Paul Albert Laurens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laurens.

Paul Albert Laurens

Nom de naissance Paul Albert Laurens
Naissance 18 janvier 1870
Paris 6e
Décès 27 septembre 1934 (à 64 ans)
Toulon
Nationalité Français Drapeau de la France
Activités Artiste peintre
Enseignant
Maîtres Jean-Paul Laurens, son père

Paul Albert Laurens est un peintre français né à Paris 6e le 18 janvier 1870[1], et mort à Toulon dans le Var le 27 septembre 1934.

Biographie[modifier | modifier le code]

Portrait d'André Gide (1924), musée d'Orsay, Paris.

Fils aîné du peintre Jean-Paul Laurens[1] (1838-1921) et de son épouse, Madeleine Willemsens[1] (1848-1913), Paul Albert Laurens voit le jour rue Taranne[1], à Paris, où ses parents viennent d'emménager. La guerre franco-allemande de 1870 éclatant, son père s'empresse de mettre sa famille en lieu sûr, à Fourquevaux, son village natal[2]. Paul Albert Laurens a un frère cadet, Jean-Pierre Laurens (1875-1933), également peintre.

Paul Albert Laurens va fréquenter l'École alsacienne de la rue d'Assas, où il fera la connaissance, entre autres, d'André Gide avec lequel notamment il effectua son premier voyage en Algérie, à Biskra, en 1894. En 1890, l'Académie Julian fonde de nouveaux ateliers au 31 de la rue du Dragon. Paul Albert Laurens et son frère vont y enseigner, ainsi que Paul Landowski et Henri Bouchard.

Le 18 octobre 1893, il embarque de Marseille avec son ami André Gide à destination de Tunis, puis de Sousse. En janvier 1894, les deux amis s'installent à Biskra, dans l'ancienne propriété des Pères blancs. Madame Gide, inquiète pour la santé de son fils, les rejoint. Vers 1912, avec son père et l'un des élèves de celui-ci, Ulysse Ravaut, il va collaborer à la décoration du Capitole à la demande de la municipalité de Toulouse. Pendant la Première Guerre mondiale, il est chargé avec d'autres artistes[3] du camouflage au sein des armées et leur travail servira de modèle aux armées alliées.

Il épouse en 1900 Berthe Guérin avec laquelle il emménage au 126 du boulevard du Montparnasse, dans le même immeuble que le peintre Émile-René Ménard. Il est professeur de dessin à l'École polytechnique de 1919 à 1934. Il est nommé membre de l'Institut en 1933.

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Suzanne, Salon de 1912.

Peintures[modifier | modifier le code]

Œuvres sur papier[modifier | modifier le code]

  • Vers 1895, Portrait d'André Gide, Gide dans sa jeunesse, moustachu à la pose romantique, eau-forte, Bibliothèque nationale de France
  • Vers 1900, Le Duc d'Albe demande l'absolution au Pape Paul IV, aquarelle préparatoire à une photogravure publiée par Goupil vers 1900, Bibliothèque nationale de France
  • 1930, Avion survolant Marseille dessin pour un timbre de la poste aérienne, graveur Abel Mignon, valeur faciale 1f50 bleu, Bibliothèque nationale de France
  • 1932, La Paix, allégorie de la République, coiffée du bonnet phrygien et tenant un rameau d'olivier à la main gauche, la main droite sur le pommeau de son épée maintenue au fourreau. Gravé par Antonin Delzers, Bibliothèque nationale de France

Affiches[modifier | modifier le code]

  • Ramses, Bibliothèque nationale de France
  • 1926, Théâtre de la Gaité, blessés Espagnols, Bibliothèque nationale de France
  • Bénit espagnols, Bibliothèque nationale de France

Illustrations[modifier | modifier le code]

  • 1898, Lêda ou la louange des bienheureuses ténèbres par Pierre Louÿs, Paris, éditions du Mercure de France, avec 10 dessins en couleurs de Paul Albert Laurens en 5 grandes et belles lettrines et 5 vignettes en fin des chapitres, sur vergé d'Arches.
  • 1900, Thaïs d'Anatole France, éd. A. Ramagnol, compositions de Paul Albert Laurens, gravées à l'eau-forte par Léon Boisson
  • 1904, La Morte amoureuse, Paris, Romagnol, illustrations de Paul Albert Laurens en trois états
  • 1910, Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand, éd. Pierre Lafitte, illustrateurs : François Flameng, Albert Besnard, Auguste, F. Gorguet et Paul Albert Laurens.
  • 1914, Les Caves du Vatican d'André Gide, Paris, NRF, 1914, 2 volumes in-8, demi maroquin caramel avec coins, tête dorée, ornée d'un portrait de l'auteur en frontispice au vernis mou par Paul Albert Laurens, édition originale 550 exemplaires sur vergé d'Arches
  • Les Romanesques d'Edmond Rostand, Paris Libr. Pierre Lafitte & Cie, collection « Œuvres complètes illustrées », sans date, 100p. in 4, ouvrage orné d'un frontispice et partiellement illustré en couleurs, in-et hors texte, par J.M. Avy, Paul-Chabas et Paul Albert Laurens, reliure éditeur en demi cuir brun, titre doré.

Salons[modifier | modifier le code]

  • 1893, Salon des artistes français : Les Saintes Femmes
  • 1899, Salon des artistes français : ' Vénus accueillie par les heures
  • 1900, Salon des artistes français : Solitude, place de Breteuil, à Paris
  • 1902, Salon de la Société nationale des beaux-arts : Portrait de J. P. Laurens
  • 1910, Salon des artistes français : Didon
  • 1911, Salon des artistes français : La Dame en Bleu
  • 1912, Salon des artistes français : Suzanne
  • 1913, Salon des artistes français : Les Soupirants et Jeune musicien et danseuse
  • 1914, Salon des artistes français : Divertissement dans un parc
  • 1929, Salon des artistes français : Portrait de Jacques Copeau

Expositions[modifier | modifier le code]

Honneurs et distinctions[modifier | modifier le code]

Élèves[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Archives numérisées de l'état civil de Paris, acte de naissance no 6/191/1870 (consulté le 7 mai 2012)
  2. Où la maison familiale existe toujours près de l'église.
  3. André Dunoyer de Segonzac, Jean-Louis Forain, Georges Paul Leroux, Louis Abel-Truchet, Henri Callot, Marius Avy, André Devambez.

Liens externes[modifier | modifier le code]