réalise en 2011 quatorze vitraux au prieuré de Saint-Cosme à La Riche pour le réfectoire des chanoines, sa seule réalisation dans l'art du vitrail connue dans toute sa carrière jusqu'en 2011.

Sélection d'œuvres localisées[modifier | modifier le code]

Musée d'art moderne de Rio de Janeiro.

Outre les lieux cités dans la liste ci-dessus, on peut encore voir des œuvres de Zao Wou-Ki : En Grande-Bretagne, au Victoria and Albert Museum, Londres, à la Tate Gallery Londres, et la Tate Gallery de Liverpool, en Autriche, à Vienne, à la Graphische Sammlung Albertina, de Vienne, en Belgique à la Bibliothèque Royale Albert Ier de Belgique, Bruxelles, au Musée royal d'art moderne à Bruxelles, dans les Musées Royaux des Beaux-Arts (Bruxelles), et à la Fondation Verannneman de Kruishoutem, au Canada au Musée des beaux-arts de Montréal, en Chine à la Zhejiang Academy of Fine Arts (Hangzhou)[90], en Espagne, à la Fondation Miró (Barcelone), au Musée Thyssen-Bornemisza (Madrid), aux États-Unis à L'Art Institute of Chicago, au Cincinnati Art Museum, Wadsworth Atheneum, Hartord (Connecticut), Museum of Fine Arts (Houston)), Colby College Museum of Art, Waterville, Maine (État), au Walker art center de Minneapolis, au Finch Art College de New York, au Virginia Museum of fine Arts, University of Virginia, Richmond, à l'Asian Art museum de San Francisco dans la Avery Brundage collection, en Finlande, à l'Ateneum de Helsinki, en France, à la Fondation Van Gogh d'Arles, au Musée Bertrand de Châteauroux, au Musée Unterlinden de Colmar, au Musée des Beaux-arts du Havre, au Musée d'art et d'histoire de Metz, au Musée des beaux-arts d'Orléans, au Musée de la céramique de Sèvres, au Musée des beaux arts et d'histoire naturelle de Valence[91], à Hong Kong : Hong Kong museum of fine arts, en Indonésie : National museum of Djakarta, en Israël au Tel-Aviv Museum of art, en Italie à la Galleria Civica d'Arte Moderna de Gênes, Galleria Civica d'Arte Moderna à Milan, au Japon au Fukuoka museum of art (Fukuoka), Iwaki City Art Museum, Fukushima, Fuji art museum of art, Tokyo, Nagaoka contemporary museum of art (Nagaoka), au Mexique : Centro Cultural Arte Contemporaneo (Mexico), Museo de Arte Moderno, Museo Tamayo Arte Contemporáneo, Mexico, au Portugal : Museu Nacional de Arte moderna (Porto), à Singapour : Raffles City, en Suisse au Musée d'art et d'histoire, fondation Gérald Cramer (Genève), Pinacoteca comunale Casa Rusca, Collection Nesto Jacometti, Locarno, en Yougoslavie-Macédoine : Musée d'art contemporain, Skopje[92] Musée Laurier, Victoriaville Canada.

Expositions récentes[modifier | modifier le code]

