Cet article est proposé comme bon article. Cliquez pour voter.

Arcangues

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arcangues (homonymie).
Arcangues
La mairie.
La mairie.
Blason de Arcangues
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Bayonne
Canton Ustaritz
Intercommunalité Communauté de communes Errobi
Maire
Mandat
Philippe Echeverria
2014-2020
Code postal 64200
Code commune 64038
Démographie
Gentilé Arcanguais
Population
municipale
3 107 hab. (2011)
Densité 178 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 26′ 15″ N 1° 31′ 11″ O / 43.4375, -1.5197222222243° 26′ 15″ Nord 1° 31′ 11″ Ouest / 43.4375, -1.51972222222  
Altitude Min. 4 m – Max. 140 m
Superficie 17,47 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Arcangues

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Arcangues

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Arcangues

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Arcangues
Liens
Site web arcangues.fr

Arcangues est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Aquitaine, limitrophe de deux communes qui jouissent d’une ouverture sur l’océan Atlantique, Biarritz et Anglet, mais ayant conservé un profil rural et un habitat clairsemé, dans un relief vallonné.

Riche de quelques traces du passage de l’Homme au Paléolithique, elle apparaît au Moyen Âge dès le XIe siècle. Son histoire est intimement liée à celle des seigneurs de la famille d’Arcangues, qui ont assuré les plus hautes charges régionales de 1540 à 1749 sans discontinuité. Village du Labourd à proximité immédiate de Bayonne, il pâtit des excès des occupations à répétition visant au siège et à la prise de la ville portuaire par les Espagnols. En 1813 et 1814, Arcangues est le théâtre de combats violents entre les troupes françaises et celles de la coalition espagnole et anglo-portugaise menée par Arthur Wellesley. Le XXe siècle voit à son tour la famille d'Arcangues prendre en main les destinées du village et l'écharpe tricolore sera portée pendant plus d'un demi-siècle par un représentant de la famille, de laquelle se distinguent Pierre et son fils Guy, tous deux hommes de lettres.

Le patrimoine de la commune est fortement marqué par cet engagement familial, ne serait-ce que par la couleur qu'a promue le marquis Pierre d'Arcangues et qui, ornant les boiseries extérieures de nombreux édifices du village, porte désormais le nom de bleu d'Arcangues. Comme souvent au Pays basque, le centre est construit autour du triptyque église - fronton - mairie, l'église étant entourée d'un cimetière caractérisé par une collection de stèles discoïdales de tout le Pays basque français, qui domine le golf et l'arrière-pays basque. Le territoire communal recouvre une partie de la réserve naturelle régionale d’Errota Handia et l'étang de Chourroumillas, deux espaces naturels qui recèlent une faune et une flore gérées par le conservatoire d'Aquitaine.

Luis Mariano, ténor basque-espagnol, est enterré à Arcangues, village dont il était citoyen d'honneur et où il a séjourné à de nombreuses reprises à partir de 1961.

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte montrant le territoire de la commune et les localités limitrophes.
Frontières d’Arcangues avec les communes limitrophes. Le trait rouge qui va du coin supérieur droit jusqu’au milieu du bord gauche de la carte indique la position de l’autoroute A63.

Arcangues est située à l'extrême ouest du département des Pyrénées-Atlantiques et donc au sud-ouest du territoire français, à peu de distance de l'océan Atlantique et à 21 km au nord de l'Espagne[Note 1]. Elle a offert au futur duc de Wellington un point de vue unique sur Bayonne, Saint-Pierre-d'Irube et la vallée de la Nive, durant les combats de 1813[HL 1].

Communes limitrophes d’Arcangues.
Anglet
Biarritz
Bassussarry
Arbonne Arcangues. Ustaritz
Ahetze Saint-Pée-sur-Nivelle

En termes de géographie politique, Arcangues fait partie de la province basque du Labour ; et en termes de géographie urbaine elle fait partie de l'unité urbaine de Bayonne au sein de l'aire urbaine du même nom.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 1 747 hectares ; son altitude varie entre 4 et 140 mètres[1]. Le territoire communal offre une physionomie vallonnée et boisée. Si la place du village est sur un plateau situé à 75 mètres d'altitude, elle domine au sud le vallon de l'église dont le fond, à moins de 200 mètres de distance, n'est qu'à une altitude de 25 mètres. Les zones les plus élevées, s'élevant à une altitude supérieure à 100 mètres, sont situées au sud, près de la limite du territoire avec Saint-Pée-sur-Nivelle, et à l'est, au lieu-dit Sainte-Barbe, sur celle avec Ustaritz[JE 1].

Le sud d'une ligne Bidart - Bassussarry - Villefranque se caractérise par des formations du Crétacé supérieur, parsemées de pointements du Trias[2]. Ces formations géologiques s'appliquent donc au sous-sol d'Arcangues, avec le faciès classique du Danien, composé de calcaires fins, blancs ou rose saumon. Ablaintz, lieudit d'Arcangues situé sur l'axe central du territoire, à 2 km au sud à vol d'oiseau de la place centrale, a donné son nom à un calcaire du Cénomanien supérieur. Ces bancs de calcaires bleu-noir qui affleurent entre Arcangues et Arbonne, séparés par des feuillets schisteux noirâtres, recèlent une microfaune fossile abondante qui est caractéristique du Cénomanien, tels des débris de mollusques, échinodermes (Echinodermata) et ectoproctes (Ectoprocta), ainsi que des orbitolines (Orbitolina). Le gisement possède une puissance potentielle de 350 mètres[Note 2], et a justifié l'ouverture d'une carrière située au sud du village[2]. Le sous-sol des collines du sud-est de la localité est constitué de flysch indifférencié. Enfin, à l'est du village, s'étalent des lentilles minces de Trias inférieur, appelé également grès bigarré. Fait rare en Pays basque français, des roches éruptives (Épisyénites) ont été trouvées à 200 mètres au nord de la carrière d'Ablaintz, formant un filon de 650 mètres sur 100 mètres[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Arcangues est située dans le bassin versant de l'Uhabia, petit fleuve côtier qui rejoint l'océan Atlantique à Bidart[3]. Il pénètre sur le territoire communal sous le nom de ruisseau Apalaga (Apalaga erreka), en provenance de Saint-Pée-sur-Nivelle, par l'extrême sud-est. Il prend ensuite le nom de ruisseau d'Alots (Alotz erreka) et alimente le moulin éponyme. Il rejoint Arbonne, à l'ouest, au sud du vallon de l'église[JE 1]. L'Uhabia est alimenté à son entrée sur la commune d'Arbonne par un tributaire gauche, le ruisseau d'Hirigoin (ou Barrandiko erreka[4]), qui, à l'intérieur des terres d'Arcangues, longe la frontière avec Arbonne depuis le sud de la localité. Le ruisseau d'Argelos (ou Argelous), lui-même rejoint sur la commune par le ruisseau de Harrieta, est un autre affluent de l'Uhabia, qui prend sa source à l'extrême est du quartier de la Chapelle. Un affluent de la Nive, le ruisseau d'Urdaintz, arrose également les terres d'Arcangues sous le nom de ruisseau de Barbera[5].

Climat[modifier | modifier le code]

La station météorologique la plus proche est celle de Biarritz - Anglet[6].

Le climat d'Arcangues est relativement semblable à celui de sa voisine directe Biarritz, décrit ci-dessous, avec des précipitations assez importantes ; le climat océanique est dû à la proximité de l'océan Atlantique. La moyenne des températures en hiver se situe aux alentours de 8 °C et avoisine les 20 °C en été. La température la plus basse relevée a été -12,7 °C le 16 janvier 1985, et la plus élevée, 40,6 °C le 4 août 2003[Note 3],[7]. Les pluies sur les côtes basques sont rarement persistantes, excepté durant les tempêtes hivernales. Elles se manifestent souvent sous forme d'averses orageuses intenses et de courte durée.

Relevé météorologique de Biarritz et sa région pour la période 1961-1990.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 4,8 5 7 8,5 11,6 14,6 16,7 17 14,5 11,9 7,7 5,5 9,9
Température moyenne (°C) 8,1 9 10 11,7 14,6 17,3 19,8 19,9 18,6 15,6 11 8,5 13,7
Température maximale moyenne (°C) 12 12,8 15 16,2 19,6 22,1 24,1 24,7 23,2 20 15,1 12,5 17,4
Record de froid (°C) −12,7 −11,5 −7,2 −1,3 3,3 5,3 9,2 8,6 5,3 0,8 −5,7 −8,5 −12,7
Record de chaleur (°C) 23,4 28,9 29,7 28,6 34,8 38,7 39,8 37,3 37 32,2 26,1 25,1 39,8
Précipitations (mm) 143,2 122,7 121,7 132,9 121 90,9 65,1 102,3 124,6 135,7 174,2 148,7 1 482,9
Source : Climatologie mensuelle Biarritz, 69 m (période 1961-1990).
« Infoclimat », sur infoclimat.fr et « Météo France », sur france.meteofrance.com
, consultés le 12 novembre 2014.


Voies de communication et transport[modifier | modifier le code]

Infrastructure routière[modifier | modifier le code]

Statue d'une Vierge, couverte de mousse, sur fond de ciel bleu.
Vierge en majesté du XIVe siècle, au carrefour de la D3 et de la D755.

L'autoroute A63 (section Landes - Biriatou), traverse le nord du territoire d'Arcangues qu'il dessert à partir du péage de La Négresse, partie de Biarritz qui amène directement à la localité, par le quartier du Chapelet, en suivant la route départementale D254. Sitôt enjambée l'autoroute, la D254 croise la D754 qui permet de rejoindre Anglet, au lieu-dit Les-Trois-Croix, en limite de territoire. La D254 rencontre ensuite la D3 en provenance de Bassussarry et s'achève à ce point. Celle-ci mène jusqu'au centre du village, entre le château et la Place, à un rond-point arborant une Vierge en majesté du XIVe siècle, qui voit la naissance de la D755, appelée également route de Saint-Pée. Cette dernière rencontre la D255 en provenance d'Arbonne, avant de quitter le territoire communal. L'est de la commune est également traversé par la D932, qui joint Bayonne à Cambo-les-Bains[5].

Réseau interurbain de transport en commun[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la ligne 815 du réseau de car Transports 64, géré par le conseil général[8],[M 1]. Ce réseau assure, en outre et au 12 novembre 2014, le ramassage scolaire à partir de huit stations sur le territoire communal[9].

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

La gare la plus proche est celle de Biarritz, dans le quartier de La Négresse, à 3 km du centre d'Arcangues ; elle est desservie par des TGV, des TER et des Intercités et se situe sur la ligne de Bordeaux-Saint-Jean à Irun entre les gares ouvertes de Bayonne et de Guéthary.

La gare de Villefranque, à 6 km du centre, est située sur la ligne Bayonne - Saint-Jean-Pied-de-Port, entre les gares de Bayonne et d'Ustaritz.

Transport aérien[modifier | modifier le code]

Arcangues, voisine immédiate de Biarritz, profite de la desserte assurée par l'aéroport de Biarritz-Bayonne-Anglet (code AITA : BIQ • code OACI : LFBZ), qui se situe à 7 km du centre du bourg[10]. Le syndicat mixte pour l'aménagement et l'exploitation de l'aérodrome de Biarritz-Bayonne-Anglet, qui comprend la chambre de commerce et d'industrie de Bayonne Pays basque, l'agglomération Côte Basque-Adour, les départements des Pyrénées-Atlantiques et des Landes ainsi que la commune de Saint-Jean-de-Luz, assure la gestion de l’aéroport. Celui-ci a accueilli près de 1 100 000 passagers en 2013[11]. Il assure de façon régulière des liaisons avec Paris-Orly, Paris-CDG, Lyon, Nice, Genève et Londres Stansted et a offert de mars à octobre 2014 des liaisons avec en autres, Marseille, Strasbourg, Lille, Charleroi-Bruxelles-Sud, Dublin, Stockholm-Skavsta et Stockholm-Arlanda, Londres, Copenhague, Oslo et Helsinki. Les compagnies desservant l’aéroport sont, au 1er novembre 2014, Air France, Etihad Regional, EasyJet, Finnair, Hop !, Ryanair, SAS, Twin Jet et Volotea[12].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Maison à deux étages, aux boiseries bleu d’Arcangues, couverte de tuiles.
Le club-house du golf d’Arcangues, ancienne maison Jaureguia de la famille d’Arcangues, aux boiseries bleu d’Arcangues.

