Galerie Kamel Mennour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Galerie Kamel Mennour
Entrée de la galerie du 47, rue Saint-André-des-arts
Entrée de la galerie du 47, rue Saint-André-des-arts
Informations géographiques
Pays France
Ville Paris
Adresse 47, rue Saint-André-des-Arts
6, rue du Pont-de-Lodi
Coordonnées 48° 51′ 12″ N 2° 20′ 24″ E / 48.8534, 2.339948° 51′ 12″ Nord 2° 20′ 24″ Est / 48.8534, 2.3399  
Informations générales
Date d’inauguration 1999
Informations visiteurs
Site web http://www.kamelmennour.com/fr

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Galerie Kamel Mennour

La galerie Kamel Mennour est une galerie d'art parisienne spécialisée dans l'art contemporain[1],[2],[3],[4],[5].

Historique[modifier | modifier le code]

C’est en 1999 qu’est inauguré un premier espace de 50 m2, dans le quartier de Saint-Germain-des-Près, au 60, rue Mazarine[6]. Dédiée à la photographie contemporaine, la galerie Kamel Mennour présente alors le travail d’une génération d’artistes internationaux encore peu connus en France, à l’image de Larry Clark, Stephen Shore ou Nobuyoshi Araki, aux côtés d’artistes plus établis comme Pierre Molinier[7]. Parallèlement, la galerie entreprend un travail d’édition de catalogues, accompagnant ces expositions. À ce jour, plus de quarante catalogues ont été publiés par les éditions Kamel Mennour[8].

La galerie se fait connaître à l’étranger en participant pour la première fois à Paris Photo en 1999[9], à la FIAC en 2000, puis à Art Basel en 2003[10]. Depuis, elle est présente dans la plupart des grandes foires internationales d’art contemporain telles qu’Art Basel, la FIAC et Art Basel Miami Beach[11].

En 2003, la galerie s'oriente davantage vers les arts plastiques avec la promotion d’une jeune création contemporaine avec une programmation dédiée à des artistes reconnus. C’est à ce titre que Daniel Buren, Claude Lévêque, François Morellet ou Martin Parr intègrent progressivement la galerie[12].

En septembre 2007, la galerie s’agrandit en investissant un nouvel espace de 400 m2 dans l’hôtel particulier de la Vieuville (XVIIe siècle), situé au 47, rue Saint-André-des-Arts. Aménagé par les architectes Aldric Beckmann et Françoise N’Thépé, il est inauguré avec une exposition monographique de Daniel Buren[13]. L’espace initial de la rue Mazarine est quant à lui dévolu à la présentation de projets spécifiques.

Dans les années qui suivent, la galerie continue d'exposer tour à tour de jeunes artistes émergents (Mohamed Bourouissa, Camille Henrot, Latifa Echakhch, Dario Escobar, Alicja Kwade) et des artistes plus consacrés, au rang desquels figurent entre autres Huang Yong Ping, Anish Kapoor, Tadashi Kawamata, Lee Ufan, Gina Pane ou Martial Raysse.

Outre les expositions monographiques, des dialogues historiques sont régulièrement organisés (Daniel Buren et Alberto Giacometti en 2010, François Morellet et Kasimir Malevitch en 2011), ainsi que des expositions collectives et thématiques, à l’image de « Lux Perpetua » (2012), abordant le traitement de la lumière de Delacroix à Ann Veronica Janssens, ou de « L’Image pensée » (2013, sous le commissariat de Donatien Grau), consacrée à l’utilisation du diaporama par les artistes contemporains.

En parallèle, la galerie collabore régulièrement avec des institutions afin de mener d'importants projets hors-les-murs, comme pour « Arche 2009 » de Huang Yong Ping dans la chapelle des Beaux-arts de Paris[14], les expositions Monumenta d'Anish Kapoor[15] et de Daniel Buren[16] en 2011 et 2012 au Grand Palais, ou encore à l’occasion de la Biennale de Venise, avec le pavillon français de Claude Lévêque (2009), le pavillon israélien de Sigalit Landau (2011), et la vidéo Grosse fatigue de Camille Henrot (2013), récompensée par le Lion d’argent distinguant l’artiste le plus prometteur[17].

En septembre 2013, la galerie double sa surface d’exposition en ouvrant un espace au 6, rue du Pont-de-Lodi[18], dont le volume permet d’accueillir sous une vaste verrière des œuvres monumentales, comme celles présentées par Pier Paolo Calzolari, représentant de l’Arte Povera, pour son inauguration.


Artistes représentés par la galerie[modifier | modifier le code]

  • Miri Segal
  • Shen Yuan

Travaux présentés :

Publications[modifier | modifier le code]

  • Daido Moriyama – Remix, Patrice Remy, éditions kamel mennour, Paris, 2012 - 2nde édition / 2004 - 1re édition, French & English, 300 pages, (ISBN 9-782914-171496)
  • Latifa Echakhch, Jean-Christophe Ammann, Latifa Echakhch, Annabelle Gugnon, Bernard Marcadé, éditions kamel mennour, Paris, 2012, French & English, 360 pages, (ISBN 978-2-914171-46-5)
  • Martial Raysse - How the path is long, Martial Raysse, éditions kamel mennour, Paris, 2012, French - English, 40 pages, (ISBN 978-2-914171-48-9)
  • Alfredo Jaar - The Sound of Silence, Okwui Enwezor, éditions kamel mennour, Paris, 2012, French & English, 256 pages, (ISBN 978-2-914171-40-3)
  • Zineb Sedira - Beneath the Surface, Steven Bode, Coline Milliard, Hans Ulrich Obrist, Erik Verhagen, éditions kamel mennour, Paris, French & English, 248 pages, (ISBN 978-2-914171-44-1)
  • Sigalit Landau - One man's floor is another man's feelings, Jean de Loisy, Hadas Maor, Chantal Pontbriand, Matanya Sack, Ilan Wizgan, éditions kamel mennour, Paris, 2011, French, English, Arabic, Hebrew, 248 pages, (ISBN 978-2-914171-41-0)
  • Kazimir Malevitch & François Morellet / Carrément, éditions kamel mennour, Bernard Marcadé, Jean-Claude Marcadé, François Morellet, Serge Lemoine, éditions kamel mennour, Paris, 2011, French and English, 176 pages, (ISBN 978-2-914171-42-7)
  • Huang Yong Ping, Wu Zei, Jérôme Alexandre, Marie-Claude Beaud, Marie-Laure Bernadac, Robert Calcagno, Fei Dawei, Jean de Loisy, Huang Yong Ping, Arnaud Laporte, Richard Leydier, Jean-Hubert Martin, Jessica Morgan, Gilles A. Tiberghien, éditions kamel mennour & Nouveau Musée National de Monaco, Paris, 2011, French, English and Chinese, 200 pages, (ISBN 978-2-914171-39-7)
  • Johan Grimonprez, It's a poor sort of memory that only works backwards, Herman Asselberghs, Catherine Bernard, Jorge Luis Borges, Chris Darke, Jodi Dean, Thomas Elsaesser, Johan Grimonprez, Asad Ismi, Alvin Lu, Tom McCarthy, Florence Montagnon, Dany Nobus, Hans Ulrich Obrist, Vrääth Öhner, Mark Peranson, Alexander Provan, John Rumbiak, Simon Taylor, Eben Wood, Slavoj Žižek, Hatje Cantz (trade edition), 2011, English, 354 pages, ISBN 978-3-7757-3130-0
  • Marie Bovo, Sitio", Marie Bovo, Régis Durand, Richard Leydier, éditions kamel mennour, Paris, 2010, french & english, 144 pages, (ISBN 978-2-914171-38-0)
  • Daniel Buren & Alberto Giacometti, Œuvres contemporaines, 1964-1966, Daniel Buren, Véronique Wiesinger, Bernard Blistène, éditions kamel mennour, Paris, 2010, french / english (1st edition) & english / arabic (2nd edition), 144 pages, ISBN 978-2-91417-136-6 (1st edition) / (ISBN 978-2-914171-37-3) (2nd edition)
  • Yona Friedman, Drawings & Models / Dessins & Maquettes, Yona Friedman, éditions kamel mennour, Les presses du réel, Paris, 2010, french & english, 1040 pages, (ISBN 978-2-84066-406-2)
  • Tadashi Kawamata, Tree Huts, Jonathan Watkins, Martin Friedman, Guy Tortosa, éditions kamel mennour, Paris, 2010, french & english, 272 pages, (ISBN 978-2-914171-34-2)
  • Pierre Molinier, Monographie, Jean-Luc Mercié éditions kamel mennour, Les presses du réel, Paris, 2010, french (1st edition) & english (2nd edition), 400 pages, (ISBN 978-2-84066-338-6) & (ISBN 978-2-84066-371-3)
  • Huang Yong Ping, Myths, Jean de Loisy, Gilles A. Tiberghien, Richard Leydier, éditions kamel mennour, Paris, 2009, 192 pages, (ISBN 978-2-914171-33-5)
  • Alberto Garcia-Alix / Daido Moriyama, Far from home, éditions kamel mennour, Paris, 2008, 144 pages, (ISBN 978-2-914171-30-4)
  • Yona Friedman / Camille Henrot – Réception / Transmission, éditions kamel mennour, Paris Musées, Collections de Saint-Cyprien, Paris, 2007, 144 pages, (ISBN 2-914171-29[à vérifier : isbn invalide])
  • Marie Bovo - Nox, éditions kamel mennour, Paris Musées, Paris, 2007, e93 pages, (ISBN 978-291417128-1)
  • Alberto Garcia-Alix – No me sigas… estoy perdido, éditions kamel mennour, No Hay Penas, La Fabrica Editorial, Paris Musées, Paris, 2006, french, 171 pages, (ISBN 84-96466-47-[à vérifier : isbn invalide])
  • Zineb Sedira - Saphir, éditions kamel mennour, The Photographers’ Gallery, Paris Musées, Paris, 2006, french & english, 88 pages, (ISBN 2-914171-26-9)
  • Peter Granser – Coney Island, éditions kamel mennour, Paris Musées, Hatje Cantz Verlag et Les presses du réel, Paris, avril 2006, 100 pages, (ISBN 2-914171-24-2)
  • Peter Granser – Alzheimer, éditions kamel mennour, Paris Musées and Les presses du réel, Paris, 2006, english & french, 95 pages, (ISBN 2-914171-19-6)
  • Gary Lee Boas – New York Sex 1979-1985, éditions kamel mennour, Paris, décembre 2003, english & french, 240 pages, (ISBN 2-914171-16-1)
  • Christine Macel, Danny Lyon – Forty Years éditions kamel mennour, Paris, 2003, english & french, 98 pages, (ISBN 291417114-5)
  • Annie Leibovitz, éditions kamel mennour, Paris, 2001, english & french, 46 pages, (ISBN 2-914171-80-0[à vérifier : isbn invalide])
  • Objectif Picasso, éditions kamel mennour, Paris, 2001, 162 pages, (ISBN 2-914171-05-6)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Kamel Mennour, loin des clichés, Stéphane Guibourgé, Le Figaro, 12 octobre 2007
  2. Galerie Kamel Mennour, Elle, 23 mai 2008
  3. Kamel Mennour, Frédéric Migeon, Jeune Afrique, 30 juin 2008
  4. Kamel Mennour à l'Odéon, Stephan Gladieu, Le Figaro, 25 juin 2008
  5. Kamel Mennour : « L'art ? Plus que jamais, c'est le risque. », Gilles Denis et Martin Parr, Les échos, 10 novembre 2011
  6. Manou Farine, « Kamel Mennour : le culot de réussir à s’imposer sur le marché », L’Oeil, juin 2008
  7. Olivier Wicker, « Portrait : Kamel Mennour, sonar de l’art », Libération, 27 septembre 2009
  8. Anne Fulda, « Kamel Mennour, les secrets du galeriste », Le Figaro, 30 décembre 2011
  9. "Paris Photo, la bonne affaire", Libération, 18 novembre 2002
  10. Roxana Azimi, « Portrait : Kamel Mennour, », Le Journal des Arts, 4 novembre 2005
  11. Bruna Basini, « En route pour Miami Beach », Le Journal du Dimanche, 11 décembre 2008
  12. Stéphane Guibourgé, « Kamel Mennour, loin des clichés », Le Figaro Magazine, 13 octobre 2007
  13. Thomas Humery, « Galeriste au singulier : Kamel Mennour », L’Optimum, septembre 2007
  14. Richard Leydier, « Huang Yong Ping Arche 2009 », artpress, décembre 2009
  15. http://2011.monumenta.com/fr/2011/partenaires
  16. http://www.monumenta.com/fr/partenaires-galeries
  17. Philippe Piguet, « Camille Henrot : à Venise, la ‘meilleure jeune artiste’ », L’Oeil, septembre 2013
  18. Caroline de Bodinat, « Kamel Mennour, l’accrocheur né », Madame Figaro, 24 octobre 2013