Huang Yong Ping

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Huang Yong Ping (chinois simplifié : 黄永平 ; pinyin : Huáng Yǒngpíng), né le 18 février 1954 à Xiamen dans la province du Fujian, est un artiste contemporain d'origine chinoise naturalisé français, qui s'installa en France en 1989. Il a fondé le mouvement « Xiamen Dada », qui a pour mot d’ordre « Le zen est Dada, Dada est le zen ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Huang Yong Ping est né le 18 février 1954 à Xiamen. Il fit sa première exposition de groupe à Xiamen en 1983. Il s'installa en France en 1989 à l’occasion de l’exposition «Les magiciens de la terre» au Centre Pompidou. Il a représenté la France avec Jean-Pierre Bertrand à la 48e Exposition internationale d'art visuel de Venise en 1999.

Figure majeure de l’art d’avant-garde chinois des années 1980, il vit nombre de ses œuvres interdites par le gouvernement. Le mouvement « Xiamen Dada », dont il est le fondateur, et qui a pour mot d’ordre « Le zen est Dada, Dada est le zen », manifeste son goût du paradoxe et de la déconstruction, produite par l’assemblage de significations hétérogènes. Un texte du 24 novembre 1986, intitulé "Statement on burning" (Déclaration sur le fait de brûler) et signé Huang Yong Ping commente l'œuvre, dans la série des Burning Works, qui a été réalisée le soir du 23 novembre 1986 sur la place du nouveau Xiamen Art Museum.

"[...] Nous ne pouvions décider si les œuvres exposées étaient dans leur forme finale, elles auraient pu être améliorées ou rendues plus mauvaises. Nous ne pouvions décider si ces œuvres devaient être entreposées pour être conservées dans leur état. C'est pourquoi nous avons décidé de mettre à exécution le projet de déconstruire, détruire et brûler les éléments exposés. Tout a été photographié et filmé en vidéo. [...] L'attitude qu'un artiste a à l'égard de ce qu’il réalise indique l'importance avec laquelle il peut se libérer. [...]
L'œuvre d'art est à l'artiste ce que l'opium est à l'homme.
Avant que l'art soit détruit, la vie n'est jamais paisible.
Dada est mort. Attention au feu." [1]

Wu Hung[2] situe le mouvement « Xiamen Dada » (厦门达达) comme l'un des six groupes de l'avant-garde chinoise dans la « Nouvelle vague de 1985 ». « Xiamen Dada » étant localisé dans le sud est le plus au sud, le « Salon des Artistes du Sud » (南方艺术家沙龙, Nánfāng yìshùjiā shālóng), dans le sud, les « Brigades Rouges » (红色旅, Hóngsè lǚ) dans le sud moyen, la « Pond Society » dans le sud-est, le « Groupe de Recherches Artistiques du Sud-Ouest » (西南艺术研究群体 Xī‘nán yìshù yánjiū qúntǐ) dans le sud-ouest, et le « Groupe du Nord-Ouest » dans la Chine du nord-ouest.


Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

2014

2013

2012

2011

  • Huang Yong Ping, Nottingham Contemporary, Nottingham.

2010

2009

2008

  • House of Oracles, Ullens center for Contemporary Art, Pékin
  • Ping Pong, Astrup Fearnley Museum of Modern Art, Oslo, Norvège
  • Ping Pong, Kunsthallen Brandts, Odense, Danemark
  • Frolic, Barbican Art Gallery, Londres, Grande Bretagne.

2007

  • From C to P, Gladstone Gallery, New York.
  • House of Oracles, Vancouver Art Gallery, Canada.

2006

  • Panthéon, Ile de Vassivière, France.
  • Les Mains de Bouddha, Galerie Anne de Villepoix, Paris, France.
  • House of Oracles, MASS MOCA, North Adams, Massachusetts, États-Unis.

2005

2003

  • Un cane italiano, Galerie Beaumont, Luxembourg.

2002

  • Xian Wu, Art & Public, Genève, Suisse.
  • Om Mani Padme Hum, Barbara Gladstone Gallery, New York, États-Unis.

2000

  • Taigong fishing, Willing to Bite the Bait, Galerie Jack Tilton, New York, États-Unis.

1999

  • Crane's legs, Deer's tracks. Project Galerie à CCA Kitakyushu, Japon.

1997

  • HUANG Yong-Ping, Galerie Jack Tilton, New York, USA.
  • HUANG Yong-Ping, De Appel, Amsterdam, Hollande.
  • Da Xian-The Doomsday, Art & Public, Genève, Suisse.
  • Le sage suivant l'exemple de l'araignée qui tisse sa toile, Galerie Beaumont, Luxembourg.
  • Péril de mouton, Fondation Cartier pour l'art contemporain, Paris, France.

1996

  • Trois pas, Neuf traces, Atelier d'Artistes de la Ville de Marseille, France.

1995

  • Pharmacie, Galerie Fromen & Putman, Paris, France.

1994

  • Kearny Street, Capp street Project, San Francisco, États-Unis.
  • Chinese Hand-Laundry, New Museum of Contemporary Art, New York, États-Unis.

1993

  • 1 & 108, Akademie Schloss Solitude, Stuttgart, Allemagne.

1992

  • La maison d'augure, Galerie Fromen & Putman, Paris, France.

1991

  • Réapparition de la Croix-Rouge, Hopital Ephémère, Paris, France.
  • Nous devons encore construire une grande cathédrale, Galerie Fenster, Francfort, Allemagne.

1990

Œuvres[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean de Loisy, avec la participation de : Gilles-A Tiberghien, Richard Leydier, Yong Ping Huang (Personne interviewée), Huang Yong Ping. Myths, Paris, Kamel Mennour,‎ 2010, 192 p. (ISBN 9782914171335).
  • Chiara Parisi, Panthéon Huang Yong Ping, Milan, Silvana Editoriale,‎ 2008, 36 p. (ISBN 9788836611232).
  • Jean-Hubert Martin (conservateur), Musée national d'art moderne (Paris). Grande Halle de La Villette (Paris), Magiciens de la terre, Paris, Centre Georges Pompidou,‎ 1989, 271 p. (ISBN 2858504989).
  • Dawei Fei (Commissaire), Musée d'art contemporain (Lyon), Le moine et le démon/art contemporain chinois, Lyon, 5 Continents Editions (Milan)/Musée d'art contemporain (Lyon),‎ 2004, 265 p. (ISBN 2906461679). Catalogue d'expo, excellents articles, plusieurs auteurs chinois ou d'origine chinoise.
  • (en) Wu Hong (sous la direction de), Contemporary Chinese Art. Primary documents, New York, MoMA,‎ 2010, 452 p. (ISBN 9780822349433) Une "somme" dorénavant incontournable, des textes essentiels, de très nombreux auteurs dont les artistes, les conservateurs et les critiques chinois.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Il parle de sa sculpture Ehi ehi Sina Sina, 2006, dont le titre est un extrait du mantra de la compassion et synthétise l'enseignement du Bouddha. La sculpture représentait un moulin à prière monumental.