Il s’agit, selon le géographe Roger Brunet, d’une commune résidentielle, à l’habitat très clairsemé. 372 ha sur les 1 747 du territoire communal sont occupés par des bois[13].

Le centre d'Arcangues, nommé traditionnellement la Place, est construit autour du triptyque basque classique, mairie - fronton - église entourée du cimetière, dans un ensemble rendu piétonnier par l'aménagement d'un parking à l'entrée de la partie ancienne du village. On y trouve de plus la salle des fêtes, l'école et l'office de tourisme. L'ensemble possède un accès immédiat aux pelouses du golf[HL 2]. Il a reçu le label « village de charme » et « de caractère »[13].

Au nord du territoire, au contact avec Biarritz à l'ouest et Anglet au nord s'étend le quartier de Chapelet. Passé l'autoroute en se dirigeant vers le sud, commence la Chapelle (ou Kapera en basque), traversée par le ruisseau d'Argelous. On parvient ensuite au château des marquis d'Arcangues et au bourg ancien, de part et d'autre d'un rond-point, auquel succède le vallon de l'église, orienté d'ouest en est. Trois quartiers se partagent la partie centrale du territoire, successivement d'ouest en est, c'est-à-dire d'Arbonne à Ustaritz, Alotz, avec le ruisseau éponyme, Dornariette (ou Dornadieta en basque), et enfin Sainte-Barbe (Zanzenekotz). Le nord de ce dernier quartier partage avec Bassussarry le bois de Berriotz[JE 1].

Logement[modifier | modifier le code]

Parmi les logements étudiés par l’Insee en 2009, 78,8 % étaient des résidences principales, 17,0 % des résidences secondaires et 4,3 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 73,6 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 25,4 % des appartements[Insee 1]. La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 78,9 %, en hausse par rapport à 1999 (74,1 %). La part de logements HLM loués vides était de 2,4 % contre 0,0 %, leur nombre étant en forte augmentation, 31 contre 0[Insee 2].

Les volets de la maison basque, pleins en bois à barre, sont peints de la même couleur que les autres pièces de bois des façades ou de la charpente. Ils sont en général d’un rouge assez foncé dit rouge basque. On trouve également, à partir du XIXe siècle un bleu très foncé, sorte de bleu de Prusse, ou un vert « profond » également foncé, et parfois un gris très clair[14],[15]. À Arcangues, le marquis Pierre d’Arcangues a introduit un bleu plus clair, qui a conservé la dénomination de bleu d'Arcangues[M 2]. Les boiseries extérieures de la mairie en sont un bel exemple.

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Le plan local d'urbanisme (PLU) en vigueur a été annulé le 18 décembre 2012. De ce fait, selon l’article L.123-19 du Code de l’urbanisme qui autorise la révision d’un plan d'occupation des sols (POS) en cas d’annulation contentieuse d’un PLU dans la mesure où les évolutions ne portent pas atteinte à son économie générale, le POS du 15 novembre 2001 redevient d’actualité sous une forme qui peut être révisée[M 3]. Par décision du conseil municipal, cette révision sera soumise à l’assistance technique et administrative du service d'urbanisme intercommunal de l’agence publique de gestion locale[M 4].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Arcangues fait partie de la zone inondable de la Nive, aux côtés des communes de Bassussarry, Cambo-les-Bains, Halsou, Jatxou, Larressore, Ustaritz et Villefranque. L'atlas de zone inondable correspondant a été diffusé le 1er janvier 2002[16].

L' arrêté du 15 mai 2008, portant reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle, inclut Arcangues au titre de mouvements de terrain différentiels consécutifs à la sécheresse et à la réhydratation des sols de juillet 2005 à septembre 2005[17]. Des inondations et coulées de boue ont eu lieu en juin 1992, justifiant un arrêté de catastrophe naturelle en date du 6 novembre 1992, ainsi qu’en mai 2007 (arrêté du 12 juin 2007) et en janvier 2009 (arrêté du 28 janvier 2009). Enfin, outre la tempête de novembre 1982, la commune a été affectée par des inondations et des chocs liés à l'action des vagues par deux fois au cours des dernières années, en décembre 1999 et en janvier 2009[18].

La localité est située dans une zone de sismicité modérée de niveau 3 sur une échelle de 1 à 5[19].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Arcangues et son équivalent basque actuel Arrangoitze ont suivi des évolutions parallèles, même si les transcriptions anciennes de la forme basque sont rares[JE 2].

Les formes modernes connues d'Arrangoitze se retrouvent dans quelques dictons, auprès des villages voisins[JE 3]. Ainsi Pierre Bidart cite-t-il « Basa jauna, Arrangoitzeko : homme d’Arcangues, homme sauvage » et « Dena makila, Arrangoitzeko : homme d’Arcangues, tout en bâton »[20]. Cette forme est confirmée par Pierre Lhande en 1926[21]. Du XIXe siècle ou du début du XXe siècle, nous sont parvenues quelques variantes, telles Arrangoize, mentionnée par Resurreccion Maria de Azkue en 1905[22], Arkangoiz, cité par Pierre Haristoy[23], et Arcangos employée en basque par le poète Jean-Martin Hiribarren en 1853[24].

En ce qui concerne la graphie française actuelle, les formes suivantes ont été rapportées par Paul Raymond dans son Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque[25] : Archagos, Arcangos et Archangos (respectivement XIIe siècle, 1255 et XIIIe siècle, cartulaire de Bayonne[26]), Argangois et Argangos (1302 pour ces deux références, chapitre de Bayonne[27]), Saint-Jean-Baptiste d'Arcangos (1685 collations du diocèse de Bayonne[28]). La graphie Arcangos est, selon Jean-Baptiste Orpustan, également mentionnée en 1249[29], à laquelle Hubert Lamant-Duhart ajoute les années 1512, 1516 et 1517[HL 3]. Enfin, les minutes notariales ont conservé les formes Arcangos en 1637, 1642, 1646 et 1651, Arcangous en 1666, 1682, et enfin Arcangues à partir de 1711[30].

L’étude des anthroponymes est également riche en informations. Le Livre d’or de Bayonne ou cartulaire de Bayonne, ouvrage de l’abbé Jean Bidache publié en 1896, qui consiste en une sélection de textes sur une période qui s’étale du Xe siècle au XIVe siècle, permet de relever entre 1150 et 1170 Aner d’Archangos, S. de Archangos, Arbela d’Arcangos et Martin d’Arcangos[HL 4]. Les archives de Bayonne, regroupées en deux recueils, l’un nommé Registres gascons, et l’autre Registres français, sont également des sources intéressantes. Dans les Registres gascons, il est fait mention en 1578 de Sancin de Arangois et en septembre de la même année, de Sancin Darcangois, alors que les Registres français, mentionnant des actes de 1587, parlent Darcangues et de Sancin Darcangos[HL 5].


Évolution des graphies des toponymes Arcangues et Arrangoitze
Initiales romanes ARK basques ARR
Finales typiques
GOS/(GOZ)
influencées¹
GOIS/(GOIZ)
françaises
GUES
XIIe siècle
Archagos
XIIIe siècle
Arcangos/Archangos
XIVe siècle
Arcangos Arcangois
XVe siècle
Arcangos
XVIe siècle
Arcangos
1578 D’Arcangois² de Arangois²
1587 Darcangos² Darcangues Arrangoritz
XVIIe siècle
Arcangos/Arcangous Darcangues Arrangoritz
XVIIIe siècle
Arcangues
XIXe siècle
Arkaingoz³ Arkangoiz Arcangues Arrangoize
XXe siècle
Arcangues Arrangoitze
Source : ouvrage collectif, sous la direction de Hubert Lamant-Duhart, Arcangues, Ekaina,‎ 1986[JE 4].

1580 marque le début de l’emploi du français dans les registres de Bayonne.

¹ Influencées par la forme basque ; emploi très occasionnel.
² Patronymes signalés en fin du XVIIe siècle ou toponymes du village.
³ Emplois non conformes.

L’étymologie du terme basque divise les linguistes. Jean-Baptiste Orpustan propose un alliage des mots basques ar-gain, « hauteur rocheuse », et -goiz, « position ouverte vers l'est », ce qui amènerait à la formule complexe « hauteur rocheuse vers l'est »[29]. De son côté, Jean Espilondo bâtit sa proposition sur la base Ar(kh)angozea en la décomposant en Ar(kh)an⁵ + go(i)⁴ + (t)z³ + + et en s’appuyant sur une structure grammaticale et lexicale classique qui fournit La¹ (maison ou foyer) du² (site) en³ crête⁴ des vallons⁵[JE 5].

La loi du 4 mars 1790[31], qui détermine un nouveau paysage administratif de la France en créant des départements et des districts, décide de la naissance du département des Basses-Pyrénées en réunissant le Béarn, les terres gasconnes de Bayonne et de Bidache, et les trois provinces basques françaises. Pour ces dernières, trois districts sont créés : Mauléon, Saint-Palais et Ustaritz, qui remplace le bailliage du Labourd. Le siège d'Ustaritz est transféré presque immédiatement à Bayonne. Son Directoire incite un grand nombre de municipalités à adopter de nouveaux noms conformes à l'esprit de la Révolution. Ainsi Arcangues s'appelle Constante du 25 janvier 1794 au 15 mars 1795, dans une commune comprenant également Arbonne et Bassussarry[32].

Le gentilé est Arcanguais[33],[34] (ou Arrangoiztar[35] en basque).

Quelques maisons fortes ont laissé une trace dans la toponymie moderne, telle Ablaintz, mentionnée dès 1083, qui apparaît sous la forme Naubeis en 1149, ou Naubeys, forme gasconisée de Nalbaitz[36]. De même Berriotz (« lieu de défrichements ou essart ») est citée par le cartulaire de Bayonne en 1256 (« mediatatem trium partium decimationis de Berriots ») puis en 1311[HL 6],[Note 4]. Enfin la maison forte Gaztelur, aujourd’hui Gastelhur[5], apparaît en 1401, puis en 1517 dans les délibérations du corps de ville de Bayonne (Registres gascons)[36], Gastelur en 1764 dans les collations du diocèse de Bayonne[28], et enfin Gastellur en 1863 dans le dictionnaire topographique Béarn-Pays basque[25].

Ce dictionnaire est assez disert sur les lieux-dits, fermes et autres toponymes de la commune de la deuxième moitié du XIXe siècle. On y trouve Abots, l’hydronyme Alotz, orthographié Alots — affluent de l’Uhabia qui à laissé son nom au Moulin d’Alotz — le hameau de La Chapelle, Chourroumilatch (aujourd’hui Chourroumillatché[5]) qui désignait un moulin, Dornadiette (l’actuel Dornarieta[5]), la ferme Jauréguia, et enfin le bois Othéçarra qui pourrait être l’Othe Zahar actuel.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

De même que des recherches menées dans des communes proches d’Arbonne ont révélé le passage ou la station de l’homme préhistorique — Anglet, Bayonne, Biarritz, Bidart ou bien Saint-Pierre-d'Irube[Note 5] —, des fouilles ont permis d’identifier une activité humaine au Paléolithique moyen et supérieur, qui ont conduit la direction régionale des affaires culturelles (DRAC) Aquitaine à publier un arrêté préfectoral de zonage archéologique en date du 28 décembre 2009[37]. Celui-ci inclut plusieurs sites, tel celui de Berriotz[38], ainsi que ceux désignés sous les noms de cotes 54, 66, 71 et 76[39],[40],[41].

Antiquité[modifier | modifier le code]

Carte du relief du sud-ouest de la France et du nord de l’Espagne et localisation des peuples connus à l’époque romaine.
Carte de la Novempopulanie indiquant la position du territoire des Tarbelles au nord-ouest des Pyrénées.

Les Tarbelles (Tarbelli en latin), l’un des neuf peuples de la Novempopulanie et peuple aquitain (proto-basque) dont le territoire était centré sur Aquae Tarbellicae (Dax) tout en s’étendant au Labourd et à la Basse-Navarre, ont habité sous l’occupation romaine la zone où se trouve aujourd’hui Arcangues[42],[43]. Dès le début du Ier millénaire Arbonne, voisine immédiate d’Arcangues, se trouvait, selon l'Itinéraire d'Antonin, sur la voie romaine secondaire, dite du bord de mer, reliant Oiasso (Irun) à Guéthary, puis Lapurdum (Bayonne)[44].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La présence des maisons fortes, telles celles déjà mentionnées dans la section relative à la toponymie, est attestée à Arcangues depuis le XIe siècle. La première mention d’un seigneur d'Arcangues date du XIIe siècle, Sanche d'Arcangues étant cité comme témoin ou caution de transactions immobilières entre 1150 et 1170 dans le Livre d’or de Bayonne (feuillet 12)[HL 6].

Les routiers castillans qui, en 1438 (dernière partie de la guerre de Cent Ans), tentent de s’emparer de Bayonne, pillent, brûlent et massacrent les villages et les populations du Labourd, et les maisons fortes d’Arcangues subissent les assauts des pillards[HL 7]. En 1447, les routiers de Pierre de Haïtze dévastent à leur tour Arcangues et ses moulins[HL 7].

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Le début du XVIe siècle en Labourd est marqué par l'apparition de la peste. La lecture des Registres gascons permet de suivre son expansion[45]. Le 8 février 1517, la peste est signalée à Arcangues, ayant son foyer dans la maison Gastellur[46].

En 1523, les Espagnols s’avancent à nouveau vers Bayonne, et dévastent les campagnes environnantes[HL 8], qui seront une nouvelle fois mises à rude épreuve lors des guerres de religion, les troupes de Jeanne d’Albret s’approchant de Bayonne.

Lorsqu’éclate la guerre de Trente Ans en 1635, Bayonne est à nouveau menacée par les troupes espagnoles. Celles-ci franchissent la Bidassoa le 18 octobre 1636 et s’emparent d’Ascain, Béhobie, Biriatou, Ciboure, Hendaye, Saint-Jean-de-Luz et Urrugne en deux jours. Bloquées par l’hiver, elles se retranchent à Ciboure, mais les populations des villages établis entre la Nivelle et Bayonne désertent en masse leurs habitations. C’est le cas d’Arcangues, mais aussi d’Arbonne, d’Ahetze et de Bassussarry[HL 9]. D’octobre 1636 à octobre 1637, les armées espagnoles occupent le Labourd, et investissent les villages entre Nive et Nivelle, dont Arcangues. Laurent d’Arcangues fait partie, le 23 novembre 1637, de la délégation de témoins qui est reçue par le conseiller Pierre de Lespès, conseiller du roi en la sénéchaussée des Lannes, et qui déclare :

« […] de plus, dans les autres paroisses du pays de Labourd et circonvoisines de la frontière comme Guétari, Bidart, Biarritz, Saint-Pée d’Ibarron, Sare, Ainhoa, Arbonne, Ahetze, Souraïde, Espelette, Itxassou, Cambo, Larressorre, Ustaritz, Arcangues et Bassussarry, les habitants s’étant alarmés par l’approche de l’armée ennemie, abandonnèrent en partie leurs maisons et biens et perdirent des fruits cueillis et à cueillir, comme la pomme, le millet et le froment d’inde […][HL 10]. »

En 1656, la décision de Salvat de Gamboa d’Urtubie de se faire nommer bailli d’épée du Labourd, en lieu et place de Léonard de Caupenne, âgé de 17 ans, tout juste héritier de Jean de Caupenne, seigneur de Saint-Pée, déclenche une guerre civile. Martin de Chourio (noté Xurio en basque), notaire à Ascain et syndic général nommé par le biltzar du Labourd prend la tête des partisans de la maison de Saint-Pée, et s’oppose à Jean d’Arcangues, procureur du roi au bailliage du Labourd, qui soutient la maison d’Urtubie. Chourio prend le château d’Arcangues et le met à sac, en représailles à sa destitution décidée par le procureur du roi. Il entraîne alors une armée de 3 000 hommes en une véritable guerre fratricide qui ne cesse qu’un an plus tard avec le décès naturel de l’insurgé à Ascain[47]. L'intervention de Louis XIV, lors de son mariage à Saint-Jean-de-Luz en 1660, en faveur d’Urtubie, met fin à la succession héréditaire de la charge de bailli dans les maisons de Saint-Pée et d’Arbonne par une ordonnance rendue le 3 juin de la même année[HL 11].

La charge de procureur du roi appartient à la famille d'Arcangues dès le XVIIe siècle. Ainsi Laurent, seigneur et patron d'Arcangues, de Curutcheta et d'Elissagaray, est procureur du roi au bailliage du Labourd de 1614 à 1643[48]. Son fils Jean d'Arcangues reçoit la charge de procureur du roi par lettres patentes de Louis XIII du 4 juillet 1643. Pierre d'Arcangues assure la charge de 1670 à 1692. Enfin Gaspard d'Arcangues, qualifié d'écuyer, seigneur et patron d'Arcangues et de Curutcheta, est procureur du roi et le dernier membre de la famille à occuper cette charge, du 15 avril 1714 à 1749[HL 12]. Michel d'Arcangues, porteur des mêmes titres, baptisé à Bayonne le 17 octobre 1719, capitaine des milices provinciales du Labourd, épouse Rose d'Aragorri (1722-1758), par laquelle le titre de marquis espagnol d'Iranda passe à leur fils Nicolas François Xavier d'Arcangues (Arcangues, 1753 - Saint-Pierre-d'Irube, 1826)[49]. Le port de ce titre est autorisé en France, à titre viager, en avril 1781 par lettres patentes de Louis XVI[HL 13].

En janvier 1701 huit régiments d’infanterie et douze de cavalerie traversent Arcangues. Ils accompagnent le nouveau roi d’Espagne, Philippe V, qui gagne son royaume en passant par Bayonne[HL 14].

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

Dans une adresse datée du 15 octobre 1789, Nicolas François d’Arcangues et son frère, aux côtés des autres membres de la noblesse du Labourd[Note 6], demandent à l’Assemblée constituante le respect de leurs privilèges. Ce qui est plus original tient dans le fait que, unis avec le tiers état et le clergé, ils déclarent « qu'il n’existe pas entre eux de barrières causées par les aléas de la naissance, mais que tous ensemble doivent servir le progrès et la fraternité […] »[HL 15].

Suite à l’adoption le 12 juillet 1790 par l’Assemblée nationale constituante du décret portant sur la Constitution civile du clergé, réorganisant le clergé séculier français, le curé d’Arcangues, Gaspard de Gardera, ainsi que son vicaire, Harambillet, refusent de prêter allégeance à la Nation. Un nouveau curé assermenté est désigné en 1792, Martin Doyarçabal, qui assure également la responsabilité spirituelle de la paroisse d’Arbonne, le curé et son vicaire ayant également refusé l’allégeance. Doyarçabal abdiquera à la fin de l’année 1793[HL 16]. Trois cloches en bronze de l’église sont déposées, et envoyées à l’arsenal Sainte-Claire de Bayonne, pour y être fondues. De même des biens d’église (calices, patènes et ciboires) d’or et d’argent sont dirigés vers la Monnaie de Bayonne[HL 16].

Un décret du 6 pluviôse an II (25 janvier 1794) réunit en une seule commune, Constante, Arcangues, Bassussarry et Arbonne. Le siège de cette nouvelle commune est situé à Arcangues. Le premier conseil municipal de Constante se réunit le 23 mars 1794 à son siège d’Arcangues, sous la présidence de Dominique Duhart, d’Arcangues, maire désigné par le représentant du peuple ; ce conseil rassemble sept notables d’Arcangues, deux de Bassussarry et trois d’Arbonne[50]. Les communes reprennent leur autonomie le 15 mars 1795[50].

En 1794, à la suite de la désertion de quarante-sept jeunes gens d'Itxassou, le Comité de salut public — par son arrêté du 13 ventôse an II ou 3 mars 1794 — fait arrêter et déporter une partie des habitants (hommes, femmes et enfants) d'Ainhoa, Ascain, Espelette, Itxassou, Sare et Souraïde, décrétées, comme les autres communes proches de la frontière espagnole, « communes infâmes »[51]. Cette mesure est étendue à Biriatou, Cambo, Larressore, Louhossoa, Mendionde et Macaye.

Des centaines d’habitants sont « réunis dans diverses maisons nationales, soit dans le district d'Ustaritz, soit dans celles de la Grande Redoute, comme de Jean-Jacques Rousseau »[52]. En réalité, ils sont regroupés dans les églises, puis déportés dans des conditions très précaires à Bayonne, Capbreton, Saint-Vincent-de-Tyrosse et à Ondres. Les églises désaffectées, dont celles d’Arbonne et d’Arcangues alors réunies dans la commune dénommée Constante, accueillent momentanément les populations en transit[53]. La situation s’éternisant, la municipalité de Constante décide d’employer les déportés à des travaux agricoles, pour pallier l’absence de la main d’œuvre locale réquisitionnée pour les besoins des guerres de la Révolution française[54].

« […] Les gens de Sare sont enfermés dans l’église […] voyons que pour être concentrés dans cette église où l’air y est impur, la plupart sont malades et beaucoup en meurent, qu'il convient donc qu’ils soient aérés et qu’on ne peut mieux le faire qu’en les délivrant à des particuliers qui en répondront et qui leur donneront leur repas réglé qui améliorera leur santé. Arrête : 1) que les détenus des églises d’Arcangues et d’Arbonne pourront aller travailler chez les particuliers qu’on leur désignera ; 2) les particuliers les prendront à 6 h. et les rendront à 19 h., 19 h. 30 ; 3) il sera alloué aux prisonniers la même paye que les ouvriers de la commune […][55]. »

Les déportés demeureront sept mois à Constante et quitteront Arcangues le 8 septembre 1794 (22 fructidor an II). L’église rouvre ses portes au culte après l’adoption de la loi du 11 prairial an III (30 mai 1795). La guerre en Espagne, déclarée en mars 1793, se prolongeant, de nouvelles réquisitions sont appelées, concernant l’approvisionnement en fourrage et le transport des blessés. Constante, faisant suite à la réquisition du 23 juillet 1794, fournit 163 hommes à l’armée combattant dans la vallée du Baztan, dont 20 sont tués ou blessés[HL 17].

La défaite française de Vitoria, le 21 juin 1813, entraîne une nouvelle invasion des troupes espagnoles et anglo-portugaises menées par Arthur Wellesley, futur duc de Wellington, qui occupent Urrugne, Ascain, Sare, Ainhoa, Espelette, Souraïde et Saint-Pée à partir du 9 novembre 1813, puis Bidart, Ustaritz, Arbonne et Arcangues[HL 18]. La retraite française entraîne des pillages, que le préfet Charles-Achille de Vanssay décrit dans une missive au ministre de l’Intérieur adressée le 9 octobre 1813 : « Nos soldats partout, pillent en se retirant […] ils ont pillé le château d’Urtubie et Urrugne […] ainsi que les communautés d’Arcangues et d’Arbonne »[HL 18]. Wellesley installe son quartier général au château d’Arcangues, d’où il peut apercevoir Bayonne et la vallée de la Nive[HL 1]. De violents combats se déroulent les 10 et 11 décembre sur les territoires d’Arcangues et de Bassussarry, dont une croix située dans le cimetière d’Arcangues, dédiée aux soldats anglais tués dans la localité, porte encore aujourd’hui le témoignage. C’est des fenêtres du château que Wellesley suit le déroulement de la bataille de Saint-Pierre-d’Irube, à partir du 13 décembre 1813 et pendant cinq jours, qui entraîne la mort de 5 900 soldats français et 5 300 soldats alliés[HL 1]. Arcangues est encore le théâtre de quelques escarmouches, notamment le 3 janvier 1814, lors du repli de l’armée française. La campagne commencée en 1813 s’achève par les batailles d’Orthez (26 et 27 février 1814) et de Toulouse (10 avril 1814).

Articles détaillés : Bataille de la Nivelle et Bataille de la Nive.

Michel Louis d'Arcangues (San Sebastian, 1790 - Bayonne, 1868) est le quatrième marquis espagnol d'Iranda. Il devient maire d'Arcangues à deux reprises et conseiller général des Basses-Pyrénées ; il reçoit les insignes de chevalier de la Légion d’honneur et de commandeur de l’ordre de Charles III d'Espagne. En 1815, il prend le commandement de la garde d’honneur basque auprès de Marie-Thérèse de France, duchesse d’Angoulême à Bordeaux[HL 19].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Son fils aîné, Alexis d'Arcangues (Bayonne, 1821 - Saint-Pierre-d'Irube 1877), lui succède. Il est maire de Villefranque puis d'Arcangues et conseiller général des Basses-Pyrénées. Michel (Miguel Marie, Bayonne, 1857 - Arcangues, 1915), devient ensuite le 6e marquis espagnol d'Iranda. Pierre d'Arcangues, né le 12 avril 1886 à Paris et décédé le 22 mai 1973 à Arcangues, 7e marquis, est un poète et romancier. Il est maire de la localité durant 40 ans sans discontinuité, de 1929 à 1969, et père de Guy d'Arcangues, 8e marquis d'Iranda, vicomte d'Ascubea et homme de lettres, auquel on doit en particulier Les Tambours de septembre[HL 19].

La loi de séparation des Églises et de l'État, adoptée le 9 décembre 1905 entraîne des troubles à Arcangues le 21 février 1906, lors de la tentative d’inventaire du mobilier et des objets de culte. Le 6 mars, le percepteur, accompagné du commissaire de police et escorté de deux compagnies du 49e régiment d'infanterie, tente de se faire ouvrir les portes de l’église. Michel d’Arcangues s’interposant aux forces de police, est interpellé et arrêté, puis relâché.

« Monsieur le préfet, vous m’avez fait connaître que par arrêté vous m’avez suspendu de mes fonctions de maire d’Arcangues. Je vous remercie de l’honneur que vous me faites, je dis bien « honneur ». Je me serais cru déshonoré en effet, si je n’avais protesté avec toute mon énergie contre les procédés d'un gouvernement qui transforme en crocheteurs d’église des soldats qui pourraient être vos fils ou les miens […][56]. »

La guerre d'Espagne, débutée en 1936, entraîne l’exil d’Espagnols vers la France. La famille de la marquise s’installe au château d’Arcangues, avec parmi elle, le comte Alberto de Aguilar, confident du roi Alphonse XIII d'Espagne[HL 20].

Photographie d'une plaque commémorative.
Plaque commémorative des morts d’Arcangues durant les deux guerres mondiales.

Le monument aux morts, situé sous le porche de l’église, porte 54 noms au titre de la Première Guerre mondiale, soit près de 5 % de la population dénombrée au cours du recensement de 1911[HL 21].

Dès le 15 juin 1940, Guy et Jean d’Arcangues, âgés respectivement de seize et quatorze ans et en l’absence de leur père alors aux armées, ouvrent les portes du château aux réfugiés, Belges, apatrides et Juifs fuyant le conflit. Le 1er juillet 1940, un détachement allemand d’environ 600 hommes s'installe à Arcangues, les officiers et 250 soldats étant logés au château. Le commandant Escherbach y établit ensuite son quartier général jusqu’en juin 1944[HL 22]. En 1943, alors que le réseau d’évasion vers l’Espagne organisé par Michel, le fils aîné de la famille d’Arcangues, a déjà permis de nombreuses sorties du territoire, le marquis Pierre et son fils Guy sont arrêtés par des hommes de la Gestapo « pour complicité » sur dénonciation[HL 23]. Alors que Pierre d’Arcangues est condamné à un camp de concentration en Allemagne, son fils propose un échange qui est accepté. Il est déporté en Silésie, d’où il parvient à s’évader et à rentrer en France, alors que son père est revenu à Arcangues[HL 23].

1969 est marquée par la création de la première ikastola sur le territoire français, par Claire Noblia[57]. Il s'agit d'une école sous statut associatif où l'enseignement est majoritairement assuré en basque.

Le conseil municipal élu en 1977 accueille pour la première fois une femme en son sein, Mathilde Biolet[HL 24].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

À l'instar de l'ensemble des communes du Labourd, la vie municipale d'Arcangues de cette période est régie par une assemblée capitulaire (qui a donné Kapitala en basque) de maîtres de maisons[Note 7]. Ces assemblées élisent chaque année un maire-abbé (auzapeza) et des jurats[Note 8]. Le maire-abbé représente la paroisse aux réunions du biltzar qui ont lieu au moins trois fois par an à Ustaritz. Les activités du biltzar cessèrent avec l'abolition des féodalités décidée durant la nuit du 4 au 5 août 1789.

Article détaillé : Biltzar.

Les archives de Bayonne ont conservé le nom des abbés d'Arcangues[Note 9].

Révolution et Empire[modifier | modifier le code]

Après l'Assemblée constituante de 1789, la loi du 15 janvier 1790 substitue la commune à la paroisse. Arcangues devient alors une commune du district et du canton d'Ustaritz qui réunit alors les communes d'Arbonne, Arcangues, Jatxou, Ustaritz et Villefranque, dans le département des Basses-Pyrénées[HL 26]. Les fonctions de maire-abbé et de syndic du Labourd disparaissent. L'agent municipal, qui deviendra le maire, est assisté d'un agent national, très vite appelé adjoint[HL 26]. Dominique Duhart est nommé en 1794 par le représentant du Peuple. Sous le Consulat, c'est le préfet qui nomme les maires, et le premier d'entre eux à Arcangues est Jean Laborde le 24 juin 1800[HL 27]. La Seconde République admet en 1848 l'élection des maires dans les communes de moins de 6 000 habitants, mais à Arcangues la règle de nomination préfectorale ne change pas[HL 27].

Le Second Empire institue de nouveau le système de la nomination. Le 15 juin 1855, Michel d'Arcangues est confirmé dans ses fonctions de maire[HL 28]..

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

L'avènement de la Troisième République voit l'élection des maires réinstituée, et Alexis d'Arcangues devient maire élu en 1871[HL 29].

Arcangues fait aujourd'hui partie du canton d'Ustaritz, qui regroupe neuf communes autour d’Ustaritz, le chef-lieu de canton. Elle est rattachée à l'arrondissement de Bayonne et à la 6e circonscription des Pyrénées-Atlantiques, dont la députée est Sylviane Alaux (PS), depuis 2012[58].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Lors des consultations concernant les grands enjeux nationaux, en particulier lors des référendums, il est intéressant de constater que le corps électoral d'Arcangues s'est, de manière constante, prononcé au-delà des résultats nationaux. Ainsi lors du référendum du 5 mai 1946 portant sur le projet de constitution du 19 avril 1946, l'ensemble des électeurs français votent non à 53 % et ceux d'Arcangues à plus de 81 %[HL 30]. De même, le 28 septembre 1958, pour le référendum portant sur la ratification de la constitution posant les fondements de la Cinquième République, les électeurs d'Arcangues acceptent le projet à près de 90 %, et le corps électoral français à 82,6 %[HL 30]. Et cette tendance se confirme au cours de chacune des consultations nationales suivantes, le 8 janvier 1961 (oui à 85,7 % vs. 74,99 %), le 8 avril 1962 (oui à 93,37 % vs. 90,81 %), le 28 octobre 1962 (oui à 78,48 % vs. 62,25 %) et enfin le 23 avril 1972 (oui à 77,58 % vs. 66,32 %)[HL 31]. La seule exception à cette règle a lieu le 27 avril 1969, lors du référendum sur la réforme du Sénat et la régionalisation. À cette occasion, les électeurs arcanguais suivent une fois de plus les recommandations du chef de l'État, à 68,5 %, alors que le vote négatif du corps électoral français (52,41 %) allait conduire à la démission du président de la République Charles de Gaulle[HL 31]. Le référendum de 1992 (non à 51,31 % vs. 48,96 %) marque une rupture qui se répète en 2005 (oui à 53 % vs. 45,33 %).

Arcangues présente donc un profil politique constant, privilégiant les candidats de droite aux élections présidentielles et aux élections législatives. En revanche, l’édition de 2010 des élections régionales voit la victoire d’un candidat de gauche. Néanmoins, les électeurs ont moins voté pour le candidat de gauche que le reste du département lors des dernières élections régionales (50,77 % pour Alain Rousset dans les Pyrénées-Atlantiques[59] contre 39,41 % à Arcangues).

Élections présidentielles les plus récentes[modifier | modifier le code]

Lors du second tour des élections présidentielles de 2007, Nicolas Sarkozy, UMP, élu, avait obtenu 56,22 % des suffrages et Ségolène Royal, PS, 43,78 % des suffrages ; le taux de participation était de 88,35 %[80].

Lors du second tour des élections présidentielles de 2012, François Hollande, PS, élu, avait obtenu 45,97 % des suffrages et Nicolas Sarkozy, UMP, 54,03 % des suffrages ; le taux de participation était de 84,95 %[81].

Élections municipales les plus récentes[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants lors des derniers recensements étant compris entre 2 500 et 3499 habitants, le nombre de membres du conseil municipal est de 23[82].

Lors des élections municipales de 2008, les 23 conseillers municipaux ont été élus dès le premier tour ; le taux de participation était de 72,90 %[83]. Jean-Michel Colo est élu maire de la commune.

Lors des élections municipales de 2014, les 23 conseillers municipaux ont été élus au second tour, avec un taux de participation de 73,66 % ; la liste LDVD présentée obtient deux sièges au conseil communautaire[84]. Philippe Etcheverria est élu à la tête de la municipalité.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[HL 32]
Période Identité Étiquette Qualité
1791 1794 Jean Etcheberry    
1794 1795 Jean Laborde    
1795 1797 Pierre Mimiague    
1797 1799 Bertrand Dunate    
1799 1800 Jean Laborde Petita    
1800 après 1803[Note 10] Dominique Bastres    
 ? 1815 Jean-Baptiste Larre[Note 11]    
1815 1827 Michel d'Arcangues[Note 12]    
1827 1833 Michel Garrin[Note 13]    
1833 1837 Étienne Mimiague    
1837 1840 Pierre Darthayet    
1840 1848 Michel Garrin    
1848 1852 Étienne Mimiague    
1852 1868 Michel d'Arcangues    
1868 1871 Jean Aldabe    
1871 1877 Alexis d'Arcangues    
1878 1892 Dominique Doyhenard    
1892 1904 Alexandre Molinié    
1904 1906 Michel d'Arcangues[Note 14]    
1906 1908 Jean Biolet    
1908 1915 Michel d'Arcangues    
1915 1919 Jean Biolet[Note 15]    
1919 1929 André Soulange-Bodin    
1929 1969 Pierre d'Arcangues    
1969 1971 Jean d'Arcangues    
1971 1983 Albert Viala    
1983 2014 Jean-Michel Colo RPR puis UMP  
2014 en cours
(au 5 novembre 2014)
Philippe Etcheverria DVD  

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Dans le ressort de la cour d'appel de Pau, Arcangues relève de Bayonne pour toutes les juridictions, à l'exception du tribunal administratif situé à Pau et de la cour administrative d'appel de Bordeaux[85].

La commune se trouve dans la circonscription de gendarmerie de Bayonne et de la brigade de proximité d'Ustaritz[86].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Ordures ménagères[modifier | modifier le code]

La commune adhère au syndicat mixte Bizi Garbia pour le traitement et la valorisation des déchets ménagers et assimilés. Depuis 1982, le centre d'enfouissement technique retenu est celui de Saint-Pée-sur-Nivelle. Arcangues met sur le territoire communal quatre plateformes de tri sélectif à disposition de ses habitants, ainsi qu’une déchèterie gérée par le syndicat. Celui-ci assure en outre la gestion de trois autres déchèteries, situées à Bidart, Saint-Jean-de-Luz et Saint-Pée-sur-Nivelle[87].

Qualité de l’eau[modifier | modifier le code]

Arcangues a confié la gestion de l’alimentation et de la collecte de l’eau potable et de l’assainissement des eaux usées au syndicat mixte d’assainissement collectif et non collectif URA, dont le siège est à Ustaritz. Sa compétence couvre l’assainissement individuel, la gestion et la vérification des systèmes d’assainissement autonome[88]. L’eau potable alimentant Arcangues provient d’un forage en nappe phréatique, situé à proximité de la Nive au lieudit Errepira à Larressore, d’un pompage dans la Nive à Ustartiz, et de la source du Laxia, appartenant à la ville de Bayonne[89].

En outre sous la coordination de l’État, Arcangues, en collaboration avec les communes d’Ahetze, Arbonne, Bidart, Guéthary et Saint-Pée-sur-Nivelle, a lancé l’élaboration d’un contrat de bassin centré sur l’Uhabia, avec trois thématiques : l’amélioration de la qualité de l’eau, la préservation du patrimoine naturel et la protection des biens et personnes en zone inondable[M 5]. Cette démarche s’articule autour d’une structure de gestion opérationnelle, le syndicat intercommunal à vocation multiple (SIVOM) de l’Uhabia créé en 2004[90].

Finances locales[modifier | modifier le code]

Arcangues appartient à la strate des communes ayant une population comprise entre 2 000 et 3 500 habitants. Le tableau ci-dessous montre le résultat comptable par habitant sur dix années (période 2004 - 2013), ainsi que le solde de financement des investissements, toutes données comparées à la moyenne de la strate.

Comptes de la commune d’Arcangues de 2004 à 2013.
Résultats exprimés en €/habitant.
Années Résultat comptable Besoin (Besoin) ou capacité (Capacité) de
financement des investissements
Capacité
d'autofinancement (CAF)
Arcangues Moyenne de
la strate
Arcangues Moyenne de
la strate
Arcangues Moyenne de
la strate
2004
127 213 Capacité 190 Besoin 20 127 222
2005
163 242 Capacité 210 Besoin 11 162 254
2006
139 265 Besoin 73 Capacité 21 139 279
2007
170 177 Capacité 33 Capacité 20 177 183
2008
156 176 Besoin 176 Besoin 12 163 184
2009
163 174 Capacité 231 Capacité 5 169 181
2010
531 186 Besoin 79 Capacité 16 537 195
2011
181 179 Capacité 515 Capacité 1 181 189
2012
345 176 Besoin 255 Capacité 18 352 187
2013
266 163 Capacité 156 Besoin 14 268 173
Sources des données : les comptes des communes - Arcangues[91].

Strate : communes de 2 000 à 3 500 habitants.

Taux de fiscalité directe en 2013.
Taxe Taux voté à Arcangues Taux moyen de la strate
d'habitation 4,27 % 12,79 %
foncière sur le bâti 7,29 % 17,73 %
foncière sur le non-bâti 13,65 % 51,18 %
Sources des données : les comptes des communes - Arcangues[91].

Taxes en pourcentage de la valeur locative cadastrale.

Strate : communes de 2 000 à 3 500 habitants appartenant à un groupement fiscalisé.

Les remarques suivantes sont toujours faites en comparant Arcangues aux autres communes de la même strate (communes de 2 000 à 3 500 habitants)[Note 16]. La séquence des données montre une situation financière moins favorable que la moyenne de la strate jusqu’en 2009, le résultat comptable annuel se positionnant à partir de 2010 au-dessus du résultat moyen de la strate ; le taux de la taxe d’habitation est significativement inférieur au taux moyen de la strate ; le poids de l'impôt foncier, tant pour les propriétés bâties que non-bâties, est nettement inférieur à la moyenne ; l'annuité de la dette par habitant (31 €) représente moins du tiers de la moyenne de la strate.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Arcangues fait partie de sept structures intercommunales[92] :

  • la communauté de communes Errobi ;
  • le SIVOM d'Arbonne - Arcangues - Bassussarry ;
  • le syndicat d'énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat intercommunal pour la gestion du centre Txakurrak ;
  • le syndicat intercommunal pour le soutien à la culture basque ;
  • le syndicat mixte d'alimentation en eau potable Ura ;
  • le syndicat mixte d'assainissement collectif et non collectif Ura (à la carte).

La commune adhère à l'Eurocité basque Bayonne - San Sebastian.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 107 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 17],[Note 18].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
680 617 761 836 889 982 964 994 1 055
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 083 1 099 1 087 1 006 1 061 1 028 1 040 975 1 051
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 084 1 072 1 093 1 028 1 062 1 271 1 149 1 110 1 160
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
1 348 1 580 1 728 2 155 2 506 2 733 2 985 3 107 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[32] puis Insee à partir de 2004[93].)
Histogramme de l'évolution démographique


Depuis la fin du XVIIIe siècle jusqu’en 1954, la population s’est accrue de 480 unités, soit une moyenne très faible inférieure à 3 habitants supplémentaires par an. Il faut y voir l’impact des ravages provoqués par les batailles qui ont marqué le Labourd, ainsi que des deux conflits mondiaux. De 1954 à 2011, près de 2 000 âmes viennent s’ajouter au décompte, soit une progression de près de 35 habitants additionnels chaque année.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Photographie de fenêtres à meneaux, avec un linteau de bois foncé, et, sur le mur blanchi à la chaux, une enseigne en fer forgé indiquant l’école, d’une écriture enfantine.
L’école enfantine d’Arcangues.

La commune d’Arcangues est rattachée à l’académie de Bordeaux[94]. Elle dispose d'une école communale primaire (maternelle et élémentaire), qui fait partie de la zone d'animation pédagogique (ZAP) Nive-et-Adour[M 6],[95].

L'ikastola Arrangoitze ikastola Laguntza a été fondée en février 1984, sous la forme d'une association déclarée[96]. Elle résulte de la création en 1969 de la première maternelle en langue basque par Claire Noblia, qui allait donner naissance au réseau Seaska, fédération des écoles en langue basque du Pays basque français[97],[98]. Le basque est aujourd'hui enseigné à l'école primaire d'Arcangues, située à proximité de la mairie[99].

Les collèges et lycées les plus proches se situent à Biarritz qui offre l'accès à deux collèges publics (collèges Villa-Fal et Jean-Rostand) et à un collège privé (collège de l'Immaculée-Conception) et au lycée André-Malraux, lycée d'enseignement général de la commune. Un lycée technologique et professionnel, nommé Biarriz-Atlantique et orienté vers l'hôtellerie et le tourisme, est installé dans le quartier de La Négresse[100]. Les enfants d’Arcangues peuvent également poursuivre le cycle d’études secondaires à Saint-Pée-sur-Nivelle, où se trouvent le collège Arretxea et le lycée agricole privé Saint-Christophe[101]. Le lycée René-Cassin de Bayonne propose un BTS pour les métiers de l'image et du son dans son antenne située à Biarritz[102].

Le campus bayonnais de la Nive est situé à une dizaine de kilomètres[103]. Celui-ci fait partie de l'UFR pluridisciplinaire de Bayonne - Anglet - Biarritz, qui dépend de l'université de Pau et des Pays de l'Adour[104]. Le site de Bayonne accueille également un IUT, un site de l'IAE des Pays de l'Adour, lequel offre des formations en gestion et management[104], ainsi qu'une antenne délocalisée de l'université de Bordeaux (Institut universitaire professionnalisé sport, management et gestion des entreprises)[105]. Un IFSI (institut de formation en soins infirmiers) se situe à proximité du site Saint-Léon du Centre hospitalier de la Côte Basque[106]. D’autre part, l’ESTIA (école supérieure des technologies industrielles avancées) est située à Bidart dans la technopole Izarbel.

Biarritz dispose d'une antenne du conservatoire à rayonnement régional Maurice-Ravel, tout comme Bayonne et Saint-Jean-de-Luz.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Les fêtes d’Arcangues se déroulent durant le premier week-end de juin. Le comité des fêtes en assure l’organisation[M 7]. L'édition de 2014 a, outre les traditionnelles compétitions de force basque et de pelote basque, rendu hommage à Luis Mariano à l’occasion de son centenaire[107].

Santé[modifier | modifier le code]

La commune dispose, au 22 novembre 2014, d'un médecin généraliste, d’un cabinet d’infirmières, de cinq kinésithérapeutes ainsi que d'un dentiste, répartis dans les différents quartiers. Une pharmacie et un laboratoire d’analyse complètent l’offre médicale[M 8].

Les habitants d’Arcangues peuvent bénéficier des services de santé des communes voisines, Bayonne, Biarritz et Saint-Jean-de-Luz. L’offre du centre hospitalier de la Côte Basque, principalement établi sur Bayonne et Saint-Jean-de-Luz, se complète de plusieurs cliniques, dont la polyclinique d’Aguiléra à Biarritz et celle, Côte-Basque-Sud, de Saint-Jean-de-Luz.

Sports[modifier | modifier le code]

Photographie d’un homme jouant à la pala sur le mur d’un fronton rose.
Le fronton, adossé au mur de la mairie.
Vue d’un golf sur fond de montagnes.
Le golf d’Arcangues devant la Rhune.

Outre la société de pelote basque Lau-herri, issue du jumelage en 1986 des associations de trois villages voisins, Ahetze, Arbonne et Bassussarry[JO 1], et qui vit éclore le champion professionnel Simon Haran, la vie associative s'organise autour de la société Emak-Hor, regroupant des sections de rugby, de hand-ball, de gymnastique d’entretien, une fanfare, un chœur d'hommes (Adixkideak) et un groupe folklorique. La section rugby fut créée en 1971 par Albert Ferrus, auquel succéda Jean-Michel Colo, maire d’Arcangues de 1983 à 2014[JO 1].

Le golf situé entre Arcangues et Arbonne a permis de sauvegarder le patrimoine environnemental de la commune[M 9]. Il s’agit d’un parcours de 18 trous, créé dans les années 1990 par Guy et Jean d’Arcangues[M 10].

Cultes[modifier | modifier le code]

Arcangues fait partie de la paroisse catholique Saint-Jean-Baptiste de l’Uhabia-Arcangues, qui dépend du diocèse de Bayonne, Lescar et Oloron, suffragant depuis 2002 de l’archidiocèse de Bordeaux[108]. Mgr Marc Aillet est l’évêque de ce diocèse depuis le 15 octobre 2008. La paroisse couvre les cures d’Ahetze, Arbonne, Arcangues et Bassussarry[109].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage était de 37 876 €, ce qui plaçait Arcangues au 4 726e rang parmi les 31 886 communes de plus de 49 ménages en métropole[110]. En 2009, 36,7 % des foyers fiscaux n'étaient pas imposables[Insee 3].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2011, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 1 970 personnes, parmi lesquelles on comptait 70,9 % d'actifs dont 66,4 % ayant un emploi et 4,4 % de chômeurs[Insee13 1].

On comptait 784 emplois dans la zone d'emploi, contre 697 en 1999. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 1 323, l'indicateur de concentration d'emploi est de 59,2 %, ce qui signifie que la zone d'emploi offre moins d'un emploi par habitant actif[Insee13 2],[Note 19].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2011, Arcangues comptait 325 établissements : 31 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 8 dans l'industrie, 53 dans la construction, 194 dans le commerce-transports-services divers et 39 étaient relatifs au secteur administratif[Insee13 3]. En 2013, 24 entreprises ont été créées à Arcangues[Insee13 4], dont 19 par des autoentrepreneurs[Insee13 5].

Le tableau ci-dessous détaille les établissements actifs par secteur d'activité au regard du nombre de salariés[Insee13 6] :

Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2011.
Total  % 0
salarié
1 à 9
salariés
10 à 19
salariés
20 à 49
salariés
50 salariés
ou plus
Ensemble 325 100,0 242 72 7 1 3
Agriculture, sylviculture et pêche 31 9,5 29 2 0 0 0
Industrie 8 2,5 5 3 0 0 0
Construction 53 16,3 32 19 1 0 1
Commerce, transports, services divers 194 59,7 145 45 1 1 2
dont commerce et réparation automobile 39 12,0 21 17 0 0 1
Administration publique, enseignement, santé, action sociale 39 12,0 31 3 5 0 0
Champ : ensemble des activités.

L'examen de ce tableau amène quelques remarques[Note 16] : l'essentiel de l'activité économique est assuré par des entreprises du secteur tertiaire ; l'agriculture, sylviculture — et pour mémoire, la pêche, compte tenu de la localisation d’Arcangues — représentent encore aujourd’hui une part importante de la vie économique de la localité ; moins de 5 % de l'activité est assuré par des entreprises du secteur industriel, qui reste concentré sur des structures de moins de dix salariés ; trois établissements emploient plus de 50 salariés, l’un dans la construction et deux dans le secteur tertiaire ; l'administration publique, l’enseignement, la santé et l’action sociale forment une activité qui regroupe plus de 10 % des entreprises.

Agriculture[modifier | modifier le code]

Si l'ensemble agriculture, sylviculture et pêche représente 31 établissements actifs en 2011, il ne reste plus en cette même année à Arcangues que quatre agriculteurs exploitants, alors qu'ils étaient encore seize en 2006[Insee13 7]. Ces quatre exploitations ne générent plus que 16 emplois, en nette décroissance depuis 2006 (51 emplois)[Insee13 8].

Artisanat et industrie[modifier | modifier le code]

ETPM (Entreprise de Travaux Publics Multiples) est une entreprise française indépendante dont le siège social est à Arcangues. Son activité principale est la réalisation de travaux de réseaux électriques, d’éclairage public et de télécommunications. Elle emploie, en 2012, 110 personnes à Arcangues, sur un effectif total de 300 employés, réalisant cette année-là un chiffre d’affaires de plus de 55 millions d’euros[111].

La zone artisanale de Planuya accueille un site de production de béton prêt à l’emploi, PBA (Produits Béton Amikuze), aux côtés de divers sociétés artisanales telles un atelier de maintenance et réparation d’ascenseurs, une activité de sablage des métaux, des fournitures de matériaux pour peinture industrielle ou une unité de fabrication d'équipements de communication[M 11]. Cette zone artisanale, aménagée dans les années 1980 et située à proximité de la D932 menant de Bayonne à Cambo-les-Bains, couvre 7,6 ha. Elle a fait récemment l’objet d'un réaménagement destiné à améliorer la sécurité routière, financé par la commune et réceptionné le 31 octobre 2014[M 12]. L’investissement d’un montant de 360 000 € est à comparer à la contribution économique générée annuellement de plus de 400 000 €[M 13].

Commerces et services[modifier | modifier le code]

La société SIS sécurité, spécialisée dans la protection contre l’incendie et l’effraction des habitations, est basée à Arcangues. Son effectif est compris entre 50 et 99 agents[112].

Le village bénéficie d’un ensemble de commerces de proximité tels une supérette, un bureau de tabac également dépôt de presse, un fleuriste, un fournisseur de mobilier de jardin, un tapissier et une brocante. D’autres activités telles un élevage de gibier et un tailleur de pierres renforcent l’image traditionnelle du village[M 11].

La crèche Laminak (Lutins), initialement titulaire d'un agrément autorisant l'accueil de 25 enfants de 3 mois à 4 ans, a été agrandie en 2009 et a vu sa capacité d'accueil portée à 37 enfants en 2010[113]. Elle est située à proximité de la place du village[114].

Tourisme[modifier | modifier le code]

En 2014, l'offre touristique proposée sur Arcangues se répartit entre deux hôtels, une résidence et cinq restaurants[M 14]. Huit établissements chambres d'hôtes et trois Gîtes de France viennent compléter les capacités d’accueil de la localité[115].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Arcangues compte trois monuments répertoriés à l'inventaire des monuments historiques[116].

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.


Le château d'Arcangues fut reconstruit en 1900[117] et classé par les monuments historiques en 1992. Le corps central du bâtiment, flanqué de deux ailes imposantes, est surmonté d'une verrière qui illumine l'intérieur de l'édifice. Il s'élève sur une petite colline, au milieu d'un parc planté de chênes. Le premier château d'Arcangues semble avoir été édifié au XIIe siècle et fut le siège de la seigneurie à l'origine du village[HL 33]. Le château d'Arcangues, comme celui du Bosquet, fut occupé par les Allemands durant la Seconde Guerre mondiale.

Du carrefour situé devant l’entrée du château part un chemin en pente douce qui monte vers la place du village, autrefois bordé de stèles discoïdales — aujourd’hui rassemblées dans le cimetière. Sur le côté droit du chemin, se dresse un vaste banc de pierre, dont le dossier est décoré de céramique d’Édouard Cazaux, représentant des scènes de danses basques[CM 1]. La fontaine sur la place, figurant une tête d'homme coiffée d'un béret, de la bouche duquel jaillit l'eau, représente Léon Hegoas, dit Brasquette, de la maison Brasketa, à qui le marquis d'Arcangues avait prédit « qu'il saurait bien lui faire boire de l'eau »[CM 2].

Le château du Bosquet fut reconstruit en 1905 par Jean-Baptiste Ernest Lacombe pour le compte d'André Soulange-Bodin, ministre plénipotentiaire. Il est situé au quartier Lanchipiette. Sa particularité est de présenter au nord, une façade édifiée dans le style anglais, et au sud, une façade dans le style basco-normand[HL 34]. Il ouvre sur un vaste panorama de la chaîne des Pyrénées et du golfe de Gascogne.

La villa Berriotz, datant de 1929, est l'œuvre de l'architecte Louis Sue, et fut construite pour le couturier Jean Patou[118]. Initialement inscrite partiellement aux monuments historiques en 1996 elle a fait l'objet d'un nouveau classement complet le 19 septembre 2013.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.


Le clocher de l'église du XVIe siècle est inscrit aux monuments historiques depuis 1925[119]. Déjà remplacé en 1893 par un clocher néogothique à terrasse et créneaux, il a été de nouveau transformé en 1961[CM 3]. Une inscription au-dessus de l'entrée de la chapelle indique que l'église Saint-Jean-Baptiste de l'Uhabia fut fondée en 1516 par Augier d'Arcangues, écuyer et seigneur du lieu. L’église est en grès rouge, presque entièrement recouvert d’un enduit au mortier[CM 4]. Le porche, qui abrite des sépultures et une stèle commémorative des Première et Seconde Guerre mondiales, est de facture récente. Le vitrail daté de 1947 est l’œuvre de Jean Lesquibe[CM 4]. L’entrée dans l’église se fait par un portail en arc brisé qui donne sur une nef unique sans transept ni collatéraux, mais avec deux étages de galeries en bois à balustres du XVIIe siècle qui figurent parmi les plus anciennes du Labourd[CM 3],[36].

Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.


Le cimetière recèle une importante collection de stèles discoïdales essentiellement postérieures au XVIe siècle, réunie par le marquis Pierre d'Arcangues, et regroupant des pièces provenant des trois provinces du Pays basque français[MD 2].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.


Une partie du territoire de la commune appartient à la réserve naturelle régionale d'Errota Handia, gérée par le conservatoire d'espaces naturels d'Aquitaine et créée en 2008[121],[122]. 250 espèces végétales et 274 espèces animales y ont été, à ce jour, répertoriées dont 140 espèces d’oiseaux[123]. On compte en particulier le Grèbe castagneux (Tachybaptus ruficollis), l’Aigle botté (Hieraaetus pennatus), le Busard des roseaux (Circus aeruginosus), le Balbuzard pêcheur (Pandion haliaetus), ainsi que 38 espèces d’odonates, dont l’Agrion de Mercure (Coenagrion mercuriale) et 50 espèces de lépidoptères diurnes.

Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.


Le conservatoire d’espaces naturels d’Aquitaine gère également l'étang de Chourroumillas (Xurrumilatx), zone humide située au nord-ouest de la commune[124]. Les espèces qui sont présentes dans cette zone privilégiée sont pour la plupart emblématiques de l'Aquitaine, telle les tortues cistude d’Europe (Emys orbicularis) et émyde lépreuse (Mauremys leprosa), le Vison d'Europe (Mustela lutreola), espèce menacée, et la lamproie de Planer (Lampetra planeri). On trouve également des oiseaux nicheurs et hivernants comme le Canard siffleur (Anas penelope), la Sarcelle d'hiver (Anas crecca) et le Fuligule milouin (Aythya ferina), le Butor étoilé (Botaurus stellaris) et le Bihoreau gris (Nycticorax nycticorax). Enfin, parmi les espèces végétales présentes sur le site, on compte le Séneçon de Bayonne (Senecio bayonnensis), le grémil prostré (Lithodora prostata), la Droséra intermédiaire (Drosera intermedia), la zannichellie des marais et le lis des marais (Amaryllidaceae).

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.


Un théâtre de nature, édifié en 1968 et dû à l'architecte bayonnais Cazamayou, est présent côté nord, en contrebas de la mairie et du fronton, et apparait sous la forme d'un immense préau, à charpente traditionnelle, fermé à l'ouest par des baies vitrées. Les gradins, côté sud, sont dominés par une immense fresque de Ramiro Arrue[CM 5]. Un escalier permet de rejoindre le fronton aménagé contre le mur de la mairie, en passant devant la fontaine ombragée du théâtre.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Langues[modifier | modifier le code]

D'après la Carte des Sept Provinces Basques du prince Louis-Lucien Bonaparte (1863), le dialecte basque parlé à Arcangues est le haut-navarrais septentrional. Cependant la classification a changé. Grâce aux nouveaux critères méthodologiques, la dialectologie basque s'est considérablement développée au cours des dernières années. Et selon les derniers travaux réalisés par le philologue Koldo Zuazo, le dialecte basque utilisé à Arcangues est le navarro-labourdin avec un sous-dialecte est-ouest, combination entre le sous-dialecte navarro-labourdin de l'est et de l'ouest[125].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Plaque de marbre portant la photo et le nom de Luis Mariano.
Plaque commémorative sur la tombe de Luis Mariano.

L’histoire d’Arcangues est bien entendu intimement liée à celle de la famille des seigneurs d’Arcangues, qui a assuré le contrôle de l’administration locale de 1540 à 1749 sans discontinuité, et offert des titulaires de l’écharpe municipale pour 84 des années de l’après-Révolution[36]. Politiques et gestionnaires avisés, ils se sont également passionnés pour la littérature, pratiquant par eux-mêmes ou attirant les talents de leur époque. Pierre et Guy d'Arcangues, l'auteur de Les Tambours de septembre en sont les représentants au XXe siècle. Ils ont fréquenté André Soulange-Bodin (1855-1937), inhumé à Arcangues, diplomate et homme politique français, ministre plénipotentiaire à Berlin, puis directeur du personnel et du secrétariat des Affaires étrangères à Paris, maire d'Arcangues de 1919 à 1929, qui est l'auteur de deux ouvrages diplomatiques : La diplomatie de Louis XV et le pacte de famille (1894) et L'avant-guerre allemande en Europe (1918). Il est le fondateur de l'association la maison basque de Paris. Son fils, Henry Soulange-Bodin (1885-1965), inhumé lui-aussi à Arcangues, est un homme de lettres et historien français, spécialiste des châteaux de France.

L’église d’Arcangues a également accueilli ses poètes. Pierre Léon, dit Léon Léon, né en 1896 à Hasparren et mort en 1962 à Ustaritz, fut curé de la paroisse de 1932 à 1941[CM 6]. Il est l’auteur de poèmes, de comédies et d’une traduction de basque de l'Imitation de Jésus-Christ. Jules Martin Moulier, dit Oxobi, bertsolari, poète, écrivain et Académie de la langue basque, est né à Bidarray en 1888 et mort à Bayonne en 1958. Il fut prêtre d’Arcangues de 1941 à 1955[CM 7].

On ne peut bien sûr parler d'Arcangues sans mentionner Luis Mariano, citoyen d’honneur du village[CL 1], de son vrai nom Mariano Eusebio González y García, né à Irun en 1914 et décédé à Paris en 1970, ténor basque-espagnol. Tout comme ses parents, il repose au cimetière d'Arcangues, régulièrement envahi par ses admirateurs. Un buste représentant le chanteur, sculpté par Paul Belmondo est visible dans un jardin de la commune[CM 1]. Luis Mariano fit construire à Arcangues Marionako Borda, maison basque où il fit de nombreux séjours à partir de 1961[CL 1].

Arcangues a également vu le passage de nombreuses célébrités, invitées du château, et a attiré des hommes politiques et des diplomates, tel Casimir d'Angosse, homme politique français qui épousa Rose d'Arcangues (1793-1817), Jean-Baptiste Mariani, décédé le 18 janvier 1890 à Rome et inhumé le 2 février suivant à Arcangues, diplomate français, ministre plénipotentiaire à Munich en 1882, puis ambassadeur de France à Rome en 1890[HL 35], ou encore Gustave Pordea, né le 3 février 1916 à Dej (Roumanie) et mort le 12 août 2002 à Arcangues, un diplomate et homme politique franco-roumain.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Écartelé : au 1 d'argent à l'arbre arraché de sinople, et au lion de gueules passant contre le fût ;

au 2 et 3 d'azur à la croix d'or ; au 4, de gueules à trois pigeons d'argent rangés sur une terrasse de sinople.

Sur le tout : de gueules à trois chevrons d'or[HL 36],[Note 20].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ouvrage collectif, sous la direction de Hubert Lamant-Duhart, Arcangues, Ekaina,‎ 1986

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L’orthodromie considérée, séparant Arcangues de la ville frontalière Hendaye, est indiquée par Lionel Delvarre, « Orthodromie entre Arcangues et Hendaye », sur le site Lion 1906 (consulté le 7 novembre 2014).
  2. On parle de puissance d’un gisement pour désigner l’épaisseur. Voir à ce propose « la définition du mot Gisement », sur le site de l’Encyclopædia universalis (consulté le 30 novembre 2014).
  3. Ce record de chaleur n’apparaît donc pas dans le tableau suivant, qui couvre la période 1961-1990.
  4. Selon Eugène Goyheneche, Le Pays basque : Soule, Labourd, Basse-Navarre, Société nouvelle d’éditions régionales et de diffusion, Pau,‎ 1979 (notice BnF no FRBNF34647711), p. 581, les terres de Berriotz étaient, en 1311 délimitées par les ruisseaux Xilaro, Barbera et Iharre.
  5. Outils de pierre néandertaliens (- 80 000 / - 45 000 correspondant à la période Moustérien – Glaciations de Riss et de Würm II).
  6. Selon Hubert Lamant-Duhart, Arcangues, Ekaina,‎ 1986, p. 176, les autres membres de la noblesse sont les sieurs de Caupenne d’Amou de Saint-Pée, de Belzunce de Macaye, Larralde Diusteguy, de Haïtze, de Roll Montpellier, de Salha, de Colombots, de Gramont de Castera, chevalier de Haits, Dibarat-Hirigoyen, Duhalde de Sorhouet et de Saint-Martin.
  7. Le régime capitulaire est consacré par les « coutumes générales gardées et observées au Pays de Labourd et son ressort », qui seront adoptées le 10 mai 1514 et enregistrées par le parlement de Bordeaux le 9 juin 1514 (source : Hubert Lamant-Duhart, Arcangues, Ekaina,‎ 1986, p. 205). On y lit : « Les paroissiens de chacune des paroisses d'icelui pays de Labourd, peuvent entr'eux s'assembler pour traiter de leurs besoins communs et de leur paroisse à chaque fois que besoin sera, et peuvent faire et ordonner entr'eux, statuts et ordonnances particulières pour entretenir et garder leurs bocages, padouans et pâturages, et ce, selon la loi vulgairement appelée de saint Benoît, et autrement pour procurer de leurs négoces loisibles, au profit commun d'entr'eux et de ladite paroisse […] Lesquels iceux paroissiens sont tenus tenir et observer, pourvu toutefois qu'iceux statuts ou ordonnances ne soient contre le bien commun nu au préjudice du roi ni de ses droits. »
  8. Le terme abbé n'a aucune signification ecclésiastique, mais à l'image de la règle de Règle de saint Benoît pour le chapitre, la paroisse désigne un abbé pour la représenter.
  9. Archives municipales de Bayonne, EE 17.
  10. La disparition du registre des délibérations de la période impériale ne permet pas de connaître les noms des maires entre Dominique Bastres et Jean-Baptiste Larre.
  11. Jean-Baptiste Larre (1753-1832) maire d'Arcangues sous l'Empire, démissionna en 1815. Il avait été conseiller d'arrondissement.
  12. Michel Louis d'Arcangues (1790-1868), nommé maire par le préfet des Basses-Pyrénées le 22 décembre 1815, et confirmé par un nouvel arrêté préfectoral du 19 juillet 1821.
  13. Michel Garrin (1770-1849) avait été précédemment nommé adjoint de Michel d'Arcangues depuis 1815. La Monarchie de juillet ayant modifié la loi électorale, sa nomination fut effectuée par le Conseil municipal le 14 décembre 1831.
  14. Michel d'Arcangues fut destitué au printemps 1906 à la suite de sa position contre l'inventaire des biens ecclésiastiques.
  15. Suite au décès de Michel d'Arcangues en 1915, Jean Biolet, adjoint fait office de maire jusqu'aux premières élections intervenant après l'armistice.
  16. a et b Ces remarques ne résultent pas d'une étude statistique des données présentées ; elles n'ont qu'une valeur indicative.
  17. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  18. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.
  19. L'indicateur de concentration d’emploi est égal au nombre d’emplois dans la zone pour 100 actifs ayant un emploi résidant dans la zone.
  20. Selon Hubert Lamant-Duhart, Arcangues, Ekaina,‎ 1986, p. 9, « il existe une variante des quartiers 2 et 3, la croix pouvant être d’argent sur fond de gueules ou d’or sur fond de gueules ». Il indique également que le tout peut être également d’azur à trois chevrons d’or.

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

  1. LOG T2 - Catégories et types de logements.
  2. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation.
  3. REV T1 - Impôts sur le revenu des foyers fiscaux.
  1. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  2. EMP T5 - Emploi et activité.
  3. CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2011.
  4. DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2013.
  5. DEN T2 - Créations d'entreprises individuelles par secteur d'activité en 2011.
  6. CEN T1 — Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2011.
  7. POP T5 - Population de 15 ans ou plus selon la catégorie socioprofessionnelle en 2011.
  8. EMP T8 - Emplois selon le secteur d'activité en 2011.

Sources bibliographiques[modifier | modifier le code]

Ouvrage collectif, sous la direction de Hubert Lamant-Duhart, Arcangues, Ekaina,‎ 1986

  • Michel Duvert. La référence est notée « MD » dans le texte.
  1. op. cit, p. 160.
  2. op. cit, p. 103.
  • Jean Espilondo. La référence est notée « JE » dans le texte.
  1. a, b et c op. cit, carte polychrome in-quarto du territoire d'Arcangues.
  2. op. cit, p. 12.
  3. op. cit, p. 13.
  4. op. cit, p. 17.
  5. op. cit, p. 27.
  • Christian Lafrérie. La référence est notée « CL » dans le texte.
  1. a et b op. cit, p. 241.
  • Hubert Lamant-Duhart. La référence est notée « HL » dans le texte.
  1. a, b et c op. cit, p. 189.
  2. op. cit, p. 203.
  3. op. cit, p. 14.
  4. op. cit, p. 15.
  5. op. cit, p. 16.
  6. a et b op. cit, p. 169.
  7. a et b op. cit, p. 170.
  8. op. cit, p. 171.
  9. op. cit, p. 172.
  10. op. cit, p. 173.
  11. op. cit, p. 52.
  12. op. cit, p. 54.
  13. op. cit, p. 55.
  14. op. cit, p. 175.
  15. op. cit, p. 176.
  16. a et b op. cit, p. 179 et 180.
  17. op. cit, p. 184.
  18. a et b op. cit, p. 188.
  19. a et b op. cit, p. 56 et 57.
  20. op. cit, p. 194.
  21. op. cit, p. 196.
  22. op. cit, p. 199.
  23. a et b op. cit, p. 200.
  24. op. cit, p. 217.
  25. op. cit, p. 208.
  26. a et b op. cit, p. 209.
  27. a et b op. cit, p. 210.
  28. op. cit, p. 212.
  29. op. cit, p. 213.
  30. a et b op. cit, p. 218.
  31. a et b op. cit, p. 219.
  32. op. cit, p. 222 et 223.
  33. op. cit, p. 48.
  34. op. cit, p. 59.
  35. op. cit, p. 61.
  36. op. cit, p. 9.
  • Charles Martin-Ochoa de Alda. La référence est notée « CM » dans le texte.
  1. a et b op. cit, p. 65.
  2. op. cit, p. 66.
  3. a et b op. cit, p. 72.
  4. a et b op. cit, p. 71.
  5. op. cit, p. 67.
  6. op. cit, p. 81.
  7. op. cit, p. 82.
  • Jean-Pierre Ourkhia. La référence est notée « JO » dans le texte.
  1. a et b op. cit, p. 249.

Site de la mairie[modifier | modifier le code]

La référence est notée « M » dans le texte.

  1. « Transports urbains » (consulté le 12 novembre 2014).
  2. « Place du fronton » (consulté le 24 novembre 2014).
  3. « Le PLU d’Arcangues » (consulté le 22 novembre 2014).
  4. « Révision allégée du POS » (consulté le 22 novembre 2014).
  5. « Qualité de l’eau », sur le site de la mairie d’Arbonne (consulté le 22 novembre 2014).
  6. « Scolarité » (consulté le 15 novembre 2014).
  7. « Le comité des fêtes » (consulté le 22 novembre 2014).
  8. « Services de santé » (consulté le 22 novembre 2014).
  9. « Association sportive du golf club d’Arcangues » (consulté le 22 novembre 2014).
  10. « Le golf d’Arcangues » (consulté le 24 novembre 2014).
  11. a et b « Annuaire des entreprises » (consulté le 23 novembre 2014).
  12. « Arrêté communal concernant l’aménagement de la zone artisanale de la Planuya » [PDF] (consulté le 24 novembre 2014).
  13. « Requalification de la zone artisanale de Planuya » (consulté le 24 novembre 2014).
  14. « Restaurants » (consulté le 24 novembre 2014).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  2. a, b et c « Géologie d'Arcangues » [PDF], sur le site du BRGM (consulté le 10 novembre 2014).
  3. « L'Uhabia », sur le site du Sandre (consulté le 4 novembre 2014).
  4. « Le Barrandiko erreka », sur le site du Sandre (consulté le 10 novembre 2014).
  5. a, b, c, d et e Carte hydrologique d'Arcangues sur Géoportail. Consulté le 10 novembre 2014..
  6. « Normes et records 1961-1990 — Biarritz-Anglet (64) — altitude 69 m », sur le site de l’association Infoclimat (consulté le 12 novembre 2014).
  7. « Records de température pour Biarritz », sur le site de Météo-Biarritz (consulté le 14 septembre 2014).
  8. « Réseau interurbain » [PDF], sur le site du conseil général (consulté le 12 novembre 2014).
  9. « Transports scolaires », sur le site de Transports 64 (consulté le 12 novembre 2014).
  10. « Calcul de la distance du centre bourg à l’aéroport de Biarritz-Bayonne-Anglet », sur viamichelin.fr (consulté le 14 novembre 2014).
  11. « Record d’accueil de passagers en 2013 pour l’aéroport de Biarritz-Anglet-Bayonne », sur le site du journal Sud-Ouest du 1er octobre 2013 (consulté le 14 novembre 2014).
  12. « Aéroport de Biarritz-Anglet-Bayonne », sur le site de l’aéroport (consulté en 14 novembre).
  13. a et b « Arcangues, par Roger Brunet », sur le site France, le trésor de régions (consulté le 23 novembre 2014).
  14. Alain Lassié, Etxea ou la maison basque, Les cahiers de la culture basque, 1980, p. 85 à 110.
  15. Dominique Duplantier, Maisons du Pays basque, Labourd, Basse-Navarre, Soule, Éditions Cairn - octobre 2008 (ISBN 978 2 35068 122 1), p. 18.
  16. « Atlas de zone inondable », sur macommune.prim.net (consulté le 22 novembre 2014).
  17. « Risques naturels - Mouvements de terrain », sur legifrance.gouv.fr (consulté le 22 novembre 2014).
  18. « Arrêtés de catastrophe naturelle », sur communes.com (consulté le 22 novembre 2014).
  19. « Sismicité des Pyrénées-Atlantiques » [PDF], sur pyrenees-atlantiques.gouv.fr (consulté le 22 novembre 2014).
  20. Pierre Bidart, Récits et contes populaires du Pays basque 2 : ohrtu gira gure mintzaira hasia zaukula galtzen, recueillis par Pierre Bidart dans le Labourd, Gallimard,‎ 1979, 192 p. (ISBN 2070580628), cité par Hubert Lamant-Duhart, Arcangues, Ekaina,‎ 1986, p. 13.
  21. Pierre Lhande, Dictionnaire basque-français et français-basque : dialectes labourdin, bas-navarrais et souletin, Beauchesne,‎ 1926, 1117 p..
  22. Resurreccion Maria de Azkue, Diccionario vasco-español-francés ... Dictionnaire basque-espagnol-français, t. 1, Bilbao,‎ 1905, citée par Hubert Lamant-Duhart, Arcangues, Ekaina,‎ 1986, p. 13.
  23. Pierre Haristoy, Les Paroisses Du Pays Basque Pendant La Periode Revolutionnaire, t. 1, imprimerie Vignancour, Pau,‎ 1895, cité par Hubert Lamant-Duhart, Arcangues, Ekaina,‎ 1986, p. 13.
  24. Jean-Martin Hiribarren, Eskaldunac. Iberia, Cantabria, Eskal-Herriac, Eskal-Herri Bakhotcha eta Hari Darraicona,‎ 1853, cité par Hubert Lamant-Duhart, Arcangues, Ekaina,‎ 1986, p. 13.
  25. a et b Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque, PyréMonde (ISBN 2 84618 230 2), p. 9.
  26. Cartulaire de Bayonne ou Livre d'Or - Manuscrit du XIVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.
  27. Chapitre de Bayonne - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.
  28. a et b Manuscrits des XVII et XVIIIe siècles - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.
  29. a et b Jean-Baptiste Orpustan, Nouvelle toponymie basque : noms des pays, vallées, communes et hameaux, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, coll. « Centre d'études linguistiques et littéraires basques »,‎ 2006, 246 p. (ISBN 2867813964 et 9782867813962), p. 31.
  30. Minutes notariales conservées par les archives départementales de Pyrénées-Atlantiques à Pau, citées par Alfred Lassus dans l’ouvrage collectif, Arcangues, Ekaina,‎ 1986, p. 14.
  31. Philippe Veyrin, Les Basques, Arthaud 1947, réédition 1975 (ISBN 2 7003 0038 6), p. 185.
  32. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  33. « Gentilé » (consulté le 4 novembre 2014).
  34. Brigitte Jobbé-Duval, Dictionnaire des noms de lieux - Pyrénées-Atlantiques, Archives et Culture,‎ 2009 (ISBN 978-2-35077-151-9), p. 22.
  35. « Euskaltzaindia - Académie de la langue basque », sur euskaltzaindia.net (consulté le 4 novembre 2014).
  36. a, b, c et d Eugène Goyheneche, Le Pays basque : Soule, Labourd, Basse-Navarre, Société nouvelle d’éditions régionales et de diffusion, Pau,‎ 1979 (notice BnF no FRBNF34647711), p. 581.
  37. « Arrêté de zonage archéologique » [PDF], sur le site de la DRAC Aquitaine (consulté le 8 novembre 2014).
  38. « Berriotz : occupations préhistoriques, maison forte médiévale. », sur le site de la DRAC Aquitaine (consulté le 8 novembre 2014).
  39. « Cote 54 », sur le site de la DRAC Aquitaine (consulté le 8 décembre 2014).
  40. « Cote 66 », sur le site de la DRAC Aquitaine (consulté le 8 décembre 2014).
  41. « Cotes 71 et 76 », sur le site de la DRAC Aquitaine (consulté le 8 décembre 2014).
  42. Jean-Louis Davant (préf. Lorea Uribe Etxebarria), Histoire du peuple basque, Bayonne; Donostia, Elkar argitaletxea, coll. « Collection Histoire »,‎ octobre 2009, 11e éd. (1re éd. 1970), 352 p. (ISBN 9788497835480 et 8497835484, OCLC 49422842), p. 32-33.
  43. Manex Goyhenetche, Histoire générale du Pays basque - tome 1, Elkarlanean 1998 (ISBN 2 9131 5620 7), p. 65.
  44. Manex Goyhenetche, Histoire générale du Pays basque - tome 1, Elkarlanean 1998 (ISBN 2 9131 5620 7), p. 72.
  45. Registres gascons, tome 1, pages 44, 53, 141, 154, 158-159, 195 et 233 - cités par Manex Goyhenetche, Histoire générale du Pays basque III : Évolution économique et sociale du XVIe au XVIIIe siècle, t. 3, Donostia / Bayonne, Elkarlanean,‎ 2001, 411 p. (ISBN 8483317443 et 9788483317440, OCLC 466971263), p. 42-43.
  46. Hubert Lamant-Duhart, Arbonne, Arbona, Ekaina,‎ 1988, p. 36.
  47. Danielle Abizu in Ouvrage collectif, sous la direction de Hubert Lamant-Duhart, Ascain, Ekaina,‎ 1991, p. 296.
  48. Bulletin de la Société des sciences, lettres et arts de Bayonne, 1921, no 3-4, page 166 et suivantes.
  49. Maison d'Iranda (ou Irandatz) d'Hendaye, citée par Hubert Lamant-Duhart, Arcangues, Ekaina,‎ 1986, p. 55.
  50. a et b Hubert Lamant-Duhart, Arbonne, Arbona, Ekaina,‎ 1988, p. 201.
  51. Philippe Veyrin, Les Basques, Arthaud 1975 (ISBN 2 7003 0038 6), page 187.
  52. Archives nationales, AF II 133/1014, citées par Manex Goyhenetche, Histoire générale du Pays basque IV : Révolution de 1789, t. 4, Donostia / Bayonne, Elkarlanean,‎ 2002, 432 p. (ISBN 2913156460 et 9782913156463, OCLC 492295167), p. 300.
  53. Hubert Lamant-Duhart, Arbonne, Arbona, Ekaina,‎ 1988, p. 202.
  54. Hubert Lamant-Duhart, Arbonne, Arbona, Ekaina,‎ 1988, p. 203.
  55. Délibération du conseil général de Constante du 25 prairial an II (13 juin 1794, citée par Hubert Lamant-Duhart, Arcangues, Ekaina,‎ 1986, p. 182.
  56. Texte reproduit par la Semaine de Bayonne du 28 mars 1906, et cité par Hubert Lamant-Duhart, Arcangues, Ekaina,‎ 1986, p. 190 et 191.
  57. « Histoire de l'enseignement bilingue au Pays basque français » [PDF], sur le site Éducation et sociétés plurilingues (consulté le 9 novembre 2014).
  58. « Résultats des élections législatives 2012 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 2 novembre 2014).
  59. « Résultats de l’élection régionale 2010 dans les Pyrénées-Atlantiques », sur le site du ministère de l’Intérieur (consulté le 17 novembre 2014).
  60. Résultats des élections présidentielles de 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  61. Résultats des élections présidentielles de 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  62. Résultats des élections présidentielles de 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  63. Résultats des élections législatives de 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  64. Résultats des élections législatives de 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  65. Résultats des élections législatives de 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  66. Résultats des élections européennes de 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  67. Résultats des élections européennes de 2009 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  68. Résultats des élections européennes de 2014 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  69. Résultats des élections régionales de 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  70. Résultats des élections régionales de 2010 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  71. [xls] Résultats des élections cantonales de 2001 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  72. Résultats des élections cantonales de 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  73. Résultats des élections cantonales de 2008 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  74. Résultats des élections cantonales de 2011 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  75. [xls] Résultats des élections municipales de 2001 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  76. Résultats de l’élection municipale de 2008 sur le site du Figaro.
  77. Résultats des élections référendaires de 1992 sur le site PolitiqueMania.
  78. Résultats des élections référendaires de 2000 sur le site PolitiqueMania.
  79. Résultats des élections référendaires de 2005 sur le site PolitiqueMania.
  80. « Résultats de l'élection présidentielle 2007 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 15 novembre 2014).
  81. « Résultats de l'élection présidentielle 2012 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 15 novembre 2014).
  82. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  83. « Résultats des élections municipales 2008 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 15 novembre 2014).
  84. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 15 novembre 2014).
  85. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice et des libertés (consulté le 13 novembre 2014).
  86. « Brigade la plus proche / Arcangues », sur le site de la Gendarmerie nationale (consulté le 13 novembre 2014).
  87. « Les déchèteries gérées par le syndicat Bizi Garbia », sur le site de la mairie d’Arbonne (consulté le 22 novembre 2014).
  88. « Le syndicat mixte d’assainissement URA », sur le site de la mairie d’Ustaritz (consulté le 22 novembre 2014).
  89. « Synthèse 2011 de la qualité des eaux d’Arcangues » [PDF], sur ars.aquitaine.sante.fr (consulté le 22 novembre 2014).
  90. « Le contrat de bassin Uhabia » [PDF], sur le site de la mairie d’Arbonne (consulté le 22 novembre 2014).
  91. a, b et c « Les comptes de la commune d’Arcangues », sur le site de la Direction de la Comptabilité publique au sein du ministère des Finances (consulté le 18 novembre 2014).
  92. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques — Intercommunalité », sur un site de la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (consulté le 4 novembre 2014).
  93. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  94. « Arcangues », sur le site de l’académie de Bordeaux (consulté le 13 novembre 2014).
  95. « Fiche de l'école primaire d'Arcangues », sur le site de l’académie de Bordeaux (consulté le 15 novembre 2014).
  96. « L'association Arrangoitze ikastola Laguntza », sur manageo.fr (consulté le 15 novembre 2014).
  97. « Les origines de Seaska », sur lejpb.com du 10 avril 2009 (consulté le 15 novembre 2014).
  98. « Seaska », sur le site de la fédération (consulté le 15 novembre 2014).
  99. « Enseignement du basque dans les écoles du premier degré », sur le site de l'académie de Bordeaux (consulté le 15 novembre 2014).
  100. « Le lycée Biarritz-Atlantique », sur le site du lycée (consulté le 13 novembre 2014).
  101. « Saint-Pée-sur-Nivelle », sur le site de l’académie de Bordeaux (consulté le 13 novembre 2014).
  102. « BTS des métiers de l'image et du son à Biarritz », sur le site du lycée René-Cassin de Bayonne (consulté le 13 novembre 2014).
  103. « Histoire du site universitaire », sur le site de l'UFR pluridisciplinaire de Bayonne-Anglet-Biarritz (consulté le 13 novembre 2014).
  104. a et b « Bayonne et Anglet », sur le site de l'université de Pau et des Pays de l'Adour (consulté le 13 novembre 2014).
  105. « Les antennes délocalisées », sur le site de l'université de Bordeaux (consulté le 13 novembre 2014).
  106. « Informations pratiques », sur le site de l'IFSI sur celui du centre hospitalier de la Côte basque (consulté le 13 novembre 2014).
  107. « Fêtes d’Arcangues 2014 », sur arcangues.com (consulté le 22 novembre 2014).
  108. « Paroisse Saint-Jean-Baptiste de l’Uhabia-Arcangues », sur egliseinfo.catholique.fr (consulté le 23 novembre 2014).
  109. « Paroisse Saint-Jean-Baptiste de l’Uhabia-Arcangues », sur le site de la paroisse (consulté le 23 novembre 2014).
  110. « Fichier RFDM2011COM : revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2011 », sur le site de l'Insee (consulté le 23 novembre 2014).
  111. « ETPM - Chiffres clés », sur le site de l’entreprise (consulté le 23 novembre 2014).
  112. « SIS sécurité - Chiffres clés », sur kompass.com (consulté le 23 novembre 2014).
  113. « Agrandissement de la crèche Laminak », sur le site du journal Sud-Ouest (consulté le 15 novembre 2014).
  114. « La crèche Laminak », sur lescreches.fr (consulté le 15 novembre 2014).
  115. « Location de vacances à Arcangues - Gîtes de France® Arbonne », sur le site de la SAS Gîtes de France (consulté le 24 novembre 2014).
  116. « Liste des monuments historiques de la commune d’Arcangues », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  117. « Le château d'Arcangues », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  118. « La villa Berriotz », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  119. « Le clocher de l'église », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  120. Selon Michel Duvert, Arbonne, Arbona, Ekaina,‎ 1988, p. 151 à 189, l’école d’Arbonne se caractérise par une division de l’espace générée par un axe vertical. En outre, la bordure de la partie circulaire est constituée de trois séries concentriques de triangles à taille à facette et l’essentiel du disque central comporte les monogrammes IHS et M, abréviations et translittérations de Jésus et Marie. La lettre « H » du monogramme IHS est surmontée d’une croix, dont les extrémités s’achèvent en fleur de lys, et dont le sommet touche la bordure. Trois rosaces, associées à la croix, affirment enfin le principe trinitaire. Étant donnée la constance des dimensions des stèles du groupe de « l’école d’Arbonne », que ce soit le diamètre — entre 36 et 39 cm — le rapport entre celui-ci et la largeur du col de la stèle — de l’ordre de 2,1 — ou l’épaisseur moyenne du disque — 13,5 cm, on constate également l’affirmation d'une forme stéréotypée qui vient s’ajouter à l’homogénéité de l’imagerie.
  121. « Liste des espaces protégés et gérés sur la commune d’Arcangues », sur inpn.mnhn.fr (consulté le 27 novembre 2014).
  122. « Classement de la réserve naturelle régionale d’Errota Handia » [PDF] (consulté le 29 novembre 2014).
  123. « Errota Handia », sur reserves-naturelles.org (consulté le 27 novembre 2014).
  124. « L’étang de Chourroumillas », sur reserves-naturelles.org (consulté le 27 novembre 2014).
  125. (eu) Koldo Zuazo, « Atlas des dialectes basques » [PDF], sur elkarlanean.com (consulté le 4 novembre 2014).