Paul Delaroche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Delaroche.

Hippolyte de la Roche[1], dit Paul Delaroche, né le à Paris où il est mort le , est un peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Détail de L'Hémicycle des Beaux-Arts, 1841, Paris, École nationale supérieure des beaux-arts.

Issu d'une famille aisée, son père est expert en tableaux. Il épouse en 1843 une fille d'Horace Vernet[2], dont la mort prématurée assombrit ses dernières années. Paul Delaroche est l'élève de Louis Étienne Watelet puis de Antoine-Jean Gros. Il expose pour la première fois au Salon de 1822 et attire l'attention de Géricault[2].

Il ne commence à être remarqué qu'au salon de 1824 où sont exposés Saint Vincent de Paul prêchant pour les enfants trouvés et Jeanne d'Arc dans sa prison. Il est surtout connu pour être l'initiateur de l'« anecdote historique », un genre à vocation documentaire et à sensibilité dramatique qui connaît un grand succès. Si Paul Delaroche est un des maîtres les plus célèbres de son temps, c'est en grande partie dû au fait que le genre dont il s'est fait une spécialité convient parfaitement à l'idéal du mouvement artistique du « juste milieu » de la Monarchie de Juillet.

Il expose dans les années suivantes : La Mort d'Elisabeth, Miss MacDonald secourant le Prétendant, Les Enfants d'Edouard, le plus populaire de ses tableaux, Richelieu traînant ses prisonniers sur le Rhône, Mazarin mourant, Strafford marchant au supplice, Charles Ier insulté par des soldats de Cromwell, Cromwell regardant le cadavre de Charles Ier, Le Supplice de Jane Grey, L'Assassinat du duc de Guise.

Il est admis à l'Institut en 1832 et en est le plus jeune membre. Il est nommé, peu après, professeur à l'École des beaux-arts de Paris. Il enseigne jusqu'en 1843, date à laquelle un bizutage tragique, qui cause la mort d'un élève, le contraint à fermer son atelier.

À partir de 1837, il cesse d'exposer, mais continue à travailler sans relâche : il met quatre ans pour achever la fresque de L'Hémicycle des Beaux-Arts de l'amphithéâtre de l'École nationale supérieure des beaux-arts en 1841, une vue panoramique qui rassemble 75 figures des plus grands artistes de toutes les époques.

Parmi ses autres œuvres, on remarque Bonaparte franchissant les Alpes, Napoléon à Sainte-Hèlène, Marie-Antoinette après sa condamnation, La Cenci marchant au supplice, Le Dernier adieu des Girondins, et plusieurs sujets religieux : Moïse exposé sur le Nil, Le Christ à Gethsemani, Le Christ sur la croix, Le Christ des affligés, L'Ensevelissement du Christ, La Vierge au pied de la croix, La Vierge chez les saintes femmes, La Vierge en contemplation devant la couronne d'épines, une Jeune martyre.

Paul Delaroche peint également pour le musée de Versailles : Le Baptême de Clovis, Le Sacre de Pépin, Le Passage des Alpes par Charlemagne et son Couronnement à Rome. Il exécute un grand nombre de portraits, parmi lesquels ceux de Guizot, Lamartine[2], Salvandy, Rémusat et Thiers.

L'École de Munich s'est inspirée de sa peinture d'histoire.

Après avoir vu pour la première fois un daguerréotype il aurait prophétisé, selon Gaston Tissandier : « À partir d'aujourd'hui la peinture est morte. » Cependant, cette assertion est contestée par Stephen Bann, pour qui il n'existe pas de phrase plus ressassée et plus fallacieuse[3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Peintures[modifier | modifier le code]

Fresques[modifier | modifier le code]

Salons[modifier | modifier le code]

Expositions;[modifier | modifier le code]

Élèves[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire Bénézit
  • Claude Allemand-Cosneau et Isabelle Julia, Paul Delaroche, un peintre dans l'histoire, Paris, RMN, 1999.
  • Jules Goddé, Catalogue Raisonné de Paul Delaroche, œuvre reproduit en photographie par Robert Jefferson Bingham accompagné d'une notice de Henri Delaborde, éditeur Goupil & Cie, 19 Bd Montmartre et 9 rue Chaptal, 1858, notice 27.p., 86 planches photos, liste des élèves de l'artiste, liste des souscripteurs.
  • Laure Boyer, « Robert Jefferson Bingham, photographe du monde de l'art sous le Second Empire », dans Études photographiques , no 12, novembre 2002, p. 21, texte en ligne

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le petit Robert des noms propres
  2. a, b et c Grand Larousse Encyclopédique en dix volumes, t. 3,‎ 1960, p. 881
  3. Stephen Bann, « Photographie et reproduction gravée », sur Études Photographiques,‎ 2001
  4. D'après le dictionnaire Bellier et Auvray, qui peut être sujet à caution : voir Didier Rykner, « Deux tableaux de Léon-Marie-Joseph Billardet acquis par Nantes », sur latribunedelart.com,‎ 2011 (consulté le 11 avril 2014).

Source partielle[modifier | modifier le code]

Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Paul Delaroche » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie,‎ 1878 (Wikisource)