Maoïsme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait de Mao Zedong.

Le maoïsme (en chinois : 毛泽东思想, pinyin : Máo Zédōng sīxiǎng, « pensée Mao-Zedong ») est un courant du communisme développé au XXe siècle par Mao Zedong, chef du Parti communiste chinois, qui arrive au pouvoir en Chine en 1949, au terme d'une longue guerre civile contre le Kuomintang. Comme Lénine a adapté les théories de Karl Marx à la Russie, Mao adapte les théories de Marx et de Lénine à la situation politique et économique de la Chine du XXe siècle. Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, Mao tente d'émanciper la population chinoise à la fois de l'impérialisme occidental et du confucianisme. Au moment de la rupture sino-soviétique, Mao se réclame d'une lecture « anti-révisionniste » du marxisme-léninisme et refuse de suivre un processus assimilable à la déstalinisation, poussant la Chine encore plus loin sur la voie du radicalisme. De multiples groupes à travers le monde se réclament alors de Mao et de sa vision tiers-mondiste et « anti-impérialiste » : la tendance pro-soviétique demeure cependant largement majoritaire au sein du communisme mondial. Après la mort de Mao en 1976, le maoïsme est progressivement vidé de sa substance idéologique : la République populaire de Chine continue néanmoins de se réclamer officiellement de la « pensée Mao-Zedong ». Des groupes maoïstes, d'importance très inégale, continuent d'exister à travers le monde. En Occident, le maoïsme est considéré comme une idéologie totalitaire comparable au stalinisme.

Mao Zedong[modifier | modifier le code]

Se définissant comme marxistes-léninistes, Mao Zedong et le Parti communiste chinois ont lutté contre l'organisation traditionnelle de la société qui, selon l'analyse partagée par la plupart des intellectuels progressistes chinois de la première moitié du XXe siècle, était responsable de la pauvreté du pays et de la détresse des plus démunis. L'histoire de la Chine sous Mao est une succession de campagnes visant à destituer les « droitistes », les « bourgeois » ou la « réaction », et la plupart d'entre elles ont été directement initiées par Mao ou son entourage proche.

Depuis la prise du pouvoir par Mao en 1949, la Chine est sous l'influence de sa pensée, dont on trouve un condensé dans le Petit Livre rouge. Cependant, l'influence réelle du « Grand Timonier » sur son pays et sur les décisions du gouvernement a connu des variations. Héros incontesté de la victoire de l'Armée rouge puis président et chef du parti, il a été relativement tenu à l'écart du pouvoir et de la scène politique dans les années 1960 avant de reprendre les rênes du pays à la faveur du chaos engendré par la Révolution culturelle. Aujourd'hui, l'influence historique et morale du maoïsme sur la Chine est encore très profonde mais les réformes économiques initiées depuis la mort de Mao ont introduit beaucoup de changements dans des domaines comme l'agriculture ou la liberté d'entreprise.

En Europe et en France, l'influence intellectuelle du maoïsme a connu son apogée vers 1968, lorsque de nombreux déçus du système soviétique furent attirés par une idéologie à la fois plus radicale et plus lointaine. Dans le tiers-monde, au Pérou par exemple, de nombreux leaders communistes se réclamèrent du maoïsme et nouèrent des liens privilégiés avec la Chine.

Idéologie maoïste[modifier | modifier le code]

Affiches maoïstes exposées au musée de la propagande de Shanghai.

Il faut distinguer trois maoïsmes : le maoïsme tel qu'il a été formulé, tel qu'il a été appliqué concrètement, et tel qu'il a été perçu depuis l'Occident. En effet, ce courant a ceci de particulier qu'il est parvenu à s'étendre plus dans la durée tout en étant une forme très dure de léninisme. Cette particularité a permis de lui conférer un statut plus respectable en Occident que ne l'a été par exemple l'URSS.

Le maoïsme entend adapter le marxisme au cas des pays en voie de développement. Il met l'accent sur l'indépendance nationale (« compter sur ses propres forces ») et sur le développement équilibré de la paysannerie et de l'industrie légère (« marcher sur ses deux jambes »)[1].

Historiquement, la redistribution des terres aux paysans a commencé par la réforme agraire. Cette réforme sociale a été dans un premier temps saluée par la plupart des Chinois car la période précédente était une période de grande corruption.

