Brevet de technicien supérieur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir BTS.

Le brevet de technicien supérieur (BTS) est un diplôme national de l'enseignement supérieur français, créé en 1959. Il se prépare normalement en deux années après l'obtention du baccalauréat[1] dans une section de technicien supérieur (STS). Il s'agit d'un diplôme de niveau III. L'obtention du diplôme se fait sur examen. À la différence du baccalauréat, il n'y a pas d'épreuve de rattrapage pour ceux qui obtiennent une note légèrement inférieure à la moyenne requise (10/20), mais une simple commission permettant le rattrapage des étudiants proches de la moyenne.

Il se prépare au choix :

  • par la voie scolaire classique dans un lycée ou établissement d'enseignement privé, pendant une durée de deux ans, après le baccalauréat ;
  • par alternance de périodes de formation en centre de formation et d'activité salariée dans l'entreprise ;
  • par la voie de la formation continue avec possibilité de bénéficier de la Validation des Acquis de l'expérience pour tout ou partie des épreuves de l'examen associé au diplôme. Cette voie nécessite de disposer de 3 ans d'expérience professionnelle du niveau du diplôme visé ;
  • par la voie de la formation à distance par l'intermédiaire d'un organisme de formation par correspondance, il suffira de s'inscrire au rectorat (individuellement ou par l'intermédiaire de l'établissement) lors de la deuxième année pour passer l'examen.

Il existe plus d'une centaine de spécialités tertiaires, industrielles ou agricoles (alors appelé Brevet de technicien supérieur agricole, (BTSA) et dépendant du ministère de l'agriculture). Certains BTS proposent des options en 2e année (par exemple pour l'hôtellerie ou l'informatique de gestion).

Comme tous les étudiants, les élèves de BTS ont accès sous conditions aux bourses de l'enseignement supérieur, au logement du centre régional des œuvres universitaires et scolaires (CROUS) et au restaurant universitaire.

Si les BTS restent un moyen relativement rapide d'accéder à une qualification professionnelle, la réforme LMD incite les titulaires de BTS, à l'issue d'une année équivalente à L2, à poursuivre leurs études notamment jusqu'en licence professionnelle ou en DCG (L3). L'obtention du brevet de technicien supérieur emporte l'acquisition de 120 crédits européens (ECTS)[2].

Débouchés[modifier | modifier le code]

Ce diplôme est destiné à l'entrée dans la vie active, mais une poursuite d'étude peut être envisagée. À la rentrée 2007, 33,5 %[3] des titulaires d'un BTS ont continué leurs études. Les titulaires d'un DUT, eux, prennent massivement cette voie : en 2005, 84,5 %[4] des diplômés en IUT de 2002 étaient toujours dans les études.

Le BTS acquis, l'étudiant peut parfois faire une troisième année de spécialisation qui équivaut à une licence, notamment avec la multiplication depuis 1999 des ouvertures de formation de type licence professionnelle.

Les meilleurs d'entre eux peuvent continuer dans des écoles d'ingénieurs, écoles de commerce, universités, classes préparatoires au Diplôme de comptabilité et de gestion (DCG) ou Institut universitaire professionnalisé (IUP), parfois via les classes préparatoires d'adaptation pour technicien supérieur.

Formation en Lycée[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2011). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Les établissements sélectionnent en fonction de ces listes et des dossiers scolaires des candidats. Les notes de première et de terminale sont prises en comptes ainsi que les appréciations des enseignants. L'étudiant postulant au BTS doit impérativement disposer d'un niveau terminal validé au minimum, le baccalauréat n'est pas absolument indispensable selon les formations et les appréciations des enseignants. Pour certaines sections, un entretien ou une lettre de motivation sont également demandés, bien que légalement la sélection ne puisse se faire que sur dossier, la sélection par entretien revêtant un caractère discutable juridiquement.

Le rejet d'une candidature suite à un entretien peut faire l'objet d'un recours devant le tribunal administratif, recours normalement satisfait (jurisprudence constante). Néanmoins le recours à ces entretiens est souvent fondé d'un point de vue pédagogique et technique (les dossiers sont parfois insuffisants pour évaluer correctement l'aptitude du candidat à intégrer la formation) et le fait d'intégrer une formation - a fortiori suite à un recours devant le tribunal administratif - ne garantit pas la réussite à l'examen. Des étudiants des Universités, IUT, écoles d'ingénieurs, etc., qui veulent changer de formation, peuvent également s'y présenter.

Le BTS est plus particulièrement destiné aux lycéens ayant suivi des études technologiques ou professionnelles. Depuis la rentrée 2006, l'admission est de droit pour les candidats scolarisés en section de baccalauréat professionnel du champ professionnel correspondant au BTS demandé et qui obtiennent la mention bien ou très bien au baccalauréat professionnel.

L'environnement est proche des années de lycée, de par le lieu d'enseignement, le nombre d'élèves par classe et la charge de travail.

Les lycées concernés peuvent être privés ou publics. Chaque lycée choisi librement les BTS qu'il souhaite diffuser. Pour connaître la liste des lycées dispensant les formations, l'État a mis en place un portail

Pour retrouver une liste des centres de formation, vous pouvez vous reporter au site de l'ONISEP[5].

Formation à distance (par correspondance)[modifier | modifier le code]

La formation à distance permet aux élèves de préparer le BTS à distance. Charge à eux de réussir l'examen. Cette formation convient bien notamment au contexte de la formation professionnelle continue, car les personnes qui travaillent peuvent étudier le soir ou en fin de semaine. Les élèves doivent envoyer des devoirs que les professeurs renvoient notés et corrigés. Ils passent l'examen en candidats libres avec les élèves classiques.

La formation à distance nécessite un travail personnel et une autonomie de la part de l'élève, mais certains organismes proposent des sessions collectives de révision et des préparations aux oraux.

Parmi les organismes de formation à distance proposant des :

  • BTS : Abs Formation, Adonis, Centre National d'Enseignement à Distance (CNED), Comptalia, Ecole Chez Soi, Ecole Universelle, Educatel, Ecole Française de Comptabilité (EFC), Enaco, Icademie, Karis, Lignes & Formations, Serapse.
  • BTSA : Centre Nationale d'Enseignement Agricole par Correspondance (CNEAC), Centre national de promotion rurale (CNPR), CERCA du Groupe École Supérieure d'Agriculture d'Angers.

Les centres de formation à distance se distinguent en général par l'absence de numerus clausus et par la liberté d'organisation des apprentissages. Les formations à distance sont ouvertes aux étudiants, aux salariés, aux demandeurs d'emploi sans conditions d'âge. Les formations peuvent être prises en charge au titre des financements de la formation professionnelle continue. Il est également possible pour certaines formations d'obtenir des dispenses d'épreuves selon les acquis académiques (cas des personnes déjà titulaires d'un BTS, DUT, DEUG, DEUST, L2 ou classes préparatoires aux grandes écoles) ou de sélectionner les matières notamment dans le cadre d'une combinaison avec la Validation des Acquis de l'expérience.

Contexte réglementaire[modifier | modifier le code]

Tous les BTS s'organisent autour d'un même règlement général défini par décrets.

Le contenu de la formation de chaque spécialité est élaboré par une commission consultative paritaire qui réunit employeurs, salariés et pouvoirs publics. Tout d'abord sont définies les activités professionnelles auxquelles se livrera le technicien. À partir de cela, le référentiel de certification du diplôme est établi pour définir les capacités, compétences et savoirs associés. Les situations d'évaluation sont proposées au travers d'un règlement d'examen. D'autres éléments sont aussi définis tels que l'horaire hebdomadaire de formation sous statut scolaire. Ces informations sont regroupées dans un document appelé « référentiel » téléchargeable notamment sur le site du Centre national de documentation pédagogique.

Les candidats passent le plus souvent l'examen sous sa forme globale, c'est-à-dire toutes les épreuves lors de la même session d'examen. En cas d'échec, ils ont la possibilité de conserver les notes des unités d'examen supérieures ou égales à 10 lors d'une session ultérieure et de ne repasser donc que les unités d'examen où ils n'avaient pas obtenu la moyenne.

Le cursus de formation intègre des périodes de stage en entreprise.

Liste des brevets de technicien supérieur[modifier | modifier le code]

Il existe différentes filières et spécialités de brevet de technicien supérieur en France.

Secteur de l'agriculture et de l'environnement[modifier | modifier le code]

Secteur de la production[modifier | modifier le code]

Secteur des services[modifier | modifier le code]

Diplôme des métiers d'art[modifier | modifier le code]

Histoire institutionnelle[modifier | modifier le code]

Le Brevet de technicien supérieur (BTS) a été créé par un Décret du 26 février 1962. Peu après, l'arrêté du 2 août 1962 transforme en BTS 33 "brevets de techniciens" (créés en 1952)[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • (en) traduction : Higher Technician Certificate[7],
  1. Le baccalauréat n'est toutefois pas obligatoire, aux termes du décret no 95-665 du 9 mai 1995.
  2. Décret no 95-665 du 9 mai 1995 portant règlement général du brevet de technicien supérieur, article 35
  3. Source : site du ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche (mis à jour le 14 février 2008.
  4. Note d'information 06.29 de novembre 2006 de la direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance du ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche, page 3, tableau 4.
  5. onisep
  6. http://www.vie-publique.fr/politiques-publiques/apprentissage-enseignement-professionnel/chronologie/
  7. http://media.education.gouv.fr/file/57/9/2579.pdf, p.10

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]