Merry-Joseph Blondel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blondel.
Merry-Joseph Blondel
Portrait of Merry-Joseph Blondel.jpg

Jean-Auguste-Dominique Ingres, Portrait de Merry-Joseph Blondel.[réf. nécessaire]

Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Formation
Maîtres
Élèves
Mouvement
Distinctions
Prix de Rome en peinture de 1803
Œuvres réputées
Énée portant son père Anchise

Merry-Joseph Blondel, né le à Paris, et mort le , est un peintre néoclassique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après un premier apprentissage à la manufacture de porcelaines Dihl et Guerhard, où il est l'élève d'Étienne Charles Leguay, il étudie la peinture auprès de Jean-Baptiste Regnault. Son Énée portant son père Anchise lui vaut le prix de Rome en peinture de 1803.

Il séjourne à Rome à la villa Médicis de 1809 à 1812, puis remporte une médaille d'or pour sa Mort de Louis XII au Salon de 1817. Blondel entame alors une carrière de décorateur : salon et galerie de Diane au château de Fontainebleau, plafond du palais Brongniart, plafonds du Palais du Louvre, notamment celui de la galerie d’Apollon et, des anciennes salles du Conseil d'État au premier étage de l'aile Lemercier (actuellement Département des objets d'art).

C'est à partir de ses dessins qu'est réalisée, par Joseph Dufour, la série Psyché de papier peint panoramique en 1815[1],[2],[3].

Proche de Charles Percier, architecte et décorateur, un des principaux représentants et inventeurs du style empire, il en fit un premier portrait en 1839 repris ensuite dans une version agrandie commandée en 1840 par le roi Louis-Philippe, pour le musée historique de Versailles, nous laissant une de ses rares représentations connues avec celle par Robert Lefèvre. Il peint Napoléon visitant le Palais-Royal, conservé dans la salle des pas perdus au Palais-Royal, alors siège du Tribunat. En 1840, il réalisa la série de tableaux Richard Cœur de Lion, Raymond IV de Toulouse, Jean de Joinville (etc.) dans la salle dite des Croisades au musée national de Versailles et de Trianon.

Ingres, qui jalousait sa technique[réf. nécessaire], exécuta son portrait. Les trois compartiments du plafond que Blondel avait peint pour la salle Henri II du Palais du Louvre furent déposés en 1938, et remplacés en 1953 par une composition de Georges Braque. Également au Louvre, Blondel a peint une autre composition, La France victorieuse à Bouvines, pour la salle de la donation Thiers. Un troisième plafond, dans la salle de la donation Camondo, représente La France reçoit de Louis XVIII la charte constitutionnelle, au milieu des rois législateurs et des jurisconsultes français. Il fut, comme bien d'autres de ses contemporains, touché par l'esprit du romantisme, l'expression du déchaînement des passions et des éléments naturels. Il demeure l'un des meilleurs représentants de la peinture d'histoire de la première moitié du XIXe siècle.

Merry-Joseph Blondel est élu membre de l'Académie des beaux-arts en 1832, puis il est nommé professeur à l'École des beaux-arts de Paris.

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Salons[modifier | modifier le code]

  • 1817 : Mort de Louis XII, médaille d'or

Élèves[modifier | modifier le code]

Iconographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Notice no 07660015859 », base Joconde, ministère français de la Culture
  2. (fr) « Notice no 07660015861 », base Joconde, ministère français de la Culture
  3. (fr) « Notice no 07660015860 », base Joconde, ministère français de la Culture

Liens externes[modifier | modifier le code]