Xu Beihong

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

徐悲鸿
Xú Bēihóng

Description de cette image, également commentée ci-après

Xú Bēihóng en 1953

Naissance
Yíxīng, Chine
Décès (à 58 ans)
Pékin, Chine
Nationalité Chinois Drapeau de la République populaire de Chine
Activités Artiste peintre
Formation Père, écoles d'arts dont Beaux-arts de Paris

Xú Bēihóng (chinois simplifié : 徐悲鸿 ; traditionnel : 徐悲鴻 ; Pinyin : Xú Bēihóng ; , Yíxīng - , Pékin), parfois surnommé Jupéon en France est l'un des peintres chinois les plus renommés du XXe siècle, très populaire en Chine pour ses représentations des chevaux.

Il se fait d'abord connaître comme portraitiste, puis comme peintre de salon où il recourt surtout à la peinture à l'huile. Partisan du Mouvement pour la nouvelle culture durant les années 1920, il favorise le renouveau artistique en Chine, avec l'apport notamment d'éléments occidentaux aux techniques traditionnelles. Il affectionne particulièrement les chevaux, qu'il peint à l'encre, comme sujet de ses œuvres à qui il confère une dimension souvent symbolique. Il exercera une influence profonde chez plusieurs artistes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Cheval galopant

Né à Yíxīng dans la province du Jiangsu, sous l’enseignement de son père, Xú Dázhāng (徐达章), portraitiste reconnu, il se consacre aux beaux-arts dès l'âge de six ans, notamment, la lavis chinoise, la calligraphie et la gravure des sceaux.

En 1912, il part à Shanghai où il étudie la peinture occidentale et la langue française.

Il part étudier à Tokyo en 1917. À son retour en Chine, il devient enseignant à l'Association d'étude des méthodes de peinture de l'Université de Pékin, à l'instigation du président de l'établissement Cai Yuanpei.

À partir de 1919 Xú Bēihóng part à Paris, en France. Il s'y familiarise aux techniques du dessin et de la peinture à l'huile à l'École nationale supérieure des beaux-arts où il étudie aux cotés de Pan Yuliang. Il assimile ainsi certaines techniques occidentales et tente d'enrichir la tradition picturale chinoise en appliquant certaines d'elles aux lavis chinois.

De retour en Chine à partir de 1927, il occupe des postes d'enseignant dans différentes institutions, dont l'Université de Nanjing.

En 1933, il organise une exposition de peinture contemporaine chinoise, exposition qui voyagera dans plusieurs pays d'Europe ; France, Allemagne, Belgique, Italie et Union soviétique.

Pendant la Deuxième Guerre mondiale, il voyage en Asie du Sud-Est et du Sud, organisant des expositions à Singapour puis en Inde où il rencontra Rabîndranâth Tagore et Mahatma Gandhi. Tous les bénéfices de ces expositions furent reversés à la population chinoise qui souffrait de cette guerre.

Après la fondation de la République populaire de Chine en 1949, il devient président de l'Académie centrale des Beaux-arts de Pékin et président de l'Association des Artistes chinois.

Xu Beihong est mort d'une crise cardiaque le 26 septembre 1953. Son domicile à Pékin est devenu un musée commémoratif (北京徐悲鸿纪念馆, Běijīng Xú Bēihóng jìniànguǎn) consacré à sa mémoire.

Un autre musée commémoratif lui est également consacré dans sa ville natale, à Yíxīng (宜兴徐悲鸿纪念馆, Yíxīng Xú Bēihóng jìniànguǎn).

Galerie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

(fr) Exposition Artistes chinois à Paris au musée Cernuschi de la ville de Paris.
(zh) Xú Bēihóng sur l'encyclopédie Baike.baidu.com

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

(en)(zh) Xú Bēihóng