Minneapolis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fairytale bookmark silver light.png Vous lisez un « bon article ».
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Minneapolis (homonymie).
Minneapolis
Héraldique
Héraldique
Drapeau
Drapeau
Image illustrative de l'article Minneapolis
Administration
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
État Drapeau du Minnesota Minnesota
Comté Hennepin
Type de localité City
Maire
Mandat
Betsy Hodges
2014—
Code ZIP 55401 – 55487
Code FIPS 27-43000
GNIS 0655030
Indicatif(s) téléphonique(s) local (locaux) 612
Démographie
Population 392 880 hab. (2012)
Densité 2 597 hab./km2
Population aire urbaine 3 422 264 hab. (2010)
Géographie
Coordonnées 44° 58′ 49″ N 93° 15′ 51″ O / 44.980277777778, -93.26416666666744° 58′ 49″ Nord 93° 15′ 51″ Ouest / 44.980277777778, -93.264166666667  
Altitude 264 m
Superficie 15 130 ha = 151,3 km2
· dont terre 142,2 km2 (93,99 %)
· dont eau 9,1 km2 (6,01 %)
Fuseau horaire CST (UTC-6)
Divers
Fondation Années 1850
Municipalité depuis 1867
Devise En Avant[1]
Surnom City of Lakes, Mill City et Twin Cities en conjonction avec la ville voisine de Saint Paul
Localisation
Carte du comté de Hennepin
Carte du comté de Hennepin

Géolocalisation sur la carte : Minnesota

Voir sur la carte administrative du Minnesota
City locator 14.svg
Minneapolis

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

Voir la carte administrative des États-Unis
City locator 14.svg
Minneapolis

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

Voir la carte topographique des États-Unis
City locator 14.svg
Minneapolis
Liens
Site web http://www.ci.minneapolis.mn.us

La ville de Minneapolis (en anglais [ˌmɪniˈæpəlɪs]) est le siège du comté de Hennepin dans l'État du Minnesota, aux États-Unis.

Située dans le nord-est de l’État et au bord du Mississippi, à environ 650 km au nord-ouest de Chicago, elle est voisine de sa capitale, Saint Paul, une autre ville importante avec laquelle elle forme la principale agglomération de l’État du Minnesota.

En 2012, Minneapolis comptait 392 880 habitants pour la ville seule et 3 422 264 habitants en 2012 pour l'agglomération de Minneapolis - Saint Paul (qui comprend d'autres communes plus petites), ce qui classait l'aire urbaine comme la 16e plus grande agglomération des États-Unis et la 105e plus vaste à l'échelle mondiale[2]. Ces deux cités au bord du Mississippi sont connues sous le nom de « villes jumelles » (Twin Cities).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Comme toute ville américaine, Minneapolis possède son propre drapeau et ses armoiries.

Pour des précisions sur leur contenu et leur signification, voir les articles : Drapeau de Minneapolis et Sceau de Minneapolis.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de Minneapolis aux États-Unis.

Minneapolis se situe dans le nord ouest du Mid-Ouest, région du centre nord des États-Unis. Le pays étranger le plus proche est le Canada dont elle est distante d'environ 400 km. Plus précisément, la ville est localisée au centre-est de l'État du Minnesota, dans le comté de Hennepin non loin de la frontière avec le Wisconsin.

Minneapolis s'est construite au confluent de la rivière Minnesota et du Mississippi sur un terrain relativement plat. Pas moins de 16 lacs sont situés à l'intérieur des limites de la ville, la plupart d'entre eux étant néanmoins réduits et peu profonds, mais couverts par la glace en hiver. Selon le Bureau du recensement des États-Unis, la ville de Minneapolis possède une superficie totale de 151,3 km2 (58,4 mi2). 142,2 km2 (54,9 mi2) de sa superficie sont situés en surface tandis que 9,1 km2 (3,5 mi2) (6,01 %) sont constitués d'eau[3]. Son altitude varie entre 209 et 323 mètres au-dessus du niveau de la mer.

Le centre-ville est situé juste au sud de la latitude du 45e degré nord. Du côté sud de la Golden Valley Road à l'est de la Wirth Parkway, une borne est d'ailleurs disposée indiquant le passage du 45e parallèle nord[4].

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat du Minnesota.

Le climat de Minneapolis est un climat continental typique de celui que l'on rencontre dans les régions du Middle West des États-Unis. À cause de sa position septentrionale, les hivers y sont particulièrement froids avec un courant Arctique se dirigeant vers le sud en provenance du Canada. Comme tout climat continental, le temps peut être quelquefois relativement imprévisible avec l'arrivée avancée du beau temps dès avril-mai alors habituellement spécifique aux mois de juin à août.

Parmi toutes les grandes métropoles des États-Unis, Minneapolis-Saint Paul est la plus froide avec seulement 7,4 °C (45,46 °F) de moyenne de températures[5]. Les quatre saisons sont très marquées avec des changements de température importants et relativement brefs notamment à cause de courants climatiques propres à chacune d'elles pouvant parcourir la ville. Si les hivers sont généralement froids et secs, les étés sont chaud, quelquefois très chauds et fréquemment humides. La ville subit un large panel de manifestations climatiques allant de la neige, du verglas et du givre à la pluie, aux orages et au brouillard.

La plus haute température jamais enregistrée à Minneapolis fut de 42 °C (108 °F) le 14 juillet 1936, alors que la plus froide fut constatée le 21 janvier 1888 avec -40,55 °C (-41 °F). L'hiver le plus neigeux fut celui de 1983-84 lorsqu'au total 2,50 m de neige tombèrent sur la ville[6].

Hiver[modifier | modifier le code]

Les rues de Minneapolis en hiver.

L'hiver à Minneapolis est caractérisé par le froid (les températures sont généralement négatives) et des chutes de neige. Alors que la haute pression atmosphérique venue des plaines du Canada apporte un vent léger, un ciel dégagé et un froid sec, le courant provenant de la province canadienne de l'Alberta alterne avec ces hautes pressions et apporte des températures légèrement plus douces mais accompagnées de fréquentes précipitations de neige. Occasionnellement, des tempêtes venues de l'océan Pacifique peuvent entraîner l'arrivée de blizzard, submergeant alors la ville de neige.

Printemps[modifier | modifier le code]

Au printemps, il n'est pas rare que le froid persiste avec des chutes de neige jusqu'à fin avril ou début mai. Cependant, c'est surtout la saison des orages, conséquence de l'arrivée de courants venus du Pacifique mêlés à un air chaud et humide originaire du golfe du Mexique. En raison de sa position vis-à-vis des différents courants climatiques, Minneapolis est tout particulièrement exposée à ces orages qui se transforment quelquefois en de dangereux derechos, mais présente aussi un fort risque de tornades, notamment en juin.

Été[modifier | modifier le code]

Bords du lac Harriet de Minneapolis en automne.

L'été voit l'arrivée d'une atmosphère plus chaude, humide, mais ponctuée par des températures plus stables que dans les autres saisons, bien que des courants froids puissent brièvement réapparaître d'où les orages et tornades qui sont toujours possibles en juillet et août.

Automne[modifier | modifier le code]

L'automne est une saison totalement opposée au climat que l'on retrouve au printemps à Minneapolis. Les températures deviennent plus variables et arrivent différents courants climatiques et tempêtes chaque fois plus froides, à l'image de la pluie qui fait place à la neige généralement vers octobre.

Minneapolis
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −13,6 −10,7 −4,3 2,9 9,4 14,9 17,8 16,6 11,3 4,3 −3,2 −10,9 2,9
Température moyenne (°C) −9,1 −6,2 0,4 8,6 15,1 20,5 23,2 21,8 16,7 9,3 0,9 −6,8 7,9
Température maximale moyenne (°C) −4,6 −1,7 5,2 14,3 20,8 26 28,6 26,9 22,1 14,4 5,1 −2,7 12,9
Record de froid (°C) −41 −36 −36 −17 −8 1 6 4 −3 −12 −32 −39 −41
Record de chaleur (°C) 14 18 28 35 41 40 42 39 40 32 25 20 42
Ensoleillement (h) 157 178 218 242 295 322 351 307 233 181 113 114 2 711
Précipitations (mm) 23 20 48 68 85 108 102 110 78 62 45 29 778
Source : The weather channel


Histoire[modifier | modifier le code]

L'avant Minneapolis[modifier | modifier le code]

Statue du père Hennepin, premier Européen à explorer la région de Minneapolis.

Avant la seconde moitié du XIXe siècle, l'histoire de Minneapolis est intimement liée à celle des Sioux, tribu d'Amérindiens qui occupaient à l'origine son territoire bien avant l'arrivée des premiers Européens dans les années 1680, dont le père Louis Hennepin qui, mandaté par la France, fut le premier à explorer la région[7].

Depuis cette époque, la région de Minneapolis appartint successivement à plusieurs pays européens avant d'intégrer plus tard le territoire américain. La mainmise de la France sur ce territoire commença dès 1680 après l'expédition de Louis Hennepin. À la suite du traité de Paris découlant de la guerre de Sept Ans en 1763, la zone du Minnesota actuel à l'ouest du Mississippi et au sud de la baie d'Hudson fut cédée à l'Espagne. Faisant partie de la Nouvelle-France, le territoire ouest de Minneapolis revint brièvement sous contrôle français en 1803 avant d'être intégré définitivement dans les États-Unis à la suite de la vente de la Louisiane. La partie de la ville située à l'est du Mississippi fut transférée à l'Angleterre également à l'issue du traité de Paris de 1763. Cette portion de terre, qui abrite une partie du Minnesota, mais aussi de Minneapolis, fut remise aux États-Unis après l'indépendance du pays.

Dans l'objectif d'asseoir son autorité dans l'ouest des États-Unis de l'époque, l'armée américaine bâtit le Fort Snelling[8] sur un territoire acheté aux Sioux en 1805. Ce terrain qu'occupait le fort dès sa construction en 1819 correspond aujourd'hui à la totalité de Minneapolis et à la moitié de Saint Paul.

Le fort permettait la surveillance du confluent du Mississippi et du Minnesota. Le périmètre de sécurité sous son contrôle était interdit à toute implantation civile. Ce n'est qu'en 1850 que le tout premier non-militaire fut autorisé à s'y installer, il s'agissait de John H. Stevens qui avait obtenu ce droit en échange de son offre d'un service de bac à travers les fleuves pour relier le fort à la commune proche de Saint Anthony. Symboliquement, il peut être considéré comme le premier résident du territoire occupé aujourd'hui par Minneapolis.

Le Fort Snelling, en service de 1825 à 1946.

Peu après, en 1852, le président Millard Fillmore approuva un acte du Congrès accordant une réduction de la surface sous protection de Fort Snelling, ouvrant alors la partie à l'ouest du fleuve aux implantations civiles. La même année, fut créé le comté de Hennepin nommé en l'honneur du père Louis Hennepin qui l'a découvert.

Naissance de la ville[modifier | modifier le code]

Bien qu'il n'y ait alors encore aucune commune à l'ouest des chutes de Saint Anthony, la première commission du comté de Hennepin choisit cet emplacement comme siège du comté de Hennepin. Plusieurs noms furent proposés pour le nouveau lieu, le premier sélectionné fut « Albion ». Cependant face à certaines réticences, d'autres noms furent par la suite mis en compétition. C'est finalement « Minneapolis » qui sera retenu après qu'un professeur d'école aura proposé « Minnehapolis » au St. Anthony Express, journal local qui publia l'idée le 5 novembre 1852 qui fut adoptée une semaine plus tard.

Minneapolis fut considérée comme une ville dès 1856 par la législation territoriale du Minnesota (Minnesota Territorial Legislature). En 1867, Dorilus Morrison fut élu en tant que premier maire de la ville. Longtemps mise en suspens, la fusion de St Anthony avec Minneapolis ne fut effectuée qu'en 1872 après que l'agglomération se fut rapidement développée à la suite de la guerre de Sécession.

Le fleuve coulant en direction du sud-est, la construction originale de la ville s'est faite parallèlement au cours d'eau afin de maximiser la quantité de terre qui pouvait être employée. La croissance ultérieure de Minneapolis se fit avec la réalisation de rues principalement dans les sens nord-sud/est-ouest, entraînant ainsi la naissance de nombre d'intersections (la plus célèbre est probablement celle des « sept coins » (seven corners en anglais), sur la périphérie est du centre-ville).

Le Metropolitan Building, détruit en 1961 dans le cadre du renouvellement urbain.

Après s’être développée en premier autour de l’industrie du bois, l’économie de la ville s’orienta vers la transformation céréalière grâce à l'activité de la région des Grandes Plaines environnante. Avec la naissance des premières multinationales du secteur en son sein comme General Mills ou Pillsbury, Minneapolis fut souvent surnommée la « capitale des minoteries » notamment car jusqu'en 1932, elle fit partie de la région du monde avec la plus forte production de grains.

« Murderapolis »[modifier | modifier le code]

Les années 1920 et 1930 constituèrent une période relativement noire pour la réputation de Minneapolis avec le développement du crime organisé et de la corruption illustré par le parrain le plus célèbre alors, Kid Cann. En 1931, le chômage et la misère provoqués par la Grande Dépression entraînent des émeutes de la faim dans la ville[9].

Pour remédier à ces problèmes, un vaste plan de renouvellement urbain fut lancé avec la destruction d'environ 200 bâtiments (soit près de 40 % de la ville) aussi bien insalubres que parfois à l'architecture recherchée. L'un des plus regrettés d'entre eux fut le Metropolitan Building, plus connu sous le nom de « the Met » qui avait obtenu de nombreux soutiens (finalement sans succès) quant à sa conservation. Cet évènement a tout de même contribué à une relative prise de conscience des habitants et des dirigeants concernant la préservation du patrimoine de leur ville.

Bien qu'elle ne fût jamais officielle et institutionnalisée, la ségrégation raciale était fréquente entre Noirs et Blancs. Aujourd'hui, certains problèmes persistent encore, bien qu'un programme de déségrégation dans l'éducation ait été engagé dès 1972. Tandis que la diversité ethnique grandit dans la région, certaines communautés comme les Amérindiens ou les Afro-américains se plaignent d'être souvent les cibles de la police.

La seconde période trouble pour la ville dura pendant les années 1990 lorsque le taux de criminalité avec l'influence montante des gangs augmenta considérablement, notamment dans les quartiers pauvres. Parmi eux, le quartier de Phillips fut particulièrement touché par ce fléau. Après avoir atteint un nombre record de 97 homicides en 1995, Minneapolis gagna le surnom de « Murderapolis » (murder signifiant meurtre en anglais). À l'origine, ce pseudonyme était celui d'un magasin d'armes local. Il fut popularisé par le New York Times qui l'utilisa lorsque la ville dépassa le taux de criminalité par habitant de celui de New York. Bien que l'insécurité ait baissé dans les années qui suivirent, le terme est encore quelquefois utilisé lors des périodes de regain de violence.

Minneapolis aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Quartier d'affaires de Minneapolis

De nos jours, l’industrie pharmaceutique et les établissements financiers ont partiellement remplacé les activités agricoles et industrielles. On y trouve également la plus grande galerie marchande des États-Unis (the Mall of America) qui permet à la ville d'accroître son rayonnement économique et commercial. De nombreuses mesures environnementales ont été prises, comme en 2005, lorsque l'interdiction de fumer dans les lieux publics fut adoptée.

Minneapolis s'est également beaucoup tourné vers la culture en devenant un important pôle pour les arts. Le Walker Art Center (ouvert en 1927) fut un des initiateurs du mouvement pop art alors que le Guthrie Theater (créé en 1963) accueillit de nombreux artistes récompensés par les Emmy Awards ou les oscars du cinéma. Le nouveau Guthrie Theater, doté d'une architecture avant-gardiste, a ouvert ses portes en 2006 au milieu des anciens moulins reconvertis. Dans les années 1980, une nouvelle vague de musiciens représentée par des artistes comme Prince, les Hüsker Dü, The Replacements ou encore Soul Asylum contribuèrent également à bâtir la réputation artistique de la ville, et donnèrent naissance à un courant musical propre à elle, le Minneapolis sound.

Vie politique[modifier | modifier le code]

L'hôtel de ville (Minneapolis City Hall)[10], construit dès 1888.

Minneapolis est une ville connue pour ses tendances politiques « libérales » et comme étant une place forte pour le parti démocrate. John Kerry avait d'ailleurs remporté la ville par une large majorité aux élections présidentielles en 2004.

Le pouvoir politique de la ville est divisé entre plusieurs entités qui se partagent les différents domaines d'action. La plus importante est le conseil municipal (Minneapolis City Council) qui détient le plus fort pouvoir de décision. Le maire peut prendre certaines décisions individuelles, comme lorsqu'il nomme le chef de la police par exemple, mais il doit se coordonner avec son conseil municipal dans la plupart des autres cas, traduisant son faible pouvoir de décision personnel.

Les autres groupes de pouvoir sont semi-indépendants mais limités à des domaines bien précis. Ainsi, le Minneapolis Park and Recreation Board régit tout ce qui concerne les parcs et espaces verts, le Minneapolis Public Library's Board of Trustees des bibliothèques et le Neighborhood Revitalization Program de la réhabilitation urbaine.

Maire[modifier | modifier le code]

De nombreuses personnalités politiques ont été par le passé maires de la ville :

Depuis le 2 janvier 2014, la fonction de maire est occupée par Betsy Hodges, membre du Democratic-Farmer-Labor, élue le 5 novembre 2013.

Conseil municipal[modifier | modifier le code]

Le Minneapolis City Council (conseil municipal de Minneapolis) est composé de 13 membres representants les 13 wards de la ville. Actuellement, il est dominé par le Democratic-Farmer-Labor qui détient 12 sièges ainsi que sa présidence alors que le parti vert détient la dernière place.

Architecture et paysage urbain[modifier | modifier le code]

Sommet de la Capella Tower vu du sol.

Minneapolis présente les caractéristiques urbanistiques typiques des villes nord-américaines avec en son centre un quartier d'affaires (Central business district) doté de gratte-ciels et entouré par une large agglomération. La ville tient cependant sa principale particularité en son statut de « ville jumelle » à Saint Paul, l'aire urbaine constituée par Minneapolis se confondant avec celle de sa voisine.

Les trois plus hauts buildings de Minneapolis sont[11]:

  1. L'IDS Center[12] (1973) : 241 m
  2. La Capella Tower (anciennement 225 South Sixth)[13] (1992) : 237 m
  3. Le Wells Fargo Center[14] (1988) : 236 m

La plupart des gratte-ciel du CBD sont reliés entre eux au premier étage par des passages vitrés qui abritent les piétons des rigueurs de l'hiver[15].

Subdivisions de la ville[modifier | modifier le code]

La ville est divisée en onze communities assimilables à des districts, eux-mêmes constitués de plusieurs quartiers (neighborhoods).

