Jean-Paul Laurens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laurens.

Jean-Paul Laurens, né à Fourquevaux (Haute-Garonne) le et mort à Paris le , est un peintre et sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elève à l'Ecole supérieure des beaux arts de Toulouse, Jean Paul Laurens, monté à Paris, fut élève de Léon Cogniet et d'Alexandre Bida. Sa peinture est emblématique de l'art académique à son crépuscule. Il serait pour autant bien injuste de ne le présenter que comme un peintre d'histoire parmi d'autres : son érudition, sa rigueur, les prises de position politiques que constituent ses peintures et son talent indiscutable le font nettement sortir du lot.

De convictions républicaines et d'un anticléricalisme affiché, Laurens traite essentiellement des sujets à la fois historiques et religieux, mis en scène de manière dramatique et servis par une technique d'un grand réalisme. Il maîtrise parfaitement la représentation des espaces vides, ce qui donne à nombre de ses tableaux une forte puissance suggestive : ainsi peut-on imaginer le vide qui se fait autour de Robert le Pieux de par le premier plan créant une béance entre le spectateur et le sujet comme sur une scène de théâtre.

Ils préfigurent les péplums historiques des débuts du cinéma. Laurens est aussi l'auteur de grands chantiers publics : la voûte d'acier à l'Hôtel de ville de Paris, La Mort de sainte Geneviève au Panthéon de Paris,"François I et Marguerite de Navarre sa sœur visite l'imprimerie de Robert Estienne" en 1899 à la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne, le plafond du théâtre de l'Odéon (1888), la salle des Illustres au Capitole de Toulouse, la coupole et le foyer du théâtre de Castres. Dessinateur hors-pair, il illustre notamment les Récits des temps mérovingiens d'Augustin Thierry. Il est élu membre de l'Académie des beaux-arts en 1891.

Enseignant apprécié de ses élèves à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris et à l'Académie Julian, il a deux fils peintres, Paul Albert Laurens (1870-1934) et Jean-Pierre Laurens (1875-1932), nés de son union en 1869 à Paris avec Madeleine Villemsens, et qui seront tous deux enseignants à l'Académie Julian. Il habita rue Taranne en 1870 à la naissance de son fils Paul Albert.

Il entretenait de liens d'amitié avec la famille d'Andre Gide, avec Charles Péguy et Auguste Rodin.

Le collège Jean-Paul Laurens à Ayguesvives porte son nom. Une place d'Yport (Seine maritime) porte également son nom, dans ce village où il avait fait construire une vaste maison à partir de 1872.

En 1903, il fait réaliser par un condisciple architecte décorateur de l'École nationale supérieure des beaux-arts (Louis Süe) son hôtel particulier au 5 rue Cassini Paris 14e[1] où il résida jusqu'à sa mort en 1921.

Ses élèves[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Dessins, aquarelles[modifier | modifier le code]

Peintures[modifier | modifier le code]

  • L'Excommunication de Robert le Pieux 1875, Musée d'Orsay
  • La Mort du duc d'Enghien, 1872, musée des Augustins, Toulouse
  • L'Agitateur du Languedoc, 1887
  • Les hommes du Saint-Office, 1889, 145 × 195 cm, musée Anne-de-Beaujeu, Moulins[2]
  • L'Interdit
  • La Délivrance des emmurés de Carcassonne
  • Otages, 1896
  • Le petit poucet,
  • la dame au chapeau noir

Gravures, lithographies[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Salons[modifier | modifier le code]

Expositions, galeries[modifier | modifier le code]

Prix, récompenses[modifier | modifier le code]

Musées, monuments[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Desjardins (MH) , Des peintres au pays des falaises 1830 - 1940, Éditions des falaises, Fécamp, 2004 [ pages 108 à 114 ]
  • Collectif, Jean-Paul Laurens 1838 - 1921, peintre d'Histoire, Catalogue d'exposition, Musée d'Orsay, Paris, RMN, 1997

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Centre d'Archives d'Architecture du XXe siècle à la Cité de l'Architecture et du Patrimoine, Institut Français d'Architecture: Fonds Louis Süe, 30 IFA, Fonds Louis Süe, 30 IFA, n°inv:30/08, 30/09 & 30/12.
  2. Site du musée Anne-de-Beaujeu.