  • 1987:
    • "Carte Segrete 53" "Serafini Editore" Velemir Chlebnikov "Zangezi", dans le même numèro deux "expo-livre" Mario Coppola "Adventum", Zao Wou-Ki "Il Pittore Di Due Mondi".
  • 1998 :
    • Madrid, ARCO (Feria Internacional de Arte Contemporáneo) 98, galerie Thessa Herold : « Zao Wou-Ki, peintures et encres de Chine »
    • Angers, Musée des beaux-arts d'Angers, « Rétrospective de l'œuvre peint et encres de Chine de 1979 à 1995 »
    • Shanghai, Musée des beaux arts, « Rétrospective Zao Wou-Ki, 60 ans de peintures »
  • 1999 : Royan, centre d'arts plastiques, Voûtes du Port, « Zao Wou-Ki, les 20 dernières années de peinture »
  • 2000 :
    • Tokyo, Fuji Television Gallery
    • Paris, galerie Marwan Hoss, « Encres récentes », texte de Philippe Dagen
    • Paris, musée du Petit Palais, ensemble de peintures récentes dans le cadre de l’exposition « Chine, la gloire des empereurs »
  • 2001 :
    • Valence, Espagne, IVAM, Centro Julio Gonzalez, rétrospective
    • Valence, Institut français, Ambassade de France, exposition d'encres de Chine
    • Bruxelles, Belgique, musée d’Ixelles, rétrospective
    • Barcelone, Institut français, « Zao Wou-Ki, encres récentes »
  • 2002 :
    • Paris, « Signe(s) », galerie Kamel Mennour, regard croisé sur des encres de Henri Michaux et Zao Wou-Ki
    • Chenonceau, « Zao Wou-Ki, Rêve de nature », huiles et encres de Chine des vingt dernières années
  • 2003 :
    • Helsinki, Taidehalli, rétrospective
    • New-York, Marlborough Gallery
    • Paris, Galerie du Jeu de Paume, rétrospective
  • 2004 : Montpellier, Musée Fabre rétrospective[93]
  • 2006 : Paris, musée du Luxembourg (Sénat), exposition collective[94] « L'envolée lyrique, Paris 1945-1956 »
  • 2008 :
    • Rétrospective de l'œuvre gravé, Bibliothèque nationale de France puis Suzhou Museum à Suzhou, Chine
    • Issoudun, musée de l'Hospice Saint-Roch
    • Québec, musée national des beaux-arts du Québec, « Hommage à Riopelle et peintures récentes »
  • 2009 : La Hulpe, fondation Folon, Belgique, aquarelles et encres de Chine sur papier
  • 2010  :
    • La Riche, prieuré de Saint-Cosme, « Zao Wou-Ki et les arts appliqués »
    • Fondation Árpád Szenes - Vieira da Silva, Lisbonne, Portugal, rétrospective
    • 2012 : Rouen, Musée des Beaux-Arts, "Zao Wou-Ki. Le printemps du pinceau"
    • 2013: Locarno, Pinacoteca Comunale, "Zao Wou-Ki (1920-2013). Retrospettiva".

Bibliographie (chronologique)

Document utilisé pour la rédaction de l’article : source utilisée pour la rédaction de cet article

Monographies[modifier | modifier le code]

  • Nesto Jacometti, L'Œuvre gravé 1949-1954 de Zao Wou-Ki, catalogue raisonné, Éditions Gutekunst & Klipstein, Berne, 1955, 86 p.
  • Claude Roy, Zao Wou-Ki, Le Musée de Poche, Éditions Georges Fall, Paris, 1957 (61 p.), réédition 1970, 116 p.
  • Jean Laude, Zao Wou-Ki, La Connaissance, Bruxelles, 1974, 120 p.
  • Françoise Marquet, Zao Wou-Ki, Les estampes 1937-1974, préface de Roger Caillois, Arts et métiers graphiques, Paris, 1975, 160 p. [264 œuvres recensées et reproduites] (ISBN 2700400070)
  • Dora Vallier, Zao Wou-Ki, En torno al gesto (« Autour du geste »), biographie par Françoise Marquet (en anglais, espagnol et français), Ediciones Poligrafa, Barcelone, 1978, 98 p. (ISBN 8434302772)
  • Jean Leymarie, Zao Wou-Ki, Paris, Éditions Hier et Demain,‎ 1978, 332 p. (ISBN 2720600512) [476 œuvres recensées et reproduites, datées de 1936 à 1978] Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Henri Michaux, Zao Wou-Ki, Paris, Les Éditions Cercle d'art,‎ 1980 (ISBN 2702201407) Document utilisé pour la rédaction de l’article
    La dernière partie de l'ouvrage est constituée d'un dialogue avec Françoise Marquet qui a été conservateur au musée d'art moderne de la ville de Paris de 1974 à 1978.
  • Jean Leymarie, Zao Wou-Ki, documentation par Françoise Marquet, Éditions Cercle d'art, Paris, 1986, 384 p.
  • Claude Roy, Zao Wou-Ki, Paris, Les Éditions Cercle d'art,‎ 1988, 202 p. (ISBN 2702202225), (biographie complétée, p. 181-189) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Daniel Abadie et Martine Contensou, Zao Wou-Ki, Ars Mundi, Paris, 1988, 128 p. (ISBN 2869010419)
  • Bernard Noël, Zao Wou-Ki, encres, Librairie Séguier, Paris, 1989, 106 p. (ISBN 2877360059)
  • Jorgen Agerup, Zao Wou-Ki. The Graphic Work. A Catalogue Raisonné 1937-1995, Heede & Moestrup, Skorping, 237 p.
  • Pierre Daix, Zao Wou-Ki, l'œuvre 1935-1993, Éditions Ides et calendes, Neuchâtel, 1994
  • Pierre Daix, Zao Wou-Ki, Éditions Ides et calendes, Neuchâtel, 1996 (ISBN 292580102[à vérifier : isbn invalide])
  • Yves Bonnefoy et Gérard de Cortanze, Zao Wou-Ki, Paris, Éditions de la Différence et galerie Enrico Navarra,‎ 1998, 381 p. (ISBN 2-7291-1210-3) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Bernard Noël, Zao Wou-ki, Grands formats, Éditions Cercle d'art, Paris, 2000, 143 p.
  • Jean-Luc Chalumeau (dir.), Zao Wou-Ki : Ce qui est abstrait pour vous est réel pour moi, Éditions Cercle d'art, Paris, 2001, 63 p.
  • Zao Wou-Ki : Carnets de voyage 1948-1952, préface de Dominique de Villepin, Éditions Albin Michel, Paris, 2006, 160p. (ISBN 978-2-22615-208-4)
  • José Frèches, Zao Wou-Ki. Oeuvres, écrits, entretiens, Hazan, Paris ; Ediciones Poligrafa, Barcelone, 2007, 160 p.
  • Zao Wou-Ki : Moments de création : Rouge très très fort, filmé par Richard Texier, texte de Christine Montalbetti, Biro éditeur, 2008, 48 p, DVD : 18 min (ISBN 978-2-35119-051-7)
  • Zao Wou-Ki. Œuvres 1935-2008, préface de Dominique de Villepin, Flammarion, Paris, 2009 (ISBN 9782081217393) ; éditions anglaise et chinoise Kwai Fung Hin, Hong Kong, 2010, 384 p.
  • Zao Wou-Ki. Œuvres 1935-2010, préface de Dominique de Villepin, Flammarion, Paris, 2012, 392 p.
  • Zao Wou-Ki. Dans l'ultime bonheur de peindre, 2000-2010, Éditions Albin Michel, Paris, 2012, 192 p. Textes de Françoise Marquet, Sylvain Amic, Yin Fu, Isbelle Klinka-Ballesteros
  • Pierre Daix, Zao Wou-Ki, Éditions Ides et calendes, Lausanne, 2013. Nouvelle édition revue et actualisée, 128 p.