Les 11 communities (districts):

  • Camden
  • Northeast
  • University
  • Longfellow
  • Nokomis
  • Southwest
  • Calhoun Isles
  • Near North
  • Central
  • Phillips
  • Powderhorn

Les 76 neighborhoods (quartiers):

  • Armatage
  • Audubon Park
  • Bancroft
  • Beltrami
  • Bottineau
  • Bryant
  • Bryn Mawr
  • Calhoun
  • Webber-Camden
  • Cedar-Riverside
  • Cedar-Isles-Dean
  • Central
  • Cleveland
  • Columbia Park
  • Corcoran
  • Diamond
  • Downtown East
  • Downtown West
  • East Harriet
  • East Isles
  • East Calhoun
  • East Phillips
  • Elliot Park
  • Field
  • Folwell
  • Fuller Tangletown
  • Fulton
  • Hale
  • Harrison
  • Hawthorne
  • Holland
  • Jordan
  • Kenny
  • Kenwood
  • Kingfield
  • Lind-Bohanon
  • Linden Hills
  • Logan Park
  • Longfellow
  • Loring Park
  • Lowry Hill
  • Lowry Hill East
  • Lyndale
  • Lynnhurst
  • Marcy-Holmes
  • Marshall Terrace
  • McKinley
  • Midtown Phillips
  • Northrop
  • Page
  • Nicollet Island/East Bank
  • Nokomis East
  • North Loop
  • Northeast Park
  • Near North
  • Powderhorn Park
  • Prospect Park
  • Regina
  • Seward
  • Sheridan
  • Shingle Creek
  • Southeast Como
  • St. Anthony West
  • St. Anthony East
  • Standish Ericsson
  • Stevens Square
  • Sumner-Glenwood
  • Ventura Village
  • Victory
  • Waite Park
  • West Calhoun
  • Phillips West
  • Whittier
  • Willard-Hay
  • Windom
  • Windom Park

Démographie[modifier | modifier le code]

Composition de la population
en % (2005)[16],[17]
Groupe : Minneapolis Flag of Minnesota.svg Minnesota Drapeau des États-Unis États-Unis
Blancs 65,2 88 74,7
Noirs 16,6 4,1 12,1
Asiatiques 5,8 3,6 4,3
Métis 3,0 1,5 2,0
Amérindiens 1,3 1,1 0,8
Autres 8,1 1,7 6,1
Total 100 100 100

Le Minnesota a historiquement toujours été une terre d'accueil pour les populations scandinaves et germaniques. Les premiers ont toujours cherché à s'établir de préférence dans les forêts du nord de l'État tandis que les seconds s'installèrent plus souvent dans les plaines du sud. Minneapolis étant située entre les deux régions possède en conséquence une large partie de sa population descendant de ces ethnies.

Durant la grande vague d'immigration d'Europe de l'Est des années 1870 au début du XXe siècle, de nombreux groupes venant de Pologne, des pays baltes ou de Russie s'établirent dans le quartier du Northeast. Jusqu'à récemment, le Nordeast district fut fortement associé à ces populations. Minneapolis a également une communauté amérindienne très développée, parmi les plus vastes des États-Unis. Après la guerre du Viêt Nam, la ville devint une destination pour les populations hmong et tous les réfugiés vietnamiens. Plus récemment, un nouveau flux de réfugiés somaliens a modifié la démographie de Minneapolis[18],[19]. Des communautés plus mineures de Laotiens, Cambodgiens, Éthiopiens ou de Mexicains peuvent également être rencontrées au sein de la ville où l'on trouve par ailleurs la plus grande population de réfugiés Tibétains des États-Unis.

Le nombre de résidents à Minneapolis (hors agglomération) décrut significativement après son pic de 521 718 habitants en 1950, même si l'on constate une remontée de la population depuis les années 1990. Ce renversement récent de situation est dû à une augmentation de la population non-blanche des résidents, le nombre de blancs ayant continué à décroître pour aujourd'hui atteindre son plus bas niveau depuis le début du XXe siècle. De manière générale, l'aire urbaine de Minneapolis-Saint Paul a connu une forte croissance de sa population, qui a doublé depuis les années 1950 pour aujourd'hui s'établir à environ trois millions de personnes.

Le centre-ville fut longtemps en déclin jusqu'à ce que des politiques de repeuplement soient instaurées. La population au sein de ce dernier a augmenté ces dernières années grâce à la construction de nouveaux immeubles HLM et à la conversion d'anciennes industries en lofts. Selon le recensement des États-Unis de 2000, le centre-ville comptait environ 20 201 habitants alors que cinq ans plus tard ; une autre étude ramenait ce chiffre à 29 350. Le nombre de résidents du centre-ville de Minneapolis a rattrapé le niveau qu'il avait avant les années 1960 et 70. En comptabilisant le nombre de logements en construction ou en projet, cette statistique pourrait atteindre la barre symbolique des 40 000 citoyens en 2010. Dans la journée en semaine, on estime que la population occupant le centre-ville atteint 165 000 personnes grâce en partie aux flux de travailleurs provenant de la banlieue.

Toujours d'après le recensement de 2000, il y avait à Minneapolis, 382 618 habitants[20], 162 352 ménages et 73 870 familles résidant à l'intérieur des limites de la ville (donc hors agglomération). La densité de population était de 2 691,4 habitants/km² et il y avait 168 606 logements pour une densité moyenne de 1 186 logements/km².

En 2000, il y avait à Minneapolis 162 352 ménages dont 22,6 % avec enfant(s) dont l'âge est inférieur à 18 ans. 29 % concernent des couples mariés vivant ensemble, 12,3 % une femme sans mari présent et 54,5 % sans famille appartenante. 40,3 % de ces ménages vivaient individuellement et 8 % étaient constitués d'au moins une personne de plus de 65 ans. La taille moyenne d'un ménage est de 2,25 individus alors que celle d'une famille est d'environ 3,15 personnes.

La population de Minneapolis se répartit de la manière suivante en fonction des âges :

  • - de 18 ans (22 %)
  • 18-24 ans (14,4 %)
  • 25-44 ans (36,6 %)
  • 45-64 (17,9 %)
  • + de 65 ans (9,1 %)

L'âge médian est de 33,6 ans et l'on compte approximativement 100,1 hommes pour 100 femmes.

Le revenu médian fut de 43 369 $ pour un ménage et de 55 361 $ pour une famille en 2006. Le revenu par tête pour la ville était de 27 487 $ (contre 25 267 $ pour la moyenne nationale des États-Unis). Environ 17,8 % des familles et 22,7 % de la population totale vivaient sous le seuil de pauvreté.

Comparativement à la moyenne nationale des États-Unis, Minneapolis possède une part plus restreinte de sa population dans les catégories de personnes blanches, hispaniques, sans-emploi et âgées de plus de 18 ans[21].

Graphique de la population de Minneapolis

Économie[modifier | modifier le code]

Anciens moulins reconvertis en musée et lofts.

Si l'économie et l'essor de Minneapolis se firent en premier lieu autour du secteur primaire, aujourd'hui la ville s'est diversifiée dans des domaines aussi variés que les produits médicaux, électroniques, agroalimentaires ou encore les arts graphiques. 16 des 500 plus grandes entreprises américaines (et 30 parmi les plus riches du monde) ont implanté leur siège social dans l'agglomération, ce qui en fait le pôle économique le plus développé entre la côte ouest des États-Unis et Chicago.

Minneapolis possède l'un des plus grands regroupements high-tech du pays grâce aux formations proposées par l'Université du Minnesota et plusieurs écoles technologiques d'où proviennent de nombreux chercheurs qui sont ensuite employés par les entreprises de haute technologie qui sont au nombre de 1 300 dans l'agglomération.

Parmi les banques et autres organismes financiers faisant de Minneapolis-Saint Paul, le pôle financier du haut-Midwest, sept des plus riches sont implantées à Minneapolis. Les banques locales, les organismes d'épargne et de prêt et les compagnies d'assurance détiennent également une importance majeure dans le tissu économique de la ville.

De nombreuses entreprises ont leur siège à Minneapolis ou dans son agglomération, parmi lesquelles :

  • General Mills, un conglomérat de l'alimentation grand public.
  • Cargill, leader mondial du commerce de céréales.
  • Honeywell, fondée en 1885 à Minneapolis[15].
  • Target Corporation, une des principales chaînes de grandes surfaces aux États-Unis.
  • 3M (Minnesota Mining and Manufacturing), autrefois spécialisée dans l'exploitation du minerai de fer est aujourd'hui un géant de la chimie (fabrication du papier Scotch et des bandes magnétiques[15]).
  • Carlson, groupe de tourisme.
  • Ameriprise Financial, firme de conseils financiers possède son siège social dans le CBD de Minneapolis[15].

On peut aussi relever le Mall of America[22], plus grand centre commercial des États-Unis et le plus fréquenté du monde qui bien que situé en dehors de la ville tient une part prépondérante dans le rayonnement commercial de Minneapolis. Chaque année, il attire près de 40 millions de visiteurs dans ses 520 commerces et emploie environ 12 000 personnes.

Minneapolis possède son propre centre de convention, le Minneapolis Convention Center[23] ouvert en 1990 et rénové en 2002. Il est relié à près de 3 000 chambres d'hôtels externes au bâtiment accessibles sans sortir dehors, via le réseau skyways de la ville[24].

En février 2005, le taux de chômage s'élevait à 4,2 % de la population active[25] (5,2 % en moyenne nationale).

Vie sociale[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

Enseignement primaire et secondaire[modifier | modifier le code]

La première école sur le territoire de Minneapolis fut créée en 1835 avant même l'existence de la ville, elle accueillait les enfants des militaires du Fort Snelling[26]. L'administration qui régit aujourd'hui les différents établissements scolaires publics de Minneapolis est le Minneapolis Public Schools qui administre près de 99 écoles au sein de la ville et 43 329 élèves. On compte près de 19 élèves par professeur et un budget par élève de 10 226 $ en 2003. De nombreuses subventions sont versées aux écoles par des fondations afin qu'elles intègrent l'art ou des suppléments en sciences dans les cursus qu'elles proposent aux élèves. Voici comment se répartissent les différents établissements scolaires publics[27] :

Le comté de Hennepin est également doté de 45 écoles privées.

Enseignement supérieur[modifier | modifier le code]

Le Folwell Hall sur le campus de l'université du Minnesota.

L'enseignement supérieur de Minneapolis est dominé par l'Université du Minnesota[28] qui se situe en son sein et ouvrit dès 1857 avec 26 élèves[29]. Commune à Saint Paul, elle accueille aujourd'hui près de 45 000 élèves et fait partie des 20 plus grandes universités des États-Unis[30]. Cinq degrés d'enseignement sont dispensés dans près de 250 domaines comme l'architecture, la médecine, le journalisme ou encore l'économie. Parmi ses anciens élèves, l'université du Minnesota compte au total 12 prix Nobel (physique, médecine, chimie, économie et paix)[30].

D'autres établissements extérieurs à l'université existent comme le Minneapolis College of Art and Design qui propose un cursus de quatre ans en art et certaines écoles technologiques. On compte également une seconde université, elle aussi publique mais moins importante, la Metropolitan State University.

Bibliothèques[modifier | modifier le code]

La nouvelle bibliothèque centrale ouverte en 2006.

La Minneapolis Public Library gère la librairie centrale de Minneapolis ainsi que ses 14 antennes. En 2000, un référendum permit d'allouer 140 millions de dollars à l'organisme afin de construire une nouvelle bibliothèque centrale et d'améliorer les autres. Actuellement, on dénombre au total près de six millions d'ouvrages dans les différentes bibliothèques de Minneapolis[30].

Santé[modifier | modifier le code]

En 2005, le comté de Hennepin possédait 26 hôpitaux et 16 cliniques. Les principaux d'entre eux sont le University of Minnesota Children's Hospital, le Shriner's Hospital, le Veteran's Administration Medical Center, le Hennepin County Medical Center et le Sister Kenny Rehabilitation Institute.

Minneapolis voit une partie importante de son économie stimulée par les industries pharmaceutiques et la recherche médicale. C'est d'ailleurs dans le centre médical de l'Université du Minnesota que fut effectuée en 1954 la première chirurgie cardiaque à cœur ouvert[31].

Sécurité[modifier | modifier le code]

Le Minneapolis Police Department comptait en 2003 1 139 employés dont 861 officiers de police assermentés[32].

Selon les données dévoilées par le FBI, Minneapolis a vu son taux de criminalité augmenter de 15 % en 2005 alors que la hausse au niveau national est évaluée à 2,5 %. Bien que l'époque de « Murderapolis » soit révolue, ces statistiques en font la 23e ville la plus dangereuse des États-Unis. En 2002, la police a dénombré 69 563 crimes ou délits[33].

Environnement[modifier | modifier le code]

Le Cedar Avenue Bridge enjambant le Mississippi.

Le maire actuel[Quand ?] de la ville, R.T. Rybak a orienté une partie de sa politique sur les questions environnementales depuis son élection en 2001.

Minneapolis est devenue l'une des premières villes des États-Unis à réduire ses émissions de gaz à effet de serre en dessous des seuils prescrits par le protocole de Kyoto. Bien que la pollution automobile soit en augmentation, les émissions polluantes d'autres sources ont été réduites de 15 % ces dix dernières années. Les nouvelles constructions et infrastructures de la ville (comme les lampadaires) ont été rendues plus efficientes et le recyclage des déchets a été approfondi. La caserne de pompiers du centre-ville possède un toit solaire financé par l'Environmental Protection Agency (EPA) tout comme un poste de police, désormais alimenté par des panneaux solaires. Petit à petit, les feux de signalisation sont dotés de lumières LED et la ville a accru son utilisation de papier recyclé de 95 % en quatre ans, représentant aujourd'hui environ 30 % de l'ensemble du papier utilisé. En dehors de l'agglomération, trois centrales électriques qui fonctionnaient autrefois au charbon ont été converties en centrale à gaz naturel[34]. Aujourd'hui, Minneapolis compte huit bâtiments dotés de l'energy Star, label fourni par l'EPA aux édifices respectant certaines normes environnementales. Par ailleurs, l'utilisation du vélo comme mode de transport a été largement incitée par la construction d'un réseau dense de pistes cyclables et pour l'avenir, la mairie teste un nouveau système de bus fonctionnant à l'énergie hybride.

Culture[modifier | modifier le code]

Arts[modifier | modifier le code]

Le State Theatre en centre-ville.
  • Théâtres

Après New York et Chicago, Minneapolis est la ville américaine ayant le taux de fréquentation de ses théâtres et de ses évènements artistiques le plus haut par habitant. L'agglomération est rapportée comme étant le troisième marché théâtral des États-Unis[35]. Le Guthrie Theater est le théâtre le plus célèbre de la ville.

Minneapolis possède par ailleurs deux théâtres ayant gagné un jour le Tony Award (récompense annuelle pour le théâtre aux États-Unis) : le Children's Theatre Company et le Theater de la Jeune Lune. Dans son plan de réhabilitation du centre-ville et de certains quartiers d'entrepôts en déclin à partir de la deuxième moitié du XXe siècle, la municipalité racheta et rénova plusieurs théâtres sur l'avenue Hennepin pour créer le Hennepin Theatre District, quartier où l'on retrouve aujourd'hui, à la manière de Broadway à New York, de nombreuses salles de théâtre.

  • Musées

Le plus grand musée de la ville est le Minneapolis Institute of Arts (Institut des arts). L'art moderne est exposé au Walker Art Center qui possède notamment un jardin extérieur de sculptures avec entre autres la célèbre « Spoonbridge and Cherry » qui est devenue l'un des symboles de la ville.

  • Autres

Le North Loop (ancien quartier industriel surnommé « Warehouse District ») qui fut rapidement intégré au centre-ville était le repère de nombreux studios et galeries d'artistes dans les années 1980. Cependant, la hausse des loyers obligea la plupart d'entre eux à déménager.

Un nombre important de festivals sont organisés annuellement dans la ville. La plupart d'entre eux sont d'échelle mineure, mais les autres peuvent attirer des visiteurs d’États voisins.

Minneapolis possède plusieurs feux d'artifices, l’Aquatennial est réputé comme étant le quatrième plus grand spectacle pyrotechnique des États-Unis, bien qu'il ne se tienne pas le 4 juillet (fête nationale) mais plusieurs jours plus tard.

L'enseignement des arts est également très développé à Minneapolis, à l'image du Perpich Center for Arts Education, du Minneapolis College of Art and Design, ou encore du Art Institutes International.

  • Musique

Musicalement, la naissance du « Minneapolis Sound » au sein de la ville joua un rôle majeur dans le développement de la musique pop. Prince est le plus célèbre des chanteurs issus de Minneapolis, certaines de ses chansons faisant même quelquefois référence à la ville. Les producteurs Jimmy Jam et Terry Lewis ont également contribué à l'essor du « Minneapolis Sound » aux côtés de Prince.

Par ailleurs, le Rock alternatif joua également un grand rôle avec la naissance de groupes tels que les Hüsker Dü ou The Replacements dans les années 1980 et des Semisonic dans les années 1990. Aujourd'hui, de nouveaux styles musicaux émergent plutôt dans la ville comme le hip-hop. L'Orchestre symphonique du Minnesota est l'un des plus reconnu des États-Unis.

La scène hip hop de Minneapolis a émergée durant les années 1990. Le groupe Atmosphere ayant été le premier à faire reconnaître la scène locale à l'échelle du pays et mondialement. Ils ont ensuite fondé le label Rhymesayers qui a depuis fait connaître de nombreux artistes de la ville.

Médias[modifier | modifier le code]

Imprimés[modifier | modifier le code]

Le principal journal généraliste de Minneapolis est le Star Tribune en complément de nombreux autres périodiques traitant de sujets spécifiques. Il existe aussi le Mpls. St.Paul, un magazine ayant pour sujet les évènements et la vie dans l'agglomération de Minneapolis-Saint Paul alors que l'université du Minnesota publie son propre quotidien sur son campus, le Minnesota Daily. D'autres publications (à distribution nationale quant à elles) sont basées à Minneapolis à l'instar du The Utne Reader.

Télévision et radios[modifier | modifier le code]

Les principales chaînes de télévision locales de Minneapolis et de ses environs sont :

  • KTCA Channel 2 (PBS)
  • WCCO Channel 4 (CBS)
  • KSTP Channel 5 (ABC)
  • KMSP Channel 9 (FOX)
  • KARE Channel 11 (NBC)
  • KTCI Channel 17 (PBS)
  • WUCW Channel 23 (The CW)
  • WFTC Channel 29 (MyNetworkTV)
  • KPXM Channel 41 (i)
  • KSTC Channel 45 (Indépendant)

On compte également près de 14 stations de radio AM et 20 de radio FM dont les deux plus connues sont WCCO et KQRS.

Technologies[modifier | modifier le code]

Un étude du magazine scientifique américain Popular Science publiée en 2005 consacra Minneapolis comme la « Top Tech City » (« ville la plus technologique ») des États-Unis[36]. Parmi de nombreux facteurs qui ont amené à cette conclusion, Minneapolis arriva en première place dans le domaine des solutions technologiques dans les transports et quatrième sur les questions énergétiques.

Échantillon de critères ayant amené Minneapolis à être classée Top Tech City
Catégorie Moyenne nationale Minneapolis
Nombre de compagnies high-tech 1 260 3 939
Pourcentage de la population étant très qualifiée 9 10
Nombre de points Wi-Fi 61 110
Pourcentage de déploiement de "solutions de transports intelligentes" 34 61
Pourcentage des systèmes de transport acceptant le paiement électronique 44 100
Nombre annuel d'essais médicaux 206 333
Dépenses universitaires annuelles en Recherche & Développement 200M$ 462M$
Bâtiments titulaires de l'Energy-star de l'EPA 4 8
Source : Popsci.com - Top Tech City: Minneapolis, MN

À Minneapolis, les nouvelles technologies occupent une place importante autant dans le tissu économique que dans l'urbanisme. Dans le paysage urbain tout d'abord, on constate une utilisation avancée des « systèmes de transport intelligents ». En effet, à de nombreuses intersections sont installés des micro-capteurs sous la chaussée rassemblant des informations concernant l'occupation du trafic. Grâce à cette innovation, la synchronisation des feux de signalisation est ajustée régulant alors la circulation automobile. Dans les transports en commun, les horaires du nouveau métro léger ont été coordonnés avec ceux des bus en vue d'optimiser le temps de transport des utilisateurs. Par ailleurs, les abribus sont chauffés électriquement et contrairement à d'autres villes comme New York, le paiement électronique dans les taxis est accepté[36].

Sports[modifier | modifier le code]

Intérieur du Metrodome durant un match de baseball.

Minneapolis possède une équipe professionnelle pour chaque sport majeur aux États-Unis. Bien qu'aucune d'entre elles ne fut jamais particulièrement en réussite dans le gain de son championnat, la ville fut à l'origine l'hôte de l'une des plus célèbres franchises de la NBA, les Los Angeles Lakers (autrefois Minneapolis Lakers, 1 fois champion NBL, 6 fois champions NBA). À noter que les Minnesota Twins furent par deux fois vainqueurs des World Series.

Aujourd'hui ces équipes sont réparties dans quatre stades :

Franchises sportives professionnelles basées à Minneapolis
Équipe Ligue Stade Fondation
Minnesota Twins MLB (baseball) Target Field 1901
Minnesota Timberwolves NBA (basket-ball) Target Center 1989
Minnesota Vikings NFL (football américain) Hubert H. Humphrey Metrodome 1961
Minnesota Lynx WNBA (basket-ball) Target Center 1999
Wild du Minnesota LNH (hockey sur glace) Xcel Energy Center 2000
Minnesota Swarm NLL (Crosse) Xcel Energy Center 2004
Minnesota Thunder USL (football) James Griffin Stadium 1990
Minnesota Golden Gophers NCAA (omnisports) Hubert H. Humphrey Metrodome -

Personnalités nées à Minneapolis[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

Autoroutes en direction de Minneapolis.

Réseau routier[modifier | modifier le code]

La plupart des habitants de Minneapolis se déplacent à travers la région qui se trouve à la jonction de l'Interstate 94 et de l'Interstate 35. En arrivant dans l'aire urbaine, l'I-35 se divise en deux, la partie ouest (I-35W) passe à travers le centre-ville alors que l'autre branche (I-394) connecte la banlieue ouest au centre-ville. L'Interstate 94 se dédouble également en deux parties avec l'I-494 et l'I-694 qui font le tour de l'agglomération à la manière d'un périphérique.

Le mercredi 1er août 2007, en pleine heure de pointe du soir, un pont de l'I-35W s'effondre dans le Mississippi, précipitant dans les flots une cinquantaine de véhicules. La catastrophe fait 13 morts et 80 blessés. Petit miracle : un bus scolaire transportant 54 d'enfants se trouvait sur le pont au moment du drame, mais tous ses occupants sont sains et saufs.

Aéroport[modifier | modifier le code]

Vue aérienne du terminal Lindbergh-C

L'agglomération est desservie par l'aéroport international de Minneapolis-Saint-Paul qui, situé au sud de la ville, établit principalement des liaisons intérieures ou vers d'autres pays d'Amérique du Nord. Les seules liaisons intercontinentales sont celles avec les aéroports de Londres-Heathrow, Tōkyō-Narita, Amsterdam-Schiphol, Paris Charles de Gaulle et Reykjavik/Keflavik. L'ouverture de cette nouvelle ligne avec Paris Charles-de-Gaulle était nécessaire pour répondre à la demande croissante de trafic vers l'Europe.

L'aéroport de Minneapolis-Saint-Paul possède deux terminaux, le Lindbergh terminal (divisé de A à G) et le Humphrey terminal plus petit. Principal hub de Delta Air Lines et de Sun Country Airlines, c'est le trentième aéroport du monde en termes de trafic de passagers. Delta Air Lines est la principale compagnie aérienne de l'aéroport en occupant plus de 70 % de l'ensemble du trafic. Outre le transport de passagers, l'aéroport est également desservi par 16 compagnies aériennes cargo transportant annuellement près de 170 000 tonnes de fret[25].

Possédant son propre tramway avec ses deux lignes connectant les différents terminaux, l'aéroport est relié à Minneapolis par autoroute via la Minnesota State Highway 5 et par bus, métro léger et taxi.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

L'Hiawatha Line est la première ligne du nouveau réseau de métro léger.

Beaucoup d'habitants utilisent pour leurs déplacements les transports en commun ou les taxis. Pour la plupart d'entre eux, ceci fait suite à un choix financier tandis que d'autres préfèrent substituer l'automobile par le vélo ou la marche. Le réseau descend de celui auparavant constitué par les tramways autrefois extrêmement présents dans les rues de Minneapolis mais peu à peu remplacés par les bus dans les années 1950. À cette époque, la Twin City Rapid Transit faisait office de principal gestionnaire des transports en commun au sein de la ville, mais la société fut rachetée par Metro Transit en 1970 avant de disparaître sous cette appellation. Le système de transports de Minneapolis est continu à celui de Saint Paul, les deux cités partageant Metro Transit en tant qu'unique opérateur.

Un nouveau système de métro léger est mis en place depuis 2004 et rencontre un franc succès auprès de la population. Pour le moment, seule l'Hiawatha Line est en service, connectant l'aéroport international de Minneapolis-Saint-Paul et le Mall of America au centre-ville. Elle utilise la voiture Flexity Swift de Bombardier Transport. De nouvelles lignes sont actuellement en projet avec la banlieue et le conseil municipal étudie la possibilité d'un éventuel retour du tramway en tant que mode de transport à Minneapolis dans les années futures.

Déplacement piéton[modifier | modifier le code]

Passerelle reliant deux immeubles.

Un système de passerelles couvertes et en hauteur (les skyways) relient entre eux près de 60 blocs de bâtiments, constituant un réseau de près de 13 km permettant aux piétons de se déplacer à travers la ville sans avoir à affronter le froid.

La circulation piétonne au niveau de la rue est donc réduite en hiver et de nombreux commerces, qui normalement se seraient trouvés au rez-de-chaussée dans une autre ville se situent au second étage. Ces passages interconnectés contiennent parfois eux-mêmes des commerces ou des restaurants, Minneapolis étant alors à l'image d'un gigantesque centre commercial.

À l'origine, Minneapolis et Saint Paul possédaient l'un des premiers réseaux ferrés à traverser le Mississippi. Aujourd'hui, le trafic ferroviaire ayant décliné, de nombreux ponts comme le Stone Arch Bridge ont été transformés pour dorénavant accueillir les cyclistes et les piétons.

Voies cyclables[modifier | modifier le code]

Ces vingt dernières années ont vu une expansion importante du réseau de pistes et de voies cyclables. Aujourd'hui, le réseau est constitué de 55 km de routes équipées de pistes et de 90 km de voies uniquement cyclables[39]. Parmi elles, les principales sont :

  • The Midtown Greenway
  • The Kenilworth Trail
  • The Cedar Lake Trail
  • The West River Parkway (longeant le Mississippi)

Minneapolis est l'une des villes des États-Unis ayant le plus fort taux d'habitants utilisant le vélo (2,63 % de la population). Chaque jour sur l'année, c'est en moyenne près de 10 000 personnes qui se déplacent grâce à ce moyen de transport autant pour un usage pratique que pour les loisirs.

Relations internationales[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Minneapolis est jumelée avec huit villes à travers le monde :

Elle entretient également des relations rapprochées avec Drapeau du Japon Hiroshima (Japon) et Drapeau de l'Ouganda Kampala (Ouganda).

Diplomatie[modifier | modifier le code]

Le Canada[40], la Norvège et l'Équateur[41] sont les trois derniers pays à maintenir un consulat à Minneapolis.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En français.
  2. « Palmarès des plus grandes villes du monde », populationdata.net (consulté le 07-08-2007)
  3. (en) « Minnesota—Place and County Subdivision », U.S. Census Bureau,‎ 2000 (consulté le 03-12-2007)
  4. (en) « 45th Parallel », sur Wurlington Bros. Press.,‎ 25 novembre 2006 (consulté le 2014-06-28)
  5. (en) « Normals 1971–2000 », National Climatic Data Center (consulté le 03-12-2007)
  6. (en) Fisk, Charles, « Links to Some of the More Interesting Years With Accompanying Notes »,‎ 3-12-2007 (consulté le 03-12-20072007-03-25)
  7. (en) William Lass, Minnesota: A History, W.W. Norton & Company,‎ 1998 (ISBN 0-393-04628-1)
  8. Erioll world.svg Vue satellite du Fort Snelling sur WikiMapia
  9. André Kaspi, Franklin Roosevelt, Paris, Fayard, 1988, (ISBN 2213022038), p.224
  10. Erioll world.svg Vue satellite du Minneapolis City Hall sur WikiMapia
  11. (en) Emporis.com - Buildings of Minneapolis
  12. Erioll world.svg Vue satellite de l'IDS Center sur WikiMapia
  13. Erioll world.svg Vue satellite de la 225 South Sixth sur WikiMapia
  14. Erioll world.svg Vue satellite du Wells Fargo Center sur WikiMapia
  15. a, b, c et d Roger Brunet (dir.), Géographie universelle : États-Unis, Canada, Paris, Hachette-Reclus, 1992, ISBN 2-01-014829-0, p.198
  16. (en) « Fact Sheet. Minneapolis city, Minnesota », Bureau du recensement américain (consulté le 26-07-2007)
  17. (en) « Fact Sheet. Minnesota », Bureau du recensement américain (consulté le 26-07-2007)
  18. Philippe Coste, « Un musulman au Capitole ? » dans L'Express du 07/11/2006, [lire en ligne]
  19. Frédéric Martel, De la culture en Amérique, Paris, Gallimard, 2006, (ISBN 2070779319), p.479
  20. (en) « Fact Sheet. Minneapolis city, Minnesota », Bureau du recensement américain (consulté le 26-07-2007)
  21. (en) Factfinder.census.gov - Minneapolis city, Minnesota
  22. Erioll world.svg Vue satellite du Mall of America sur WikiMapia
  23. Erioll world.svg Vue satellite du Minneapolis Convention Center sur WikiMapia
  24. (en) City-data.com - Minneapolis: Convention Facilities
  25. a et b (en) City-data.com - Minneapolis: Economy
  26. (en) Mpls.lib.mn.us - Public and Private Schools
  27. (en) Mpls.k12.mn.us - 2006-07 Facts
  28. Erioll world.svg Vue satellite du campus de l'université du Minnesota sur WikiMapia
  29. (en) Mpls.lib.mn.us - University of Minnesota
  30. a, b et c (en) City-data.com - Minneapolis: Education and Research
  31. (en) City-data.com - Minneapolis: Health Care
  32. (en) Ci.minneapolis.mn.us - Inside MPD
  33. (en) [PDF] Ci.minneapolis.mn.us - Minneapolis Police Department - 2002 annual report
  34. (en) Northstar.sierraclub.org - North Star Journal North Star Journal, n° 25 (octobre/novembre 2005).
  35. Jeff Horwich, (en) Minnesota Public Radio - 06/04/2005 - Council moves closer to theater deal, but concerns remain, Jeff Horwich.
  36. a et b (en) Popsci.com - Top Tech City: Minneapolis, MN Matthew Power, page 2
  37. Erioll world.svg Vue satellite du Metrodome sur WikiMapia
  38. Erioll world.svg Vue satellite du Target Center sur WikiMapia
  39. (en) Ci.minneapolis.mn.us/bicycles - Bicycling in Minneapolis
  40. (fr) - Geo.international.gc.ca Consul général du Canada à Minneapolis
  41. (fr) Norway.org/Minneapolis - Consul général de l'Équateur à Minneapolis
  42. Erioll world.svg Vue satellite du Hennepin County Government Center sur WikiMapia

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Minneapolis.
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 17 décembre 2007 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.