Jules-Élie Delaunay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Delaunay.

Jules-Élie Delaunay

Description de cette image, également commentée ci-après

Autoportrait, vers 1860, musée des beaux-arts de Nantes

Naissance 13 juin 1828
Nantes
Décès 5 septembre 1891
Paris
Nationalité Drapeau de la France France
Activités Peintre
Maîtres Hippolyte Flandrin
Élèves Émile Dezaunay
Récompenses Second prix de Rome de 1853 et de 1856

Jules-Élie Delaunay, né le 13 juin 1828 à Nantes, mort le 5 septembre 1891 à Paris, est un peintre français, connu pour ses peintures murales et ses portraits.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jules-Élie Delaunay entre en 1848 à l'École des beaux-arts de Paris, où il est l'élève d'Hippolyte Flandrin et de Louis Lamothe. Second grand prix de Rome en 1856, avec Henri-Pierre Picou, il séjourne quatre ans à la Villa Médicis. À son retour à Paris, il se spécialise dans les grandes compositions et reçoit d’importantes commandes de l'Église ou de l'État. On peut admirer ses œuvres à l’Opéra Garnier, dans l’escalier d’honneur de l’Hôtel de ville de Paris et dans la nef du Panthéon (Paris) où se trouvent les panneaux représentant sainte Geneviève et Attila. Il met tant d’application dans la réalisation de cette dernière commande qu'au bout de quinze ans, l'œuvre n’est toujours pas achevée[1].

Delaunay est élu membre de l'Académie des beaux-arts en 1879 et devient chef d'atelier à l'École des beaux-arts de Paris en 1889.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Prix[modifier | modifier le code]

  • Second prix de Rome de 1853[2] pour Jésus chassant les vendeurs du Temple
  • Second grand prix de Rome de 1856 pour Le Retour du jeune Tobie

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Peintures[modifier | modifier le code]

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Édifices civils parisiens[modifier | modifier le code]

Élèves[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Béatrice Fontanel, , Daniel Wolfromm, Quand les artistes peignaient l’histoire de France, De Vercingétorix à 1918, Seuil, Paris, 2002.
  2. Avec Henri-Pierre Picou.

Liens externes[modifier | modifier le code]