Calligraphie extrême-orientale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La calligraphie chinoise *
UNESCO logo.svg Patrimoine culturel immatériel
de l’humanité
Calligraphie d'un duilian à Lijiang
Calligraphie d'un duilian à Lijiang
Pays * Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Région * Asie et Pacifique
Liste Liste représentative
Fiche 00216
Année d’inscription 2009
* Descriptif officiel UNESCO
Caractères chinois
漢字 - 汉字
Formation
Étymologie
Composition graphique
Calligraphie
Nombre et ordre des traits
Calligraphie extrême-orientale
Styles de caractères chinois
Écriture cursive chinoise
Classement
Radicaux ou clefs
Liste des radicaux ou clefs
Dictionnaires chinois
Codage des caractères chinois
Emploi
Géographie des sinogrammes
Variantes graphiques
Sinogramme traditionnel
Sinogramme simplifié
Son et sens des caractères
Ponctuation
Pour d'autres régions
Cantonais : Honzi et Zukzi
Corée : hanja
Japon : kanji
Vietnam : chữ nho et chữ nôm
Aide pour le codage
Bibliographie

La calligraphie extrême-orientale, ch. trad. : 書法 ; ch. simp. : 书法 ; py : shūfǎ ; lit. : « méthode, art de l'écriture » ; en japonais shodō (書道?, voie de l'écriture), désigne l'ensemble des arts de la calligraphie des caractères chinois, ou bien, s'il s'agit d'une calligraphie japonaise, des caractères chinois, dits kanji, et des alphabets syllabaires purement japonais, dit kana[1]. Quels que soient les styles et la démarche propres à l'artiste, la calligraphie est un art de l'écriture, que ce soit d'une langue ou d'une écriture abstraite (voir Calligraphie).

Les différents type de calligraphies sont généralement liées à des écoles, qui enseigne l'art de faire des beaux caractères dans un type d'écriture existant, avec un certain style, ou bien dans les formes contemporaines dans un mélange d'écritures, voir dans une langue inexistante sous forme abstraite, pour conserver l'essence de la calligraphie, la beauté du geste, du caractère et ou de l'écriture dans son ensemble. Quel que soit l'origine sur la planète, la calligraphie, à l'instar de la peinture et d'autres arts plastiques, demande l'utilisation de l'ensemble du corps pour s’exprimer pleinement.

Éléments techniques[modifier | modifier le code]

Outils et nomenclature[modifier | modifier le code]

Calligraphie par un moine du Byōdō-in au Japon

La calligraphie extrême-orientale s'est forgée avec ses outils de base que sont l'encre de Chine (voir aussi : encre en bâton, pour la calligraphie et la peinture en Chine), la pierre à encre, le pinceau de calligraphie, la surface-support : bambou (à l'intérieur de lattes de bambou fendu) et soie (soie grège), puis papier (voir aussi papier de Chine, papier de riz et papier de soie).

Les contraintes techniques et le passage du temps ont produit différentes évolutions et styles calligraphiques majeurs : Oracle (ch. simp. : 甲骨文 ; py : jiǎgǔwén), Bronze (py : jīnwén), Sceau (ch. simp. : 篆文 ; py : Zhuànwén (Grand Sceau (py : dàzhuàn puis unifiés en Petit Sceau (py : xiǎozhuàn)), Scribe (ch. trad. : 隸書 ; ch. simp. : 隶书 ; py : Lìshū), Régulier (ch. trad. : 楷書 ; ch. simp. : 楷书 ; py : Kǎishū), Semi-Cursif (ch. trad. : 行書 ; ch. simp. : 行书 ; py : xíngshū), et Cursif (ch. simp. : 草書 ; py : Cǎoshū) (« calligraphie en herbe », parfois traduit par « cursive folle »). Les traces de ces « différents styles historiques » sont plus ou moins bien conservées selon les époques et les supports employés alors, le papier et l'encre résistant mal au temps.

Antiquité[modifier | modifier le code]

Ainsi, bien que l'écriture de ces caractères semble toujours s'être faite d'abord à l'encre, l'époque des inventions remontant à la Chine archaïque (pré-impériale) et principalement connues par les gravures de caractères sur carapaces de tortues, c'est le style Oracle (p:jiǎgǔwén), et les Vases rituels de bronzes gravés de caractères, c'est le style Bronze (p:jīnwén).

