Albert Skira

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Albert Skira, né le 10 août 1904 à Genève et mort le 14 septembre 1973 à Dully, est un éditeur d'art suisse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Albert Skira, originaire du village d'Onsernone au Tessin, portait sur son acte de naissance le nom de Albert Schira mais lors de l'ouverture de sa première maison d'édition, à Lausanne en 1928, son nom est orthographié « Skira »[1]. Il descend d'une famille de juifs espagnols qui avait fui les persécutions au XVIIe siècle pour s'installer en Suisse[2]. Pour sa nouvelle maison d'édition, Albert Skira s'approche de Picasso, et de cette rencontre, débouche sur une collaboration avec l'illustration des Métamorphoses d'Ovide en 1931, soit trente eaux-fortes. Il récidive en 1932 avec Matisse pour les Poésies de Stéphane Mallarmé puis avec Dali pour Les Chants de Maldoror de Lautréamont en 1934 et les Bucoliques de Virgile par André Beaudin en 1936[3].

Il lance alors sa propre revue d'art Minotaure "La revue à tête de bête" dont treize numéros se sont échelonné de 1933 à 1939. Pour cette entreprise, Albert Skira s'associe au critique d'art Tériade. De 1944 à 1946, il publie l'hebdomadaire Labyrinthe puis la Psychologie de l'art de André Malraux de 1947 à 1949, trois volumes : Le Musée imaginaire (1947), Création artistique (1948) et Monnaie de l'absolu (1949). Il édite de nombreuses collections consacrées à l'histoire de la peinture : Trésors de la peinture française (1935-1951), Les Grands Siècles de la peinture française, Le Goût de notre temps, Les Sentiers de la création, L'Entrée du clown avec Jean Starobinski[4]. Les années 1960 s'ouvrirent au monde avec Les trésors de l'Asie (1960), Les trésors du Monde (1962), Arts Idées Histoire (1964).

Albert Skira fit un énorme travail de vulgarisation, faisant connaître au grand public, au gré de ses collections, les œuvres des maîtres, le style des Écoles et les trésors des hauts lieux de l'art. C'est surtout par l'invention du livre tout illustré en couleurs qu'Albert Skira conquit sa renommée mondiale[5].

Les artistes les plus célèbres de l'époque l'ont honoré de leur amitié: André Breton, André Malraux, Paul Éluard, Jacques Prévert, Louis Aragon, Eugène Ionesco, Picasso, Matisse, Salvador Dalí, Alberto Giacometti[5].

Il était marié à Rosabianca Venturi et il est le père du peintre Pierre Skira[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nouveau Quotidien 26 août 1994
  2. Journal de Genève 17 octobre 1987
  3. Tribune de Genève 15 septembre 1973
  4. Encyclopédie Universalis, supplément 1974
  5. a et b Journal de Genève 15 septembre 1973
  6. Le Monde, 10 décembre 2009

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]