Tour de la Bank of China

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tour de la Bank of China
中銀大廈
Tour de la Bank of China
Tour de la Bank of China
Géographie
Pays Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Ville Hong Kong
Quartier Central and Western
Coordonnées 22° 16′ 45″ N 114° 09′ 41″ E / 22.279167, 114.16138922° 16′ 45″ Nord 114° 09′ 41″ Est / 22.279167, 114.161389  
Histoire
Architecte(s) Ieoh Ming Pei
Construction ouverture le 17 mai 1990
Usage(s) Bureaux
Architecture
Hauteur de l'antenne 367
Hauteur du toit 305
Nombre d'étages 72
Niveaux en sous-sols 4
Superficie 135000
Nombre d'ascenseurs 45
Administration
Occupant(s) Bank of China (Hong Kong)
Géolocalisation

Géolocalisation sur la carte : Hong Kong

(Voir situation sur carte : Hong Kong)
Tour de la Bank of China中銀大廈

La tour de la Bank of China (chinois : 中銀大廈) est un des plus reconnaissables gratte-ciel de Hong Kong, en Chine. Elle abrite le siège de la Bank of China (Hong Kong). L’édifice se situe au 1 Garden Road, dans le district Central and Western de Hong Kong[1].

Construite sur les plans de l’architecte Ieoh Ming Pei, la tour mesure 305 m de haut avec deux mâts qui atteignent la hauteur de 367,4 m. Ce fut le plus haut édifice de Hong Kong et d’Asie entre 1989 et 1992, et elle constitue la première construction en dehors des États-Unis à dépasser les 305 m. Elle est désormais le quatrième plus grand immeuble de Hong Kong, après l'International Commerce Centre, le Two International Finance Centre et le Central Plaza.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le site de 6 700 m2 sur lequel la tour est construite est l'ancien emplacement de la maison Murray. Après que celle-ci fut démontée puis reconstruite brique par brique à Stanley, le site est vendu par le gouvernement pour 1 milliard de dollars hongkongais en août 1982, alors que les inquiétudes grandissent sur l'avenir de Hong Kong dans la période précédant le transfert de souveraineté.

Une fois terminée, la surface utile doit atteindre 100 000 m2[2]. L'achèvement du projet initial est prévu pour la date de bon augure du 8 août 1988. Toutefois, en raison des retards du projet, la construction commence en mars 1985, avec presque deux ans de retard. La tour est terminée en 1989, et occupée en mai 1990.

L'immeuble est dans un premier temps construit pour la branche de Hong Kong de la Bank of China. Son entrée sur Garden Road continue d'afficher le nom de Bank of China, plutôt que Bank of China Hong Kong. Les quatre derniers et les 19 premiers étages sont utilisés par la banque, alors que les autres étages sont loués. La propriété du bâtiment a depuis été transférée à Bank of China Hong Kong, même si la Bank of China continue de louer quelques étages pour ses propres opérations à Hong Kong.

Soupçons de favoritisme[modifier | modifier le code]

Le gouvernement a apparemment donné un traitement préférentiel aux compagnies chinoises et a été critiqué pour le traitement offert à Bank of China Hong Kong.

Le prix payé constitue la moitié des 6 250 m2 de l'Amiral II, pour lequel MTR Corporation a dû débourser 1,82 milliards de dollars hongkongais comptant. La Bank of China voulait effectuer un versement initial de 60 millions, le reste devant être payable en 13 ans à un taux d'intérêts de 6 %. L'annonce de la vente maladroitement gérée s'en est suivie d'une chute de confiance des entreprises. L'indice Hang Seng est tombé de 80 points et le dollar de Hong Kong a perdu 1,5 % de sa valeur le jour suivant[2].

Conception et feng shui[modifier | modifier le code]

Conçue par l'architecte lauréat du Prix Pritzker, Ieoh Ming Pei, la tour mesure 305 m de haut et possède deux mâts qui culminent à 367 m. Le bâtiment de 72 étages est situé près de la station Central (MTR). Elle fut la plus grande tour de Hong Kong et d'Asie entre 1989 et 1992, et la première construction de plus de 305 m en dehors des États-Unis. Elle est désormais la quatrième plus grande tour de Hong Kong, après l'International Commerce Centre, le Two International Finance Centre et le Central Plaza.

Une petite plateforme d'observation est située au 43e étage du bâtiment et est ouverte au public.

L'expressionnisme structurel adopté pour la conception du bâtiment ressemble à la croissance de pousses de bambou, symbolisant les moyens d'existence et la prospérité. Toute la structure est supportée par cinq colonnes en acier situées aux coins de la tour, avec les cadres triangulaires transférant le poids de la structure sur ces cinq colonnes. Elle est couverte de murs de verre. Si son apparence distinctive en fait l'un des plus identifiables lieux de Hong Kong, elle fut source de controverse, comme la banque est le seul édifice majeur à Hong Kong pour avoir contourné la convention de consultation des maîtres de feng shui au cours de sa conception.

Le bâtiment a été critiqué par des adeptes de feng shui pour ses arêtes vives et sa symbolique négative par les nombreuses formes « X » dans sa conception originale, ce qui a poussé Pei à apporter des modifications pour tenir compte de ces remarques. Le profil du bâtiment de certains angles ressemble à celui d'un couperet. En feng shui, la tour est décrite comme une construction couperet et il n'est pas difficile de constater ceci en faisant face au bâtiment.

Références culturelles[modifier | modifier le code]

La conception futuriste de la Tour de la Bank of China l'a fait rentrer dans la culture populaire. Il s'agit du seul monument de Hong Kong inclus dans les jeux vidéo Simcity 3000 et Simcity 4. La façade modifiée de la tour fait également une apparition dans la série télévisée Star Trek : Voyager en tant que Centre de recherches des communications de Starfleet. Le bâtiment apparaît dans le jeu de course Burnout Paradise. Dans le film Cyclone Catégorie 7 : Tempête mondiale, la tour est détruite par une tornade.

Images[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Bank of China (Hong Kong) Limited - About Us > About BOC Tower > Introduction » (consulté le 15 juin 2010)
  2. a et b (en) Philip Bowring & Mary Lee, Dear friends..., p 114, Far Eastern Economic Review, 13 août 1982

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :