Ikastola

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'ikastola (pluriel basque : ikastolak) est une école de statut associatif du Pays basque, dont l'enseignement est majoritairement pratiqué en basque.

Les ikastolas sont rassemblés dans une fédération, Seaska (qui signifie « berceau » en basque).

Histoire[modifier | modifier le code]

La première école du côté français a été fondée en 1969 à Arcangues par une mère de trois enfants, Claire Noblia. Le premier élève fut Aitor Arandia.

En France, les premiers accords avec l'Éducation nationale se conclurent en 1982. En 1994, un protocole d'accord de prise en charge financière par l'État d'une partie des enseignants fut établi[1].

Aujourd'hui : Seaska gère 31 ikastola : 7 maternelles, 20 primaires, 3 collèges et un lycée. 3200 élèves sont scolarisés dans une ikastola. Évolution des effectifs.

Voici, au fur et à mesure de leur création, la progression des ikastola en Iparralde :

  • 1971-1972 : Ouverture de quatre maternelles : une à St Palais, une à Hendaye, une à St Pée et une autre à Ciboure.
  • 1972-1973 : Ouverture de cinq maternelles : une à Ascain, une à Ustaritz, une à Mauléon, une à Hasparren et une autre à St Jean Pied de Port.
  • 1973-1974 : Une maternelle ouvre à Espelette.
  • 1975-1976 : Une ikastola est créée à Pau. St Jean de Luz et Anglet ouvrent les premières écoles primaires.
  • 1976-1977: L'ikastola d'Espelette déménage à Cambo.
  • 1977-1978 : Une maternelle ouvre à Sare, et un primaire à St Palais.
  • 1978-1979 : Ouverture de deux maternelles : à Mouguerre et à Tardets.
  • 1979-1980 : Ouverture des classes primaires à Mauléon et Ustaritz.
  • 1980-1981 : Une maternelle est créée à Bidart et le primaire ouvre à Arcangues. Le premier collège ouvre à St Jean de Luz.
  • 1981-1982 : Ouverture de trois maternelles : à Baigorri, Briscous et Oloron. Une classe de primaire ouvre à St Jean Pied de Port. Le collège est transféré de St Jean de Luz à Bayonne et une classe de 5e voit le jour.
  • 1982-1983 : Le primaire est créé à Hasparren et le collège ouvre une classe de 4e.
  • 1983-1984 : Le primaire ouvre à Hendaye. Le collège déménage à Cambo et une deuxième classe de 6e est créée.
  • 1984-1985 : Le collège de Cambo ouvre une classe de 3e et une deuxième classe de 5e.
  • 1985-1986 : Une maternelle est créée à Ossès. À Bayonne Ste Croix et Mauléon, on passe de une à deux classes de maternelle. Dans les primaires, de nouvelles classes sont ouvertes : une CM2 à St Jean Pied de Port, un CM1 à Hasparren, un CE2 à Hendaye et un CP à St Pée. Et dans le secondaire, ouverture de la première classe de lycée.
  • 1986-1987 : Des classes de primaires s'ouvrent à Hasparren, Hendaye et St Pée. Le lycée ouvre la classe de 1re.
  • 1987-1988 : La progression continue dans les ikastola de St Pée. L'ikastola de Baigorri ferme ses portes, venant ainsi renforcer les effectifs d'Ossès et de Garazi.
  • 1988-1989 : L'ikastola de Sare ferme, et les élèves rejoignent l'ikastola de St Pée qui ouvre sa classe de CM1.
  • 1989-1990 : Les ikastola de Briscous, et de Bayonne centre-ville doivent fermer, et les effectifs viennent renforcer ceux des 2 autres ikastola de Bayonne.
  • 1990-1991 : Inauguration du collège Xalbador.
  • 1991-1992 : Une maternelle ouvre à Bunus, le primaire à Ossès et le lycée Bernat Etxepare ouvre une classe de terminale.
  • 1992-1993 : L'ikastola de Sare ouvre à nouveau et celle d'Ossès créée une classe de CE1.
  • 1993-1994 : À l'ikastola du Polo, le primaire est créé et la classe de CE2 ouvre à Ossès. L'ikastola d'Arcangues ferme au profit de celle de Biarritz.
  • 1994-1995 : De nouvelles classes de primaire sont ouvertes à Cambo, Polo, et Ossès.
  • 1995-1996 : De nouvelles classes de primaire sont ouvertes à Cambo et Ossès, et une annexe de l'ikastola de St Jean de Luz ouvre à Urrugne.
  • 1996-1997 : La classe de CE2 est créée à Cambo. Le lycée Bernat Etxepare déménage à Bayonne, et le collège prend le nom de Xalbador.
  • 1997-1998 : Ouverture du CM1 à Cambo et de l'annexe à l'ikastola du Polo à Anglet.
  • 1998-1999 : Des classes de primaire ouvrent à Cambo et Ostabat. Le collège de Ciboure ouvre ses portes avec des classes de 5e et 6e. Le lycée déménage dans les anciens locaux du collège J-J. Rousseau.
  • 1999-2000 : Ouverture de nouvelles classes à Ostabat, au collège de Ciboure et création d'un collège à St Just Ibarre.
  • 2000-2001 : Ouverture de nouvelles classes à Ostabat, au collège de Ciboure et au collège de St Just Ibarre.
  • 2001-2002 : Ouverture de nouvelles classes à Ostabat, et au collège de St Just Ibarre.
  • 2002-2003 : Ouverture de nouvelles classes à Ostabat, et au collège de St Just Ibarre.
  • 2003-2004 : Ouverture de nouvelles classes à Sare, Urrugne et Polo.
  • 2004-2005 : La dernière année de primaire est créée au Polo et l'ikastola de St Pierre d'Irube voit le jour.
  • 2005-2006 : À Baigorri, ouverture de l'annexe de l'ikastola d'Ossès.
  • 2007-2008 : Ouverture à St Esteben de l'annexe de l'ikastola d'Hasparren. Dans les nouveaux locaux de Larceveau s'installent l'ikastola d'Oztiabrre et le collège Manex Erdozainzi Etxart.
  • 2009-2010 : Ouverture de la maternelle à Bidart.
  • 2010-2011 : Ouverture des maternelles de Mendionde et Itxassou.
  • 2012-2013: Ouverture de la maternelle de Ciboure
  • 2013-2014: Ouverture de la maternelle de Briscous
  • Aujourd'hui : Seaska gère 31 ikastola : 7 maternelles, 20 primaires, 3 collèges et un lycée. 3200 élèves sont scolarisés dans une ikastola.

En Espagne, les ikastolas de Saint-Sébastien, créées en 1914, fermèrent après l'arrivée au pouvoir de Franco[1], avant de connaître un fort développement à partir de 1960, avec une légalisation progressive.

Objectifs[modifier | modifier le code]

Organisation[modifier | modifier le code]

Elle est principalement gérée par les parents d'élèves qui revendiquent sa vocation de service public.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Pourcentage d'élèves inscrits avec une scolarité en basque. La ligne rouge démarque la frontière franco-espagnole.

Côté français, de la maternelle au cours élémentaire première année (CE1), la langue utilisée est le basque uniquement, puis commence l'enseignement du français, pour qu'à la fin de la scolarité primaire les enfants soient véritablement bilingues[1].

Les fêtes[modifier | modifier le code]

Dans chaque territoire historique, il est organisé une importante fête chaque année. Les buts sont de collecter des fonds pour les investissements des fédérations d'ikastolas, de faire connaitre les ikastolas à l'occasion d'un évènement culturel fort. Des dizaines de milliers de personnes se réunissent ainsi à l'occasion de chacune de ces fêtes :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Claude Dendaletche, L'Archipel basque, Éditions Privat - Cahors 2005 (ISBN 2 7089 5619 1), page 114

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]