José Frèches

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Frêche.

José Frèches est un écrivain français, né le 25 juin 1950 à Dax, dans le département français des Landes. En 2010, il est responsable du pavillon français à l'Exposition universelle de Shanghai.

Biographie[modifier | modifier le code]

José Frèches vit dans sa prime jeunesse le plus souvent à l'étranger, comme son père professeur de lycée puis d'université.

Installé en France, en 1967, il débute à Aix-en-Provence ses études d’histoire de l’art et, en 1970, il est reçu premier au concours de conservateur des musées de France. Il est d'abord conservateur de la section Chine au musée Guimet. Il passe ensuite par le musée du Louvre, le musée de Grenoble et l’Inspection des musées de province. Puis, il intègre, après son service militaire, l’ENA d’où il sort en 1978 comme conseiller à la Cour des comptes. Il devient ensuite directeur adjoint de la communication de la Ville de Paris auprès de Jacques Chirac.

Communication et audiovisuel[modifier | modifier le code]

Durant ses fonctions à la mairie de Paris, il lance le télévision par câble et crée la Vidéothèque de Paris. De 1986 à 1988, il est conseiller au cabinet de Jacques Chirac, alors Premier ministre. Il y est chargé de l’audiovisuel et de la presse. Il s’occupe ainsi de la privatisation de TF1.

Il apparaît dans l'émission de Bernard Pivot, Apostrophes, en 1986, pour présenter son livre, La Guerre des images[1].

De 1988 à 1990, il est directeur à Canal+, avant de rejoindre Pierre Fabre, le fondateur des laboratoires pharmaceutiques et parapharmaceutiques du même nom. De 1998 à 2000, il est PDG du groupe de presse Midi libre.

Écrivain sinologue[modifier | modifier le code]

Désormais plus libre de son temps, il écrit de nombreux romans qui se déroulent dans la Chine millénaire et qui connaissent un très grand succès de vente. En 2004, il publie un livre sur la vie de Bouddah (Moi, Bouddah)[2].

En 2013, il publie un livre sur la vie de Confucius (Moi, Confucius)[3],[4],[5].

Exposition universelle de Shanghai[modifier | modifier le code]

Selon Le Canard enchaîné, la Cour des comptes a dénoncé sa « gestion très contestable » du pavillon français de l'Exposition universelle de Shanghai — laquelle a rencontré un succès populaire avec 10,2 millions de visiteurs —, qui aurait coûté 37,31 millions d'euros avec un salaire annuel de 120 000 euros net, plus une part variable plafonnée à 20 % de ce montant et une « prime d'expatriation » de 40 000 euros.

Le plasticien Xian Liqing, « représenté » par la galerie Paul Frèches, le fils de José Frèches, a eu plusieurs œuvres installées dans le pavillon français ; les frères Pourcel ont bénéficié d'une partie de la batterie de cuisine du pavillon d'une valeur de 600 000 euros, rachetée 64 000 euros[6],[7].

Engagement politique[modifier | modifier le code]

En 2007, il rejoint l'équipe de campagne de Nicolas Sarkozy pour l'élection présidentielle, chargé, avec François de La Brosse, de la communication et de l'édition du site internet de campagne[8] et en particulier de la NSTV[9], la chaine vidéo du site.

En 2014, il rejoint le camp d'Alain Juppé et le soutient en vue de l'élection présidentielle de 2017[10] :

« Il ne s'agit pas pour moi d'aller aujourd'hui vers où la victoire va pencher. Juppé a une expérience d'homme d'État et, avant qu'il ne trébuche, il était programmé pour le job. Il a traversé les cercles de feu nécessaires. Quant à son âge, c'est l'assurance qu'il ne fera qu'un seul mandat et, comme il ne cherchera pas une réélection, il pourra mener les réformes indispensables. Depuis plusieurs mois, je savais que son heure allait arriver et je le lui ai dit. S'il a besoin de moi, je le soutiendrai sans aucune contrepartie. »

— Interview de José Frèches sur le site de L'Express, le 22 octobre 2014.

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La télévision et maintenant ? », INA
  2. José Frèches dans Tout le monde en parle, INA, 11 décembre 2004
  3. « Dans quelle éta gère », France 2, 11 juin 2013.
  4. « Moi Confucius José Frèches », 20 minutes, 26 mai 2013.
  5. « Moi Confucius de José Frèches », France Info, 22 août 2013
  6. « Les chinoiseries des amis de Sarko », Le Canard enchaîné du 23 mai 2012.
  7. « Projet de loi de finances pour 2013 : Économie », sur le site senat.fr.
  8. http://www.sarkozy.fr site internet de campagne
  9. http://www.sarkozy.fr/video/index.php
  10. « Sarkozy n'a pas de surmoi », Benjamin Sportouch, sur le site de l'Express.fr - 22 octobre 2014.