Lithographie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Affiche pour une exposition consacrée au centenaire de la lithographie par Pierre Puvis de Chavannes, 1895.
Exemple de lithographie : portrait de Louis Agassiz, dessin d'Antoine Sonrel.

Inventée par Aloys Senefelder à partir de 1796 en Allemagne, la lithographie (du grec lithos, « pierre » et graphein, « écrire ») est une technique d’impression qui permet la création et la reproduction à de multiples exemplaires d’un tracé exécuté à l’encre ou au crayon sur une pierre calcaire.

Lithogravure et microlithographie[modifier | modifier le code]

La lithographie ne doit pas être confondue avec la lithogravure, car celle-ci consiste à graver en creux (ou en relief) des plaques de pierre et est relativement peu utilisée pour produire des estampes. C'est aussi un procédé photomécanique et chimique qui permet de réaliser des composants de micro-électronique : voir microlithographie. Sous l’influence de l’anglais lithography le mot lithographie est utilisé dans divers composés en rapport avec les micro-technologies, sans rapport avec le procédé d’estampe décrit ici.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château de Chillon avec les dents du Midi en arrière-plan (lithographie par photochrome, entre 1890 et 1905).

Selon la tradition, la lithographie serait une invention fortuite. En 1796, le dramaturge allemand Aloys Senefelder ne trouve pas d'éditeur pour ses pièces et décide de les graver lui-même. Le cuivre étant trop cher, il utilise une pierre bavaroise, tendre et lisse (dite « pierre de Solnhofen »). Il découvre fortuitement le moyen d’attaquer la pierre avec un acide, créant ainsi une forme en très faible relief, qui est exploitable pour l’impression. En fait, bien que la date de 1796 soit généralement considérée comme l’origine de la lithographie, on est encore loin de la technique connue sous ce nom aujourd’hui. La première forme de l’invention de Senefelder est une technique d’impression en relief, comme la typographie.

Impression sur pierre[modifier | modifier le code]

Senefelder appelle son procédé Steindruckerei, impression sur pierre. La morsure à l’acide crée un léger relief, suffisant pour imprimer au moyen d’une presse typographique traditionnelle. Senefelder perfectionne inlassablement le procédé, qui sert essentiellement à imprimer des partitions de musique : impossibles à imprimer en typographie traditionnelle, les partitions sont habituellement gravées en taille-douce. La technique de Senefelder est beaucoup plus économique. Par ailleurs Senefelder travaille sur d’autres techniques et améliore notamment l’impression des tissus en continu, par des rouleaux de cuivre gravés en taille-douce.

Naissance de la lithographie[modifier | modifier le code]

C’est en cherchant un moyen pratique de transférer un texte ou un dessin inversé sur la pierre, pour réaliser ses impressions habituelles, qu’il découvre le principe purement chimique de la lithographie, basé sur l’antagonisme entre l’eau et les matières grasses. Il invente en même temps la technique annexe de l’autographie, avec laquelle on dessine et écrit directement, à l’endroit, sur un papier spécial, qui permet de reporter les tracés sur une pierre lithographique pour procéder à l’impression.

C’est à la suite de son introduction en France qu’apparaît le terme « lithographie », qui s’est généralisé.

La lithographie est introduite en France en grande partie grâce à Louis-François Lejeune qui la découvre dans l'atelier d'Aloys Senefelder lors des guerres de l'Empire et au neveu de Senefelder, Édouard Knecht, installé à Paris en 1818[1]. Senefelder lui-même s’est associé avec l’éditeur de musique et compositeur Johann André. Le frère du musicien, Frédéric André, va ouvrir un atelier de lithographie à Paris dès 1802.

D’autre part, le comte Charles Philibert de Lasteyrie du Saillant, imprimeur à Paris et qui était allé apprendre le procédé à Munich, prend une part active à l’introduction de la lithographie en France[2]. Vers 1825, cependant, l'imprimerie lithographique de Godefroy Engelmann a pris, par ses améliorations techniques, par la qualité de ses travaux et celle des artistes qu'il emploie, un ascendant marqué, avec la diffusion des Voyages pittoresques et romantiques dans l'ancienne France et de nombreux autres ouvrages du même genre. La lithographie d'Engelmann se place parmi les beaux-arts et s'expose au Salon. En 1839, il commence l'impression lithographique en couleurs.

La lithographie se répand aussi au Royaume-Uni, où elle est largement utilisée pour imprimer toutes sortes de cartes, dont les cartes d’État-Major, tandis qu’en France on reste fidèle à la taille-douce.

Comparativement aux techniques de gravure que l'on n'acquiert qu'après un long apprentissage, le succès de la lithographie tient à sa facilité d'exécution : l'artiste peut dessiner sur la pierre comme il a l'habitude de le faire sur du papier, avec relativement peu de contraintes techniques, quoi qu'il doive dessiner en inversant la droite et la gauche. Les pierres peuvent être réutilisées après impression, moyennant un polissage suivi d'un dépolissage pour lui donner du grain.

Développement[modifier | modifier le code]

La lithographie devient très populaire dès le début du XIXe siècle avec la publication de nombreux recueils, illustrant des récits de voyages correspondant à l'« invention » du tourisme, comme le Voyage au Levant du Comte Forbin, des recueils de vues de pays lointains où le texte n'est qu'accessoire, comme le Voyage pittoresque au Brésil de Rugendas, ou des descriptions détaillées de régions, comme les monumentaux Voyages pittoresques et romantiques dans l'ancienne France, à partir de 1820, du baron Taylor et Charles Nodier.

La lithographie connaît un débouché artistique, où l'on trouve des travaux d'artistes de premier rang comme Géricault et Bonington, un secteur de reproduction, où des artistes spécialisés reproduisent sur la pierre les dessins par d'autres, un emploi de presse, où la rapidité du procédé permet de publier après quelques jours un croquis de rue ou de théâtre ou une caricature d'actualité, et un secteur purement commercial, l'imprimerie lithographique servant aussi à la confection d'étiquettes, de partitions musicales, etc.

Un brevet d’imprimeur est exigé pour pouvoir exercer la profession[3]. Au milieu du même siècle, les gravures sur bois de l'imagerie d'Épinal cèdent la place aux lithographies[4], grâce au procédé de la chromolithographie de Godefroy Engelmann (d'où le terme, rapidement péjoratif, de « chromo »). La publicité a recours au procédé pour produire des images à collectionner, des calendriers ou toutes sortes de chromos.

La lithographie en couleurs[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Chromolithographie.
Article détaillé : Photochrome.

Évolution des techniques[modifier | modifier le code]

Bien que le mot lithographie désigne une technique basée sur la pierre, ce support a pu être assez vite remplacé par des plaques métalliques (zinc, aluminium) sans modifier radicalement la technique. Une application récente appelée kitchen litho utilise même de l’aluminium ménager et des produits courants, non toxiques, dans des buts pédagogiques mais est utilisée par des artistes confirmés. Bien qu’il soit toujours préférable de préciser la technique utilisée, l’appellation de lithographie reste utilisée.

Influences[modifier | modifier le code]

La lithographie influe sensiblement la création typographique : en permettant un dessin direct, sans apprentissage d’une technique complexe, la lithographie voit fleurir des typographies de haute fantaisie et de styles extrêmement variés, ce qui est une nouveauté totale, et ouvre la voie à des typographies traditionnelles, en caractères en plomb, qui reprennent cette variété au prix, parfois, d’aberrations.

Meilleur marché que la peinture, la lithographie sert également à la reproduction d'œuvres peintes, aussi bien qu'à la création d'œuvres originales, intéressant des artistes comme Henri de Toulouse-Lautrec.

Technique d'impression[modifier | modifier le code]

Principe[modifier | modifier le code]

Pierre[modifier | modifier le code]

À gauche, la pierre, à droite, la feuille imprimée.

La pierre est préparée selon diverses recettes, chaque lithographe ayant la sienne.

La pierre lisse donne un dessin au trait et des aplats ; la pierre grenée permet une impression en demi-teintes.

Dessin[modifier | modifier le code]

Le tracé est exécuté directement sur la pierre, au moyen de crayons lithographiques, de plumes ou de pinceaux avec de l'encre lithographique que l'on peut étendre à la manière du lavis, ou en ayant recours à diverses techniques pour obtenir des matières particulières. On peut gratter certaines parties du dessin. On peut aussi procéder à un report d'un dessin par un calque ou un « papier report ».

Supports métalliques ou autres[modifier | modifier le code]

On a très tôt pensé à substituer à la pierre, lourde, encombrante et chère, d’autres matériaux qui auraient des propriétés identiques sans avoir les inconvénients. On a ainsi utilisé des plaques de zinc, ou d’alluminium, plus faciles à manipuler et à stocker, surtout avec les tirages en couleurs qui multiplient les supports nécessaires.

Tirage[modifier | modifier le code]

Une fois le tracé exécuté, la pierre est placée sur la presse lithographique et humidifiée pour l'impression ; étant poreuse, la pierre calcaire retient l'eau. L’encre grasse est alors déposée au moyen d’un rouleau en caoutchouc. À l'origine on utilisait des rouleaux en cuir, plus difficiles à nettoyer. L'encre reste sur la pierre aux endroits imprégnés du gras du dessin tandis qu'elle est repoussée par l’humidité partout ailleurs (l'encre grasse est hydrophobe). Lorsque la pierre est assez encrée, on pose le papier et on passe sous presse. Pour imprimer en couleurs, il faut recommencer l'impression de la même feuille, en redessinant à chaque fois, sur une pierre différente, le motif en fonction de sa couleur, et en tenant compte éventuellement des superpositions de couleurs qui donneront des teintes mixtes.

Presse lithographique[modifier | modifier le code]

Presse lithographique.
Article détaillé : Presse lithographique.

La difficulté est de repérer exactement le positionnement de la feuille sur les pierres successives, d'autant que la feuille étant humectée tend à subir des variations dimensionnelles. On commence ordinairement par les teintes les plus claires, pour terminer par la plus sombre, généralement le noir. Selon d'autres techniques, une seule pierre est utilisée, en re-préparant la pierre et en y redessinant chaque nouvelle couleur, en se basant sur l'« image fantôme » du premier dessin qui subsiste sur la pierre. Dans ce cas, on ne peut pas refaire un nouveau tirage, la pierre ayant été modifiée pour chaque couleur successive. Ces difficultés seront résolues par le procédé de chromolithographie, qui facilite le repérage et ne nécessite plus d'humidifier les feuilles.

La lithographie est dite « impression à plat » ou « planographique », d'une part parce que le relief n'intervient pas dans le processus d'impression lui-même et, d'autre part, par opposition aux techniques modernes d'impression à partir de cylindres rotatifs. Elle est à l’origine de la technique moderne de l’offset, qui utilise, au lieu de la pierre, des plaques de matériaux aux mêmes propriétés, mais flexibles et pouvant donc être adaptées à des cylindres. L'offset est donc une impression « planographique » par le principe de la forme imprimante, mais pas par le fonctionnement de la presse, obligatoirement rotative à cylindres[5].

La lithographie est adaptée à la reproduction d'œuvres d'artistes aux techniques variées, ainsi qu'à des tirages en quantité limitée.

Marché[modifier | modifier le code]

Justification du tirage[modifier | modifier le code]

En tant qu’œuvre d’art de nature multiple et à l'instar de la gravure, la lithographie a une valeur sur le marché de l'art qui dépend, entre autres critères (cote de l'artiste, qualité d'exécution), de sa rareté. Par conséquent, il est nécessaire d’informer les acheteurs, en inscrivant sur chaque tirage, avec la signature de l’artiste, le numéro de l’exemplaire et le tirage total, ce qui s’appelle « justification du tirage ».

Une ou plusieurs pierres servent pour le tirage du nombre d'exemplaires de lithographies voulu. Le premier exemplaire qui sort de la presse est annoté BAT (pour « bon-à-tirer ») une fois que l'artiste est satisfait du résultat. Les exemplaires suivants sont numérotés sur le nombre total d'épreuves tirées, par exemple 25/100 pour le 25e tirage d'une lithographie tirée à 100 exemplaires. Avant d'être numéroté et signé par l'artiste, chaque exemplaire est comparé au BAT et jugé en fonction de celui-ci. Quelques exemplaires sont annotés EA (« épreuve d'artiste ») et HC (« hors-commerce »), et sont réservés au graveur et à l’imprimeur. Il est parfois possible que des tirages soient réalisés en impression offset, qui est la forme industrialisée de la lithographie, et qui s’appelle d’ailleurs toujours lithography en anglais : auquel cas il peut y avoir tromperie sur le tirage réel, il appartient à l’acheteur d’être vigilant car il y a peu de possibilités de voir la différence.

Après le tirage du nombre d'exemplaires voulu, les pierres sont traitées, polies, le dessin disparaît définitivement, ce qui garantit la régularité du tirage officiel. Les pierres peuvent resservir indéfiniment dès lors qu'elles sont polies et traitées convenablement.

Contrairement aux tirage en bronze, il n'y a pas de limite légale au nombre d'exemplaires. Cependant, le tirage moyen tourne autour de 100 exemplaires.

Évaluation[modifier | modifier le code]

La valeur d'une lithographie dépend du nombre d'exemplaires tirés (cela conditionne la rareté), de la cote de l'artiste et de l'implication de l'artiste lors du tirage.

Utilisations[modifier | modifier le code]

Affiche de Jules Chéret.

À la fin du XIXe siècle et au début du xxe, la publicité a eu recours à la lithographie pour l'impression d'affiches. Des artistes comme Toulouse-Lautrec, Bonnard ou Jules Chéret ont laissé une production abondante. Au cours du XXe siècle, la lithographie restera employée, comme support publicitaire, par exemple pour la réalisation d'affiches d'exposition, en particulier lorsqu'elles sont créées par les artistes eux-mêmes (Miró, Picasso, Rebeyrolles). Un artiste comme Miro réalisera un œuvre gravé considérable, en particulier en lithographie, avec l'imprimeur Fernand Mourlot[6] ; cela donna lieu à l'édition d'un catalogue raisonné, lui-même illustré de lithographies spécialement créées pour l'occasion, et insérées dans les différents volumes.

Actuellement, la lithographie est presque exclusivement, pour les artistes, un moyen de diffusion de leur œuvre, certains d'entre eux l'utilisant encore comme un moyen d'expression à part entière. Selon les cas, les lithographies sont réalisées directement par l'artiste ou peuvent être l'interprétation par un lithographe d'une œuvre préexistante.

Impression de timbres[modifier | modifier le code]

La lithographie a également servi à imprimer des timbres, souvent dans les périodes de crise, pour faire face aux besoins urgents, ou sous fortes contraintes économiques. Le cas le plus connu est en France celui de l'émission de Bordeaux destinée, en 1870, à approvisionner les bureaux de poste de province isolés de Paris assiégée. Divers timbres de colis postaux ont également été émis selon cette technique, par exemple en France, en 1923, pour des timbres de livraison par express, ou en Algérie, de 1899 à 1927. À l'étranger, de nombreux pays dont les tirages des timbres étaient peu importants ont employé cette technique : Espagne, États allemands, etc.

La lithographie a aussi été utilisée avec plus ou moins de succès par divers faussaires visant à tromper la Poste ou le fisc, en imitant par ce moyen des timbres imprimés par d'autres procédés.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Page consacrée à Édouard Knecht, sur le site des Amis de L'Isle-Adam.
  2. Les Grandes Inventions, par P. Germa, Berger-Levrault, Paris 1982.
  3. L'ordonnance du 8 octobre 1817 assimile les imprimeurs lithographes aux imprimeurs typographes.
  4. « Contes de fées, les variantes narratives », exposition de la Bibliothèque nationale de France.
  5. L'anglais offset printing est aussi appelé lithography offset, ce qui autorise parfois à appeler lithography une épreuve imprimée par cette méthode.
  6. Voir sur le site Fernand Mourlot lithographe.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Personnes[modifier | modifier le code]

Techniques[modifier | modifier le code]

Métiers[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]