Butor étoilé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Butor étoilé

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Butor étoilé (Botaurus stellaris)

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Aves
Ordre Pelecaniformes
Famille Ardeidae
Genre Botaurus

Nom binominal

Botaurus stellaris
(Linnaeus, 1758) f.Boie, 1822

Répartition géographique

alt=Description de l'image Botaurus stellaris map.svg.


     /    zone de nidification

     /    résident permanent

     /    non nicheur

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Le Butor étoilé (Botaurus stellaris) est une espèce d'échassier de la famille des ardéidés (hérons, aigrettes). Considéré d'après les recensements effectués comme une espèce très menacée, sa population est en déclin rapide en Europe et aurait chuté de 35 à 45 % en France en 30 ans[1].

Aspect[modifier | modifier le code]

C'est un grand et gros héron, massif, au plumage brun chaud strié de brun plus foncé, très similaire au butor américain (Botaurus lentiginosa). Sa tête présente une calotte sombre et un bec en poignard. Une bande noire descend du coin du bec vers la gorge, en passant en dessous de la joue. Le cou est épais, les pattes courtes pour un échassier, mais avec de longs doigts. En vol, on distingue plus nettement les rayures sombres sur la gorge et une zone plus pâle sur le dessus de la première moitié de l'aile. Sa longueur varie de 69 à 81 cm et son envergure de 120 à 130 cm ; son poids varie entre 900 et 1 100 g[2].

Très mimétique, il est difficile à observer dans son habitat, les roselières.

Comportement[modifier | modifier le code]

Locomotion[modifier | modifier le code]

Quand un butor étoilé se sent menacé, il se fige dans une posture allongée verticalement

Les vols se font généralement sur de courtes distances. Sa silhouette est alors typique, ressemblant à un mélange de grand hibou et de héron. Le vol est en effet lent et lourd. Les ailes sont tenues arquées et les longs doigts traînent à l'arrière de l'oiseau.

Ses déplacement au sol sont lents et discrets. Il marche avec la tête légèrement dans les épaules et avec un léger mouvement latéral afin de mieux cibler ses proies. S'il se sent menacé, il devient immobile, allonge son cou et pointe son bec vers le haut, de manière à se fondre dans les roseaux environnants. Il est capable de rester dans cette position et de s'incliner avec les roseaux agités par le vent pendant plusieurs heures, jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de risque.

Cet oiseau se déplace facilement entre les tiges de roseaux, avec ses longs doigts lui permettant de marcher sur la végétation flottante.

Alimentation[modifier | modifier le code]

Il se nourrit de poissons, amphibiens et invertébrés (notamment des insectes aquatiques). Il peut parfois chasser des oiseaux ou de petits mammifères.

Plus actif à l'aube et au crépuscule, le butor se nourrit dans les eaux, en pêchant à l'affût. Il marche lentement dans l'eau près de la rive de la roselière, s'arrêtant fréquemment. Il reste immobile de longs moments, à la recherche de proies, approche avec des mouvements très lents, tendant le cou, et soudain, il saisit ou perce la proie avec son bec. Elle est frappée à plusieurs reprises avant d'être avalée la tête la première.

Comportement social[modifier | modifier le code]

Habituellement solitaire. Sa présence est surtout confirmée par l'écoute de son chant très puissant (audible jusqu'à 5 km) et ressemblant à une " corne de brume ", un son très profond et caverneux souvent émis sur deux tons. Le chant s'entend surtout de nuit. Les cris d'appel émis en vol sont des sortes de "ho !" expirés.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Le butor niche dans les roseaux en avril-mai. Le nid est une plate-forme flottante, formé de morceaux de roseaux morts et les plantes aquatiques, et garni de fines matières. Le nid est bien caché dans la végétation et construit par la femelle.

La femelle dépose quatre à six œufs brun verdâtre, brun tacheté, à des intervalles de deux à trois jours. L'incubation commence avec le premier œuf pondu. Elle dure environ vingt-six jours, et est assurée par la femelle. Les poussins sont couverts de duvet brun-rougeâtre. Ils sont nourris uniquement par la femelle avec de la nourriture régurgitée au fond du nid. Les jeunes commencent à quitter le nid après deux à trois semaines, et se cachent dans la végétation.

Cette espèce a une durée de vie d'une dizaine d'années[2].

Aire de répartition et habitat[modifier | modifier le code]

Il est présent en Europe, en Afrique et Asie.
En hiver, il migre plus au sud, où l'eau ne gèle pas.

Habitat[modifier | modifier le code]

Le butor étoilé vit dans les zones humides avec une végétation palustre jouxtant des surfaces en eau libre peu profonde et à faible variation de niveau. Il se trouve notamment dans les marais, marécages, grands étangs, rives de lacs et grandes roselières. Le butor étoilé se dissimule dans les roseaux communs des roselières des zones humides.


Distribution[modifier | modifier le code]

Le butor étoilé est une espèce typiquement européenne se répartissant de l'Espagne à la Russie. L'effectif européen est estimé entre 20 000 et 43 000 mâles chanteurs dont 10 000 à 30 000 pour la Russie.

En France, la population actuelle est estimée entre 300 et 400 mâles chanteurs répartis sur trois zones : le littoral méditerranéen, la Loire-atlantique et les départements du nord et du nord-est de la France.

Systématique[modifier | modifier le code]

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Décrite sous le nom Ardea stellaris par le naturaliste suédois Carl von Linné dans la 10e édition de son Systema naturæ, en 1758, l'espèce fut rebaptisée Botaurus stellaris en 1822 par le naturaliste allemand Friedrich Boie.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le terme latin pour butor, Botaurus, fait référence au taureau. L'autre partie de son nom scientifique, stellaris en latin, signifie étoile en référence à son plumage.

Menaces et mesures de protection[modifier | modifier le code]

Sa population est en forte régression dans toute l'Europe à cause de la disparition des zones humides[réf. nécessaire]. Beaucoup des zones de nidifications traditionnelles ont été drainées ou bien, la densité de la végétation palustre a fortement diminué. Dans certains endroits, la chasse est un autre danger pour l'espèce. Dans toute l'Europe subsistent entre mille et deux mille couples[réf. nécessaire].

En Europe, l'espèce est considérée comme "vulnérable". La population européenne aurait en effet subi un déclin de 20 % entre 1970 et 1990.[réf. nécessaire]

En France, l'espèce est considérée comme "vulnérable" également. La population française était estimée à 500 couples en 1968. Entre 1968 et 1983, la population a subi un fort déclin d'environ 40 % avec 320 couples estimés. Les experts estiment qu'il ne restait que 320 mâles chanteurs en 2008 (survivant dans sept régions (administratives) seulement). Ce constat en fait une des espèces les plus menacées de France[réf. nécessaire].

L'espèce fait l'objet d'un plan de restauration coordonné par la DREAL Basse-Normandie, avec la LPO comme opérateur national. Ce plan[3] vise, via seize mesures nationales classées en trois domaines (étude, protection, communication/sensibilisation) à retrouver en quinze ans une population comparable en nombre d'individu, si ce n'est en diversité génétique, à celle de 1970 (500 mâles chanteurs). Un diagnostic des roselières; des opérations de gestion conservatoire et de restauration d'habitats; ainsi que des contractualisations sont prévues.

Le butor étoilé bénéficie d'une protection totale sur le territoire français depuis l'arrêté ministériel du 17 avril 1981 relatif aux oiseaux protégés sur l'ensemble du territoire. Il est inscrit à l'annexe I de la directive Oiseaux de l'Union européenne[4]. Il est donc interdit de le détruire, de le mutiler, de le capturer ou de l'enlever, de le perturber intentionnellement ou de le naturaliser, ainsi que de détruire ou enlever les œufs et les nids et de détruire, altérer ou dégrader leur milieu. Qu'il soit vivant ou mort, il est aussi interdit de le transporter, colporter, de l'utiliser, de le détenir, de le vendre ou de l'acheter.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Plan national de restauration du Butor étoilé 2008 - 2012.
  2. a et b Hume R., Lesaffre G. et Duquet M. (2004) Oiseaux de France et d'Europe p. 43, Larousse, ISBN 2-03-560311-0
  3. Plan national de restauration du butor étoilé 2008-2012
  4. Le statut juridique des oiseaux sauvages en France, Ligue pour la protection des oiseaux

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Concernant les Plans de restaurations

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Étude d'incidence sur les milieux naturels du parc de la Courneuve au regard de la directive européenne du 2 avril 1979 - Juillet 2005 par le bureau d'étude Biotope, annexée au dossier d'enquête publique de la Tangentielle Nord.
  • Pascal Provost et Grégoire Massez, « La Migration prénuptiale du butor étoilé Botaurus stellaris mise en évidence en France », Ornithos, Rochefort, Ligue pour la protection des oiseaux, vol. 15-3,‎ mai 2008, p. 181-186 (ISSN 1254-2962)
  • Karel Šťastný (trad. Dagmar Doppia), La grande encyclopédie des oiseaux, Paris, Gründ,‎ octobre 1989, 494 p. (ISBN 2-7000-2504-0), « Butor étoilé », p. 54