L'échelle des salaires perçus par les Chinois était plus réduite qu'en URSS. Cette moindre inégalité salariale n'empêchait pas l'existence d'immenses privilèges qui ne prenaient pas une forme monétaire directe.[réf. nécessaire] De tels privilèges déterminaient des conditions de vie radicalement différentes de celles des masses dans l'accès à l'information, l'accès aux études, la qualité des soins de santé, la qualité des transports, etc. Les inégalités ne concernaient pas uniquement les cadres du parti. [réf. nécessaire]La catégorie sociale dans laquelle ils se trouvaient s'appliquait à leurs enfants et à leur épouse, ouvrant ainsi la voie à de nombreux privilèges à l'ensemble du noyau familial.[réf. nécessaire] En un sens, le succès actuel du capitalisme en Chine repose sur la base solide des privilèges acquis par la bureaucratie maoïste dès le début du régime. La plupart des capitalistes actuels sont issus des milieux dirigeants du Parti.[réf. nécessaire]

Le deuxième volet du maoïsme est très bien incarné par le Grand Bond en avant, où il s'agissait de s'aligner sur des objectifs de production irréalistes. L'ambition était de faire de la Chine l'une des plus grandes puissances du monde. Il y a dans cette idéologie beaucoup de patriotisme.

Le troisième volet repose sur la mise en avant de la « pensée Mao-Zedong ». Bien que le parti fût une organisation puissante qui disposait d'un Politburo, nombre des citations de Mao alimentaient les aspirations de la politique future. La « pensée Mao-Zedong » était considérée comme l'application en Chine du marxisme-léninisme. Deng Xiaoping fut la figure majeure de l'opposition à ce concept.

Principaux concepts[modifier | modifier le code]

La ligne de Masse[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ligne de masse.

La ligne de masse est le principe maoïste définissant le rôle que doit avoir le parti communiste, ainsi que l'attitude et le positionnement que celui-ci doit adopter par rapport aux masses. Le parti doit selon cette théorie trouver le juste milieu entre deux attitudes, le suivisme et l'aventurisme. Il doit veiller à apporter des idées aux masses sans pour autant s'en couper et s'enfermer dans une logique sectaire, il ne doit pas non plus attendre tout des masses mais doit susciter chez elles une réflexion, suggérer[2]. Mao se place ainsi à mi-chemin entre la position de Lénine qui préconise un parti à l'avant-garde capable de lancer un mouvement révolutionnaire[3] et celles de Karl Marx et plus tard Rosa Luxemburg insistant sur le fait que "l’émancipation des travailleurs doit être l’œuvre des travailleurs eux-mêmes"[4].

Critique de l'impérialisme et la théorie des trois mondes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Théorie des trois mondes.

Fut élaborée en Chine afin d'expliciter la géopolitique chinoise, l'analyse maoïste de la situation géopolitique mondiale dite "Théorie des trois mondes". Celle-ci sépare les nations en trois groupes. Le premier groupe est celui des nations développées, des superpuissances telles les États-Unis ou l'URSS possédant une ambition d'échelle planétaire, et adoptant une politique impérialiste. Le second groupe ensuite regroupe les pays développés et industrialisés, les puissances de second rang telles le Japon, la France, le Royaume-Uni etc. Ces nations sont considérées par Mao comme liées par un lien de vassalité aux plus grandes puissances, elles font partie de l'un des deux blocs. Le troisième groupe enfin comprend les nations en voie de développement, les pays non-alignés d'Afrique, d'Asie ou d'Amérique Latine, qui s'étaient faits connaître à la conférence de Bandung en 1955. Ce troisième monde comprend également la Chine qui doit mener le mouvement des non alignés (au départ sous l'égide de l'Inde et de l'Égypte). Ce troisième monde doit lutter contre le premier, et les puissances qui le composent doivent s'allier.

Dans les faits cette doctrine se heurte à plusieurs contradictions émanant de la politique chinoise elle-même. La guerre entre l'Inde et la Chine de 1962 et l'alliance entre la Chine et les États-Unis de 1972 viennent étayer le manque de cohérence entre le discours maoïste et les actes qui lui font suite.

Cette entreprise de lutte contre l'impérialisme est d'abord orientée à l'encontre de Washington dans la période qui s'écoule entre la guerre de Corée où les deux puissances s'affrontent militairement et l'alliance de 1972. C'est néanmoins l'URSS post-stalinienne qui représenta le plus grand danger pour Pékin, le divorce s'effectua au début des années 60 et des heurts sérieux éclatèrent à la frontière entre les deux pays en 1969[5]. L'URSS fut ainsi qualifiés par Mao comme une puissance sociale-impérialiste, d'allure socialiste mais d'essence impérialiste.

Cette théorie est résumée en une célèbre citation de Mao Zedong, l'impérialisme est un tigre de papier[6].

Nouvelle démocratie et bloc des quatre classes[modifier | modifier le code]

Tandis que la théorie marxiste de la lutte des classes stipule que la révolution prolétarienne ne doit intervenir qu'après la phase de domination bourgeoise, l'idéologie maoïste prétend adapter cette théorie à la réalité des pays en voie de développement. Mao prétend passer du féodalisme à la dictature du prolétariat sans la transition bourgeoise. La transition doit s'effectuer sur la base de la « Nouvelle Démocratie », celle-ci étant permise par le « bloc des quatre classes ». Ces quatre classes sont représentées sur le drapeau de la République populaire de Chine par les quatre étoiles jaunes gravitant autour d'une plus grande. Sont ainsi représentés le prolétariat ouvrier, les paysans, les petits bourgeois (artisans et commerçants) et les capitalistes « patriotes ». L'union de ces quatre classes doit permettre la destitution de la classe aristocratique, la fin de la féodalité et par voie de conséquence à l'avènement de la Nouvelle Démocratie dont il est question. Celle-ci permettant par la suite la transition vers le socialisme.

Histoire du maoïsme[modifier | modifier le code]

La prise de pouvoir des maoïstes en Chine a lieu après la Seconde Guerre mondiale. La Mandchourie est occupée par les Japonais dès 1931 ; à cette époque les différents pouvoirs en Chine cherchent à s'attribuer le mérite de repousser les Japonais. Les communistes et le Kuomintang s'associent dans un premier temps contre leur ennemi commun. Ce sont les forces du Guomindang (KMT) qui parviennent à repousser les Japonais mais elles se retrouvent divisées au nord de la Chine et au sud (Shanghai), où elles conservent le pouvoir avec l'appui des Américains. Les communistes s'emparent alors de Pékin et se montrent indulgents avec la population dans les zones qu'ils libèrent. La République populaire de Chine est proclamée avec enthousiasme en 1949.

En 1950 a lieu la réforme agraire qui consiste à destituer les propriétaires terriens afin de redistribuer les terres aux paysans. Suivent quelques campagnes de lutte contre les éléments jugés contre-révolutionnaires. C'est le peuple lui-même qui se charge de l'épuration, instrumentalisé à la fois par un besoin de revanche des petits contre les puissants et par la propagande de Mao. Les camps de travail, les laogai, sur le modèle du Goulag soviétique, se multiplient.

En 1956 est lancé le Grand Bond en avant. L'objectif est de réaliser simultanément la collectivisation de l'agriculture et l'industrialisation de la Chine, les nouvelles industries (notamment la production d'acier) devant permettre de fournir les équipements nécessaires aux exploitations collectives. L'organisation de la campagne s'inspire de celle des plans quinquennaux soviétiques. À la suite des problèmes du Grand Bond en avant et des conditions climatiques, la Chine essuie de graves famines. Cette initiative est par ailleurs dénoncée par l'Union soviétique comme contraire au marxisme-léninisme pur, ce qui entraîne la rupture sino-soviétique.

En 1965 débute la Révolution culturelle, marquée par l'avènement des gardes rouges. Le pays sombre dans le chaos et la violence, différentes factions s'affrontant toutes sous la bannière de la « pensée Mao Zedong ». Les arts traditionnels sont remis en cause ainsi que les influences occidentales.

Ce n'est qu'en 1966 qu'est proclamée officiellement la révolution culturelle. La direction du PC chinois est remplacée par un groupe chargé de la révolution culturelle dont la composition varie à plusieurs reprises. Après avoir encouragé les gardes rouges à s'en prendre aux cadres dirigeants, Mao organise une reprise en main à partir de l'été 1967. La plupart des gardes rouges sont envoyés dans les campagnes pour se faire rééduquer et les nouvelles structures reposent principalement sur l'armée. En 1969, le IXe Congrès du parti consacre les nouveaux équilibres du groupe dirigeant. La fraction maoïste, dirigée par Lin Piao, noue une alliance avec une partie de la vieille garde du parti incarnée par Zhou Enlai.

