Kenneth White

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir White.

Kenneth White

Description de cette image, également commentée ci-après

Kenneth White à l'édition 2009 de la Comédie du Livre à Montpellier en France

Activités Poète
Philosophe
Naissance 28 avril 1936
Glasgow, Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Langue d'écriture anglais

Kenneth White est un poète et penseur contemporain, né le 28 avril 1936 à Glasgow. Il réside en France depuis les années 80 à Trébeurden (Bretagne). Théoricien de la « géopoétique », poétique porteuse de sens et de pensée, il alterne des récits de « voyages philosophiques » et les poésies épurées entretenant un rapport avec les éléments (mer, terre, eau, pierre…). Influencé par Henry David Thoreau, Walt Whitman, Friedrich Nietzsche, Charles Baudelaire, Arthur Rimbaud, Jack Kerouac, les haïkus et les philosophies orientales, il a pu être comparé à Gary Snyder.

Attiré par la France et par Paris (et sa bohème) depuis son tout jeune âge, il n'avait pas trente ans lorsque André Breton le salua dans un numéro de la NRF. À l'écart du cirque médiatico-éditorial, il compose pas à pas une œuvre faite de prose allègre et frondeuse, de poésie nomade, de textes volontiers théoriques. Des livres-mondes, des livres-voies. Avec certes des impasses (mais quelle œuvre n'en connaît pas), Kenneth White « fait la trace », singulière, vigoureuse, où pourrait bien se renouveler profondément notre conception parfois bien étriquée de la littérature et de la poésie. Il est le chantre de « l'intelligence sensible et de la sensibilité intelligente ».

Il aime à citer Rimbaud : « Si j'ai du goût, ce n'est guère/ que pour la terre et les pierres », pierres et galets qu'on retrouve partout dans sa maison bretonne.

Citation de Kenneth White : « Pourquoi écrire ? Pour ne pas devenir fou de cette ivresse blanche qui est le sang de l'écriture ».[réf. nécessaire]

Sa femme Marie-Claude est sa traductrice de l'anglais au français. Il a reçu en 2004 le Prix Edouard Glissant pour l'ensemble de son œuvre.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Kenneth White à Morlaix, 1981.

Récits (prose narrative)[modifier | modifier le code]

  • Les Limbes incandescents (Denoël-Lettres nouvelles 1976, Denoël 1990)
  • Dérives (Maurice Nadeau 1978)
  • Lettres de Gourgounel (Les Presses d'aujourd'hui 1979, Grasset-Cahiers rouges 1986)
  • Le visage du vent d'Est (Les Presses d'aujourd'hui 1980, Albin Michel 2007)
  • L'Ecosse avec Kenneth White (Flammarion 1980)
  • La Route bleue (Grasset 1983 - prix Médicis étranger)
  • Travels in the Drifting Dawn (Mainstream 1989)
  • Les Cygnes sauvages (Grasset 1990)
  • Pilgrim of the Void (Mainstream 1992)
  • Corsica. L'itinéraire des rives et des monts, Les Bibliophiles de France, 1998)
  • La Maison des marées (traduit de l'anglais par Marie-Claude White; Paris, Albin Michel, 2005; 281 p., 23 cm; (ISBN 2-226-16719-6)) [Témoignage sur sa maison bretonne].
  • Across the Territories (Polygon 2004)
  • Le rôdeur des confins (Albin Michel 2006).
  • La carte de Guido - Un pèlerinage européen (Albin Michel 2011)

Poésies[modifier | modifier le code]

  • Wild Coal (Club des Étudiants d’Anglais Sorbonne 1963)
  • En toute candeur (Mercure de France 1964)
  • The Cold Wind of Dawn (Jonathan Cape 1966)
  • The Most Difficult Area (Cape Goliard 1968)

Terre de diamant. Édition bilingue. Traduit de l'anglais par Philippe Jaworski. Lausanne, Alfred Eibel Editeur, 1977

  • Mahamudra (Mercure de France 1979)
  • Ode fragmentéeà la Bretagne blanche (William Blake & Co.1980)
  • Le Grand Rivage (Nouveau commerce 1980)
  • Le dernier voyage de Brandan (Les Presses d'Aujourd'hui 1981)
  • Prose pour le col de Marie-Blanque (Rouen, L'Instant perpétuel, 1981)
  • Scènes d'un monde flottant (Grasset 1983)
  • Terre de diamant (Grasset 1983)
  • Atlantica (Grasset 1986)
  • L'Anorak du goéland (Rouen, L'Instant perpétuel, 1986)
  • The Bird Path: Collected Longer Poems (Mainstream 1989)
  • Handbook for the Diamond Country (Mainstream 1990)
  • Les Rives du silence (Mercure de France 1998)
  • Limites et marges (Mercure de France 2000)
  • Le chemin du chaman (Rouen, L'Instant perpétuel, 2002)
  • Open World: Collected Poems 1960–2000 (Polygon 2003)
  • Le passage extérieur (Mercure de France 2005)
  • L'anorak du goéland in L'Ermitage des brumes (Dervy 2005)
  • Un monde ouvert (Gallimard, Collection Poésie 2007)
  • Les archives du littoral (Mercure de France 2011)

Essais[modifier | modifier le code]

  • The Tribal Dharma (Unicorn Bookshop 1975)
  • The Coast opposite Humanity (Unicorn Bookshop 1975)
  • Approches du Monde Blanc (Nouveau Commerce 1976)
  • The Life-technique of John Cowper Powys (Galloping Dog Press 1978)
  • Segalen, Théorie et Pratique du Voyage (Alfred Eibel 1979)
  • La Figure du dehors (Grasset 1982)
  • Une apocalypse tranquille (Grasset 1985)
  • L'Esprit nomade (Grasset 1987)
  • Le monde d'Antonin Artaud (Éditions Complexe 1989)
  • Le Chant du Grand Pays (Terriers 1989)
  • Hokusaï ou l’horizon sensible – Prélude à une esthétique du monde (Terrain Vague 1990)
  • Le plateau de l’albatros : introduction à la géopoétique (Grasset 1994)
  • La Danse du chamane sur le glacier (Rouen, L'Instant perpétuel, 1996)
  • Les finisterres de l’esprit (Éditions du Scorff 1998)
  • Une stratégie paradoxale : essais de résistance culturelle (Presses Universitaires de Bordeaux 1998)
  • On Scottish Ground (Polygon 1998)
  • Le Champ du Grand Travail (Didier Devillez 2003)
  • The Wanderer and His Charts (Polygon 2004)
  • On the Atlantic Edge (Sandstone 2006)
  • Dialogue avec Deleuze (Isolato 2007)
  • Le chemin des crêtes, avec Stevenson dans les Cévennes" (Études et Communication Éditions 1999, 2005)
  • Les Affinités extrêmes, Albin Michel, 2009
  • Écosse, le pays derrière les noms (Terre De Brume, 2010)

Entretiens[modifier | modifier le code]

  • Le poète cosmographe (Presses Universitaires de Bordeaux 1987)
  • Le lieu et la parole: Entretiens 1987-1997 (Éditions du Scorff 1997)
  • Le champ du grand travail (Didier Devillez Editeur 2003)
  • L'Ermitage des brumes (Dervy 2005)

Distinctions[modifier | modifier le code]

Études sur son œuvre[modifier | modifier le code]

  • Michèle Duclos (éd.), Le Monde ouvert de Kenneth White (Presses universitaires de Bordeaux 1995)
  • Jean-Jacques Wunenburger (éd.), Autour de Kenneth White. Espace, pensée, poétique (Centre Gaston Bachelard 1996)
  • Olivier Delbard, Les lieux de Kenneth White : Paysage, pensée, poétique (L'Harmattan 1999)
  • Pierre Jamet, Le local et le global dans l'œuvre de Kenneth White (L'Harmattan 2002) On trouvera à la fin la bibliographie exhaustive des œuvres de Kenneth White ainsi que les références des nombreuses études (mémoires, thèses, articles, livres), qui lui ont été consacrées.
  • Laurent Margantin(dir.), Kenneth White et la géopoétique (L'Harmattan 2006)
  • Michèle Duclos, Kenneth White: nomade intellectuel, poète du monde (Ellug, Grenoble 2006)

Collectif Europe juin-juillet 2010 n°974-975 Livraison consacrée à Nicolas Bouvier et Kenneth White

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :