Chenonceaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chenonceaux
Le château de Chenonceau.
Le château de Chenonceau.
Blason de Chenonceaux
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Tours
Canton Bléré
Intercommunalité C.C. de Bléré Val de Cher
Maire
Mandat
Maryse Couillard
2014-2020
Code postal 37150
Code commune 37070
Démographie
Gentilé Chenoncellois
Population
municipale
360 hab. (2012)
Densité 83 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 19′ 59″ N 1° 04′ 09″ E / 47.3330555556, 1.0691666666747° 19′ 59″ Nord 1° 04′ 09″ Est / 47.3330555556, 1.06916666667
Altitude Min. 54 m – Max. 129 m
Superficie 4,33 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte administrative de l'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Chenonceaux

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte topographique de l'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Chenonceaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chenonceaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chenonceaux

Chenonceaux est une commune française du département d'Indre-et-Loire, en région Centre-Val de Loire.

Ses habitants sont appelés les Chenoncellois et Chenoncelloises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Bas latin cella = petite chambre, logis étroit, maisonnette, et Chenon, nom de personne d’origine latine Cano-onis, variante de Canus, qui aboutit régulièrement à Chenon par chuintement du c initial en ch ; Chenonceaux signifirait : la petite maison de Chenon. Le x final est muet et parasite.
Tomas de Chemuncellum, 1096 (cartulaire de Noyers, charte 242) ; Parrochia de Chenuncellis, 1105 (Archives du Cogner, H 197, cartulaire de l’abbaye de Villeloin) ; Parochia de Chenunceau, 1234 ; Chenuncellum, Chenunceau, 1243 ; Chanuncellum, 1248 (Dom Housseau, Charte de Marmoutier) ; Chenonceaux, 25 septembre 1515 lLettres patentes de l’archevêque de Tours) ; Chenonceau, XVIIIe s. (carte de Cassini).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Chenonceaux

Les armes de Chenonceaux se blasonnent ainsi :

d'or, au lion d'azur, au chef de gueules

On peut également trouver : D'or, au lion d'azur, au chef de gueules[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
 ?  ? Jean Castagnou RPR puis CNI Député de 1978 à 1981
mars 2001 2014 Michel Le Goff    
2014 en cours Maryse Couillard    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 360 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
308 366 327 363 313 320 333 328 356
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
366 368 398 379 390 434 410 352 379
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
326 323 308 356 328 296 302 292 321
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012
301 308 316 361 313 325 339 358 360
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
  • Sur le territoire de la commune se trouve le château de Chenonceau. La différence d'orthographe s'expliquerait, selon des sources à confirmer, par une dame Dupin qui, étant propriétaire du château au moment de la Révolution française aurait voulu, par cette suppression du « x » final, marquer sa différence. Depuis lors, le château est majoritairement orthographié sans le « x » final, à la différence de la commune, qui porte invariablement cette lettre finale. Le château fait l'objet de deux protections au titre des monuments historiques, la première par la liste de 1840, la seconde par arrêté du 7 novembre 1962[4].
  • L'église Saint-Jean-Baptiste, édifiée au XIIe siècle et remaniée au XVIe siècle a été inscrite a titre des monuments historiques par un arrêté du 6 mars 1947[5].
  • La maison du garde-barrière, à côté de la gare, a été édifiée en 1847 avec des ouvertures qui rappellent les fenêtres gothiques du château voisin. Elle a été inscrite au titre des monuments historiques en 1989[6].
  • La maison des Pages, édifiée au XVIe siècle a été inscrite à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques par un arrêté du 12 juin 1926[7].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le médecin Pierre Bretonneau fut maire de Chenonceaux de 1803 à 1807.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]