Arrast-Larrebieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arrast et Larrebieu.
Arrast-Larrebieu
Image illustrative de l'article Arrast-Larrebieu
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Oloron-Sainte-Marie
Canton Mauléon-Licharre
Intercommunalité communauté de communes de Soule-Xiberoa
Maire
Mandat
Allande Davant
2014-2020
Code postal 64130
Code commune 64050
Démographie
Gentilé Ürrüstoitar
Population
municipale
96 hab. (2011)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 17′ 39″ N 0° 50′ 56″ O / 43.2942, -0.848888888889 ()43° 17′ 39″ Nord 0° 50′ 56″ Ouest / 43.2942, -0.848888888889 ()  
Altitude Min. 132 m – Max. 299 m
Superficie 7,56 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Arrast-Larrebieu

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Arrast-Larrebieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Arrast-Larrebieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Arrast-Larrebieu

Arrast-Larrebieu est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Aquitaine.

Le gentilé est Ürrüstoitar[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Arrast-Larrebieu fait partie de la Soule.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Située dans le bassin versant de l'Adour, la commune est traversée par le ruisseau Laxubie (11,3 km), un affluent du Saison.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations anciennes[modifier | modifier le code]

Le toponyme Arrast est mentionné au XIVe siècle[3] dans le cartulaire de Bayonne[4] et en 1690[5], année où il apparaît également sous les formes larast et larrast[5]. Jean-Baptiste Orpustan indique[5] que la forme basque d'Arrast est parfois donnée avec le déterminant Ürrüxtoia qui signifie « la coudraie ».

Le toponyme Larrebieu apparaît sous la forme Larrebiu (1384[3], notaires de Navarrenx[6] et 1690[5]). Orpustan[5] souligne que larrabil désigne une « lande arrondie, ramassée ».

Graphie basque[modifier | modifier le code]

Son nom basque actuel est Ürrüstoi-Larrabile[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Paul Raymond[3] note que la commune comptait une abbaye laïque, vassale de la vicomté de Soule.

Larrebieu s'est uni à la commune d'Arrast le 16 octobre 1842.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2014 Julien Erbin UMP  

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune appartient à six structures intercommunales[8] :

  • la communauté de communes de Soule-Xiberoa ;
  • le syndicat AEP du Pays de Soule ;
  • le syndicat d'assainissement du Pays de Soule ;
  • le syndicat d'énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat intercommunal de la Vallée ;
  • le syndicat intercommunal pour le soutien à la culture basque.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 96 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
216 212 154 191 176 200 323 308 292
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
261 247 283 235 265 275 259 252 246
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
263 251 258 242 225 215 201 203 198
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
173 144 128 131 123 105 103 93 102
2011 - - - - - - - -
96 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2004[10].)
Histogramme de l'évolution démographique


De 1793 à 1836, la population indiquée ne reflète que celle d'Arrast, encore séparé de Larrebieu, dont la population durant cette même période est décrite ci-dessous[11].

Évolution de la population
1793 1800 1806 1821 1831 1836
148 134 145 136 118 124
(Sources : INSEE et cassini)

Économie[modifier | modifier le code]

L'activité est tournée essentiellement vers l'agriculture (élevage et pâturages). La commune fait partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Une enceinte à parapet de terre (place forte protohistorique) s'élève à 282 mètres au lieu-dit Gazteluxaga, témoignant du passé ancien de la commune.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une église (Sainte-Lucie[12]) datant de la fin du XIXe siècle, possédant un clocher-mur dit "trinitaire" ou souletin c'est-à-dire que la crête du mur, percé de baies où tintent les cloches, s'y achèvent par trois grandes pointes à peu près d'égale hauteur, figurant la Trinité[13]. L'église recèle une croix de procession[14].

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Euskaltzaindia - Académie de la langue basque
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y, z, aa, ab, ac, ad, ae, af et ag Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 7 mars 2012)
  3. a, b et c Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque - Paul Raymond
  4. Cartulaire de Bayonne ou Livre d'Or - Manuscrit du XIVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  5. a, b, c, d et e Jean-Baptiste Orpustan, Nouvelle toponymie basque : noms des pays, vallées, communes et hameaux, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, coll. « Centre d'études linguistiques et littéraires basques »,‎ 2006, 246 p. (ISBN 2867813964 et 9782867813962)
  6. Notaires de Navarrenx - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  7. Euskaltzaindia - Académie de la langue basque
  8. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 21 juin 2014)
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  11. Fiche de Larrebieu sur le site du projet Cassini de l'EHESS
  12. « L'église Sainte-Lucie », base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. Philippe Veyrin, Les Basques, Arthaud,‎ 20 décembre 1975 (ISBN 2700300386), p. 241
  14. « La croix de procession de l'église Sainte-Lucie », base Palissy, ministère français de la Culture

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]