Chine impériale[modifier | modifier le code]

Calligraphie au Viêt Nam

L'époque des grandes innovations englobe les dynasties Qin (-221;-206) et Han (-206;+220). L'époque des premiers empires est surtout connue par les gravures sur stèles, c'est le style Petit Sceau (p:Xiǎozhuàn), et par quelques soieries. Les styles postérieurs (époque médiévale chinoise) ayant laissé de nombreuses stèles ainsi que de nombreux papiers et soieries témoignant des styles Scribe (p:Lìshū), Régulier (p:Kǎishū), Semi-Cursif (p:Xíngshū), et Cursif (p:Cǎoshū). La clarté des styles Scribe, puis Régulier, les a destinés aux usages officiels, tandis que les rapides et efficaces styles Semi-Cursif et Cursif étaient employés pour les usages privés ou pour des jeux artistiques. Aussi, à la fin des Han (+220) les styles calligraphiques majeurs étaient déjà établis, sauf le Régulier, plus tardif. La pratique calligraphique se concentre dès lors sur ces styles majeurs, tandis que les artistes se donnaient plus de liberté.

Suit l'époque de la diffusion de ces pratiques d'écritures aux régions limitrophes que représentaient le nord de la Chine, la proto-Corée, les Oasis du Tarim lors des 500 premières années de l'ère chrétienne. Suivirent le Japon médiéval montant, les peuples de Mandchourie, ceux des steppes, ceux du plateau tibétain (vers 640) et ceux du Viêt Nam qui acquirent un usage au moins temporaire des caractères chinois et de la pratique calligraphique. Sortent ici du lot les pratiques variantes japonaises et coréennes encore vivantes aujourd'hui.

Monde chinois moderne[modifier | modifier le code]

Dans le Monde chinois (pays écrivant ou ayant écrit en chinois) moderne, une distinction se fait selon les aires culturelles. Chaque région a trouvé sa voie pour s'adapter aux contraintes des nouveaux outils, que ce soit pour l'impression, l'apprentissage de la prononciation des caractères, l'utilisation d'internet, etc.). Aux nouvelles formes d'écritures sont associées de nouvelles formes de calligraphies, mélangeant parfois plusieurs de ces graphies.

Évolution des écritures imprimées, électroniques et manuscrites[modifier | modifier le code]

Calligraphie de l'écriture hangul en Corée

À Taïwan, Hong Kong, Macao, Singapour et chez certains Chinois d'outre-mer la tradition de l'écriture où les signes sont tracés en colonnes, de haut en bas et de droite à gauche se poursuit encore largement. Les ouvrages anciens sont donc, pour ces Chinois d'une lecture aisée puisque la langue n'a fait que s'enrichir des concepts modernes et de modernisation de la typographie, le fond restant identique depuis l'Antiquité. Sur internet par contre, l'écriture des sites web ou des différents logiciels est quasi-totalement écrite de gauche à droite puis de haut en bas. L'écriture manuscrite y est également souvent faite de gauche à droite puis de haut en bas. L'apprentissage de la prononciation se fait à l'aide des zhuyin (également appelés bopomofo), motifs découpés dans les caractères chinois.

En République populaire de Chine par contre, on a généralisé les signes de gauche à droite et à l'horizontale. Seuls les textes anciens et certains ouvrages d'érudition y sont encore imprimés à l'ancienne, suivant en cela la règle qui continue toujours à s'appliquer, où que l'on soit, en calligraphie. Dans les journaux les deux formules sont combinées. L'apprentissage de la prononciation ne se fait plus avec des caractères dérivés des caractères chinois (comme c'est encore le cas dans les aires du monde chinois utilisant encore l'écriture chinoise traditionnelle), mais du pinyin en minuscule caroline.

La Corée, sous l'influence de l'imprimerie à caractères mobiles, inventée en Chine puis améliorée en Corée, a commencé à changer de système d'écriture pour le hangul, où chaque caractère représente une syllabe et est lui-même composé de caractères représentant des phonèmes. Cette écriture a majoritairement remplacé les hanja (caractères chinois han) au XXe siècle. On retrouve cependant toujours des hanja, lorsqu'il s'agit de fêtes religieuses ou de traditions populaires. L'écriture étant phonétique, il n'y a plus besoin de caractères pour l'apprentissage de la prononciation.

Au Viêt Nam, où l'utilisation courante des sinogrammes a été définitivement remplacée par la minuscule caroline, on ne trouve les caractères chinois calligraphiés que dans les lieux de culte. Comme pour le coréen, cette écriture étant purement phonétique, il n'y a plus d'écriture spécifique à l'apprentissage à la prononciation des caractères. La calligraphie dite latine, peut donc être utilisée pour calligraphier le vietnamien.

Au Japon, qui mélange caractères traditionnels ou simplifiés chinois (les deux étant appelés kanji), et deux graphies (hiragana pour les mots locaux et katakana pour les mots étrangers) typiquement japonaises appelés ensemble kana, on continue, dans les livres, à écrire de haut en bas, alors que sur les sites web et en général sur internet, à l'horizontal, de gauche à droite. Contrairement aux Chinois de plus de 40 ans, ou Taïwanais, Hongkongais, Macanais, Singapouriens, la majorité des Japonais d'aujourd'hui ne peuvent plus décoder les textes des estampes de l'époque d'Hiroshige, où les caractères typiquement japonais (kana) étaient très rares. Aujourd'hui, pour apprendre la prononciation des caractères chinois, les Japonais utilisent les furiganas, kanji surmontés de kanas.

Il arrive parfois d'avoir en Corée ou au Japon, des textes en chinois à usage décoratif, mais n'ayant aucun sens, les lecteurs n'étant majoritairement plus capables de décoder que quelques-uns de ces caractères (des dizaines en Corée, quelques milliers au Japon).

Les différents types d'écriture en République populaire de Chine[modifier | modifier le code]

Oracle Dongba calligraphiant en écriture Dongba à Lijiang, Chine

Il faut savoir que la République populaire de Chine comporte de nombreuses écritures, que ce soit dans les régions autonomes :

Mais en dehors de ces plus grandes minorités, il existe également d'autres écritures dans des districts autonomes :

  • Le Mandchou (dérivé de l'écriture mongole) dans le Nord-Est de la Chine (région parfois appelée Mandchourie).
  • Le Coréen par la minorité Chaoxian, près de la Corée.

La province du Yunnan, par exemple, située entre Birmanie, Laos, Viêt Nam et plateau du Tibet, est la province comportant le plus de minorités en Chine avec également différentes écritures.

  • Daizu, d'origine thaï, dans le Sud à Xishuangbanna avec une écriture locale proche du thaï.
  • Les Naxi et Moso, dans le Nord, minorités tibétaines dont la culture conserve des religions tibétaines prébouddhiques, animistes, proche du Bön, et qui écrivent en Dongba, la plus ancienne écriture purement pictographique au monde. Elle est calligraphiée en utilisant le calame.
  • Une minorité de culture tibétaine dans la préfecture autonome tibétaine de Dêqên.

Il existe également des écritures han différentes, dans certaines autres aires géographiques, toutes ces écritures ont tout naturellement une calligraphie propre, avec des outils propres. Les Hui par exemple utilisent un alphabet proche de celui des Ouïgours.

Influence de la mondialisation[modifier | modifier le code]

Dans une époque où l'influence culturelle des échanges de la mondialisation est importante, comme dans toutes les écritures de la planète, les calligraphies de ces écritures ont intégré certains aspects de calligraphies venant de l'autre bout du monde. On peut par exemple trouver des caractères chinois tagués sur les murs dans un style proche des grapheurs de New-York ou de ceux d'Europe. On retrouve également l'influence de la calligraphie chinoise dans les calligraphies occidentales, qui n'ont parfois plus réellement un but textuel, mais deviennent abstraites, pour la pure beauté de l'écriture.

Principes minimaux de composition des caractères[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs catégories de caractères, simples ou composés (composés d'éléments simples). Xu Shen (许慎 / 許慎, xǔ shèn 58147, des Han Orientaux) auteur du premier grand dictionnaire étymologique de l'écriture chinoise, le Shuowen jiezi (说文 / 說文解字, shuōwén jiězì), sert de référence :

  • Les pictogrammes, simples, xiangxingzi(向性子, dessins simplifiés d'objets ou de phénomènes. Xu Shen en mentionne 364.
  • Les idéogrammes simples, zhishizi, "désignant un état de chose". Xu Shen en mentionne 125. Comme les chiffres
  • Les caractères produits par la rencontre de deux significations, idéogrammes composés ou huiyizi. Xu Shen en répertorie 1168.
  • Les caractères à forme et à son, ou idéo-phonogrammes, xingshengzi. À la différence des précédents, apparus dès les origines, cette dernière catégorie s'est composée au cours de l'Antiquité chinoise et s'est achevée au début de notre ère. Depuis lors, plus des neuf-dixièmes des caractères en usage sont de ce type[2].

Chaque caractère est inscrit dans un carré, ou un rectangle d'égale grandeur. Mais les calligraphes s'autorisent certaines libertés avec la règle. Les caractères sont centrés et leur composition graphique se structure à l'intérieur d'une forme géométrique simple, pour ce qui est de l'écriture régulière. Les éléments qui constituent le caractère sont proportionnés en conséquence de la place qui leur est dévolue. Ils peuvent donc s'étirer, s'aplatir, avoir une taille très réduite, et s'ils sont redoublés être l'objet de légères variations dans le redoublement. Avec son aspect centré, frontal mais aussi le fait que les éléments s'organisent avec dissymétrie et que certains sont plus grands que d'autres, ou décalés par rapports aux autres, tous ces jeux compositionnels lui donnent les caractéristiques du vivant. Jean François Billeter évoque à ce propos la comparaison avec la statuaire classique, et l'opposition entre jambe d'appui et jambe fléchie dans le contrapposto. L'énergie qui émane du caractère calligraphié doit être concentrée et animée pour qu'elle paraisse belle. on apprécie aussi le bonheur des solutions apportées par le calligraphe aux questions de proportions et d'équilibre qui structurent les caractères.

Usages et culture ancienne[modifier | modifier le code]

L'on peut ensuite distinguer la pratique calligraphique mettant l'accent sur la maitrise, la solidité des traits, l'élégance de l'ensemble avec de grands maitres tels Yan Zhenqing, et l'Art calligraphique mettant de plus en plus l'accent sur la création, elle doit surprendre et est souvent le cœur d'un ensemble décoré. La calligraphie accompagne la peinture chinoise, soit comme une production écrite de l’auteur de la peinture soit un commentaire apposé par la suite. Dans quelques rares exemples le peintre et le calligraphe ont travaillé de concert. C’est le cas de Shen Zhou et Wang Ao dans un album réalisé en commun en 1506-1509.

Instruments du calligraphe[modifier | modifier le code]

Le papier, l'encre noire, le pinceau calligraphique, et la pierre à encre sont les instruments essentiels pour la pratique de la calligraphie extrême-orientale. Ces instruments sont connus sous le nom de « Quatre trésors du studio » (ch. trad. : 文房四寶 ; ch. simp. : 文房四宝) en Chine, et comme les « Quatre compagnons du studio » (문방사우 / 文房四友) en Corée ; pour plus de clarté, il est coutume de dire « Quatre trésors du lettré ». Le dessous de table en feutre noir, le presse-papier, le porte pinceaux, le sceau et sa pâte à encre, entre autres, accompagnent cette liste d'instruments.

Le papier[modifier | modifier le code]

Article détaillé : L'invention du papier en Chine.
Article détaillé : Papier de Chine.

En Chine, le Xuanzhi (zh) (ch. trad. : 宣紙), spécialité de la province de l'Anhui, est le papier favori, fait à partir du Tartar wingceltis (Pteroceltis tartarianovii) ainsi qu'avec d'autres matériaux que sont la paille de riz, le mûrier à papier (Broussonetia papyrifera), le bambou, le chanvre, le Wikstroemia sikokiana 荛花属, ráo huā shǔ[4]etc.

Au Japon, le washi est fait à partir de mûrier à papier (kozo), de Wikstroemia sikokiana (アオガンピ属 (ao ganpi zoku?)), et edgeworthia papyrifera (mitsumata), ainsi qu'avec du bambou, du chanvre et du blé.

L'encre : le bâtonnet et la pierre à encre[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Pierre à encre.
Article détaillé : Encre de Chine.
Le bâtonnet d'encre

L'encre de Chine est faite à partir de suie noire et d'un liant, afin d'être transformée en bâtonnet solide, qui doit être usé sur la pierre à encre légèrement imbibée d'eau. Le bâtonnet, tenu à la verticale, est frotté circulairement jusqu'à obtention de la bonne densité. Les encres liquides prêtes à l'emploi sont déconseillées : elles empêchent le débutant de comprendre la nature de la calligraphie et leurs ingrédients n'offrent pas la qualité nécessaire à la fixation de l'œuvre pendant le marouflage.

La pierre à encre

La pierre à encre est communément faite en schiste. De couleur le plus souvent noire, elle sert à la fois de récipient pour l'eau, de râpe pour le bâtonnet d'encre, de surface permettant de lisser et réorganiser les poils du pinceau et finalement de récipient pour l'encre liquide ainsi produite. Il existe de nombreuses sortes de pierres, certaines peuvent atteindre des prix considérables.

Le pinceau[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Pinceau de calligraphie.

Le pinceau chinois est un outil d'écriture très particulier, qui préfigure le stylo : seule sa pointe est utilisée alors que l'arrière de la touffe sert de réservoir. Tous les poils d'animaux sans exception servent ou ont servi à fabriquer cette touffe, dont la flexibilité permet des mouvements extrêmement libres, d'où la richesse calligraphique.

L'utilisation de pinceaux en pointe synthétiques contenant de l'encre permet seulement de pratiquer lorsqu'on est loin de sa table de travail[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Yuuko Suzuki, Calligraphie japonaise, éditions Fleurus, 2003, pages 6 à 11
  2. Jean François Billeter 2010, p. 20-25
  3. Yang Xin, Richard M. Barnhart, Nie Chonghzeng, James Cahill, Lang Shaojun, Wu Hung 2003, p. 172
  4. (zh) « 荛花属 » (consulté le 2014-03-02)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie générale[modifier | modifier le code]

  1. Jean François Billeter, Essai sur l'art chinois de l'écriture et ses fondements, Paris, Allia,‎ 2010, 413 p. (ISBN 978-2-84485-331-8).
  2. Fan Di'an, LaoZhu (Zhu Quingsheng), Fu Hongzhan, Yan Yingshi, André Kneib, Jean-Marie Simonet, Nancy Berliner, Françoise Bottéro, Wang Yuanjun, Ren Ping, Le Pavillon des Orchidées. L'art de l'écriture en Chine, Bruxelles, Fonds Mercator,‎ 2009, 235 p. (ISBN 978-90-6153-890-5).
  3. Yolaine Escande (traduit et commenté par), Traités chinois de peinture et de calligraphie. Tome 1 : les textes fondateurs (des Han aux Sui), Paris, Klincksieck. L'esprit des formes,‎ 2003, 436 p. (ISBN 2-252-03450-5).
  4. Yolaine Escande (traduit et commenté par), Traités chinois de peinture et de calligraphie. Tome 2 : les textes fondateurs (Les Tang et les Cinq Dynasties), Paris, Klincksieck. L'esprit des formes,‎ 2010, 1240 p. (ISBN 978-2-252-03574-0).
  5. Nathalie Monnet, Chine: l'Empire du trait : calligraphies et dessins du Ve au XIXe siècle, Paris, Bibliothèque Nationale de France,‎ 2004, 255 p. (ISBN 2717722858)
  6. Fabienne Verdier, L'unique trait de pinceau. Calligraphie, peinture et pensée chinoise, Paris, Albin Michel,‎ 2001, 290 p. (ISBN 2226119582)
  7. Lucien-X Polastron, Le trésor des lettrés, Paris, Imprimerie nationale,‎ 2010, 223 p. (ISBN 9782742788880).
  8. Yang Xin, Richard M. Barnhart, Nie Chonghzeng, James Cahill, Lang Shaojun, Wu Hung, Trois mille ans de peinture chinoise, Arles, Philippe Piquier,‎ 2003, 402 p. (ISBN 2877306674).

Initiation[modifier | modifier le code]

  1. Lucien X. Polastron, Calligraphie chinoise, initiation, Paris, Fleurus,‎ 1995, 79 p. (ISBN 2215021543)
  2. Lucien X. Polastron, Calligraphie chinoise en trois styles, Paris, Dessain et Tolra,‎ 2004, 63 p. (ISBN 2047200881)