À partir de 1971, Mao s'oriente vers un front uni mondial anti-soviétique. Lin Piao, qui semble s'opposer à cette orientation, est éliminé. La version officielle l'accuse d'être un espion soviétique et attribue sa mort à un accident d'avion alors qu'il fuyait vers l'URSS. La visite de Nixon à Pékin incarne le cours nouveau qui est théorisé par Mao sous la terminologie de la « théorie des trois mondes ». Les invitations de Mao se multiplient : du président Mobutu au Shah d'Iran, de Franz-Josef Strauss aux représentants de la dictature militaire pakistanaise, Mao multiplie les contacts en vue de la formation d'un front mondial contre l'hégémonisme soviétique. Il reconnaît même au Chili le général Augusto Pinochet, après le coup d'État de septembre 1973[réf. nécessaire]. La victoire des communistes vietnamiens est mal vécue par la direction chinoise qui considère qu'elle doit faire face à la menace soviétique sur deux fronts : au nord, l'URSS ; au sud, une Indochine sous hégémonie vietnamienne. La direction maoïste soutient Pol Pot au Cambodge qui entreprend la construction d'un régime radicalement totalitaire et s'oppose aux Vietnamiens.

Mao Zedong meurt en 1976. Hua Guofeng lui succède et élimine la « bande des quatre » qui comprend la veuve de Mao Jiang Qing. La direction de Hua Guofeng ne constitue qu'un interrègne suivi par l'arrivée au pouvoir de Deng Xiaoping, qui déclare : « Mao avait raison à 70 % et tort à 30 % »[7]. Malgré un hommage formel rendu à Mao, le PC chinois s'oriente vers un abandon du maoïsme.

Le maoïsme chinois après la mort de Mao Zedong[modifier | modifier le code]

Après la mort de Mao Zedong, le régime chinois rejette la révolution culturelle et emprisonne ses partisans (la Bande des quatre). Si Mao fait toutefois depuis l'objet d'un culte officiel, illustré par son sarcophage en verre situé dans un mausolée, sur la place Tian'anmen à Pékin, les Chinois sont plus partagés, certains gardant l'image d'un tyran responsable de la mort de millions de personnes alors que d'autres le vénèrent. En 2013, le 120e anniversaire de sa naissance est pompeusement fêté, le régime ayant dépensé 2 milliards d'euros pour cet évènement (cérémonies, statues et infrastructures). À la même période sont ressuscitées plusieurs pratiques de l'ère maoïste, notamment pour les dirigeants officiels, l'autocritique publique et la délation, provoquant les moqueries de nombreux Chinois sur Internet. Plusieurs observateurs politiques notent que le nouveau président Xi Jinping instrumentalise cette nostalgie maoïste pour contenter la gauche du Parti, alors que ses réformes économiques vont à l'encontre du communisme de Mao et poursuivent celles initiées par Deng Xiaoping[7],[8].

Les victimes du maoïsme[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Le nombre exact des victimes du régime de Mao est difficile à cerner. Certains auteurs[Qui ?] estiment entre 20 et 40 millions le nombre de morts résultant directement du Grand Bond en avant. Mais le bilan des massacres de la Révolution Culturelle et l'ampleur des décès consécutifs à l'internement dans les camps, le système du laogai, sont mal connus. Les estimations de certains historiens[Qui ?] tournent autour de 50 à 70 millions de morts pour l'ensemble du régime maoïste. Cependant cette estimation n'est pas acceptée par l'ensemble de la communauté des historiens.

Le maoïsme en Occident[modifier | modifier le code]

L'histoire du maoïsme en Europe peut être divisée en trois périodes pour l'Europe occidentale. La situation de la République populaire socialiste d'Albanie présente des particularités qui demandent un exposé séparé. Dans les pays du bloc soviétique et en République fédérale socialiste de Yougoslavie, le maoïsme n'a joué qu'un rôle marginal.

Les origines[modifier | modifier le code]

Une première période s'ouvre avec le XXe congrès du Parti communiste de l'Union soviétique en 1956. La critique du stalinisme se heurte à des oppositions importantes dans les partis communistes européens (notamment celle de Maurice Thorez en France). Dans les années qui suivirent le XXe Congrès du PC soviétique, Mao avait appuyé la déstalinisation. L'expérience de la révolution chinoise avait montré que Staline faisait passer les intérêts de son État avant les intérêts de la révolution dans d'autres pays. Cependant, au fur et à mesure que les désaccords entre Chinois et Soviétiques s'envenimèrent (principalement à partir de 1960), les Chinois s'efforcèrent de rallier les éléments les plus staliniens des différents PC.

Pour l'essentiel, cette tentative échoua. Les tendances anti-khrouchtchéviennes reculèrent généralement devant la perspective d'une scission. Leur adhésion au stalinisme était inséparable de la fidélité à l'Union Soviétique et, dès lors qu'une scission signifiait la rupture avec l'URSS, ces militants préféraient maintenir l'unité avec la direction soviétique. La scission intervint au niveau international en 1963. Le PC chinois publia un long texte programmatique sur la ligne générale du mouvement communiste international (« les 25 points ») et appela les « forces saines marxiste-léninistes » à se rassembler autour de cette plateforme.

Très peu de militants communistes européens se rallièrent à la ligne « anti-révisionniste » chinoise. Il s'agissait généralement de militants de base et de cadres intermédiaires. Seule la Belgique fit exception à cette règle. La scission « pro-chinoise » de 1963 y fut relativement importante (compte tenu du fait que le Parti communiste de Belgique était lui-même un petit parti). Le PCB dissident dirigé par Jacques Grippa fut le plus important parti maoïste d'Europe occidentale pendant cette première phase. Il publiait l'hebdomadaire La Voix du Peuple, comptait plusieurs centaines de militants lors de sa formation et fonctionnait comme un centre international de regroupement des marxistes-léninistes sur la ligne chinoise tant en Europe que dans d'autres parties du monde (Afrique notamment). Le PCB de Grippa rompit avec la direction maoïste en 1966 en exprimant son rejet de la révolution culturelle analysée comme un putsch mené par Mao contre le parti. Le PCB se morcela en une demi-douzaine de groupes concurrents. Voir : Maoïsme en Belgique.

Pendant cette première phase, un certain nombre de militants se rapprochèrent également du maoïsme en raison de leur soutien à des luttes armées dans le Tiers-Monde (guerre d'Algérie, notamment). Cet apport de militants tiers-mondistes au maoïsme européen apparaît notamment dans la création de la revue Révolution.

La Révolution culturelle[modifier | modifier le code]

Vers 1966-1968, la radicalisation d'une partie de la jeunesse étudiante occidentale apporte de nouveaux partisans au maoïsme. C'est le début d'une deuxième période caractérisée par un assez large rayonnement de la Chine dans les milieux étudiants et intellectuels. La « voie chinoise » est perçue comme une sortie du stalinisme par la gauche. La révolution culturelle chinoise est interprétée comme un mouvement de critique du parti par « les masses », et séduit par l'idéologie anti-autoritaire affichée. Des récits édifiants se multiplient sur une Chine où se forge « l'homme nouveau » : des journalistes, psychanalystes, philosophes, prêtres, cinéastes, et écrivains rivalisent d'éloges. Pour Maria-Antonietta Macciocchi, auteur du livre De la Chine qui exalte la Révolution Culturelle, les prisons chinoises sont un des endroits les plus agréables qui soit. Les futurs « nouveaux philosophes » s'efforcent de trouver un sens profond aux quelques lieux communs de Mao censés former le sommet théorique de la philosophie marxiste. Des médecins rapportent avec enthousiasme que la lecture du Petit Livre rouge permet de se passer d'anesthésie[réf. nécessaire]. Pour Charles Bettelheim, la Chine aurait découvert une voie économique authentiquement socialiste en rompant avec la tradition stalinienne. La « maomania » européenne ne se heurte qu'à de très rares critiques avant 1975. On peut citer les livres décapants du sinologue belge Simon Leys (Les Habits neufs du président Mao, 1971) ou les tentatives de militants trotskistes comme Livio Maitan, de porter un jugement critique sur la Révolution culturelle (Parti, armée et masses dans la Révolution culturelle, 1970).

Les rapports difficiles entre les premiers noyaux de militants staliniens des PC et la nouvelle génération furent souvent à l'origine de scissions et de crises. Les premiers préfèrent la dénomination de « marxistes-léninistes » à celle de « maoïstes » et mettent l'accent sur la continuité dans l'histoire du mouvement communiste international. En 1970, on dénombre plusieurs centaines d'organisations maoïstes en Europe. Le plus souvent, elles se livrent une guerre idéologique impitoyable. Certaines d'entre elles reproduisent le culte de la personnalité de Mao en présentant leur propre dirigeant comme le leader bien aimé de la classe ouvrière de leur pays (Aldo Brandirali en Italie, Arnaldo Matos au Portugal, etc.). Ce phénomène est loin d'être limité à l'Europe : au Canada (Hardial Bains) ou au Pérou (Abimael Guzmán, alias « Président Gonzalo »), le culte des génies locaux occupe une place importante dans le maoïsme.

La nouvelle génération apportera des dizaines de milliers de nouveaux militants. La plupart d'entre eux n'ont qu'une expérience limitée du « communisme » et leur « marxisme » est souvent sommaire. En Italie, en Espagne et dans la partie flamande de la Belgique, la plupart des nouveaux dirigeants proviennent surtout de milieux catholiques radicalisés. Quelques citations de Mao tiennent lieu de ligne politique et les organisations connaissent une instabilité marquée. À l'exception de la Grande-Bretagne où les organisations trotskystes sont dominantes, la nébuleuse des organisations maoïstes sera la principale force de l'extrême-gauche entre 1968 et 1975.

Dans certains pays, il existe outre des organisations maoïstes qui reprennent les positions chinoises, des organisations d'extrême-gauche que l'on pourrait qualifier de maoïsantes. Elles considèrent Mao comme un éminent dirigeant révolutionnaire sans reprendre à leur compte l'ensemble des positions politiques du PC chinois. Sur des questions comme le culte de Staline ou le refus de tout front uni avec les « révisionnistes », elles adoptent souvent des positions nuancées. C'est le cas notamment d'Il Manifesto en Italie, de l'Organisation communiste Bandera Roja en Espagne ou de tendances au sein du PSU en France.

Si les organisations maoïstes sont très actives, elles échouent cependant à s'implanter de façon durable en milieu ouvrier. Malgré la priorité qu'elles accordent à cette tâche, leur hostilité extrême à l'égard des PC et des directions syndicales très présents dans ce milieu, leur théorisation sur de nouvelles avant-gardes (jeunes ou immigrés) ne leur permettent pas de gagner une base ouvrière. L'envoi de lycéens et d'étudiants dans des usines sert souvent de substitut à cette base. Le seul parti maoïste d'Europe qui parviendra à se développer et connaît jusqu'à nos jours une certaine implantation et une représentation parlementaire est le SP (Parti Socialiste) des Pays-Bas mais ce parti a écarté toute référence au maoïsme dès la fin des années 1970.

Un des facteurs qui a contribué à l'instabilité du courant maoïste a été le refus des dirigeants chinois de former un cadre international multilatéral. Pékin préférait attribuer et retirer des « reconnaissances » en fonction de la capacité des groupes à répéter textuellement les éditoriaux de Pékin Information. Une aide financière non négligeable récompensait les groupes les plus fidèles indépendamment de leurs activités réelles sur le terrain. Le cas des Pays-Bas résumait bien cette situation : les Chinois y finançaient abondamment un groupuscule créé de toutes pièces par la sûreté de l'État.

Le maoïsme occidental après la mort de Mao[modifier | modifier le code]

Les multiples tournants politiques de la Chine et les difficultés croissantes de recrutement provoqueront une crise du mouvement maoïste européen aggravée par l'apparition d'un conflit idéologique entre Albanais et Chinois. On peut considérer que la troisième période commence vers 1975-1976. Mao meurt en 1976. Les dernières années de sa vie ont été marquées par la liquidation de la révolution culturelle et un rapprochement avec les États-Unis pour créer un front uni mondial contre l'URSS. La chute est brutale. La majorité des organisations maoïstes finissent par se dissoudre. Un petit nombre d'entre elles se rallient aux thèses albanaises (UDP au Portugal). Quelques-unes resteront des partisans inconditionnels de Pékin et défendront la « théorie des trois mondes » jusqu'à l'avènement de la perestroïka (PTB en Belgique, PCPml au Portugal, Parti communiste ouvrier de Norvège).

Dans l'ensemble, le mouvement maoïste n'a atteint aucun de ses objectifs. Il ne s'est pas substitué aux partis communistes « révisionnistes ». Par contre, certains de ses dirigeants ont appris le jeu difficile de la politique et ont connu de brillantes carrières sous d'autres étendards. Tel est le cas de l'actuel président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, du numéro 2 de la Ligue du Nord en Italie, Roberto Maroni, d'un des principaux idéologues du patronat français François Ewald, de l'ancien ministre allemand des affaires étrangères Joschka Fischer. Pour sa part, Aldo Brandirali, jadis chef de l'Union des communistes italiens (marxistes-léninistes), est devenu un animateur du mouvement catholique charismatique Comunione e Liberazione et joue un rôle important dans la fédération de Milan du parti de Silvio Berlusconi, Forza Italia. Le Parti du travail de Belgique est l'un des rares anciens partis maoïstes occidentaux qui ait continué à exister sur le plan électoral[9].

Liste des organisations maoïstes dans les différents pays occidentaux[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Mouvement maoïste en Belgique.

Le maoïsme ailleurs dans le monde[modifier | modifier le code]

Lors de l'éclatement de la polémique publique entre le Parti communiste chinois et le Parti communiste de l'Union soviétique au début des années 1960, la ligne maoïste a été fortement minoritaire. À l'exception du Parti du travail d'Albanie, les seuls partis communistes de masse à soutenir les positions maoïstes se trouvaient en Asie : à l'exception du parti albanais, l'un des seuls mouvements communistes nationaux à choisir le camp maoïste sans passer par une scission pro-chinoise a été le petit Parti communiste de Nouvelle-Zélande[11]. Dans un premier temps, le courant maoïste a disposé d'une implantation considérable en Asie grâce au soutien du Parti communiste japonais, du Parti communiste indonésien et d'une scission massive du Parti communiste d'Inde, le Parti communiste d'Inde (marxiste). D'autres partis communistes asiatiques, moins importants numériquement, s'étaient également prononcés en faveur de la ligne chinoise en Malaisie, en Thaïlande et en Birmanie. Le PC vietnamien observait une position neutre mais relativement favorable aux conceptions maoïstes.

Cette implantation massive a été éphémère. En Indonésie, le Parti communiste (PKI) a suivi la ligne maoïste d'alliance avec la « bourgeoisie nationale patriotique ». Il a apporté un soutien au régime nationaliste de Sukarno. En septembre 1965, après une tentative de coup d'État qui s'est déroulée dans des circonstances controversées, le mouvement communiste a été écrasé dans un bain de sang déclenché par le secteur nationaliste (soutenu par l'armée) et les milices musulmanes. Des centaines de milliers de personnes ont été assassinées souvent dans des circonstances atroces. Des centaines de milliers d'autres ont été déportées dans des camps de concentration. Le régime maoïste n'a jamais accepté de reconnaître sa part de responsabilité dans l'orientation désastreuse suivie par le PKI. Il a rejeté toutes les fautes sur le secrétaire général du PKI, Aïdit (qui fut exécuté par le régime militaire sans que Pékin n'organise la moindre campagne de solidarité).

Au Japon et en Inde, les directions communistes favorables au maoïsme s'en sont éloignées à partir de la révolution culturelle. Tant le PCJ que le PCI(M) ont rompu avec Pékin qui a promu la création de nouvelles formations inconditionnellement pro-chinoises et très minoritaires. DUn groupe maoïste pratiquant la lutte armée est apparu au Japon, la Fraction armée rouge, qui deviendra l'Armée rouge japonaise qui elle-même continuera en tant qu'Armée rouge japonaise (extérieur) au Liban. La plupart de ses membres ont depuis été arrêtés et incarcérés. En Inde, les maoïstes radicaux, exclus du PCI(M), ont lancé dès 1967 une insurrection, la « rébellion naxalite », qui est encore en cours aujourd'hui dans plusieurs États indiens sans jamais avoir été proche de prendre le pouvoir. Un temps réunis au sein du Parti communiste d'Inde (Marxiste–Léniniste), les « naxalites » ont ensuite éclaté en de multiples groupes : ce n'est qu'en 2004 qu'ils se sont à nouveau fédérés au sein d'un Parti communiste d'Inde (maoïste). Le Parti communiste thaïlandais a également lancé une guérilla, mais sans parvenir à menacer la monarchie.

Durant les années 1970, seul succès notable remporté par le maoïsme en Asie a été la prise de pouvoir au Cambodge par le régime des Khmers rouges. Le nouveau régime du Kampuchéa démocratique appliqua de façon extrémiste les thèses les plus radicales du maoïsme. La répression massive, le déplacement forcé de la population urbaine vers les campagnes, la persécution systématique des minorités ethniques ont abouti à un véritable génocide. Le régime fut renversé en 1979 par une intervention militaire vietnamienne. Les partisans de Pol Pot poursuivirent la guerre contre le régime pro-vietnamien à partir de bases situées en Thaïlande, jusqu'à leur défaite finale en 1998-1999.

Dans les années 1980, la principale guérilla maoïste se trouve au Pérou : c'est le Parti communiste du Pérou surnommé Sentier lumineux dans les médias, dirigé par Abimaël Guzman, qui se fait appeler le « Président Gonzalo ». Abimaël Guzman a été arrêté et incarcéré au début des années 1990. Le PCP a connu une scission et a perdu l'essentiel de sa base.

D'autres groupes maoïstes existent encore un peu partout dans le monde. Certains pratiquent la guérilla ou la lutte armée, comme le Parti communiste des Philippines avec sa Nouvelle armée populaire, ou le Parti communiste d'Inde (maoïste). D'autres sont de simples groupuscules, surtout en Europe occidentale et aux Amériques, comprenant le Parti communiste révolutionnaire des États-Unis, dirigé par Bob Avakian. Il existe notamment des groupes de guérilla maoïstes encore implantés en Colombie. Certains partis politiques turcs se réclament aussi du maoïsme, à l'image du Parti communiste de Turquie/marxiste-léniniste clandestin. Une internationale, le Mouvement révolutionnaire internationaliste, a été créée en 1984, réunissant les partis radicaux comme celui de Bob Avakian, et des mouvements de guérilla du tiers-monde comme le Sentier lumineux : elle est cependant restée confinée à la marginalité politique.

Des partis maoïstes existent également au Népal : le groupe le plus important, dirigé par Pushpa Kamal Dahal alias « Prachanda », a mené, entre 1996 et 2006, une guerre civile contre la monarchie : le cessez-le-feu, en 2006, a été suivi d'un processus de transition réunissant toutes les composantes politiques du pays. Le 28 décembre 2007, le parlement provisoire a aboli la monarchie et l'élection de l'Assemblée constituante népalaise en 2008 a été remportée par les maoïstes, Prachanda devenant ensuite premier ministre. Le chef maoïste a cependant dû quitter le pouvoir dès mai 2009, à la suite d'un conflit d'autorité avec le président. Après une période d'instabilité, les maoïstes ont été à nouveau au gouvernement d'août 2011 à février 2013, mais le scrutin de novembre 2013 a été largement remporté par le Congrès népalais, tandis que le Parti communiste unifié du Népal (maoïste) de Prachanda a perdu près des deux tiers de ses sièges.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire d'économie et de sciences sociales, éditions Nathan, 1998, p.265.
  2. http://fr.wikipedia.org/wiki/La_ligne_de_masse
  3. "Que faire ?" Livre de Lénine, 1902.
  4. http://www.marxists.org/francais/marx/works/1864/00/18640000.htm
  5. http://fr.wikipedia.org/wiki/Conflit_frontalier_sino-sovi%C3%A9tique_de_1969
  6. Le Petit Livre Rouge, chapitre 6 "L'impérialisme et tous les réactionnaires sont des tigres en papier" Mao Zedong, 1964.
  7. a et b Patrick Saint-Paul, « Les Chinois fêtent Mao sans discuter son héritage », in Le Figaro, jeudi 26 décembre 2013, page 7.
  8. Patrick Saint-Paul, « Pékin ressuscite les pratiques maoïstes », Le Figaro, mercredi 2 octobre 2013, page 8.
  9. En Belgique, la percée des anciens maoïstes du Parti du travail, Le Monde, 17 mai 2014
  10. Ou spontanéiste révolutionnaire. Voir spontanéiste sur le Wiktionnaire
  11. Anne-Marie Brady, Making the Foreign Serve China: Managing Foreigners in the People's Republic, Rowman & Littlefield Publishers, 2003, page 124

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Maoïsme.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]