Sigmar Polke

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sigmar Polke

Description de l'image  Dieter Frowein Lyasso&Sigmar Polke.jpeg.
Naissance
Oels (Silésie)
Décès (à 69 ans)
Cologne (Allemagne)
Nationalité Drapeau de l'Allemagne Allemand
Activités Artiste peintre
Formation Académie des Beaux-arts de Dresde
Récompenses Lion d'Or à la 42e Biennale de Venise
Bade-Wurtemberg International Prize for Painting”
Praemium Imperiale

Sigmar Polke, né le à Oels (Silésie), maintenant Oleśnica (Pologne) et mort le à Cologne, est un artiste allemand contemporain qui a pratiqué essentiellement la peinture en faisant constamment l'analyse critique, dans ses aspects matériels et esthétiques autant que dans ses finalités culturelles[1]. Mais son œuvre multiforme comporte entre autres la photographie, le cinéma et les actions.

Vie et démarche[modifier | modifier le code]

La famille de Polke a fui la République démocratique allemande en 1953. À son arrivée en Allemagne de l'Ouest, à Wittich, Sigmar Polke a commencé à passer du temps dans les galeries et les musées tout en travaillant comme apprenti dans une fabrique de vitraux appelée Düsseldorf Kaiserwerth, avant d'intégrer la Düsseldorf Kunstakademie (école d'art) à 20 ans. Là, il a fait des peintures qui incorporent des photographies sur la toile. À la remise des diplômes en 1968, il a publié un carton de 14 photographies faites avec un appareil-photo emprunté signifiant ses “sculptures de dessus de table” et ses performances. Pendant les quatre années suivantes, il a fait des milliers de photographies qui n'ont jamais été imprimées et plusieurs films jamais édités, pour des raisons financières. Autodidacte en photographie, Polke a fait avec l'aide de chimistes des expériences avec des produits chimiques, incorporant des erreurs et des éléments de hasard dans son travail fini.

Avec ses condisciples Gerhard Richter et Konrad Lueg[N 1], il a lancé à Kunstakademie un courant appelé le "Réalisme capitaliste"[2]•. C'est un anti-style de l'art, s'appropriant la sténographie imagée de la publicité. Ce réalisme se rapportait au modèle de réalisme artistique connu sous le nom de « Réalisme socialiste soviétique » , donc la doctrine officielle d'art de l'Union soviétique, mais il a également commenté l'art de l'incitation à la consommation, « doctrine » du capitalisme occidental.

Le côté anarchique du travail de Polke a été en grande partie guidée par son approche critique paradoxale de l'histoire, des valeurs de la société occidentale, mais aussi du rapport que nous entretenons avec le temps, et son œuvre reste encore largement énigmatique tout en étant éminemment stimulante, « un champ de bataille où s'affrontent matières et sujets dangereux » pour reprendre la formule de Bernard Marcadé [3]. Son irrévérence à l'égard des techniques traditionnelles de peinture et des matériaux, son plaisir à l'expérimentation et à se jouer des styles personnels (anciennes « marques de fabrique » qui permettaient d'identifier chaque artiste) comme des styles - figuration, abstraction, Expressionnisme, Romantisme, ... - ou des différents statuts de l'image - expressive, publicitaire, documentaire, ready-made ... - toutes ces attitudes qui caractérisent sa démarche d'artiste ont établi sa réputation maintenant respectée de révolutionnaire visuel.

La peinture intitulée Paganini qui manifeste, mais comme un rébus peut le faire, la « difficulté de se défaire des démons du nazisme »[4], est typique de la tendance de Polke à accumuler différents moyens plastiques sur une unique toile, mais en restant dans le domaine bidimensionnel, sans en faire jamais une œuvre multimédia. Polke combine souvent les laques, les matériaux de ménage, les couleurs thermo-sensibles[5], la peinture, les colorants, ainsi que des couleurs aujourd'hui retirées du marché pour cause de toxicité, mais aussi des mixtures à base d'aluminium, de fer, de potassium, de cire à cacheter[6], ou ses propres photographies. Plusieurs de ces matériaux se retrouvent ensemble souvent dans une seule pièce au point de mettre en péril la conservation de l'œuvre.

Le support traditionnel est souvent abandonné au profit de la toile à motifs imprimés[7]. Il en assemble parfois plusieurs morceaux et cela peut constituer le l'essentiel et la raison d'être de l'œuvre : ce qui est habituellement caché apparait au grand jour. Il utilise aussi des voiles synthétiques transparents qui laissent visibles le châssis. Cette méthode révèle encore la démarche de l'artiste qui, sans jamais être démonstratif mais avec humour, se plait à révéler l'« envers du décor », et nous inviter à interroger le visible, ne pas évacuer ce qui le sous-tend. Des fragments de "récits" complexes utilisent souvent le médium photographique, ou la copie d'écran, mais manipulé au point que l'image est partiellement détruite[8] rendue à une matière plus ou moins informe, et pourtant transposée en peinture bien souvent avec le plus grand soin[N 2]. Ce récit fragmentaire[9] est souvent implicite dans l'image multicouche, donnant l'effet de la projection d'hallucinations ou d'images de rêve sur une série de voiles superposés. mais l'« image » peut aussi n'apparaître que s'il y a un observateur pour la « réchauffer » avec une lampe électrique [10]. Ou encore, c'est en travaillant des deux côtés de la toile en misant sur la transmigration lente du travail réalisé sur le dos de la toile vers la face. Ou en réalisant une peinture qui se métamorphose dans la lumière changeante de Venise[11], du matin au soir. Ici le temps nous est donné à voir comme un co-réalisateur de l'œuvre.

Polke a fait une série de voyages à travers le monde pendant les années 1970, dont il manipule les photographies au Pakistan, à Paris, à New York, en Afghanistan et au Brésil. Ces photographies font partie intégrante de son œuvre.

Enseignant : Il a également enseigné par intermittence en Allemagne de 1970 à 1978. Il s'est alors installé à Cologne, où il continua à vivre et travailler.

En 2010, Sigmar Polke obtient le Prix Haftmann, récompense artistique la plus richement dotée en Europe (150 000 Francs suisses, soit 120 000 €), décerné par la Fondation Roswitha Haftmann, une fondation suisse, à un « artiste vivant ayant produit une œuvre de première importance. »

Sigmar Polke est mort à l'âge de 69 ans, le .

  • Citation :
« Tout évènement, plastique ou même historique, peut se retourner contre lui-même, au point de signifier le contraire exact de ce qu'il était censé primitivement exprimer.[12]. »

Courte chronologie[modifier | modifier le code]

  • 1941 : Né à Oels/Schlesien, Allemagne
  • 1945 : Sa famille fuit en Thuringe, qui fera partie de l'Allemagne de l'Est, lors de la création de l'état en 1949
  • 1953 : À 12 ans il émigre à Berlin-Ouest en faisant semblant de dormir dans le métro de Berlin. Puis il s'installe à Düsseldorf, Allemagne de l'Ouest où il apprend la peinture sur verre de 1959 à 1961
  • 1961-1967: Étudie à l'Académie des Beaux Arts de Düsseldorf, auprès de Karl Otto Götz et Gerhard Hoehme[13]. Joseph Beuys y est alors enseignant, mais interdit à ses élèves de peindre[14]. Le groupe Fluxus y est alors très actif.
  • 1963 : Fonde “Kapitalistischen Realismus” (Réalisme capitaliste) un mouvement artistique avec Gerhard Richter et Konrad Lueg (Konrad Fischer); “Demonstrative Ausstellung”, exposition à Düsseldorf avec Kuttner, Lueg (Konrad Fischer) et Richter
  • 1964 : “Neodada Pop Decollage Kapitalistischer Realismus”, galerie René Block, Berlin; primé "the Young Germans award in" Baden-Baden avec Klaus Geldmacher et Dieter Krieg
  • 1975 : Récompensé dans la catégorie peinture à la 13ème Biennale de Sao Paulo
  • 1980 : Voyage en Australie et en Nouvelle-Guinée, au contact des Aborigènes
  • 1986 : Récompensé par un Lion d'or de peinture à la 42ème Biennale de Venise
  • 1988 : A reçu le “Bade-Wurtemberg International Prize for Painting”
  • 1977 - 1991: Professeur à l'Académie des Beaux-Arts Hambourg
  • 1995 : Carnegie Award[N 3] au Carnegie International, Pittsburgh, Pennsylvanie
  • 1998 : International Center of Photography : “Infinity Award for Art”; P.S. 1 Contemporary Art Center, New York
  • 2002 : Praemium Imperiale décerné par l'association d'art du Japon.

Œuvres conservées en France[modifier | modifier le code]

  • Sans titre, 1979, techniques mixtes sur toile 130,5 x 110,5 cm, Musée d'art de Toulon. L'œuvre représente une jeune femme attrapée par deux policiers. La toile est, entre autres, percée de dizaines d'épingles à nourrice.
  • Au Centre Pompidou virtuel : recherche : [2] , cinq œuvres reproduites.

Exposition à Grenoble 2013-2014[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Guy Tosatto : Exposition Grenoble 2013-14, p. 10
  2. Grafik des kapitalistischen Realismus : KP Brehmer,KH Hödicke, Sigmar Polke, Gerhard Richter, Wolf Vostell, Druckgrafik bis 1971
  3. Catalogue Exposition Nîmes 1994, p. 27
  4. Bernard Marcadé  : Catalogue Exposition Nîmes 1994, p. 24, qui fait une brève analyse de cette peinture.
  5. Suzanne Pagé : Exposition MAMVP, ARC 1988, p. 7
  6. Catalogue Exposition Nîmes 1994, p. 27
  7. Guy Tosatto : Exposition Grenoble 2013-14, p. 10
  8. Sur l'usage de la photographie par Polke : Sigmar Polke : Perdre le référent dans les transformations de l'image, p. 107-112, (dans la partie consacrée à : La photographie comme une image ouverte) in : Mémoire collectif soutenu à l'École Nationale Supérieure Louis Lumière en 2013 : Du détail à l'effacement de l'image
  9. Le jour de gloire est arrivé, 1988, ou Flüchtende (fugitifs), 1992 in Catalogue Exposition Nîmes 1994, p. 57 et 67
  10. Suzanne Pagé : Exposition MAMVP, ARC 1988, p. 7
  11. 42e Biennale de Venise, 1986, pavillon allemand.
  12. Bernard Marcadé  : Catalogue Exposition Nîmes 1994, p. 27
  13. Gloria Moure 2005, p. 310
  14. Brenard Marcadé : Exposition Grenoble 2013-14, p. 14

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Konrad Lueg, qui a pris le pseudonyme Konrad Fischer, et est devenu un célèbre galeriste. Arte 31/05/2010: Metropolis, exposition Barcelone : MACBA : www.macba.es. [1]
  2. C'est le cas de Pasadena de Sigmar Polke, au Centre Pompidou.
  3. Carnegie Art Award

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie disponible sur SUDOC :[3] : 70 titres.

  • Textes de Suzanne Pagé, Bernard Lamarche-Vadel, Demosthènes Davvetas, Bernard Marcadé, Bice Curiger, Michael Oppitz, Hagen Lieberknecht et Felman & Dietman, Sigmar Polke : Exposition MAMVP, ARC 1988, Amis du Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris,‎ 1988, 122 p. (ISBN 2-9-04497-05-4).
  • Textes de Guy Tosatto et Bernard Marcadé, Sigmar Polke, Réunion des musées nationaux ; Nîmes : Carré d'art,‎ 1994, 103 p. (ISBN 2-7118-2966-9).
  • (en) Gloria Moure, Sigmar Polke, Barcelona, Ediciones Polígrafa,‎ 2005, 327 p. (ISBN 9780714124469)
  • Textes de Guy Tosatto et Bernard Marcadé, Sigmar Polke [Exposition Musée de Grenoble], Arles : Actes Sud ; Grenoble : Musée de Grenoble,‎ 2013, 183 p. (ISBN 978-2-330-02380-5).