Catalogues[modifier | modifier le code]

  • Zao Wou-Ki, préface de René de Solier, Galerie de France, Paris, 1957
  • Zao Wou-Ki, postface de Myriam Prévot, Galerie de France, Paris, 1960
  • Zao Wou-Ki, préfaces de Manessier et Pierre Schneider, Folkwang Museum, Essen, 1965
  • Zao Wouki, préface de Pierre Schneider (critique d'art), Galerie de France, Paris, 1967
  • Zao Wou-Ki, textes et extraits de Henri Michaux, Michel Ragon, Claude Roy, Pierre Schneider, Myriam Prévot-Douatte, Jacques Lassaigne, Galerie de France, Paris, 1969
  • Zao Wou-Ki 1971-1975, préface de René Char, Galerie de France et Arts et Métiers graphiques, Paris, 1975
  • Zao Wou-Ki, Peintures, encres de Chine, introduction de Michel Tourlière, préface de François Cheng, Galeries nationales du Grand Palais, ministère de la Culture et de la Communication, 1981
  • Zao Wou-Ki ou se libérer du connu, textes de Pierre Barousse et Geneviève Bonnefoi, musée Ingres, Montauban, 1983
  • Daniel Marchesseau et al., Zao Wou-Ki : 60 ans de peintures (1935-1998), catalogue de l'exposition du musée de Shanghai, Paris, AFAA, ministère de la Culture,‎ 1998, 332 p. (ISBN 7-5426-1191-7) Document utilisé pour la rédaction de l’article
L'exposition a été réalisée par le musée de Shanghai en coproduction avec l'AFAA, en collaboration avec l'ambassade de France en Chine dans le cadre de l'année de la Chine en France. Elle a bénéficié du concours de L'Oréal. Le responsable de l'exposition et du catalogue, Daniel Marchesseau, était à cette date conservateur en chef du patrimoine au musée d’art moderne de la Ville de Paris. L'exposition a été montrée au Palais des Beaux-Arts du Guandong à Shanghai, puis à Pékin au Musée national du palais, puis à Canton.
  • Zao Wou-Ki, Peintures 1996-2000, Jean Rigaud, galerie Thessa Herold, Paris
  • Zao Wou-Ki, textes de François Cheng, Pierre Schneider, Jean Lescure, Guitemie Maldonado, Ministère de la Culture et de la Communication, Éditions du Jeu de paume, 2003, 242 p. (ISBN 2908901943)
  • collectif Musée des Beaux-arts de Dunkerque, Musée du dessin et de l'estampe originale, Gravelines, Musée Fabre, Montpellier, Zao Wou-Ki, la quête du silence,‎ 2004, 177 p. (ISBN 2-85056-823-6) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Zao Wou-Ki : Peintures et encres de Chine, 1948-2005, Éditions Hazan, Paris, 2005, catalogue de l'exposition de Biarritz, 158 p. Textes de Florence Delay, Daniel Abadie, Juan Manuel Bonet, Yann Hendgen
  • Zao Wou-Ki, Daniel Marchesseau, Somogy, 2007, 96 p. (ISBN 978-2-75720-103-9), catalogue de l'exposition du Musée-Château de Nemours
  • Zao Wou-Ki. Estampes et livres illustrés, Éditions Bilbiothèque nationale de France, Paris, 2008, catalogue de l'exposition de la Bibliothèque national de France, 144 p. Préface de Bruno Racine, texte de Marie Minssieux-Chamonard, Hélène Trespeuch et Céline Chicha
  • Zao Wou-Ki. Hommage à Riopelle et peintures récentes, Éditions Mnba, Québec, 2008, catalogue de l'exposition du Musée national des beaux-arts du Québec, Québec, 68p. Préface d'Esther Trépanier, texte de Daniel Abadie
  • Zao Wou-Ki. L'encre, l'eau, l'air, la couleur. Encres de Chine et aquarelles, 1954-2007, Éditions Albin Michel, Paris, 2008, catalogue de l'exposition du Musée de l'Hospice Saint-Roch d'Issoudun, 192 p. Préface de Sophie Cazé, texte de Philippe Dagen

Textes de Zao Wou-Ki et entretiens[modifier | modifier le code]

  • Estampages Han, préface par Zao Wou-Ki et Claude Roy, Le club français du livre, Paris 1967
  • Autoportrait, Zao Wou-Ki (et Françoise Marquet), Fayard, Paris, 1988 (ISBN 2213022070)
  • Claude Martin, France Huser, Robert Frélaud, Claude Delay-Tubiana, François Trèves, Agnès Varda et Bernard Noël, Couleurs et mots : entretiens avec Zao Wou-Ki, Le Cherche midi éditeur,‎ 1998, 92 p. (ISBN 9782862746081). Réédition augmentée en 2013, 120 p.

Article[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. le timbre était d'une valeur de 6,70 fr
  2. également orthographié Mi fei
  3. Gildo Caputo et Myriam Prévot sont les fondateurs de la galerie de France en 1942.
  4. à ce moment-là le musée achevé en 2003 n'avait encore cet aspect-là. L'actuel bâtiment est issu de la réunion de deux bâtiments : le Musée national d'histoire, et le musée de la révolution chinoise
  5. Les textes sont réunis par José Frèches dans un livre publié en 2007 aux éditions Hazan : Zao Wou-Ki : Œuvres, écrits, entretiens.
  6. Le Centre Culturel Noroît est fermé depuis 2006
  7. Le livre étant non paginé, on ne peut donner que des citations sur cette évolution

Références[modifier | modifier le code]

  1. Avec, comme date de naissance le 1er février 1920.
  2. Voir sur lacote.ch.
  3. Fiche sur le site de l'Académie des Beaux-Arts
  4. « Le peintre Zao Wou-Ki est décédé à Nyon », sur 24heures.ch (consulté le 9 avril 2013)
  5. Le peintre Zao Wou-Ki est décédé dépêche AFP du 9 avril 2013.
  6. Claude Roy 1988, p. 70
  7. Bonnefoy Cortanze 1998, p. 322
  8. Claude Roy 1988, p. 101
  9. a et b Marchesseau et al 1998, p. 302
  10. a et b Bonnefoy Cortanze 1998, p. 329
  11. a, b et c Claude Roy 1988, p. 181
  12. a, b et c Claude Roy 1988, p. 182
  13. a, b et c Marchesseau et al 1998, p. 303
  14. a, b, c et d Bonnefoy Cortanze 1998, p. 330
  15. Martin et al 1998, p. 49
  16. a et b Claude Roy 1988, p. 183
  17. Claude Roy 1988, p. 25
  18. a, b, c, d et e Claude Roy 1988, p. 29 et 30
  19. a, b et c Bonnefoy Cortanze 1998, p. 331
  20. Jean Leymarie 1978, p. 310
  21. a et b Marchesseau et al 1998, p. 305
  22. Claude Roy 1988, p. 45
  23. Claude Roy 1988, p. 184
  24. a, b et c Claude Roy 1988, p. 185
  25. « Doctrine artistique soviétique exigeant du créateur une représentation véridique et historiquement concrète de la réalité dans son développement révolutionnaire - Michel Laclotte, Jean-Pierre Cuzin - Dictionnaire de la peinture, éditions Larousse 1987, p. 758. »
  26. Claude Roy 1988, p. 71 et 72
  27. a, b et c Claude Roy 1988, p. 73
  28. Marchesseau et al 1998, p. 310
  29. Marchesseau et al 1998, p. 312
  30. Guide Découverte de la Chine, édition Olizane 2012, p.115 lire en ligne
  31. a et b Bonnefoy Cortanze 1998, p. 334
  32. a et b Marchesseau et al 1998, p. 313
  33. a, b et c Marchesseau et al 1998, p. 311
  34. a, b, c et d Marchesseau et al 1998, p. 314
  35. Morte le 13 avril 2001, Maria Gaetana était la femme de Pierre Matisse (annonce de sa mort dans le Los Angeles Times).
  36. a et b Marchesseau et al 1998, p. 315
  37. a et b Démêlées familiales autour du peintre.
  38. Fondation Zao Wou-Ki sur infocube.ch.
  39. Voir sur illustre.ch.
  40. Voir sur lacote.ch.
  41. a, b et c Claude Roy 1988, p. 86
  42. a et b Claude Roy 1988, p. 83
  43. a et b Claude Roy 1988, p. 84
  44. a, b et c Bonnefoy Cortanze 1998, p. 97
  45. a et b Claude Roy 1988, p. 90
  46. a et b Bonnefoy Cortanze 1998, p. 110
  47. Collectif musées 2004, p. 105
  48. Collectif musées 2004, p. 107
  49. Bonnefoy Cortanze 1998, p. 95
  50. Marchesseau et al 1998, p. 120-121
  51. Bonnefoy Cortanze 1998, p. 101
  52. Collectif musées 2004, p. 106
  53. Collectif musées 2004, p. 109
  54. Claude Roy 1988, p. 102
  55. Collectif musées 2004, p. 110-11
  56. Marchesseau et al 1998, p. 148-149
  57. Collectif musées 2004, p. 112-113
  58. a et b Claude Roy 1988, p. 136
  59. a et b Bonnefoy Cortanze 1998, p. 162-163
  60. Collectif musées 2004, p. 115
  61. a et b Bonnefoy Cortanze 1998, p. 178-179
  62. Bonnefoy Cortanze 1998, p. 188
  63. Collectif musées 2004, p. 116-117
  64. Bonnefoy Cortanze 1998, p. 254-255
  65. Collectif musées 2004, p. 119
  66. Claude Roy 1988, p. 172
  67. Bonnefoy Cortanze 1998, p. 265
  68. Collectif musées 2004, p. 118
  69. Collectif musées 2004, p. 120-121
  70. Collectif musées 2004, p. 122-123
  71. Marchesseau et al 1998, p. 25
  72. a, b et c Michaux 1998, p. ?
  73. Bonnefoy Cortanze 1998, p. 332
  74. Huile sur toile.
  75. Bonnefoy Cortanze 1998, p. 87
  76. Bonnefoy Cortanze 1998, p. 105
  77. Bonnefoy Cortanze 1998, p. 113
  78. Bonnefoy Cortanze 1998, p. 131
  79. Bonnefoy Cortanze 1998, p. 132
  80. Bonnefoy Cortanze 1998, p. 149
  81. Bonnefoy Cortanze 1998, p. 161
  82. Bonnefoy Cortanze 1998, p. 195
  83. Bonnefoy Cortanze 1998, p. 201
  84. Bonnefoy Cortanze 1998, p. 209
  85. Bonnefoy Cortanze 1998, p. 219
  86. Bonnefoy Cortanze 1998, p. 231
  87. Bonnefoy Cortanze 1998, p. 248
  88. Bonnefoy Cortanze 1998, p. 262
  89. Bonnefoy Cortanze 1998, p. 269
  90. Marchesseau et al 1998, p. 329
  91. Marchesseau et al 1998, p. 330
  92. Marchesseau et al 1998, p. 331
  93. Zao Wou-Ki en 2004 au musée Fabre de Montpellier aperçu de l'exposition Zao Wou-Ki.
  94. Œuvres présentées : Vent, 1954, du Musée national d'art moderne ; Paysage boréal, 1954 ; Sans titre, 1955 ; Île, 1956. Catalogue : (ISBN 88-7624-679-7).

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]