Louis-Lucien Bonaparte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bonaparte.
Louis Lucien Bonaparte

Louis-Lucien Bonaparte, prince français en 1815, puis prince Bonaparte (par Napoléon III) (né le 4 janvier 1813[1] à Thorngrove (Worcestershire), Angleterre, mort le 3 novembre 1891 à Fano, Italie)[2] fut député puis sénateur du Second Empire et philologue, spécialiste de la langue basque.

Famille[modifier | modifier le code]

Louis-Lucien Bonaparte était le fils de Lucien Bonaparte et le neveu de Napoléon Ier. Il naquit pendant la captivité de son père en Angleterre.

Il épousa, à Florence, le 4 octobre 1833, en premières noces Maria Anna Cecchi, fille d'un sculpteur florentin, dont il se sépara en 1850.

Sa femme étant décédée à Ajaccio, le 17 mars 1891, il se remaria le 15 juin à Clémence Richard, native de Larrau en Soule avec qui il eut un fils, Louis-Clovis (1859-1894).

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Député conservateur de Corse puis de la Seine sous la Seconde République, il soutint la politique de son cousin Louis-Napoléon Bonaparte[2].

À l'avènement de l'Empire, il en fut récompensé par sa nomination au Sénat.

Comme les autres descendants de Lucien Bonaparte, il fut autorisé à porter le titre de « Prince Bonaparte ». Cependant, les descendants de Lucien Bonaparte ne prenaient pas place dans l'ordre de succession à l'Empire et n'étaient pas Princes français.

En tant que sénateur, il a été fait Grand-officier puis Grand-croix de la Légion d'honneur en 1863[1].

Travaux linguistiques[modifier | modifier le code]

La majeure partie de ses travaux linguistiques porta sur l'étude de la langue basque ou euskera avec notamment une classification des différents dialectes du basque qui est toujours utilisée de nos jours. Outre le basque, il étudia également des langues régionales parlées en Italie et en Angleterre.

Carte des sept provinces basques par L L Bonaparte (1869)

Louis-Lucien Bonaparte parlait couramment l'italien, le français, l'espagnol, l'anglais et le basque.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b son dossier sur la base LEONORE
  2. a et b sa fiche sur le site de l'Assemblée Nationale

Lien[modifier | modifier le code]

Euskomedia. Kultura Topagunea

http://www.euskomedia.org/PDFAnlt/riev/01/01160166.pdf