Kenneth White

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir White.

Kenneth White

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Kenneth White à l'édition 2009 de la Comédie du Livre à Montpellier en France

Activités Poète
Philosophe
Naissance 28 avril 1936
Glasgow (Royaume-Uni)
Langue d'écriture anglais

Kenneth White est un poète et penseur contemporain, né le 28 avril 1936 à Glasgow. Il réside en France depuis les années 80 à Trébeurden (Bretagne). Théoricien de la « géopoétique », poétique porteuse de sens et de pensée, il alterne des récits de « voyages philosophiques » et les poésies épurées entretenant un rapport avec les éléments (mer, terre, eau, pierre…)[pas clair].

Biographie[modifier | modifier le code]

Kenneth White est né en 1936 à Glasgow en Écosse[1] et a grandi un peu au sud de cette ville au sud de cette ville[2].

Il travaille et réside en France depuis 1959[1] et . Il a notamment habité à Pairs, en Ardèche, résidence dont il a tiré l'ouvrage Lettres de Gourgounel, et dans les Pyrénées[3]. Il s'est finalement installé en Bretagne en 1983[2], plus précisément à Trébeurden[3].

Il n'avait pas trente ans lorsque André Breton le salua dans un numéro de la NRF[réf. nécessaire].

Sa femme Marie-Claude est sa traductrice de l'anglais au français[1].

Travaux littéraires[modifier | modifier le code]

Parmi les thèmes récurrents de son œuvre poétique et théorique, on peut citer la nature, en particulier le monde de l'océan, des vents, des roches et des oiseaux[4]. Sur le plan théorique, il est notamment l'inventeur du concept de «géopoétique»[5] et a beaucoup écrit autour du nomadisme[4].

À l'écart du cirque médiatico-éditorial[Informations douteuses], il compose pas à pas une œuvre faite de prose allègre et frondeuse, de poésie nomade[non neutre], de textes volontiers théoriques. Des livres-mondes, des livres-voies[non pertinent]. Avec certes des impasses (mais quelle œuvre n'en connaît pas), Kenneth White « fait la trace », singulière, vigoureuse, où pourrait bien se renouveler profondément notre conception parfois bien étriquée de la littérature et de la poésie[non pertinent]. Il est le chantre de « l'intelligence sensible et de la sensibilité intelligente »[non neutre].

Influences et famille littéraire[modifier | modifier le code]

Influencé par Henry David Thoreau, Walt Whitman, Friedrich Nietzsche, Charles Baudelaire, Arthur Rimbaud, Jack Kerouac, les haïkus et les philosophies orientales, il a pu être comparé à Gary Snyder[réf. nécessaire].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Kenneth White à Morlaix, 1981.

Récits (prose narrative)[modifier | modifier le code]

  • Les Limbes incandescents (Denoël-Lettres nouvelles 1976, Denoël 1990)
  • Dérives (Maurice Nadeau 1978)
  • Lettres de Gourgounel (Les Presses d'aujourd'hui 1979, Grasset-Cahiers rouges 1986)
  • Le visage du vent d'Est (Les Presses d'aujourd'hui 1980, Albin Michel 2007)
  • L'Ecosse avec Kenneth White (Flammarion 1980)
  • La Route bleue (Grasset 1983 - prix Médicis étranger)
  • Travels in the Drifting Dawn (Mainstream 1989)
  • Les Cygnes sauvages (Grasset 1990)
  • Pilgrim of the Void (Mainstream 1992)
  • Corsica. L'itinéraire des rives et des monts, Les Bibliophiles de France, 1998)
  • La Maison des marées (traduit de l'anglais par Marie-Claude White; Paris, Albin Michel, 2005; 281 p., 23 cm; (ISBN 2-226-16719-6)) [Témoignage sur sa maison bretonne].
  • Across the Territories (Polygon 2004)
  • Le rôdeur des confins (Albin Michel 2006).
  • La carte de Guido - Un pèlerinage européen (Albin Michel 2011)

Poésies[modifier | modifier le code]

  • Wild Coal (Club des Étudiants d’Anglais Sorbonne 1963)
  • En toute candeur (Mercure de France 1964)
  • The Cold Wind of Dawn (Jonathan Cape 1966)
  • The Most Difficult Area (Cape Goliard 1968)

Terre de diamant. Édition bilingue. Traduit de l'anglais par Philippe Jaworski. Lausanne, Alfred Eibel Editeur, 1977

  • Mahamudra (Mercure de France 1979)
  • Ode fragmentéeà la Bretagne blanche (William Blake & Co.1980)
  • Le Grand Rivage (Nouveau commerce 1980)
  • Le dernier voyage de Brandan (Les Presses d'Aujourd'hui 1981)
  • Prose pour le col de Marie-Blanque (Rouen, L'Instant perpétuel, 1981)
  • Scènes d'un monde flottant (Grasset 1983)
  • Terre de diamant (Grasset 1983)
  • Atlantica (Grasset 1986)
  • L'Anorak du goéland (Rouen, L'Instant perpétuel, 1986)
  • The Bird Path: Collected Longer Poems (Mainstream 1989)
  • Handbook for the Diamond Country (Mainstream 1990)
  • Les Rives du silence (Mercure de France 1998)
  • Limites et marges (Mercure de France 2000)
  • Le chemin du chaman (Rouen, L'Instant perpétuel, 2002)
  • Open World: Collected Poems 1960–2000 (Polygon 2003)
  • Le passage extérieur (Mercure de France 2005)
  • L'anorak du goéland in L'Ermitage des brumes (Dervy 2005)
  • Un monde ouvert (Gallimard, Collection Poésie 2007)
  • Les archives du littoral (Mercure de France 2011)

Essais[modifier | modifier le code]

  • The Tribal Dharma (Unicorn Bookshop 1975)
  • The Coast opposite Humanity (Unicorn Bookshop 1975)
  • Approches du Monde Blanc (Nouveau Commerce 1976)
  • The Life-technique of John Cowper Powys (Galloping Dog Press 1978)
  • Segalen, Théorie et Pratique du Voyage (Alfred Eibel 1979)
  • La Figure du dehors (Grasset 1982)
  • Une apocalypse tranquille (Grasset 1985)
  • L'Esprit nomade (Grasset 1987)
  • Le monde d'Antonin Artaud (Éditions Complexe 1989)
  • Le Chant du Grand Pays (Terriers 1989)
  • Hokusaï ou l’horizon sensible – Prélude à une esthétique du monde (Terrain Vague 1990)
  • Le plateau de l’albatros : introduction à la géopoétique (Grasset 1994)
  • La Danse du chamane sur le glacier (Rouen, L'Instant perpétuel, 1996)
  • Les finisterres de l’esprit (Éditions du Scorff 1998)
  • Une stratégie paradoxale : essais de résistance culturelle (Presses universitaires de Bordeaux 1998)
  • On Scottish Ground (Polygon 1998)
  • Le Champ du Grand Travail (Didier Devillez 2003)
  • The Wanderer and His Charts (Polygon 2004)
  • On the Atlantic Edge (Sandstone 2006)
  • Dialogue avec Deleuze (Isolato 2007)
  • Le chemin des crêtes, avec Stevenson dans les Cévennes" (Études et Communication Éditions 1999, 2005)
  • Les Affinités extrêmes, Albin Michel, 2009
  • Écosse, le pays derrière les noms (Terre De Brume, 2010)

Entretiens[modifier | modifier le code]

  • Le poète cosmographe (Presses Universitaires de Bordeaux 1987)
  • Le lieu et la parole: Entretiens 1987-1997 (Éditions du Scorff 1997)
  • Le champ du grand travail (Didier Devillez Editeur 2003)
  • L'Ermitage des brumes (Dervy 2005)
  • Panorama géopoétique (Editions de La Revue des ressources 2014)

Distinctions[modifier | modifier le code]

Études sur son œuvre[modifier | modifier le code]

  • Michèle Duclos (éd.), Le Monde ouvert de Kenneth White (Presses universitaires de Bordeaux 1995)
  • Jean-Jacques Wunenburger (éd.), Autour de Kenneth White. Espace, pensée, poétique (Centre Gaston Bachelard 1996)
  • Olivier Delbard, Les lieux de Kenneth White : Paysage, pensée, poétique (L'Harmattan 1999)
  • Pierre Jamet, Le local et le global dans l'œuvre de Kenneth White (L'Harmattan 2002) On trouvera à la fin la bibliographie exhaustive des œuvres de Kenneth White ainsi que les références des nombreuses études (mémoires, thèses, articles, livres), qui lui ont été consacrées.
  • Laurent Margantin(dir.), Kenneth White et la géopoétique (L'Harmattan 2006)
  • Michèle Duclos, Kenneth White: nomade intellectuel, poète du monde (Ellug, Grenoble 2006)

Collectif Europe juin-juillet 2010 n°974-975 Livraison consacrée à Nicolas Bouvier et Kenneth White

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Monique Petillon, « Un poète de grand vent », Le Monde,‎ 9 mars 2007
  2. a et b Helène Rochette, « Un écossais très breton », sur Télérama,‎ 3 août 2012
  3. a et b Kenneth White, « Kenneth White: lettre d'Armorique », L'express,‎ 24 juillet 2008 (lire en ligne)
  4. a et b Adeline Journet, « Kenneth White, poète des rivages », sur site de L'Express,‎ mars 2011
  5. Laurence Liban, « La cosmogonie White », Lire,‎ 1er mai 2005 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :