Pittsburgh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Pittsburg.
Pittsburgh
Héraldique
Héraldique
Drapeau
Drapeau
De haut en bas et de gauche à droite : le centre-ville situé au confluent de l'Allegheny et de la Monongahela, la Cathedral of Learning de l'université de Pittsburgh, l'Université Carnegie-Mellon, PNC Park et le funiculaire Duquesne.
De haut en bas et de gauche à droite : le centre-ville situé au confluent de l'Allegheny et de la Monongahela, la Cathedral of Learning de l'université de Pittsburgh, l'Université Carnegie-Mellon, PNC Park et le funiculaire Duquesne.
Administration
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
État Drapeau de la Pennsylvanie Pennsylvanie
Comté Allegheny
Type de localité City
Maire Bill Peduto (D)
Code ZIP 15106, 15120–15121, 15203–15208, 15210–15222, 15224, 15226–15227, 15230, 15232–15234, 15237, 15239, 15289
Démographie
Population 306 211 hab. (2012)
Densité 2 027 hab./km2
Population aire urbaine 2 360 733 hab. (2012)
Géographie
Coordonnées 40° 26′ 30″ N 80° 00′ 00″ O / 40.441667, -8040° 26′ 30″ Nord 80° 00′ 00″ Ouest / 40.441667, -80  
Altitude Min. 220 m – Max. 420 m
Superficie 15 110 ha = 151,1 km2
· dont terre 143,9 km2 (95,23 %)
· dont eau 7,2 km2 (4,77 %)
Fuseau horaire EST (UTC-5)
Divers
Fondation 25 novembre 1758
Surnom Steel City (« La ville de l'acier »)
Localisation
Carte du comté d'Allegheny
Carte du comté d'Allegheny

Géolocalisation sur la carte : Pennsylvanie

Voir sur la carte administrative de Pennsylvanie
City locator 14.svg
Pittsburgh

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

Voir la carte administrative des États-Unis
City locator 14.svg
Pittsburgh

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

Voir la carte topographique des États-Unis
City locator 14.svg
Pittsburgh
Liens
Site web http://www.city.pittsburgh.pa.us

Pittsburgh est la seconde plus grande ville du Commonwealth de Pennsylvanie, aux États-Unis. La ville est aussi le siège du comté d’Allegheny et fut longtemps un haut lieu de la sidérurgie mondiale et des chemins de fer. Lors du recensement de 2010, elle comptait 305 704 habitants, et l’agglomération 2 356 285 habitants, soit à la 27e place des États-Unis[1].

La ville se situe sur le plateau Allegheny à la confluence des rivières Allegheny et Monongahela qui se rejoignent pour former l'Ohio. Le centre-ville (Downtown) est établi sur la pointe formée par ces trois rivières. De par cette situation géographique, la ville est connue pour ses nombreux ponts (plus de 400) et ses deux funiculaires. Le site, exploré pour la première fois par De La Salle, est colonisé par les Européens au XVIIIe siècle. Pittsburgh connaît une forte croissance industrielle durant le XIXe siècle et devient à partir de 1875 une ville mondiale de l'acier sous l'impulsion d'Andrew Carnegie. Après la crise industrielle des années 1980, les activités sont réorientées vers la santé, la recherche, la technologie, l'éducation et la finance.

Pittsburgh est en 2012 généralement classée comme la première ville américaine pour la qualité de vie, grâce à sa sécurité, ses universités, sa culture, son économie et sa taille modeste[2],[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Site[modifier | modifier le code]

La ville a une superficie de 151 km², dont 7,2 km² de rivières. Elle se trouve à l'ouest de la Pennsylvanie, sur le plateau des Alleghany. Elle occupe un site de confluence : l'Allegheny rejoint la Monongahela pour former l'Ohio. Le centre-ville, surnommé « Triangle d'or » (Golden Triangle), est compris entre ces trois cours d'eau. Les rives sont reliées par plusieurs ponts. La ville s'étend au nord-est sur les secteurs d'Oakland, Shadyside et Squirrel Hill où se trouvent l'université de Pittsburgh, l'université Carnegie-Mellon et le Carnegie Museum and Library.

Pittsburgh se situe au carrefour de plusieurs vallées, et les zones résidentielles s’étendent sur des pentes qui sont souvent inaccessibles en voiture pendant l’hiver. Pittsburgh a ainsi la réputation d’être la ville la plus escarpée des États-Unis après San Francisco. Elle possède également des « inclines », sortes de tramways tractés par des câbles, à l’image des « cable cars » de son homologue californienne. L’accès routier à la ville a nécessité le creusement de plusieurs tunnels.

Climat[modifier | modifier le code]

Shaler Township, quartier de Pittsburgh au cours de la tempête de neige de l'hiver 2007.

Le climat de Pittsburgh possède des caractéristiques du climat continental humide. Les étés sont chauds et humides, et les hivers peuvent être rigoureux, avec d'abondantes chutes de neige.

Pittsburgh est une des dix villes les plus nuageuses des États-Unis, avec une moyenne de près de 200 jours nuageux par an. Selon la classification de Köppen, Pittsburgh se situe dans la catégorie Dfa, catégorie du climat continental humide.

Températures[modifier | modifier le code]

À Pittsburgh, le mois le plus chaud est le même que dans la majeure partie de l'hémisphère nord, à savoir juillet. Le maximum moyen enregistré est de 29 °C (85 °F), avec des températures de nuit qui peuvent descendre en moyenne jusqu'à 16 °C (62 °F)[4]. Le mois de juillet à Pittsburgh est souvent humide, ce qui engendre souvent un fort indice humidex.

Le mois le plus froid de la ville est le mois de janvier avec des extrémums de l'ordre de 3 °C en journée et -7 °C au cours de la nuit. L'influence de l'océan Atlantique est mise en évidence par la comparaison avec la moyenne de la ville de Chicago, à moins de 180 km au nord et 640 km à l'ouest. Pour la ville de Chicago, la moyenne est alors 3 °C plus basse en janvier[5].

La plus forte température fut enregistrée le 16 juillet 1988, avec 39 °C, contre -30 °C le 19 janvier 1994.

Précipitations[modifier | modifier le code]

Les précipitations les plus importantes sont enregistrées au mois de juillet, en raison de fréquents orages et de dépressions situées sur la côte est des États-Unis. Ainsi, en moyenne un peu moins qu'une centaine de millimètres d'eau tombe en juillet sur la ville de Pittsburgh[réf. nécessaire].

À l'opposé, le mois le plus sec est le mois de février, période où la majorité des précipitations se fait sous forme de neige fondue. Malgré tout, la soixantaine de millimètres de précipitations enregistrée est une moyenne assez haute par rapport à d'autres villes situées plus à l'intérieur des terres.

Relevé météorologique de Pittsburgh
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −7,5 −6,5 −1,2 3,8 9,1 13,8 16,4 15,7 11,9 5,7 1,2 −4,2 4,8
Température moyenne (°C) −3,3 −1,8 4,1 9,8 15,3 19,9 22,3 21,4 17,7 11,3 5,7 −0,3 10,2
Température maximale moyenne (°C) 0,9 2,7 9,4 15,7 21,4 26,1 28,1 27,1 23,5 16,9 10,2 3,7 15,5
Précipitations (mm) 64,5 60,7 86,6 80 91,2 94,2 95,3 81,5 75,4 59,9 72,4 74,2 935,9
Nombre de jours avec précipitations 10,4 9,5 11,8 10,8 10,3 9,6 8,5 7,8 7,8 7,9 10,1 11,3
Source : Le climat à Pittsburgh (en ° C et mm, moyenne mensuelles)Hong Kong Observatory


Subdivisions[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des quartiers de Pittsburgh.
Vue depuis Duquesne Incline

La ville de Pittsburgh se compose de quatre-vingt-dix quartiers (neighborhood) répartis en neuf districts électoraux (qui ne suivent pas précisément les frontières des quartiers)[6]. Le centre-ville (downtown), surnommé the Golden Triangle, abrite divers gratte-ciels et rues culturelles (théâtres, spectacles…). Autour du centre, la ville se découpe approximativement en quatre zones géographiques correspondant aux points cardinaux, très résidentielles. La zone est reste la plus culturelle avec son vaste campus et ses zones de commerces et de loisir, le sud est plus populaire ou commercial et le nord correspond à l'ancienne ville d'Allegheny, comprenant diverses infrastructures sportives et culturelles.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de Pittsburgh.

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Les premières installations de colons européens étaient des fortifications françaises et des établissements de commerce. Pendant la guerre de Sept Ans (1754-1763), les Britanniques ont pris le Fort Duquesne, qui était situé au confluent des rivières Monongahela et Allegheny, un endroit de Pittsburgh connu sous le nom de The Point. Les Britanniques y construisirent un fort plus important et l’appelèrent Fort Pitt en l’honneur de l’homme d’État britannique William Pitt.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Au début du XIXe siècle, Pittsburgh connut un important essor industriel, grâce à la proximité de mines de charbon et à son emplacement privilégié comme carrefour commercial. La production d’acier y fut florissante pendant de nombreuses années et lui apporta le surnom de Ville de l’acier. Les deux rivières Monongahela et Allegheny convergent pour former l’Ohio, qui rejoint le fleuve Mississippi pour se jeter finalement dans le golfe du Mexique. Cet avantage géographique fit également de Pittsburgh un carrefour important lors de la construction du chemin de fer. Des millions d’Européens affluèrent et s’installèrent à proximité, jusqu’au début du XXe siècle, à la recherche d’un emploi dans les mines, les aciéries, les chemins de fer et de nombreuses autres industries.

Le 21 juillet 1877, un jour après l’émeute sanglante de Baltimore où neuf travailleurs des chemins de fer avaient été tués par la milice du Maryland, les ouvriers de Pittsburgh entamèrent une grève de soutien qui fut également réprimée par la milice de l’État, et dégénéra en émeute généralisée.

XXe siècle-XXIe siècle[modifier | modifier le code]

En 1960, Pittsburgh devint la première ville au monde à être alimentée en électricité produite par l’énergie nucléaire (centrale de Shippingport).

Avec la récession des années 1970 et la concurrence des pays à main-d’œuvre bon marché, la plupart des aciéries durent fermer. Par effet de contagion, toute l’activité économique régionale fut touchée, et bien d’autres mines et usines fermèrent également leurs portes. La municipalité exigea des efforts de la part des usines pour réduire la pollution atmosphérique et de revitalisation du centre-ville[7]. Cette période a été marquée par un tournant majeur pour Pittsburgh, qui abandonna son image de ville sale et enfumée pour se reconvertir massivement dans la haute technologie et les services. C’est d’ailleurs à cette époque que fut construit le gratte-ciel US Steel Tower, connu pour avoir seulement trois façades, et l’ensemble futuriste PPG Plaza. Néanmoins, Pittsburgh a beaucoup perdu de sa population intra muros, passant de plus de 676 000 habitants en 1950 à 334 000 en 2000.

En septembre 2009, la ville a accueilli le sommet du G20.

Économie[modifier | modifier le code]

Pont Roberto Clemente

La crise économique a touché Pittsburgh au début des années 1980 : elle s'est traduite par une forte augmentation du taux de chômage qui est passé de 6 % en 1979 à 15 % en 1983[8]. Les industries lourdes ont fermé et la désindustrialisation a poussé un grand nombre d'habitants à quitter la ville.

Face à cette situation de déclin économique, démographique et sociale, la municipalité et l’Allegheny Conference, un organisme privé à but non lucratif, ont engagé des projets et des réformes. Ainsi, le programme Renaissance II a permis la reconversion de Pittsburgh : des bureaux et de nouveaux moyens de transport ont revitalisé le centre-ville, l'université s'est développée et des milliers d'emplois de service ont été créés dans les domaines de la recherche, de l'éducation, de la santé et des industries de pointe[9]. Une politique d'attraction des investisseurs a entraîné l'implantation de l'entreprise japonaise Sony.

Transports[modifier | modifier le code]

La ville possède un réseau de métro léger, qui comporte deux lignes.

Démographie[modifier | modifier le code]

 Année  Habitants
1800 1 565
1810 4 768
1820 7 248
1830 12 568
1840 21 115
1850 46 601
1860 49 221
1870 86 076
1880 156 389
1890 238 617
1900 321 616
 Année  Habitants
1910 533 905
1920 588 343
1930 669 817
1940 671 659
1950 676 806
1960 604 332
1970 520 117
1980 423 938
1990 369 879
2000 334 563
2010 305 704

Selon le recensement des États-Unis de 2000, 334 563 personnes vivaient à Pittsburgh dont 143 739 ménages et 74 169 familles avec 2 358 695 personnes dans l'aire urbaine[10]. La composition raciale définie par le bureau du recensement est la suivante :

L'âge moyen des habitants de Pittsburgh constaté est de 36 ans et pour 100 femmes âgées de minimum 18 ans, il a été compté 87,8 hommes. Le revenu moyen de la population par foyer est de 28 588 dollars avec 20,4 % de la population vivant sous le seuil de pauvreté. Malgré ce taux très élevé, Pittsburgh possède le taux de criminalité le plus bas des villes de la même taille[11].

Éducation[modifier | modifier le code]

Pittsburgh est également une importante ville universitaire. Elle possède plusieurs universités dont les plus renommées sont l'université de Pittsburgh (publique), l'université Carnegie-Mellon et l'université Duquesne (toutes deux privées).

L'université de Pittsburgh, fondée en 1787, est l'un des plus anciens établissements d'enseignement supérieur des États-Unis ; elle est réputée pour ses programmes en médecine, sciences de l'éducation et ingénierie[12]. Elle compte quelque 27 500 étudiants. L'université Carnegie-Mellon, fondée en 1900 par Andrew Carnegie, figure également parmi les universités les plus cotées, notamment en sciences et technologie[13]. Le campus principal de ces établissements se trouve dans le quartier d'Oakland, avec la fameuse Cathedral of Learning (cathédrale du savoir).

L'université Duquesne, fondée en 1878, est une université privée accueillant environ 10 000 étudiants. Il existe d'autres établissements d'enseignement supérieur.

Arts et culture[modifier | modifier le code]

Pittsburgh au cinéma et à la télévision[modifier | modifier le code]

Eugene Curran Kelly, plus connu sous son nom d'artiste Gene Kelly, né le 23 août 1912, habita dans le quartier populaire d'East Liberty avec ses frères et sœurs. Ses parents louèrent une maison dans Mellon Street. Les séries :

Les films :

Les Jeux videos :

The Last of Us utilise Pittsburgh comme ville principal du chapitre 6

Dialecte local[modifier | modifier le code]

Les habitants de la ville parlent un dialecte appelé le « Pittsburgh English » ou le « Pittsburghese ». Ce dialecte est dérivé de l'anglais américain avec des influences irlandaises, germaniques ou encore d'Europe centrale et Europe de l'Est. Sur certains points, il se rapproche de ceux utilisés dans les régions voisines (Érié ou Baltimore par exemple) mais il se distingue tout de même par son côté haché, typique des régions de l'est de l'Europe. Le lexique emploie même certains mots directement issus du vocabulaire des langues slaves, comme pierogi ou halušky[14].

La vie à Pittsburgh[modifier | modifier le code]

Le quartier de Polish Hill.

Le taux de criminalité de Pittsburgh est extrêmement faible par rapport aux villes américaines de taille comparable. Certaines banlieues peuvent toutefois être moins sûres : le ministère des Affaires étrangères français cite les quartiers de Mount Oliver, Hill District, Homewood-Brushton et Hazel Wood[15].

La ville est un fief du parti démocrate, avec une population largement catholique et syndiquée.

Au niveau culturel, la ville a bénéficié au XIXe siècle du mécénat de riches industriels, comme Andrew Carnegie. Pittsburgh possède maintenant une vraie richesse culturelle et artistique. Le remarquable Orchestre symphonique de Pittsburgh, notamment dirigé par Fritz Reiner, Lorin Maazel et Mariss Jansons, est célèbre dans le monde entier. Il possède et se produit au Heinz Hall, qui accueille nombre d’autres manifestations. L'Andy Warhol Museum est consacré à Andy Warhol, originaire de la ville, et le Carnegie Museum of Art abrite de somptueuses collections de peinture (Edgar Degas, Vincent van Gogh, Claude Monet). Il y également beaucoup d’autres galeries d’art moderne, de sculptures, des collections de films et de vidéo, une école artistique qui possède des salles de cinéma d’art et d’essai.

Pour les divertissements, on peut signaler la proximité du parc d’attractions Kennywood, célèbre pour ses roller coaster historiques, dont certains datent du début du XXe siècle.

La ville est un centre majeur de la recherche médicale (SIDA, cancer, transplantation d’organes) et possède l'un des hôpitaux les plus réputés au monde (University of Pittsburgh Medical Center, UPMC).

Enfin, la municipalité s'est engagée dans une politique de développement durable. Dans la deuxième moitié du XXe siècle, elle exigea des efforts de la part des usines en matière de pollution atmosphérique[16]. Au début du XXIe siècle, elle s'est reconvertie dans les services et a multiplié les murs végétaux et les potagers sur les toits[17].

Panorama de Pittsburgh

Le sport à Pittsburgh[modifier | modifier le code]

Le sport à Pittsburgh est présent depuis un grand nombre d'années, aussi bien en ce qui concerne le sport professionnel que les championnats universitaires.

Sports professionnels[modifier | modifier le code]

Dès 1882, les Pirates naissent en même temps que la Ligue américaine de baseball. L'équipe fut appelée the Alleghenies puis the Innocents avant de prendre en 1891, à la suite d'un transfert douteux, le nom des Pirates. Ils remportent en 1901 leur premier titre de la Ligue nationale qu'ils ont rejoint en 1887 ; ils vont par la suite gagner deux titres de plus à la suite. En 1903, lors de la première édition des Séries mondiales, l'équipe perd contre les Pilgrims de Boston mais ils gagneront le titre en 1909. L'équipe existe toujours et joue dans le PNC Park.

En 1925, la première franchise de hockey professionnelle fait ses débuts dans la salle du Duquesne Gardens et prend le même nom que l'équipe de baseball les Pirates. L'équipe fait suite aux Yellow Jackets, équipe de la ligue américaine US Amateur Hockey Association, qui financièrement sont en difficulté. Cette première équipe professionnelle de hockey intègre alors la fameuse Ligue nationale de hockey. En 1930, les finances ne suivent plus et la franchise déménage pour rejoindre Philadelphie pour une seule saison. Normalement, l'équipe aurait dû revenir une fois une nouvelle patinoire construite, mais finalement le 5 mai 1936, les propriétaires abandonnent l'idée de remettre en activité l'équipe.

Entre temps, en 1933, une équipe de football américain fait ses débuts dans la National Football League sous le même nom que les deux autres équipes professionnelles : les Pirates. Il faut attendre 1939 pour voir l'équipe prendre son nom actuel des Steelers. L'équipe a remporté en 2008, le Super Bowl à six reprises, un record pour une équipe de football américain. L'équipe joue tous ses matchs dans le stade du Heinz Field mais jouait par le passé dans le Three Rivers Stadium.

À la suite de la fin de l'équipe de la LNH des Pirates, une nouvelle équipe professionnelle de hockey voit le jour mais cette fois pour jouer dans la Ligue américaine de hockey : les Hornets. Ces Hornets joueront leurs premiers matchs dans le Duquesne Gardens avant de faire une pause dans leur activité en 1956 (pause de cinq années) le temps de la construction du Pittsburgh Civic Arena. Les Hornets jouent au total vingt-six saisons avec trois Coupes Calder à leur palmarès, dont la dernière lors de leur dernière saison en 1967.

En effet, en 1967, la LNH intègre six nouvelles équipes d'expansion. La ville de Pittsburgh fait partie des villes retenues et participe donc au repêchage d’expansion de la LNH en 1967 en échange d'une somme de 2 millions de dollars[18]. Le nom de la nouvelle équipe est déterminé par un concours : le nom retenu fait référence à la patinoire du Civic Arena, surnommé « l'igloo » : les Penguins. Il faut attendre la saison 1990-91 et une équipe menée par Mario Lemieux pour voir la première Coupe Stanley être gagnée par la ville. La saison suivante, l'équipe réalise le doublé. Depuis, l'équipe joue toujours ses matchs dans la même patinoire même si cette dernière est de plus en plus vétuste et qu'un projet d'une nouvelle salle est prévu.

Le 30 janvier 1980, les Penguins revêtent des maillots or et noir pour la première fois de leur histoire. Les couleurs furent adoptées afin d’uniformiser les tenues des différentes équipes sportives de Pittsburgh et afin de tenter d’attirer plus de fans de la « ville des Champions ». En effet, les Pirates gagnent en 1979 la Ligue nationale et les Steelers ont gagné le Super Bowl le 20 janvier 1980.

Quant au basket-ball, plusieurs équipes se sont succédé dans la ville sans qu'aucune ne sorte réellement du lot. On peut citer les Ironmen, les Pipers, les Hardhats et enfin les Xplosion disparue en mai 2009.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Sports universitaires[modifier | modifier le code]

Les Panthers est le club omnisports universitaire de l'Université de Pittsburgh. Les équipes des Panthers participent aux compétitions universitaires organisées par la National Collegiate Athletic Association. Pittsburgh fait partie de la division Big East Conference. L'adoption d'une panthère comme mascotte date de 1909.

La plus fameuse équipe des Panthers est celle de football américain qui revendique au moins cinq titres nationaux et l'équipe qui fut créée en 1889 et utilise en 2007, le Heinz Field et le Petersen Events Center après avoir joué dans le Pitt Stadium, enceinte de 56 150 places.

Équipes actuelles et palmarès[modifier | modifier le code]

Nom Sport Ligue Stade Titres
Steelers de Pittsburgh Football américain National Football League Heinz Field Super Bowl : 1974, 1975, 1978, 1979, 2005 et 2008
Pirates de Pittsburgh Baseball Ligue majeure de baseball - LN PNC Park Ligue nationale : 1901, 1902
Séries mondiales : 1909, 1925, 1960, 1971 et 1979
Penguins de Pittsburgh Hockey sur glace Ligue nationale de hockey Consol Energy Center Coupe Stanley : 1991, 1992, 2009
Riverhounds de Pittsburgh Football (soccer) USL Second Division Highmark Stadium
Passion de Pittsburgh Football américain National Women's Football Association George K. Cupples Stadium

Jumelages[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à Pittsburgh[modifier | modifier le code]

De nombreuses personnalités sont nées à Pittsburgh :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Rich Lord, Joe Smydo et Len Barcousky, « Pittsburgh region's population loss slows slightly in 10 years », Pittsburgh Post-Gazette, 29 mars 2012 [lire en ligne]
  2. Francesca Levy, « America's Most Livable Cities », Forbes, 29 avril 2010 [lire en ligne]
  3. Julie Percha, « Move over, Honolulu; Pittsburgh's No. 1 in U.S. », Pittsburgh Post-Gazette , 2 février 2011 [lire en ligne]
  4. (en) Moyenne entre 1961 et 1990 pour la ville de Pittsburgh, altitude 369 m, sur http://www.hko.gov.hk/
  5. (en) Climat de Chicago sur http://www.hko.gov.hk/.
  6. Pittsburgh maps, site de la ville, consulté le 27 novembre 2011
  7. Cynthia Ghorra-Gobin, La ville américaine : espace et société, Paris, Nathan Université, 1998, (ISBN 2091910163), p.44
  8. Jean-Pierre Paulet, Géographie urbaine, Paris, Colin, 2000, (ISBN 2200250444), p.150
  9. (en) Kate Phillips, « Why Pittsburgh? », The New York Times (consulté le 26-09-2009)
  10. (en) Données du recensement sur http://quickfacts.census.gov/.
  11. (en) Data and Demographics - Character of Life/Public Safety (December 7, 2005). Pittsburgh Regional Alliance.
  12. University of Pittsburgh , 2011 U.S. News & World Report
  13. Carnegie Mellon University , 2011 U.S.News & World Report
  14. (en) Étude sur le vocabulaire de la ville de Pittsburgh.
  15. États-Unis, sécurité, Ministère des Affaires étrangères (France), consulté le 27 nov. 2011.
  16. Cynthia Ghorra-Gobin, La ville américaine : espace et société, Paris, Nathan Université, 1998, ISBN 2-09-191016-3, p.44
  17. Marie-Béatrice Baudet, Sylvain Cypel, « Pittsburgh. La métamorphose de la cité d'acier », dans Bilan Planète 2009, Le Monde hors-série, M01545, p.115
  18. (en) Article sur décision de la ligue d’accorder une franchise à Pittsburgh

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :