Idaux-Mendy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Idaux et Mendy.
Idaux-Mendy
La mairie et l'école entre Idaux et Mendy
La mairie et l'école entre Idaux et Mendy
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Oloron-Sainte-Marie
Canton Mauléon-Licharre
Intercommunalité Communauté de communes de Soule-Xiberoa
Maire
Mandat
Renée Carrique
2014-2020
Code postal 64130
Code commune 64268
Démographie
Gentilé Idauztar
Population
municipale
265 hab. (2011)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 10′ 55″ N 0° 54′ 52″ O / 43.1819, -0.91444444444443° 10′ 55″ Nord 0° 54′ 52″ Ouest / 43.1819, -0.914444444444  
Altitude Min. 152 m – Max. 331 m
Superficie 9,67 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Idaux-Mendy

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Idaux-Mendy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Idaux-Mendy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Idaux-Mendy

Idaux-Mendy est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Aquitaine.

Le gentilé est Idauztar[1].

Église trinitaire d'Idaux
Église trinitaire de Mendy
Paysage entre Idaux et Mendy
Mendy, petit oratoire trinitaire sur la D 147
Le fronton de Mendy
Jaureguiberria, manoir à Mendy
Pont sur l'Apouhoura

Géographie[modifier | modifier le code]

Idaux-Mendy fait partie de la Soule.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les terres de la commune sont arrosées par le Saison, qui se jette dans le gave d'Oloron, et par ses affluents, les ruisseaux Arangorena (12,5 km), Apouhoura (10,7 km) et Uhalteberri erreka.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations anciennes[modifier | modifier le code]

Le toponyme Idaux apparaît sous les formes Sent-Pee d'Udaus et Ydauze (respectivement 1454[2] et 1479[2], titres de Bayonne[3]), Hidaus (1482[2], notaires de Larreule[4]), Idauns et Ideaux (1775[2], intendance de Pau[5]).

Le toponyme Mendy apparaît sous la forme Sent-Marthii de Mendi (1454[2], titres de Bayonne[3]).

Graphie basque[modifier | modifier le code]

Son nom basque actuel est Idauze-Mendi[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Paul Raymond[2] note que « le commandeur d'Ordiarp avait droit de présentation à la cure d'Idaux (paroisse Saint-Pierre), qui avait pour annexe Saint-Martin de Mendy ».

Mendy s'est uni à Idaux le 27 juin 1842.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2001 François Dascon    
2001 2008 François Dascon    
2008 2014 Roger Erramouspé    
2014 en cours Renée Carrique    

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Idaux-Mendy appartient à sept structures intercommunales[6] :

  • la communauté de communes de Soule-Xiberoa ;
  • le SIGOM ;
  • le syndicat AEP du pays de Soule ;
  • le syndicat d'assainissement du pays de Soule ;
  • le syndicat d’énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat intercommunal Arbailla ;
  • le syndicat intercommunal pour le soutien à la culture basque.

Idaux-Mendy accueille le siège du syndicat intercommunal Arbailla.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 265 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
195 191 198 216 215 186 474 473 449
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
425 414 357 361 339 340 344 324 322
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
316 316 315 294 277 261 254 292 315
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
266 229 237 227 242 262 260 259 265
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

L'activité est essentiellement consacrée à l'agriculture (élevage et pâturages). La commune fait partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

Une entreprise de transformation des produits de la mer s'est installée sur la commune.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Idaux-Mendy a accueilli entre 2002 et 2008 le festival Euskal Herria Zuzenean ou EHZ dans un champ à Mendi. En 2009, le festival a déménagé à Hélette en Basse-Navarre.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Un site protohistorique, dit de Choykanteguia, datant de l'âge du fer est présent sur la commune. Il est inscrit aux monuments historiques depuis 1982[9].
Plusieurs moulins (Xamalbide, Xoro, Etxatz) sont visibles sur la commune.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église d'Idaux date du XVIIIe siècle. De même que celle de Mendy, elle possède un clocher-mur dit trinitaire ou souletin c'est-à-dire que la crête du mur, percé de baies où tintent les cloches, s'y achèvent par trois grandes pointes à peu près d'égale hauteur, figurant la Trinité[10].

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une école élémentaire.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Euskaltzaindia - Académie de la langue basque
  2. a, b, c, d, e et f Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque - Paul Raymond
  3. a et b Titres de Bayonne - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques et de la mairie de Bayonne
  4. Notaires de Larreule - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  5. Titres de l'intendance de Pau - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  6. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 8 juin 2014)
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  9. Ministère de la culture - Mérimée
  10. Philippe Veyrin, Les Basques, page 241 - Arthaud, 20 décembre 1975 (ISBN 2700300386)

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :