Stèle discoïdale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une stèle discoïdale est un monument funéraire que l'on peut trouver dans le Maghreb, en Syrie, Suède, France, Italie, Espagne, Portugal[1], Turquie, Russie, Norvège[2]. Elle est particulièrement abondante dans les cimetières du Pays basque.

Au Pays basque, elle s'appelle hilarri, de hil « mort » et arri « pierre ». Elle est composée d'un disque de pierre circulaire qui surmonte un socle de forme trapézoïdale. Le disque est orné d'une croix basque (lauburu en basque, qui signifie « à quatre têtes »), de figures géométriques (symboles solaires par exemple) ou symboles chrétiens (IHS et Marie) mais aussi des virgules et des symboles végétaux (arbres). Le nom du défunt y est rarement mentionné mais quelquefois le nom de la famille y figure.
Les plus anciennes sont antérieures au XVIe siècle.
À côté de ces stèles discoïdales, on retrouve également dans les cimetières basques des stèles tabulaires très anciennes, à côté, bien sûr, des croix plus classiques.

Quelques exemples :

Ainhoa[modifier | modifier le code]

Ascain[modifier | modifier le code]

Bidarray[modifier | modifier le code]

Halsou[modifier | modifier le code]

Jatxou[modifier | modifier le code]

Larressore[modifier | modifier le code]

Les stèles discoïdales cœxistent...

... avec des stèles tabulaires tout aussi vénérables.

Louhossoa[modifier | modifier le code]

Mouguerre[modifier | modifier le code]

Ossès[modifier | modifier le code]

Ostabat-Asme[modifier | modifier le code]

Sainte-Engrâce[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. site internet http://pagesperso-orange.fr/sgdelestaing/Francais/Steles.htm
  2. site internet http://www.pfg.fr/Passage17/Html/P17_regard2.htm

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Jean-Pierre Laulom, « Essai d'explication du symbolisme des stèles discoïdales » dans le Bulletin de la société de Borda n°513, p.5-18, 2014.
  • Léo Barré, Actes du colloque international sur la stèle discoïdale, Musée basque, Bayonne, 1982.
  • Léo Barré, « Les stèles discoïdales » dans les Actes de la journée d'étude de Lodève, Archéologie en Languedoc, 1980.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :