Antoine Vollon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait d'Antoine Vollon (1858), par Pierre Petit, musée d'Orsay, Paris.
Vollon tenant une palette (1897), photographie anonyme, musée d'Orsay, Paris.

Antoine Vollon, né à Lyon le et mort à Paris le , est un peintre réaliste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Avant tout peintre des natures mortes, Antoine Vollon a aussi peint des ports, des paysages marins et des pêcheurs.

Antoine Vollon débute sa carrière à Lyon, où il apprend la gravure sur métaux et fréquente l'École des beaux-arts. Il est l'élève de Théodule Ribot. L’artiste maîtrise ensuite rapidement la peinture à l'huile et s’intéresse à l’eau-forte, mais développe vite une attention particulière pour les natures mortes : des poissons de mer, des courges et des coupes de fruits sont autant de thèmes qu’il décline. Tout ce qui relève plus ou moins d’un défi autant technique qu’artistique capte son attention, de la représentation d’armures - pour les reflets du métal et le rendu des volumes - jusqu’au cochon pendu et vidé - pour les variations de teintes des chairs mises à nu.

En 1859, il se rend à Paris et y rencontre de nombreux artistes, notamment le sculpteur jean-Baptiste Carpeaux et Lucien Guitry qui deviendront des amis proches. Il devient également l'un des amis d’Alexandre Dumas fils, qui l’accueille chez lui sur la côte normande.

Antoine Vollon séjourne ensuite à Trouville puis finit par s’installer en 1863, année de son mariage, dans un corps de ferme à Mers-les-Bains, petit village de pêcheurs situé sur le littoral picard. L’artiste demeurera à Mers-les-Bains jusqu’en 1882, laissant ensuite la maison à son fils Alexis Vollon (1865-1940), également peintre et grand prix de Rome. Il expose au Salon de 1878 le portrait d'un Espagnol avec un chien à ses pieds[1].

Antoine Vollon réside également à Bessancourt, en région parisienne et passe à la postérité en donnant son nom à une rue du 12e arrondissement de Paris, la rue Antoine Vollon, ainsi qu’à une place à Lyon, sa ville natale.

Il a pour élèves le peintre de fleurs Dury-Vasselon et Victor Vincelet.

Parmi les peintres provençaux qui se réclament de lui, il faut citer Jean-Baptiste Olive qui, présenté à Vollon par son ami le peintre Robert Mols, résida à Mers-les-Bains deux mois durant en 1878. La facture de ses natures mortes se ressent de l'influence « vollonienne ». Trois séjours d'hiver à Marseille (1879, 1880 et 1882) attirent dans son atelier du Vieux-Port nombres d'étudiants de l'école des beaux-arts déçus par l'enseignement officiel et qui, dès lors, le proclameront leur « patron » voire leur « père ». C'est le cas d'Étienne Martin qui lui consacre en 1823 un vibrant hommage[2], de Raymond Allègre, Théophile Mayan et de Joseph Garibaldi qui se tient au chevet de son maître pour l'assister tout un mois en août 1900 jusqu'à ses derniers instants.

Il est éllevé au grade d'officier de la Légion d'honneur, et élu membre de l'Académie des beaux-arts en 1897.

Antoine Vollon est enterré au cimetière du Père Lachaise, section 6.

L'œuvre[modifier | modifier le code]

Considéré comme un artiste productif, fougueux et particulièrement doué, Antoine Vollon a une préférence marquée pour les effets de lumière et les grands ciels tourmentés.

Ses œuvres sont aujourd’hui conservées dans des musées du monde entier (Amsterdam, Londres, Washington, New York, Boston…) et en France, à Paris au musée d'Orsay (Autoportrait), à Lyon, Amiens, Rouen ou Dieppe, dont musée conserve deux toiles : Femmes du Pollet à Dieppe et Poissons de mer.

Alexandre Dumas fils était un grand collectionneur de son œuvre, ainsi que de riches Américains, comme Henry Frick ou William Merritt Chase.

Expositions[modifier | modifier le code]

La galerie Wildenstein à New York a organisé une exposition rétrospective en 2004 et a édité un catalogue à cette occasion.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Nature morte au violon et au macaque (1864), Pinacothèque de l'État de São Paulo.
Motte de beurre (entre 1875 et 1885), National Gallery of Art, Washington.
  • Armures, Paris, musée d’Orsay
  • Curiosités, Paris, musée d’Orsay
  • Fruits et objets d’art sur une table. L’aiguière de François Ier, Paris, musée d’Orsay
  • Nature-morte au panier de fleurs, Paris, musée d’Orsay
  • Poissons de mer, Paris, musée d’Orsay
  • Portrait de l’artiste, Paris, musée d’Orsay
  • Vue d’Anvers, ou le port d’Anvers, Paris, musée d’Orsay
  • Portrait d’homme, Paris, musée national Jean-Jacques Henner
  • Avant-port de Dieppe, château de Dieppe
  • Les Femmes du Pollet, château de Dieppe
  • Vapeur au large de Dieppe, château de Dieppe
  • Paysage, Marseille, musée Grobet-Labadié
  • Petit Singe, Marseille, musée Grobet-Labadié
  • Basse-cour, Marseille, musée Grobet-Labadié
  • Chien noir et blanc, Marseille, musée Grobet-Labadié
  • Temps d’orage, Marseille, musée Grobet-Labadié
  • Les Œufs, musée des beaux-arts de Lyon
  • Objets anciens, musée des beaux-arts de Lyon
  • Scène de carnaval, musée des beaux-arts de Lyon
  • Une vallée, musée des beaux-arts de Lyon
  • Maison au bord de l’eau, musée des beaux-arts de Caen
  • Nature morte, Valenciennes, musée des beaux-arts
  • Nature morte aux poissons, musée de Grenoble
  • Paysage, Beauvais, musée départemental de l’Oise
  • La Seine à Bercy, Bourg-en-Bresse, musée de Brou
  • Le Singe du peintre, musée des beaux-arts de Rouen
  • Vase de fleurs, palais des beaux-arts de Lille

Galerie[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Étienne Martin, Antoine Vollon Peintre, Académie des Lettres, Sciences et Beaux-Arts de Marseille, 1923.
  • Franck Baille et Magali Raynaud, Jean-Baptiste Olive, Prisme de Lumière, Fondation Regards de Provence, 2008 p.18-25.
  • Pierre Murat, Joseph Garibaldi, le Midi paisible, Fondation Regards de Provence, 2012,p. 16-18

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Reproduit par la presse de l'époque.[réf. insuffisante]
  2. Son père, Paul Martin, avait organisé à Marseille en 1882 une exposition au succès retentissant de 18 œuvres de Vollon

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :